Ouvrez ce bandeau pour des informations importantes sur le site ou la plongée sous-marine!
Plongeur.com Magazine #7La dernier mag
Le numéro 7 est prêt à télécharger!
La GoPro en plongée sous-marineGoPro et la Plongée
Toutes les astuces, les tuyaux de la communauté!
>630075694123952934221695

NARDI Atlantic, un compresseur à un prix abordable !


 

Nardi 1

 

Quel plongeur n’a pas rêvé d’avoir son propre compresseur ? Malheureusement, le rêve a souvent du mal à passer à la réalité, et ce pour plusieurs raisons.

            - Le prix : sur ce point, soyons clair, un compresseur de plongée n’est quasiment jamais rentable au niveau financier. Au niveau autonomie, c’est différent car l’acquisition d’un compresseur permet au plongeur d’être totalement autonome au niveau de son activité.

            - Le choix du modèle : pas toujours évident, même si l’offre n’est pas pléthorique. Sur ce point, Nardi propose sa version 6 m3, la plus adapté au plongeur individuel, en une dizaine de versions différentes.

Chacun peut donc trouver son bonheur.

            - L’entretien : c’est souvent un des points critiques qui rebute certains. Un compresseur, c’est avant tout un moteur et comme tout moteur, il y a des révisions régulières à faire. Sur ce point, Nardi est sans reproche. Le compresseur est vendu avec un mode d’emploi très complet, comportant même les éclatés et la maintenance de base. Toutes les pièces détachées sont en général disponible sur stock, via un réseau de revendeurs ou sur Internet.

            - L’utilisation : un compresseur 6 m3 est souvent paradoxalement beaucoup plus contraignant à utiliser qu’un compresseur de club. En effet, si ceux-ci sont en général entièrement automatiques, c’est rarement le cas d’un 6 m3. Sur les versions standard, il faut penser à arrêter le compresseur en fin de gonflage et penser à purger les condensats toutes les 10 minutes.

 

Nardi 2

Arrêt automatique en fin de gonflage

            La nouvelle version du compresseur Atlantic 6 m3 de chez Nardi met fin à toute ces contraintes. Comme tous les autres modèles, c’est un modèle à 4 étages de compression, possédant des cylindres chemisés fonte pour obtenir une grande robustesse. Il est équipé d’origine d’un flexible de gonflage (2 en option) et est disponible non seulement en 225 ou 330 bars, mais également, en option, de deux sorties de pression différenciées. Il peut même être équipé de roues et d’une poignée, ce qui facilite son déplacement. L’originalité de ce nouveau modèle est d’être équipé d’un arrêt automatique en fin de gonflage ainsi que de purges automatiques. En résumé, on met le compresseur en marche, on ouvre la bouteille à gonfler et il ne reste plus rien à faire jusqu’à la fin du gonflage. L’intervalle de purge est bien sur réglable afin de s’adapter au conditions ambiantes, tout comme la pression d’arrêt. Livré d’origine en version DIN, le flexible de gonflage peut bien sur êtres équipé d’un adaptateur pour gonfler les bouteilles avec raccord étrier.

 

 

Nardi 3

 

 

Purge automatique du Nardi Atlantic

 

            Au niveau entretien, il faut remplacer, comme sur touts les compresseurs, la cartouche de filtration régulièrement (environ toutes les 30 heures) et faire une vidange de l’huile environ toutes les 100 heures.

Coté révision, le kit d’entretien de base s’utilise au bout de 500 heures d’utilisation et son prix, de moins de 150 €, rends les opérations de maintenance tout à fait abordables.

            Au niveau prix, la version entièrement automatique de l’Atlantic 6 m3 , garanti 2 ans pièces et main d’œuvre et coûte 2599 €, ce qui est nettement moins cher que tous les produits concurrents.

 

Plus d’infos sur les compresseurs NARDI: http://vpmc.fr/




2 réponses pour “NARDI Atlantic, un compresseur à un prix abordable !”

  1. Il est très beau ce compresseur
    Il me fait souvenir du premier mini engin vendu par la Spiro l’Alizé
    L’engin était séduisant et devait attirer tous les plongeurs de ces années 50/60 désirant leur autonomie de gonflage
    Très bien réalisé il était cependant pourvu de quelques défauts rédhibitoires
    Pourvu d’un moteur américain rageur, il fallait l’amarrer car ses trépidations colériques le rendait fugueur
    Ensuite ne pouvant s’évader, il devenait hystérique et s’autodétruisait tout seul répandant ses pièces alentour
    Il n’a pas eu le succès escompté, ce qui est dommage car l’idée, pionnière pour cette époque, était séduisante.

  2. Merci pour l’histoire qui prouve que, décidément, le nom “Alizé” n’a pas porté chance à la Spiro, le détendeur du même nom ne pouvant être qualifié de totale réussite…
    Pour revenir au compresseur, je pense que l’Atlantic n’a pas de rapport avec l’Alizé au niveau de la qualité de fabrication, et c’est tant mieux !!!

Ecrire un commentaire

*Vous souhaitez changer votre avatar ? Passez sur Gravatar