Ouvrez ce bandeau pour des informations importantes sur le site ou la plongée sous-marine!
Plongeur.com Magazine #7La dernier mag
Le numéro 7 est prêt à télécharger!
La GoPro en plongée sous-marineGoPro et la Plongée
Toutes les astuces, les tuyaux de la communauté!
>630074945122793519121686

Derrière le masque de Nicolas Bernard, chef de base TopDive à Rangiroa


Derrière le masque de Nicolas Bernard, chef de base TopDive à Rangiroa

e-Tahiti Travel vous propose de vous projeter derrière le masque de Nicolas Bernard, chef de base TopDive à Rangiroa, lieu sacré pour la rencontre du grand requin marteau (Ma’o Tuamata ou Sphyrna mokarran).

Après avoir fait la tournée des plus beaux spots des Caraïbes, de l’océan Indien et de l’Atlantique, Nicolas Bernard a décidé de poser sa stab’ en Polynésie en 2005. Tombé amoureux du “mana”, l’esprit, le pouvoir sacré de la Polynésie, Nicolas n’en décolle plus. Heureux aussi bien sous l’eau que sur terre, pour lui, le paradis du plongeur, c’est ici.

Justement, nous avons demandé à Nicolas de nous raconter deux souvenirs de plongée marquants, de ceux qu’on oublie pas et qui incarnent vraiment les expériences que l’on vient chercher dans les eaux polynésiennes. Pour cette première immersion, il nous offre le récit d’une plongée “pactole”, comme il les appelle, celles durant lesquelles la nature, habituellement hyper généreuse aux Tuamotu, semble ne plus avoir de limites…

2-15.JPG

Bienvenue à Rangi, paradis du pongeur

” A Rangiroa, Rangi, pour les intimes, le site de prédilection est la passe de Tiputa. A vingt nœuds, le spot est à peine à 5 minutes du centre en bateau. Sur le zodiac, chacun se prépare : mélange, combinaison, stab’… on fait tout ça en route, pour passer le maximum de temps sous l’eau. L’utilisation du nitrox répond à ce même objectif et nous permet de plonger 20 minutes à 30 mètres, sans palier… Arrivés à la limite du tombant, on stoppe. 3, 2, 1… au “Go !”, c’est parti.

À Tiputa, le plongeur goûte à une ambiance vraiment singulière… La configuration de la passe, sa profondeur, ses courants… en font un haut lieu de concentration et de reproduction de la faune sous-marine. Les courants puissants disséminent les pontes efficacement et toute la chaîne aquatique s’y retrouve, mêlant de nombreuses espèces pélagiques, poissons de recif,  de très nombreuses espèces de requins et de raies et des dauphins… Le site est magnifique et les belles rencontres se font au quotidien. Mais certaines plongées sont plus exceptionnelles que d’autres…

Une langouste, et les poissons autour…

Ce jour-là, on se met à l’eau sur une plongée dérivante avec un courant assez actif. On descend tranquillement avant l’angle de Tiputa, à une cinquantaine de mètres de l’entrée de la passe et le courant nous entraîne doucement vers le lagon de Rangiroa. Ca y est, on y est. La zone est super riche, des requins viennent ici se faire nettoyer, au milieu des chirurgiens et de plein d’autres poissons. La visibilité est presque toujours excellente ici et on voit très bien ce qui se passe au fond : des millions de petits chinchards, chassés par des carangues, des napoléons, mêlés aux thons. Autant de prédateurs qui nous offrent de belles scènes de chasse ! Il n’est pas rare de croiser ici un banc de barracudas, atteignant 200 pièces certains jours…

On glissait le long du récif quand un requin marteau de 4 mètres environ passe dans le tombant. On est à l’angle de la passe, on le suit et il finit par disparaître dans le tombant. Ensuite les requins gris entrent en jeu, le passage du marteau les a fait remonter. On est alors à une trentaine de mètres de profondeur et à une vingtaine de mètres au-dessus du seuil de la passe.

À ce moment-là une horde de poissons et requins remontent tout près de nous… à la poursuite d’une langouste. Les requins arrivent de toute part et ne tardent pas à vouloir y goûter. La langouste, dotée d’une carapace au nombreuses aspérités piquantes, passe de gueule en gueule et le festin attire bientôt une centaine de requins, qui tournent littéralement autour de nous. L’excitation est intense parmi les poissons, et le spectacle super grisant pour toute la palanquée.

2-1.jpg

On ne bouge pas, dérivant à petite vitesse vers l’intérieur de la passe, captivés par le spectacle.

À quelques coups de palmes de là, un banc de raies léopard, apparaît au-dessous de nous. On est toujours à 29 mètres, les raies sont à peine dix mètres au-dessous et nous offrent un superbe ballet, tandis qu’une raie manta arrive majestueusement dans le sens opposé … « Rangi is Magic ». Les flashs crépitent et les GoPro chauffent !

Tout le monde se dit ” Ça y est, c’est bon, on a grillé pas mal de gaz sur ce coups-là ! Il est temps d’entamer la remontée. ” Ce que nous faisons, tranquillement, quand, cerise sur le gâteau, nous sommes rejoints par quelques dauphins, particulièrement joueurs ici… Quelle plongée et quel bonheur pour cette palanquée de veinards qui laissent éclater leur joie de retour à la surface…

Nicolas Bernard

Nicolas Bernard en quelques mots…

Passionné de plongée depuis tout gosse (13 ans) et moniteur depuis 1996, Nicolas commence par écumer quelques grands spots de plongée dans le monde pendant une dizaine d’années, Caraïbes, Indien, Atlantique. Arrivé en Polynésie en 2005 pour la première fois en repérage, on l’y retrouve, 10 ans plus tard, à Rangiroa, où il a posé ses valises après avoir travaillé deux ans au Topdive Bora Bora, depuis il dirige les centres Topdive, quatre ans à Fakarava et, désormais, à Rangiroa.
” J’ai trouvé ici, aux Tuamotu, le summum de la plongée telle que moi je l’ai vue. Les Tuamotu c’est tout à fait exceptionnel sous l’eau : on y fait des plongées à sensations, parce que dérivantes, dynamiques… et au combien poissonneuses avec du petit comme du gros. En plus, et c’est très important pour un plongeur, je me sens tout aussi bien sur la terre ! La Polynésie est une grande terre d’accueil… “, confie-t-il.

2-2.jpg




2 réponses pour “Derrière le masque de Nicolas Bernard, chef de base TopDive à Rangiroa”

  1. […] qui incarnent vraiment les expériences que l’on vient chercher dans les eaux polynésiennes (lire son premier récit ici). Pour cette seconde immersion, Nicolas nous fait vivre une de ses « plongées sunset » […]

  2. L’idée fait vraiment envie. L’article est en plus vraiment très bien rédigé. Merci!

Ecrire un commentaire

*Vous souhaitez changer votre avatar ? Passez sur Gravatar