Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Communiqué Fédérations sur postes CTS

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #16
    Envoyé par berny Voir le message

    IL n'y a pas de "métier de con"; On peut, par contre, trouver des cons dans tous les métiers.
    Oh que si..... (Et suis ok avec la seconde partie, sachant qu'on est toujours le con de qu'un d'autre)
    (\ /)
    ( . .)
    c('')('')

    Commentaire

    • Pub

    • #17
      La définition des CTS par le ministère des sports :

      "Les conseillers techniques sportifs (CTS)
      Depuis les années soixante, le mouvement sportif bénéficie d’un appui technique spécifique à travers l’intervention de fonctionnaires ou d’agents publics rémunérés par l’Etat, au nombre de 1600 à ce jour, répartis dans 79 fédérations (dont les 38 fédérations olympiques et paralympiques 27 fédérations non olympiques reconnues de haut niveau et 13 fédérations multisports). Ces agents, exerçant des missions de conseillers techniques sportifs (CTS), sont chargés de responsabilités diversifiées, liées, en particulier, au sport pour tous (progression de la pratique licenciée), au sport de haut niveau (détection des talents et perfectionnement de l’élite, sélection des équipes nationales), à la formation des cadres. Ils contribuent directement à la mise en œuvre de la politique sportive de l’Etat et sont garants de la cohérence entre les projets sportifs des fédérations et les orientations prioritaires du ministère de la santé et des sports. Ils s’assurent de la bonne utilisation des crédits publics. Ils assurent auprès des fédérations sportives les missions de directeur technique national (DTN), de DTN adjoint (DTNA), d’entraîneur national (EN), de conseiller technique national (CTN) ou régional (CTR).
      "

      Il faut reconnaître qu'à ce stade de la définition, c'est particulièrement nébuleux.

      Les différents type de CTS sont ensuite déclinés.

      Voici ce qu'on peut lire pour le DTN :
      "Le directeur technique national (DTN) est un technicien de très haut niveau dans sa spécialité sportive. Le DTN est placé sous la double autorité, hiérarchique, du ministère des Sports et, fonctionnelle, du président de sa fédération. Il est au centre d’un système complexe où il doit composer avec des enjeux sportifs, juridiques, médiatiques, sociaux, économiques, humains, politiques et professionnels. En conséquence, il doit être à la fois entraîneur, négociateur, visionnaire, gagneur et communicant. Il doit développer des relations privilégiées avec les élus et en particulier avec le président de la fédération. C’est à la fois un manager, un gestionnaire et un leader. Il coordonne l’action de l’ensemble des CTS et du personnel technique de la direction technique nationale. Il contribue à la définition de la politique fédérale, en assure l’application et en évalue les résultats.
      Il est notamment responsable :
      • de l’ensemble des équipes de France et de la politique sportive de haut niveau,
      • de la formation et du perfectionnement des cadres,
      • de la coordination des actions entre leur fédération et les fédérations sportives affinitaires, le sport scolaire et universitaire et le sport militaire,
      • de la cohérence des projets sportifs de la fédération avec les orientations du ministère des sports,
      • des propositions en matière de nomination des entraîneurs nationaux (EN), des cadres techniques nationaux (CTN) et régionaux (CTR).
      Le recrutement d’un DTN se déroule en plusieurs étapes : un appel à candidature, un entretien de positionnement, la prise en compte de la proposition du président de la fédération sportive concernée, la décision du ministre. Le DTN est nommé dans ses fonctions par le ministre des Sports puis sa lettre de missions est établie par le directeur des sports."

      Là ce devient un peu plus concret. On lui demande quand même beaucoup de compétences simultanés ...

      Pour la FFESSM, sa fonction tourne essentiellement autour des disciplines avec compétition. Il est donc relativement peu impliqué dans la plongée avec scaphandre (hors PSP).

      Il me semble que la FFESSM, outre le DTN, emploie aussi des CTR (Conseillers Techniques Régionaux). Ils sont également développés dans le site en référence.


      Club associatif en Guadeloupe ?

      Commentaire


      • #18
        Celui de la FFESSM doit avoir un champ particulièrement élevé de compétences, ses responsabilités semblent encore plus larges : https://ffessm.fr/document.asp?pages...ue%20Nationale

        Commentaire


        • #19
          Il semble qu'il soit question de 1600 postes envisagés d'être supprimés.
          Un collectif de CTS vient d'adresser une lettre ouverte à Roxana Maracineanu.

          http://www.leparisien.fr/sports/en-c...19-8056035.php
          Backmount is so DEAD

          Commentaire


          • #20
            La lettre est on ne peut plus claire.
            berny

            Commentaire

            • Pub

            • #21
              Envoyé par nics Voir le message
              En gros, ce sont des gens payés par l'état qui travaillent pour des organisations qui ne dépendent pas de l'état ?
              C'est plus subtil que ca: il s'agit de fonctionnaires de l'Etat qui font la liaison entre la Fédération délégataire et le Ministère des Sports. Ce sont des techniciens dans leur spécialité, contrairement au DTN (qui est le chef des CTS, désigné par le Ministère) à ne pas confondre avec son pendant fédéral, le Président de la Commission Technique Nationale (élu), qui lui n'est pas un fonctionnaire, mais généralement (pour la plongée) un Instructeur National. Les fédérations délégataires (toutes celles qui commencent par FF), organisent l'activité à la place de l'Etat et sont "controlées" par les CTS et ont un DTN en liaison avec le Président de la CTN.

              Y a pas qu'en Chuiche que tout est compliqué
              Bertrand
              Humuhumunukunukuapua'a
              No DIR, no bullshit, no problems...

              Commentaire


              • #22
                Petite rectification: Le pendant fédéral du DTN n'est pas le CTN, mais le directeur de la FFESSM (Salarié de la FFESSM); Les Présidents des différentes commissions (Technique, NAP, etc....) sont en contact avec le DTN pour les pratiques compétitives essentiellement (PSP, NAP.....) et dans les limites des champs de leurs commissions.
                Aujourd'hui: Le DTN est payé par l'Etat, donc par nous tous avec une partie de nos contributions fiscales.
                Demain: Le "nouveau DTN" sera à la charge de la FFESSM sur ses fonds propres, donc payé par la masse financière générée par les licenciés (Licences, notamment), et l'ancien DTN reclassé par l'Etat continuera (Tout à fait normalement et heureusement) d'être payé par nous tous avec une partie de nos contributions fiscales.
                berny

                Commentaire


                • #23
                  Du coup ce changement créé plein de nouveaux emplois .
                  C'est donc très positif .

                  Commentaire


                  • #24
                    Pour être exact, La FFESSM va devoir, par exemple, se passer des services des CTS des CREPS qui intervenaient détachés pour elle dans l'ouest, et assumer la masse salariale du peu de postes qu'elle pourra conserver. Au final, ce sont les licenciés qui vont passer à la caisse pour une structure d'appui réduite, tout en contribuant (Et encore heureux!) au financement collectif des postes des agents de l'Etat (Anciens CTS) mutés dans d'autres postes.
                    berny

                    Commentaire


                    • #25
                      Et peut on connaitre l'objectif de cette démarche ? Quel était le problème ? (malheureusement, je pose la question par principe tant une des réponses parait évidente, un peu comme la fermeture des écoles, des hôpitaux...)
                      Où plonger à Lisbonne ?

                      Commentaire

                      • Pub

                      • #26
                        Envoyé par berny Voir le message
                        Pour être exact, La FFESSM va devoir, par exemple, se passer des services des CTS des CREPS qui intervenaient détachés pour elle dans l'ouest, et assumer la masse salariale du peu de postes qu'elle pourra conserver. Au final, ce sont les licenciés qui vont passer à la caisse pour une structure d'appui réduite, tout en contribuant (Et encore heureux!) au financement collectif des postes des agents de l'Etat (Anciens CTS) mutés dans d'autres postes.
                        Mais c'est quand-même logique que les gens utilisés par un organisme soient rétribués par cet organisme plutôt que par un état dont les finances ne sont pas au mieux de leurs formes, non ?
                        Après, certains viendront gueuler "à la scandaleuse privatisation du sport", mais il me semble que les mêmes gens ne votent que très rarement pour le parti communiste (si on en croit les résultats des diverses élections ces 40 dernières années ), donc un modèle plus libéral semble plus en adéquation avec leurs votes...
                        Partant de là, il semble cohérent que les différentes fédérations sportives engagent et paient les gens qui travaillent pour elles...
                        Alors oui, ce sont les membres desdites fédérations qui vont devoir casquer...


                        l'avenir, c'était mieux avant !

                        Commentaire


                        • #27
                          La question de la portée de l'intervention de l'Etat se pose effectivement dans la définition de la politique de cet Etat en matière sportive. La vision de Jean ZAY et de ceux qui ont porté la vision d'un rôle actif de l'Etat pour une promotion du sport populaire au service de l'éducation du citoyen implique une coordination de l'action des fédérations déléguées et/ou agrées avec un contrôle (Par les CTS notamment) de l'utilisation des subsides de l'Etat par ces fédérations à destination des orientations destinées de ces fonds.
                          Ton premier alinéa exprime, à mon sens, la vision libérale de l'organisation helvétique historique, à contrario de l'histoire Française des 70 dernières année sur ce point.
                          Sur ton deuxième alinéa, je te rejoins: Comme on fait son lit, on se couche.
                          Le citoyen Français a perdu le sens politique de la sphère sportive, son environnement administratif et règlementaire vient de changer en conséquence.
                          berny

                          Commentaire


                          • #28
                            Et mettre "plongée" et "promotion du sport populaire" dans la même phrase, bof...


                            l'avenir, c'était mieux avant !

                            Commentaire


                            • #29
                              Dans la maitrise de l'organisation du sport français des 70 dernières années, le sport est un outil d'éducation citoyenne. La plongée fait partie des pratiques sportives. D’où l'articulation du raisonnement. Tu me diras que c'est typiquement français, et tu auras raison. Ca tombe bien, nous sommes en France.
                              berny

                              Commentaire


                              • #30
                                C'est français, peut-être, mais c'est surtout d'une hypocrisie sans nom ... Cela n'empêche pas la sincérité de bien des acteurs "sociaux" au profit de peu de bénéficiaires au vu des moyens alloués.

                                Cependant, les vertus de l'éducation citoyenne par le sport sont depuis un bon moment déjà en berne
                                Backmount is so DEAD

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X