Annonce

Réduire
Aucune annonce.

salon de la plongée, marché aux esclaves

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #31
    Envoyé par JCT1953 Voir le message
    Ce n’est pas faux ce vous dites. Instructeur, ce n’est pas une chose que j’aurais voulu faire à temps plein. Mais il est vrai que j’avais un autre job qui me donnait pleine satisfaction. Par contre en activé complémentaire je trouve cela bien enrichissant.
    Le problème est que souvent le jeune Padawan pense qu’il va être en vacance. Alors que son job principal cela va être la formation de base en milieu protégé. Souvent déçu ils quittent la plongée après deux ou trois ans.
    Le terme esclave est un peu exagéré !

    Le mot "esclavage", il me fait rigoler mais je le trouve excessif : ils ont choisi faut pas déconner, les mots ont un sens contrairement à ce que pensent certains (surtout en ce moment). En parallèle d'un autre boulot, ça ne me parait pas idiot, ça permet de changer d'air, de mettre du beurre dans les épinards .... si en plus de ça tu as un boulot un peut accommodant pourquoi pas, je pense que c'est le genre de solution qui est plus admise dans les pays anglo saxon. . Du vrai pro dont c'est l'unique source de revenue j'en connais quand mêmes quelques un, c'est dur comme boulot, faut pas se mentir.

    Commentaire

    • Pub

    • #32
      Envoyé par wespel Voir le message
      Déconcertant, ce fil.... (...)
      Je "plussoie" .
      Nano, j'avoue être un peu déstabilisé par la forme que tu emploies, pour dénoncer (j'imagine) les conditions de travail actuelles des PRO.
      Mais, j'ai malheureusement l'impression, que cette réflexion pourrait se généraliser au marché de l'emploi dans sa globalité; non ?
      Bardass recommande le Teric.
      Je n'oserais pas utiliser un autre ordinateur.

      Commentaire


      • #33
        Envoyé par CMDC Voir le message
        Je "plussoie" .
        Nano, j'avoue être un peu déstabilisé par la forme que tu emploies, pour dénoncer (j'imagine) les conditions de travail actuelles des PRO.
        Mais, j'ai malheureusement l'impression, que cette réflexion pourrait se généraliser au marché de l'emploi dans sa globalité; non ?
        Le marché d l'emploi, c'est simple ou tu es dans une filière en tension (là ou on manque de main d’œuvre et il y en a ) et là les patrons sont hyper gentil et conciliant si non ....

        Commentaire


        • #34
          Envoyé par dededive Voir le message
          Je suis d accord avec toi NTD sur le fait q'une asso a le droit d'employer un moniteur pro pour ces adhérents et non pour en faire un commerce en proposant des sorties a des clients .
          Si une asso veut faire du commerce elle doit respecter la règle des 4P ce n 'est pas le cas pour toute.
          J'avoue te rejoindre. Cette notion de concurrence est très embêtante, mais parfois (souvent?) difficile à poursuivre (légalement). D'autant plus que la concurrence seule n'est pas à prendre en compte, la partie fiscalité est également importante. Mais ce n'est pas l'objet de ce fil ouvert par Nanobulle, peut-être pourrions-nous ouvrir un autre sujet...

          Commentaire


          • #35
            Envoyé par dededive Voir le message
            Je suis d accord avec toi NTD sur le fait q'une asso a le droit d'employer un moniteur pro pour ces adhérents et non pour en faire un commerce en proposant des sorties a des clients .
            Si une asso veut faire du commerce elle doit respecter la règle des 4P ce n 'est pas le cas pour toute.
            et puis quoi encore ?
            une association a le droit de faire des actes de commerce, et donc a le droit de prendre des clients, si bien entendu elle a un moniteur professionnel pour eux.
            Sexa j'exagère Club

            Commentaire

            • Pub

            • #36
              Pourquoi suis-je intervenu sur ce sujet ?
              Pourquoi ce vocabulaire qui paraît déplacé à certains … « marché aux esclaves » ?
              Pour rappeler quelques vérités sur le métier de moniteur de plongée, et éviter que certains ne se fourvoient dans cette profession, à partir de l’image idyllique qu’ils s’en font.
              Elle est souvent éloignée de la réalité.

              Pourquoi « esclaves » ?
              Parce que c’est ainsi, de fait, que certains employeurs traitent leurs salariés, même s’ils s’en défendent ou plus simplement, qu’ils n’en ont pas conscience.
              Il est bon de refaire le point sur l’emploi saisonnier pour mieux comprendre la situation actuelle.
              Depuis cette année (2018), en France, la plongée est reconnue comme une « activité saisonnière » par le Ministère du Travail.
              https://www.legifrance.gouv.fr/eli/a...3866A/jo/texte

              Jusqu’à présent, les salariés devaient tous les ans se proposer à l’embauche pour la saison et pour cela contacter différents employeurs potentiels. Couramment, ils présentaient leur CV et indiquaient leurs prétentions.
              Les employeurs leur faisaient éventuellement une offre, après avoir pesé le pour, le contre, examiné les comptes de la société et enquêté discrètement auprès « des amis » de la profession sur le demandeur.

              Les contrats proposés avaient, et ont encore, plusieurs points communs.
              Tout d’abord les rémunérations sont basses au regard de l’investissement professionnel fourni et des risques pris. Les moniteurs sont le plus souvent classés dans le groupe 3 de la CCNS, avec un salaire brut de 1 668,49 € mensuel, ce qui conduit à un net d’environ 1 284 €.
              Admettez que ce n’est pas le Pérou, pour des gens dont c’est l’exclusive source de revenu pour l’année. On a tout intérêt à trouver des contrats longs.
              Le problème est que les employeurs n’ont besoin de moniteurs qu’en juillet et en août…. d’où la tendance à trouver de « l’encadrement d’appoint », les MF ou DE de passage en vacances, les « stagiaires », etc., ou bien encore, de signer des contrats courts (1 à 2 mois).

              Ensuite, il y a le contenu du travail.
              J’ai déjà signalé que, dans l’attende de l’arrêté conjoint Ministère des Sports/ Ministère du Travail, le respect de la réglementation hyperbare impose aux salariés, deux plongées par jours au maximum, avec les procédures MT 92, sans yoyos, de ne pas faire de plongée à l’air à plus de 50 m sans déclaration à l’Inspection du Travail. Une surveillance de surface doit être organisée, etc.
              Ces obligations sont rarement prises en compte dans les structures commerciales, car elles coutent à l’employeur.
              En revanche, leur non-respect, est imposé au moniteur comme une condition sinequanone pour avoir le poste.
              Cela revient à obliger des pratiques professionnelles réglementairement illicites, mais surtout dangereuses, pour les salariés.
              On privilégie le profit à leur santé.
              Ce n’est plus considérer le moniteur comme un travailleur respectable, mais comme un rouage impersonnel de la chaine de production, c’est un esclave (d’où mon titre).
              Bien entendu libre aux moniteurs d’accepter ou refuser, mais il y a un moment, il faut bien vivre, et accepter l’inacceptable, en espérant que tout va bien se passer.
              Pour ces transactions, le lieu idéal est le Salon de la Plongée à Paris.

              Pourquoi ai-je utilisé dans mes écrits, le passé ?
              Parce que les règles sur la saisonnalité ont changé en 2018.
              https://www.legifrance.gouv.fr/affic...tegorieLien=id

              « Art. L. 1244-2-2.-I.-Dans les branches mentionnées à l'article L. 1244-2-1, à défaut de stipulations conventionnelles au niveau de la branche ou de l'entreprise, l'employeur informe le salarié sous contrat de travail à caractère saisonnier, par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information, des conditions de reconduction de son contrat avant l'échéance de ce dernier.
              « II.-Tout salarié ayant été embauché sous contrat de travail à caractère saisonnier dans la même entreprise bénéficie d'un droit à la reconduction de son contrat dès lors que :
              « 1° Le salarié a effectué au moins deux mêmes saisons dans cette entreprise sur deux années consécutives ;
              « 2° L'employeur dispose d'un emploi saisonnier, tel que défini au 3° de l'article L. 1242-2, à pourvoir, compatible avec la qualification du salarié.
              « L'employeur informe le salarié de son droit à la reconduction de son contrat, par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information, dès lors que les conditions prévues aux 1° et 2° sont réunies, sauf motif dûment fondé. »


              Cela implique que, si un employeur embauche une seconde fois un moniteur salarié, pour une nouvelle saison, alors celui-ci bénéficiera automatiquement d’un droit à la reconduction pour l’année d’après. Si l’on s’en tient à ce texte, le « marché aux esclaves » n’a plus lieu d’être, puisque le salarié est repris automatiquement dans son entreprise, à moins qu’il ne tente de trouver mieux ailleurs.
              Cette obligation a été créée par le Ministère du Travail, pour pérenniser les équipes.
              Mais dans la réalité, est-on certain que cela se passera ainsi ?
              Quel patron voudra se lier les mains avec des gens qu’il pourrait ne pas apprécier par la suite ?
              Il est plus prudent pour lui de renouveler totalement ses équipes tous les ans, ce qui va accroître de facto le turnover des moniteurs.
              « L’enfer est pavé de bonnes intentions ».
              La seule parade à cette évolution pour les employeurs serait une décision de la Branche (CCNS) qui déciderait une prolongation à 2 ans, voire 3, certains parlent de 4 ans, de la période d’emploi donnant droit à la reconduction.
              Cela reviendrait en gros à retrouver la situation d’avant.
              Ça se chamaille ferme à la CCNS sur ce point.
              Mais, en l’absence d’accord, ce sera le texte réglementaire qui s’appliquera.

              C’est pour cette raison, que les réactions des patrons, vis-à-vis de l’emploi, vont être intéressantes cette année.
              Et cela n’intéresse pas que les pros de la plongée, mais l’ensemble des citoyens que nous sommes.

              Commentaire


              • #37
                Envoyé par nanobulle Voir le message

                1) et éviter que certains ne se fourvoient dans cette profession, à partir de l’image idyllique qu’ils s’en font.
                Elle est souvent éloignée de la réalité.

                2) Pourquoi « esclaves » ?
                1) Exact
                2) avec les « » çela passe mieux :-) il faut quand même relativiser

                Commentaire


                • #38
                  Merci Nano pour ces éclaircissements extrêmement importants.... à mon sens !
                  Bardass recommande le Teric.
                  Je n'oserais pas utiliser un autre ordinateur.

                  Commentaire


                  • #39
                    Envoyé par DuboisP Voir le message
                    et puis quoi encore ?
                    une association a le droit de faire des actes de commerce, et donc a le droit de prendre des clients, si bien entendu elle a un moniteur professionnel pour eux.
                    Pas que. J'ai trouvé ça:

                    "Une association peut retirer des recettes des activités commerciales qu’elle exerce conformément à ses statuts, mais elle doit en revanche être assujettie aux mêmes impôts et taxes que les entreprises commerciales."

                    Est-ce le cas?????

                    Commentaire


                    • #40
                      Souvent ses asso ne reversse pas de TVA ,taxe pro ou CFE ,impots .
                      Le mieux est d'ouvrir un autre sujet

                      Commentaire

                      • Pub

                      • #41
                        Envoyé par dededive Voir le message
                        Souvent ses asso ne reversse pas de TVA ,taxe pro ou CFE ,impots .
                        Le mieux est d'ouvrir un autre sujet
                        Excellente remarque. C'est fait, un nouveau sujet est ouvert.

                        Commentaire


                        • #42
                          Envoyé par NTD Voir le message

                          Pas que. J'ai trouvé ça:

                          "Une association peut retirer des recettes des activités commerciales qu’elle exerce conformément à ses statuts, mais elle doit en revanche être assujettie aux mêmes impôts et taxes que les entreprises commerciales."

                          Est-ce le cas?????
                          la réponse est en #21
                          faut lire dans l'ordre, c'est mieux
                          Sexa j'exagère Club

                          Commentaire


                          • #43
                            Envoyé par dededive Voir le message
                            Souvent ses asso ne reversse pas de TVA ,taxe pro ou CFE ,impots .
                            souvent ?
                            quelles sont les statistiques ?
                            Sexa j'exagère Club

                            Commentaire


                            • #44
                              Envoyé par nanobulle Voir le message
                              Pourquoi ai-je utilisé dans mes écrits, le passé ?
                              Parce que les règles sur la saisonnalité ont changé en 2018.
                              https://www.legifrance.gouv.fr/affic...tegorieLien=id

                              « Art. L. 1244-2-2.-I.-Dans les branches mentionnées à l'article L. 1244-2-1, à défaut de stipulations conventionnelles au niveau de la branche ou de l'entreprise, l'employeur informe le salarié sous contrat de travail à caractère saisonnier, par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information, des conditions de reconduction de son contrat avant l'échéance de ce dernier.
                              « II.-Tout salarié ayant été embauché sous contrat de travail à caractère saisonnier dans la même entreprise bénéficie d'un droit à la reconduction de son contrat dès lors que :
                              « 1° Le salarié a effectué au moins deux mêmes saisons dans cette entreprise sur deux années consécutives ;
                              « 2° L'employeur dispose d'un emploi saisonnier, tel que défini au 3° de l'article L. 1242-2, à pourvoir, compatible avec la qualification du salarié.
                              « L'employeur informe le salarié de son droit à la reconduction de son contrat, par tout moyen permettant de conférer date certaine à cette information, dès lors que les conditions prévues aux 1° et 2° sont réunies, sauf motif dûment fondé. »


                              Cela implique que, si un employeur embauche une seconde fois un moniteur salarié, pour une nouvelle saison, alors celui-ci bénéficiera automatiquement d’un droit à la reconduction pour l’année d’après. Si l’on s’en tient à ce texte, le « marché aux esclaves » n’a plus lieu d’être, puisque le salarié est repris automatiquement dans son entreprise, à moins qu’il ne tente de trouver mieux ailleurs.
                              Cette obligation a été créée par le Ministère du Travail, pour pérenniser les équipes.
                              Mais dans la réalité, est-on certain que cela se passera ainsi ?
                              Quel patron voudra se lier les mains avec des gens qu’il pourrait ne pas apprécier par la suite ?
                              Il est plus prudent pour lui de renouveler totalement ses équipes tous les ans, ce qui va accroître de facto le turnover des moniteurs.
                              « L’enfer est pavé de bonnes intentions ».
                              La seule parade à cette évolution pour les employeurs serait une décision de la Branche (CCNS) qui déciderait une prolongation à 2 ans, voire 3, certains parlent de 4 ans, de la période d’emploi donnant droit à la reconduction.
                              Cela reviendrait en gros à retrouver la situation d’avant.
                              Ça se chamaille ferme à la CCNS sur ce point.
                              Mais, en l’absence d’accord, ce sera le texte réglementaire qui s’appliquera.

                              C’est pour cette raison, que les réactions des patrons, vis-à-vis de l’emploi, vont être intéressantes cette année.
                              Et cela n’intéresse pas que les pros de la plongée, mais l’ensemble des citoyens que nous sommes.
                              La parade est toute trouvée. Il suffit de changer ses équipes une année sur deux. Cette réglementation a été mise en place sans bien réfléchir aux effet d’aubaine et pervers que cela va générer.
                              Dans le secteur de la plongée, quel moniteur a envie de rester dans un centre horrible avec des patrons véreux et quel patron de centre n'a pas envie de reconduire une équipe talentueuse, sécure, multilingues et de bonne humeur. Est-ce que c'est fait pour arriver à trouver un point de chute au personnel le moins compétent ?

                              De plus il manque un certain équilibre. Si au bout de deux saisons, l'employé possède un droit à reconduction dans le même centre de plongée est-ce que l'inverse s'applique pour l'employeur.
                              Est-ce qu'au bout de deux années d'embauche, l’employé a obligation de se faire embaucher prioritairement dans le centre qui l'a fait travailler pendant deux ans ?

                              Concernant la CCNS, c'est intéressant. Je vois régulièrement des employeurs mettre dans leurs annonces que le niveau de salaire est "conforme aux accords CCNS" ... sans en indiquer le montant. C'est bien commode pour ne pas dire "très bas salaire" . Il serait bien intéressant de mieux comprendre comment fonctionne cet organisme, qui y participe, quels sont les enjeux qui s'y affrontent en interne. Un bien beau sujet de fil de discussion potentiel pour qui voudrait bien nous éclairer.
                              Backmount is so DEAD

                              Commentaire


                              • #45
                                Salut à tous.
                                je suis content d'en apprendre tous les jours sur ce forum, merci nanobulle.
                                l'histoire de la reconduction du contrat est cette un confort pour l'employeur qui n'a pas besoin de passer tout son temps à chercher du personnel, personnel, qu'il connait déjà , mais aussi pour le moniteur qui habite dans le coin, et qui a sa place toute réservée si tant soit peu qu'il se plaise à travailler chez cet employeur,
                                mais, parcequ'il y a toujours un mais !

                                qu'en est il des nouveaux diplômés de la plongée qui cherchent à se faire une place dans un centre ? on va leur répondre "désolé la place est prise par les anciens , c'est la loi !" ??

                                Pour ce qui est du salaire, effectivement c'est plus souvent le SMIC qui est proposé (et encore parce qu'ils n'ont pas le droit de donner moins), donc pour un DE effectivement c'est abusé, à chacun donc de ne pas accepter ces conditions et négocier ses conditions à l'embauche, je sais c'est plus facile à dire qu'à faire. surtout quand effectivement c'est la source de revenus principale à l'année, en métropole c'est un peu maigre !

                                voila pour mon petit ajout "grain de sel"

                                nana


                                Florent Verrier, IDC Staff Padi
                                Président de Moorea Plongée sasu

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X