Annonce

Réduire
Aucune annonce.

60 mètres à l’air, c’est pas un peu con?

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • val74700
    a répondu
    L'histoire est pavée d'hommes et de femmes qui ont fait des trucs débiles et dangereux. Et sans eux nous serions encore sans doute cantonnés dans la vallée du Rift .

    Tiens une question : combien ici fument, lisent leurs sms en conduisant, picolent, sont en surpoids (etc, etc...) ?
    Bien des trucs débiles qu'on sait dangereux (et débiles), et pourtant...

    Laisser un commentaire:

  • Pub

  • nics
    a répondu
    Envoyé par robby92 Voir le message
    Et faire des baptêmes avec 4 personnes que tu n’as jamais vu sous l’eau, c’est pas un peu dangereux ?
    entre la connerie et le danger, moi j’ai choisi !
    J'ai toujours adoré les gens qui n'ont que deux options dans la vie, donc si un truc est débile et qu'ils ne le feront pas, ça supprime toute autre option et de dait, ils ne peuvent plus choisir d'autres trucs débiles à ne pas faire...

    Laisser un commentaire:


  • robby92
    a répondu
    Et faire des baptêmes avec 4 personnes que tu n’as jamais vu sous l’eau, c’est pas un peu dangereux ?
    entre la connerie et le danger, moi j’ai choisi !

    Laisser un commentaire:


  • CMDC
    a répondu
    Pour moi, ce n'était pas con de plonger au delà de 40m;c'était une addiction !
    Au même titre qu'une bonne bouteille de rouge.
    J'adorais être pété !
    et ça me manque ....
    Bon, du coup, je suis passé au .... rhum !

    Laisser un commentaire:


  • pparis
    a répondu
    Envoyé par Nicolas Duguay Voir le message
    Rendu à 200 pieds, soit environ 60 mètres, le temps de fond autorisé sans palier de décompression est ridiculement faible et on se retrouvera aussi au-delà de la limite "conservatrice" de 1,4 ATA de ppO2. Tout ça pour quoi? Pour rien du tout, si ce n'est que de dire à son beauf qu'on est allé plus profond que lui...
    Je pense qu'il ne vient à l'idée de personne de planifier une plongée à 60 m sans paliers de décompression, à moins d'être un super "perfomer" en vitesse de descente. Par ailleurs , on peut laisser de côté la limite "conservatrice" de ppO2 qui n'est pas le seuil de toxicité.
    Aujourd'hui en France traditionnellement c'est comme ça. On peut raisonnablement supposer que les plongeurs sont aussi des adultes responsables qui connaissent les risques de l'activité. Maintenant grâce à tout ces gens qui veulent absolument notre bonheur et nous indiquer la voie de la sagesse tout ça risque de changer .

    Laisser un commentaire:

  • Pub

  • whodive
    a répondu
    Envoyé par Nicolas Duguay Voir le message
    À compter d'environ 130 pieds, la pression partielle de l'azote d'un mélange gazeux "air" est telle qu'elle entraînera immanquablement une narcose gazeuse pouvant avoir des effets très néfastes sur le jugement et la capacité d'un plongeur à mener à bien des tâches le moindrement complexes. Sont considérés comme des effets aggravants la narcose des plongées avec une faible visibilité, l'eau froide, le courant, les efforts physiques...
    des même 30m selon certains. donc quoi ? on se limite à 30m ?
    tu propose quoi ? de l'helium dont le stock sur terre est limité, onéreux et dont l'utilisation n'est pas non plus sans danger pour l'organisme ?

    Envoyé par Nicolas Duguay Voir le message
    À compter d'environ 150 pieds, la densité d'un mélange gazeux "air" rend plus difficile la respiration, générant un risque d'essoufflement réel, essoufflement qui lui-même va aggraver la narcose qui a commencé à se faire sentir quelques dizaines de pieds plus haut...
    l'essoufflement ça se gère, ça se préviens.
    Le risque est présent en surface comme à 3m, comme à 20...etc

    Envoyé par Nicolas Duguay Voir le message
    Rendu à 200 pieds, soit environ 60 mètres, le temps de fond autorisé sans palier de décompression est ridiculement faible et on se retrouvera aussi au-delà de la limite "conservatrice" de 1,4 ATA de ppO2. Tout ça pour quoi? Pour rien du tout, si ce n'est que de dire à son beauf qu'on est allé plus profond que lui...
    alors je passe sur les paliers car c'est hors sujet
    nous on utilise 1,6 de pp02, du coup on plonge bien moins profond que le maximum autorisé.
    De plus avec une plongée de 20min max à 60m on est bien en dessous que le maximum autorisé qui est de 45min. et du cumul journalier qui est de 150 min.
    Diable, qu'est ce qu'on est raisonnable !

    Envoyé par Nicolas Duguay Voir le message
    Bref, lorsqu'on procède à la plus simple des analyses des risques versus bénéfices, il est difficile de ne pas en conclure que la limite française de 60 mètres à l'air tient probablement d'une certaine tradition qui ne repose sur aucune base scientifique et qui fait courir un risque inutile aux pratiquants, non?
    Non, ça tient de résultats scientifiques, juste que t'y connais rien
    La réglementation n'impose pas d'aller à 60m, elle limite, donc elle empêche de prendre trop de risques.
    En plus il est possible pour ceux qui le souhaitent et qui en ont l'utilité, de faire du trimix.

    Laisser un commentaire:


  • Nicolas Duguay
    a répondu
    Envoyé par Humuhumu Voir le message

    Salut,

    J'adore le "déco pas optimale (l'azote c'est de la merde)". Cela prouve au moins que tu ne sais pas de quoi tu parles. L'azote nous en avons l'habitude, c'est 80% de ce que nous respirons 24/24 et 7/7... Les phénomènes de narcose sont peu étudiés scientifiquement et il n'y a pas de certitudes, de preuves de type A. L'hélium est un gaz rare, dont nous ne savons finalement que peu de choses. Dès que tu mets de l'hélium dans ce que tu respires, tu te mets aussi en danger (sa diffusion est beaucoup plus rapide). Je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas en utiliser, j'ai juste dit que prétendre que plonger à 60m à l'air, c'est débile, parce que l’hélium, c’est tellement mieux et blablabla, c'est tout aussi débile.
    C'est probablement mon côté "anglo-saxon" qui fait que je ne pige pas votre humour, mais c'est quand même quelque chose de dire que l'azote ne pose pas problème car nous en respirons tous les jours... En fait, à ce point, je ne sais même pas par où commencer...

    En fait, il faut que vous sachiez que... ah pis non! laissez donc faire!

    Je m'éloigne un peu du sujet, mais vous seriez pas un peu de la chouette équipe des anti-vax et des pourfendeurs d'OGM?

    Tout aussi amicalement

    Nicolas

    Laisser un commentaire:


  • Nicolas Duguay
    a répondu
    Envoyé par Humuhumu Voir le message

    Salut,

    Expliques nous donc pourquoi plonger à 60m te pose un problème ? Toi avec tes idées anglo-saxonnes, personne ne t'oblige à le faire: donc laisses nous tranquille !

    Arrêtons de vouloir faire du règlement de partout, laissez donc les plongeurs tranquille... Quant à ton "consensus", je me demande en combien de mots cela s'écrit.

    Amicalement

    Bertrand
    Voire un brin plus haut pour les raisons en question... Sinon, pour les "idées anglo-saxonnes", passons!

    Laisser un commentaire:


  • Nicolas Duguay
    a répondu
    Envoyé par whodive Voir le message

    explique nous pourquoi
    À compter d'environ 130 pieds, la pression partielle de l'azote d'un mélange gazeux "air" est telle qu'elle entraînera immanquablement une narcose gazeuse pouvant avoir des effets très néfastes sur le jugement et la capacité d'un plongeur à mener à bien des tâches le moindrement complexes. Sont considérés comme des effets aggravants la narcose des plongées avec une faible visibilité, l'eau froide, le courant, les efforts physiques...

    À compter d'environ 150 pieds, la densité d'un mélange gazeux "air" rend plus difficile la respiration, générant un risque d'essoufflement réel, essoufflement qui lui-même va aggraver la narcose qui a commencé à se faire sentir quelques dizaines de pieds plus haut...

    Rendu à 200 pieds, soit environ 60 mètres, le temps de fond autorisé sans palier de décompression est ridiculement faible et on se retrouvera aussi au-delà de la limite "conservatrice" de 1,4 ATA de ppO2. Tout ça pour quoi? Pour rien du tout, si ce n'est que de dire à son beauf qu'on est allé plus profond que lui...

    Bref, lorsqu'on procède à la plus simple des analyses des risques versus bénéfices, il est difficile de ne pas en conclure que la limite française de 60 mètres à l'air tient probablement d'une certaine tradition qui ne repose sur aucune base scientifique et qui fait courir un risque inutile aux pratiquants, non?

    Mais bon, je suis un peu pépère la virgule quant à la prise de risque (ce qui ne veut pas dire que je n'en prends pas, croyez-moi!!!, mais les miens, ils sont calculés...) et j'ai comme conjointe une coroner qui amène à la maison des caisses pleines de dossiers d'imbéciles mort trop jeune parce qu'elle était donc bien importante, leur liberté de prendre des risques et de mener leur barque comme bien leur semblait... M'enfin...

    Laisser un commentaire:


  • Nicolas Duguay
    a répondu
    Envoyé par brenique Voir le message
    Ben tu sais nous on est un pays de "pauvres" ...

    PS : Inondé par chez toi?
    Nope! On est au sec!

    Laisser un commentaire:

  • Pub

  • la philoche
    a répondu
    Envoyé par Xabi Voir le message
    Tout est là.
    t'y connais rien à l'azote () mais t'as le droit d'y aller.
    Tu sais que c'est pas le top, et que y'a plus confort que la tente de camping pour dormir passé 50 ans.
    Mais si y'a que ça pour passer la nuit à l'entrée du siphon.......
    M’en parle pas je vais re dormir sous la tente cette été, mais les siphons valent le coup
    un touch&go a 70 si il faut le faire , je le ferai. Mais les gros temps fond du style 40/50 minutes a 60 c’est fini, on a eu trop de problème.
    On peut tourner le problème dans tout les sens, l’azote est une grosse molécule et tout les problèmes viennent de la. Pour l’helium Il est très bien connu chez les pro avec des dizaines de milliers de plongées, documentées, analysées et globalement c’est un excellent gaz. Par contre je reste bien conscient que le trimix en ouvert c’est l’enfer, entre le prix des gaz, la logistique etc c’est ingérable.

    Laisser un commentaire:


  • emmanuelC
    a répondu
    Plonger à l'air à 60, je ne trouve pas que ça soit "con". C'est une possibilité qui existe et qui fonctionne. Il faut "juste" bien avoir à l'esprit ce que ça implique comme planification et qu'on ne va pas directement à 60 parce qu'on vient d'avoir son PA60 en poche.

    Donc 60 à l'air "oui", par contre, on n'est pas obligés de faire sa déco à l'air...

    C'est plonger à l'air au delà de 60 qui est "un peu tendu" (règlementairement et rapport à l'azote (mais on n'est pas tous égaux à la narcose non plus), puis de l'hyperoxie).

    J'ai adoré le Roraima, Babody, le Viel Odet (départ des Glénan) et d'autres. Je n'y vais pas à chaque plongée mais j'y retourne dès que je peux. Sinon, il y a effectivement de quoi s'amuser sur la côte méditerranéenne.

    Laisser un commentaire:


  • Xabi
    a répondu
    Envoyé par la philoche Voir le message
    Si ca peut vous rassurer je reste terriblement français : il m'arrive encore très rarement de tartiner à l'air, mais il me faut une très bonne raison;
    Tout est là.
    t'y connais rien à l'azote () mais t'as le droit d'y aller.
    Tu sais que c'est pas le top, et que y'a plus confort que la tente de camping pour dormir passé 50 ans.
    Mais si y'a que ça pour passer la nuit à l'entrée du siphon.......

    Laisser un commentaire:


  • nics
    a répondu
    Mais quand je lis centaines réactions "épidermiques", je doute...

    Laisser un commentaire:


  • nics
    a répondu


    Si ça peut permettre à certains de réviser leur position, ce sera pas si mal...

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X