Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Un mort de plus...: Décès d'un plongeur-démineur dans la Manche

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Un mort de plus...: Décès d'un plongeur-démineur dans la Manche

    Je viens de voir cette triste nouvelle

    http://www.tendanceouest.com/actuali...la-manche.html


    "Un plongeur-démineur de la Marine nationale, est décédé à la suite d'un accident de plongée en baie de Seine, dans la Manche. Un plongeur-démineur de la Marine nationale, également champion du monde de nage en eau vive, est décédé à la suite d'un accident de plongée en baie de Seine dans la Manche, a annoncé le ministère de la Défense.
    Ce second-maître âgé de 24 ans, a été "victime d'un malaise par 28 mètres de fond" lors d'une mission opérationnelle, mardi 23 mai 2017, a précisé l'état-major des armées dans un communiqué.
    "Son binôme, constatant qu'il était inconscient, l'a alors immédiatement pris en charge et remonté à bord du chasseur de mines L'Aigle".
    Le plongeur pris en charge n'a pas survécu

    Après de premiers soins à bord, le plongeur a été évacué par hélicoptère vers l'hôpital du Havre (Seine-Maritime) où il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi 24 mai.
    Plongeur-démineur et sportif de haut niveau

    Entré dans la Marine nationale en 2012, le militaire était plongeur-démineur depuis 2013. Sportif de haut niveau, il était aussi champion du monde de riverboarding.
    La ministre des Armées, Sylvie Goulard, a présenté "ses condoléances à la famille, aux proches et aux camarades" du jeune champion."





    Les jours se suivent et les mauvaises nouvelles aussi....




  • Pub

  • cassenoisettes
    a répondu
    Vous remarquerez d'ailleur dans cet article que le recycleur n'est pour rien dans les accidents, c'est juste que l'on sait mieux les reconnaitre....

    Laisser un commentaire:


  • Xabi
    a répondu
    C'est un proto.
    vont finir par intégrer la mesure dans l'embout. Pis intégrer aussi l'électronique dans l'embout.
    Bref, c'est un proto

    Laisser un commentaire:


  • dwooppy
    a répondu
    Ca doit etre sympa niveau espaces morts, qui sont déjà monstrueux sur des recycleurs.

    Laisser un commentaire:


  • CMDC
    a répondu
    Je parlais dans un autre fil, d'ordinateurs de plongée plus intelligents ... on y arrive !

    Laisser un commentaire:

  • Pub

  • nics
    a répondu
    Les gars vontfaire des crampes et des add des muscles de la mâchoire s'ils doivent plonger avec ce machin entre le détendeur et l'embout...

    Laisser un commentaire:


  • Xabi
    a répondu
    http://www.opex360.com/2018/12/16/un...rs-militaires/

    Laisser un commentaire:


  • nics
    a répondu
    Mais là on parle de crime perpétré par un ou des militaires... pas de responsabilité de l'institution potentiellement engagée à cause de matériel utilisé par certains militaires...

    Laisser un commentaire:


  • Amore
    a répondu
    Mais ... nous ne sommes pas en temps de paix si je m'en réfère aux déclarations de nombreux "politiques" ...
    Et si le secret défense ne peut s'appliquer, il restera la raison d'Etat.

    Laisser un commentaire:


  • nanobulle
    a répondu
    Envoyé par CMDC Voir le message

    Pas sûr qu'ils aient eu le choix !
    Ils ne l'ont pas eu.

    En France, la loi 82-261 du 21 juillet 1982 a supprimé, en temps de paix, les tribunaux permanents des forces armées ainsi que le Haut tribunal permanent des forces armées.

    Depuis l'entrée en vigueur de cette loi, les infractions au code de justice militaire ainsi que les crimes et délits de droit commun commis par les militaires dans l'exécution du service ne relèvent donc plus de la compétence des juridictions militaires, mais de celles des juridictions de droit commun.

    Laisser un commentaire:

  • Pub

  • CMDC
    a répondu
    Envoyé par nics Voir le message
    L'armée laisserait la justice civile mettre son nez dans ses affaires ?
    Pas sûr qu'ils aient eu le choix !

    Laisser un commentaire:


  • nics
    a répondu
    L'armée laisserait la justice civile mettre son nez dans ses affaires ?

    Laisser un commentaire:


  • dangue
    a répondu
    Vous savez comment on appel l'armée ? ......la grande muette.... Et la Marine est encore plus "spéciale"" .
    Le CRABE est considéré comme arme de guerre/secret défense et tout le tralala , tout comme l'était le DC55...Ça m’étonnerait qu'il sorte quelque chose de concret de cette affaire ou alors les chose ont bien changé depuis que mon pére y était (officier de la Marine).

    Laisser un commentaire:


  • stef75
    a répondu
    Envoyé par Amore Voir le message

    Voilà bien du bon sens et des questions bien légitimes
    Le tribunal de Rennes pourra statuer de manière limpide si le secret défense n'est pas opposé ...
    Tout dépend de l'interprétation, la machine est elle un équipement de combat ? La plongée dans ce cadre est elle "hors structure"... on n'a pas finit de troller sur le sujet

    Laisser un commentaire:


  • Amore
    a répondu
    Envoyé par nanobulle Voir le message

    Pour le cas qui nous préoccupe, il apparaît que le CRABE est un matériel qui n’assure pas une sécurité individuelle totale aux plongeurs.
    Ils le disent entre eux.
    Les médecins de la Marine Nationale en conviennent.
    L’État-Major connait cette situation puisqu’il envisage même de modifier l’appareil.
    En attendant, il s’agit, pour lui, d’un problème stratégique.
    S’il juge que ce matériel donne aux plongeurs une supériorité opérationnelle incontestable, qu’il leur confère un avantage tactique évident, pourquoi adopterait-il l’option d’interdire son emploi ?
    Quelques vies de plongeurs ? ….
    Ce serait volontairement, militairement, s’affaiblir.
    On peut penser que tout cela a été bien pesé.

    La logique martiale l’a emporté et la Marine Nationale a décidé d’imposer et pérenniser l’emploi du CRABE, malgré la mise en danger objective de ses plongeurs.

    Cette décision est-elle éthiquement légitime, dans le cadre de l’Armée Française ?
    Est-elle éthiquement légitime, dans le cadre de notre société ?
    C’est de cela dont il s’agit et qu’il faut débattre.

    Des experts ont été nommés. Ils apporteront des réponses.
    Mais ce sera au tribunal de grande instance de Rennes de juger s’il y a faute ou pas.

    En attendant les questions précédentes demeurent.
    Ce sont celles que posent les parents du malheureux militaire décédé.
    Ce sont sans doute celles que posent ses camarades plongeurs.

    Ce sont celles que nous devons tous nous poser, en tant que citoyens.
    Voilà bien du bon sens et des questions bien légitimes
    Le tribunal de Rennes pourra statuer de manière limpide si le secret défense n'est pas opposé ...

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X