Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Plongée et AVC : question !?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Plongée et AVC : question !?

    Bonjour à tous,

    J'ai un ami plongeur qui a fait un mini AVC et personne du corps médical n'est sûr si il peut ou pas re plonger...
    Le principe de précaution est de mise...

    Avez vous d'autres infos ??

    Merci

  • #2
    Envoyé par Roycool
    Avez vous d'autres infos ??
    Moi non. Bonne journée.


    Blague à part il y a tellement de problèmes médicaux différents sous l'étiquette AVC que si tu veux avoir des réponses, ou plutôt si ton ami veut en avoir, faudrait nous donner un peu plus de grain à moudre. C'est très probable qu'il puisse reprendre, mais quid d'éventuelles séquelles? Est-ce qu'il a vraiment fait un avc, ou un autre malaise? Une cause à t'elle été identifiée?
    Il y a quand même quelques toubibs plongeurs neurologues, cardiologues, par exemple, qui pourraient, dossier médical en main, donner des réponses un poil mieux documentées que ce que tu obtiendras ici en deux lignes...
    On the loop again

    Commentaire


    • #3
      Même réponse que le collègue Parpaing: "mini-AVC" ne veut rien dire médicalement. C'est ou ça n'est pas, et c'est tellement servi à toutes les sauces actuellement - on pourrait dire devenu à la mode - que sans imagerie, (IRM ou au moins scanner), ça peut être tout et n'imp'.
      Quant au rapport avec la reprise de la plongée, il va s'évaluer sur deux thèmes indépendants:
      - séquelles motrices, sensitives, visuelles, cognitives, etc... gênant la pratique, la communication, devant faire prendre des précautions particulières;
      - cause de l'AVC, risquant ou non de se reproduire en plongée, ou du fait de celle-ci; en particulier un trouble du rythme cardiaque, une maladie de la coagulation sanguine, ...
      Donc il n'y aura pas de réponse sur ce cas sur un forum, c'est à discuter avec un neurovasculaire, conjointement et selon le besoin avec un cardio, un réadaptateur, etc.
      Never argue with a fool, people might not know the difference...

      Commentaire


      • #4
        Merci pour vos réponses.

        On lui dit qu'il pourrait faire des crises d'épilepsies sous l'eau...

        Commentaire


        • #5
          Ça fait partie des séquelles possibles, surtout pour un AVC étendu et touchant le cortex cérébral. Si c'est un AVC dit "sous-cortical", pas de risque particulier. Mais comme tu vois, il faut imagerie et neurologue pour répondre à un cas particulier.
          Never argue with a fool, people might not know the difference...

          Commentaire


          • #6
            Bonjour

            Je ne comprends pas cette tergiversation .

            Un antécédent d'AVC caractérisé = plus de plongée .

            Bernard
            (une sorte de revenant )

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par stranglerfig
              Bonjour

              Je ne comprends pas cette tergiversation .

              Un antécédent d'AVC caractérisé = plus de plongée .

              Bernard
              (une sorte de revenant )

              content de te relire, Bernard

              welcome back
              au fond, la forme
              Who dare dive

              Christophe 38
              bien faire et laisser braire

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par stranglerfig
                Bonjour

                Je ne comprends pas cette tergiversation .

                Un antécédent d'AVC caractérisé = plus de plongée .

                Bernard
                (une sorte de revenant )
                plus maintenant (enfin si ça avait cours avant
                j'ai une copine, AVC et FOP, elle plonge. je suis sa binôme sur une plongée nitrox par jour max, 20m max, NO DECO

                Certif medical d'un médecin fédé
                elle est N2, FOP et AVC avant ses débuts en plongée.

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par stranglerfig
                  Bonjour

                  Je ne comprends pas cette tergiversation .

                  Un antécédent d'AVC caractérisé = plus de plongée .

                  Bernard
                  (une sorte de revenant )
                  C'est quoi un AVC caractérisé? Un malaise sans lendemain avec un spot douteux en IRM? Un infarctus étendu avec de lourdes séquelles? Un sinus veineux découvert bouché après une crise de vertige ORL?? Une amaurose transitoire considéré comme un AIT carotidien aussi bien chez un grand athéromateux que chez un jeune patient qui a même pas été examiné par un ophtalmo?

                  Encore une fois, AVC, en soit çà veut rien dire. Une rupture d'anévrysme personne appelle çà AVC. Et il sort tous les jours des services d'urgences des patients avec un diagnostic d'AVC, avec parmi eux, des problèmes qui sont en fait des attaques de paniques, des effets secondaires de médicaments, des problèmes ORL, etc... Donc non, on ne peut pas se contenter de dire AVC = plus de plongée.
                  On the loop again

                  Commentaire


                  • #10
                    Alors soyons rigoureux , si un AVC n'est pas un AVC mais le fourre tout dont tu parles , le sujet n'a pas lieu d'être.

                    ( et si un AVC est "une attaque de panique" , il vaudra mieux recommander la plus extrême circonspection quant à l'aptitude à plonger )

                    amicalement

                    quel monde nous vivons !

                    Bernard

                    Commentaire


                    • #11
                      Hors Sujet

                      Envoyé par christophe 38
                      content de te relire, Bernard

                      welcome back

                      Un vrai plaisir de te voir toujours au poste , Christophe !
                      bien amicalement

                      Bernard

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par stranglerfig
                        Alors soyons rigoureux , si un AVC n'est pas un AVC mais le fourre tout dont tu parles , le sujet n'a pas lieu d'être.

                        ( et si un AVC est "une attaque de panique" , il vaudra mieux recommander la plus extrême circonspection quant à l'aptitude à plonger )

                        amicalement

                        quel monde nous vivons !

                        Bernard
                        Ecoute, un AVC j'ai peut etre une petite idée de ce que c'est j'en soigne et j'en préviens tous les jours. Et malheureusement il m'est arrivé aussi d'en provoquer. Tout ce que je veux dire, c'est que quand on nous parle de mini AVC, la première question, c'est quel est le diagnostic exact, car souvent c'est tout autre chose. Justement si ce "mini AVC" était en fait une attaque de panique, on est bien d'accord, çà poserait plus de problème, par exemple, qu'une hémorragie pré pontique idiopathique ou qu'une thrombose asymptomatique d'un sinus latéral par exemple... Au moins sur çà on est d'accord
                        On the loop again

                        Commentaire


                        • #13
                          Bonjour, ce sujet m'intéresse et j'aimerais aussi savoir si, à votre avis, je peux reprendre la plongée sans trop de soucis ou si je dois m'attendre à me voir interdire définitivement la pratique.

                          J'ai fait ce qui a été diagnostiqué comme un "infarctus sylvien gauche sans occlusion artérielle" en octobre 2014.
                          Heureusement pour moi, je n'ai pas de séquelles de ce qui m'a été décrit comme un AIT (Accident Ischémique Transitoire) et qui est, d'après ce que j'en ai compris, une des nombreuses formes d'Accidents Vasculaires Cérébraux...
                          Lors des différents examens, les médecins n'ont pas réussi à définir une "cause". La seule chose qu'il ont trouvé c'est "un foramen ovale perméable associé à une ballonisation du SIA sans argument clinique ou biologique pour une phlébite ou une embolie pulmonaire".

                          Depuis 2 ans, en plus de ce souci de santé "transitoire", j'ai eu d'autres problèmes à traiter (familiaux et professionnels) qui m'ont éloignés de la plongée.

                          Aujourd'hui la question se pose de m'y remettre pour le plaisir, mais peut-être aussi pour une éventuelle reconversion professionnelle.

                          Je sais que certains vont me dire de consulter les instances et les médecins, et que suite à ce genre de soucis de santé c'est exclus de plonger à nouveau, etc.
                          Mais j'aimerais aussi avoir l'avis d'autre personnes, et en particuliers des camarades plongeurs qui savent ce que c'est d'être dans le bleu...

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par Pyrat
                            Aujourd'hui la question se pose de m'y remettre pour le plaisir, mais peut-être aussi pour une éventuelle reconversion professionnelle.

                            .
                            je ne suis pas médecin mais je réponds par le bon sens qui semble être demise :

                            Du moment qu'il y a eu cet accident vasculaire, cela veut dire que l'organisme est fragile. Donc il faut le ménager :

                            - Je comprends très bien l'attirance du bleu et si la médecine estime le risque de récidive faible , plonger doit être possible , mais en se ménageant , plongée loisir, sans déco pas trop profond, dasn de bonnes conditions ( pas d'eau froide, pas trop de courant etc ..).
                            - Par contre faire de la plongée son métier , c'est admettre un rythme soutenu, des formations avec des entrainements qui ne ménagent pas l'organisme ( remontées assistées, remontées trop rapides etc ..) et là je ne pense pas que ce soit raisonnable.

                            Commentaire


                            • #15
                              Salut,
                              puisque tu as lu le fil, tu es déjà au courant des multiples nuances que recouvre le terme simpliste d'AVC. Comme le collègue Parpaing, c'est mon boulot, et j'en ai vu en direct quelques (centaines) milliers, et débouché quelques uns.
                              J'ai l'habitude de dire à mes patients qui veulent de la certitude 100%: "Pour ça, allez à la caisse du supermarché. Vous y aurez toujours des réponses, tout le monde sait ce qu'il faut faire devant (au choix) un AVC, une SEP, une tumeur, etc. Il n'y a qu'un neurologue qui vous dira qu'il ne sait pas".
                              Never argue with a fool, people might not know the difference...

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X