Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Plongée en Normandie, Fécamp, Club subaquatique Fécampois

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Plongée en Normandie, Fécamp, Club subaquatique Fécampois

    Samedi 20 octobre 2018.

    Le jeudi 18 octobre le mail du club de plongée est clair, plongée le samedi, rdv 8 h le matin au local, plongée a six milles du port, l’après-midi plongée à 15 h 30, accessible N1.
    Un mail pour valider et voilà un samedi sympathique en prévision.
    7h30, samedi matin, un brouillard, il fait cinq degré, le bonheur de la Normandie….
    8h10, arrivée au local, un peu en retard, tout le monde est déjà présent, c’est le rassemblement de tous les encadrants du club !! Seize courageux sont tombés du lit !! Bonne ambiance malgré le froid et l’heure matinale, le café est prêt, vite avalé pour aller charger le bateau.
    Tout est à bord, tout le monde est prêt, il manque juste un stylo… mais bon c’est sportif un Directeur de plongée et remonter au local c’est un détail !!
    La sortie du port se fait sous le soleil, une petite brume se dégage de l’eau, une mer belle, en route, le grand pil’hours fait parler ses chevaux, direction l’épave de l’Alice.
    https://www.plongee-infos.com/chaque...r-1917-lalice/
    Six miles plus loin, le pilote nous met sur le point de cette épave, le mouillage est mis à l’eau, deux plongeurs vont l’assurer. Le parachute rouge nous indique que le mouillage est bon, il ne reste qu’à accrocher le bateau et se préparer après avoir écouté les consignes du DP et un briefing sur l’épave.
    La mise à l’eau est rapide, le soleil brille au large. Bascule arrière, on suit le mouillage pour descendre, l’eau est claire, 17 degré en surface, on est pourtant fin octobre.
    On retrouve une palanquée le long du mouillage, on les dépasse quand ils nous disent que tout va bien.
    A 20 mètres de fond, on voit une nué de tacauds, derrière eux l’épave, plus de dix mètres de visibilité, ça valait le coup de se lever !! on se balade le long de l’épave, des congres, des tourteaux, des homards, un congre en pleine eau nous passe sous les jambes, on suit la coque pour aller voir une des hélices, on se balade le long des membrures, près du moteur, on peut prendre un peu de hauteur pour admirer l’ensemble.
    On croise un camion en plein phares !! Non c’est juste un vidéaste qui éclaire mais de loin cela reste impressionnant. On continu la plongée pour revenir vers le mouillage, les paliers commencent à s’afficher, on est à trente-deux mètres. Huit minutes de paliers, on remonte à reculons pour profiter de cette jolie vue sur l’épave. Des sourires sous le détendeur, au palier, on retrouve les autres palanqués. Douze personnes sous le bateau se font des coucous, le courant est nul, tout le monde est heureux, les paliers passent tranquillement. Au fur et à mesure tout le monde remonte à bord, aidé par la première palanquée qui assure la sécurité surface.
    Des sourires, des visages heureux sous le soleil, une mer d’huile, un vrai moment de bonheur et de partage pour tous les plongeurs présents.
    Le parachute du mouillage vient de remonter la dernière palanquée a quitté l’épave, on les récupère peu après, tout le monde est à bord, le matériel assuré, en route pour le port de Fécamp.
    Nous débarquons sous un grand soleil. Le matériel est remonté, rincé, les blocs regonflés, les courageux s’occupent du repas. Un moment de convivialité sous le soleil, on parle de plongées, de projets tout en profitant de la température et de la douceur du mois d’octobre.
    A 15h, certains partent et d’autres arrivent au local, on s’équipe à nouveau pour partir, sur le VP 15/15 ou rotherbaum
    https://www.grieme.org/pages/vp1515.html
    Douze plongeurs à bord, en route pour les grandes dalles, le point est connu et le mouillage est mis en place.
    Après un briefing, une première palanqué va l’assurer. La visibilité est moindre, trois à quatre mètres, on est en bord de cote. Sur un fond de dix-huit mètres, le mouillage est passé au-dessus du canon, l’ancre descend au sable, on la remonte pour assurer le mouillage sans abimer l’épave, on envoi le parachute pour signaler à la surface la validité du mouillage.
    La partie haute de l’épave est tombé au sable, le poste de pilotage se trouve désormais à plat, toutefois le canon et les membrures de l’épave sont superbes. On découvre le moteur, un douze cylindre diesel, à l’avant la découpe de la proue est impressionnante, un spectacle sympa tout au long de cette plongée, même si la visibilité est un peu réduite, c’est vraiment une épave intéressante et pleine de vie.
    La remontée se fait sans soucis, le long du mouillage, pas de palier, mais trois minutes de sécurité, c’est notre deuxième plongée et l’eau est à dix-huit degrés à trois mètres.
    Nous remontons à bord et la dernière palanquée se met à l’eau. Les palanquées remontent à tour de rôle, des sourires, et une seule envie pour tous revenir avec une meilleure visibilité.
    Le retour au port se fait sur une mer d’huile, au soleil. Le bateau est déchargé, rincé, le matériel remonté au local. Une douche chaude et cette belle journée se termine au local du CSF.
    Un Grand merci à tous ceux qui œuvrent pour que ces journées se fassent, c’est un bonheur d’y participer.
  • Pub

  • #2
    Merci pour ce joli récit.
    J'aurai aimé refaire le même à Dieppe mais je suis revenu trop tard des eaux "chaudes" de Méditerranée et maintenant le temps changent et le vent est de la partie.
    Alain Plongeur N3 Nitrox normand.

    Commentaire


    • #3
      Merci pour le CR Julien, ça donne vraiment envie d'y plonger !

      Commentaire


      • #4
        super récit!!

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par MomZo Voir le message
          Merci pour le CR Julien, ça donne vraiment envie d'y plonger !

          MDR... une visi comme ça à Fécamp c'est rare, c'est plutôt une visi évoluant entre la purée et la nuit noire (vécu !). J'ai laissé tomber ce coin voici plusieurs années. Très peu d'intérêt, sauf l'UJ 1433 quand un N4 ne te pourrit pas ta plongée par son incompétence.
          http://philippe-burnel.fr

          Commentaire

          • Pub

          • #6
            Envoyé par Ophrys Voir le message


            MDR... une visi comme ça à Fécamp c'est rare, c'est plutôt une visi évoluant entre la purée et la nuit noire (vécu !). J'ai laissé tomber ce coin voici plusieurs années. Très peu d'intérêt, sauf l'UJ 1433 quand un N4 ne te pourrit pas ta plongée par son incompétence.
            salut, en ce moment, on a de superbes conditions de plongées en manche, une belle visi sur Fécamp et les épaves au large, ce mercredi deux plongées, plus de 10 mètres de visi !! oui, ça peut arriver de plonger avec peu de visibilité mais ces derniers temps, c'est rare. Tu parle de l'UJ, une épave proche de la cote avec souvent peu de visibilité, alors que sur des plongées a plus de 6 milles on a de bonnes conditions !! Après je ne connais pas la personne qui t'a pourrit ta plongée mais je ne peux que t'inviter a revoir ta copie sur les plongées en manche !!

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Julien Fouquer Voir le message

              s je ne peux que t'inviter a revoir ta copie sur les plongées en manche !!
              Pas demain la veille ! j'en ai suffisamment à mon actif dans ce secteur, c'est bon comme ça.(je parle de cette partie de la Manche évidemment, plus à l'Ouest où il y a la vraie mer c'est différent.


              http://philippe-burnel.fr

              Commentaire

              Chargement...
              X