Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[mode nulle on ] petite question recycleur

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [mode nulle on ] petite question recycleur

    Hello !

    Juste comme ça, j ai des idées reçues "idiotes" me semble t il sur les recycleurs ... En fait , j'en ai essayé un cet été ( un truc de débutant) et une question me vient à l'esprit.
    D'après la lecture que je fais de vos posts , il semble que vous puissiez plonger profond avec les bêtes ( dans profond, j'entend pas par la mon profond à moi des 40/50, mais heu un peu plus ? ) . Comment vous faites pour les gaz ?? 5 quels gaz utilisez vous, faites vous des changements de mélanges ( là, je vois pas trop comment vous faites...)

    Bref, expliquez moi un peu svp
    - Flo -
    mon site : www.plongeuse.eu
    Vidéoflo, la galerie vidéo
    La galerie photo (non-sous'm)
    La galerie photo sous-marine
  • Pub

  • #2
    Bref, expliquez moi un peu svp
    Sans trop entrer dans les détails compliqués :
    Tu as dû essayer un Dolphin ou un Ray, c'est-à-dire un appareil semi-fermé (il fait un peu de bulles) avec un seul mélange (nitrox). Tu es donc limitée par la profondeur d'usage de ce mélange. Si tu veux conserver le principe du semi-fermé mais que tu veux aller plus profond, il suffit d'avoir plusieurs mélanges (par exemple du trimix, un nitrox 35 et de l'oxygène) que tu vas connecter tour à tour à ton recycleur. Exactement comme on le ferait en circuit ouvert, mais avec une moindre consommation de gaz. En fait une semi-fermé est plus un décupleur de bloc qu'un vrai recycleur.
    L'autre méthode consiste à utiliser un circuit fermé (plus de bulles du tout), avec deux bouteilles (une d'oxygène et une de diluant qui peut être de l'air, du trimix ou de l'héliox) tu vas fabriquer une infinité de mélanges, en réalité tu ne respireras jamais le même mélange, seule la PpO2 est gardée constante (ou quasiment) au cours de la plongée. Le circuit fermé est bien sûr beaucoup plus performant que le semi, mais il est aussi plus délicat à mettre en oeuvre, principalement en raison du contrôle de l'oxygène qui est tout sauf évident.
    Amitié.
    Jacques
    Jacques
    -------------
    Quiconque prendra ce post au sérieux sera immédiatement abattu, quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi
    (adapté de) Ed Abbey - Le retour du gang de la clef à molette

    Commentaire


    • #3
      Question de novice également : le mélange n'étant jamais constant comment se calcule les paliers ??
      Tigrou, webmaster de :
      Scubadata : carnet de plongée en ligne, sites de plongée, récits de voyages
      Scuba Channel la web tv de la plongée
      Logiciel de gestion d'association

      Commentaire


      • #4
        L'ordi connait la PPO2 car il est connecte a une sonde O2 placee dans la boucle respiratoire.

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par christianGAS
          L'ordi connait la PPO2 car il est connecte a une sonde O2 placee dans la boucle respiratoire.
          Ou alors avec des tables en ppO2 cste
          Jérôme

          Les Vidéos , Le site du NPSFQQA

          Caisson étanche -200m pour GoPro HD1 & HD2

          Commentaire

          • Pub

          • #6
            Envoyé par christianGAS
            L'ordi connait la PPO2 car il est connecte a une sonde O2 placee dans la boucle respiratoire.
            Oui enfin , pas indispensable d'avoir une liaison recycleur-analyseur ( je me méfie de la fiabilité du montage et de l'étanchéité)

            Un ordinateur multigaz avec PPO2 (souvent) constante conservatoire ou modifiable en immersion fait très bien l'affaire .

            Les mesures du controleur du CCR suffisent à entrer les nouvelles donnes au fur et à mesure de leur éventelle survenue avec toujours la possibilité de passer en circuit ouvert .


            Bon notez que je n'ai pas encore réalisé toutes ces gymnastiques en plongée avec le VR3C4 , loin de là , mais l'apprentissage sur table ( la table qui a quatre pieds) progresse

            amicalement

            Bernard

            ---
            encore circonspect ...ma ! qui se sent de plus en plus "visionnaire"

            Commentaire


            • #7
              Un ordinateur multigaz avec PPO2 (souvent) constante conservatoire ou modifiable en immersion fait très bien l'affaire .
              Si on parvient à la tenir constante. Avec un appareil manuel (type Kiss) ça demande pas mal de manip (de 100 m à 6 m la PpO2 ne chute pas, elle s'effondre ). Avec un recycleur électronique c'est plus facile, mais le pb de fiablilité électronique est renvoyé de l'ordinateur sur le recycleur.
              Pour ma part je préfère (en terme de fiabilité) un montage type Kiss et un ordi relié à une cellule. Il est toujours possible de passer sur un mode PpO2 fixée ou circuit ouvert au besoin.

              En fait les pb ne viennent pas tellement de l'électronique (après tout on sait faire des ordi immergeables fiables) mais plutôt des cellules O2 qui travaillent dans des conditions détestables et sont souvent un peu caractérielles.

              Les mesures du controleur du CCR suffisent à entrer les nouvelles donnes au fur et à mesure de leur éventelle survenue
              A condition que les mesures prises soient exactes...
              Amitié.
              Jacques
              Jacques
              -------------
              Quiconque prendra ce post au sérieux sera immédiatement abattu, quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi
              (adapté de) Ed Abbey - Le retour du gang de la clef à molette

              Commentaire


              • #8
                Merci

                Tu as bien vu Jacques, c'est bien d un semi fermé ( ou ouvert, selon le même principe que celui de la bouteille ) que j ai testé, je dois dire que ça m a pas mal botté, après les quelques minutes d'adaptations dès l immersion. Mais j ai trouvé l'ensemble assez agréable en fait et à te lire, certaines question vais je dire "pratiques" me sont venues à l esprit ( donc le "mais comment ki font ?" )
                Merci de précisions
                - Flo -
                mon site : www.plongeuse.eu
                Vidéoflo, la galerie vidéo
                La galerie photo (non-sous'm)
                La galerie photo sous-marine

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par Jacques Vettier
                  Si on parvient à la tenir constante. Avec un appareil manuel (type Kiss) ça demande pas mal de manip (de 100 m à 6 m la PpO2 ne chute pas, elle s'effondre ). Avec un recycleur électronique c'est plus facile, mais le pb de fiablilité électronique est renvoyé de l'ordinateur sur le recycleur.
                  Pour ma part je préfère (en terme de fiabilité) un montage type Kiss et un ordi relié à une cellule. Il est toujours possible de passer sur un mode PpO2 fixée ou circuit ouvert au besoin.

                  En fait les pb ne viennent pas tellement de l'électronique (après tout on sait faire des ordi immergeables fiables) mais plutôt des cellules O2 qui travaillent dans des conditions détestables et sont souvent un peu caractérielles.


                  A condition que les mesures prises soient exactes...
                  Amitié.
                  Jacques

                  Salut vous tous et mes voeux en pleine poire !
                  Retour au bercail le foie limite jaunisse...

                  Par rapport à ce que tu viens de dire Jacques : si les sondes sont le point faible (ce qui parait logique), alors quel est l'intéret d'un injecteur type KISS ? Je pensais justement que c'était interesant car l'électronique merdait au niveau de l'injection...

                  Dans ce cas, KISS ou pas, ta sonde peut merdouiller, non ? Et le fait d'injecter en manuel ne change rien à la lecture de la sonde...

                  A+ et merci de m'éclairer
                  Où plonger à Lisbonne ?

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par Jacques Vettier
                    Si on parvient à la tenir constante.
                    Certes...c'est un peu comme tenir le palier de 6m les inflateurs sont là pour ça ... ( je ne parle que de l'Inspiration , les autres CCR , je ne connais pas)


                    Envoyé par Jacques Vettier
                    Avec un recycleur électronique c'est plus facile, mais le pb de fiablilité électronique est renvoyé de l'ordinateur sur le recycleur.
                    Tu conviendras que la fiabilité du système de sondes installé sur le recycleur est plus "fiable" et redondant que le seul analyseur de l'ordinateur greffé sur la machine ( si je dis une bêtise , merci de ne pas me sauter sur le paletot, je n'ai pas encore installé la cellule O2 du Vr3C4 sur l'Inspiration , mais j'ai eu connaissance de certaines circonspections )

                    Envoyé par Jacques Vettier
                    Il est toujours possible de passer sur un mode PpO2 fixée ou circuit ouvert au besoin..
                    Certes , mais ce qui pour l'instant me reste terra incognita , c'est la fiabilité voire la fragilisation du système par la sonde supplémentaire de l'ordinateur ( pour l'instant j'écoute et prends les différentes températures )

                    Envoyé par Jacques Vettier
                    En fait les pb ne viennent pas tellement de l'électronique (après tout on sait faire des ordi immergeables fiables) mais plutôt des cellules O2 qui travaillent dans des conditions détestables et sont souvent un peu caractérielles.
                    Oui , c'est moins l'électronique que les pannes de système ou de mécanique qui me "préoccupent" . Bon pour l'heure , j'en suis à l'usage de l'ordinateur en PPO2 constante ou modulable ( à moi de me tenir à mon setpoint ) .

                    Cordialement

                    Bernard
                    Novice mais qui a déjà prononcé ses voeux

                    Commentaire

                    • Pub

                    • #11
                      [mode nul ON]
                      Une question de Tigrou a retenue mon attention.
                      le mélange n'étant jamais constant comment se calcule les paliers ??
                      Si j'ai bien compris vos réponses, l'ordi connaissant la PPO2 il déduit PPN2 pour calculer les paliers?
                      Et quant est-il avec le trimix?

                      Commentaire


                      • #12
                        Tu as bien vu Jacques, c'est bien d un semi fermé ( ou ouvert, selon le même principe que celui de la bouteille ) que j ai testé,
                        Ben, c'est que j'imaginais mal un baptême en CCR Trimix.
                        Il n'y a guère que le NPSFQQA pour faire ça
                        Amitié.
                        Jacques
                        Jacques
                        -------------
                        Quiconque prendra ce post au sérieux sera immédiatement abattu, quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi
                        (adapté de) Ed Abbey - Le retour du gang de la clef à molette

                        Commentaire


                        • #13
                          Dans ce cas, KISS ou pas, ta sonde peut merdouiller, non ? Et le fait d'injecter en manuel ne change rien à la lecture de la sonde...
                          Non en effet la/les sondes peuvent merdouiller. La différence se fait sur les conséquences d'un merdouillage. Sur un Kiss (et assimilés) l'injection d'O2 n'est pas directement lié aux sondes. Une mauvaises lecture ne peut pas avoir pour conséquence une injection excessive (ou au contraire une absence d'injection) d'oxygène.
                          Bon, d'autres pb peuvent survenir, et la plongée recycleur demande toujours plus d'attention que le circuit ouvert. Il est possible que ça change dans l'avenir, mais pour l'instant c'est comme ça.
                          Amitié.
                          Jacques
                          Jacques
                          -------------
                          Quiconque prendra ce post au sérieux sera immédiatement abattu, quiconque ne le prendra pas au sérieux sera enterré vivant par un bulldozer Mitsubishi
                          (adapté de) Ed Abbey - Le retour du gang de la clef à molette

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par Jacques Vettier
                            Ben, c'est que j'imaginais mal un baptême en CCR Trimix.
                            Il n'y a guère que le NPSFQQA pour faire ça
                            Amitié.
                            Jacques
                            baaa, c'était aussi mon bapteme nitrox, a un peu 34 m ..... faut ptetre pas pousser mémère !
                            - Flo -
                            mon site : www.plongeuse.eu
                            Vidéoflo, la galerie vidéo
                            La galerie photo (non-sous'm)
                            La galerie photo sous-marine

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par Bloop
                              [mode nul ON]
                              Une question de Tigrou a retenue mon attention.

                              Si j'ai bien compris vos réponses, l'ordi connaissant la PPO2 il déduit PPN2 pour calculer les paliers?
                              Et quant est-il avec le trimix?
                              on donne les gaz a l'ordi a mesure qu'on les respire. A priori, il n'y a que la PPO2 qui bouge, le pourcentage d'helium qu'on respire pas reste fixe....

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X