Annonce

Réduire
Aucune annonce.

gonflage O2 300b , dept 06

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • gonflage O2 300b , dept 06

    Bonjour,

    Régulièrement l'idée me revient en tête : l'achat d'un Triton dans un but de voyage (pas par l'avion ).

    Je m'imagine ainsi emmener le Triton, un baril de 20Kg de chaux, un bloc 6.8L carbondive pour le diluant , un bloc 6.8L carbondive pour l'O2, et 1 (2?) bloc de 2L (ou 3L?) Air pour BO.
    Et ainsi, avec un total d'environ 40Kg, un maximum de 18 plongées de 90minutes dans la zone des 25m me tendraient les bras , sans avoir à chercher un centre pour regonfler.
    Mais ce n'est pas ce rêve-mirage qui m'amène à créer ce topic (d'autant plus que je me plante peut-être avec le chiffre 18), mais plutôt ceci :

    - Est-ce que les centres qui seraient équipés d'une chaine de gonflage à 300b et O2 pur, pourraient rechigner (risque?) à gonfler une 6.8L carbondive à 300b (270 réels) d'O2 ?
    - je suppose que la question est presque idiote mais je tente quand même (au cas où) : est-ce qu'un transport mouvementé (type voyage voilier mer démontée) d'un bloc O2 300b comporte un risque ? ou suffit-il simplement de bien caler les blocs pour être sûr qu'ils soient seulement secoués sans petits chocs ?
    - Si les deux réponses précédentes invitent à penser que l'idée pourrait tenir la route, connaissez-vous un centre dans les Alpes Maritimes qui gonfle l'O2 à 300b ? (ou alors dans le Var ?)

    merci
  • Pub

  • #2
    A et B : LoL....
    pour la question C, je n'en connaît pas, dans la mesure où c'est chiant de gonfler à 300 bars (sauf avec du bon matos et une b50 à 200 bars, où c'est vivable).
    Dans les pays du nord, sans souci (ils ont des b50 300) ais par Cheu nou Sé la mie zer'
    (\ /)
    ( . .)
    c('')('')

    Commentaire


    • #3
      Tu touches du doigt un des problèmes typiques du recycleux: où et comment gonfler à l'oxygène?
      Plutôt que de te faire un tampon de 7L, même à 300 bars, (dont tu ne feras pas grand-chose, en fait: il ne va pas dans l'avion, et tu auras de toute façon besoin d'un booster pour en profiter vraiment), je te conseillerai plutôt
      -de viser des centres "recycleur friendly", qui te feront tes gonflages
      -d'acheter ton propre booster, car autant pas mal de boutiques ont une B50 d'oxygène pour proposer le nitrox, autant peu d'entre elles en ont un. Donc on te dit "oui, oui, je gonfle le 100%", mais en fait, la moitié du temps, dans la B50, de toute façon il n'y a plus assez d'oxygène pour te faire ton gonflage...
      - et si tu veux vraiment emmener ta machine sur un voilier, tu n'es plus à çà prêt, achète 4 ou 5 blocs oxygène. En plus tu seras pas en panne pour les ré-épreuves. Sans compter qu'avec le Triton comme tout recycleur qui a une valve Kiss, si ton oxygène s'ouvre pendant le trajet, tu arrives et tu es à plat!!!
      On the loop again

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par le parpaing Voir le message
        Tu touches du doigt un des problèmes typiques du recycleux: où et comment gonfler à l'oxygène?
        Plutôt que de te faire un tampon de 7L, même à 300 bars, (dont tu ne feras pas grand-chose, en fait: il ne va pas dans l'avion, et tu auras de toute façon besoin d'un booster pour en profiter vraiment), je te conseillerai plutôt
        -de viser des centres "recycleur friendly", qui te feront tes gonflages
        -d'acheter ton propre booster, car autant pas mal de boutiques ont une B50 d'oxygène pour proposer le nitrox, autant peu d'entre elles en ont un. Donc on te dit "oui, oui, je gonfle le 100%", mais en fait, la moitié du temps, dans la B50, de toute façon il n'y a plus assez d'oxygène pour te faire ton gonflage...
        - et si tu veux vraiment emmener ta machine sur un voilier, tu n'es plus à çà prêt, achète 4 ou 5 blocs oxygène. En plus tu seras pas en panne pour les ré-épreuves. Sans compter qu'avec le Triton comme tout recycleur qui a une valve Kiss, si ton oxygène s'ouvre pendant le trajet, tu arrives et tu es à plat!!!
        Soit tu as lu un peu trop vite mon texte de départ ...
        ... soit c'est moi qui ait un train de retard car j'aurai mal compris le fait que tu anticipais mes questions suivantes.

        Bref, je ne suis pas sûr de comprendre.
        Tu dis que dans un tel scénario je ferai mieux de prévoir d'acheter en plus un booster et également de me faire livrer directement une B50 d'oxy pour remplir moi-même mon hypothétique future 6.8L carbondive pour partir serein en voyage ? ou ai-je mal compris ?

        Commentaire


        • #5
          Non, mais tu peux (parfois) te pointer chez le gonfleur avec ton booster.
          et tant qu'à sortir des sous pour une carbondive, un 10l est à peine plus encombrante, mais plus fiable pour du volume d'oxygène.
          Enfin, fait tes calculs et voit au mieux (ou deux 8,5l 8,5kg)
          (\ /)
          ( . .)
          c('')('')

          Commentaire

          • Pub

          • #6
            vu qu'en france l'o² est limité a 200 bar et donc de fait interdit a 300 bar , tu ne trouveras aucun magasin pour le faire, sauf a le faire toi même avec un surpresseur ( un bon)

            Commentaire


            • #7
              Merci Etienne pour l'info.
              Peux-tu sortir le texte de référence ?
              (\ /)
              ( . .)
              c('')('')

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par Xabi Voir le message
                et tant qu'à sortir des sous pour une carbondive, un 10l est à peine plus encombrante, mais plus fiable pour du volume d'oxygène.
                Depuis qu'ils ont arrêté la fabrication des 10 l, c'est quand même beaucoup plus compliqué à trouver qu'un 6,8 l.


                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par pmk Voir le message
                  Depuis qu'ils ont arrêté la fabrication des 10 l, c'est quand même beaucoup plus compliqué à trouver qu'un 6,8 l.
                  Alirs il semblerait que Worthington refasse des 10lt... mais il faut les réserver dans l'année précédent la fabrication...


                  l'avenir, c'était mieux avant !

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par steph753 Voir le message
                    Bonjour,

                    Régulièrement l'idée me revient en tête : l'achat d'un Triton dans un but de voyage (pas par l'avion ).

                    Je m'imagine ainsi emmener le Triton, un baril de 20Kg de chaux, un bloc 6.8L carbondive pour le diluant , un bloc 6.8L carbondive pour l'O2, et 1 (2?) bloc de 2L (ou 3L?) Air pour BO.
                    Et ainsi, avec un total d'environ 40Kg, un maximum de 18 plongées de 90minutes dans la zone des 25m me tendraient les bras , sans avoir à chercher un centre pour regonfler.
                    Mais ce n'est pas ce rêve-mirage qui m'amène à créer ce topic (d'autant plus que je me plante peut-être avec le chiffre 18), mais plutôt ceci :

                    - Est-ce que les centres qui seraient équipés d'une chaine de gonflage à 300b et O2 pur, pourraient rechigner (risque?) à gonfler une 6.8L carbondive à 300b (270 réels) d'O2 ?
                    - je suppose que la question est presque idiote mais je tente quand même (au cas où) : est-ce qu'un transport mouvementé (type voyage voilier mer démontée) d'un bloc O2 300b comporte un risque ? ou suffit-il simplement de bien caler les blocs pour être sûr qu'ils soient seulement secoués sans petits chocs ?
                    - Si les deux réponses précédentes invitent à penser que l'idée pourrait tenir la route, connaissez-vous un centre dans les Alpes Maritimes qui gonfle l'O2 à 300b ? (ou alors dans le Var ?)

                    merci
                    Salut,

                    Quels sont les choix qui justifient le type de blocs que tu veux utiliser ?

                    Pourquoi partir sur un gros bloc diluant, un gros bloc O2 et des petits BO ?

                    Il y a peut être moins complexe.

                    Pour du loisir, en équipe :
                    * tu peux demander de l'air en cas de perte totale du scaphandre
                    * 1 BO/diluant (4L 300 bars, 7L)
                    * 1 O2 (2L sur le triton)

                    Pour du loisir en solo :
                    * tu ne peux pas demander d'air
                    * 1 BO/diluant
                    * 1 O2
                    * 1 second BO

                    Ça marcherait très bien en sidemount ou en dorsal (moins bien à mon avis).

                    En mer chaude (Egypte), j'avais ce type de config : une S80, un mCCR et une 2L O2 sous le recycleur. Encombrement minimum ...

                    La mutualisation BO/diluant pour des plongées peu engagées est une option en sidemount.
                    Tu bénéficie :
                    * des rechaps SM sur ton diluant/BO : mode dégradé possible du fait de l'accès aisé au robinet
                    * des rechaps recycleur : tu n'as pas besoin de diluant pour remonter

                    Pour le gonflage, booster un 7l à 300 bar d'O2, c'est pas hyper courant.
                    Avec l'oxygène, les risques sont plutôt au gonflage (compression, échauffement) qu'à l'utilisation (détente).
                    Plus tu monte en pression, plus cela demande du matériel spécifique (booster sécuritaire) et... du temps...
                    Donc pas facile à trouver.

                    Sinon tu as aussi la solution B20 (en location) + lyre pour tamponner un petit bloc recycleur (1 ou 2L).

                    Sur ta dernière question : les risques en cas de chocs, oui surtout avec des carbones.
                    Une petite chute avec un dommage non apparent, fuite d'o2 + moteur de bateau : bof, bof. Pour cette raison, je préférerais une solution avec une B20 de type industriel.

                    Commentaire

                    • Pub

                    • #11
                      Envoyé par stef75 Voir le message
                      (...)
                      Pourquoi partir sur un gros bloc diluant, un gros bloc O2 et des petits BO ?
                      (...)
                      La mutualisation BO/diluant (...)

                      La réponse à ta question (et tes bonnes explications qui suivent) serait probablement : «Parce qu'il y a une zone d'ombre dans ma tête concernant les pannes possibles»
                      J'ai vu mainte fois en vidéo (pas eu l'occasion de tester en situation réelle) et beaucoup songé au fait qu'en cas d'une certaine panne au niveau du détendeur, grâce à l'accès aisé au robinet, on peut ouvrir/fermer pour chaque inspiration.
                      Mais il y a une petite voix dans ma tête (manque de connaissance fort probable) qui me dit qu'il doit exister un type de panne qui rend totalement inutilisable un bloc ( = pas possible d'ouvrir/fermer le robinet pour chaque respiration).
                      Partant de là (et n'ayant aucune pratique en ccr), je m'imagine qu'on ne peut pas compter en toutes situations sur le fait que le diluent serve également de BO.
                      Ai-je tort, ai-je raison ? Ca serait un point à creuser.
                      Je rajouterai que je n'aime pas voir mon binôme comme ma sécurité complémentaire mais comme une sécurité supplémentaire (là aussi, je suis peut-être dans l'erreur, et je suis ouvert à explications).

                      Peut-être (là aussi je ne connais pas) que ceux qui plongent très profond partent du principe qu'il y a peu de probablement que les deux plongeurs aient une panne sérieuse de leur CCR et que les deux doivent passer sur BO. Ainsi les deux pourraient embarquer à eux deux une rechape en ouvert pour un seul plongeur (ça me parait quand même pas sérieux du tout comme idée). Il faudrait demander à ceux qui ont l'expérience de plongées très engagées en binôme, ça n'est pas mon cas.
                      Par extrapolation, en plongée plus soft en binôme il pourrait peut-être y avoir le même raisonnement.

                      Envoyé par stef75 Voir le message
                      Quels sont les choix qui justifient le type de blocs que tu veux utiliser ?
                      En voyage sans passer par l'avion ni train, ça me semble très interessant que l'ensemble du matériel emmené pèse le moins possible. Le Triton pesant 12Kg, ça me semblait une idée séduisante d'emmener avec lui 2x 6.8L carbondive, un total d'environ 40Kg chaux comprise, pour être autonome sur 18 plongées loisirs.

                      Une B20 c'est 35Kg à vide. Si on rajoute le matériel pour gonfler un maximum de fois une 2L oxy, l'ensemble commence à peser lourd ...

                      Peut-être que mon idée de départ était un mirage .... Et dans le var, Cavalaire, chez Eau Bleu ou autre, il n'y a personne qui gonfle O2 300b ?

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par steph753 Voir le message


                        La réponse à ta question (et tes bonnes explications qui suivent) serait probablement : «Parce qu'il y a une zone d'ombre dans ma tête concernant les pannes possibles»
                        J'ai vu mainte fois en vidéo (pas eu l'occasion de tester en situation réelle) et beaucoup songé au fait qu'en cas d'une certaine panne au niveau du détendeur, grâce à l'accès aisé au robinet, on peut ouvrir/fermer pour chaque inspiration.
                        Mais il y a une petite voix dans ma tête (manque de connaissance fort probable) qui me dit qu'il doit exister un type de panne qui rend totalement inutilisable un bloc ( = pas possible d'ouvrir/fermer le robinet pour chaque respiration).
                        Partant de là (et n'ayant aucune pratique en ccr), je m'imagine qu'on ne peut pas compter en toutes situations sur le fait que le diluent serve également de BO.
                        Ai-je tort, ai-je raison ? Ca serait un point à creuser.
                        Tu te pose déjà les questions

                        En CCR tu as déjà de la redondance (fermé, ouvert), il y a des solutions pour la plupart des problèmes. Cela passe par des arbitrages et la mise en place de procédures individuelles ou d'équipe. Tu verras ça en formation. Choisir un formateur qui a un vrai vécu de plongeur recycleur et une variété de pratiques est souvent un plus.

                        Envoyé par steph753 Voir le message
                        Je rajouterai que je n'aime pas voir mon binôme comme ma sécurité complémentaire mais comme une sécurité supplémentaire (là aussi, je suis peut-être dans l'erreur, et je suis ouvert à explications).

                        Peut-être (là aussi je ne connais pas) que ceux qui plongent très profond partent du principe qu'il y a peu de probablement que les deux plongeurs aient une panne sérieuse de leur CCR et que les deux doivent passer sur BO. Ainsi les deux pourraient embarquer à eux deux une rechape en ouvert pour un seul plongeur (ça me parait quand même pas sérieux du tout comme idée). Il faudrait demander à ceux qui ont l'expérience de plongées très engagées en binôme, ça n'est pas mon cas.
                        Par extrapolation, en plongée plus soft en binôme il pourrait peut-être y avoir le même raisonnement.
                        C'est une réflexion assez courante qui me laisse perplexe. La plongée en équipe autorise des solutions simples et efficaces à condition de mettre en place des procédures adaptées.
                        Vouloir être autosuffisant, c'est tendance, mais c'est aussi prendre le risque de compliquer inutilement un scaphandre et de mettre en place des solutions complexes (voir inadaptées) là où la simplicité est possible.

                        Pour info, en plongée très engagée (profonde, souterraine), il y a des équipes de plongeurs qui mutualisent des BO, des scooters, voir le scaphandre principal (en ouvert évidemment). C'est de l'arbitrage bénéfices/risques. Ça ne s'improvise pas mais c'est parfois plus "safe" que d'emmener toute la station de gonflage avec soi

                        Envoyé par steph753 Voir le message
                        En voyage sans passer par l'avion ni train, ça me semble très interessant que l'ensemble du matériel emmené pèse le moins possible. Le Triton pesant 12Kg, ça me semblait une idée séduisante d'emmener avec lui 2x 6.8L carbondive, un total d'environ 40Kg chaux comprise, pour être autonome sur 18 plongées loisirs.
                        Attention je ne dis pas que c'est une mauvaise idée. C'est tout à fait jouable à condition de faire un peu attention à tes blocs (avec des carbones, tu n'auras pas trop le choix). De plus, il y a moyen de les protéger aussi. Si tu n'as aucun moyen de gonflage sur ton bateau, c'est quand même une option intéressante.

                        Après, à voir dans la réalité pour l'autonomie (18 ploufs de 90 minutes). Je ne sais pas comment il est préconisé d'étalonner les cellules avec un triton, personnellement, sur mon latéral (je n'ai que deux cellules), j'étalonne systématiquement à l'O2 au sec et je fais un contrôle de ppo2 dans la zone des 6m et 9m. Ça consomme un peu d'O2 à chaque fois quand même... A la remontée, je termine aussi à l'O2 pur, paliers ou pas (contrôle des cellules notamment).

                        Envoyé par steph753 Voir le message
                        Une B20 c'est 35Kg à vide. Si on rajoute le matériel pour gonfler un maximum de fois une 2L oxy, l'ensemble commence à peser lourd ...
                        C'est vrai...

                        Commentaire


                        • #13
                          Je me demande si une formation spécifique ne serait pas une solution qui permettrait de répondre à ces questions ...


                          l'avenir, c'était mieux avant !

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par stef75 Voir le message
                            Après, à voir dans la réalité pour l'autonomie (18 ploufs de 90 minutes).
                            a mon avis, ça serait plus près des 10 plongées max que des 18.
                            Pour ma part, je consomme environ 90/100 l d'oxy par heure de plongée, ce qui, sans tenir compte des pertes liées aux calibrations et autres manipulation de bloc, ramène à 12 plongées (en finissant à sec d'oxy) soit 10 ou 11 en prenant une marge de sécurité ne pas débuter la plongée avec 30 bar dans le bloc).
                            A celà, tu rajoutes quelques calibrations, démontages de blocs,... et tu as encore perdu quelques bars / plongées.

                            Commentaire


                            • #15
                              oui, c'est l’Arrêté du 15 mars 2000 , modifié en 2005 puis en 2006 ( 78 page de charabia quand même ) mais ça dit la pression des gaz de groupe 1 et 2 sur des bouteilles sup a 1 litre mais inf a 25 litres. certain pays comme la suisse sont a 300 bar pour l'o² en B50 mais pas nous . on peut monter a 425 bars pour des B25 minimum et plus si elle sont fixe, sinon 350 bars max et pour de l'air bien sur.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X