Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le nitrox mauvais pour les vaisseaux sanguins ?

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le nitrox mauvais pour les vaisseaux sanguins ?

    http://m.scuba-people.info/Le-Nitrox...uins_a229.html
    La modestie des plongeurs n’a d’égale que la haute opinion qu’ils ont d’eux-mêmes

    on maitrise ce qu'on fait quand on sait de quoi on est capable

  • #2
    faut attendre encore pour avoir du recul...

    disons que le nitrox existe depuis les années 1970...
    que les plongeurs recycleurs sont au nitrox jusqu'à 40 m (et que tout ça mis bout à bout, ça en fait des heures de marche)..

    bref, faire la part des choses entre l'hérédité, la qualité de l'air (la pollution), la malbouffe.. et l'oxy ça reste un challenge
    au fond, la forme
    Who dare dive

    Christophe 38
    bien faire et laisser braire

    Commentaire


    • #3
      Ce genre d'écrits me laisse un peu sceptique d'autant que les plus gros consommateurs ne sont certainement pas les plongeurs mais certains malades en hôpital qui vivent accrochés à leur bouteille d'oxy. Reste à voir l'influence de la PpO2. De plus cette soi-disante étude (10 plongeurs !!!) se focalise sur le cas des plongeurs, sans plus de précision (ce qui est dommage), et sans faire le // avec les pratiques en hôpital (et pourtant il s'agit d'une équipe de l’Hôpital Universitaire d’Anvers en Belgique). Je pense d'ailleurs que les hôpitaux doivent avoir un bon recul et des études à ne plus savoir qu'en faire. Alors pourquoi un intérêt soudain pour le plongeur qui s'oxygène les poumons une semaine par an. Les militaires sont un autre cas de figure et ne sont pas obligatoirement représentatifs de la pratique loisir.
      Depuis l'arrivée du code du sport 2012 , j'ai décidé de me lancer dans une activité non réglementée... la trottinette !

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par nobubble
        Ce genre d'écrits me laisse un peu sceptique d'autant que les plus gros consommateurs ne sont certainement pas les plongeurs mais certains malades en hôpital qui vivent accrochés à leur bouteille d'oxy. Reste à voir l'influence de la PpO2. De plus cette soi-disante étude (10 plongeurs !!!) se focalise sur le cas des plongeurs, sans plus de précision (ce qui est dommage), et sans faire le // avec les pratiques en hôpital (et pourtant il s'agit d'une équipe de l’Hôpital Universitaire d’Anvers en Belgique). Je pense d'ailleurs que les hôpitaux doivent avoir un bon recul et des études à ne plus savoir qu'en faire. Alors pourquoi un intérêt soudain pour le plongeur qui s'oxygène les poumons une semaine par an. Les militaires sont un autre cas de figure et ne sont pas obligatoirement représentatifs de la pratique loisir.

        tout à fait d'accord avec toi.

        (mais, les plongeurs recycleurs ne sont pas forcement tous des militaires : on trouve des spéléo qui font des plongées de 2 heures et plus, d'affilée (ou Laurent Ballesta, à Rangi...))
        au fond, la forme
        Who dare dive

        Christophe 38
        bien faire et laisser braire

        Commentaire


        • #5
          Quand l'article scientifique sera accessible, il sera possible d'avoir un avis sur la validité de cette "information" mais pour l'instant cet "article" est du niveau de la vague rumeur...

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par LGF
            Quand l'article scientifique sera accessible, il sera possible d'avoir un avis sur la validité de cette "information" mais pour l'instant cet "article" est du niveau de la vague rumeur...
            C'est bien ce que j'en pense.
            Depuis l'arrivée du code du sport 2012 , j'ai décidé de me lancer dans une activité non réglementée... la trottinette !

            Commentaire


            • #7
              Il serait intéressant d'avoir l'avis des chercheurs en physiologie qui travaillent depuis très longtemps sur la saturation; Ces gens-là ont plusieurs longueurs d'avance sur les spécialistes hyperbares auxquels ils fournissent les briques de base pour leur travail. Leur avis est souvent .......décapant.
              berny

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par LGF
                Quand l'article scientifique sera accessible, il sera possible d'avoir un avis sur la validité de cette "information" mais pour l'instant cet "article" est du niveau de la vague rumeur...
                La "news" traîne, je crois, depuis au moins 2012 (http://www.plouf.be/forums/showthrea...trox-oui-mais).

                J'ai trouvé cet article de 2014 : https://www.researchgate.net/publica...air_mechanisms, full text ici : www.vliz.be/imisdocs/publications/272075.pdf

                Par contre, compliqué à lire. Il y a un toubib dans le coin ?

                Commentaire


                • #9
                  serait intéressant d'avoir un article scientifique avec plus de 10 plongeurs
                  L'impossible n'a simplement pas encore été tenté avec succès.

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par guyloup
                    serait intéressant d'avoir un article scientifique avec plus de 10 plongeurs
                    oui, j'ai été feuilleter l'article - merci lc30 pour le lien - et c'est ce que j'en ai retenu; article cité 2 fois depuis 2014, c'est peu.

                    Après, tout n'est pas à jeter: s'il s'agit de dire que la plongée entraîne des modifications de l'endothélium vasculaire et que l'hyperoxie augmente la production de radicaux libres et un stress oxydatif, ça a été montré auparavant.

                    Cet article montre dans des cas particuliers et un très faible effectif que les plongées testées, en particulier hyperoxiques, activent les mécanismes de réparation de l'organisme, et ensuite?

                    Il est fort possible qu'avec un effectif supérieur, ils auraient pu trouver un différence significative dans tous les cas.

                    Est-ce que ça a une signification biologique autre que de dire qu'il y a une rapide réaction de remise en état de l'organisme après une plongée? L'article n'y répond pas.

                    Est-ce que ça entraîne un risque médical ou un risque au niveau de la désaturation? l'article n'y répond pas non plus mais l'expérience accumulée autour de la plongée nitrox compte nettement plus de 10 plongeurs et ne semble pas être en faveur de cette hypothèse...

                    Du coup, que retenir de cet article isolé au niveau de la pratique de la plongée? pas grand chose à mon avis. C'est plutôt de la science fondamentale.
                    edit: ça ressemble plutôt à la démonstration de la faisabilité d'une manip pour préparer une étude de plus grande ampleur. Encore faut-il avoir les crédits pour le faire ensuite...

                    mais ça permet d'écrire un ou deux articles alarmistes pour site désoeuvré.
                    Dernière modification par LGF, 27 décembre 2016, 08h19.

                    Commentaire


                    • #11
                      Merci LGF pour cette analyse. Je m'étonne quand même un peu que l'on continue à évoquer les dangers du Nitrox, 45 ans après son introduction.
                      L'impossible n'a simplement pas encore été tenté avec succès.

                      Commentaire


                      • #12
                        On sait très bien en médecine que l'oxygène peut etre toxique, l'article est vraiment du réchauffé.

                        Pour en parler & comparer il faut parler non pas de pourcentage mais de pression partielle.

                        En dessous d'une PpO2 de 0,5 (donc correspondant à 50% d'oxy respiré à l'air ambiant) on sait que l'oxy n'est probablement pas toxique. Au dessus (du moins jusqu'a la limite "grand public" de 1.6) c'est un très vaste débat sur lequel personne ne peut etre affirmatif, avec moult littérature contradictoire et la plupart des études (animales) plus contestables encore.
                        Et après ça, il faut aussi coupler la Pp02 avec la durée d'exposition..une heure à 30m avec un nx34 et 5hrs de recycleur avec une PpO2 à 1,3... ça n'a rien à voir.

                        D'autre part ce n'est pas parce que c'est ancien que c'est sûr sur le plan médical, il y a des tas d'exemples de traitements qui ont été faits pendant des décennies et qui semblent absurde voir dangereux aujourd'hui.

                        Il y a différents moyen pour essayer d'évaluer la toxicité de l'oxygène comme la CNS, souvent calculé par nos chers ordinateurs...et qui effectivement monte assez vite en recycleur. Mais ça reste basé effectivement sur une toxicité neurologique, pas vasculaire ou pulmonaire. Et surtout ça reste des moyens très théoriques.

                        Je crois qu'il faut prendre un peu de recul et faire, comme pour beaucoup de "traitements", le rapport bénéfice/risque notamment par rapport au risque potentiel d'ADD...même si ça me produit des radicaux libres, je préfère faire ma déco avec une Pp02 à 1.6 que d'interminables paliers à l'air.

                        Commentaire


                        • #13
                          Il y a une difference entre exécuter un palier au nitrox a une faible profondeur et faire 45 min de nitrox a une plus grande profondeur
                          La modestie des plongeurs n’a d’égale que la haute opinion qu’ils ont d’eux-mêmes

                          on maitrise ce qu'on fait quand on sait de quoi on est capable

                          Commentaire


                          • #14
                            Exact, la profondeur......
                            berny

                            Commentaire


                            • #15
                              la différence c'est juste la pression partielle...

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X