Annonce

Réduire
Aucune annonce.

PHILIPPINES • Visayas • janv-fév 2008

Réduire

Unconfigured Ad Widget

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • PHILIPPINES • Visayas • janv-fév 2008

    Ça y est, je m'attelle enfin à ce compte-rendu !!!


    DÉTAILS PRATIQUES

    LE SÉJOUR

    • 24 jours sur place : arrivée aux Philippines le 25 janvier, départ le 18 février.Durée supérieure à 21 jours : donc il faut un visa, pris avant le départ par correspondance avec Action Visas. Un peu cher, mais pratique quand on n'habite pas à Paris et qu'on ne peut pas faire les démarches soi-même. Tarif : 39€ pour le visa + 27€ pour Action Visas + 5€ pour l'envoi en recommandé = 71€.

    • Indépendant ou package ? J'ai voyagé sans package, ni tour-opérateur, ni rien... J'ai bien aimé pour la liberté que ça donne, mais il vaut mieux disposer d'un peu de temps. Les transferts d'île en île font perdre quelques jours. Pour des séjours plus courts, je pense que ça simplifie les choses de réserver un package plongée tout inclus avec les transferts organisés.



    LE VOL

    • Trajet : Paris-Cebu via Hong-Kong. Prix du vol : 807€. Compagnie: Cathay Pacific. Bien, RAS. Départ à l'heure, bouffe correcte. (Mais pour les avoir testées, Malaysian Airlines et Singapore Airlines sont nettement au-dessus pour la qualité du service à bord.)

    • 20 kg autorisés en classe éco.
    J'ai appelé la compagnie avant le départ pour demander s'ils autorisaient plus de poids pour les plongeurs (comme le fait par exemple Singapore Airlines). La réponse est: « Non, mais on ferme les yeux sur les "petits" dépassements... » J'étais à 22-23kg pour les bagages en soute, avec mon sac à dos + sac de plongée (détendeur gardé dans mon "sac cabine"). On ne m'a fait aucune remarque, tout est passé sans problème à l'aller comme au retour (il a juste fallu montrer le détendeur et expliquer ce que c'était au staff de la sécurité à l'aéroport à Paris, comme d'hab...).

    • Détail des vols. Aller : départ le 25/01 à 13h05 de Paris Roissy Charles de Gaulle, escale d'1h30 à Hong Kong, arrivée le 26/01 à 11h45 à Cebu. Retour : départ le 18/02 à 19h50 de Cebu, escale d'1h15 à Hong Kong, arrivée le 19/02 à 05h55 à Paris Roissy Charles de Gaulle.

    • Change : j'ai changé mes euros à l'aéroport de Cebu, le taux était dans les 57 pesos pour 1€, je n'ai pas tellement vu mieux par la suite. Donc 1000 pesos font dans les 17€.


    À l'aéroport de Cebu, il convient de faire sa prière, avant le vol, au pied de la statue du petit Jésus
    spécialement disposée à cet effet avant le portique de sécurité. J'ai vu plein de Philippins se signer devant...





    ITINÉRAIRE D'ÎLE EN ÎLE

    • Cebu - Leyte : ferry de nuit Cebu-Bato. Couchette en cabine air-conditionné (à éviter, c'est un vrai frigo). Dans les 350 pesos

    • Leyte - Bohol : ferry-bangka Bato-Ubay. 200 pesos

    • Bohol - Panglao :
    minivan collectif (V-Hire) Ubay-Tagbilaran. 140 pesos

    • Panglo - Siquijor : bangka "privée" Alona-Sandogan avec arrêt snorkeling (PMT) à Balicasag. 1 200 pesos

    • Siquijor - Negros : ferry Siquijor Town-Dumaguete. Environ 160 pesos

    • Negros - Cebu : bus de la compagnie Ceres + barge-ferry pour faire Dumaguete-Cebu City. 190+60=250 pesos




    PLONGÉES : 23 EN TOUT

    • Leyte (Sogod Bay) : 7 plongées

    • Siquijor (Sandogan Beach - Salagdoong Beach - Larena Wreck) : 8 plongées

    • Negros (Dauin - Apo) : 8 plongées






    1. LEYTE (du 27/01 au 30/01)


    HÉBERGEMENT + CENTRE : SOGOD BAY SCUBA RESORT


    La plage de corail mort devant le Sogod Bay Scuba Resort.


    • Situation : le Sogod Bay Scuba Resort (SBSR) est situé à Lungsodaan, près de Padre Burgos, sur la pointe sud de Leyte, sur la même plage de corail mort que le Peter's Dive Resort, plus connu. J'hésitais entre les deux, j'ai finalement opté pour le SBSR, par curiosité (voir sur leur site web pour les détails). Je me suis arrangée avec eux par email. Lungsodaan est à quelques kilomètres de Bato où je suis arrivée en bateau, il faut environ une heure de trajet par la route.

    • Un bien long voyage: le SBSR envoie un chauffeur vous chercher à Bato si besoin, mais ça n'est pas donné (par rapport aux tarifs locaux): 1700 pesos. Ceci dit, j'étais bien contente de trouver Bambi (ce n'est pas une blague, c'est le nom dudit chauffeur) à l'arrivée, vu ma galère de ferry... Je vous raconte: mon arrivée était prévue aux alentours de 22h-22h30 à Bato. Sauf que le ferry de 18h que je devais prendre à Cebu a changé d'horaire. Oui, pile la veille de mon arrivée! Il est désormais à 13h30. Je l'ai donc raté. J'ai appelé le resort pour prévenir, et je me suis rabattue sur le suivant, qui partait à... 21h30. Arrivée vers les 4h du mat à Bato/Leyte. Je vous laisse imaginer comment j'étais fraîche, vu que je suis partie à l'aube de Rennes l'avant-veille, que j'ai à peine dormi dans l'avion, pour ensuite traîner tout l'après-midi à l'embarcadère, et passer la nuit entortillée dans un paréo, sur une minuscule couchette du ferry, pour lutter contre le froid de canard dispensé par l'air-conditionné de la fichue cabine des riches pour laquelle j'avais pris un billet (la prochaine fois j'opterai pour une couchette sur le pont, ou dans l'autre cabine, dite "tourist", sans air-conditionné).

    • Accueil : Phil et Ron, l'Australien et l'Anglais qui tiennent cette structure assez récente (ouverte il y a environ deux ans, je crois), sont très sympas et m'ont réservé très bon accueil. Ils ont travaillé auparavant chez Peter's Dive Resort et connaissent très bien les sites. J'ai pu plonger avec l'un et l'autre. Pour les photographes, c'est plus intéressant de plonger avec Ron, qui fait de la photo lui aussi, et se passionne davantage pour les petites bêtes... Pedro, le guide philippin, est très bien, et a un œil de lynx! Quant aux deux filles qui s'occupent du resto, Darlene et Annalyn, elles sont adorables, souriantes, aux petits soins.

    • Hébergement : tout était occupé à mon arrivée au SBSR, donc j'ai logé quelques mètres plus loin, face à la mer, en face d'une petite chapelle, chez une dame du coin qui loue des chambres pour le SBSR dans un bâtiment en dur. J'avais possibilité de revenir au resort ensuite, mais j'ai préféré rester là. Même niveau de confort (eau chaude, air conditionné mais c'était inutile), mais plus d'intimité. Les chambres au SBSR sont côte à côte, sur la même terrasse, attenante au bâtiment principal en dur. C'est impeccable, mais sans grand charme. Bien pour les groupes, plutôt, vu que la terrasse est commune... Les bungalows du Peter's Dive Resort, vus de l'extérieur, ont l'air plus sympas et sont à même la plage.

    • Environnement immédiat : pas grand-chose dans le patelin. Des églises et une poignée de maisons... Pour changer du resto du SBSR (bouffe bien, mais un peu chère par rapport aux standards locaux), il y a le resto-bar-épicerie-karakoé juste à côté, très sympa, ou le resto de chez Peter's. Quand on se balade, les gens sont incroyablement gentils, accueillants. C'est très facile de taper la causette, les enfants vous abordent très spontanément, avec le fameux « Hello! What's your name? ».

    • Saison : février est le tout début de la saison pour les requins-baleines, qui ont leurs habitudes dans la baie de Sogod. J'étais venue pour eux, mais je ne les ai pas vus... Les cinq Chinois de Hong-Kong qui se trouvaient là en même temps que moi et qui ont fait le trip-journée spécial "whale-sharks" peu avant mon arrivée ne les ont pas vus non plus. En février, le vent souffle en rafales, il y a pas mal de vagues et la visi est moyenne. On a plus de chance de les voir en mars-avril-mai, y compris en plongeant sur les sites proches, ou de l'autre côté de la baie, à Napantao. L'été, il y a une meilleure visi, la mer est un lac, mais pas de requins-baleines, m'a-t-on dit.

    • Plongée : les sites sont tous relativement proches, sauf Napantao. Le SBSR est équipé avec deux bateaux, dont une grosse bangka confortable, avec bac de rinçage pour les appareils-photos. De très beaux coraux, durs et mous, riches en variété, bien préservés. Peu de gros (hormis les fameux requins-baleines). Beaucoup de nudibranches et d'antennaires.




    MES PLOUFS




    • 27/01 - Max Climates (house-reef)

    Superbe ! Une bien chouette "remise en palmes" pour moi. Plongée du bord. Mise à l'eau pas évidente (grosses vagues + rochers et corail). Lion-fishes, scorpion-fishes, poissons clowns, coffres, murène, poisson-lime, etc. Pour les plus "gros" : platax, balistes, groupers, sweetlips... Eponges bariques, gorgones de belle taille, belle ambiance. La descente se fait sur le mur du récif, le retour se fait dans le sable semé de patates de corail, un peu de courant pour finir.

    • 28/01 - Turtle rock
    Plongée de patate de corail en patate de corail. Coraux impressionnants, faune dense. De beaux specimens de groupers et sweetlips. Croisé une drôle de méduse verte de belle taille qui préférait nager la tête en bas.

    • 28/01 - Ampo
    Un jardin de corail magnifique. Là encore, un site bien préservé. Bien pour le "petit" encore. Nudis et crevettes.

    • 29/01 - Napantao #1
    Un mur épatant, à faire en dérivante. Ces deux plongées à Napantao sont mes préférées, parmi celles que j'aurais faites à Leyte. Normalement, il y a beaucoup de courant, mais ce jour-là, ça allait. Le récif est très riche, plein de vie. Beaucoup de nudibranches, des tas de poissons-clowns. Outre la faune tropicale habituelle, très abondante, j'ai croisé quelques petites bestioles sympas : antennaire blanc, serpent "tricot-rayé", crabe orang-outan, un hippocampe pygmée dans une immense gorgone déniché par Pedro, le guide philippin. J'ai dû ruser pour réussir à prendre des images, car il y avait dans la palanquée mes cinq Hong-Kongais, tous armés comme moi d'appareils-photos... Gaffe à la bousculade devant la gorgone !

    • 29/01 - Napantao #2
    Confirmation de la beauté du site, le long du second tombant. La faune habituelle est présente en grand nombre et forte densité. Vus : des tas de nudibranches, un énorme antennaire noir, une tortue qui s'est vite sauvée dans le bleu, un petit banc de poissons-chats. Fin de plongée sur un chouette plateau de corail. On a eu de la chance, apparemment, car on n'a quasiment pas eu de courant.

    • 30/01 - Bungay Bay
    Plongée moins "jolie" que d'autres, question ambiance, mais très intéressante, car beaucoup de nudibranches différents. Vu: un juvenile batfish. Tombant, puis pente de sable avec corail. Comme d'hab, ici, coin très riche, très dense en faune. Pas de courant.

    • 30/01 - Tang Kaan
    Beau tombant situé près des falaises après Padre Burgos. Visi très mauvaise, ce jour-là, donc on se rabat sur les petits trucs sympas (les nudibranches, encore!). Un gros poisson ballon étoilé et des carangues viennent quand même nous dire bonjour. Pas de courant.




    CONCLUSION

    • Rester plus pour plonger plus:
    je regrette un peu de ne pas être restée deux ou trois jours de plus, pour refaire le housereef, explorer quelques autres sites et aller faire quelques virées terrestres dans les environs...

    • Partir plus tard: il faudra donc que je revienne à Leyte (pauvre de moi!), mais plutôt vers mars-avril pour avoir plus de chance de croiser un requin-baleine.





    LES PHOTOS




















    Marre des nudis ?...

    OK.





















    Bon.

    Pour la photo ci-dessous, la qualité est un peu pourrie...
    Mais c'est le tout premier hippocampe pygmée que je réussis à choper en photo,
    alors je vous le mets quand même, suis trop contente...





    Voili-voilou pour la première partie...
    La suite très bientôt !!!!










    2. BOHOL-PANGLAO ALONA BEACH (du 31/01 au 01/02)


    PETIT PRÉAMBULE

    Ce chapitre sera frustant pour les adoratrices de nudibranches et les mordus de bulles... Ce sera du terrestre et du pratico-pratique. Parce que je n'ai pas grand-chose à raconter, question plongées... Je n'ai pas fait un seul plouf dans le coin !

    Mais pourquoi ça ? Ben... Ça fait un peu enfant gâtée de dire ça, mais je n'ai pas aimé (mais alors pas du tout) l'ambiance d'Alona Beach. À cela, plusieurs raisons :

    • Budget hébergement en inviduel. Voyageant seule, par mes propres moyens, il m'a été difficile de trouver à me loger sur place. Partout où je me suis pointée, j'ai eu droit à un : « Sorry, madam, we are fully booked! » Arrrgh. Et quand ça n'était pas « fully booked », c'était des prix faramineux pour mon budget (jusqu'à du 2900 pesos la nuit voire plus, soit environ 50€... Ça, je peux me l'autoriser une ou deux fois pendant le voyage, mais quand tu sais qu'une plongée ne coûte que dans les 1000-1200 pesos un peu partout aux Philippines, et que les "standards" d'hébergement ne sont pas ta priorité (ce qui est mon cas), le calcul est vite fait... Bref. Pas possible pour moi de rester ne serait-ce que 2 nuits ici pour claquer 100€, bouffe non comprise. Quand on voyage à deux, bien sûr, le calcul est différent. Ou sinon, pour ce genre d'endroit, la formule "package" est, je pense, bien plus intéressante...

    • Complet partout. Tout ceci pour dire qu'aux Philippines, ce n'est pas comme en Thaïlande pour trouver à se loger en individuel, quand on se pointe, comme ça, les mains dans les poches, dans des lieux touristiques. Les seuls endroits sympas où j'aurais aimé dormir à Alona (à des tarifs "raisonnables" pour un lieu touristique, dans les 1400 pesos ou un peu plus), c'étaient des resorts un peu à l'écart de la plage, du style bungalows dans un jardin tropical (et j'ai repéré deux-trois adresses pas mal du tout, si ça vous intéresse). Mais ils étaient tous complets...

    • L'atmosphère. La portion de plage qui correspond à Alona Beach était gavée de monde à mon passage : touristes occidentaux (vieux bedonnants et jeunes rougeauds), touristes asiatiques (familles entières de Chinois et grappes de Coréens), couples et groupes... Ambiance pas terrible. Pas tellement de Philippins dans le secteur, hormis le staff... Restos, resorts, dive-shops sont tous côte à côte. La plage n'est belle qu'à marée basse. À marée haute, il n'y a quasi plus de sable. Pour résumer: pas du tout l'atmosphère paisible et conviviale dont j'avais envie à ce moment-là.



    Allez, je vous mets quand même une jolie photo d'Alona, prise du large, le lendemain matin...





    TRAJET LEYTE-BOHOL-PANGLAO (31/01)


    • Taxi de Lungsodaan à Bato. Pour quitter Leyte Sud vers le reste des Visayas, on peut partir de Maasin (port le plus proche de Lungsodaan / Padre Burgos où j'étais), de Bato (un peu plus au nord) ou Hilongos (encore plus au nord). Sauf qu'il y a beaucoup plus de ferries au départ de Bato. Leurs horaires ne sont jamais bien certains. Donc le plus simple c'est de se pointer à Bato pour être sûr d'en choper un. J'ai à nouveau requis les services de Bambi, le chauffeur qui bosse pour le Sogod Bay Scuba Resort afin de me faire conduire à Bato de bon matin (le premier ferry pour Bohol étant censé être à 8h). J'aurais bien pris un jeepney local, sauf qu'à 6h du mat, il n'y en pas encore beaucoup à circuler... Mais cette fois-ci, j'ai partagé les frais avec un jeune Allemand et sa copine philippine. C'était bien plus sympa et Bambi, qui parle très bien anglais, nous a fait la causette. (Il bosse pour lui aussi, il m'a filé son contact, si ça intéresse quelqu'un d'avoir un chauffeur à Leyte.)


    • Ferry de Bato/Leyte à Ubay/Bohol. Le port de Bohol qui accueille les lignes maritimes en provenance de Leyte, c'est Ubay, tout au nord de l'île. Traversée: 200 pesos. Je ne me rappelle plus exactement de la durée, dans les 2 heures - 2 heures et demie, il me semble. J'ai chopé le le tout premier, celui de 8h, qui n'est pas un vrai "ferry" comme ceux qui suivent, à partir de 9h, mais une grosse bangka (le bateau traditionnel à balancier). Mer d'huile, qui contraste avec les flots agités et le vent de Sogod Bay, de l'autre côté. Ambiance très sympa sur le bateau, on papote avec les gens et on se rencarde sur la meilleure manière de rejoindre Tagbilaran (la grosse ville au sud de Bohol à partir de laquelle on rejoint Panglao)... A l'arrivée, tous les tricyles (prononcer "traille-cikeule"), modèle vélo, se précipitent sur les passagers pour les conduire à la gare routière à quelques centaines de mètres du débarcadère.


    Mer d'huile pour la traversée de Bato/Leyte à Ubay/Bohol.



    • Minibus de Ubay à Tagbilaran. A la fameuse gare routière, je me fais déposer près des "V-Hire", les minivans climatisés qui rejoignent d'une traite Tagbilaran (140 pesos). Mais il faut attendre que le minibus soit complet pour partir. Meilleur plan que les lignes de bus normales, qui s'arrêtent partout le long de la route et mettent plus de temps (c'est un gars sur le bateau qui m'a renseignée). Le trajet dure bien 2 heures, je ne sais plus exactement. On se fait déposer à Tagbilaran à une autre gare routière, juste en face d'un énorme centre commercial, le Island City Mall (pratique pour manger un morceau au frais).


    • Tricyle de Tagbilaran/Bohol à Alona Beach/Panglao. Ensuite, il faut négocier avec un tricycle (modèle moto) pour se faire conduire à Alona, sur la presqu'île de Panglao. Une demi-heure environ, dans les 200 pesos. J'arrive tôt à Alona, en début d'après-midi. Mon conducteur de tricyle est très sympa, il conduit avec son fils à cheval sur la moto devant lui, m'explique que le petit est tout content qu'on aille voir la plage. Mais le gamin s'endort, affalé sur le réservoir, entre les bras de son papa, avant même qu'on arrive. Sur place, pendant que je vais d'hôtel en resort pour me renseigner, repérant le centre Sea Explorers au passage, le gars me garde les gros sacs, vraiment gentil. J'ai confiance. Et j'ai raison sur ce coup-là. Je me casse le nez partout sur des « fully booked » comme je l'expliquais plus tôt. Deux jeunes femmes adorables, des Philippines, me trouvent une piaule pour la nuit chez Cherry's Home, une guesthouse familiale nickel, accueil chaleureux, dans un bâtiment en dur sans grand charme, loin de la plage, derrière la route, accessible à pied par un petit chemin. Nuit à 900 pesos, pas d'eau chaude. L'une d'elle porte même un de mes sacs... Une fois posée, petite douche, puis exploration des environs. Je découvre les prix et la faune touristique du coin, dont je parlais plus haut...


    • Bon à savoir : contrairement à ce que prétend mon édition du Lonely Planet, il y a désormais un café internet à Alona même, ainsi qu'une banque avec ATM (distributeur). Il y a également des boutiques pour les petites choses dont on peut avoir besoin, genre shampooing (cinq fois le prix normal, mais bon, ça peut dépanner).


    • Une bangka pour Siquijor. En allant de resort en resort me rencarder sur les disponibilités et les prix, je finis par tomber sur le Bananaland Cottages, quasi en face de l'entrée côté route de l'Alona Tropical (affilié à Sea Explorers). Lesdits cottages, répartis à bonne distance les uns des autres, dans un vaste jardin, me plaisent beaucoup. Je reste un moment à discuter avec le frère de la proprio, un Philippin du nom de Jeril, qui est bien désolé pour moi, mais tout est complet ici aussi... On bavarde, on bavarde, et, apprenant que je compte aller à Siquijor, il m'apprend qu'il emmène justement deux clients là-bas, le lendemain matin. Et me propose de profiter du voyage. Ça vaut le coup, vu qu'il n'y a pas de ferry direct depuis Tagbilaran pour Siquijor. Il faut faire Tagbilaran-Dumaguete (sur Negros), puis Dumaguete-Siquijor. Bref, sacré gain de temps. En plus, il y aura une halte snorkeling à Balicasag. On bavarde encore autour d'une San Miguel, et je me décide sur le coup de 18h, quand la nuit tombe: les plongées autour d'Alona valent sûrement la peine, les "Chocolate Hills" et les singes tarsiers de Bohol aussi, mais là, je rêve d'une plage tranquille, d'un petit bungalow où accrocher mon hamac face à la mer, bref, d'une atmosphère moins occidentale, moins touristique et moins "fully booked". Et avec tout ce que j'ai pioché comme petites infos sur Plongeur.com et internet, j'ai l'intuition de pouvoir trouver ce que je cherche à Siquijor. Marché conclu pour 1200 pesos. Je n'ai même pas tenté de négocier, tant j'étais soulagée de pouvoir me sauver au plus vite d'Alona...


    Alona Beach, by night...





    TRAJET PANGLAO (ALONA)-SIQUIJOR (01/02)

    • Adieu Alona ! Grand ciel bleu, soleil radieux. Je dois me rendre au Bananaland Cottages où je compte prendre le petit déj' avant le départ, à quelques minutes à pied de Cherry's Home. Le gars de la guesthouse me voit bien encombrée avec mon sac à dos et mon sac de plongée. Et il file à vélo me ramener un tricyle pour faire le trajet (vu qu'à ce moment-là, comme par hasard, il n'y en a pas un seul à passer sur la route). Après le petit déj, les deux autres clients nous rejoignent (une jeune Allemande et son copain philippin). Vu qu'ils pliaient bagage, j'en ai profité pour jeter un œil à l'intérieur de leur bungalow. Ça confirme ma bonne impression sur Bananaland : spacieux, nickel, assez joli. On passe ensuite par le jardin de l'Alona Tropical pour rejoindre la plage, d'où on embarque sur une bangka, pas très grande, mais suffisante pour nous trois, plus Jeril, le capitaine, et un autre gars qui aide aux manœuvres. Alona est magnifique ce matin. C'est marée basse, le sable blanc est du plus bel effet, et de loin, on ne voit plus les hôtels et dive-shops.


    Bye, bye, Alona !!!



    • Jolies surprises. Petite halte sympathique à Balicasag pour le snorkeling, à environ trois quarts d'heure d'Alona. Puis on repart, et en route, on apercevra (de bien trop loin, hélas), d'abord une baleine, puis des dauphins ! Très sympa, cette traversée en bangka. Mais heureusement que la mer est calme. Ça doit être nettement moins rigolo avec des vagues. Le trajet dure, en tout, d'Alona à Siquijor, dans les 2 heures.


    Halte snorkeling à Balicasag. Le capitaine de notre bangka se protège du soleil qui cogne.



    • Et le rêve devient réalité... La bangka de Jeril nous dépose sur une plage. Je descends la première. Je marche droit devant moi. N'en croyant pas mes yeux. Il y a, juste en face de notre bangka, sur le sable, à l'ombre des cocotiers, un mignon bungalow, avec une petite terrasse et un hamac. Deux dames assises à la petite table de la terrasse me regardent approcher, tout sourire. Je n'ose y croire. Je vais encore me prendre un "fully booked" dans les dents... Je demande, pleine d'espoir, si le bungalow est libre. Mais oui, me disent-elles ! J'entre. La chambre est vaste, simple, mais propre. Lit, ventilo, salle de bain attenante avec eau froide. Pour 600 malheureux pesos. J'en pleurerais de joie. Pile ce dont je rêvais. L'endroit s'appelle Islanders Paradise. Quasi personne sur la plage immense. Ah, que la vie est belle ! Je me vautre dans le hamac sitôt mon petit nom consigné dans le livre des deux charmantes dames... Siquijor, j'adore !!!


    "Mon" bungalow, à Sandugan Beach, tout au nord de Siquijor.




    CONCLUSION

    • Opter pour le package ou la réservation, ou venir en basse saison (l'été) :
    mieux vaut réserver à l'avance pour séjourner à Alona Beach même, ou préférer la formule package pour la plongée.

    • Explorer les environs. Ceci dit, en poussant au-delà d'Alona, c'est apparemment plus calme. J'ai croisé par la suite des voyageurs qui avaient trouvé à se loger pour pas trop cher à Panglao, près de la plage, mais pas devant la portion qui correspond à Alona Beach...





    La suite, à savoir Siquijor (à prononcer "Siki-hor"), très bientôt (enfin... demain, je pense).
    Corinne Bourbeillon

    • Blog voyage & plongée : Petites Bulles d'Ailleurs
    • Portfolio : Corinne Bourbeillon Photography

    • Page Facebook : Petites Bulles d'Ailleurs
    • Twitter : @cbourbeillon
  • Pub

  • #2
    youpi ça marche, génial les photos
    marre des nudis??? alors ça non jamais
    super les indications conseils entous genre je prends...
    encore, encore..
    venez visiter mon blog
    cliquez ici pour voir mon blog de voyage

    Venez visiter mon site

    Commentaire


    • #3
      au fait ne te sous estime pas ! pas mal le pygmé surtout quand on sait qu'il est minuscule et qu'on est quand même limité en macro avec les APN..
      venez visiter mon blog
      cliquez ici pour voir mon blog de voyage

      Venez visiter mon site

      Commentaire


      • #4
        Beau CR Corinne. Clair, précis, et complet. Certaines personnes m’ont demandé d’en faire un à mon retour de tubbataha reef, je ne vais jamais oser. J’attends avec impatience la partie concernant Siquijor ou je pense aller faire un tour après Tubbataha.

        Vivement la suite.

        Commentaire


        • #5
          Super!!!! Encore !!!!
          .
          [picurl=http://www.plongeur.com/magazine/wp-content/uploads/2007/06/plongeur_468x60.gif]http://www.plongeur.com/magazine/contact/[/picurl]
          Modérateur Asie
          Diving is life.... and the rest is just surface interval...

          Commentaire

          • Pub

          • #6
            Envoyé par ulck
            youpi ça marche, génial les photos
            marre des nudis??? alors ça non jamais
            super les indications conseils en tous genre je prends...
            encore, encore...
            Ouf! Je viens de rentrer et de trouver le CR en ligne, je suis soulagée... (quelle pression, ces CR!!!)

            Bon, ben, tant mieux si tu n'en as pas marre des nudis, parce qu'il y en a encore plein d'autres à venir...

            Envoyé par ulck
            au fait ne te sous estime pas ! pas mal le pygmé surtout quand on sait qu'il est minuscule et qu'on est quand même limité en macro avec les APN...
            Merci Laurence!!!

            Envoyé par PHYLOS
            Beau CR Corinne. Clair, précis, et complet. Certaines personnes m’ont demandé d’en faire un à mon retour de tubbataha reef, je ne vais jamais oser. J’attends avec impatience la partie concernant Siquijor ou je pense aller faire un tour après Tubbataha.
            Ben si, tu vas oser!!! Parce que ça m'intéresse drôlement, moi, un retour sur Tubbataha... Je livre Siquijor ce samedi soir sauf imprévu.

            Envoyé par Manta
            Super!!!! Encore !!!!
            Au programme dans la soirée de samedi : ma fuite d'Alona Beach + Siquijor...
            Corinne Bourbeillon

            • Blog voyage & plongée : Petites Bulles d'Ailleurs
            • Portfolio : Corinne Bourbeillon Photography

            • Page Facebook : Petites Bulles d'Ailleurs
            • Twitter : @cbourbeillon

            Commentaire


            • #7
              Eh beh !
              encore un super CR sur les Visayas, plongeur.com va pouvoir faire un guide de plongée, y'a de quoi en compilant toutes vos proses et images

              Merci pour toutes ces informations pratiques, partie que je néglige souvent mais qui est très utile aux futurs voyageurs et complémentaire de la partie ressenti personnel.

              De très belles photos aussi, bravo ! On en a pas marre des nudis, ils sont superbes
              As-tu aussi quelques ambiances en complément ??
              :diver: :diver: :diver: CR permanent : la Réunion d'Est en Ouest :diver: :diver: :diver:

              mes ptits albums photo Picasa

              Commentaire


              • #8

                Bravo, encore un super CR sur les Philippines, vivement les suite.

                J.P.

                Commentaire


                • #9
                  Super CR et superbes photos

                  Que de souvenirs ! J'étais à Leyte en mars dernier chez Peter . C'était la saison des requins baleines et ils étaient bien là

                  Les visayas, j'adore D'ailleurs j'y retourne dans 1 semaine pour la 4ème fois !
                  Ikandream

                  Commentaire


                  • #10
                    Youpi !
                    Encore un bô CR philippin !
                    Je pense que je vais arrêter d'aller là bas, parce qu'avec toute cette pub, on va être trop nombreux...
                    Bon, mais j'y retourne quand même en Avril.
                    Et je suis déjà bien content d'avoir boycotté Alona ( en fait, c'est surtout parce qu'on me répondait trop souvent " y'a pas de place" que je me suis méfié...).

                    Tu as changé tes € là bas ?
                    J'arrive toujours avec des $, c'est peut-être pas plus cher de changer direct sur place après tout...mais vu le prix plancher actuel du $, je suis tout de même plus que tenté d'en acheter tout de suite...
                    Erwan

                    Une chose est sûre : plus longtemps on est en vie, moins longtemps on est mort... .....
                    P. Gelück

                    Commentaire

                    • Pub

                    • #11
                      Très beau CR, structuré, clair et riche en infos ... et c'est que le début .... Je guete !

                      Arf, ca me rend nostalgique quand je te lis et que je revois toutes les ptites bebettes que t'as vu .... Vivement la suite !
                      Hélène
                      Http://www.helenecaillaud.com

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Penti
                        Merci pour toutes ces informations pratiques, partie que je néglige souvent mais qui est très utile aux futurs voyageurs et complémentaire de la partie ressenti personnel.

                        De très belles photos aussi, bravo ! On en a pas marre des nudis, ils sont superbes
                        As-tu aussi quelques ambiances en complément ??
                        • Oui, je me suis décidée à faire un effort sur les infos pratiques (du coup ça prend un peu plus de temps à rédiger) parce qu'après les gens me posent plein de questions par email là-dessus. Moi en tout cas, ce sont des renseignements que j'apprécie de trouver dans les CR...
                        • Merci pour les compliments... J'ai peu de photos d'ambiance (visi pas top + petit APN limité pour ce type d'image, je vais voir ce que j'ai). Quant aux nudis, ce n'est pas ça qui manque...


                        Envoyé par jean-philippe

                        Bravo, encore un super CR sur les Philippines, vivement les suite.

                        J.P.
                        Merci, merci !!!!


                        Envoyé par Pégasus
                        Que de souvenirs ! J'étais à Leyte en mars dernier chez Peter . C'était la saison des requins baleines et ils étaient bien là
                        Grrr... Va pas m'énerver ! La prochaine fois, je pars en mars-avril, non mais !


                        Envoyé par crâpo
                        Et je suis déjà bien content d'avoir boycotté Alona ( en fait, c'est surtout parce qu'on me répondait trop souvent " y'a pas de place" que je me suis méfié...).

                        Tu as changé tes € là bas ?
                        J'arrive toujours avec des $, c'est peut-être pas plus cher de changer direct sur place après tout...mais vu le prix plancher actuel du $, je suis tout de même plus que tenté d'en acheter tout de suite...
                        • Pour Alona, moi pareil: tu vas voir, je raconte ça... « Sorry, madam, we are fully booked ! »
                        • Tout le monde aux Philippines accepte les euros (du moins là où je suis allée). Je ne vois pas trop l'intérêt de changer mes euros en dollars, puis les dollars en pesos... Et en ce moment, 1000 pesos = 17 € = 25 USD.

                        Envoyé par petit tetard
                        Très beau CR, structuré, clair et riche en infos ... et c'est que le début .... Je guete !

                        Arf, ca me rend nostalgique quand je te lis et que je revois toutes les ptites bebettes que t'as vu .... Vivement la suite !
                        Merci Hélène... Moi aussi, à peine rentrée, je suis déjà nostalgique !
                        Corinne Bourbeillon

                        • Blog voyage & plongée : Petites Bulles d'Ailleurs
                        • Portfolio : Corinne Bourbeillon Photography

                        • Page Facebook : Petites Bulles d'Ailleurs
                        • Twitter : @cbourbeillon

                        Commentaire


                        • #13
                          j'attends siquijor avec impatience au propre comme au figuré d'ailleurs....
                          venez visiter mon blog
                          cliquez ici pour voir mon blog de voyage

                          Venez visiter mon site

                          Commentaire


                          • #14
                            Déplacement du CR dans la salle Asie

                            La gestion d'un long CR n'est pas commode du tout dans la salle "Comptes-rendus de voyage" (limite à 30 000 signes, pas moyens de diviser le récit en plusieurs posts, alors je ramène le mien dans la section Asie...)
                            Corinne Bourbeillon

                            • Blog voyage & plongée : Petites Bulles d'Ailleurs
                            • Portfolio : Corinne Bourbeillon Photography

                            • Page Facebook : Petites Bulles d'Ailleurs
                            • Twitter : @cbourbeillon

                            Commentaire


                            • #15
                              Siquijor

                              3. SIQUIJOR (du 01/02 au 10/02)

                              My favorite !!!

                              J'ai adoré Siquijor, pour l'ambiance. L'île est assez grande, mais pas trop non plus. On la parcourt facilement, en suivant la "highway", une route en bon état de 72 km, qui en fait le tour. Mais il ne faut pas hésiter à se perdre par les routes secondaires qui traversent l'île du nord au sud et de l'est à l'ouest. On passe par des tas de villages dans les montagnes. On vous accueille joyeusement partout, si bien que vous passez votre temps à agiter la main à droite et à gauche, comme la reine d'Angleterre, quand vous passez à moto, les cheveux au vent... Très rigolo et bien sympa.



                              Sandugan beach.





                              HÉBERGEMENT : ISLANDERS PARADISE

                              • Situation. À Sandugan Beach, sur la côte nord de Siquijor. Si vous arrivez par Siquijor Town, c'est à environ trois quarts d'heure de route en tricycle, compter dans les 200-250 pesos (moins cher en jeepney). Peu de monde, des pêcheurs qui passent le matin, atmosphère paisible, couchers de soleil sur les montagnes de Cebu et Negros qui se confondent à l'horizon.

                              • La plage. Sandugan est une très belle plage à mon goût, parce que je me fiche bien de me vautrer sur le sable en plein cagnard ou de nager : mais pour les amateurs de plaisirs "plagesques", il faut quand même savoir qu'il y a, paraît-il, des sandflies (je n'ai rien remarqué, mais il est vrai que j'étais en général dans mon hamac, pas couchée sur le sable) et pour se baigner, il faut marcher assez loin dans la mer, quasi jusqu'au bord du récif, et prévoir des sandales à cause des coraux, avec fond mangroveux par endroit (et donc potentiellement habité de bébêtes qui peuvent piquer). Le snorkeling est bien, mais plutôt vers la petite mangrove d'arbres sur la droite.

                              • Environnement. Il a trois resorts à Sandugan. Islanders Paradise où j'étais (simple mais bien, six bungalows, dont certains avec frigo et cuisine, sur la plage, face à la mer), avec, d'un côté, Kiwi Dive Resort (simple aussi, mais les bungalows sont tout en haut d'une grande volée de marches, pas sur la plage, excepté le grand bungalow collectif pour les groupes), et de l'autre, Casa de la Playa (très joli, beaucoup plus chic). Il n'y a pas grand-chose dans les environs. Outre les restos des resorts et le bar de Kiwi, il y a deux restos-cafés à 5 mn de tricycle sur la route de Larena.

                              • Larena. Sandugan se trouve à 10-15 mn en tricyle ou à moto de Larena (gros bourg situé à quelques kilomètres à l'ouest), et ça, c'est drôlement pratique. A Larena, on peut faire des petites courses, envoyer des mails au centre internet high-speed, aller au marché, boire un coup... La course en tricycle Sandugan-Larena peut varier de 10 à 50 pesos, selon l'heure, l'affluence potentielle de clients le long de la route, l'humeur du conducteur, le prix de l'essence, la dépose ou montée sur la "grand-route" (pompeusement baptisée "highway") ou au bout du chemin...

                              • Hébergement. Islanders Paradise est un petit resort vraiment charmant. Les bungalows sont simples (prix dans les 550-600 pesos, et un peu plus pour le plus grand avec cuisine) et ne conviendront pas aux personnes habituées aux standards européens. Moustiquaires aux fenêtres, ventilo, grand lit, eau froide (débit faible de la douche, opter pour le traditionnel "mandi" comme on dit en Indonésie, c'est-à-dire la gamelle pour s'asperger et le seau, ça va plus vite). Naturellement, il y a quelques petites fourmis et bestioles qui se baladent parfois dans les coins, vu qu'on est à même la plage... Mais quasi pas de moustiques quand j'y étais (alors que d'habitude, ils m'adooorent, et je me fais dévorer!).

                              • Accueil. Familial et adorable. Ne pas attendre bêtement à une table s'il n'y a personne en vue, mais taper sur la petite sonnette de la réception-resto (ding!) pour faire venir quelqu'un si vous avez besoin de quelque chose. La bouffe est excellente, avec des tas de recettes locales à goûter. Le curry de poisson ou de poulet, préparé à la Philippine, est délicieux. Mais attention, comme on est un peu isolé à Sandugan, il faut penser à commander son dîner du soir à l'avance, pour être sûr d'avoir ce qu'on veut. L'idéal, c'est de choper le matin les pêcheurs qui passent avec leurs poissons frais. On fait son choix, et après, en cuisine, il vous est préparé pour le soir à votre goût. Ne pas trop espérer de jus de fruits frais (le plus souvent, c'est en canettes sorties du frigo), mais la gentillesse du personnel, la beauté et la paix de l'endroit, la situation exceptionnelle des bungalows sur la plage, compensent largement. On peut louer des motos pour se balader (300 à 400 pesos la journée, ou 200 pesos la demi-journée), leur demander conseil sur les trucs à visiter, etc. Les coupures d'électricité sont fréquentes, mais ils mettent à disposition des grosses lampes à batterie rechargeable quand ça arrive le soir.


                              Ce matin-là, les pêcheurs ont débarqué avec un énorme poisson.






                              PLONGÉE : KIWI DIVE RESORT

                              • Situation et accueil. Sandugan Beach, juste à côté d'Islanders Paradise. Accueil adorable là aussi, le personnel est super. Raul, qui gère un peu tout au resort, des réservations à la cuisine, est souvent en train de blaguer. Les trois filles qui se relaient au service et au bar, toujours avec le sourire, sont très serviables. En général, je prenais là mon déjeuner, entre les plongées, et je venais boire les San Miguel du soir et papoter avec les gens, avant ou après le dîner, au petit bar.

                              • Le centre. Un bien grand mot : il y a deux bacs de rinçage, une douche extérieure, un compresseur, et un petit local fermé à clé le soir, à côté du bar, pour entreposer le matériel. Neal, le guide philippin qui gère tout ce qui concerne la plongée au resort, est super. Gentil, attentif, compétent. Il palme lentement et voit tous les petits trucs. Son anglais est excellent, il a beaucoup d'expérience (il connaît bien Tubbataha, et ce qu'il en dit fait envie...). Chez Kiwi, les choses ne sont pas très "organisées" comme dans les grands centres. Je dis ça pour les débutants, qui préféreront sans doute une structure où on est plus "encadré" et "rencardé" sur les plongées. En fait, on avise au jour le jour en fonction des souhaits des uns et des autres. Moi, ça m'allait très bien. Kiwi ne disposait à mon passage que d'une bangka pas très grande. On ne fait donc en bateau que les sites de la côte nord proche de Sandugan. Pour la plongée à Salagdoong Beach (côte est), on y va en camionnette. Felix, le capitaine, ne parle pas beaucoup, mais c'est un type adorable. Comme partout en Asie, impossible de porter soi-même son matos, surtout quand on est une fille...

                              • Les plongées. Les sites (je n'ai fait que ceux situés sur la côte nord, donc, je n'ai pas du tout plongé du côté du Coco Grove où se trouve le centre Sea Explorers) sont globalement moins spectaculaires, question ambiance, qu'à Leyte. Mais on y trouve plein de choses intéressantes (nudis, of course!) et c'est quand même là que j'ai réussi pour la première fois de ma vie à photographier un mandarin ! La visi n'était pas terrible quand j'y étais. Dans l'ensemble, pas trop de courant. Température de l'eau dans les 27 degrés comme à Leyte. Pendant mon séjour, on n'était que deux-trois plongeurs maxi. La veille de mon départ, est arrivé un groupe de Scandinaves, ils étaient six ou sept... Moi qui aime tant la tranquillité sous l'eau, je l'ai échappé belle ! La plupart du temps, j'ai plongé avec Shareef, mon voisin de bungalow. J'ai bien sympathisé avec lui et sa femme Marika, enceinte de quelques mois. Elle devait donc se contenter de snorkeling et nous regardait partir avec envie. Lui est maldivien, elle suisse-allemande, et tous deux sont instructeurs de plongée. C'est dire si les ploufs étaient peinards pour moi, entre Neal et Shareef. Je pouvais tranquillement prendre mes petites photos à ma guise sans crainte de les perdre, guidée par le premier, suivie par le second.






                              SE BALADER A SIQUIJOR

                              • Idéal : à moto. Les balades, c'est l'aspect très sympa d'un séjour sur cette île. Le meilleur moyen, c'est de louer une moto (petites motos genre scooter, avec vitesses au pied gauche, très facile pour nous, Français, qui ne conduisont pas des voitures automatiques). Je ne suis pas du tout "motarde" mais je n'ai aucune crainte à piloter ces engins. Je le fais d'ordinaire un peu partout en Asie, lors de mes voyages, et à Siquijor, c'est particulièrement sécurisant, tant la circulation est faible. Il faut juste rouler tranquillou, à cause des gens, des enfants, des vaches, des chèvres, des poules, des chiens, etc. qui déboulent souvent sans prévenir... À voir :

                              • Salagdoong Beach.
                              Située à l'est. Deux petites anses, accès payant de 10 pesos, très populaire le week-end : les Philippins viennent y pique-niquer en famille ou entre amis (gaffe au karaoké tonitruant du bar-resto de la plage!). Eau très claire, snorkeling sympa et plage très bien pour nager.


                              Salagdoong beach.


                              • Maria. Petit bourg, au sud de Salagdoong beach, avec un petit marché et une énorme église. Admirer, sur la double porte de l'église, les Dix Commandements, en anglais.

                              • Lazi.
                              Tout au sud de l'île. Pour la grosse église et le vieux couvent tout en bois, plein d'atmosphère, pour les jolies cascades à quelques minutes de là.

                              • Les montagnes. Atmosphère authentique et beaux paysages. Le mieux c'est de se balader tranquillement à moto, un peu au hasard. On n'est jamais vraiment perdu, il suffit de demander sa route, rien n'est bien loin sur cette île. En louant la moto, je me suis vu remettre en plus une carte détaillée de Siquijor, avec tous les conseils pour touristes dessus (gaffe aux vols au cascades, gaffe aux chiens sur la route, que faire en cas de pneu crevé, etc. etc.)

                              • Les grottes. Je n'ai pas fait (pas trop mon truc, les grottes). Mais pour les amateurs, Cantabon Cave fait partie des curiosités de l'île.

                              • La plage du Coco Grove. Au sud-ouest, près du village de San Juan, juste après Tubod. Immense et belle plage de sable blanc. Ceux qui logent au Coco Grove (affilié au centre Sea Explorers) seront comblés. Le resort est magnifique, le personnel aux petits soins. J'y ai fait halte, lors d'une de mes virées à moto. J'y ai savouré le meilleur mango-shake de l'île (je le sais, parce que j'ai testé un peu partout), il mettent une boule de glace vanille dedans, arff ! J'ai beaucoup moins aimé en comparaison l'autre resort chic du coin, le Coral Cay, situé juste avant San Juan.


                              La plage du Coco Grove.







                              MES PLOUFS

                              • 03/02 - Larena Wreck
                              C'est une épave japonaise, pas très grande, coulée par une mine pendant la guerre. Elle est située tout près de la jetée de Larena. On y va en camionnette. La visi est très mauvaise, beaucoup de sédiments (attention au palmage). Pas de courant. Sur l'épave même, dont la partie la plus profonde est à 31 mètres, beaucoup de gros platax, de lion-fishes. Vu : murènes, glass shrimps. Retour sur une pente de sable où la visi s'améliore progressivement : beaucoup de nudibranches, poissons clowns, poissons rasoirs et la faune tropicale habituelle... Une plongée très sympa, qui change, malgré la mauvaise visi sur l'épave.

                              • 04/02 - Sedrics Wall

                              Jolie plongée, avec une belle ambiance, mais un fort courant en milieu de parcours nous a fait rater la partie la plus intéressante du site aux dires de Neal. Au début, tombant incliné, pente pas trop abrupte, puis très beau jardin de corail. Au loin, dans le bleu, on distingue quelques plus "gros" poissons. Vus : juvenile batfish timide près de la bouée, encore des tas de nudibranches, dont deux en train de se livrer à des ébats que j'ai immortalisés, de très beaux coraux mous.

                              • 06/02 - Sanctuary

                              Pente douce de sable, avec bosquets de coraux, grosses éponges-barriques. Beaucoup de scorpion et lion-fishes. Vus : blue-spotted stingray et un banc de barracudas.

                              • 06/02 - Casa Point
                              Petit tombant à la limite du récif, de très beaux coraux, bien foisonnant, beaucoup de vie, nombreux lion et scorpion fishes là encore, quelques nudis, un juvenile batfish et une tortue. Visi meilleure que d'habitude.

                              • 07/02 - Candanay
                              Tombant en pente douce, très riche en coraux durs et mous. Beaucoup de vie. Vus : crevettes, nudis, lionfishes, clowns etc., un serpent tricot-rayé nageant en pleine eau, très beau à voir onduler ainsi, puis, encore, deux autres serpents enlacés contre le récif, mais d'une espèce différente (avec rayures noires et jaunes, mais moins nettes, s'estompant en taches jaunes), pipe-fish rayé, des platax.

                              • 08/02 - Salagdoong Beach #1 South
                              On y va en camionnette. Mise à l'eau du bord. Pente douce de sable et beau récif. Vus : juvenile batfish, nudis, beaux bénitiers, poissons rasoirs, crevettes, et un mandarin fish ! Visi correcte.

                              • 08/02 - Salagdoong Beach #2 North
                              Pente de sable, bien fournie en faune. Vus : crocodile fish, glass shrimps, nudis, encore un juvenile batfish, de beaux poissons-ange empereurs, un scorpion-fish tout brun, moins commun que les autres.

                              • 09/02 - House Reef - Kiwi Diver
                              Très chouette house reef. Là encore, la faune habituelle et des tas de nudibranche. Vu : serpent, gros poisson ballon étoilé, et surtout, surtout, des mandarins !!! Après un cache-cache au-dessus du corail, avec une otite dans ma petite oreille qui appréciait moyennement les yo-yos, je suis parvenue à en photographier un. Je ne vous dis pas comme je suis fière !




                              LES PHOTOS















                              Bon, voilà, c'était l'inévitable séquence "nudis"...


























                              CONCLUSION

                              • Revenir à Siquijor. Pour l'ambiance tranquille et authentique, pour la beauté de l'île, pour la gentillesse des gens. Pour tester les sites de plongée du Sud aussi. Siquijor est décidément mon coin préféré, lors de ce séjour, pour l'aspect "terrestre" du voyage. Je raconte plus en détail le séjour lui-même dans mon blog Petites Bulles d'Ailleurs, pour ceux que ça intéresse.

                              • Prendre la précaution de réserver la prochaine fois.
                              Visiblement, j'ai eu de la chance, là aussi, pour trouver à me loger... Je suis tombée le bon jour au bon moment. Il n'y a pas tant d'hébergements que ça à Siquijor. Et quantité de nouveaux arrivants lorgnaient mon bungalow avec envie... hé, hé !!!

                              Corinne Bourbeillon

                              • Blog voyage & plongée : Petites Bulles d'Ailleurs
                              • Portfolio : Corinne Bourbeillon Photography

                              • Page Facebook : Petites Bulles d'Ailleurs
                              • Twitter : @cbourbeillon

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X