Annonce

Réduire
Aucune annonce.

CR Sangat Island & Tubbataha Reef (Philippines)

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • CR Sangat Island & Tubbataha Reef (Philippines)

    Encore un CR sur Tubbataha Reef !
    C’est la saison.
    Il faut dire que le site n’est accessible en croisière que de début mars à fin mai, ceci explique donc cela.

    Tubbataha Reef possède la réputation d’être un must pour la plongée.
    Les récifs, classés en 1993 par l’UNESCO au Patrimoine Mondial, sont protégés.
    Ils abritent une grande variété de coraux et de poissons pélagiques.

    J’avais été emballé par les récits d’Alimata et Super Mérou, déjà un peu anciens mais bien enthousiasmants.
    Et puis, il y a un mois et demi, grosse douche glacée à la lecture du CR de sores
    Le reportage de Valthaï me rassure un peu, mais je n’étais pas trop tranquillisé...

    Pour faire court, tout s’est très bien passé pour moi et mon binôme, Alain.
    Nous étions sur un bon bateau et on a fait de super plongées

    En première semaine, j’avais choisi de plonger en baie de Coron dans les îles Calamian. L’endroit est connu pour les nombreuses épaves japonaises coulées en 1944 par l’aviation américaine.


    Organisation et voyages

    Pour l’organisation, on a tout préparé seul.
    Réservation sur internet de la croisière (via Asiaqua), des resorts et du transport.

    Nous avons fait un vol AR Paris-Kula Lumpur-Manille avec AirAsia.
    J'avais acheté mon billet Paris-KL en novembre dernier, au moment de la super promo pour l’ouverture de la ligne.
    Une très bonne affaire (plus de précision ici )

    Pour les vols domestiques, vers Busuanga et Puerto Princesa, j’avais choisi Philippines Airlines.

    Pour info, PAL propose une carte SportsPlus qui permet, notamment aux plongeurs, d’enregistrer un supplément bagage de 20 kg. Soit 15+20 = 35 kg en tout.
    La carte est payante. Le tarif annuel dépend de zone choisie.
    Pour les seules Philippines, cela nous a coûté US$ 30 ( la carte vaut maintenant US$ 70. Plus du double d’augmentation !).
    Attention, cette carte n’est utilisable que sur les vols PAL et non ceux de sa filiale low-coast AirPhil Express.

    Que ce soit avec AirAsia ou PAL, nous n’avons eu aucun problème de retard ou de vol annulé.



    SANGAT ISLAND

    L’archipel des Calamian se situe au nord de Palawan.
    Il comporte environ 90 iles, dont les trois plus grandes : Busuanga, Culion et Coron (à ne pas confondre avec la ville de Coron, qui elle se trouve sur l’ile de Busuanga).

    J’avais finalement choisi de m’installer avec Alain au Sangat Island Resort, sur l’ile du même nom, proche de Busuanga.
    Ça s’est avéré un excellent choix.

    On a passé une semaine dans un petit coin de paradis, très proche des épaves et principaux spots de plongée. On mettait beaucoup moins de temps pour se rendre sur site que si on avait logé sur Busuanga. Et l’hôtel était parfait, avec tout son personnel philippin adorable.


    Le Resort

    Le Sangat Island Resort comprend quatorze bungalows de style local, la plupart installés sur la plage avec une terrasse sur pilotis.
    Plage de sable blanc, petite baie protégée adossée à la montagne et la forêt, hamacs entre les cocotiers…
    La carte postale parfaite des vacances tropicales.



    photos Alain

    Les bungalows disposent d’un aménagement simple et confortable.
    Salle de douche/toilettes «de style occidental».
    Pas d'eau chaude. Mais ça ne pose pas vraiment de problème.
    Sur le site web de l’hôtel, j’avais lu une petite phrase rassurante : « Ne vous inquiétez pas. Il n’y a pas de robinet d’eau chaude, mais personne n’a jamais trouvé que l’eau était froide ».
    C’est vrai que la température a toujours été OK.
    Le soleil chauffe dans la journée les réservoirs et j'ai pris plusieurs fois, le soir, des douches proches de 37°.

    Il n’y a pas de clim non plus dans les bungalows (ni dans le reste du resort). Juste un large ventilateur au-dessus des lits qui ne fonctionne que le soir et la nuit.
    En effet, l’électricité produite par groupes électrogènes est coupée de 6h du matin jusqu’à 18h. En cas de besoin, on peut toujours s’alimenter, 24h/24, aux prises de courant du bar et du restaurant.
    Lorsque nous sommes arrivés, il y avait une petite brise de mer rafraichissante. Nous n’avons jamais souffert de la chaleur.

    Ces différentes économies d’énergie s’inscrivent dans une démarche écologique respectueuse de l’environnement. L’ile est classée réserve naturelle.
    Ce qui n’empêche pas de disposer gratuitement du WiFi au niveau du bar et de la salle à manger, ainsi que d’une station PC. Le débit de la connexion internet est correct.

    Un petit mot sur les moustiques.
    J’en parle toujours, car c’est mon cauchemar. Ils m’adorent. Je devrais plutôt dire «elles», puisque seules les femelles piquent.
    Sur Sangat, j’ai été tranquille. Ces fichus insectes faisaient une petite apparition en fin de journée, mais avec un bon spray j’étais protégé.
    Les grandes portes coulissantes et les larges fenêtres des bungalows sont équipées de panneaux moustiquaires, efficaces.
    Je n’ai jamais utilisé de tablettes insecticides la nuit.

    Le restaurant propose de délicieux repas-buffet. Simples et variés.
    J’ai toujours merveilleusement mangé, avec vue directe sur baie.


    Au dessert, les mangues sont sublimes.
    Dommage qu’il n’y ait pas de jus de fruits frais.



    La plongée

    Le Dive Center se trouve à côté du restaurant.

    Jojo Lorenz est le «Water Sport Manager» du resort.
    Il nous accueille avec un grand sourire, nous montre les installations et nous présente son équipe.
    Les deux guides s’appellent Eving et Emmanuel. Leurs surnoms : Bing et Manu !
    Nous avons le plus souvent plongé avec Bing.
    Très bon guide. Sûr. Expliquant bien. Et l’on était tout seul avec lui.

    Le Dive Center est convivial. Bien aménagé, bien équipé.
    On embarque depuis la jetée située devant le centre.
    Pas de bankas locales, mais des bateaux rapides à fond plat.


    Le tarif est de 38$ par plongée (environ 27€). Pour 9 plongées payées, la 10ème est offerte.
    Le nitrox est disponible en bouteille de 6 à 15 L.

    Le programme est de 2 ou 3 plongées par jour.
    On peut discuter facilement avec le guide du choix des sites et des épaves.
    Il faut compter 10-15 minutes pour se rendre sur la plupart des endroits.
    On revient au resort après chaque explo.
    Nous n’aurons pas le plaisir de pique-niquer sur une banka, mais c’est un réel avantage de pouvoir regagner vite l’hôtel après chaque plongée.


    La baie de Coron est réputée pour ses épaves.
    Il s’agit de navires de guerre et de ravitaillement japonais datant de la Deuxième Guerre mondiale. Ils ont été coulés en 40 minutes, au matin du 24 septembre 1944, par 120 avions américains de la Task Force 38.


    La baie avant et après les bombardements (source: Sangat Island Resort)

    Pour les adeptes de films de guerre, un court montage vidéo de l'attaque US ici


    Je ne suis pas un grand amateur d’épaves, mais j’ai finalement bien apprécié nos différentes explos.
    Les soutes des navires sont pour la plupart très accessibles.
    Il ne reste plus grand-chose à l’intérieur…


    Nous avons fait neuf plongées durant notre séjour, dont six sur épaves.
    La visibilité est assez inégale. Plutôt médiocre lors de nos explorations d’épaves à cause du plancton et des particules en suspension.
    Le courant est variable, souvent plus puissant en surface qu’en profondeur.


    1er jour


    Olympia Maru

    ....................Source images Rocksteady Dive Center

    Ce cargo de 160m repose bien à plat à une trentaine de mètres de fond.
    Il y a du courant lorsqu’on se met à l’eau.
    Bing nous invite à descendre le long de la corde jusqu’au mat arrière vers 15m. Il y a de nombreux poissons, dont une majorité de fusiliers.
    L’eau est à 28°. La visibilité est correcte et, avec le soleil, on a une bonne luminosité.
    On continue notre descente vers le pont arrière du bateau à 25m de profondeur environ. Nous sommes entourés de gaterins tachetés. Quelques barracudas nous observent.
    Cette première plongée fait office de «refresh dive» , nous restons à l’extérieur du cargo.
    On avance au-dessus du pont tout concrétionné . Les différents appendices nous protègent du courant.
    Ghost pipe fish, poissons-scorpion, nudibranches, platax, rascasses volantes.
    En arrivant à la proue, nous découvrons un énorme banc de carangues qui avancent et tournent autour de nous.
    On remonte le long du mat qui nous abrite du courant.


    2ème jour

    Trois plongées au programme.
    Comme la première fois, tous les deux seuls avec Bing.


    Irako Maru

    Des requins-baleines ont été vus la veille sur cette épave et les jours précédents. Bing espère bien les retrouver aujourd’hui. Nous aussi !

    L’Irako était un navire frigorifique, long de 200m.
    Il y a un fort courant en surface qui se calme un peu au fur et à mesure que nous descendons vers l’épave. À 30m, on arrive sur la poupe. Le courant nous pousse gentiment vers l’avant.
    Corail mou, corail noir, éponges sur la coque.
    On rentre plusieurs fois à l’intérieur. Nous traversons la salle des machines, on parcourt quelques passages étroits.
    La visi est moyenne.
    Carangues, gros mérous, poissons-rasoir, rascasses volantes, snappers.
    L’explo de cette grande épave est sympa. Hélas de courte durée.
    En profonde, le temps passe vite. Il faudrait plusieurs plongées pour tout explorer.
    Au bout de 35 minutes, nous arrivons au pied du grand mat central et on doit remonter.
    5 minutes de palier.
    Les requins-baleines n’étaient pas au rendez-vous.


    Lusong Gunboat

    Il s’agit d’une ancienne canonnière de petite taille (30m) qui repose à 10m de profondeur. La poupe émerge à marée basse.
    C’est une épave idéale pour les snorkelers que l’on remarque au-dessus de nous.
    Corail mou essentiellement, avec beaucoup d’alcyonaires arborescents.
    On quitte rapidement le gunboat et les nageurs PMT pour un beau jardin de corail.
    Grande variété de corail mou et de corail dur aux polypes bleus, violets, blancs…
    Éponges barriques, anémones à bulles, et les habituels petits poissons de récif.
    Bing nous montre plusieurs fois les holothuries, nous on s’intéresse plutôt aux nudibranches.
    On ressort une heure plus tard.


    Okikawa Maru

    C’est un tanker d’une longueur hors tout de 168m. Le pont principal est à 15m, le fond à 26m.

    On descend sur l’arrière de l’épave, tout en bas jusqu’au niveau de l’ancien emplacement de l’hélice.
    On rentre à l’intérieur en se faufilant par un étroit boyau (l’ancien passage de l’arbre d’hélice ?) pour arriver une quinzaine de mètres plus loin dans l’immense salle des machines.
    Là, habite un énorme tétrodon. À l’intérieur on est protégé du courant, mais dès qu’on remonte sur le pont on est fortement poussé vers l’avant.
    Très gros mérou, banc de larges platax.
    On redescend à l’intérieur. On ressort, beaucoup de courant. Nous nous laissons dériver en rasant le pont. À peine le temps d’admirer le corail qui recouvre entièrement l’épave et les beaux nudibranches.
    On fait un peu de yoyo entre l’intérieur et l’extérieur. Pas vraiment le profil idéal pour une troisième plongée. Mais on s’amuse bien.
    Encore des platax, et aussi des carangues.
    On déboule finalement sur la proue cassée qui pointe vers le haut. On remonte paisiblement le long de la corde.
    Grand sourire banane à la sortie


    3ème jour

    Nous voulions absolument découvrir Cathedral Cave.
    Il a fallu insister, car Manu n’était pas enthousiaste pour nous y amener, surtout pour deux clients simplement. Nous avons réussi à convaincre les trois autres plongeurs anglophones du resort de nous accompagner. Au final, toute l’équipe a beaucoup apprécié cette explo.

    Cathedral Cave


    ...............source image Sangat Island Resort

    Le site se trouve à la pointe sud de Coron.
    Il faut compter 40 minutes de bateau depuis Sangat Island. Heureusement, la mer est d’huile ce jour-là.
    L’entrée de Cathedral Cave se situe à 6m de profondeur. On descend dans un tunnel relativement étroit jusqu’à 12m et on en ressort une minute plus tard.

    Nous remontons à la surface de l’eau pour découvrir une vaste caverne.
    La lumière du jour pénètre par une fissure tout en haut de la paroi.
    Manu, notre guide, nous explique qu’un morceau s’est effondré sous le poids d’un arbre. L’arbre est tombé à l’intérieur. On l’a vu sous l’eau.
    Nous visitons la grotte pour admirer de longues stalactites et stalagmites. Le spectacle est féérique. Cathedral Cave porte bien son nom.

    On replonge pour utiliser un deuxième passage qui mène à une petite caverne.
    Rien d’intéressant à explorer et nous faisons demi-tour.
    Et là, impossible de trouver la sortie. Des coups de palme malheureux ont soulevé du sable, la visibilité est nulle.
    Manu me prend la main et m’indique le chemin. Je ressors le premier, les autres suivent.
    Expérience intéressante pour moi qui ne pratique pas la spéléo sous-marine.
    Il n’y a jamais eu de danger, mais je retiens la leçon.

    Nous profitons encore de la grande salle de Cathedral Cave avant de regagner la mer et notre vedette.


    Morazon Maru


    Alain et moi retrouvons Bing pour les deux plongées suivantes, les autres restent avec Manu.

    Le Morazon mesure 140m. Il repose sur le flanc droit.
    Le côté gauche de la coque se trouve à une quinzaine de mètres. Il est complètement recouvert de corail-laitue brun et gris.
    On pénètre facilement l’intérieur, jusquà 30m de profondeur.
    Incursions dans les cales et la grande salle des machines (vide) avec ses chaudières.
    Quelques mérous et un gros lobster.
    On termine l’explo à 40 minutes.


    Kogyo Maru



    Le navire, 160m de long, est couché lui aussi sur son flanc droit.

    On explore longuement l’intérieur. On enchaine, par plusieurs passages étroits, la salle des machines (vide) et de vastes cales.
    À voir : une espèce de bulldozer, des sacs de ciment et un stock de rouleaux de barbelés.

    En ressortant sur l’avant du pont, on retrouve l’autre palanquée qui nous fait des grands signes surexcités. Ils viennent de voir un requin-baleine.
    On patrouille 10 minutes sur site. En vain. Pas de whale shark pour nous.
    Je me contenterai des photos prises par nos petits camarades.


    photo Stan .................................................. .................... photo Jeff


    4ème jour

    Barracuda Lake

    Voilà une plongée qui change des épaves !
    Il s’agit d’un lac d’origine volcanique, sur l’ile de Coron, présentant des couches d’eau douce et d’eau salée échelonnées sur différents niveaux. Cette discontinuité amène des thermoclines étonnantes.

    On accède au lac en grimpant, stab et bouteille sur le dos, un petit escalier en bois qui débouche sur un large cirque avec le lac au milieu.
    Nous sommes les premiers sur le site.
    On finit de s’équiper sur l’étroit ponton en bas de l’escalier.
    Bing nous a recommandé de plonger en maillot de bain.
    Heureusement, avec ma 5mm ça aurait été intenable.


    photo Alain.................................................. ................ photos Stan..............................

    Nous sautons dans de l’eau douce à 27-28°.
    On descend avec une visibilité excellente.
    Vers 20m l’eau devient trouble, la température monte à 34°, puis 36°, puis 38° !
    Bing nous avait prévenus que cela pouvait être stressant. C’est vrai que cette brusque transition et cette chaleur inouïe sont un peu oppressantes.
    On continue à avancer, l’eau revient à 27-28°.
    Durant toute l’explo, les thermoclines se succèdent.
    On ne verra pas de barracuda Pratiquement pas de poissons, si ce n’est de nombreux poissons-chat.


    photos Stan

    Au retour, on longe la paroi verticale. Les murs sont couverts de milliers de moules minuscules.
    Je repère une grosse crevette, et m’étonne qu’elle ne soit pas déjà cuite
    Vers la fin de l’explo, un mérou s’échappe devant nous.
    On remonte sur le ponton, maintenant bien encombré par d’autres groupes.
    On a tous pris beaucoup de plaisir à cette plongée très fun !



    Lusong Reef

    Pour notre dernière plongée, on avait demandé à Bing une explo sur un récif de préférence à une épave. Avec une bonne visibilité, si possible
    Il nous emmène sur Lusong Reef au sud-ouest de l’ile de Lusong, proche de l’épave du Gunboat qu’on avait visité le deuxième jour.

    C’est une dérivante agréable sur un très beau jardin de corail.
    On suit un petit tombant, entre 12 et 16m, à la limite du fond sablonneux.
    L’eau est claire, la lumière extra.
    Le décor est splendide avec une grande richesse de coraux durs et mous.
    Beaux madrépores avec de nombreuses espèces d’acropores de teintes différentes.
    Corail noir, magnifiques alcyonaires, camaïeux de gorgones.
    Et un grand choix de poissons de récif. Balistes, labres à frange, papillons-cocher, poissons-ange empereur et même une murène ruban juvénile noire.
    Nous profitons de cette dernière plongée pendant plus d’une heure. On ressort pas loin d’un parc à huitres. On a bien dérivé.



    Bilan

    Le resort est vraiment agréable.
    Le tarif est un peu élevé, compte tenu du manque de clim, d’eau chaude, de la coupure d’électricité dans la journée…
    Mais nous avons passé un excellent séjour.
    L’endroit est calme et reposant (d’autant qu’on était 8 clients :-), l’ambiance est cool, le personnel philippin adorable.

    Les plongées ont été sympas.
    La publicité des voyagistes qui vante l’endroit comme un des plus fabuleux sites de plongée sur épaves au monde exagère franchement.
    Je ne ferai pas le voyage pour ça.
    Mais en première partie de séjour, et pour une reprise, c’était parfait.
    On a aimé



    [ À suivre, TUBBATAHA REEF ]

  • #2
    la suite, la suite !!!
    - Flo -
    mon site : www.plongeuse.eu
    Vidéoflo, la galerie vidéo
    La galerie photo (non-sous'm)
    La galerie photo sous-marine

    Commentaire


    • #3
      Super!
      .
      [picurl=http://www.plongeur.com/magazine/wp-content/uploads/2007/06/plongeur_468x60.gif]http://www.plongeur.com/magazine/contact/[/picurl]
      Modérateur Asie
      Diving is life.... and the rest is just surface interval...

      Commentaire


      • #4
        Oui La suiiittte...

        Je suis rentrer hier de Tubbataha sur le Apo Explorer...

        Suis impatient de savoir ce que tu a pensé du Bornéo Explorer !!!
        Dream Maker
        MSDT PADI, Ex Tour Leader en croisière (Thailande, Philippines) Amateur De bio, surtout le petit, voir le très très petit...
        Bonnes Bulles...
        ><(((º>`·.¸¸.·´¯`·.¸.·´¯`·...¸><(((º>

        Commentaire


        • #5
          Super et très clair ! Merci.
          Le sucre est soluble dans l'eau de mer.

          Commentaire


          • #6
            Ca commence trés fort, suis impatiente de lire la suite....
            L'extinction d'une espèce est pour toujours
            www.seashepherd.org
            www.unitedconservationists.org

            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Martinoo
              Oui La suiiittte...

              Je suis rentrer hier de Tubbataha sur le Apo Explorer...

              Suis impatient de savoir ce que tu a pensé du Bornéo Explorer !!!
              Un petit CR sur ta croisière et le Borneo Explorer....bientôt?
              L'extinction d'une espèce est pour toujours
              www.seashepherd.org
              www.unitedconservationists.org

              Commentaire


              • #8
                encore !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
                Les blogs de nos plongées :

                Notre VDN en polynésie sur terre ... et sous l'eau :
                http://lescostanzoenpolynesie.unblog.fr
                Un mois à Bornéo (Indonésie et Malaisie) :
                http://lescostanzoaborneo.unblog.fr

                Commentaire


                • #9
                  excellent
                  Merci

                  Commentaire


                  • #10
                    Tubbataha for ever...

                    @Emm@nuel : Très sympa ton topo sur Coron, mais bon j'y suis allé déjà 2 fois et je n'envisage pas d'y retourner une 3ème
                    Par contre Tubbataha, j'y retournerai bien
                    Alors raconte, c'était comment ?

                    NB : T'as vu Jojo à Sangat ?
                    Les Voyages plongée d'Alimata : Récits, photos et vidéos sous-marines
                    Annuaire des Carnets de Voyages et de Plongées : Annuaire des sites persos de plongeurs sur leurs voyages plongée

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par Valthaï
                      Un petit CR sur ta croisière et le Borneo Explorer....bientôt?
                      Moi J'étais sur le Apo Explorer, C'est Emm@nuel qui étais sur le Bornéo...

                      Mon CR est en cours j'espere que j'aurais une connection pas trop lente a Malapascua ou je part demain a l'aube !!!
                      Dream Maker
                      MSDT PADI, Ex Tour Leader en croisière (Thailande, Philippines) Amateur De bio, surtout le petit, voir le très très petit...
                      Bonnes Bulles...
                      ><(((º>`·.¸¸.·´¯`·.¸.·´¯`·...¸><(((º>

                      Commentaire


                      • #12
                        Envoyé par Alimata
                        @Emm@nuel : [...] Tubbataha, j'y retournerai bien
                        Alors raconte, c'était comment ?
                        C'était super, même si je n'ai pas vu autant de gros que toi
                        Le CR arrive bientôt...

                        NB : T'as vu Jojo à Sangat ?
                        Et oui, très sympa
                        mais je ne l'ai pas vu beaucoup, il est parti le lendemain de mon arrivée !

                        Commentaire


                        • #13
                          Très chouette CR , bravo !
                          j'y étais en Avril, rien à ajouter.
                          Même commentaire pour le "must des épaves", ça vaut pas le voyage;
                          Par contre le site de sangat est magnifique!
                          Donc le mix Ile Robinson + épaves est unique en son genre.
                          je recommande un trek qui traverse l'île...à faire avec un guide(impératif)
                          on traverse l'île, bonnes chaussures requises...forêt vierge,nombreux singes et oiseaux exotiques, un peu de franchissement, beaucoup de sueur, beaux points de vue. Arrivée dans un crique et retour par speed boat....pour 5 USD guide compris...
                          Né sous l'eau...

                          Vous avez beau dire, y'a pas seulement que de la pomme, y'a aut'chose....

                          Commentaire


                          • #14
                            TUBBATAHA REEF

                            Tubbataha signifie « long récif exposé à marée basse».
                            Ce long récif est composé de deux atolls coralliens qui émergent à peine.
                            L’atoll Nord, le plus grand des deux, abrite une station de Rangers qui surveillent et protègent en permanence ce parc marin créé en 1988 et classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.
                            La plongée est strictement règlementée.

                            Notre croisière est programmée du 18 au 23 mai. 6 jours /5 nuits. En fait, comme on embarque le 18 au soir et qu’on rentre au port le 23 de très bonne heure, cela correspond à 4 journées de plongée.

                            En arrivant sur Puerto Princesa, vue d’avion, la mer est d’huile.
                            Ça se présente bien.
                            Et effectivement nous naviguerons toujours dans d’excellentes conditions, par mer calme à belle.


                            Le bateau

                            Notre croisière était prévue sur l’Apo Explorer. À notre arrivée au port, nous sommes conduits vers un autre bateau : le Borneo Explorer. Il est parait-il plus beau, plus gros, plus rapide que l'Apo qui est présentement en panne !

                            Le Borneo Explorer, construit il y a 25 ans, servait initialement au transport de passagers.
                            Il propose 10 cabines climatisées, avec douche et toilette privées.
                            L’ensemble est propre. Je n’ai vu qu’une seule fois un cafard qui s’enfuyait derrière le miroir du lavabo.
                            Alain et moi avons hérité d’une cabine à l’arrière. On entendait bien le moteur, mais c’était supportable.

                            Le carré est spacieux. On y prend les repas, un café ou une boisson fraîche et c’est là qu’ont lieu les briefings.
                            Le pont arrière offre un petit emplacement, couvert d’un taud, avec table et quelques chaises. Le bon endroit pour bouquiner ou remplir son logbook en plein air. À l’avant, plusieurs chaises longues. Mais en plein soleil, ça cogne trop pour y rester.
                            Sur le pont supérieur, un vaste espace qui sert de solarium. Un peu tristounet.

                            .
                            ...............................................photo Stan

                            Le bateau inspire confiance, car il est gros : 27,5m de long, 6,5m de large. On se sent en sécurité dans le cas d’un coup de vent sévère.
                            Mais le Borneo Explorer n’est pas très beau. Il est un peu vétuste et manque d’âme. Il n'y a aucune déco et on ne se sent pas sur un bateau de croisière. Mais après tout, on est venu pour plonger, pas pour une traversée bronzing. Et pour la plongée, le Borneo est plutôt bien agencé. Une coursive à tribord et une autre à bâbord reçoivent les équipements : portant + cintres pour les combis et caisses habituelles pour le matériel. Chaque coursive donne sur une plateforme extérieure à partir de laquelle on embarque aisément sur un "chase boat".

                            Pour cette croisière, nous sommes 13 plongeurs à bord, dont 8 Français.
                            L’équipage comprend 18 membres auxquels il faut ajouter le "boat manager" et deux guides.
                            Plus que conséquent !
                            Et ça se sent au niveau de la qualité du service qui est top. D’autant que tout le personnel philippin est adorable. Toujours souriant et prêt à rendre service.
                            Notre boat manager, Ludovic, est français.
                            Il exerce habituellement sur l’Apo Reef. Mais comme le bateau est hors service, Ludo a été transféré sur le Borneo. Il est venu avec ses guides habituels, son barman et son cuistot préféré (toujours caché dans sa cuisine à préparer de bons repas, copieux et variés).

                            Ça fait plaisir d’être accueilli par un Français.
                            J’ai bien apprécié tout au long de la croisière sa compétence, sa disponibilité et sa gentillesse.
                            Tous les briefings de Ludo seront en anglais (pour les 5 plongeurs "étrangers" !).
                            Il nous demande le premier jour s’il doit traduire en français. Mais, comme il parle lentement, il est facile à comprendre.


                            Palanquées

                            Lors de son 1er briefing, Ludo fait les présentations et constitue les groupes de plongées. Nous sommes deux palanquées.
                            Bonne pioche pour Alain et moi, on se retrouve dans la première palanquée avec 4 autres Français, très sympas et bons plongeurs : Aurélia, Fabian, Richard et Stan, le photographe-cameraman de la bande.
                            Notre guide, Madohna, qu’on appelle tous Dohna, est une jeune divemaster philippine.
                            On nous a attribué la coursive et la plateforme d’embarquement tribord.
                            La deuxième palanquée, cosmopolite, comprend 7 plongeurs : Américain, Japonais, Hollandais, Australienne et encore deux Français.
                            Elle est conduite par Titing, instructor philippin. Elle embarque... à bâbord.

                            Plutôt pratique cette répartition avec deux coursives, deux plateformes de chaque côté du bateau. Le couloir est un peu étroit, mais à 6 on ne se bouscule pas pour organiser son matériel et s’habiller.

                            ..
                            photos Alain

                            Avant chaque départ, le personnel philippin se charge d’équiper les bouteilles avec les détendeurs et stabs et de les installer sur l’annexe qui nous emmène sur site. Cool
                            Et au retour de chaque explo, la même équipe de Philippins s’occupe de notre matériel, nous aide à débarquer, nous offre une serviette de bain et rince nos combis dans une des deux grandes bassines installées sur la plateforme.



                            Plongées

                            Durant le premier briefing, Ludo nous expose surtout le programme : 4 plongées par jour, plus 1 plongée de nuit, avec 2 heures d’intervalle surface environ.
                            Il nous parle également des buffets repas et du bar, ainsi que du principe de la clochette qui ponctue les activités. Si on entend sonner la clochette alors qu’on a les cheveux mouillés, c’est donc qu’on sort de l’eau et c’est l’heure d’un repas. Si on a les cheveux secs, il est temps de se préparer pour la prochaine plongée.

                            ……………

                            Ludo nous prévient : sur Tubbataha, les explos se déroulent en longeant les tombants du récif. « Des murs, vous allez en voir tout au long de la croisière. Il n’y a pas trop de macro ici ».

                            Chaque plongée dure 45 minutes maximum.
                            En réalité, on restera souvent plus de 50 minutes sous l’eau.
                            Ludovic insiste sur la sécu et les règles (principalement Padi) : procédure de plouf tous ensemble, signes à 100 et 50 bars, perte de binôme, etc.
                            On ne descend pas en dessous de 30m, pas de déco.
                            C’est OK pour nous, d’autant que notre palanquée plonge au Nitrox.

                            Petite parenthèse : pour le Nitrox, il faut le réserver à l’avance. Ce que je n’avais pas fait !
                            Mais, dès le deuxième jour, Ludo s’organise pour nous fournir des bouteilles à 32% d’O2.
                            Ce qui est quand même très appréciable avec 4 plongées par jour, voire 5 si on fait aussi celle de nuit.


                            1er jour

                            Le Borneo Explorer a fait route toute la nuit et au petit matin nous nous réveillons devant Tubbataha Reef.
                            Lors de cette première journée, on plonge au nord de l’atoll Nord.
                            Petit briefing matinal. Ludo a dessiné au tableau un croquis du site.
                            Rappel des règles de plongée, descriptif de l’explo.

                            ……………
                            Shark Airport

                            La visibilité est extra, la température de l’eau à 29°
                            Rencontre d’entrée de jeu, vers les 12m, avec un banc de carangues de taille moyenne qui nous entoure.
                            On continue à descendre en logeant le mur couvert de corail et de superbes gorgones.
                            Trois beaux thons, un banc de barracudas et de nombreuses pointes blanches.
                            À 28-30m, nous croisons un requin gris et un thon énorme, je n’en avais jamais vu encore de cette taille.
                            Vers la fin de l’explo, une manta vient tranquillement vers nous et passe juste au-dessus de nos têtes.
                            En fait, d’après les spécialistes, il s’agissait, non d’une Manta, mais d’une raie du genre Mobula.
                            De toute façon, c’était superbe et pour une première plongée, ça commence bien


                            .

                            photos Stan


                            Seafan Alley

                            Comme son nom le laisse deviner, le mur du récif est couvert de gorgones de différentes espèces et couleurs.
                            On descend au-delà des 30m et nous remontons en nous laissant dériver le long du tombant.
                            Nombreuses pointes blanches. Une grosse marble ray posée sur un surplomb.
                            Plusieurs langoustes cachées dans les renfoncements du mur, mais dont les antennes trahissent la présence.
                            Un gros barracuda solitaire.
                            Et de très beaux « bouquets » de corail mou de toutes les teintes, des éponges, encore des gorgones.


                            photo Stan


                            Washing Machine

                            Malgré l’appellation du site, nous ne serons pas secoués par les courants qui peuvent être sévères ici. On fait une nouvelle dérivante tranquille de 50 minutes.
                            Nous naviguons entre 15-20m. L’eau est toujours aussi claire
                            Un joli banc de barracudas passe au-dessus de nous. Puis un banc de carangues.
                            Nous rencontrons nos deux premières tortues.
                            On revoit une raie (celle du matin ?).


                            .

                            .

                            photos Stan


                            Shark Airport (shalower)

                            On retourne sur le même site que lors de notre première plongée, mais en restant au-dessus du platier récifal, dans les 10-12m. De larges bandes sablonneuses avec des champs de coraux et de belles patates.
                            Dès notre descente, on tombe sur un requin-guitare qui s’enfuit, trop vite à notre goût.
                            Nous croisons un groupe de 3 pointes blanches, et puis d’autres encore.
                            Une raie pastenague s’enfuit à toute vitesse. Passage d’une petite tortue.
                            Je remarque plusieurs longues lignes striées sur le sable et je découvre finalement l’auteur de ces traces : un ermite téméraire qui se déplace de patate en patate.
                            On termine avec un long banc resplendissant de fusiliers bleu et jaune.






                            photos Stan


                            Plongée de nuit

                            Comme je n’ai pas participé à la «night dive», je n’ai pas noté le nom du site.
                            C’est sans importance.
                            D’après Alain et mes camarades de palanquée, la plongée n’avait pas grand intérêt !



                            2ème jour

                            Le Borneo Explorer se met en marche vers 4h du matin pour se déplacer vers la pointe sud de l’atoll Sud.
                            On mouille pas loin du phare.
                            Briefing de Ludo durant notre première collation matinale.

                            ………….
                            Delsan Wreck

                            Le site tire son nom d’un petit navire coulé, mais dont les restes ne sont pas suffisamment immergés pour être intéressants.
                            En fait, la plongée ici est réputée pour le gros.

                            On descend vers la faille à 25m. Et on attend.
                            Un banc de carangues passe et repasse plusieurs fois.
                            Quelques pointes blanches, deux requins gris, un pointes noires.
                            Mais pas de requin-marteau.
                            Au bout de 10’, on bouge. On remonte lentement sur le platier à 14-15m.
                            Napoleon, balistes, petit banc de barracudas.
                            Plongée cool malgré tout. Bonne mise en jambe pour le matin.


                            Delsan Wreck (bis)

                            On s’équipe pour la deuxième plongée et Stan nous prédit du gros !
                            Le spot est le même que précédemment et le parcours identique.
                            À 15m, on rencontre un très gros banc de carangues. Un peu plus loin, un petit groupe de barracudas nous rejoint et se mêle aux carangues.
                            Plus bas, on croise une raie aigle qui avance dans le bleu.

                            À 25m, Aurélia et Fabian, puis Dohna font des signes frénétiques : requin, requin, requin.
                            C’est la grosse excitation.
                            Je tourne la tête vers le bleu.
                            4 marteaux !!!
                            Wooh, wooh !
                            Ils ne restent pas longtemps au contact et s’écartent de nous.
                            On ne peut s’empêcher de palmer pour se rapprocher.
                            Un marteau revient un instant vers notre groupe puis s’éloigne avec les autres.
                            Quelle rencontre fantastique !


                            .

                            photos Stan

                            La suite de l’explo est reléguée au second plan.
                            Je passe impassiblement devant quelques très gros thons et l’énorme banc de carangues qui s’enroule en spirale.
                            Même détachement, sur le platier, pour une jolie murène (j’en ai vu très peu à Tubbataha) et un long défilé de fusiliers.
                            Je suis encore trop dans l’excitation de la scène avec mes premiers marteaux pour apprécier pleinement cette fin de plongée, pourtant superbe.


                            Triggerfish City

                            On descend dans le bleu à 25m.
                            Encore des pointes blanches. Et un très gros thon.
                            Un grand requin gris passe juste en dessous de nous en nous doublant, puis un autre aussi important.
                            À suivre, un banc de 5 petites pointes blanches.
                            À la remontée, on croise 3 barracudas dont le plus gros se détache des deux autres pour venir nous inspecter. Clic-clac de Stan.
                            On a finalement rencontré plus de requins que de balistes sur Triggerfish City


                            Hanging Garden

                            On longe le récif à 18-20m, main gauche.
                            On palme un bon moment à contrecourant !? Merci Dohna
                            Le tombant est riche en corail. Une très large variété de coraux mous, mais aussi de nombreuses acropores. Des fouets rouges-brun, de magnifiques gorgones de toutes les formes, de toutes les couleurs, à polypes blancs ou jaunes. Des comatules en abondance, de très grosses éponges barriques. Beaucoup de petits poissons de récif : demoiselles, anthias, chirurgiens, cochers…
                            Dans une cavité en surplomb : deux requins-nourrice et un bébé.


                            .

                            .

                            photos Stan


                            Plongée de nuit

                            Ni Alain , ni moi ne faisons la plongée de nuit.



                            3ème jour

                            Le Borneo Explorer bouge une nouvelle fois.
                            Au programme de la matinée : Black Rock Sud et Nord, au nord de l’Atoll Sud.
                            L’après-midi, Amos Rock et Gorgonian Channel, au sud de l’Atoll Nord

                            ………….
                            Black Rock Sud

                            On descend jusqu’à 28m et on longe le tombant, main gauche. Pas de courant, ce matin.
                            2 tortues, 1 barracuda, 1 gros requin gris.
                            On reste longtemps à 20-25m, en regardant souvent dans le bleu. Encore plusieurs pointes blanches et quelques thons. Mais pas de requin-marteau…
                            On remonte à 6m sur le platier du récif. On commence notre déco.
                            Et là, nous assistons à un défilé de pointes blanches, requins gris, et thons. Ça n’arrête pas !
                            On reste finalement une dizaine de minutes à les regarder passer les uns après les autres.


                            Black Rock Sud (bis)

                            On devait faire le côté nord de Black Rock. Dohna nous ramène au sud pour le même parcours !
                            Donc, à peu près la même explo et la même ambiance.
                            On termine avec un très long cortège de lutjans.


                            .

                            photos Stan


                            Amos Rock

                            Cette explo a lieu sur l’Atoll Nord.
                            On longe le tombant main gauche avec un bon courant qui nous pousse.
                            On croise deux tortues. Une troisième nous dépasse !?
                            On rencontre aussi une colonie d’une vingtaine de barracudas qui remontent le courant en suivant un groupe de carangues. Et toujours des pointes blanches…
                            Sur le plateau récifal, c’est une succession de balistes de toutes variétés : des bleus, des titans, des clowns.


                            photo Stan


                            Gorgonian Channel

                            J’ai noté sur mon carnet de plongée :
                            23 m — 52 minutes
                            Requins, thons, requins, thons, requins, thons…
                            Et surtout, un magnifique final avec le ballet d’une trentaine de barracudas qui font la ronde !
                            Ils n’en finissaient pas de tourner.


                            photo Stan


                            Il n’y a pas de plongée de nuit ce soir (qui, au demeurant, n’a pas semblé très passionnante la veille et l’avant-veille).
                            Il est prévu d’aller saluer les Rangers et de boire un coup sur l’ile.
                            C’est très sympa. Ils sont contents de voir du monde et nous font visiter leur installation.
                            Achat du T-shirt «officiel» et petite collation sur la plage.


                            photo Alain


                            4ème jour

                            Dernière journée à Tubbataha Reef, avec quatre explos au sud de l’atoll Nord.

                            Hammerhead Huntig (Malayan Wreck)

                            Le nom veut tout dire.
                            On attaque un peu plus tôt le matin pour avoir une meilleure chance de rencontrer les requins marteaux.
                            On descend à 30m dans le bleu et on attend.
                            Dohna, notre guide, froisse une petite bouteille en plastique pour essayer d’attirer les requins.
                            On attend.
                            Au bout d’une dizaine de minutes, toujours rien. On remonte finalement vers le récif. Gros courant . Nombreux perroquet à bosse, dont des juvéniles.
                            On croise l’autre palanquée qui a vu les requins marteaux. Grrrrrr !


                            Wall Street

                            Il s’agit d’une des plongées les plus populaires de Tubbataha, avec son mur qui plonge dans le bleu.
                            Il y a du jus et le début d’explo est bizarre. Dohna nous fait faire un peu n’importe quoi. Palmage à contre-courant, pour rien ! On descend,on remonte sans raison. On change de direction pour finalement partir en dérivante le long du mur !!!
                            La suite est sympa. Barracudas, requins gris et pointes blanches, comme d'hab.
                            Devil Ray qui nous croise tranquillement en remontant le courant.
                            On revient sur le platier, le soleil inonde les coraux de lumière. Le panorama est magnifique.
                            Plusieurs tortues.
                            De larges bancs de balistes bleus juvéniles se mélangent avec des colonies de poissons-papillons pyramide juvéniles orange et blanc ( j’ai pu les identifier, après coup, avec les livres du bord ).

                            .
                            photos Stan


                            Malayan Wreck

                            Nous décidons de faire une ultime tentative pour trouver les marteaux.
                            On se met à l’eau au-dessus d’une petite épave qui repose à 6-7m. Explo rapide du bateau, puis on se dirige vers le tombant.
                            Descente à 30m dans le bleu. Et on attend.
                            On ne verra pas de marteaux cette fois-ci non plus.

                            En revenant vers le récif, j’aperçois un rassemblement d’une trentaine de requins de toutes tailles (et aussi d’énormes barracudas me semble-t-il). Ils se reposent sur un étroit plateau de sable à une soixante de mètres de profondeur.
                            Je descends pour mieux observer la scène. Mais je suis obligé de me limiter à 39m à cause du nitrox. Dommage. Je serais bien allé voir de plus près encore.

                            Au niveau de la bordure du platier, nous retrouvons un fort courant et on l’utilise pour partir en drift rapide. On voit de tout : napoléon, mérou, poissons-anges, red snaper, pointes blanches.
                            Nous prenons beaucoup de plaisir durant cette deuxième partie de plongée, avec le paysage qui défile à grande vitesse et les rencontres ininterrompues d’une grande variété de poissons.


                            South Malayan

                            Pour notre dernière plongée, ce fut un festival pélagique
                            À la mise à l’eau, deux pointes blanches passent entre mes palmes (ou presque !). Et puis, 4 ou 5 autres viennent voir qui nous sommes et repartent nonchalamment une fois leur curiosité satisfaite.
                            On longe le récif main gauche à 20m environ. Requins, thons, carangues. Toujours la même chose… mais on ne se lasse pas
                            Belles gorgones sur le tombant. Un poulpe change de couleur quand on commence à l’observer. Nous remontons sur le plateau récifal. Gros courant, une nouvelle fois. On en profite pour s’offrir une dernière dérivante TGV.
                            Trois très gros napoléons et un bébé.
                            On finit sur une «nursery» d’une dizaine de bébés requins. Nous faisons durer le palier de sécurité pour les observer.
                            Final de toute beauté, nous avons tous le sourire.
                            À 50 minutes, on sort.
                            Grande plongée !


                            ……………………….

                            photos Stan



                            Le Borneo Explorer quitte Tubbataha Reef vers 18h et fait route de nuit vers Puerto Princesa.
                            On y arrive au petit matin et nous sommes réveillés par les bruits du port.
                            On a tout le temps pour ranger nos affaires. Une navette vient nous prendre vers 10h pour nous emmener à l’hôtel où nous avons réservé.


                            Bilan

                            Je suis un brin partagé.

                            Quelque part, je suis vaguement déçu, car inconsciemment j’espérai plus. Je reste un peu sur ma faim question gros.
                            Nous n’avons rencontré qu’une seule fois et brièvement des marteaux.
                            Aucun requin-baleine.
                            Il est évident que mon léger désenchantement n’est qu’à la mesure des rêves que j’avais entretenus ces dernières semaines.

                            Mais la plongée, c’est ça. Il n’y a pas de rendez-vous garanti à tous les coups. Heureusement.
                            Et puis, Tubbataha n’est peut-être plus le spot d’exception d’il y a 10 ans.
                            J’ai lu et entendu dire que, encore récemment, la surveillance du site n’était pas suffisante pour assurer une réelle protection du site, surtout l’hiver. La pêche illégale continuerait d’affecter le parc marin. À vérifier.

                            Il aurait sans doute fallu descendre à 40 ou 50m pour se donner plus de chance de rencontrer les gros. Le nitrox c’est très bien, mais ça limite la profondeur. J’aurais dû, avec Alain, utiliser de l’air pour les deux premières plongées, et le nitrox pour les deux dernières.

                            Ceci dit, faut quand même pas déconner.
                            Le parc marin de Tubbataha offre au plongeur un spectacle inouï : tombants superbes, coraux d’une richesse prodigieuse et une variété de poissons fabuleuse.
                            Pour être honnête, je dois avouer que j’ai effectué une super-croisière, dans d’excellentes conditions :
                            • météo OK
                            • bateau confortable, organisation impeccable, bouffe très correcte et variée
                            • ambiance à bord agréable, personnel philippin adorable
                            • camarades de palanquée très sympathiques avec lesquels nous nous sommes toujours bien entendu sous l’eau comme à bord du bateau.
                            • peu de monde sur le site de Tubbataha. Durant notre séjour, il n’y avait que trois bateaux (dont le nôtre). On n’a jamais croisé d’autres plongeurs. Il semblerait que les boat managers s’accordent entre eux pour organiser le planning de la journée. Nous n’avons pas vu non plus sous l’eau l’autre palanquée du Borneo Explorer.

                            Et surtout, question explos, c’était top. Pour reprendre une phrase de Valthaï « on remonte de chaque plongée le sourire aux lèvres et l’envie d’y retourner » . L’eau est claire (et chaude !), la visi extra, la luminosité superbe.
                            Le récif est extrêmement vivant avec ses tombants et son platier couverts de multiples coraux de toutes les couleurs.
                            Et on a vu une grande variété et une grande quantité de poissons.
                            Requins gris, pointes blanches, barracudas, thons, balistes, carangues à toutes nos explos.

                            Alors au final, Tubbataha Reef c’est de la plongée superbe !


                            À suivre, (très) court résumé sur PUERTO PRINCESA.

                            Commentaire


                            • #15
                              Qui va à Tubbataba, en tombe baba

                              Merci Emm@nuel pour cet excellent CR, qui m'a bien fait saliver
                              Comme tu le sais, j'y suis allé en 2006, mais va vraiment falloir que j'y retourne, j'ai comme un manque
                              J'attends maintenant le CR de Martinoo pour qu'il me passe la 2ème couche et enfonce le clou
                              Les Voyages plongée d'Alimata : Récits, photos et vidéos sous-marines
                              Annuaire des Carnets de Voyages et de Plongées : Annuaire des sites persos de plongeurs sur leurs voyages plongée

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X