Annonce

Réduire
Aucune annonce.

CR Mexique et Belize

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • CR Mexique et Belize

    A 3 amis, nous avons décidé de partir en indépendants au Mexique (Cénotes) puis au Belize, en novembre 2012.



    Mexique :

    Vol direct sur Air France pour Cancun.

    Nous avons choisi de nous poser à Tulum, en plein cœur du pays des Cenotes. En indépendants : location d’une voiture (Tulum Car rental), de chambres d’hôtel (secret Garden), de blocs – bi et relais (Zero Gravity, à mi-chemin entre Playa del Carmen et Tulum, puis Protec Tulum).

    L’organisateur de cette partie du voyage est Raphael plongeur sout expérimenté, Full Cave, formé par Pascal Bernabé, avec qui nous avons commencé la plongée sout en compagnonnage en 2009. Il est déjà venu plonger en Cénote, avec Pascal Bernabé. Pour ma part j’ai été formé logique solo (2010 puis Full Cave (2011) par Frank Vasseur. Le 3e larron, Sylvain profitera du début du séjour pour une formation Intro to cave avec Sebastien Kister (BednDiving Mexico), pendant que nous plongeons ailleurs en indépendants.

    En fin de séjour mexicain, nous utiliserons également les services de Sébastien Kister comme guide, afin qu’il nous fasse découvrir des sites moins classiques. Malheureusement je serais obligé de shunter la dernière plongée (soucis d’oreille) d’autant plus que les vacances plongées continuent ensuite au Bélize.

    Conclusion :

    La révélation. J’aimais la plongée sout dans le Lot, l’Aveyron, l’Ardèche ou à La Douix, mais ces cénotes sont vraiment somptueuses. Les vidéos donnent une idée, mais seule la pratique permet de découvrir la variété des situations : large comme intime, jeux de lumières, salles ornées, visibilité énorme ou réduite, navigation (réellement) complexe, … Dès qu’on quitte les zones cavernes, il est exceptionnel de croiser du monde, et quand on est sur la même ligne, plutôt que de se suivre, il y a souvent à proximité un embranchement (avec jump) possible.

    Les plongées dans l’étroit m’ont également convaincu de l’urgence de faire la bascule et de me former au SM.



    Belize

    J’organisais cette partie du voyage.

    Après avoir rendu la voiture à Tulum, nous avons pris tôt le matin un bus pour Chetumal, où il y a des bateaux pour les iles du Belize. Après quelques péripéties (contrôle par l’armée mexicaine et chien anti drogue de nos bagages, début d’incendie électrique du bateau sur le tronçon Chetumal-San Pedro ou sur le tronçon San Pedro-Caye Caulker, alors qu’étais diffusé sur la télé du bord un sous-« dents de la mer ») nous sommes parvenus à Caye Caulker, centre de nos aventures béliziennes.

    J’avais choisi Caye Caulker pour son ambiance particulière et parce que c’est le seul endroit du Belize disposant d’une structure Tek (Belize Diving Service). En effet, notre objectif en venant au Belize était de plonger au Trou Bleu. Et tant qu’a faire, correctement, et pas juste en vitesse avec un 11,1l.

    J’avais donc contacté BDS dès juin. Dans un premier temps, j’ai renoncé à le plonger au Trimix ; pour cause de coûts exorbitants : 2600 $ + gaz (très chers)+ location des blocs. Je me suis rabattu sur une config de type extended range (bi air+ deco oxy). Les couts restent significatifs (journée de plongée avec plusieurs heures de bateau, blocs et guide bélizien obligatoire), mais permettent de descendre jusqu’à 60m et d’avoir un peu de temps fond, tout en restant dans un run-time d’environ 1 heure pour rester compatible avec les plongeurs loisirs.

    Nous nous étions entendus sur les dates, et j’avais confirmé à plusieurs reprises y compris une semaine avant notre arrivée.

    En arrivant à Caye Caulker nous avons pu gouter immédiatement aux bons et mauvais cotés de cette ile à l’ambiance particulière, sans route ni voitures.

    L’hôtel que j’avais contacté 2 jours avant pour confirmer notre arrivée n’ayant plus de place nous avons du chercher un peu, mais cela s’est réglé sans grande difficultés. Au restaurant ou nous avons choisi de diner, nous avons pu tester la nonchalance ilienne : serveuse qui s’assoit à notre table parce que dixit elle est trop fatiguée (nous sommes les seuls clients et il est 19h30 maximum), qui ne sais pas ce qui est au menu (qui tient en quelque lignes), mais sans que cela soit bien grave.

    Le lendemain, nous nous sommes rendu à BDS, qui a prétendu qu’ils ne nous attendaient pas, vu que nous n’avions pas payé d’acompte (qu’ils n’avaient jamais demandé dans aucun des nombreux échanges qua j’avais pu avoir avec eux). Heureusement, étant complètements équipés hors blocs ils peuvent se débrouiller pour nous monter des bi pour 2 jours plus tard.

    Le matin du jour prévu, nous découvrons le guide Tek obligatoire pour pouvoir plonger dans le trou bleu dans la configuration que nous souhaitons. Il est nécessaire de renégocier avec lui, vu qu’il a planifié 45m. Nous transigeons à maxi 55m (que dans la pratique nous irons ne pas chercher). Quand nous lui décrivons notre run time, il semble avoir assez peu de recul.

    En cours de trajet, il nous indique qu’il a oublié son ordinateur, donc qu’il se basera sur nous, et restant derrière.

    Les conditions météo sont assez mauvaises, avec peu de lumière sous l’eau. Nous faisons notre plongée comme prévu, avec le guide derrière, 5 à 10m au dessus. Honnêtement, cette plongée est assez décevante et les stalactites des 40m sont très quelconques. Avec d’autre conditions météo, peut-être aurait elle été mieux.

    De retour sur le bateau, le guide nous sort à plusieurs reprises avec un grand sourire « nous sommes vivants ». Nous finissons par être surpris par cette plaisanterie qui se répète, et découvrons qu’en fait, c’est pratiquement la première fois qu’il descend à ces profondeurs…



    Pendant les plongeurs loisirs préparent leur matériel puis font leur 2 eme plongée, nous préparons le notre pour la deuxième plongée, que nous ferons en même temps que leur 3eme.

    Heureusement que nous avons du temps et que j’ai des outils avec moi : le bi qu’ils ont monté la veille au soir, et que nous n’avons donc pas pu tester préalablement a des tiges beaucoup trop longues : elles dépassent de plus de 5 cm des trous dans la plaque : elles sont donc inutilisable en état, car nous rentrant dans le dos. Nous passons donc 1 heure et démonter le cerclage et les tiges des bi utilisé précédemment, des bi encore pleins et à les intervertir (avec des blocs sous pression simplement maintenus ensembles par le pont central).

    Sylvain ayant choisi de plonger loisir pour la journée est satisfait de ses 2eme et 3eme plongées. Je trouve également ma 2eme plongée décevante, par manque de luminosité.

    Pas de plongée le lendemain (nous avons été oubliés).

    2 tanks dive le surlendemain. Sympa bien qu’en troupeau padi, vu que guide local obligatoire, sur du récif corallien avec beaucoup de requin nourrices.



    Conclusion :

    Pas convaincu par le trou bleu, ni par les plongées « exceptionnelles » vantées alentour. Les conditions météos ont pu jouer. J’ai préféré les plongées que j’avais pu faire un peu plus au sud, à Utila, où je suis allé 2 fois. Mais mes amis, découvrant cette barrière de corail, l’ont plus apprécié que moi.

    Retour :

    Bateau jusqu’à Belize City, taxi jusqu'à l’aéroport (tout voyage confondu, la voiture s’apparentant le plus à une épave ou j’ai jamais mis les pieds), avions Delta Airlines de Belize City à Paris via Atlanta.



    Conclusion générale. Il y a beaucoup d’endroit ou j’ai plongé où j’aimerais retourner. Les cenotes du Mexique en font partie (et j’y suis retourné depuis, et cela se reproduira). Pas le Belize. Même si j’ai apprécié le dépaysement.
    Mes CR:
    Coron et Anilao 2016 Ambon 2015 Plongée à Scapa Flow 2014 Coron 2014 Retour au Mexique 2014 Nouvelle Calédonie 2013 En SM sur l'Exocet 2013 Mexique et Belize 2012 Bulgarie 2010 Philippines (Coron, Subic Bay, Puerto Galera) 2010 Honduras 2008 Malte 2007 Mer de Cortez 2007

  • #2
    Merci pour le partage!

    Commentaire


    • #3
      Je me suis bien poilé en lisant le CR ! bravo pour ton sens de la dérision !!!

      Commentaire


      • #4
        +1 pour les cénotes merci pour le Cr

        Commentaire


        • #5
          Merci pour ce retour !
          Ça donne pas envie d'y aller....
          - Flo -
          mon site : www.plongeuse.eu
          Vidéoflo, la galerie vidéo
          La galerie photo (non-sous'm)
          La galerie photo sous-marine

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par sebach
            A 3 amis, nous avons décidé de partir en indépendants au Mexique (Cénotes) puis au Belize, en novembre 2012.



            Mexique :

            Vol direct sur Air France pour Cancun.

            Nous avons choisi de nous poser à Tulum, en plein cœur du pays des Cenotes. En indépendants : location d’une voiture (Tulum Car rental), de chambres d’hôtel (secret Garden), de blocs – bi et relais (Zero Gravity, à mi-chemin entre Playa del Carmen et Tulum, puis Protec Tulum).

            L’organisateur de cette partie du voyage est Raphael plongeur sout expérimenté, Full Cave, formé par Pascal Bernabé, avec qui nous avons commencé la plongée sout en compagnonnage en 2009. Il est déjà venu plonger en Cénote, avec Pascal Bernabé. Pour ma part j’ai été formé logique solo (2010 puis Full Cave (2011) par Frank Vasseur. Le 3e larron, Sylvain profitera du début du séjour pour une formation Intro to cave avec Sebastien Kister (BednDiving Mexico), pendant que nous plongeons ailleurs en indépendants.

            En fin de séjour mexicain, nous utiliserons également les services de Sébastien Kister comme guide, afin qu’il nous fasse découvrir des sites moins classiques. Malheureusement je serais obligé de shunter la dernière plongée (soucis d’oreille) d’autant plus que les vacances plongées continuent ensuite au Bélize.

            Conclusion :

            La révélation. J’aimais la plongée sout dans le Lot, l’Aveyron, l’Ardèche ou à La Douix, mais ces cénotes sont vraiment somptueuses. Les vidéos donnent une idée, mais seule la pratique permet de découvrir la variété des situations : large comme intime, jeux de lumières, salles ornées, visibilité énorme ou réduite, navigation (réellement) complexe, … Dès qu’on quitte les zones cavernes, il est exceptionnel de croiser du monde, et quand on est sur la même ligne, plutôt que de se suivre, il y a souvent à proximité un embranchement (avec jump) possible.

            Les plongées dans l’étroit m’ont également convaincu de l’urgence de faire la bascule et de me former au SM.



            Belize

            J’organisais cette partie du voyage.

            Après avoir rendu la voiture à Tulum, nous avons pris tôt le matin un bus pour Chetumal, où il y a des bateaux pour les iles du Belize. Après quelques péripéties (contrôle par l’armée mexicaine et chien anti drogue de nos bagages, début d’incendie électrique du bateau sur le tronçon Chetumal-San Pedro ou sur le tronçon San Pedro-Caye Caulker, alors qu’étais diffusé sur la télé du bord un sous-« dents de la mer ») nous sommes parvenus à Caye Caulker, centre de nos aventures béliziennes.

            J’avais choisi Caye Caulker pour son ambiance particulière et parce que c’est le seul endroit du Belize disposant d’une structure Tek (Belize Diving Service). En effet, notre objectif en venant au Belize était de plonger au Trou Bleu. Et tant qu’a faire, correctement, et pas juste en vitesse avec un 11,1l.

            J’avais donc contacté BDS dès juin. Dans un premier temps, j’ai renoncé à le plonger au Trimix ; pour cause de coûts exorbitants : 2600 $ + gaz (très chers)+ location des blocs. Je me suis rabattu sur une config de type extended range (bi air+ deco oxy). Les couts restent significatifs (journée de plongée avec plusieurs heures de bateau, blocs et guide bélizien obligatoire), mais permettent de descendre jusqu’à 60m et d’avoir un peu de temps fond, tout en restant dans un run-time d’environ 1 heure pour rester compatible avec les plongeurs loisirs.

            Nous nous étions entendus sur les dates, et j’avais confirmé à plusieurs reprises y compris une semaine avant notre arrivée.

            En arrivant à Caye Caulker nous avons pu gouter immédiatement aux bons et mauvais cotés de cette ile à l’ambiance particulière, sans route ni voitures.

            L’hôtel que j’avais contacté 2 jours avant pour confirmer notre arrivée n’ayant plus de place nous avons du chercher un peu, mais cela s’est réglé sans grande difficultés. Au restaurant ou nous avons choisi de diner, nous avons pu tester la nonchalance ilienne : serveuse qui s’assoit à notre table parce que dixit elle est trop fatiguée (nous sommes les seuls clients et il est 19h30 maximum), qui ne sais pas ce qui est au menu (qui tient en quelque lignes), mais sans que cela soit bien grave.

            Le lendemain, nous nous sommes rendu à BDS, qui a prétendu qu’ils ne nous attendaient pas, vu que nous n’avions pas payé d’acompte (qu’ils n’avaient jamais demandé dans aucun des nombreux échanges qua j’avais pu avoir avec eux). Heureusement, étant complètements équipés hors blocs ils peuvent se débrouiller pour nous monter des bi pour 2 jours plus tard.

            Le matin du jour prévu, nous découvrons le guide Tek obligatoire pour pouvoir plonger dans le trou bleu dans la configuration que nous souhaitons. Il est nécessaire de renégocier avec lui, vu qu’il a planifié 45m. Nous transigeons à maxi 55m (que dans la pratique nous irons ne pas chercher). Quand nous lui décrivons notre run time, il semble avoir assez peu de recul).

            En cours de trajet, il nous indique qu’il a oublié son ordinateur, donc qu’il se basera sur nous, et restant derrière.

            Les conditions météo sont assez mauvaises, avec peu de lumière sous l’eau. Nous faisons notre plongée comme prévu, avec le guide derrière, 5 à 10m au dessus. Honnêtement, cette plongée est assez décevante et les stalactites des 40m sont très quelconques. Avec d’autre conditions météo, peut-être aurait elle été mieux.

            De retour sur le bateau, le guide nous sort à plusieurs reprises avec un grand sourire « nous sommes vivants ». Nous finissons par être surpris par cette plaisanterie qui se répète, et découvrons qu’en fait, c’est pratiquement la première fois qu’il descend à ces profondeurs…



            Pendant les plongeurs loisirs préparent leur matériel puis font leur 2 eme plongée, nous préparons le notre pour la deuxième plongée, que nous ferons en même temps que leur 3eme.

            Heureusement que nous avons du temps et que j’ai des outils avec moi : le bi qu’ils ont monté la veille au soir, et que nous n’avons donc pas pu tester préalablement a des tiges beaucoup trop longue : elles dépassent de plus de 5 cm des trous dans la plaque : elles sont donc inutilisable en état, car nous rentrant dans le dos. Nous passons donc 1 heure et démonter le cerclage et les tiges des bi utilisé précédemment, des ni encore pleins et à les intervertir (avec des blocs sous pression simplement maintenus ensembles par le pont central).

            Sylvain ayant choisi de plonger loisir pour la journée est satisfait de ses 2eme et 3eme plongées. Je trouve également ma 2eme plongée décevante, par manque de luminosité.

            Pas de plongée le lendemain (nous avons été oubliés).

            2 tanks dive le surlendemain. Sympa bien qu’en troupeau padi, vu que guide local obligatoire, sur du récif corallien avec beaucoup de requin nourrices.



            Conclusion :

            Pas convaincu par le trou bleu, ni par les plongées « exceptionnelles » vantées alentour. Les conditions météos ont pu jouer. J’ai préféré les plongées que j’avais pus faire un peu plus au sud, à Utila, ou je suis allé 2 fois. Mais mes amis, découvrant cette barrière de corail, l’ont plus apprécié que moi.

            Retour :

            Bateau jusqu’à Belize City, taxi jusqu'à l’aéroport (tout voyage confondu, la voiture s’apparentant les plus à une épave ou j’ai jamais mis les pieds), avions Delta Airlines de Belize City à Paris via Atlanta.



            Conclusion générale. Il y a beaucoup d’endroit ou j’ai plongé où j’aimerais retourner. Les cenotes du Mexique en font partie (et j’y suis retourné depuis, et cela se reproduira). Pas le Belize. Même si j’ai apprécié le dépaysement.



            Photos Sylvain

            Très interessant, mon mari et moi avons geré un resort entre le Trou Bleu et Belize City, je reconnais dans ton CR la non chalance bélizienne, c´est comme a Marseille, pas trop vite le matin, doucement l´aprés midi.
            Nous allions au Trou bleu tous les 15 jours, une semaine mon mari une semaine moi. J´adore cette plongée mais surtout HalfMoon Caye, que tu n´as peut etre pas fait (c´est souvent la seconde plongee apres le BBQ sur l´ile.

            Comme tu le sais deja je vis et travail a Tulum. Quelles caves as tu fais ? et Quelles Cavernes.
            Je vais peut etre lire les commentaires tu reponds peut être deja a cette question.

            En conclusion, pour les plongeurs qui viennent dans cette regions, commence par le bleu hole (Trou Bleu) et ensuite venez a Tulum.

            Commentaire

            Chargement...
            X