Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 12/12/2019 dans toutes les zones

  1. 3 points
    Au Québec, il faut d'abord comprendre, comme je l'ai mentionné à plusieurs reprises, qu'on divise clairement la plongée en deux groupes distincts: la plongée récréative et la plongée technique. Pour nous, de la plongée récréative, c'est de la plongée à une profondeur maximale de 130 pieds, en "open water", donc sans plafond, et à l'intérieur de la courbe de non-décompression. Seule exception notable, la plupart d'entre-nous va considérer que la plongée sous-glace est du domaine de la plongée récréative, même si c'est définitivement sous plafond... En plongée récréative, la très vaste majorité des plongeurs québécois va être formée dans le système Padi, système qu'on amorce la plupart du temps de cette façon, en prenant par exemple la porte d'entrée qu'est le Open Water Diver: On s'inscrit dans une école de plongée, la plupart du temps, mais pas tout le temps, associée à une boutique. En payant, on reçoit un "kit" de l'étudiant dans lequel se trouve notamment dont on devra lire un nombre X de chapitres avant le premier cours. Lors de ce cours, essentiellement, on va réviser la théorie vue dans les chapitre lus, discuter de certains points particuliers avec le moniteur et s'assurer que tout le monde à bien rempli et compris les "révisions de connaissances" - QCM - de chacun de chapitres. Au terme de cette séance théorique qui prend habituellement environ 1h, 1h30, on se dirige vers la piscine pour y faire les "plongées" requises. Habituellement, on se retrouve dans le fond de l'eau, avec un moniteur qui fait des techniques, on observe et on reproduit lesdites techniques sous l'oeil du moniteur et des DiveMaster qui l'accompagnent. Si un étudiants peine à réaliser un exercice, il est alors pris en charge one-on-one part un DM qui va pratiquer avec lui jusqu'à ce qu'il maîtrise cet exercice. On progresse ainsi sur 5 séances, habituellement de 18h à 22h. La dernière séance implique un examen théorique en mode QCM qui wrap tout le contenu vu précédemment. Par la suite, on doit reproduire tous les exercices pratiques en milieu naturel lors de 4 plongées dites de certification. Fait intéressant, lorsque j'ai fait ma première certification OWD, fin 80, début 90, tous les étudiants faisaient leur certification en milieu naturel au Québec; maintenant, on parle parfois de 8 étudiants sur 10 qui vont suivre uniquement la théorie et faire la pratique en piscine au Québec pour ensuite passer leurs certifications dans les Caraïbes... Par contre, il y a presque un consensus au Québec pour estimer que les plongeurs formés à 100% dans le Sud, comme on dit ici, vont avoir une formation nettement inférieur, qualitativement parlant, à ce qu'ils auraient reçu dans une école québécoise qui applique pourtant le même programme Padi... Et un plongeur formé ou certifié dans les Caraïbes n'aura pas le droit de plonger au Québec tant qu'il n'aura pas démontrer sa compétence en eaux froides à un moniteur d'ici. Et au terme de ce processus, le nouveau plongeur sera habileté à plonger à l'intérieur des limites de non-décompression, sans plafond, jusqu'à une profondeur de 60 pieds, en complète autonomie, avec un binôme. Rapidement, parfois même sans avoir fait plus de 6 plongées tout seul, les OWD le moindrement motivé vont passer leur Advance OW et vont ainsi pouvoir plonger en autonomie, sans déco, sans plafond, jusqu'à 100 pieds. Je vous dirais que la vaste majorité des plongeurs québécois, probablement 9 sur 10, va être OWD ou AOWD et va s'arrêter là, question formation. Plusieurs, par contre, vont enchaîner des formations Advance complémentaires comme la "plongée profonde" qui leur permettra de plonger jusqu'à 130 pieds - la limite absolue pour Padi de la plongée récréative ou encore la plongée nitrox, très populaire ici puisqu'elle allonge la fameuse limite de non-déco... Quelques-un vont ensuite poursuivre vers le Rescue. Après, ça se divise: ceux qui veulent demeurer dans la plongée récréative vont suivre leur DiveMaster et devenir, pour la plupart des DM, des moniteurs OWSI, les autres vont bifurquer un peu en amont vers la plongée technique et, du coup, se former en théorie et en pratique pour le dépassement des limites du récréatif. Fait essentiel à noter: la plupart des moniteurs de plongée récréative, même s'ils ont des milliers de plongée derrière le tuba, n'auront jamais fait la moindre vraie déco et n'auront jamais été bien plus profond que 130 pieds. Pourquoi? Parce qu'un plongeur récréatif, ici, ne fait pas de déco et ne franchi pas le cap des 130 pieds... Par contre, à l'intérieur de ces limites, il est diablement autonome...
  2. 3 points
    Merci ! Manta Alley, c'est tout au sud....il me semble que ce n'est pas forcément possible d'y aller durant toute la saison, l'eau est plus fraîche aussi. La première plongée là bas était ma plus belle plongée manta de ma vie, le site est grand et tu as une station de nettoyage en bas dans le sable et une sorte de canyon (l'alley...) de l'autre côté, il y en avait partout.... J'ai choisi cette croisière car elle était courte (je n'avais plus bcp de jours de vacances), sinon j'aurais plutôt choisi une croisière focalisée sur Komodo et un peu plus longue. Il y a évidemment bcp de navigation (de nuit surtout) pour rejoindre Komodo et en revenir et les sites sur la route sont un cran en dessous de ceux de Komodo (mis à part le site de Sangeang, avec les bulles qui sortent du sable dans la vidéo, qui est très chouette et très particulier). Si mes souvenirs sont bons tu ne fais que 3,5 jours de plongée à Komodo même, c'est un peu court je trouve. A Komodo tu as qd même des sacré sites, Castle Rock et Manta Alley notamment m'ont bien impressionné. Il y a aussi 2 petites sorties dragons (une en zodiac le long d'une plage tout au sud et une à la station des rangers), sympa si on en a jamais vu (mais j'imagine que tous les bateaux font ça aussi). Sinon, le Mermaid II est très bien, bonne nourriture, confortable, rapide, équipage et guides très pros et sympas,16 plongeurs seulement, petites palanquées. Les clients sur le bateau viennent d'un peu partout (majorité d'anglo-saxons tout de même). Dis moi si tu as des questions plus précises.
  3. 1 point
    Moi tant que j'ai mon salaire à la fin du mois, si un qqun veut venir me donner un coup de main gratuitement je ne risque pas de refuser, il me semble que dans le privé on appelle ca un stagiaire (oui désolé je provoque un peu). Comme je te disais, voir le MF comme un concurrent du BE salarié est une grossière erreur, il permet juste de le décharger un peu ou d’améliorer les conditions de plongée des clients. A la limite le moniteur pro auto entrepreneur qui fait des jobs à la sortie est nettement plus en concurrence frontale, mais la aussi si on retient une notion de lien de subordination il y a alors un délit de marchandage donc il n'est pas plus légitime que le MF.
  4. 1 point
    En cinquante ans d’activité, je dois avouer que mes plus belles plongées l’ont été au Canada, côté Pacifique, à partir de l’Ile Victoria en face de Vancouver. Les paysages sous-marins y sont magnifiques, la faune y est surdimensionnée en nombre et en espèces. Les endroits où l’on s’immerge sont « de pleine nature », avec des phoques, des orques, ... Instants de rêve. L’eau y est froide (9°C) en plein été et on pratique le « two tanks dive » avec une soupe entre les deux. Avec ma combi de méditerranée, j’ai dû puiser dans mes réserves et serrer les dents. J’y ai plongé avec un instructeur PADI et quelques autochtones, à des profondeurs largement supérieures à 40 m, qui exigeaient des paliers. Foi de National, c’étaient tous d’excellents plongeurs. Donc, attention aux caricatures.
  5. 1 point
    Moi, qui suis pété de thunes, j'ai préféré me former plus rapidement avec un excellent moniteur, issu de la filière mexicaine (y'en a aussi ... MDR) ! Sérieusement, c'est un plus.
  6. 1 point
    Well... Disons plutôt que c'est un grand désert et, étant moi même un touareg, je trouve bien curieux cette petite tribu qui, reclus dans son carré de sable, persiste à faire des trucs comme personne d'autre ne fait ailleurs dans le désert...
  7. 1 point
    Disons plutôt qu’il a tendance à expliquer à un touareg comment vivre dans le désert. D’où les agacements
  8. 1 point
    Je me joins aux autres pour te souhaiter une bienvenue sur plongeur.com...
  9. 1 point
    Un proctologiste ne serait-il pas un militant du trou de Bale?
  10. 0 point
    Je ne sais pas si ils galèrent à recruter ou non, mais je connais énormément de monde qui ont abandonné l'idée de leur filer un coup de main car ils n'auraient pas eu le droit de manger un bout de jambon pendant plusieurs semaines. C'est dommage.
×
×
  • Créer...