Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 12/08/2020 in all areas

  1. Un avis, c'est comme une certaine partie de notre anatomie: tout le monde en a un. L'équation dans cette crise n'est en soi pas si compliquée : pour limiter la propagation du virus, il faut mettre en place des mesures barrières contraignantes (confinement, fermeture de certains lieux, port du masque...). Plus les mesures mises en places sont drastiques, plus on sauve des vies. Mais cela se fait au détriment de l'économie et des libertés individuelles. Une dictature sanitaire, telle que mise en place dans certains pays, ne serait jamais accepté en France ou dans le monde occidental en général. À l'inverse, un laisser-faire total impliquerait une surcharge des hôpitaux et une surmortalité conséquente, chose qui ne serait jamais tolérée non plus. Du coup on fait quoi ? Je pense (sincèrement) que le gouvernement fait du mieux qu'il peut à la lumière de ce qu'il sait de la maladie et de l'épidémie, et qu'il essaie de trouver le juste milieu. Sauf que, où se situe cette barre ? Personne n'est d'accord ; c'est bien normal. Mais attention au procès d'intention, je ne pense pas qu'une personne aux convictions un minimum libérales comme Macron prenne du plaisir à bousiller l'économie du pays. Je pense que personne n'est satisfait de la situation dans laquelle nous sommes tous depuis 9 mois. Je pense aussi extrêmement prétentieux de croire qu'à leur place, on aurait fait mieux. Ça ne remet bien sûr pas en cause le droit à la critique, mais certains discours un peu trop virulents m'agacent, personnellement.
    8 points
  2. Il y a un mauvais exercice d'équilibriste entre santé et économie et le gouvernement est, à mes yex, aussi mauvais que les autres dans l'ensemble. Mais personnellement j'en veux plus à la population où chacun exige sa petite exception pour garder son petit confort. Je fais parti des imbéciles qui respectent les règles mais qui ne revent que de pouvoir partir en voyage comme avant. Résultat , j'imprime des attestations débiles, je télétravaille depuis Mars pratiquement (hormis en Aout), je suis resté dans mon km et mes 20 km maintenant. Pas de famille à Noel. Je limite mes courses au nécessaire, me lave les mains et porte le masque partout. Après à la télé, je vois encore des gens avec le pif qui dépasse du masque parce que c'est difficile de respirer avec, qui réclament la réouverture du ski parce que c'est du pognon, du surf ou de la natation pour leur bien être, un noel en famille parce qu'on sait pas combien de temps Mémé va vivre... et je vois aussi la communication d'équilibriste d'un gouvernement qui dit un truc puis son contraire pour froisser personne. Salomon déclarait que le plateau haut était un effet saisonnier alors qu'un autre expliquait que le début de reprise dans les commerces était la cause. Au final, les demi-solutions donne des demi-résultats qui n'éteignent aucunement des braises d'un incendie qui va reprendre après les fêtes. Le constat est aussi qu'actuellement la moindre annonce positive semble comme au début de l'été se traduire par une fête du slip dans la tête de bons nombres de personnes.
    4 points
  3. Bonjour Caolila, Cette technique est des plus qu'ancienne, pour ne pas dire dépassé, très chronophage, en temps en matière. en produits et matériels nous en somme la au début de la production artisanal de produits composite. Je travaillais de cette manière dans les années 80 pour fabriquer des carénages de moto, ou des pièces de tuning pour les voitures , et encore nous ont appliquait déjà le gel-coat au pistolet dans les moules ! que de souvenirs ( http://motoclubarbours.over-blog.com/2016/03/chaplot-comme-carenage-chaplot.html ) drappage des tissus/mat/ roving à la main pinceaux pour la résine et rouleaux ébuleur pour imprégné les couches successives, les machines a projeter la fibre et/ou la résine arrivaient déjà sur le marché.... Aujourd'hui les techniques on heureusement beaucoup évoluées ,atelier ventilé température constante, résine projeté à la machine ( pistolet spécifique ) même sur de la petite série, on peut utiliser le sous vide pour un bonne régularité du produit fini et gain de poids certain sans nuire à la solidité bien au contraire, ou mieux encore , l'infusion https://www.ouest-composites.com/technologie/infusion/ Sans parler de produits pré imprégné ( carbone, Kevlar ) qui une fois appliquer manuellement ou par automates mis en sous vide et cuit en autoclave http://www.fmc-composites.com/pre-impregne
    3 points
  4. Je suis de plus en plus sceptique sur l'exercice du baptême "classique" en milieu naturel. Je m'explique. Si la séance de type baptême (en milieu naturel, sans exercice, à 6m) offre souvent un moment enthousiasmant pour le plongeur, elle présente quelques risques. Malgré un briefing court et ciblé sur la dédramatisation et la prévention, on peut avoir un débutant qui appuie trop ses valsalvas ou qui en fait à la remonté ou encore qui répond ok alors que une oreille n'est pas passé. Je crois que j'ai lu quelque part que le baptême est la plongée la plus dangereuse de tout plongeur quant aux risques de baro de l'oreille... D'autre part, c'est pas toujours un moment "top" pour l'encadrant quand par exemple on tombe sur un qui n'a aucune base en propulsion... De plus en plus, je préfère la forme "initiation" de la découverte de la plongée: une petite séance piscine* (20 à 30 min) où l'on apprend, dans 1m à 1m1/2 d'eau, à se propulser, à équilibrer proprement, à vider 1cm d'eau dans le masque, à souffler à la remontée,... La séance qui suit en mer est bien plus agréable pour l'élève et le moniteur et sécurisante. C'est un peu ce que propose padi dans son programme "Discover Scuba" me semble-t-il. Pour un coup, que je les rejoins... * Piscine ou équivalent
    2 points
  5. https://www.laculturegenerale.com/sartre-lenfer-cest-les-autres/
    2 points
  6. Pour mon club, La cotisation+ licence et assurance et env 160€ . formation incluses de N1.n2.n3 et nitrox. Les formation de cadre E1/E2/E3/E4 prise en charge complétement par le club après avis du bureau. Les sorties a charge de l'adhérent, et tout le monde paye l'adhésion . Lors de sortie de formation , les plongeurs en formation prennent en charge la plongée de l'encadrant à raison de 2 plongeurs pour un encadrant . Les cartes et livrets sont à la charge de chacun en fonction des besoins. Le matériel ( stab , det , plomb; combi, et bloc ) prêté par le club pour sortie club et si un adhérent à besoin pour des congés il participe ( env 50 € ) pour l'entretien . Le club n a aucune subvention mais ne paye pas de créneau piscine . et sa marche bien .
    2 points
  7. C’est bien connu , c’est toujours les Autres le problème . Je le vois tous les jours .... les Autres sont pas raisonnables. Ah si je mettais la main sur ces Autres .
    2 points
  8. Perso je ne me sens pas concerné par le "on" que les choses soient claires
    2 points
  9. Il y a toujours une petite partie préparation avant l'immersion qui passe par une évolution palme/masque, la découverte du matériel, respiration sur detendeur , compensation, communication etc ... Le baptême reste avant tout une découverte,et il faut tout faire pour que ça se passe bien. Peu importe que le candidat sache nager correctement ou pas. En revanche l'encadrant doit se débrouiller pour éviter un quelconque problème d'oreille. Et je peux affirmer par expérience que chaque cas etant différent, une grande vigilance s'impose. Enfin, le baptême est une affaire délicate qui demande de l'expérience de la part du moniteur et curieusement j'ai souvent remarqué cette tendance à destiner cet acte à des encadrants débutants ...
    2 points
  10. Salut, Le but de ce petit guide est d'aider ceux qui souhaiterais intégrer la formation DEJEPS Plongée Subaquatique à réussir au mieux les tests de sélection et à trouver le financement de la formation. Il s'agit de permettre aux candidats de ne pas rester sur la touche indépendamment de leurs compétences et de leur motivation (en moyenne je pense qu'il y a 25 places pour 50 candidats). J'essaie d’être le plus objectif possible concernant les éléments que je présente, il s'agit de mes recherches sur la formation et de ma lecture des tests de sélection, je ne suis pas un professionnel du milieu. Le sujet est ouvert à toutes critiques et modifications. Enfin, ce guide s'adresse surtout aux candidats PA40 à la formation complète et moins aux candidats MF1 qui n'ont pas forcément les mêmes contraintes de sélection dans l'absolu. Rappel sur la formation complète 4 CREPS: Trébeurden (Bretagne), Hendaye (Bordeaux), Montpellier, Antibes. 4 UC (modules) à valider: voir partie sur l'oral. Durée: environ 10 mois 1200 heures (dont la moité en entreprise) de janvier à octobre. Coût: environ 10 000 euros avec prise en charge d'un organisme financeur, environ 7000 euros en auto-financement. Pièces à fournir astuce Il est possible de fournir certaines pièces le jour des tests de sélection (ex: pièce d'identité), et d'autres le jour de l'entrée en formation (ex: recyclage PSE1). Ça peut aider si on est en retard administrativement. Comment financer le DEJEPS? La Mission Locale *: pour les - de 25 ans: 3500 euros maximum. Le contrat d'apprentissage (29 ans max révolu ou plus avec dérogation): formation entièrement couverte par l'état et rémunération professionnelle en fonction de l'age du salarié. L'Aide Individuelle à la Formation *: via le conseiller pole emploi ou le site du CPF pour une prise en charge partielle (le plus souvent) ou totale. Le Compte Personnel de Formation (CFP) *: droits à la formation acquis avec les années de travail salarié (120 heures maximum), à utiliser obligatoirement avant une demande d'AIF. Le Fond d'Aide à l'Insertion (FAI) *: pour les bénéficiaires du RSA s'élevant à 4900 euros maximum. Le Plan Régional de Formation (PRF): le conseiller pole emploi prescris une demande à remettre au CREPS, si sélectionné pour la formation une commission choisira les dossiers retenus (5 à 9 places par promotion environ). La formation est entièrement couverte par la région et le stagiaire reçoit une rémunération de stagiaire de la formation professionnelle dont le montant varie en fonction de son age. Le Congé Individuel de Formation (CIF) *: s'adresse aux salariés justifiant de X mois de travail en CDD ou CDI. Le contrat de professionnalisation: coût de la formation pris en charge par l'opérateur de compétence de la branche pro de l'entreprise dans laquelle le stagiaire est en contrat salarié. Le Parcours Emploi Compétence (PEC ''citron''): euh... Auto-financement *: Ces offre de financement sont cumulables! Le test écrit Le sujet peut porter sur tout le spectre de la plongée loisir supposé connu d'un plongeur PA40/GP, de la profondeur à 2 bars jusqu'aux canaux semi-circulaires de l'oreille interne , sur des questions de culture générale et de logique. Il peut se présenter sous la forme d'un QCM, de questions ou d'une rédaction par exemple. Mon conseil comme le sujet est très vaste concernant la plongée c'est de revoir toute la théorie du N4 qui couvre l'essentiel, en incluant bien la réglementation. Il me semble pertinent de se poser des questions du type ''What if?''/''Et si'' pour chercher à explorer tous les scénarios possibles et combler toutes lacunes. Il ne faut pas non plus hésiter à refaire des calculs . Pour y arriver il y a plusieurs supports et médias: Livres N4, sites internet, les vrais gens, et bien sur le forum plongeur.com ! Exemples de sujets à Montpellier/Antibes: Rédaction: Qu'est ce qu'un bon moniteur de plongée 1h? + QCM 1h Shémas Oreille + Petite circulation, Organisation d'une plongée de nuit et questions de culture générale 2h QCM 20 questions 10 minutes: Le test oral Ce test d'environ 30 minutes vise en général à vérifier plusieurs choses: La motivation et l'objectif professionnel Le parcours de formation envisagé Le parcours scolaire, salarié et de plongeur pour vérifier sa cohérence avec la formation La compréhension du contenu (UC) et du déroulement de la formation L'aptitude à pouvoir suivre la formation (ex: connexion internet, disponibilité, tuteur et structure d’accueil pour le stage pratique, logement, déplacements...) Le(s) moyen(s) pour financer la formation Les connaissances des prérogatives et du métier de moniteur de plongée (plus anecdotique) Astuces pour renforcer son profil et son implication: Avoir de l’expérience en tant que guide de palanquée, être stagiaire pédagogique MF1/Initiateur breveté pour avoir déjà un aperçu du métier et avoir aussi réalisé d'autres formations (N5/DP, Bio, Nitrox, Tek...), avoir de l’expérience dans l'acceuil de plongeurs et l'organisation (associations, événements...), avoir réalisé des stages, peut être avoir une formation d'instructeur RSTC (?). Pour se préparer au cœur du sujet qu'est la formation il est important entres autres de bien apprendre le contenu des UC 1 2 3 et 4, leurs objectifs et ce qu'elles représentent concrètement. A bien connaitre et à savoir lire entre les lignes! Le CV et la lettre de motivation sont utilisés également (potentiellement) pour départager les candidats. En résumé pour mettre toute ses chances de son coté il faut: Etre à jour administrativement en s'y prenant longtemps à l'avance Avoir une structure d’accueil pour le stage en situation Avoir plusieurs options de financement sous le coude (certaines ne se déclencheront qu'à la réussite des tests de sélection) Posséder un large éventail de connaissances nécessaires à un PA40/GP en plongée: théorie, conduites à tenir, voir même le multigaz en s'écartant un peu du sujet. Etre à l'aise à l'oral pour parler de ses objectifs, son expérience, sa motivation et du contenu de la formation. Avoir du temps libre, un pc, une connexion internet, se préparer à un déménagement éventuel, des sous pour louer des Air BnB Bonne chance!
    1 point
  11. https://www.geo.fr/histoire/une-rare-machine-a-chiffrer-enigma-utilisee-par-les-nazis-decouverte-en-mer-baltique-203059#utm_source=edito&utm_medium=push-web&utm-campaign=une-rare-machine-a-chiffrer-enigma-utilisee-par-les-nazis-decouverte-en-mer-baltique Jolie histoire en Mer Baltique. J'ai noté que les plongeurs en photos semblaient intégralement équipés en Mares XR...
    1 point
  12. La plongée en #apnée est symbolisée par cette action qui pourrait nous paraître surhumaine : retenir son souffle et arrêter de respirer. Mais comment fait-on pour en arriver là ? Suffit-il d’arrêter de respirer, ou est-ce le fruit d’une préparation aussi physique que psychologique? Ce film est justement le parcours, parfois chaotique, mais surtout sensitif, du plongeur avant de prendre sa dernière inspiration. Ce film a été réalisé par Rémi Chapeaublanc & Christophe Brachet En étroite collaboration artistique avec Sidney Régis Produit par Guillaume Canet
    1 point
  13. Superbe merci pour le partage
    1 point
  14. 1 point
  15. @caolila t'es sur que tu plonge vraiment quand tu vas en allemagne ? https://actu.fr/faits-divers/la-police-soupconne-deux-alsaciens-d-avoir-participe-a-une-soiree-echangiste-illegale-en-allemagne_37982124.html?fbclid=IwAR2PPewR0sBQT3CVG1-Psjyag7Q4AzsROg2WSmJ-NS-yLbd9hgF_3jq11ws je précise que c'est pour blaguer...
    1 point
  16. Des plongeurs qui savent bien vivre somme toute.
    1 point
  17. Je suis assez d'accord avec toi sur la façon #padi de faire les DSD avec une préparation préalable des skills VDM LRE et équilibrage en milieu protégé (piscine lagon ), mais ce n'est pas toujours possible ou accessible malheureusement d'avoir une petite profondeur donc on fait avec. En revanche pas besoin de les emmener à 6m systématiquement c'est une limite pas un objectif et la sensibilité dépend (de l'état de stress) de chaque personne. Bien souvent je les descend à seulement 2/3 m sans qu’ils s'en aperçoivent et font un baptême tout aussi sympa ! tout dépend du relief aussi Durant le briefing il faut impérativement leur faire pratiquer la manœuvre d'équilibrage pour vérifier qu'ils aient bien compris (surtout les enfants) et éventuellement une alternative car effectivement nombreux sont ceux qui te disent oui j'ai compris juste pour ne pas paraitre bête devant les autres (le fameux effet de groupe). Enfin le baptême reste une vraie prestation à soigner pour donner envie aux personnes de continuer l'activité et donner par la suite du travail aux moniteurs professionnels ! (comme toute les 1ères fois c'est important ). Florent
    1 point
  18. et je rajoute que parfois, s'acheter un bel ordinateur ne signifie pas forcément que l'on a les poches pleines, juste des priorités que l'on se donne dans la vie
    1 point
  19. C'est de la formation obligatoire (il me semble) pour l'utilisation d'une étanche ! mais je peux me tromper. Juste pour être sans ambiguïté, je suis très respectueux et reconnaissant par rapport à tous les moniteurs que j'ai eus en centre de plongée pro ou bien dans mon club/assos. D'ailleurs la seule remarque que j'ai eu, et c'est anecdotique, c'est quand j'ai utilisé la première fois mon ordi peregrine en septembre : on m'a fait comprendre que c'était "luxueux" pour mon niveau mais je ne l'ai pas mal pris. Peut être un brun de jalousie je ne sais pas. Après pour le masque facial si l'on revient au sujet, je pense également que c'est plus rare d'après ma petite expérience mais rien n'empêche d'être correcte. Et comme tu dis le dialogue prime
    1 point
  20. Il faut arrêter de penser l'Etanche comme un truc handicapant. C'est sur que si tu as une dizaine de plongée, ça ne va pas te simplifier la tache. Mais encore une fois il n'y a rien d'insurmontable. Et pour répondre à ta question, je lui demanderai dans un premier temps si il a l'habitude de l'utiliser ou s'il se sent encore un peu "juste" avec son maniement. En fonction de la réponse j'adapte la plongée ou pas? Pour la wing, m'en fiche, c'est le même mode de fonctionnement qu'un stab. Il y a juste la position du volume qui peut derouter un peu en surface, mais sous l'eau, c'est top confort. Et je ne chambre jamais mes élèves ou clients, c'est pas bon pour la réputation . Les seuls que je chambre sont mes collègues moniteurs ou de palanquée. A+
    1 point
  21. 1) Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire par " formation minimale effectuée pour le plongeur " mais comme pour tout plongeur que j'encadre, je discute avec lui avant la plongée et adapte celle-ci en fonction de son niveau et de son expérience puis du niveau réel observé sous l'eau. Donc oui, je " l'accepte ". 2) Mais pourquoi donc irais-je chambrer quelqu'un ? Qui en plus n'a rien fait ? 1) Une wing n'est pas plus compliquée qu'une stab à utiliser. Si c'est un nouveau matériel pour le plongeur, il faudra qu'il prenne un peu de temps pour s'y faire, c'est tout. Donc re-oui. 2) Même réponse que ci-dessus D'une manière générale, si un plongeur vient avec du matériel qu'il a l'habitude d'utiliser bah... c'est bien Si c'est du matériel tout neuf, il y aura un temps d'adaptation plus ou moins long. Au plongeur ou à son encadrant d'en tenir compte. Et honnêtement, j'ai bien plus souvent vu des plongeurs humbles face à leur nouvel équipement et qui le signalent ou demandent des conseils que l'inverse - surtout des gens ayant peu d'expérience, ce que tu sous-entends peut-être en disant "N1".
    1 point
  22. Chez nous, L'adhésion+License est à 95€ pour les adultes et 50€ pour les enfants L'assurance est en plus au choix de l'adhérant. Le club prends en charge une partie de l'assurance pour les moniteurs actifs et le bureau. Les formations sont en plus: 90€ pour les "techniques" (N1 à N4 et enfants) et 50€ pour les autres (Apnée, PSP, Bio, Vidéo, Nitrox, ...) Tout le monde cotise y compris moniteurs et bureau. Les sorties et fosses sont en plus. Pour les moniteurs, s'ils encadrent, les coûts des fosses ou des plongées en milieu naturel sont pris en charge. (L'hébergement et le transport restent à la charge de l'encadrant). Très peu de subvention de la mairie mais local gratuit et mise à disposition de la piscine 3 fois par semaine gratuit également.
    1 point
  23. C'est bien un "on" qui voulait dire, "nous les Français, pris dans leur globalité", avec amalgame et tout le toutim
    1 point
  24. Il enfreint le confinement pendant 8 secondes : 3 000 euros d'amende Amende dissuasive Il enfreint le confinement pendant 8 secondes : 3 000 euros d'amende (msn.com) Les news de hier soir sur la non poursuite de la décrue ne me plait pas du tout. C'est clairement le signe que la réouverture des magasins avec tout ce qu'il en découle depuis un peu plus d'une semaine entraine une hausse, ou tout au moins un arret de la décrue du nombre de cas. Les fêtes de fin d'année ne vont pas etre bonnes pour la lutte contre la pandémie... Les signes actuelles le confirment déjà pour moi. Mais bon tout cela était une fois de plus prévisible.
    1 point
  25. Baptêmes JJ, tu as Nicolas Seksik sur Marseille et Gwenaël Hanout ou Aldo Ferrucci sur Cavalaire. 3 très bons instructeurs, quoique, je ne suis pas sur qu’Aldo fasse de la plongee découverte en JJ. A+
    1 point
  26. C'est un peu plus complexe que ça. En fait, ce ne sont pas les "stabs" qui sont mentionnées dans les textes officiels, mais des "systèmes gonflables de sécurité" (SGS), qui peuvent être des gilets stabilisateurs (stab), des bouées collerettes (type Fenzy), des wings ... Ces SGS ont été rendus obligatoires pour les Guide de Palanquée dès 1991, puis pour les GP et les plongeurs en autonomie en 1998, puis pour tous les plongeurs en milieu naturel en 2010. Celà dit, dès la 2ème moitié des années 90, l'usage s'est généralisé et globalement a précédé l'obligation (on trouvera toujours des exceptions, bien sûr).
    1 point
  27. Ben, c'est super cool qu'ils y arrivent naturellement parce que je connais un tas de cave/tek divers qui bossent encore sur la chose sans lever le fond et foutre le bordel...
    1 point
  28. J'ai bien noté les précautions prises. Je prends les mêmes. Je pense que cela réduit les risques sans les annuler. Puis il y a l'aspect agrément du côté de l'encadrant. Sans aucune formation, il y en a qui oublient de palmer, qui ont un palmage totalement inefficace, voire même un rétropédalage qui tend à les faire reculer. Et vous voilà en train de pousser, pousser.... Vous voyez ce que je veux dire? Avec un tout petit peu de formation, c'est nettement mieux...
    1 point
  29. Je rebondis sur ce message un peu tard, ayant reçu un petit article d'un ancien de l'école présent sur place. Le moins que l'on puisse dire, c'est que je vois mal comment on aurait pu appliquer la méthode en France La_Jaune_et_la_Rouge_760_12-13.pdf
    1 point
  30. Chez nous, c'est comme ça. 350 balles par an (+licence et assurance qd même) tout inclus: plongées, formations, cartes et carnets de plongée.... http://sbhsub.org Les encadrants payent même une cotisation réduite. Les comptes s'équilibrent, ainsi c'est bon. GROS AVANTAGE: ça simplifie la gestion ++++
    1 point
  31. Ici aussi la visi n'est pas terrible en ce moment... Petite plongée classique ce matin, une petite heure à maxi 27m, 14° au fond. La lentille macro n'a quasiment pas quitté mon caisson photo, mais comme il y avait un peu de "mar de fondo", pas évident de stabiliser.
    1 point
  32. C'est vrai que c'est pas la porte a coté
    1 point
  33. Oh lord won't you buy me a Mercedes Benz. My friends all drive porsches, I must make amends. Worked hard all my lifetime, no help from my friends. So oh lord won't you buy me a Mercedes Benz
    1 point
  34. Pour ne parler que de celle que je connais, l'asso dans laquelle je suis (et suis membre du bureau pour ceux qui douterais de ma vision financière du club), la cotisation pour l'adhésion permet de payer les frais de l'asso (assurance, entretient matos, fosse, ...). Cette cotisation est payé par tous, y compris bureau/encadrant/... On ne cherche aucune rentabilité, juste l'équilibre financier. Les niveaux/diplômes/cartes sont compris dans la cotisation (sauf spécialités type étanche/nitrox qui sont à payer en plus, prix coutant). Idem pour les fournitures fédérales (carnet de plongée/passeport/...) ou les goodies que l'ont fait (gobelet/t-shirt), on revend prix coûtant... Pour les plongées/sorties, elles sont prix coûtant, et on subventionne pour permettre à tout le monde de plonger et inciter à plonger (subvention par plongée réalisé). Le matériel (stab/Détendeur + bloc/plomb pour Beaumont) est prêté gratuitement pour les sorties club L'encadrement paye également les plongées/sorties, mais avec une subvention un peu plus élevé quand l'encadrant fait une plongée en tant que formateur ou GP. S'il n'encadre/forme pas, il est subventionné comme tous les autres adhérents. Après on a la chance d'avoir une commune "riche" et d'être rattaché à un gros omnisport: Notre compresseur/tampon/station de gonflage appartient à la mairie, il nous coûte 0 et est entretenu par la mairie Si on a des besoins matériels justifiés, on peut avoir des subventions d'investissements (ce qui nous permet de renouveler notre matériel quand c'est nécessaire) On paye pas notre créneau piscine ni notre local matériel Bref, on ne fais aucune marge sur rien. Donc oui ça existe. Après, faut assumer cette politique: tout ce qui est fais dans le club repose sur les bonnes volontés, vu qu'il n'y a aucun avantage d'être au staff ou au bureau. C'est donc compliqué de recruter de nouveau encadrant quand on a des départ par exemple Maintenant, je ne sais pas si c'est généralisable, et je pense qu'il existe des clubs asso qui effectivement cherche à faire de l'argent (sur ses adhérents pour faire plonger/voyager gratos son staff/bureau, ou sur les extérieurs pour financer les invest du club). Est-ce plus fréquent pour les clubs de bord de mer qui ont un bateau et qui accueille les extérieurs? C'est possible, en tout cas plus facile Un bon moyen de se faire une idée c'est bien de regarder le prix de la cotisation (par rapport aux club d'à côté) et demander au club si ya des trucs à payer en plus. Les trucs étranges tu peux vite les voir (j'ai un exemple de club asso à côté de chez nous qui facture, pour chaque niveau passé chez eux, 35€ pour la carte de niveau et le diplôme carton de la fédé, alors que ça vaux même pas 15€ ) Après faut vraiment comparer localement, le tarif des piscines peut vraiment changer pas mal de chose par exemple (entre un club parisien qui utilise une piscine sous gestion privée vs un club au fond de la creuse qui est dans une piscine municipale)
    1 point
  35. Puisque vous y allez de vos récits, voici celui que je m'étais écrit pour ma journée d'hier: "La météo est exécrable depuis une semaine, je sais que l'eau va être boueuse et dégueulasse avec tous les alluvions charriés par les rivières. Il pleut sans discontinuer ce matin, après une nuit d'orage, de tonnerre et de grêle, j’abandonne l’idée de plonger aujourd’hui. 11h30 : contrairement à ce que prévoyait la météo, le temps se calme et un beau rayon de soleil apparaît, qui me fait regretter ma décision. L'éclaircie se maintient un peu, 13h30 je craque : la marée basse est à 14h24, je suis encore dans les temps. J'embarque le recycleur en vitesse -il me reste 40b d'oxy, pas le temps de regonfler, tant pis, ça suffira pour ce que je compte faire- les sous-vêtements chauds, l'étanche et le petit matériel et je fourre tout ça dans la voiture. J'espère que je n'ai rien oublié. Le temps se couvre à nouveau sur la route, j'essuie même une petite averse pendant que la radio passe une vieille chanson d'Etienne Daho qui me rentre dans la tête. Pas une voiture en arrivant sur le parking du port -de toute façon la houle est trop forte pour sortir en mer aujourd'hui- personne dans les clubs de plongée, pas même de promeneurs sur la jetée. Le temps a visiblement découragé tout le monde. Le ciel est couvert à nouveau, l'orage menace, zut ! Je vais voir l'eau qui est quasiment aussi marron que ce que je craignais, personne sur place : pêcheurs, nageurs, paddles, plongeurs, rien. Maintenant que je suis là je ne vais pas faire demi-tour, j'ai besoin de mon break. Je m'installe à l'arrière du camion pour enfiler mes 3 couches de sous-vêtements chauds et l'étanche, je démarre la machine et je m'équipe. Prêt en un quart d'heure, finalement ça va vite quand je suis seul et que je ne fais pas la conversation. Après avoir évité une bonne glissade sur les algues, la mise à l'eau se passe sans souci, elle est plus fraîche que la semaine dernière, 12°C en surface. Le halo de ma lampe éclaire les particules, j'obtiens environ 50 cm de visi, je ferai avec. Je suis surpris par une zone d'eau troublée à la descente, thermocline ou halocline ? peut-être un peu des deux, c'est rigolo : je ne m'attendais pas à ça ici, les eaux pluviales n'ont visiblement pas fini de se mélanger avec la mer. À part la température de l'eau et la visi, on se croirait dans les cénotes ! Je joue un moment avec la zone floue puis je continue à descendre. Les anémones sont un peu endormies, les animaux sont surpris de me voir arriver. Les ophiures fuient ma lampe à toute vitesse, un crabe me menace de représailles si je m'approche plus, puis s'enfuit, les étoiles de mer sont au calme et les gobies dorment au fond de leur trou. Je m'approche d'un poulpe qui me paraît bizarre, il fait la boule... Je le regarde de près, il reste immobile avec le corps gonflé en déroulant lentement un tentacule après l'autre, ma présence à l'air de le laisser indifférent. Je finis par remarquer un truc qui dépasse, un petit bout de patte carapaçonné : il est en train de boulotter une araignée de mer et il a du mal à digérer en fait ! Il finit par se déplacer lourdement vers son trou mais reste devant l'entrée, il ne passe pas dedans. Je le regarde en détail un bon moment puis le laisse tranquille finir sa digestion, d'autant que son voisin me fait le show : il se place en position de nage et avance par petites poussées presque imperceptibles qui me laissent rapidement derrière malgré mon palmage. Je continue mon tour habituel, je me perds un peu malgré tout, mes repères sont chamboulés. Je reviens au compas en direction du départ et je tombe sur un trou bordé de nombreuses crevettes qui s'affairent, quelques nasses sont dans le coin aussi, elles ont dû finir un cadavre il y a peu. Je joue un moment avec les crevettes en avançant la main pour qu'elles montent me chatouiller les doigts, c'est rigolo. Tout d'un coup je sursaute et j'ai le coeur qui s’affole : quelqu'un vient de m'attraper le poignet avec force dans le noir alors que je suis complètement seul... le temps d'éclairer avec mon autre main, je me rends compte que c'est le poulpe du trou d'à côté qui m'a trouvé intéressant et qui m'agrippe fermement le poignet. Tout occupé à chatouiller les crevettes de l'autre main, je n'ai pas remarqué qu'il avait envoyé un tentacule sur ma combinaison étanche et qu'il avait fait le tour de mon poignet... et maintenant il serre et il tire ! C'est costaud ces machins tous mous ! Une fois compris, je me calme et me défais de lui en douceur. Fin de plongée sans autres émotions fortes à part un poisson plat que je n'ai pas le temps d'identifier qui démarre en trombes devant le faisceau de ma lampe. A la sortie de l'eau 2 pêcheurs se sont installés en face, ils me regardent remonter comme s'ils avaient vu un alien, je me marre intérieurement. Retour au camion pour me changer, j'ai fini par avoir froid aux mains au bout de 50 minutes, ça me suffit. Il me reste même au moins 15b d'oxy, c'était large !"
    1 point
  36. Et un peu comme Benbulle, je limite le baptême à 3m de manière générale, et si au bout d'une dizaine de minute, je vois que cela se passe bien, je peu aller jusqu'au 6 m et lâcher le client pour qu'il se propulse tout seul et se balade plus ou moins à sa guise tout en le surveillant comme le lait sur le feu. Par contre, je fais toujours un gros briefing avant le baptême en insistant sur le cote cool de la plongée. On est pas là pour faire un 100 m, on est là pour regarder et apprécier ce moment à respirer sous l'eau. A+
    1 point
  37. Un truc pas indispensable dont je ne pourrais plus me passer : L'Embout thermoformable JAX permettant de l'adapter à sa propre dentition. Ça coute 30 euros mais depuis que je l'ai ça m'a littéralement changé la vie en matière de confort.
    1 point
  38. Il faudra que tu donnes les références exacte : une s80 (11.4 litres ) c'est 14.4 kg, une 12 litres c'est entre 12 et 14 selon les séries ! L’intérêt d'une s80 c'est dans l'eau (avec de l'air) hors de l'eau ce sont des gueuzes.
    1 point
  39. A moins que ... On ne voit pas qui prend la photo ... Si c'est le Longimane ... on peut comprendre qu'elle accepte de sourire ... le temps de la photo
    1 point
  40. non, c'est très bien de l'avoir fait. Je ne suis pas concerné donc je n'ai pas réagi mais c'est une bonne base.
    1 point
  41. Les courbures bien prononcées en question sont d'abord et avant tout une conséquence d'un mauvais routage des flexibles. On ne devrait pas dissimuler ce problème avec une protection supplémentaire, mais plutôt le régler à la base en modifiant le routage, en employant des flexibles de bonne longueur ou des raccords angulés. Une bonne configuration ne nécessite pas de bidules en caoutchouc par-dessus le sertissage.
    1 point
  42. Merci pour ton explication @dede789, c'est intéressant et éclairant
    1 point
  43. https://smart.sklep.pl/gb/kategorie/24-133-heated-vests-for-divers.html#/3-size-l/37-typ_zlacza-zlacze_t_dean J'utilise ca, j'en suis content
    1 point
  44. On dirait bien en effet... Je me permet de vous partager le paysage du beach club d'où je vous écris actuellement : J'ai croisé quelques touristes, ils ont l'air plus heureux ici... Santé a tous, Salut!
    1 point
  45. Tu peux mettre "le monde entier", avec comme exception le petit village gaulois !! Déjà primo, tu peux enlever les guillemets. Il n'y a pas d' "instructeur" padi. il y a des instructeurs de plongée padi. Point barre Reconnu mondialement et qui forment plus de 75 % des plongeurs au monde Secondo, c'est pas tout a fait ca. Un instructeur padi (sans autre casquette) peux tout a fait enseigner en france, il peux émettre des cartes et ses élèves-certifié seront reconnu par tout le monde. Pas de problème de ce coté là. Par contre il ne peux pas "travailler". En gros, il ne peux pas être payer, et doit rester hors structure ( et donc hors code du sport). On est d'accord que dans les faits, c'est pas facile à appliquer et surtout y a strictement aucun intérêt de faire ça pour l'instructeur. Et on a aussi le cas de la plongée spéléo, hors cadre du code du sport. Autre chose que je suis pas sûr: un brevet d'état, ce n'est pas un E-quelque chose, non ? ca rentre dans le cadre légale pour lui aussi ... dieu merci, passer par la formation fédé exclusivement n'est pas une obligation en france
    1 point
  46. Bon on va commencer les choses sérieuses. Petit briefing au club sur un tableau blanc avec petit dessin et informations détaillées du site… briefing de haute qualité… carré comme j’aime… À la suite du briefing tout le monde prend sa stab sur le dos ses détendeurs, palmes masque… et c’est parti. On embarque et gréé son bloc. Dernier petit rappel à tous afin de vérifier que chacun a tout ce qu’il faut pour ne pas être obligé de faire demi-tour. Les blocs sont gonflés à 200 voire 210 bars ou un peu plus. Ce sont des blocs acier de 10, 12 et 15 L. Il me semble que tous sont avec double sortie DIN. L’équipe est sous les ordres d’Eric, tout est bien huilé… il est, une fois de plus, carré et ne laisse rien au hasard… cela plait ou pas… avec moi cela aurait pu clasher mais je me suis retenu… … le temps que les choses se mettent en place. Au bout du compte ce sera une très bonne expérience, organisation parfaite pour un club en France et avec des tarifs contenus… Kawan fût un bon choix. Les plongées, globalement c’est 60 minutes SUR le bateau, pas l’arrivée en surface … et mini 50 bars dans le bloc. Logique il faut respecter le timing avec les 3 sorties journalières sinon ce n’est pas gérable. Le bateau, très bien, les blocs sont fixés sur les côtés et la partie centrale est utilisée pour poser des petites choses et surtout nos fesses afin d’avoir un trajet confortable. Je regrette juste et c’est quasiment le cas sur tous les bateaux, le peu de place « sécurisée » pour les appareils photos/vidéos. J’ai à partir du second jour utilisé une des caisses en plastique, disponibles au club pour transporter et surtout entreposer notre matériel lors des trajets en bateau. Mais bon la solution n’est pas idéale… mais c’était mieux que rien et le matos est revenu entier… Ouf Pour le rinçage du matériel c’est le même constat rien n’est prévu pour… il faut utiliser le bac de rinçage des stab et combi … lorsque celui-ci est libéré… c’est mieux que rien mais pas satisfaisant pour les photographes voulant prendre soin de leurs joujoux. Comme le club a une surface réduite et que le reste du service est au top… j’accepte ce petit inconvénient. Au retour de chaque plongée, il y a au club de quoi s’hydrater… je parle d’eau bien sûr. Il y a également de la brioche ou autre, histoire de reprendre des forces avant la plongée suivante. Après la seconde plongée et la 3 ème plongée il y a un plus … le truc local qu’ils appellent du Planteur… j’avoue qu’il est bien dosé… cela « réchauffe » bien. Il y a aussi de bons acras afin de caller la petite faim qui se profile… vraiment un service au top… Merci Cécile. J’allais oublier, sur le bateau, à quasi chaque sortie de plongée nous avions du thé/café ou sirop en fonction des conditions météo et des morceaux de fruit (ananas) à déguster… Rien n’est laissé au hasard …. Bravo A aucun moment nous n’étions à l’étroit sur le bateau, Eric a respecté un minimum de confort pour les plongeurs, je ne sais pas s’il a refusé du monde, mais avec la taille et l’agencement du bateau c’était très bien comme je l’ai vécu. La cohabitation sur certaines sorties avec des baptêmes s’est faite sans le moindre souci. Bon et sous l’eau c’est comment ? Je n’ai pas beaucoup d’expérience des plongées caribéennes mais en comparaison de la Guadeloupe mon impression sur les plongées à Sainte-Luce et environs, c’est qu’il y a un peu plus de vie. Des éponges barriques etc … pas mal de langoustes. Par contre, la visibilité n’était pas au top, parfois même très limitée, mais toujours avec beaucoup de vie, il faut juste faire attention à ne pas paumer son binôme… La plongée du Diamant, l’îlot se trouve à 45 min de navigation environ. Plongée sympathique, avec une visibilité plutôt bonne. Nous avions de la chance de ne pas avoir de courant ce jour-là. La seconde sur le Diamant fut une petite dérivante de l’autre côté sur un plateau dans la zone des 10 m. Sortie au para après 55 minutes, la houle s’était levé un peu et il a fallu s’éloigner du rocher afin de pouvoir se faire récupérer… donc retour dans la zone des -3- à -5 m pour éviter le mal de mer. Nous avons croisé 3 belles tortues pas farouches… moments toujours agréables. Le Diamant : à faire il serait dommage de rater ce site. Bref j’ai pas mal apprécié les plongées sur Sainte-Luce sans qu’elles soient dans le top des plongées que j’ai faites. C’étaient globalement de bons moments sous l’eau. Coté technique, vous ne trouverez pas de Nitrox ou d’Hélium… mais la vocation du club n’est pas Tek… c’est clairement de la plongée loisir. Eric gère parfaitement le club, 2 compresseurs et des blocs tampons sont là afin d’assurer un gonflage silencieux et en dehors de la présence des plongeurs. Ceci lors des 5 jours ou nous avons plongé avec Kawan, c’est clairement un plus pour la convivialité des « après-plongées ». La situation du club est aussi très agréable. Il y a juste en face, entre la route à sens unique et la plage, des ginguettes où vous trouverez de quoi vous restaurer… langoustes grillées etc… Il y a également tout ce qu’il faut dans les ruelles aux alentours... dont un petit restaurant d’une classe supérieure par rapport aux ginguettes, ou on y déjeune très bien… le budget y est également supérieur, logique… En résumé je ne peux que conseiller aux potentiels plongeurs du sud de la Martinique de prendre contact avec le club Kawan Plongée Sainte-Luce. Il n’est pas parfait… qui l’est, mais c’est avec un grand plaisir que j’y retournerais si nous refaisons un séjour en Martinique.
    1 point
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...