Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 04/20/2017 in Posts

  1. Pas de souci alors petit retour ( thérapeutique) de la plongée en elle-même : Bonnes conditions : grand beau , mer calme , 2 bateaux , 8 plongeurs et le pilote . 4 palanquées de 2 plongeurs tous expérimentés, N3 a minima , tous nitrox confirmés, tous avec déco Nx 50 . Plongée sur épave 52m. pas de fatigue particulière , bonne nuit et couchée tôt . 1:30 de navigation pour arriver sur site . Pas de houle . Tranquille . Je suis en sidemount 2x S80 à l’air et une S40 Nx50, En étanche . Ma dernière plongée remonte à une dizaine de jours , Je plonge régulièrement , sur les côtes basque et landaise . J’ai 530 plongées . Jamais aucun pb ni accident . Je suis en forme . Mon binôme en bi+déco aussi . Descente au bout , il y a du courant . Mais pas d’effort pour descendre à part tout au début où il a fallu un peu palmer pour rejoindre le bout . descente nickel . Au fond à 52m, début de plongée tranquille . Bonne visi , mais du courant . On reste près des points d’accroche de principe on regarde les congres. Et d’un coup, je ne me sens pas confortable puis rapidement moins bien . Je sens une difficulté respiratoire qui va en s’accentuant . Je m’essouffle . Je suis en manque d’air. Je passe sur l’autre détendeur . Pareil . Mes mano sont bons. Je regarde l’ordi : 10mn. Mon masque se remplit . Je vide . Je m’agite. Mon binome est à côté . Il m’attrape . Je dis ça ne va pas . Début de remontée assistée . J’ouvre la Valve de l’étanche . Il me calme mais je suis en dyspnee , puis douleur thoracique . ça ne va pas . Je regarde l’ordi vitesse correcte mais je me sens de plus en plus mal j’étouffe . On arrive à 15 m . Stop visu ordi : 4 mn de paliers à 6m. Il me restabilise à la verticale car je bouge, je bascule . J’étouffe je n’arrive pas à respirer, l’impression que l’air n’arrive pas .que je n’arrive pas à inspirer . Je pousse sur le bouton du détendeur . L’air est là mais je n’arrive pas à le prendre .je suis bloquée . J’inspire rien ne vient . comme un spasme . J’entre en panique . Horrible . J’arrache tout je me dégage je file comme une fusée à la surface chercher de quoi respirer . Douleur et oppression thoracique violentes. Je pense que je vais mourir . Je fais surface . Dyspnee et mousse dans la bouche . J’ai toujours mal dans la poitrine ,c’est atroce . J’ai peur de mourir je me noie de l’intérieur . Je gonfle mon étanche et la stab . J’arrive à appeler au secours , le bateau arrive tout de suite . Je suis de suite desequipee puis montée sur le bateau , retrait du haut de l’étanche . Mise sous O2. Appel des secours. je suis assise .je respire mieux . Mon binôme est là à côté . Il me parle , me rassure. Apparition des paresthesies des pieds puis des jambes . Douleur thoracique. Mais je respire normalement . Montée dans l’helico : techniquée perfusée scopée . Ecg normal . Direction bdx . Stress énorme je sens les fourmis qui remontent au dessus du genou. On se pose . La suite est plus haut. voilà . Le diagnostic est donné à Bordeaux : OAP d’immersion au fond et pdt la remontée . Avec une petite surpression pulmonaire . Puis un ADD en suraccident . Ce n’était pas un simple essoufflement avec une panique. l’OAP d’immersion est un accident qui peut récidiver et survenir n’importe quand même lorsqu’on est entraîné , et en forme et en bonne santé. je n’ai pas de séquelle , plus de signes neuro . Le cardio va bien aussi . Ecg et écho normaux . J’ai été caissonnée . 2 séances . A la sortie de la deuxième ( a 24h de la première séances ) petite faiblesse du membre inf G . Donc 6 séances de plus 2/jour . iRM médullaire normale , probable petite inflammation post bulles . Je vais mieux et tout rentre dans l’ordre . Voilà ce que je peux dire à 48h de la ballade à 50 . J’ai cru mourir . j’ai eu beaucoup de chance et des secours parfaits . Si J’avais été au trimix , ou si j’avais paniqué au fond , ou si mon binome n’avait pas été au top …ou si les copains n’avaient pas été entraînés à la chaîne des secours… .mais avec des si on refait le monde …. J’ai eu très très peur , à vrai dire j’ai eu peur de mourir . Voilà si vous avez d’autres questions pas de souci si l’expérience peut servir . Bonnes plongées prudentes à tous , Je vais quant à moi me reposer 6 bons mois et ensuite nous verrons bien . Gaelle
    18 points
  2. il a raison @Vanosaca, les vraies valeurs se perdent. Le milieu est hostile, rien ne doit être laissé au hasard, en conséquence un N1 se doit d'être carré et aguerri. Du temps long, des heures de théorie, des conditions corsées, de l'eau fraîche qui stimule le jarret... c'est qui permettra a un VRAI N1 de sauver un N3 ou N4 en difficulté. Sur ces point cruciaux, il est regrettable constater que la fédé a beaucoup mollit ces dernières années. Heureusement que certains clubs continuent à tenir la barre. Honneur & Patrie. Vive la France, et vive la République.
    17 points
  3. Un médecin a décidé de vacciner un Anglais, un Français, un Allemand et un Américain. Il dit à l'Anglais : - C'est par ici votre vaccin s'il vous plaît. - Je ne veux pas! - Allez ! Un gentleman se ferait vacciner. Et l'Anglais s'est fait vacciner. Le médecin s'adresse à l'Allemand: - Maintenant c'est ton tour. - Non merci ! - C'est un ordre ! Et l'allemand s'est fait vacciner. Le médecin s'adresse a l’Américain : - Maintenant, c'est à votre tour. - En aucun cas ! - Mais vous savez, votre voisin s'est fait vacciner. Et l’américain s'est fait vacciner. Le médecin s'adresse au Français : - A vous maintenant ! - Je ne me ferai pas vacciner ! - Allez, un gentleman se ferait vacciner. - En aucune façon ! - C'est un ordre ! - Non ! - Vous savez, votre voisin s'est fait vacciner... - Je m'en fous ! - Écoutez... qui êtes-vous exactement ? - un Français, Monsieur ! - Ah, un Français ! De toutes façons, vous n'avez pas droit au vaccin. - COMMENT ÇA, JE N'Y AI PAS DROIT ???!!! .... et le Français se fit vacciner.
    17 points
  4. Il y a tellement de choses à voir en lac qu'un ami, Searil, m'a créé une plaquette immergeable pour que j'enseigne plus facilement la faune et la flore lacustre Je la partage avec grand plaisir
    16 points
  5. je viens de me payer le comité AURA, ce genre de pratique m'insupporte
    15 points
  6. Allez, je me lance ! Ponçage et graisse de hérisson ! A+
    14 points
  7. Ça me rappelle quelque chose: En 1989, sur la côte vermeil, un client perd son dentier en se penchant par dessus bord, au mouillage. Je descends 5 m plus bas dans les posidonies, trouve un dentier, lui remonte et………il le remet en place……..ce n’était pas le sien
    14 points
  8. Bonjour, @PlongeurSDF tu soulèves là une question qui n'a pas de réponse très claire. En fait, l'hyperoxie (pas le nitrox en tant que tel) a été suspectée d'avoir un rôle potentiel dans la survenue d'OPI, il y a une dizaine d'année, suite à des travaux scientifiques qui ont démontré que l'hyperoxie induisait une vasoconstriction périphérique et des mécanismes d'adaptation cardiovasculaire persistants après l'exposition hyperoxique (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21069379/). D'autres travaux ont plutôt montré un effet neutre de l'hyperoxie sur la pression de la circulation pulmonaire (qui a un rôle important dans la genèse de l'OPI) (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21148341/) et plaident plutôt pour l'absence d'impact de l'hyperoxie. Enfin, l'étude la plus sérieuse sur les facteurs de risque d'OPI (https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31683358/), conduite par Dr Anne Henckes, actuelle Présidente de la commission médicale nationale de la FFESSM, retient les plongées à plus de 20 m comme étant un facteur de risque (avec toutefois un risque relatif assez faible [2]). L'hyperoxie pourrait être une explication à ce risque augmenté par la profondeur, parmi d'autres possibles. Il faut bien comprendre que dans les 2 premières études rapportées, de nature expérimentales, quand on parle d'hyperoxie, on parle du fait de respirer de l'O2 à plus de 0,21 bar de PPO2, par définition. Rien à voir avec les accidents désignés par le même terme. Et pour être en situation d'hyperoxie, il n'est pas nécessaire de plonger au nitrox. Plonger à l'air a n'importe quelle profondeur entraine une situation d'hyperoxie (PPO2 > 0,21). Il n'y a pas eu d'études plus avancées sur le sujet, mais concrètement, le milieu médical spécialisé ne considère pas la piste hyperoxique comme une voie d'intérêt majeur dans le mécanisme des OPI. J'ajouterais que les risques liés à la désaturation restent quand même les plus fréquents (même si l'OPI n'est pas si rare que ça). A mon sens, chez des plongeurs ne cumulant pas les facteurs de risque d'OPI, l'utilisation du Nitrox peut être recommandée sans difficulté. Attention quand même avec ce genre de rapprochement. Oui, on utilise l'O2 dans la prise en charge des OPI. Mais l'O2 ne traite pas la cause, il traite les conséquences : l'asphyxie induite par l'oedème pulmonaire. Le problème de fond, l'oedème pulmonaire, lui, est traité par le fait que la victime a été sortie de l'eau (donc plus en immersion), déséquipée (combi retirée) et éventuellement par des médicaments (diurétiques). Il n'y a donc pas d'opposition formelle à ce que l'O2 soit à la fois un facteur favorisant (hypothétique) et un traitement du même mal.
    14 points
  9. Non, en fait tu ne veux pas comprendre, c'est différent. C'est pourtant simple. Dans une population de supporters assistant à un match, il est illusoire d'espérer un respect global des gestes barrières. Partant de là, il n'y a que 2 solutions. Soit on ferme les matchs au public, et les gars comme toi crieront au scandale, l'entrave à la liberté toussa toussa. Soit on ouvre avec un passe sanitaire pour limiter le risque d'individus contaminés/contaminants. Et les gars comme toi crient au scandale parce que le passe est inefficace en raison des quelques cas de contamination de personnes vaccinées pendant le match de truc contre machin. Nous sommes tous d'accord sur le fait que le port du masque dans cet environnement serait souhaitable en plus. Mais là, on parle quand même de supporters de football ...
    14 points
  10. Voici une opinion dans la presse américaine, celle d'un médecin qui fait du Covid depuis 1 an et demi. C'est à l'américaine, un peu forcé, mais c'est plutôt bien amené et ça décrit très bien l'état d'esprit dans lequel les soignants du Covid, les vrais (pas ceux qui jouent sur les croyances pour soigner leur popularité), se trouvent. C'est ce dont ne se rende pas compte tous les "anti" de tout poil. Ils fatiguent tout le monde et finissent par épuiser les réserves psychologiques de leurs soignants. Peu à peu, on ne leur accorde plus la même attention. En gros ils se mettent tout seuls hors-jeu. https://www.latimes.com/opinion/story/2021-08-17/vaccinated-covid-doctor-shot (en anglais) Traduction automatique par Google, arrangée à la marge par mes soins :
    14 points
  11. Paranoïaque, comique, totalitaire, moulin à vent, diffamant ... me voilà bien habillé pour la saison cyclonique ! Veuillez excuser, votre grandeur, mon outrecuidance. Vous apportez la contradiction, jamais je ne devrais. Expliquer les principes de la communication scientifique était une sombre idée, tant il est évident que tout le monde la maîtrise. Qu'on me fouette en place publique !
    14 points
  12. Rhoo c'est que tu as pas gentiment demandé, c'est vachement plus ouvert d'esprit aujourd'hui la plongée ... (nan mais la je suis partis treeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeessssssssssssssssssssss loin ....) ça me rappelle un foux rire ... jeune demoiselle qui demande au DP, dis tu peux me tamponner rapidement sur le capot de la voiture ... blocage de tout le monde et explosion de rire ... maintenant on dit : mettre ton tampon sur mon carnet ...
    13 points
  13. Il était une fois..... .... un grand prophète descendit sur Terre, voici son Histoire : - Hi les gens. Je suis Ze Cathedral, mais vous pouvez m'appeler La Cathédrale. Je suis là pour vous éduquer et pour vous montrer la voie. Les Gens : mhhmm...? Y veut quoi lui ? La Cathédrale : "depuis toujours, the wrong path you suivre, la bonne Voie, vous montrer je vais ". Des hérétiques vous êtes, vos méthodes faites de blocs 15L dans le dos, de tuyaux qui dépassent et de vieilles croyances révolues, sont dangereuses passé 40m. La lumière à celui qui streamlined, sera. la preuve, voici l'un de mes disciples : Alors ? ça vous la coupe ça, hein mécréants ? Stream-li-gnêd je vous dit !!!! De plus, pour les cailloux des mines d'acier vos toges mexicaines ne sont pas faites. De la toge Californienne utiliser, vous devrez. Si vous comprenez ça, que vous vous laissez pénétrer, à l'étape de conscience supérieure "TêqueKâtBloques", aspirer, vous pourrez !!! Les gens : "heuu, m'sieur Cathédrale, tout ça, on connait, très bien pour certains, depuis une dizaine d'années. Ya tout un tas de tablettes dans les archives de notre Agora qui y font référence. il y a eu des débats, parfois enflammés, qui parlent de tout ça, en long en large et en travers... Toi, m'sieur La cathédrale, on a pas bien compris c'est quoi tu veux nous dire et nous apprendre en fait ?" La Cathédrale : la con de ta mère !!!!!.....hum... pardon, sorry, apologies, my bad.... I mean : "pas prêt à comprendre La Voie, tu es", tes vieilles croyances, dépasser, tu dois. Alors !...et seulement alors... vers l'illumination suprême, t'élever, tu pourras. Grâce au liftbag des Cieux Éternels - une burnous bien répartie de chaque coté - à cheval, tu verras la Lumière. Les gens : ok ok ok. T’énerve pas Gandi. On te crois, mébon, c'tà dire que nous tu vois, on pense que tu racontes des conneries et que t'y connais un gros beignet en fait.. Le prend pas mal hein, mais quand même, ça s'voit trop que t'y connais un beignet. Alors, si tu veux, on peut t'esspliquer, débattre toussa toussa, mais quand tu nous prend pour des débiles, ben...ça nous agace ou ça nous fait rigoler un brin. Tu comprends le concept ? La Cathédrale : Kouâââ ?????? mécréant, hérétique, gueux !!!!! comment oses tu ??? Prosterne toi, adule moi, aime moi, ou je pars en te laissant dans ton ignorance.... tout de suite, ...avant minuit....enfin demain en fait, avec le jetlag, tu vois.... ou plutôt la semaine prochaine, passque là, j'ai un truc à faire..... Les gens : bon, ben, Tchô alors. Merci d'être venu. La Cathédrale : oui, bon, une chance je te laisse. Pitié tu me fais. La bonne parole est un sacerdoce, fait d"humilité et d'abnégation. Dans mon infinie bonté, une dernière chance, te laisser, je veux bien. Mais que je t'y reprenne plus. L'Histoire ne dit pas si tous ces ignorants et ces peignes-culs ont fini par enfin voir La lumière, ou si La Cathédrale Céleste des Cieux Infinis s'en est tournée vers d'autres peuplades plus réceptives à son message...
    13 points
  14. Après un premier séjour en 2021 qui nous avait littéralement emballé, nous avons décidé à la fin de l’automne d’y retourner en juillet de cette année afin de profiter pleinement de cette destination conjuguant jolies plongées et liberté absolue. Pour préparer ce voyage, je ne peux que conseiller l’excellent guide rédigé par Jean-Claude Taymans alias JCT (http://www.jctdive.be/page-version2004/website-plongee-bord/index.html) qui donne tous les éléments pour choisir son type d’hébergement, la location de l’indispensable pick-up et le forfait de location des blocs comme le descriptif détaillé de toutes les plongées. Bien qu’ayant résidé en 2021 au Dive Hut Resort et ayant été satisfait de notre petit studio, nous avons choisi, pour cette année de prendre une prestation complète appartement, location du pick-up et package plongées chez Tropical divers (https://www.tropicaldiversbonaire.com/fr). Ce resort familial se situe dans le sud de Kralendijk, non loin de l’aéroport. Cet établissement est tenu par Sylvia et sa fille Prisca. Bien qu’allemande d’origine, Prisca est parfaitement francophone facilitant ainsi les échanges par mail en amont du séjour. Particulièrement réactive, elle fut toujours très prompte à répondre à nos questions. Elle nous a même très gentiment proposé de nous faire quelques courses en avance au regard de notre horaire d’arrivée. Pour le vol, nous avons choisi KLM (seul TUI propose également cette destination). Les 23kg en soute et les 12kg en cabine plus le sac à dos permettent de prendre l’ensemble du matériel de plongée et photo sans faire de renoncements. Comme tous les vols vers Bonaire partent de l’aéroport Schipol d’Amsterdam, nous avons donc choisi d’y aller en voiture et de la laisser sur place durant notre séjour. A cet effet et grâce, une fois de plus grace à JCT, nous avons réservé un package nuitée + 30 jours de parking à l’hôtel Van der Valk (https://www.hotelschiphol.com/). Situé à 10’ de l’aéroport, cet hôtel, aux chambres spacieuses et très confortables, propose en outre un service de navette gratuite par bus. Notre arrivée à destination a été marqué par un déroutement vers Aruba d’une nuit et une matinée du fait de la tempête Irma. KLM a parfaitement organisé ce séjour «forcé» (transfert en bus vers un hôtel, vouchers pour les repas). A l’aéroport Flamingo de Kralendijk, Prisca nous a accueilli et nous a guidé vers l’agence AVIS pour la récupération du pick-up (tropical’s diver dispose également en propre d’une flotte de Peugeot Landtrek double cabine de location). Cette année nous avions un simple cabine de marque Fiat équipé de l’indispensable rack en bois pour charger les blocs dans la benne. Une fois au resort, accueilli par la maman de Prisca, nous avons pris possession d’un très beau et bien agencé appartement tout équipé. Dans l’espace séchage du matériel de plongée, 3 cintres/personne (combi, stab et un pour les palmes + chaussons) ont été personnalisés à nos prénoms. Toujours particulièrement affables et souriantes, Sylvia et Prisca ont été durant tous notre séjour très à l’écoute de nos besoins. Nous avons particulièrement aimé l’ambiance familial qui règne chez Tropical diver. Les échanges avec les autres résidants plongeurs également a été facilité par l’organisation d’un apéro particulièrement bienvenue. Ainsi, les rencontres quotidiennes autour du local séchage ou sur le parking de chargement des blocs permirent de s’échanger les dernières info en matière de visibilité, courant, et bébêtes rencontrées. En matière de plongée, notre séjour de 4 semaines nous a permis de faire un maximum de sites et surtout de refaire ceux que nous avons aimé le matin, l’après-midi et à la tombée de la nuit. Avec un rythme de 3 plongées/jour en moyenne (jusqu’à 4 les jours où nous étions motivés ;-)), facilité par l’utilisation du nitrox, nous avons pris l’habitude faire 2 plongées consécutives le matin et après un repos bien mérité autour de la piscine d’aller plonger au sunset. Le principe de fonctionnement du resort est : on prend autant de blocs que l’on veut et lorsque le dive center est fermé, on met de côté des blocs accessibles 24h/24 à l’aide d’un cadenas à combinaison. La proximité des sites permet de minimiser les déplacements en pick-up (il faut compter en moyenne 15’-20’ de route pour accéder indifféremment aux sites de Sud ou du Nord, 30’ pour aller jusqu’à Karpata). Cette année nous avons volontairement décidé de ne pas refaire les sites du parc Washington Slagbaai (que nous avions tous fait en 2021) du fait des délais de route et des contraintes horaires assortis. Nous n’avons malheureusement pas plongé dans l’est, même si la concentration en tortues, raies et requins permet d’avoir la chance de faire ces plongées remarquables. En effet, seul le puissant semi rigide du centre de plongée Eastcoastdiving permet de sortir du lac Cai et de plonger sur ces sites particulièrement exposés à la houle. Le peu de places et de créneaux disponibles, la météo incertaine et le système de boocking/règlement par internet en avance des 130$ pour une 2 dive tanks nous ont décidé à y renoncer. Les 58 plongées réalisées nous ont offert la chance de d’admirer un très large panel de la diversité de faune et de flore des caraïbes néerlandaises. Bien évidemment la rencontre quasi quotidienne avec des tortues, tarpons, raies aigles et pastenagues (vues plus rarement) provoque chaque fois une émotion qui donne le sourire. Pour autant la richesse des sites coralliens et les couleurs ont permis à mon épouse de réaliser des centaines de clichés. Le souvenir de « chasses » aux antennaires couronnées de succès et d’une chasse nocturne de tarpon autour de nous, laissent également d’excellents souvenirs. Notre dernière plongée du séjour sur le site The lake a été en particulier marquée par le passage à 2-3 mètres de nous de deux groupes de 6 puis dans la foulée une dizaine dauphins dont 2 bébés.
    13 points
  15. Sinon en 30 minutes sur les bons groupes Facebook c'est bon aussi.
    13 points
  16. moi je dis qu'il faut une loi pour standardiser tous ces signes Mieux !! : une loi française qu'on imposera au monde entier et surtout aux nord américains qui ne comprennent rien à la vraie plongée
    13 points
  17. Il ne faut pas voir ça comme un ordi de plongée qui fait smartwatch. Mais plutôt le contraire une smartwatch, certes orientée sport, qui fait ordi de plongée. Et si on regarde la population de plongeurs a un niveau mondial je pense que 90% se satisferait des 40m max. Le mec PADI OW qui plonge deux fois l’année qui ne veut pas investir dans un ordinateur de plongée, il serait content d’avoir cette fonction embarquée dans sa smartwatch.
    12 points
  18. puisque c'est la rentrée, vous pouvez aussi suggerer aux moniteurs de faire des formations étanches ; ça aidera dans les piscines non chauffées..
    12 points
  19. Il est rigoureusement interdit de prendre des animaux terrestres sous l'eau... Les poneys en font partie... Si on regarde, même au water-polo, les joueurs sont "à pied"...
    12 points
  20. Compte rendu anonymisé d'un plongeur ayant subi un OPI. Etabli à partir des discussions engagées avec le plongeur et le DP ayant organisé la prise en charge du plongeur. Publié avec leur accord. Le plongeur est un moniteur expérimenté, 62 ans, en excellente condition physique, pratiquant notamment la course à pieds, profil de marathonien. Non fumeur. La veille de l'accident, le plongeur a plongé par deux fois dans une carrière peu profonde (14m max pour 37 minutes cumulées) mais en eau froide et combinaison humide. Le jour de l'accident, la plongée se déroule en lac alpin, dans une eau à 8°. Le plongeur, en combinaison humide, encadre un moniteur stagiaire avec un élève. Le programme prévu consiste à gérer la vitesse de remontée en détectant et suivant des petites bulles entre 30 et 10m. La courbe de plongée montre des vitesses de remontée contrôlée de 12m/min pour la première remontée et de 15m/min pour la seconde. La palanquée reste ensuite ans la zone des 10m pendant 3 minutes avant que l'élève remonte à 6m pour lâcher son parachute. Le plongeur ressent alors une impérieuse envie de sortir de l'eau pour se mettre en sécurité sur la berge et retirer tout ce qui perturbe sa ventilation. La remontée se fait sans s'arrêter entre 6m et la surface, en 1 minute environ. Plongée à 33m max, 17 minutes d'immersion totale sans aucun palier obligatoire. Le plongeur ne prévient personne de son état mais est incapable d'enlever seul sa combinaison. Ce qui met la puce à l'oreille du moniteur stagiaire, car c'est un comportement inhabituel chez le plongeur. Le moniteur stagiaire informe alors le DP. Ce dernier, après discussion avec le plongeur, identifie assez rapidement les signes d'un OPI : sa combinaison humide semble légèrement serrée, le plongeur est essoufflé, ne peut pas ventiler au delà du volume courant, il a des quintes de toux lors de l'expiration forcée avec du spume saumoné abondant, l'inspiration forcée est impossible et douloureuse. Il est en position assise, la position la moins inconfortable pour lui. La position allongée sur le dos est impossible à tenir, car elle déclenche des quintes de toux sans fin. Le plongeur est rapidement mis sous oxygénothérapie et les secours sont appelés. Le DP propose de l'eau au plongeur qui en boit 2 verres. L'oxymètre est inférieur à 90% malgré l'assistance respiratoire sous oxygène. Le plongeur est emmené par les pompiers dans un service médical d'urgence vitale sous coordination d'un médecin hyperbare. Le plongeur est suivi par le médecin hyperbare pour des examens approfondis à réaliser. Sur des premières analyses réalisées, l'échographie présente beaucoup de bruit dans les lobes pulmonaires. Absence de bulles confirmée par IRM (thoracique, cou, cérébral), pas de lésion sur les tissus, pas d'accident de désaturation. Le plongeur présente une hypertension artérielle anormale selon lui (18/11) Il ressort 24h plus tard après récupération totale. D'après le DP, au moment de la prise en charge, le plongeur l'a informé qu'il présentait déjà des signes d'essoufflement après chaque plongée depuis 1 an, sans y prêter une grande attention. Comme ces signes d'essoufflement n'existaient pas lors de ses activité sportives sur terre, il n'a pas jugé utile d'en parler. D'après ce compte rendu, il est possible d'identifier plusieurs facteurs favorisant l'OPI, sur 3 axes : 1 - environnement - le froid. C'est un facteur identifié dans toutes les publications comme facteur déclenchant de l'OPI. 2 - matériel - l'effort inspiratoire. Un matériel non adapté ou peu performant augmente le travail respiratoire impactant les parois alvéolaires. Comme un détendeur mal réglé et dur à respirer ou, dans le cas du plongeur, une combinaison serrée. 3 - humain - l'âge. Les OPI sont plus fréquents chez les plongeurs de plus de 40 ans - une hyper tension artérielle. Attention à la réhydratation en surface, qui doit être mesurée afin de ne pas majorer l'œdème.
    12 points
  21. Oui, ça s'appelle la communication scientifique. On présente une méthode de travail, des résultats, et après on les discute. Cette étape de "discussion" (c'est le terme consacré) consiste à auto-critiquer (au sens noble du terme) ses propres résultats pour en montrer les limites, les pistes de développement ultérieur, ou les mettre en perspective avec d'autres travaux connexes. Ce qu'on retrouve dans cet article grand public, ce sont des éléments de la discussion de l'article scientifique. Le travail est préliminaire et montre un potentiel intérêt à vacciner des Covid-longs. Le problème, c'est que là, tu montes en épingle la discussion pour la servir comme base de déni aux "anti-tout" de service. Préciser qu'on ne sait pas combien de temps dure l'effet, c'est juste un écrit de bon sens. Oui, l'étude est publiée à un moment donné, le recul sur les effets est donc limité par définition. Scientifiquement parlant, personne ne s'aventurera à prédire l'avenir. Personne ne sais prédire combien de temps tiendra la batterie de ta voiture. Et pourtant, ça ne t'empêches pas de l'avoir acheté et de l'utiliser.
    12 points
  22. Alors j'ai du croiser des personnes de ta famille ou nous même!! Pour la plongeuse c'est Christine. Pour le plaisir de partager, les dernières photos avec un spectacle en soirée! (et oui c'est bien Cherbourg et sa rade en arrière plan, mer calme, soleil même au mois d'avril!!)
    12 points
  23. Bon alors reprenons. Dans une interview, le Dr Fontanet, épidémiologiste dit : Et à partir de ça, un inconnu sur un forum affirme : Ca fait une sacré différence, quand même. On passe de l'hypothèse à l'affirmation sans nuance. Etre protégé de la maladie et de ses formes graves en en réduisant le risque de survenue de plus de 90%, c'est déjà en soi, un élément très intéressant à titre personnel. Mais si le vaccin réduit moins le risque de transmission, il le diminue certainement quand même, ne serait-ce que par le simple fait qu'en réduisant fortement le nombre de personnes malades, on diminuera les toux, éternuements, mouchages, qui contribuent fortement à la diffusion du virus. Vous verrez ci-dessous le résultat principal de l'essai de phase 3 du vaccin de Pfizer/BioNTech, publié il y a 3 jours. C'est la mesure de la survenue des épisodes de Covid symptomatiques et confirmés par tests positifs dans les groupes placébo et expérimental (recevant le vrai vaccin). C'est assez impressionnant je trouve. On voit parfaitement les courbes qui se séparent très distinctement au 11ème jour post 1ère injection, soit le temps habituel pour fabriquer des anticorps. A partir de là, on peut au moins être rassuré sur l'efficacité à 4 mois. Dire que le vaccin n'empêche pas d'être malade, dans l'absolu, c'est vrai puisque il y a quand même 9 patients qui tombent malades (et pas 0) en ayant reçu 2 injections, sur 21 669 vaccinés, mais c'est quand même un très beau résultat. A rapprocher de l'ADD et des ordinateurs de plongée. On peut dire que l'utilisation d'un ordinateur n'empêche pas d'avoir un ADD (en gros 1 pour 5 à 10 000 plongées), mais on ne peut pas en conclure que l'ordinateur ne doit pas être utilisé. Sans procédure, on est certainement plus proche de 20 à 60% d'ADD.
    12 points
  24. C'est quand même hallucinant le niveau de ce fil... Y a des réponses on se demande si ce sont des caricatures de réponses ou réellement ce que leurs auteurs pensent... On se croirait sur le fil de la féminisation de la plongée, où des filles viennent expliquer pourquoi elles ne sont pas plus que ça emballées par divers aspects liés à la plongée et que ça explique pour elles la moindre féminisation de l'activité et qu'on leur répond qu'elles n'ont pas d'excuses et qu'on sait mieux qu'elles. Ici c'est pareil, des "étrangers" (Suisses, Canadien...) et des "français qui n'ont plongé qu'à l'étranger" donnent leur avis sur une certaine approche française de la plongée qui explique probablement pourquoi il y a aussi peu de plongeurs étrangers qui viennent en France malgré les kilomètres de côtes accessibles et les épaves historiques berceau de la plongée dans le monde (on est pas à un marronnier près cet été....), bref donnent leur ressenti sur leur expérience de l'accueil à la française et on leur répond : En gros : casse-toi et retourne plonger chez toi (c'est où chez toi d'ailleurs !?) et laisse les vrais, les Hommes (avec deux testicules bien lourdes de chaque côté du mot), si tu veux pas faire d'effort et que tu t'attends à trouver la même chose que chez toi (où ça d'ailleurs ?!) ben t'es mal tombé mon coco, parce qu'ici c'est Roger et Bibi qui commande - hein Marcel ! - et si on te dit que tu portes, tu portes ! Et d'ailleurs, tu ferais tes longueurs de piscine comme tout bon plongeur, tu galérerais pas autant pour monter sur le zodiac, allez avance, tu vois bien que tu gènes, t'es pas tout seul ici et c’est l'heure de l'apéro ! Sérieux ? Parce qu'il n'y a pas moyen d'expliquer simplement que (en vrac et au choix) : - c'est un club convivial, tu vois, chacun participe et aide tout le monde, la plongée française c'est dans l'esprit associatif tu sais - c'est la France, et avec toutes ces charges mon bon monsieur, on ne peut pas se payer du petit personnel, alors il faut porter un peu - comme c'est sur une plage de galets et de sable et que c'est un site classé on ne peut pas installer un tapis qui permettrait d'utiliser un diable ou une brouette et que le mieux pour porter ça reste de s'équiper : tiens d'ailleurs t'as un banc là c'est plus pratique, tu peux faire en deux fois, sans te faire mal au dos et si tu as du mal, on demandera à machin de te donner un coup de main - (faut-il vraiment que je continue ??) Alors, on peut aussi parler de la notion de commerce, mais désolé, quand j'entends ça : Je peux entendre et comprendre les excuses qu'on cherche à trouver à quelqu'un qui exerce son métier, un métier physique et fatiguant certes, mais qu'il a choisi (oserais-je en toute connaissance de cause...) Mais b**** c'est un métier de SERVICE. On peut se voiler la face comme on veux, mais si l'ACCUEIL du CLIENT n'est pas un pilier de ta PRESTATION DE SERVICE c'est que tu n'as rien compris à ton job... Alors, oui, ce n'est pas facile tous les jours, oui, c'est physique, oui, tu n'as pas le temps de prendre une pause tous les midis, oui, tu portes des charges lourdes, oui, tu vis des situations parfois stressantes avec des clients ou d'autres, oui, tu as peut-être mal dormi parce que tu t'es levé dans la nuit, mais quand tu accueilles un client, tu essaye d'être avenant et professionnel ! Et là je ne parle pas forcément de plongée, mais simplement de "commerce". D'ailleurs, le paragraphe précédent a été écrit en pensant à mes dernières semaines de boulot et ben vous savez quoi ? Je n'avoine pas tous les clients qui viennent me voir pour leurs animaux, juste parce qu'ils ont l'impression qu'il n'y a qu'eux qui comptent alors que j'en vois 30 par jour, que d'habitude le Dr Machin (qui n'est plus là depuis 4 ans) leur fait une remise, etc... Et au passage, je ne porte pas les chiens quelque soit leur poids, j'ai investi dans des tables qui se montent et se baissent, un brancard... c'est un petit investissement certes, mais les clients apprécient, vous allez pas me faire croire qu'un système de verrin hydraulique pour monter un bloc à la bonne hauteur c'est du matériel trop technique pour un dieu de la plongée française ? (y a des plongeurs, même pas français et même pas moniteurs qui arrivent à l'utiliser en HS sur leur voiture...) Et pour finir : Bonjour, Je suis plongeur français, N3 ANMP (désolé, je ne fais pas partie de la Glorieuse Mère Fédération, peut-être que du coup mon expérience ne vaudra rien) et j'ai plongé dans plusieurs centres purement PADI à l'étranger et... ben j'y ai plongé comme tout le monde, sans qu'on me prenne la tête à propos de mon niveau, sans que je sois considéré comme dangereux ou "à surveiller". Et pour anticiper sur certains commentaires : oui, aussi dans certains cas à 40m et un peu plus, avec de la déco. Et avec la même finalité : plonger et découvrir les fonds marins. Donc, tu te trompes ? Peut-être qu'il existe autre chose dans la plongée que ce que tu connais ? J'irai plus loin en disant que j'y ai même pris du plaisir et que j'y retournerai bien volontiers ! (et ben retournes-y et fous-nous la paix - tu vois pas besoin de te fendre d'une réponse, j'ai anticipé) Peut-être une histoire de mentalité ? Pis j'ai plongé aussi dans des clubs Français, où j'ai vécu - pourtant en tant que Français, issu d'une Fédération Française - et j'y ai pris du plaisir aussi. Et pourtant il n'y a que dans des clubs commerciaux français que l'on m'a fait des réflexions désagréables car répétitives sur la lourdeur de mon sac (oui j'emmène mes plombs, ça s'appelle un P-weight, oui je sais qu'il y en a sur le bateau mais celui là il est adapté pile poil à la plaque de ma wing, oui, ma wing, c'est comme une stab dorsale mais en kit si tu veux, non, ça ne change pas grand chose à ta façon de plonger mais moi je me sens mieux dedans, et non, je n'ai vraiment pas besoin d'un autre plomb, j'ai tout ce qu'il faut merci, on peut aller plonger maintenant ?) J'ai globalement le même sac en "zone PADI" et la seule chose que l'on m'a dit c'est "ok, tu peux mettre des plombs là en plus du tiens si tu veux, penses juste à vérifier qu'ils y sont parce que comme on change les blocs entre deux plongées et qu'il sont du coup sur la sangle, ils peuvent glisser."
    12 points
  25. Et nous voici a présent, 6ans apres... 🫣 Temps d'annoncer que la ch'tite merite sa place ici sur p.com, en tant que plongeuse ! Apres 3-4 années de snorkeleuse active (PMTiste?), à avoir déjà nagé avec des requins-baleines, raie-mantas, raie-aigles, tortues, dauphins, et toutes sortes de poissons de récifs des Caraïbes, tout comme en nombreux cenotes ... Il était grand temps de faire le pas a la plongée bouteilles ! On lui a donc proposé une evolution par étapes en guise de cadeau d'anniversaire de ses 6 ans: piscine, mer, bateau... 1. Laisser une bouteille dans la piscine, avec 4 long hose branchés dessus, quelques mois avant ses 6ans... Expliquer quelques bases et jouer l'aisance avec, en groupe, seule... (Respiration, vidage de masque, poumon ballast, vidage embout, palmage frog kick, back kick, etc...) 2. Proposer une premiere plongée mer pour peu avant ses 6ans, depuis la côte : Et vu que mon mf date un peu, ne me souvenant pas de qui doit tenir le robinet de qui entre moniteur et eleve... Sa mère s'est indubitablement gourée a priori! 3. Pour fêter les 6ans, plus qu'a prendre le bateau et aller visiter les jolis récifs du coins, dans un parc naturel protégé! Et avec sa super cop' en binôme en plus... https://www.facebook.com/reel/607032524272414?s=yWDuG2&fs=e On remarquera la moman en Sidemount DiveUltimate au passage... Encore 2-3 en mer et go pour plonger en cenote! Voili voilou, a 6 ans la môme est a present une plongeuse heureuse, quelques plongées dans le carnet déjà, amante et connaisseuse de la mer, de l'eau et de la nature... Et plonge avec plus d'aisance et un meilleur trim que 78,7% des plongeurs ici ! 🫣 Née dans l'eau, grandi dans l'eau, de parents plongeurs... ça promet pour la suite... Ah, et pour les fermés du bulbe: oui c'est pas l'age mini requis par vot' fédé blablabla... Je reçois vos écris en mp pour y répondre avec diligence. 🫶 Salut!
    11 points
  26. En sm 4 tanks, deep dive et multi liftbags, easy...
    11 points
  27. Bonjour a toutes et a tous, voici une capture d ecran donnant une idee des endroits ou avec ma binome Costa Ricaine nous avons cherche a pousser plus loin les possibilites de plongee sur la cote pacifique du Costa Rica. Une centaine de plongee, dans l inconnu, et des resultats a couper le souffle que je detaillerai dans les prochains jours avec un post et une description des conditions et de ce que l on a vu, trouve... En tout cas, si vous aller au Costa Rica, d'ici l an prochain, on va vous offrir la possibilité de plonger ailleurs qu'a isla del caño ou playa del coco, et ce sera specialement concu pour celles et ceux qui aimenet le gros. Par gros je veux dire, requins, parmis lesquels citron, pointe blanche, tigres, bouledogues et marteaux. On parlera aussi des dauphins, plusieurs especes comme les taches, nez de bouteille ou globycephales. Mais aussi les raies, mobulas, mantas oceaniques, aigles, pastenagues et munks devil mobula... Vu l'effort tant financier que physique les sites ne sont pas localises precisemments. A demain
    11 points
  28. Je souhaite à tous les membres de Plongeur.com un très joyeux Noël
    11 points
  29. Aucun élément publié et/ou attesté ne permet d’alléger une quelconque piste vaccinale. Pourquoi tenter de nous embarquer sur ce terrain?
    11 points
  30. Je suis d'accord sur pas mal d'exercice, mais le vidage de masque carrément pas, perso j'en fais quasiment à chaque plongée, soit parceque je suis mal rasé et que de l'eau rentre, soit parceque je fais rentrer de l'eau pour rincer la buée, soit pour n'importe quelle raison. 160 plongée sans faire un vidage de masque, je veux bien la marque du masque :).
    11 points
  31. Comment ça, balle au centre ? C'est quoi ce neutralisme de façade ? Sur le sujet de la vaccination anti-Covid : - primo, on ne "traite" pas avec le vaccin, on prévient. - deuzio, si on vaccine, dans l'absolu il y aura peut être des morts, mais 95 à 70 % de moins chez les vaccinés (une paille). - troisio, si on vaccine en masse, on réduit la circulation virale, et la mortalité chute globalement, y compris chez les non-vaccinés (expérience israélienne à l'appui). Donc non, la balle n'est pas au centre. Prétendre qu'elle est au centre, c'est afficher une égalité qui n'existe pas, donc implicitement soutenir les antivax, en se faisant passer pour le sage équilibriste.
    11 points
  32. Sérieusement, est-ce qu'il est possible d'arrêter avec cet argument bidon ?!? 1/ D'une part, le corps ne produit pas que des anticorps dans sa réponse immunitaire, il y a la voie humorale où des anticorps sont produits et la voie cellulaire, où ce sont des cellules "tueuses" qui sont utilisées (vulgarisons en simplifiant largement, si vous voulez des dessins, regardez "Il était une fois la vie..."). Si les anticorps sont les plus faciles à mesurer, la durée de leur présence mesurable n'est pas forcément en rapport avec la durée de la protection : les plasmocytes (cellules qui produisent les anticorps) peuvent être induits et des anticorps de nouveau produits même lorsque les taux d'anticorps ne sont plus mesurables dans le temps. Et heureusement ! C'est en partie grâce à la voie cellulaire de l'immunité (Lymphocytes-mémoire par exemple). Lors d'une nouvelle infection par le même agent pathogène, ces cellules mémoires peuvent tout à fait les reconnaître et déclencher une réponse immunitaire (médiée par les anticorps entre-autre) beaucoup plus rapidement que lors d'une primo-infection et donc combattre la maladie de manière efficace. Même en l'absence d'anticorps circulants préalablement à la seconde infection. C'est le principe de la vaccination d'ailleurs. Non les vaccins ne maintiennent pas forcément un stock d'anticorps circulants en permanence dans le corps. Ils éduquent le système immunitaire pour que celui-ci puisse régir plus rapidement que s'il n'avait jamais vu l'agent pathogène avant, voie cellulaire ou voie humorale. 2/ Il existe des maladies pour lesquelles, l'immunité naturelle est nulle : on dit qu'elles sont très peu ou non immunisantes. C'est le cas du tétanos par exemple : il est possible de faire plein de tétanos de suite (si l'on ne meurt pas du premier...) et pourtant on ne sera jamais protégé ! Par contre, le vaccin induit une protection rapide et durable (20 ans chez l'adulte). Faut-il arrêter de se vacciner contre le tétanos parce que de toute façon l'immunité naturelle est nulle ?!? 3/ En ce qui concerne le vaccin contre le coronavirus, on saura dans 1an, 2 ans, 10ans, 20ans combien de temps il reste efficace contre la souche pour lequel il a été développé. Pour le moment, il ne me semble pas avoir vu passer de papier donnant une limite. Ne pas confondre : "on ne peut pas encore dire combien de temps ça va durer, mais ça dure au moins 3mois" avec "ça ne dure pas plus de 3mois" Que les souches varient et que l'efficacité varie, c'est une chose. L'efficacité n'a d'ailleurs pas besoin d'être de 100% pour rester bonne et profitable dans un contexte de pandémie. Et encore une fois, ce n'est pas parce qu'un vaccin est "moins efficace" contre une souche ou un variant que l'efficacité qu'il a n'est pas suffisante. Merci...
    11 points
  33. Alors pour être clair et comme je l'ai déjà expliqué en MP, la sanction que @Nicolas Duguay a reçu est totalement fondée sur la charte et il n'y a donc absolument aucune raison de remettre en cause la compétence ou le travail des modérateurs sur ce sujet. Si certains trouvent la charte, ou son application, trop rigide, ils sont priés d'aller trouver un terrain de jeu plus à leur convenance ailleurs. Concernant les modérateurs, je tiens encore une fois à rappeler qu'ils font un travail bénévole qui n'est pas toujours très marrant et qui demande un niveau d'implication certains. Ce ne sont pas des censeurs sanguinaires enivrés par leur petit pouvoir mais juste des gens qui sacrifient une bonne partie de leur liberté de parole sur le forum pour que tout le monde puisse avoir la sienne. Je ne remercierai jamais assez @Scubacastor et @LGF et je pense que l'ensemble des membres devraient leur être reconnaissant.
    11 points
  34. Belle série de chiffres. Après, il faut encore les comprendre. Puis les interpréter pour en tirer les bonnes conclusions. Ce que je note dans cette discussion, comme dans d'autres, c'est la tentation de dire que ce ne sont que des vieux qui meurent ; et pardonnez-moi l'expression, des vieux au bout du boulot, donc en fait, la Covid, c'est pas grave , ça nous débarrasse le plancher, arrêtez de nous emmerder, laissez nous tranquille à poursuivre toutes nos activités égoïstement. C'est un peu cru, je force un peu le trait, mais à la lecture de certains posts, pas tant que ça. Manifestement, il y a un problème d'interprétation de certains chiffres et certains mots. "La médiane d'âge des patients décédés est de 84 ans", souvent mis en regard de "l'espérance de vie est de 80 à 85 ans", façon d'induire le raisonnement : "ceux qui meurent de la Covid étaient déjà proche de la fin". Ces 2 chiffres du même ordre nous disent simplement que ceux qui meurent le plus de la Covid sont des gens relativement âgés, PAS que ce sont des individus qui étaient à l'agonie avant la Covid. De même avec les "comorbidités". Le terme est employé larga manu et repris par tout le monde, le plus souvent sans avoir réellement compris de quoi on parlait. Ainsi Monsieur Praud, jurant ses grands Dieux qu'il ne veut rien dire, répète 2 fois "90% des patients en réanimation [pour une Covid] ont une comorbidité". Fort bien. L'arrière pensée est pourtant à peine voilée : là encore, il s'agit de véhiculer l'idée que la Covid ne tue que des gens qui allaient mourir prochainement. Sauf que derrière le mot savant "comorbidité", il y a une notion très simple, bien moins dramatique qu'attendue. Une comorbidité, c'est juste le présence d'une autre maladie. Ni plus, ni moins. Une comorbidité, ça peut être un cancer ou une maladie neurodégénérative, par exemple. Mais ça peut aussi être plus couramment une hypertension artérielle, un surpoids, un diabète, un traitement pour la thyroïde, un asthme ... bref, pour la plupart de ces cas, pas vraiment des personnes à l'article de la mort. Même dans le cas du cancer, la Covid tue des malades qui n'allaient pas mourrir si vite qu'on voudrait bien le croire (sans la Covid). De part ma spécialité, je connais plutôt bien le problème. Je soigne des maladies graves, la quasi-totalité des patients que je prends en charge sont fragiles, hautement susceptibles aux infections de tout ordre. En septembre, 3 des patients que je suivais sont décédés de la Covid. Etant atteints d'une maladie cancéreuse, ils étaient par définition porteur d'une comorbidité. Pourtant, avant Covid, ils n'étaient pas mourants. Celui qui avait le pronostic le plus sombre avait une espérance de vie de l'ordre de 6 à 12 mois. Il était parfaitement autonome, actif, avait des projets à court et moyen terme. Avec le SARS-Cov2, il est passé du 1er symptôme au décès en 72 heures. Donc oui, il avait un cancer. Mais c'est bien la Covid qui l'a tué. Il n'aura pas eu le temps de dire au revoir à ses proches. Même s'il se savait menacé par le cancer à moyen terme, il aurait sans doute aimé profiter des prochains mois. Les deux autres avaient une espérance de vie avant Covid de l'ordre de 5 à 10 ans. La Covid a donc sérieusement raccourci leur durée de vie. Alors imaginez un sujet de 80 ans, hypertendu et en surpoids, donc par définition comorbide, mort de la Covid. Sans ce coronavirus, c'était peut être 5, 10 ans, voir plus qu'il aurait eu devant lui Ne croyez pas que la Covid ne fait qu'achever des mourants ou des condamnés à court terme. C'est peut être le cas parfois, mais pas toujours, loin de là. Avoir 80 ans et/ou avoir une comorbidité, ça n'est pas synonyme de fin de vie ou d'agonie. Nous vivons en collectivité. Les mesures sanitaires sont là aussi pour tenter de protéger ces populations fragiles. Fragile ne voulant pas dire indésirable. Ou alors, il faut changer de régime politique ...
    11 points
  35. bonjour, pour répondre à une question posée : oui, il existe bien des centres de plongée qui proposent des services haut de gamme, voire très très haut de gamme. Comme pour tout commerce de service, les tarifs sont bien souvent en relation. Logique. Ces centres, ne se contentent pas d'afficher :"ici service VIP, viendez tous", ils concentrent leur efforts commerciaux sur une clientèle ciblée, ils ne font pas de pub dans Subaqua par exemple, ils offrent réellement des services haut de gamme; (qui vont au delà d'un simple portage de bloc - détail ô combien débattu-), ils peuvent même commissionner des pourvoyeurs de clients. Ces centres existent en France et à l'étranger. Ce n'est pas parce qu'ils sont plus rares, ou qu'ils sont peu ou pas fréquentés par les participants de forums que ces centres de plongée n'existent pas. Contrairement à une idée reçue et souvent répétée -ce qui n'en fait pas force de loi- : le service n'est pas lié aux charges et aux salaires, mais à un état d'esprit. Parce qu'il semble être de bon ton d'y aller de son exemple (aussi marginal soit-il) pour illustrer : les marins/moniteurs de yachts sont payés de 3000 à 5000$/mois, et on ne peut pas vraiment leur reprocher un service médiocre. Sans aller jusqu'à cet extrême, de bons centres de plongée traditionnels (j'entends par là : services de base, baptême, explo, N1, N2), sur les côtes françaises sont réputés pour leur accueil et la qualité de leur service, avec quelques simples bricoles : accueil, aide, attention, sourire, bonne ambiance. Rien de fou. Pas toujours, mais bien souvent, cet état d'esprit aide à faire passer la pauvre qualité des fonds, sur lesquels lesdits centres n'ont aucune prise. Les moniteurs qui travaillent dans ces 2 exemples de cas de figure, ne se sentent pas du tout dans une position d'esclave ou de "boy", non plus. Ils ont juste le sentiment de faire leur boulot correctement dans un commerce de loisir. Comme dans n'importe quel commerce de service, à charge du prestataire d’afficher le détail du service proposé, son coût, et de respecter le tout; Reste au client de l’accepter, ou pas, et/ou de trouver le meilleur rapport qualité/prix au regard de ses attentes, de ses moyens, de ses envies. Au delà de ces faits, d'ailleurs tirés d'une étude de 2018 publiée par "The University of Poncifs", chaire de La Palissade, dirigée par le Captain Obvious, je me pose une question : un mauvais accueil, aucune aide, du sarcasme permanent, des pratiques à l'ancienne, des moniteurs fatigués le 15 Août, voire des plongeurs qui attendent un service (on croit rêver) pourraient t-ils être mis en relation avec le secteur qui tire un peu la langue financièrement parce qu'il ne travaille que quelques mois d'été par an ? Je sais pas hein, je pose la question, je préfère laisser la parole aux experts et aux sachant. Une autre question que je me pose, histoire d'élargir encore un peu : le débat MF vs DE/BEES revient souvent. Si il est admis que chacun des 2 est tout à fait capable d'enseigner un vidage de masque, une esquive/volute/saisie prise d'assistance verrouillée 90°/soumission, de faire un baptême dans les règles de l'art, ou de dessiner de tête un superbe schéma de circulation sanguine, pour un cours N4, est-ce que le module business enseigné au DE (et sans présumer de la qualité du module -que je ne connais pas-) ne fait pas justement la différence ? Je ne fais que m’interroger, histoire de causer, mais je serais très reconnaissant à ceux, qui dans ce fil, semblent avoir une solide expérience du business de la plongée, qui ont jugé que Didiplongée n'avait pas compris le fonctionnement d'une structure de plongée commerciale en France, je leur serais très reconnaissant donc, de bien vouloir m'éclairer, et d'avance, je les remercie des réponses qu'ils voudront bien apporter.
    11 points
  36. Ah non, là, ça ne peut pas prendre, trop simple. Il faut une assertion criticable, qui puisse faire réagir. Après ça répond dans tous les sens, avec des arguments à toutes les sauces, puis ça sur-répond et là ça devient une belle discussion, bien touffue, pleine de pages, de dérives, d'avis tranchés, de réponses à coté de la plaque etc. Donc "PADI, y a pas mieux" ou "PADI, c'est le top" ou "PADI, la meilleure formation", là tu as des chances d'amorcer un peu plus. Et si tu rajoutes un argument qui n'en n'est pas un ou partisan ou teinté de mauvaise foi, alors là, ça va décoller : "parce ce qu'ils son leader du marché" ou "parce qu'ils ont certifié le plus grand nombre de plongeur dans le monde" ou "grâce à l'excellence de la méthode américaine" ou encore "parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'accidents" ou "s'ils avaient des accidents ça se saurait" ... Le mieux pour troller reste encore d'attaquer frontalement les interlocuteurs sur ce qu'ils sont. Ici, sur ce forum majoritairement des français et beaucoup de plongeurs formés par le système FFESSM. Un truc du genre : "c'est quand même dingue qu'un petit pays comme le votre s'entête à faire si différent que le meilleur système qui existe, PADI, leader du marché, dont même les principaux concurrents se sont alignés sur un système de formation quasi-identique". Avec ça, lancé à la volée dans une discussion honnête, tu es sûr de faire un carton !
    11 points
  37. Bonjour, J'ai passé une bonne partie de l'après-midi à recenser les principaux joints toriques pour la plongée. J'en ai fait 2 tableaux, si cela vous intéresse (également en PDF). Selon les vendeurs (Big.., DiveA..., Inno..., LaPal..., etc.) on ne trouve pas toujours les dimensions, ni parfois les mêmes pour une même référence (AN.../R...). Si vous voyez une erreur, merci de m'en informer, je mettrais à jour mes tableaux. Principaux_Joints_&_Robinet.pdf
    11 points
  38. Donc tant qu'on n'envisage pas le MF1 on n'est pas intéressant en plongée Bin je vais continuer longtemps à être plongistiquement inninteressant et me rouler dans mon ignorance, pour mon plus grand bonheur.
    11 points
  39. Bonsoir à toutes et tous, Je suis bien placée pour savoir qu'il est plus sympa de venir se présenter dans la rubrique idoine, étant moi même modératrice dans un forum de grande fréquentation (modélisme). Je m'appelle Julie et je suis née en 1968. J'ai commencé la plongée à mes 17 ans, par des stages de vacances UCPA. Je me souviens de plongées un peu profonde, sans gilet, avec un tirette pour passer en réserve et des sites magnifiques autour de Port Gros, Sanari, Port Issol et compagnie. J'ai passé le fameux Brevet Elementaire puis le niveau plongeur autonome moitié en club en région parisienne, moitié en stages UCPA, je découvre le gilet, les tables, les heures à palmer en piscine et toussa. De superbes plongées à Bouillante, en Corse ... 40 ou 50 plongées au total, je ne sais plus je n'ai jamais retrouvé mon carnet de plongée - et puis une "catastrophe". Un incident de plongée - panique en Corse dans une grotte sous marine - faut dire que j'étais fatiguée et stressée ... et je n'ai plus jamais plongé pendant 28 ans jusqu'à ... Décembre 2021, j'atterri sur une petite ile de 300 m par 1200 m aux Maldives, Ukulhas pour les intimes. C'est facile à se représenter. D'un bout de la plage plantée sur la rue principale on voit l'autre côté de l'ile ... et le tour se fait en moins d'une heure, en tongues et sans forcer. Mon objectif était de ne rien faire. S'oublier et toussa ... Bon, bien évidemment, au bout d'une journée je me fais ch..r comme une souris morte ... Je demande au gentil garçon de la famille qui m'héberge, que puis-je donc faire en dehors des coups de soleil sur le sable blanc ? il me présente tout un tas d'activités (bof bof) et puis me parle de plongée ... Trois clubs sur l'ile. Je choisis celui qui m'est indiqué comme le plus fun. Murakabay ! Et je dois dire que je suis tombée sur une superbe équipe. Une plongée DSD (oui oui c'est du PADI) et me voilà à passer OWD puis AOWD en quelques jours - oui c'est comme le vélo, ça revient très vite - et à enchainer une quinzaine de plongées au milieu des raies manta, des requins, des langoustes ... enfin bref, vous connaissez le coin. De l'eau à 28° et toussa. Ah j'ai oublié de vous dire. Je fais du pendulaire entre la France et le Sénégal, j'habite un mois sur deux à Poitiers et le mois suivant à Dakar. On fait plus calme comme vie mais c'est ma vie et j'adore. Du coup, j'ai cherché un club de plongée sur Dakar, j'en ai essayé deux et j'ai choisi le Barracuda. Pour l'ambiance et pour l'équipe. Et puis j'ai acheté tout le matos (masque, palmes, gilet Pearl, compas, computer, détenteur Core, combi 7 et 3 mm, parachute ...). Et un masque à ma vue ça change la pratique ! Une grosse quarantaine de plongée depuis la reprise, je me sens super bien et en progression constante, surtout en flottabilité et même en navigation. Parce que j'ai compris que je m'étais perdue dans la performance / technique à en être dégoutée et que en réalité j'adore l'eau, la plongée, mais pour le fun, la photographie et la vie sauvage. Du coup j'ai passé quelques spécialités (Deep, Nitrox, EFR et Rescue), j'en prépare d'autres (CMAS 3* en équivalence, Photo et Wreck) et j'ai prévu de passer le divemaster avec l'option DSD cette été. Dans mon club de Dakar ! Bon le divemaster c'est comme un challenge pour moi, j'irais peut être jusqu'à Assistant Instructor. Pour donner un coup de main au club et guider des plongées, c'est un peu comme un rêve. Des photos viendront, je viens d'acquérir un TG-6 avec son caisson et le flash annulaire. J'aime bien le macro micro que j'ai découvert aux Maldives. Bon sinon je raconte un peu tout ça ici : samaker.fr . C'est un blog perso que j'alimente quand j'y pense donc pas souvent. Voilà voilà, pour les courageux qui m'ont lu jusqu'au bout. Je vous embrasse ! et à très vite sur le forum que je trouve génial. Où au Barracuda pour celles et ceux qui passent par Dakar. Kisss. PS: la photo c'est moi avec un TG-5 que j'essaye en février dernier, dans de l'eau à 14°. Ben non il ne fait pas toujours très chaud à Dakar sous l'eau, ça dépend de la saison. Photo pas glop mais faudra vous en contenter pour l'instant
    10 points
  40. Hello, je précise que je je vais dire est fait dans le cadre de formation en club associatif. En SCA ou en stage, il y a des choses qui seraient pas forcément applicables aussi facilement. Je pars du constat qu'au sein de l'école de plongée française, les niveaux impairs sont des niveaux où l'apport théorique est "mineur" par rapport aux niveaux pairs qui ont des apports critiques pour le reste du cursus. Dit autrement: - N1: en étant provoquant, je dirai pas de théorie. Apport homéopathique au fil de l'eau, orienté pratique et en insistant sur les éléments de sécurité (localisation des baros et surtout moyens de s'en prémunir par exemple). On répond aux questions sans réserve, on coche les cases du MFT (pour ceux de la FFESSM) mais on se focalise sur la pratique. Ils sont là pour plonger, pas pour se faire bourrer le crâne. Et de toute façon, ils ont un assistant personnel serviable et corvéable, un puits de sciences subaquatiques, pour répondre aux questions qui apparaitraient en pratiquant, on appelle ça un encadrant - N2: pour le coup, niveau crucial à mon sens du cursus global, une théorie mal assimilée au N2, on va se la reprendre dans la tronche au N4. C'est comme un vidage de masque mal appris au N1 et qu'on retrouve merdique au MF1.... La formation est basée sur ce que sait un N1: en théorie asymptotique à zéro, mais en pratique, même sur quelques plongées, une somme de sensations et de ressentis sur lesquels on va venir mettre des explications. Comme il sait comment se passe une plongée, la formation théorique s'appuie la dessus et se fera sur la base d'un profil de plongée: la préparation, la mise à l'eau, la descente, au fond, la remontée, la sortie. Ce qui veut dire que les éléments théoriques seront vus /revus à chaque fois qu'ils sont présents: les baros (encore) seront vus à la descente comme à la remontée parce que ce ne sont pas les mêmes. Comme on associe des éléments théoriques avec du vécu, qu'on suit le cheminement logique d'une plongée, on favorise l'assimilation en faisant des couples sensations/explications. C'est particulièrement vrai et efficace pour ceux de nos élèves qui ont quitté les études précocement (et qui ne feront pas de moins bons plongeurs que des BAC+7 qui sont capables d'avaler un Mole comme un Foret et de le revomir à la virgule près à l'examen... mais pas nécessairement en ayant compris ce qu'ils recrachaient). Et c'est beaucoup plus agréable pour les autres. En terme de format on est entre 6 et 8 cours de 1h30 (encore une fois en asso, on n'est pas aux pièces, ça pourrait être plus compact). On va dire qu'en commençant à la Toussaint, à Noel c'est bouclé, à raison d'un cours par semaine. En général, examen écrit, pour des questions de dimension de groupe (J'y reviendrai au N3) -N3: Mon premier cours du N3 c'est pour leur démontrer que sur la théorie ils savent déjà (pratiquement) tout après le N2. Prenez le Foret N2 et N3, pour passer de l'un à l'autre quand vous avez 20m vous mettez 40 et quand vous avez 40 vous mettez 60 et vous y êtes (Ne vous enflammez pas je caricature à gros traits mais vous voyez je l'espère le concept). Donc les cours théoriques vont se focaliser sur le seul point différenciant du N3 par rapport au N2 à savoir l'autonomie totale. Donc chaque cours se fait sous la forme d'une plongée théorique à préparer (avant / pendant / après) avec un gros focus sur l'évaluation des risques spécifiques de cette plongée, les moyens pour s'en prémunir et les réactions à adopter si malgré les précautions, ces risques se manifestent. Bien entendu, chaque plongée théorique porte des risques spécifiques qui permettent de re-balayer toute la théorie pour vérifier qu'il n'y a pas de trous dans la raquette et faire les compléments nécessaires (pas folle la guêpe). Chaque cours est l'occasion de confronter leur vécu, de réfléchir à leur pratique, de mettre des explications sur des moments vécus (normalement plus variés qu'à l'issue du N1). On finit avec un tableau sur excel que les élèves ont construit sur les risques, une description de celui-ci, les moyens de s'en prémunir et le cas échéant les bonnes réactions à adopter. Avec une colonne supplémentaire où on glisse toutes les petites astuces qu'on aurait pu partager. L'examen se fait uniquement à l'oral sur une plongée à préparer en salle (fichier météo, carte du site, fiche épave et contexte général - en gros 6 N3 qui partent plonger en mer et en bateau avec un pilote MF1 qui ne plonge pas mais veut bien faire DP sur la feuille si il n'a rien à préparer...). Je ne fais plus que de l'oral sur le N3 pour ne pas pénaliser les élèves qui ont quitté les études il y a longtemps (à l'oral, on peut leur faire sortir ce qu'ils savent alors qu'à l'écrit si il manque quelque chose, on est marron) et pour ne pas pénaliser les élèves avec des troubles du type dyslexique (et ce n'est pas rare!!). Je n'ai eu qu'un seul échec avec cette formule...un prof de math! Paumé parce qu'il ne pouvait pas répondre à des questions en vomissant des pages apprises par cœur (mais à l'épreuve de l'oral, très clairement pas comprises). Alors que dans le même temps, un CAP cuisine, un CAP maçon, un mécanicien auto et un "j'ai arrêté mes études à 14 ans" sont passés haut la main. Il y en a un qui est DE depuis. Ce format fonctionne sur un petit groupe de 5/7 élèves, au delà ça deviendrait chaud. Voilà c'était my2cents
    10 points
  41. On voit bien que tu ne les connais pas ! Les crétins-grévistes-anti-tout de notre CHU, ceux qui bloquent les parkings depuis 1 mois, font des barrages avec des lits de l'établissement, menacent et intimident tous leurs détracteurs, sabotent les serrures de la direction, répandent de l'huile de vidange dans la DRH, molestent ceux qui osent les contester, crèvent les pneus de leurs opposants etc, et bien ceux-là donc, que je croise tous les matins à l'entrée de l'hôpital, je peux te garantir qu'ils n'ont aucune envie de travailler ! Ce sont des professionnels du néant. Ils sont contre tout et profitent depuis des décennies du moindre prétexte pour s'absenter, faire grève ou exercer un droit de retrait. D'ailleurs, depuis plus d'un mois qu'ils claironnent tous les matins devant l'hosto, ils ne manquent à personne. Les services continuent à tourner malgré les emmerdes. Il y a bien longtemps que tout le monde a apprit à se passer d'eux. Ils ne sont jamais là. Sauf pour le piquet de grève. Le vaccin, c'est un nouveau prétexte. Une obligation imposée par l'Etat français. Du pain béni pour ce groupuscule indépendantiste. Donc vu du coté de ceux qui bossent vraiment, cette obligation vaccinale, c'est peut être l'occasion de les éjecter en toute légalité. Surtout que depuis quelques jours, ils commencent à devenir nettement plus minoritaires. L'ensemble du personnel est vacciné à 74% alors que nous n'étions qu'à 30% début aout. Comme quoi, malgré leurs vociférations, insultes et mensonges, la vaccination avance.
    10 points
  42. Ben moi je suis un homme heureux!!! Ma fille et sa famille arrivent fin Aout et elle n'est pas (encore) vaccinée (refus jusqu'à maintenant cause grossesse) . Elle me disait il y a 4 jours : "voici la liste des restos que tu vas nous offrir..." Rdv pour sa 2 ieme dose le 04/09 P***in!!!! les economies que je fais sur ce coup là
    10 points
  43. Se taire. Sans ces circonstances et ce temps du deuil. Ne pas commencer à essayer de parler alors qu'on n'a rien à dire. Se taire.
    10 points
  44. Une petite pour le plaisir!
    10 points
  45. La configuration sidemount a comme origine la plongée souterraine, activité aux contraintes et aux règles bien spécifiques. Depuis plusieurs années cette configuration se développe en plongée dite « récréative ». Si dans de nombreux pays cette notion de « récréative » est synonyme de plongées à profondeur moyenne et sans décompression obligatoire, force est de constater qu'en France et dans quelques autres pays (Belgique …), les caractéristiques de ce qu'on nomme également « plongée loisir » sont un peu différentes : profondeur plus importante, durées de palier en conséquence. Il y a quelques années, j'ai présenté une méthode de planification pour les plongées à l'air afin de donner un outil facile d'utilisation aux plongeurs. Après plusieurs échanges avec un moniteur professionnel enseignant le sidemount (membre de ce forum), il nous a semblé intéressant de proposer un outil similaire aux plongeurs loisirs utilisant déjà ou souhaitant utiliser cette configuration. Ce document a donc pour but de présenter une méthode simple et acceptable leur permettant de planifier leur plongée en tenant compte des particularités du sidemount. Il permet aussi de montrer les limites de certaines configurations afin d'inciter les pratiquants à la prudence. Le document est libre de droits, vous pouvez l'utiliser ou le diffuser selon vos souhaits. Pour les fainéants (:D), une synthèse de la méthode est proposée en page 12. Bonne lecture. Planification d’une plongée en SM et gestion d’une assistance panne de gaz v1.0.pdf
    10 points
  46. Ce graph me fait penser à certains ici...
    10 points
  47. Un avis, c'est comme une certaine partie de notre anatomie: tout le monde en a un. L'équation dans cette crise n'est en soi pas si compliquée : pour limiter la propagation du virus, il faut mettre en place des mesures barrières contraignantes (confinement, fermeture de certains lieux, port du masque...). Plus les mesures mises en places sont drastiques, plus on sauve des vies. Mais cela se fait au détriment de l'économie et des libertés individuelles. Une dictature sanitaire, telle que mise en place dans certains pays, ne serait jamais accepté en France ou dans le monde occidental en général. À l'inverse, un laisser-faire total impliquerait une surcharge des hôpitaux et une surmortalité conséquente, chose qui ne serait jamais tolérée non plus. Du coup on fait quoi ? Je pense (sincèrement) que le gouvernement fait du mieux qu'il peut à la lumière de ce qu'il sait de la maladie et de l'épidémie, et qu'il essaie de trouver le juste milieu. Sauf que, où se situe cette barre ? Personne n'est d'accord ; c'est bien normal. Mais attention au procès d'intention, je ne pense pas qu'une personne aux convictions un minimum libérales comme Macron prenne du plaisir à bousiller l'économie du pays. Je pense que personne n'est satisfait de la situation dans laquelle nous sommes tous depuis 9 mois. Je pense aussi extrêmement prétentieux de croire qu'à leur place, on aurait fait mieux. Ça ne remet bien sûr pas en cause le droit à la critique, mais certains discours un peu trop virulents m'agacent, personnellement.
    10 points
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.