Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 04/07/2020 dans toutes les zones

  1. 12 points
    Ah non, là, ça ne peut pas prendre, trop simple. Il faut une assertion criticable, qui puisse faire réagir. Après ça répond dans tous les sens, avec des arguments à toutes les sauces, puis ça sur-répond et là ça devient une belle discussion, bien touffue, pleine de pages, de dérives, d'avis tranchés, de réponses à coté de la plaque etc. Donc "PADI, y a pas mieux" ou "PADI, c'est le top" ou "PADI, la meilleure formation", là tu as des chances d'amorcer un peu plus. Et si tu rajoutes un argument qui n'en n'est pas un ou partisan ou teinté de mauvaise foi, alors là, ça va décoller : "parce ce qu'ils son leader du marché" ou "parce qu'ils ont certifié le plus grand nombre de plongeur dans le monde" ou "grâce à l'excellence de la méthode américaine" ou encore "parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'accidents" ou "s'ils avaient des accidents ça se saurait" ... Le mieux pour troller reste encore d'attaquer frontalement les interlocuteurs sur ce qu'ils sont. Ici, sur ce forum majoritairement des français et beaucoup de plongeurs formés par le système FFESSM. Un truc du genre : "c'est quand même dingue qu'un petit pays comme le votre s'entête à faire si différent que le meilleur système qui existe, PADI, leader du marché, dont même les principaux concurrents se sont alignés sur un système de formation quasi-identique". Avec ça, lancé à la volée dans une discussion honnête, tu es sûr de faire un carton !
  2. 10 points
    Suite des tests de l’algorithme Fused 2, proposé par Suunto, comme une évolution majeure du Fused, suite aux commentaires peu amènes des plongeurs pour les plongées au-delà de 40 mètres. La première version des tests publiée en mars concernait les profils carrés. Ma conclusion de l’époque était que Suunto avait bien corrigé le tir pour des plongées jusqu’à 50m avec des profils proches de ceux des ordinateurs utilisant un algorithme Buhlmann correctement réglés. Au-delà de 60m, cela se corse pour le Fused 2, on retrouve les mêmes défauts que pour le Fused avec des plans de décompression exagérément longs, que ce soit à l’air ou au trimix avec des gaz Nitrox en déco. La conclusion de l’époque était que le Fused 2 était bien adapté à la plongée loisir jusqu’à 50m. Et donc parfaitement adapté à un ordinateur comme le modèle D5 chez Suunto. Mais pas du tout pour les profils trimix autorisés par les modèles Eon (Steel et Core) Pour cette suite, j’ai décidé de mettre à l’épreuve l’algo Fused 2 sur des profils moins contraignants mais peut-être plus réalistes par rapport à notre pratique : les profils multi-niveaux, avec un point bas en début de plongée et une remontée progressive le long d’un tombant ou autour d’un sec. Evidemment, il n’est pas possible de modéliser une remontée progressive sur une plongée complète. J’ai simplifié le modèle en travaillant sur des profils à 3 niveaux de profondeur : - profil 40 mètres : niveau 1 = 8 minutes à 40 mètres, niveau 2 = 10 minutes à 30 mètres, niveau 3 = 15 minutes à 20 mètres. - profil 60 mètres : 5 minutes à 60 mètres, 5 minute à 40 mètres, 10 minutes à 20 mètres - profil 70 mètres : 6 minutes à 70 mètres, 5 minutes à 50 mètres, 5 minutes à 30 mètres - profil 96 mètres : 10 minutes à 96 mètres, 5 minutes à 70 mètres, 5 minutes à 51 mètres. Pour chaque profil, un Run Time de remontée est établi et sera respecté par les simulateurs utilisés. Run Time profil 40 mètres : niveau 40m quitté à la 10e minute, niveau 30m à la 21e minute, niveau 20m à la 37 minute Run Time profil 60 mètres : 60m/8e min, 40m/15e min, 20m/27e min Run Time profil 70 mètres : 70m/10e min, 50m/17e min, 30m/24e min Run Time profil 96 mètres : 96m/15e min, 70m/23e min, 51m/30e min Selon le profil et réglages utilisés, il a parfois fallu diminuer la durée d’un niveau pour respecter le RunTime de remontée. Les hypothèses sont les suivantes : - Les temps de descente ne sont pas inclus, les durées annoncées correspondent au temps passé réellement sur chaque niveau. - La vitesse de descente est réglée à 20 mètres / minutes, les vitesses de remontées à 10 mètres / minute pour l’algorithme Buhlmann, 8 mètres / minute pour les Fused. - l’altitude est réglée à 0 mètre (1013 mb) - l’option Palier profond des algo Fused est désactivé - pour chaque profil, 3 modes de sécurisation sont testés : P-2, P0, P+2 - La consommation est de 15 litres/minute en surface. - Les profils sont réalisables avec les blocs prévus pour chaque profil, avec les procédures de perte de gaz le cas échéant - l’algorithme embarqué dans le simulateur DM5 fourni par Suunto est équivalent à celui embarqué dans les ordinateurs de la marque. - le simulateur Buhlmann + GF utilisé est PastoDeco 4.9.0.P du regretté A. Pastorelli. Les résultats ont été croisé avec Ostc Planner 3.00 beta 14. Profil 40 mètres avec gaz Air, Nitrox 28 ou Air + Nitrox 75. Bloc 15 litres à l’air ou Nx28 et pony 7l pour le Nx75 Quels que soient les gaz utilisés, les profils Fused et Fused 2 sont quasiment parfaitement alignés. En sécurisation P0, Fused et Fused 2 correspondent quasiment à un Buhlmann + GF80/80 (réglage que j’utilise sur ce type de profil) En sécurisation P-2, Fused et Fused 2 correspondent à un GF90/90 En sécurisation P+2, Fused et Fused 2 correspondent à un GF66/66 Cela vient (encore) renforcer l’idée (puisque aucune information n’est fournie par Suunto) que Fused et Fused 2 sont identiques entre 0 et 40 mètres et que l’évolution du Fused concerne les plongées au-delà de 40 mètres. Profil 60 mètres avec gaz Air, Air et Nitrox 50 Bloc 15 litres à l’air et pony s80 pour le Nx50 Les remarques suivantes sont applicables quels que soient les gaz utilisés dans cette simulation. En mode P0, l’algo Fused 2 est assez proche des valeurs de GF60/75 que j’utilise, il sort 4 minutes après avec de l’air ou en même temps quand une déco est utilisée. Cela montre que l’algo Fused 2 n’aime pas l’air et préfère quand le Nitrox est utilisé en déco. Ce qui n’est pas un mal vu le profil de la plongée … Quant à l’algorithme Fused 1e version, c’est la catastrophe : il attaque les paliers dès 24 mètres ce qui nécessite d’ajuster la durée du niveau à 20 mètres. Conséquences : en mode Air, il sort 23 minutes après son petite frère Fused 2. Avec un Nitrox 50 en déco, la peine est moindre, il sort 13 minutes plus tard. C’est sur ce type de profil que l’on se rend compte de l’inadéquation de l’algorithme Fused : sur un profil classique où un plongeur lambda sort la tête de l’eau après 50 minutes de plongée environ, le Fused le fait sortir 25 minutes plus tard … En mode P-2, l’algo Fused 2 correspond à un GF80/80, en mode Air ou Air+Nx. Fused est toujours à la ramasse en sortant 15 à 20 minutes après tout le monde. En mode P+2, l’algo Fused 2 correspond peu ou prou à un GF60/60, en mode Air ou Air+Nx Fused … des paliers à partir de 27 mètres et une sortie entre 15 et 25 minutes plus tard. Que dire … Profil 70 mètres Trimix. Bloc 2x10 litres en Tx18/45 et pony s80 pour le Nx50 Grosse surprise sur ce profil ! Quel que soit le niveau de sécurisation Px, Fused et Fused 2 sont quasiment alignés en terme de remontée. Avec une différence notable : Fused 2 débute les paliers plus profond, cherchant à maximiser la ppO2 au palier à 21m et raccourcit les paliers proches de la surface. J’en reparlerai plus bas. En mode P0, les deux Fused sont quasiment alignés sur les profils GF50/70 ou 60/75 que j’utilise. En mode P-2, les deux Fused correspondent à un profil GF45/85. En mode P+2, les deux Fused correspondent à un profil GF20/65. C’est plutôt pas mal. Profil 96 mètres Trimix Bloc s80 Tx 23/50 en travel à 20m pour la descente Bloc 2x12 litres en Tx10/65 Bloc s80 Tx 23/50 en déco à 51m Bloc s80 Nx50 à 21m Bloc s80 OXY à 6m La surprise se confirme : là encore, quel que soit le niveau de sécurisation Px, Fused et Fused 2 sont très proches en terme de remontée. Certes, le Fused première version sort tard, mais l’écart avec le Fused 2 est bien plus faible que sur les profils carrés au trimix. En mode P0, Fused 2 un profil presque équivalent à un GF05/80 avec des paliers débutants à 72m pour les Fused et 63 mètres pour le GF. A titre de comparaison, avec un GF40/70 que j’utiliserai sur cette plongée, les premiers paliers apparaissent à 39m. En mode P-2, Fused 2 a un profil équivalent à un GF15/90 En mode P+2, Fused 2 a un profil équivalent à un GF05/70 Comme sur les profils carrés, les premiers paliers des Fused démarrent très profond (72 mètres) et les paliers proches de la surface sont raccourcis par rapport à mes réglages GF (type 40/70). Tableau des équivalences GF pour les profils de remontée générés par le FUSED 2 Conclusion Les profils mutli-niveaux sont moins contraignant que les profils carrés au niveau de la décompression. De fait, l’algo FUSED 2, mais aussi son ainé le FUSED, sont plus à leur aise dans cet exercice que précédemment. Je tire les constats de l’analyse de ces nouvelles courbes : - les algorithmes FUSED et FUSED 2 n’aiment pas l’air en plongée. C’est d’autant plus vrai pour le FUSED dès que le plongeur dépasse 40 mètres. FUSED 2 corrige la donne même s’il sécurise encore pas mal comme on a pu le voir sur les profils carrés. Sur les profils multi-niveaux, cela se ressent moins. - l’algorithme FUSED 2, encore plus que le FUSED, a tendance à démarrer les premiers paliers vraiment profonds. C’était carrément visible sur les profils carrés, cela se voit moins sur les profils multi-niveaux. Toutefois la plongée multi-niveaux depuis 96 mètres est révélatrice de ce comportement : le plongeur n’a pas atteint le dernier niveau de sa plongée à 70 mètres qu’il a déjà attaqué les paliers de décompression à 72 mètres !! Honnêtement, je ne comprends pas, je me croirais revenu dans les années 2000. Depuis ce temps, il y a eu pas mal de publications, de discussions, de webinar indiquant une tendance générale à remonter la valeur du GF bas et à diminuer la valeur du GF haut pour limiter le risque d’ADD, l’hélium permettant de remonter plus vite que prévu initialement par les modèles. Or, à voir ses équivalents GF, Suunto continue de produire des algorithmes qui ne tiennent pas compte de ces avancées sur les procédures de remontées. C’est dommage de rester 15 ans en arrière … Du coup, je confirme ma conclusion précédente : Pour moi, FUSED 2 reste encore un algorithme Loisir. Sur le principe, il est tout à fait adapté aux caractéristiques du modèle D5 de Suunto. Mais il l’est beaucoup moins sur un ordinateur Trimix comme l’EON CORE (80m) ou STEEL (150m) et autres modèles Trimix. Dommage … Episode 3 à venir : l'algorithme FUSED 2 et les recycleurs
  3. 7 points
    Bonjour à tou.te.s, J'ai parcouru avec attention ce fil de discussion, et je ne m'étendrai pas sur le sentiment d’écœurement que certains messages m'ont inspirée. Je n'ai pas la prétention d'avancer une théorie générale, ni de considérer que mon point de vue est majoritairement partagé. Cependant, pour répondre à la question initiale (qui était rappelons le de savoir pourquoi la plongée attirait moins d'hommes que de femmes, et comment favoriser la mixité), je vais juste vous faire part de mon expérience personnelle. J'ai attendu d'avoir plus de 30 ans pour me mettre à la plongée, alors que je viens d'une famille de plongeurs (père, mère, soeur). Je n'avais pas envie de passer le plus clair de mon temps à faire de la nage en piscine (pas très ludique à mes yeux), plonger ponctuellement en fosse ou carrière (j'en ai une image lugubre), et seulement rarement dans la mer. L'attrait que j'ai pour cette discipline porte sur la sensation ressentie sous l'eau mais aussi beaucoup sur ce qu'il y a à voir sous la surface. Donc clairement, si je n'avais pas la mer à proximité et les moyens de voyager je pense que je n'aurais pas été tentée. Ensuite, j'ai attendu d'avoir quelqu'un pour m'accompagner, parce que j'avais un peu peur de franchir le pas seule (manque de bol, j'ai passé 10 ans de ma vie avec un non nageur...). Heureusement, j'ai finalement décidé de ne plus attendre et de faire ce qui me faisait plaisir comme une grande. Mais j'ai toujours un peu peur d'être regardée avec un brin de mépris, parce que je suis débutante, ou de tomber sur un binôme peu attentif. J'appréhende aussi le bateau, selon la météo je sais pour avoir un petit passif de voileuse que je ne le supporte pas toujours bien. Et puis il faut se mettre en maillot de bain, vivre avec le regard des autres, s'épiler (je ne suis pas encore sûre d'avoir envie de m'y résoudre au quotidien, j'espère un peu pouvoir aller à la piscine avec une combi ^^), ne pas sortir d'une séance de tatouage, ne pas avoir ses règles (parce que pour passer la journée sur un zod ce n'est quand même pas l'idéal), bref être soumise à plein d'injonctions qui pèsent en plongée comme ailleurs sur le corps des femmes. Et je n'ai pas toujours été assez à l'aise avec moi même pour faire ça. Encore ce matin je lisais sur les réseaux une amie AOW qui racontait qu'un moniteur lui avait tendu une combi homme, en lui disant : "ne soyez pas offensée, mais même dans la plus large chez les femmes ne sera pas assez large pour vous". Évidemment c'est vexant. Évidemment les équipementiers ont leur rôle à jouer pour rendre la plongée plus inclusive : pour les femmes mais pour tous les corps surtout. Mais que diable, un peu de bienveillance ne coûte pas cher, s'abstenir de toute remarque aurait suffit. Bref, jamais au grand jamais mes freins n'ont donc porté sur le poids du matériel ou la température de l'eau.
  4. 7 points
    Euh ... non, pas vraiment ! Les "pieds-cubes" ... en fait, pour moi, c'est juste un nouveau mot. Dans mon inconscient, ça évoque plus un champignon qu'une unité de mesure ... Tu nous dis que pour toi, les litres, ça ne te parle pas vraiment : Mais ce que tu dois comprendre, c'est qu'il en va de même pour nous dans l'autre sens. Mais en pire. Parce que les pieds-cubes autant que les PSI et le HPtrucs, on ne les utilise ni pour les blocs de plongée , ni pour quoi que se soit d'autre. Chez nous, un bloc qui contient 12 litres s'appelle un "12 litres". Et quand on le gonfle à 200 bars, on sait qu'il contient donc 200 fois plus, soit 2400 litres. Là, c'est simple et efficace. Et pour une fois qu'en France on peut dire qu'une chose et simple et efficace, on ne va pas s'en priver !
  5. 7 points
    change de club, y a des cons partout
  6. 6 points
    Et si on inventait un système capable de filtrer et de rendre utilisable l'air que l'on expire... Si on retient le CO2, on doit pouvoir re-respirer cet air, non ? Ça résoudrait ce problème, non ?
  7. 6 points
    Purée, vous me faites douter: j'ai un copain qui a le dos en compote et il faut lui porter son bloc à chaque fois. Je vais quand même lui demander de me montrer ses couilles la prochaine fois, pour vérifier que c'est pas une femme déguisée qui cherche une excuse pour se faire porter son bloc...
  8. 6 points
    Ben je l'ai écrit... On se débrouille, ou se sort les pouces et on va de l'avant... Pour la maison en 65 , ils ont vendus des briques symboliques, tirer les sonnettes pour trouver des dons, bossé sur leurs temps de vacances et leurs week-ends... Pour le bateau, en 73, pareil; ils sont allé acheté une coque nue avec un moteur en Hollande et l'ont ramené jusqu'à Bâle par le Rhin et tout l'équipement a été fait par des bénévoles... Et pour moi qui ai dû assumer la gestion du chantier de remise à neuf du bateau en 2017, je peux assurer que tout ça avait l'air d'avoir été fait avec beaucoup d'enthousiasme mais peu de connaissances techniques spécifiques C'est comme ça ici... Vous voulez quelque chose ? mp4.mp4
  9. 6 points
    Moi, ça me fais presque peur ces réponses ; Il y a une sorte d'opposition un genre contre l'autre... Les mecs sont à grande majorité des gros cons lourdingues pas capables de s'exprimer autrement qu'avec des blagues graveleuses... C'est vraiment comme ça chez vous ? Et ça me "gène" aussi quand je lis ça on dirait qu'il y a quelque chose à prouver, une revanche à prendre... les femmes sont à ce point discriminées dans le petit monde de la plongée ? Si c'est le cas, je vous rassure, dans un cas de session uniquement féminine, le gros boeuf dira que comme il n'y avait que des nanas (candidates et staff), les niveaux ont été vus à la baisse... c'est comme pour les quotas: "la personne n'est pas là pour ses capacités mais parce qu'il faut un quota"... pas certain que ça serve "la cause"... Le meilleur moyen pour aider, c'est quand Roger (ah, il est drôle, ce Roger...) sort une de ses fameuses blagues de gros beauf, il faut lui dire "ta gueule Roger, tu nous les brises avec ton humour de sous-Bigard..." Mais tant que tout le monde rigole et que du coup Jean-Claude en rajoute une couche pour bien montrer qu'il en a aussi de l'humour bien gras, ben c'est clair que la p'tite nana qu'on regardait déjà de travers parce qu'en plus elle est PADI, elle ne va pas tellement avoir envie de revenir plonger... Donc adoptez la méthode "ta gueule Roger"... (prénom cité à titre indicatif, à changer dans la phase en fonction de celui qui est visé... sinon ça impacte nettement moins.)
  10. 6 points
    Perso je porte aussi son bloc ....d'autant plus que si je refusais elle serait capable de me faire un fuck au signal "passes moi de l'air..."
  11. 6 points
    Les miles: Basés sur une division du méridien terrestre faite à l'origine par Isaac Newton, mais qui avait légèrement sous-estimé le diamètre de la Terre. D'où une différence entre les miles terrestres (1609m) et marins (1852m).
  12. 6 points
    Bonsoir, De mon point de vue, tout comme @berny et d'autres, je penses qu'il n'y a pas de nécessité à investir dans un ordinateur spécifiquement pour enseigner. Tu en as déjà un, tu le connais bien, il fait le job jusque là. Donc il fera aussi le job pour enseigner. Même s'il n'a pas le graphique, la couleur, la sono et les pom-pom-girls ! Ce que tu devras enseigner à tes élèves ce sont des principes utiles comme comprendre et utiliser le no-dec ou une DTR, trouver le temps de désaturation ou le no-fly, consulter la courbe sans palier, planifier une déco, passer en mode nitrox, "pénaliser" au besoin, régler une alarme de profondeur ... La courbe de la plongée ne fait pas partie de ces fondamentaux. Ce n'est qu'un accessoire. Ce qui m'inquiète dans ton message, c'est ce passage en particulier : où je comprends que tu veux faire de la courbe l'outil central de l'optimisation des tes IPD à venir et de celles de tes élèves. Je voudrais juste attirer ton attention sur le fait que ce n'est probablement pas la piste la plus séduisante pour enseigner les RA. D'expérience, à chaque fois que je vois des moniteurs ou des stagiaires moniteurs recourir à la courbe et au chronomètre pour "débriefer" des élèves, ça ne mène à rien. Au pire le moniteur pinaille sur des détails ("tu vois, tu allais trop vite entre 17 et 14 m" ...) et dévalorise un élève qui avait fait globalement plutôt bien. Au mieux, l'élève ne peut que constater qu'il était dans l'erreur mais ne gagne aucun conseil, aucune astuce pour s'améliorer ("OK, j'essaierai de remonter plus lentement la prochaine fois pour lui faire plaisir"). Pour réussir les RA, il faut que l'élève capte des sensations, notamment autour de sa flottabilité et sa ventilation. Travailler sur un graphique, ça ne fait gagner aucune sensation dans l'eau. Après, si le Mares Icon HD te plait, tu peux investir bien sûr. Mais n'utilises pas le passage du MF1 et l'enseignement comme arguments pour justifier ton achat. On peut parfaitement passer le MF1 et enseigner très convenablement avec un Zoop.
  13. 6 points
    Étonnamment, je consacre l'essentiel de mes plongées à me promener, sans à tout prix chercher à faire des exercices inutiles ou àaccumuler des paliers juste pour le plaisir de lire une grosse DTR sur mes ordis..
  14. 5 points
    C'est sûrement une réalité difficile à entendre mais la réponse est "Oui". J'ai mis de nombreuses années à l'intégrer, j'ai longtemps raisonné comme toi, mais c'est une façon de se voiler la face en tant qu'homme (qui plus est blanc, hétéro), nous sommes collectivement des gros boulets misogynes et imbus de leur position dominante. Toute l'évolution actuelle ne fait que réduire -en partie- cet état de fait. Jamais je n'ai ressenti la peur de me faire agresser sexuellement dans la rue, une soirée, une activité, jamais je n'ai réfléchi à mettre des vêtements amples pour éviter les regards pénibles sur moi, jamais je n'ai eu besoin de remettre à sa place une femme lourdingue qui me saoulait... Bon, c'est peut-être parce que je suis petit, moche et gros mais quand même! Oui, nous sommes souvent un repoussoir dans plein de domaines. Heureusement, elles ont quand même parfois envie de nous fréquenter malgré tous ces défauts, sinon elles feraient tout sans nous. Je n'ai pas une haute opinion du comportement des hommes avec les femmes, malgré les progrès indéniables des dernières décennies.
  15. 5 points
    Je vais faire un parallèle avec le jeu vidéo. Aujourd’hui, 1 joueur sur 2 est une joueuse. Pour rappel, il y a encore 20 ans, les joueuses représentaient à peine 10% des joueurs. (je tiens ces chiffres d'un producteur de jeux, dont les titres sont mondialement connus) A-t-on visé spécifiquement les femmes ? A part quelques titres, pas vraiment… par contre on est sorti du sempiternel jeu pour hardcore gamer. Quand j’en étais un (ca a commencé il y a plus de 30 ans et ça a durée quelques années), les titres c’était Doom, Duke Nukem, Half Life, Call of Duty, plus les simulateurs. Que des jeux de gros bourrins, pour des gros bourrins … mais put*** c’était bon Le portrait-robot type du joueur était un jeune homme dont l’âge était entre 15 et 25 ans. Les éditeurs ont cherché à élargir leur cible, non pas sur le genre, mais sur la tranche d’âge… d’ailleurs aujourd’hui la pyramide des âges des joueurs n’est plus concentré sur les 15/25 et va au-delà des 45 ans (même si là la courbe chute). En offrant des jeux moins destinés aux hardcore gamers, et Nintendo a été un précurseur avec la Wii, la palette de joueurs s’est ouverte aux non joueurs et en conséquence, aux femmes. Je pense qu’on peut faire l’analogie avec la question de ce fil de discussion… (Mais ça marche dans énormément de domaines, lesquels ont souvent agit ainsi). La plongée a encore une image « harcore gamer », il n’y a qu’à lire beaucoup de commentaires sur ce forum ou plonger avec des assoc (je l’ai fait en stage UCPA, où des assoc réservaient) : c’est la course à la profondeur, à la technique. Beaucoup de plongeurs parlent ainsi de la plongée… et ne me dites pas le contraire (je vous vois venir avec vos gros sabots). J’entends et lis rarement parler l’émotion (à part, c’est génial j’ai vu des poissons, des tortues, des requins, je me suis éclaté sur le bateau…). Et quand je discute autour de moi avec des non plongeurs (je ne connais que peu de plongeurs)… tous ont cette image… ajoutez à cela l’appréhension de respirer dans un détendeur : vous avez la réponse à l'émulation restreinte pour cette activité. Le problème n’est pas d’ouvrir la plongée spécifiquement aux femmes, penser ainsi est une erreur. La plongée doit perdre cette image, il faut arrêter de pousser vers plus de profondeur, trop de technique… c’est ce que les gens demandent. Ce n'est pas un sport... c'est un loisir même si beaucoup n'acceptent pas cette définition. La force du marketing américain est « l’effectuation ». C’est une technique qui consiste à proposer un produit en fonction de ce que veut le client. Et que veulent la plupart des gens ? Avant tout vivre des expériences inoubliables sans forcément se taper des cycles techniques ou qu’on leur surine les oreilles avec des : faudra passer tes niveaux, etc. Pourquoi d’après vous la plupart passent leur niveau en Asie, en mer rouge ou dans les Caraïbes ? (pour les plongeurs que je connais, c'est le cas) Le jour où les clubs auront compris ça, il y aura des changements significatifs… dont la féminisation qui n'est que la conséquence de l'élargissement du profil "client" PS: Et puis, quand une nana donne son avis, c'est bien aussi que les mecs l'écoutent et se taisent... elle sait de quoi elle parle, c'est ce qu'elle vit. Mais non, il y a toujours un type qui pense mieux savoir se qu'elle vit. Tu m'étonnes qu'elles se barrent toutes de ce fil Franchement, il y a eu du lourdingue quand même.
  16. 5 points
    Bonjour Faktice, Rapide présentation pour savoir qui te réponds: je suis un moniteur non-professionnel (fédéral), moins de 1000 plongées. Je plonge habituellement en eau chaude, je me passionne de bio et je m'investi dans la vie associative. J'ai aussi fait un divemaster après mon niveau 3 qui est un diplôme qui ne m'a finalement peu appris, sauf en ce qui concerne le fonctionnement du modèle PADI. Pour l'aisance, mieux vaut plonger, en variant les expériences. Passer des diplômes et surtout le divemaster dans cet objectif bof bof. Pourquoi pas t'installer (comme moi) dans un petit coin de paradis pour profiter des eaux chaudes tropicales au quotidien? Par contre je te mets doublement en garde: les centres te promettront certainement des choses pour te vendre une formation de divemaster (ou pour que tu leur nettoies les chiottes sans avoir à te payer) mais cette formation ne permet pas, sauf rare cas de gagner sa vie. Bon si tu parles courement japonnais, allemand et anglais tu intéresseras peut être un club calédonien.... Il faut savoir que la "formation professionnelle" de PADI leur rapporte plus d'argent que la plongée elle même.... Donc choper des petits jeunes, les faire rêver du métier de moniteur de plonger ("Changer de vie") et leur prendre pas mal de sous c'est le coeur de métier de PADI (plus que la plongée elle-même) et ... pas seulement de PADI. Bref il y a peu de chance qu'après ton DM tu puisses travailler dans la plongée, mais tu pourras plus certainement acheter d'autres formations, .... J'ai peu de chance que tu m'entendes, le rêve est souvent trop beau, mais je te rappelle que si tu as envie de plonger, la solution de te trouver un métier autre sous les tropique par exemple, et de vivre ta passion dans le milieu associatif (ce que je fais) est, à mon avis, bien plus réaliste et plaisant.
  17. 5 points
    Elle a bien du courage de donner son point de vue ici @Sarahf , ses réponses sont au moins aussi légitimes que bien d'autres, même si elles en contrarient certains ! C'est son point de vue, son ressenti. D'ailleurs, faut voir le nombre de dames qui répondent... Pour ma part, je ne constate que de mon tout petit point de vue de ma lorgnette. Je plonge depuis presque 30 ans, j'espère avoir assez "d'expérience" pour le donner ? Je trouve, en regardant sur les bateaux, qu'il y a sur Marseille beaucoup plus de femmes qu'il y a quelques années, surtout dans les clubs commerciaux ( je pense reconnaitre les bateaux du coin maintenant). La parité ? J'en sais rien, et quelle importance en fait ? Mais, j'ai eu l'occasion de voir et de plonger avec des bateaux avec une grande majorité de femmes, y compris en hiver ( la fameuse plongée du 1er de l'an, bateau 100% féminin !, mais c'est une fois, pas une généralité) Le froid : je ne sais pas pour les autres, mais enfin aujourd'hui, les fabricants proposent de vrais vêtements techniques pour femme ! On trouve enfin des vêtements pour nous ( pointures, coupe, qualité, choix. Ca aide bien pour continuer la plongée en hiver ! C'est un parmi d'autres points..( le reste de l'équipement, le confort comme les wc, par exemple....) Je rajouterais à ce point matériel le pouvoir d'achat, Ce n'est pas une légende, les femmes, à travail égal, gagnent moins. La plongée coute cher, le matériel toussa Le lourd ( matos) : alors là, en 30 ans, jamais, au grand jamais je n'ai vu un plongeur proposer de porter un blocs ( sauf à sa douce, une pote...) en France. A l'étranger, je précise en mer tropicales, on ne plonge pas en 15L acier ou plus lourd encore, et dans 90% des endroits où j'ai trempé mes palmes, il n'y a pas de portage du client, l'équipage est là, pour tous et toutes. Je rajouterai que , désolée, c'est lourd le bloc, d'ac, mais je peux le porter, ma binomette peut le porter, mes cop's aussi -> et bien non, ce n'est pas un frein messieurs, on adapte à nous ( est on obligé de plonger avec une bidouze ?) J’avouerais même que je n'aime pas qu'on touche à mon matos. Vous généralisez avec votre entourage, mais ici, les plongeuses que je connais se débrouillent bien toutes seules ! Est-ce une généralité ? Je n'en sais rien, peut être pas.. J'ai une impression : les ressentis et ce que je vois sont différents d'un club asso de l'intérieur qui s'entrainent en piscine de gens du bord de mer qui plongent en clubs pros. Peut être que le club asso, tu y es pour l'année à être contente ou à subir, un club pro, bien tu vas voir le voisin directement si le premier club te convient pas? En tout cas, plus de femmes en pro qu'en asso, plus de messieurs en plongée Tek (ressenti, pas de stats ou de comptage officiel) Le lourd blagues à la noix : j'ai de la chance, mes potes, ils sont pas comme ça !
  18. 5 points
    T'es tu déjà posé la question de savoir pourquoi les femmes sont meilleures que nous au tir ? Bon allez les gars-es je crois que, déjà de bon matin, je vais sortir non ?
  19. 5 points
    1: une femme 2: 100%. Je suis proprio d'une structure commerciale à Bali, avec mon associéE. Notre staff plongée, aussi des femmes ! 3: promouvoir, former plus de professionnelles, remettre les gros machos à leur place. J'ai la chance de former des moniteurs PADI et je ne suis jamais aussi contente que quand j'ai une session à majorité féminine....
  20. 5 points
    1 : un homme 2: trop nombreuses 3: surtout rien
  21. 5 points
    On ne juge pas une remontée, quel que soit le niveau, sur une interface informatique, mais sur ce qui se passe dans l’eau.
  22. 5 points
    heu, d'une part, tout le monde n'est pas en vacances, donc, certains passent le temps sur le forum, d'où ces pages, d'autre part, un club, une assoce n'a pas pour but de prendre tous les gens qui passent ! (dans les questions qui peuvent se poser, c'est que vient chercher cette personne ? de la plongée pas cher ?? le club, ce n'est pas un centre professionnel ; c'est une auberge espagnole où l'on y trouve ce qu'on y apporte.. et souvent, on y trouve beaucoup de consommateurs et de yakafokon) (pour avoir été président pendant 5 ans, je pense que ce n'est pas faux) si la personne qui lui a répondu est président ou responsable technique et que ce dernier estime qu'il n'a plus de place pour quelqu'un de ce niveau, il n'a ni obligation juridique, ni contrainte à avoir. si je me pointe dans un club de l'interieur et que je veux plonger.... alors que les cadres savent qu'ils ne font qu'une sortie annuelle pour valider les niveaux, charge à chacun de s'organiser pour plonger, pour ceux qui veulent et ceux qui peuvent.... je ne pourrai pas en vouloir au staff de ne pas vouloir de moi.. après, tout le monde n'est pas pédagogue pour passer un message et le faire comprendre dans le sens qu'on a essayé de transmettre ou, dans l'autre sens, un message est passé et est mal perçu.
  23. 5 points
    Pour éviter de faire n'importe quoi, il suffit simplement de suivre à la lettre la doc technique. Pour les réglages du premier étage, il faut une clé Allen, un mano MP et un bloc entre 160 et 200 b. Il suffit de connecter le détendeur et de régler en vissant (la MP monte) ou dévissant (la MP décroît) l'écrou qui fait pression sur le ressort qui appuie sur la membrane. On règle la majorité des détendeurs entre 8,5 et 9,5b. Une fois la valeur atteinte on purge quelque fois pour vérifier que la MP soit stable. Pour le deuxième étage, c'est pareil, il n'y a qu'à suivre la doc. Tout d'abord, il faut régler le siège réglable afin que lorsque on a les yeux à hauteur du boîtier du deuxième étage, le levier de surpression affleure sur le haut du boîtier. Plus on vissée le siège et plus le levier monte dans le boîtier. Mettre sous pression le détendeur, en vissant ou dévissant le siège réglable on va jusqu'au débit continu puis on revient en arrière d'un huitième de tour. Pour le contrôle du venturi, mettre le volet de réglage sur +, appuyer sur le poussoir de surpression, le détendeur doit partir en débit continu. Puis mettre sur la position -, le débit doit s'arrêter instantanément. L'effort inspiratoire se contrôle de la façon suivante: détendeur sous pression, inspirer très progressivement jusqu'à sentir l'arrivée de l'air, la MP ne doit chuter qu'entre 3,3 et 4,3 mbar pour un Legend suprême par exemple. Le contrôle de la dépression se fait en appliquant un débit de 400l/min. La dépression ne doit pas dépasser 15 mbar. Voilà c'est tout ce qu'il y a à faire. C'est à la portée de tout le monde, il suffit de se lancer. Il faut effectivement investir dans un mano MP de qualité à bain d'huile. Chacun est libre de faire ce qu'il entend... Moi je ne me suis jamais posé de question concernant mes détendeurs.
  24. 5 points
    Bien, et sinon, simple curiosité, "à la raie", qu'est-ce que ça veut dire ? Le nom de la carrière ? le type de plongée (tu traces ton passage dans le sédiment) ? la coiffure que tu t'es imposée avant cette plongée ? une allusion salace ? ...
  25. 4 points
    Merci à tout le monde de revenir au sujet est de : - a minima expliquer le lien entre l'organisation du sport en France et le niveau de féminisation de la plongée -éviter de retomber dans le sempiternel débat France vs le reste du monde, on a déjà clairement établi qu'il ne mène nulle part
  26. 4 points
  27. 4 points
    C'est hélas mon problème avec mon age avancé; je me voute de plus en plus. Si je ne trichais pas, je passerais mes plongées à faire des saltos avants
  28. 4 points
    Désolé, mais avec la purge pipi de mon étanche, c'est extrêmement difficile, voire impossible de participer à un concours dont le but est de déterminer celui qui pisse le plus loin...
  29. 4 points
    Avez vous pensé à respirer l’air du parachute?
  30. 4 points
    Ben du coup avec l'entrainement qu'il a le SAV Mares doit etre efficace...
  31. 4 points
    Bonjour plongeuse n 3 de l ouest et E1 j ai longtemps plongé avant que mon mari ne s y mette et le plus souvent c est moi qui part en plongée avec le club ,des plongeurs ou seule dans une structure commerciale pour une plongée .en Bretagne sud ou nord on a le choix! ce qui m incite à choisir une structure plutôt qu autre bien sûr ce sont les sites proposés mais aussi (je ne suis plus très jeune)c est ....la facilité de remonter dans le bateau (semi rigide ou pas) Et les blagues de « gros lourds » disparaissent je n ai as entendu les jeunes plongeuses de notre club s en plaindre je trouve qu il y a un réel changement et qu homme ou femme on est plongeurs ou plongeuses tout simplement
  32. 4 points
    Disgression bio: il faut absolument éviter de toucher une holothurie qui est un animal fragile
  33. 4 points
    Je n'irais pas jusqu'à dire ça. Le FOP n'est pas une malformation. C'est un passage normal pendant la vie foetale. Il se ferme progressivement après la naissance. Mais chez un grand nombre d'individus, il reste plus ou moins perméable, ce qui ne pose aucun problème dans la très grande majorité des cas. A ce titre, il me semble difficile de parler d'anomalie aussi, pour une caractéristique portée par 1/4 à 1/3 de la population. Personnellement, j'utiliserais plutôt le terme de variation anatomique.
  34. 4 points
    Un autre sujet, mais, tu as raison, très probablement lié. Dans nos clubs sur 60 licences délivrées (FSGT+FFESSM), 20 concernent des moins de 18 ans. Des enfants, cela signifie du matériel spécifique (blocs, embout,...) comme pour les femmes. De plus, l'ambiance dans un club où l'on trouve des plongeurs de tout âge correspond mieux à mon avis à ce que recherche les femmes. Pour les enfants, le climat n'a que peu d'importance: les enfants s'éclatent en piscine pour peu que l'on leur propose des activités adaptés. Un club où il y a 80% de mec et où les 3/4 ont plus de 50 ans et aucun gosse.... c'est mal parti pour la féminisation. ( et je n'ai rien contre les mec de + de 50 ans, j'en suis un)
  35. 4 points
    Bon, j'ai fait un énorme ménage au karcher, il y a probablement des victimes collatérales et je m'en excuse d'avance. Sur le fond, à tout ceux qui réagissent pour dire que cette discussion ne sert à rien, n’hésitez surtout pas à passer votre chemin et à vous abstenir de répondre. Le forum est un lieu de partage et d'échange, a priori le topic parle de plongée, il a donc plutôt sa place sur plongeur.com. Il ne me semble que dans la charte on dise qu'il faut que tous les topics soient passionnant (sinon on supprimes 90% du forum, et vous auriez raison de hurler à la modération abusive puisque le critère serait hautement subjectif).
  36. 4 points
    Tu cherches à être kidnappé par la CIA ?
  37. 4 points
    Pour moi le SM n'a rien à voir là dedans, tu fais la même plongée avec un bi backmouth de même volume et tu as le même résultat.
  38. 4 points
    moi je dis que le vin blanc de bonne qualité à petites doses permet d'éviter d'attraper le Covid-19, et peut-être même de le soigner. 1) je ne l'ai pas eu 2) si je l'ai eu, je ne l'ai plus statistiquement, 100% de réussite sur le seul patient étudié, moi-même. afin de ne pas introduire de biais randomisé dans l'étude, elle a été menée en majeure partie en milieu isolé. en dehors de ce milieu isolé, un mécanisme compensatoire d'isolation était porté sur le bas du visage.
  39. 4 points
    Je vous joins un abaque de compressibilité de l'air par rapport à un gaz parfait: petit exemple: plongée de 20 minutes à 20m, 12l à 200b au départ, 100b à la sortie, soit une conso de 100b gaz parfait: 100*12/3/20 = 20l/minute (1200l équivalent surface consommé) gaz réél: ((200*12/1,0254)-(100*12/0,9814))/3/20 = 18,6l/minute (1117l équivalent surface consommé)
  40. 4 points
    Perso, j'ai tendance à considérer que la SAC, c'est un outil de planification essentielle pour à peu près tous les plongeurs qui font de la déco ou des plongées sous-plafond, style grottes ou épaves. Pour les autres, ben, à partir du moment où l'essentiel de la planification consiste à dire "à 750psi, on remonte, je déploie le SMB et on fait un arrêt de sécurité de 4 minutes à 10 pieds", on s'entend que la SAC n'a pas vraiment d'utilité, sinon que de prédire, grosso modo, quel plongeur va sonner la fin de la récré... Sinon, à mon sens, il y a trop de variables en jeu pour que la comparaison des SAC entre plongeurs ait une quelconque pertinence, autrement que pour être une version "plongée" de celui qui pisse le plus loin. Ça m'a d'ailleurs toujours un peu pompé l'air (!!!) lorsqu'on arrive sur un bateau et qu'en fin de plongée, après avoir été sur un récif magnifique, la première question que certains posent, c'est "Et toi, t'es sorti à combien???"... WTF???
  41. 4 points
    Non SVP, ne relancez pas ce débat inutile. Je reprends simplement un message que j'ai formulé en 2017 : J'ajouterais que quand on un individu fait un AVC au volant et percute le véhicule qui venait en face, on parle bien d'un accident DE la circulation et pas d'une maladie survenue pendant la circulation.
  42. 4 points
    Oui, la densité du gaz respiré est un facteur qui peut conduire à des accidents graves (essoufflement notamment). Oui, programmer des plongées à l'air dans la zone des 60 m n'est pas dénué de risque. Tout le monde en est conscient ici. Mais l'attitude d'ériger un chiffre de densité comme valeur seuil et barrière infranchissable, et du coup d'interdire la plongée à l'air au de la de 40 m me semble tout simplement un peu trop radicale. C'est d'abord oublier un peu vite l'effet temps. L'augmentation de densité du gaz ventilé est d'autant plus risquée en en terme d'essoufflement que le temps d'exposition est prolongé. Une bonne part des incursions à plus de 40 m à l'air ne sont que des pointes de quelques minutes. Un exemple pour illustrer, samedi dernier encore, pointe à 49m sur un tombant. On a passé peut être 5 ou 6' à plus de 40 m sur une plongée qui a duré 1 heure. Qu'aurait apporté le trimix sur cette plongée, si ce n'est beaucoup de complexification ? Autre point à considérer : la réalité du terrain. Certains sites en France sont très régulièrement plongés à l'air malgré un profondeur au moins partiellement supérieure à 40 m. Des sites comme le Donator, le Grec, l'Espingole, le Togo, les Impériaux, le Messerschmit et le tombant du Chaouen, le tombant des Américains ... constituent des sorties à haute valeur ajoutée. L'obligation de passer au Trimix réduirait fortement la fréquentation. C'est bon pour le biotope, mais ça tuerait immanquablement quelques centres qui en vivent directement. Denier point, socialement incorrect, mais bien réel : le trimix, fut-il normoxique, n'est pas accessible à tous. Et je ne parle pas d'argent. Juste de capacités intellectuelles et organisationnelles. Nombre de plongeurs qui peuvent aujourd'hui faire une incursion à 43 m à l'air au cours d'une plongée lambda, n'ont pas les ressources d'abstraction suffisantes pour se former et pratiquer au trimix, spécialités particulièrement rigoureuse et exigeante. A ce sujet, d'ailleurs, je trouve assez drôle ce retour déguisé de l'élitisme dans la plongée, qu'on avait tenté de chasser dans les années 90-2000 en démocratisant l'enseignement de la plongée pour la rendre accessible au plus grand nombre. Le voici réapparu sous la bannière "tek" ...
  43. 4 points
  44. 4 points
    J'ai un pote qui a sauté avec un twinset en acier d'une falaise similaire et qui, pendant sa chute, a réalisé à quel point c'était une mauvaise idée... Bref, faut choisir: le base jumping, faut clairement plus de hauteur. La plongée sous-marine, clairement moins. Entre les deux, c'est pas vraiment une bonne idée.
  45. 4 points
    Pas que je sache, mais on n'est jamais à l'abri des conséquences délétères d'une trop grande proximité des gênes chez certains habitants de contrées isolées... Mais l'important ici, c'est de distinguer clairement les USA du Canada...
  46. 4 points
  47. 4 points
    Non. Rien n'est simple. L'immunité de groupe est un pari hasardeux quand on ne connait pas le taux d'immunisés après primo-infection (les espagnols sont pas hyper optimistes là dessus depuis peu). Perso, je ne parierai pas la dessus. La plupart des pays occidentaux voient encore la pandémie au prisme de la grippe (ça marche pas en modélisation). Perso, il y a des théories alternatives (pas des fakes news) sur la modélisation. Notamment sur une notion de compartiments d'infections (peu de personnes contaminent bcp, et les autres peu). Depuis le départ, il y a deux stratégies. L'immunité de groupe ou la suppression. Les deux ont des impacts sociaux, médicaux, culturels, économiques. Je trouve dommage qu'on en soit encore à ne pas connaitre les alternatives vers chez nous. Le discours a changé en France, on dit 'test, trace, isolate' (suppression) mais dans les faits, on ne teste pas. Donc.. On est sur la stratégie de l'immunité collective... non assumée. C'est dommage que cette alternative pointée par l'OMS depuis février n'est pas donnée lieu à un débat démocratique. Je note que l'Allemagne s'est rapprochée de l'Asie et a choisi la suppression (ils en ont les moyens industriels et médicaux). Il y a un bruit de fond en France. Perso, je pense qu'on aurait intérêt à remettre nos masques avant de devoir subir à nouveau l'assignation à résidence. Mais, cela n'engage que moi.
  48. 4 points
    Ça t'étonne encore depuis le temps . Celle la elle est collector Et pourtant on est toujours le con de quelqu'un.
  49. 4 points
    Ah oui tu as raison Nico, j'ai oublié: https://www.subsport.ch/e-shop/contents/fr/d69.html > Outillage + Kits toutes marques https://www.ebay.fr/str/divingworkstation > Outillage + Kits toutes marques Et enfin, la bibliothèque de doc technique: https://www.scubaservicemanuals.com/brands https://www.divestock.com/files/regulator-manuals/ http://deepdive.free.fr/aeges/spip.php?rubrique30 Si avec tout cela ça ne fonctionne pas ou que les timides n'osent pas, il n'y a plus qu'à les déposer chez le revendeur professionnel du coin, qui fera cela très bien, dans la très grande majorité des cas. Je ne cherche pas du tout à polémiquer sur ce dernier point. Même moi mes anciens Poséïdon, je les faisais faire après avoir batailler pour régler un second étage jetstream récalcitrant qui m'a vaincu où lorsque j'en ai vendu, histoire de rassurer l'acheteur. Contrairement aux idées reçues et diffusées à tout va, il n'y a pas de réglementation (au sens juridique) qui impose de faire faire cet entretien chez une personne agrée, il n'y a que des recommandations émises par les fabricants. Nous sommes donc tous responsables de nos choix. Que ceux qui se drapent dans un corpus réglementaire acceptent les choix différents sans hurler à la mort. Moi j'aime entretenir mes détendeurs comme le reste, au moins je ne peux m'en prendre qu'à moi même lorsque des conneries sont faites NANANERE !!!!
  50. 4 points
    Oui? On m'interpelle? Pour répondre à la question, non, je n'ai jamais eu l'occasion de plonger en France. Remarquez, toutefois, que si l'on ne pouvait juger des choses qu'on a personnellement et concrètement expérimentées, ça ferait de sacrés silences dans les salons... ceci dit, sur la base de ce que je lis ici et ailleurs, ainsi que sur les témoignages de premières mains que m'ont livré quelques individus qui, eux, se sont mouillés les palmes dans vos eaux, j'en comprends que oui, il existe des protocoles officiels de reconnaissance des certifications "non-françaises", mais c'est parfois un peu un relatif bordel teinté de mépris et de condescendance qui ne cadre pas vraiment avec l'idée que je me fais de l'achat d'un service touristique à un tiers qui me reçoit. J'en comprends à vous lire que vous me confirmez que cette attitude est en train de disparaître? Tant mieux! C'est super! En attendant, cependant, je me connais et plutôt que d'avoir une grosse envie d'égrainer un nez qui se lèverait sur mes compétences de plongeur, je préfère aller ailleurs où l'on m'accueille bras ouvert et avec un sourire... Mais je tenterai, lors de mon prochain passage chez vous, si possible, de prévoir une ou deux p'tites plongées. Promis!
×
×
  • Créer...