Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 07/16/2022 in all areas

  1. Après un premier séjour en 2021 qui nous avait littéralement emballé, nous avons décidé à la fin de l’automne d’y retourner en juillet de cette année afin de profiter pleinement de cette destination conjuguant jolies plongées et liberté absolue. Pour préparer ce voyage, je ne peux que conseiller l’excellent guide rédigé par Jean-Claude Taymans alias JCT (http://www.jctdive.be/page-version2004/website-plongee-bord/index.html) qui donne tous les éléments pour choisir son type d’hébergement, la location de l’indispensable pick-up et le forfait de location des blocs comme le descriptif détaillé de toutes les plongées. Bien qu’ayant résidé en 2021 au Dive Hut Resort et ayant été satisfait de notre petit studio, nous avons choisi, pour cette année de prendre une prestation complète appartement, location du pick-up et package plongées chez Tropical divers (https://www.tropicaldiversbonaire.com/fr). Ce resort familial se situe dans le sud de Kralendijk, non loin de l’aéroport. Cet établissement est tenu par Sylvia et sa fille Prisca. Bien qu’allemande d’origine, Prisca est parfaitement francophone facilitant ainsi les échanges par mail en amont du séjour. Particulièrement réactive, elle fut toujours très prompte à répondre à nos questions. Elle nous a même très gentiment proposé de nous faire quelques courses en avance au regard de notre horaire d’arrivée. Pour le vol, nous avons choisi KLM (seul TUI propose également cette destination). Les 23kg en soute et les 12kg en cabine plus le sac à dos permettent de prendre l’ensemble du matériel de plongée et photo sans faire de renoncements. Comme tous les vols vers Bonaire partent de l’aéroport Schipol d’Amsterdam, nous avons donc choisi d’y aller en voiture et de la laisser sur place durant notre séjour. A cet effet et grâce, une fois de plus grace à JCT, nous avons réservé un package nuitée + 30 jours de parking à l’hôtel Van der Valk (https://www.hotelschiphol.com/). Situé à 10’ de l’aéroport, cet hôtel, aux chambres spacieuses et très confortables, propose en outre un service de navette gratuite par bus. Notre arrivée à destination a été marqué par un déroutement vers Aruba d’une nuit et une matinée du fait de la tempête Irma. KLM a parfaitement organisé ce séjour «forcé» (transfert en bus vers un hôtel, vouchers pour les repas). A l’aéroport Flamingo de Kralendijk, Prisca nous a accueilli et nous a guidé vers l’agence AVIS pour la récupération du pick-up (tropical’s diver dispose également en propre d’une flotte de Peugeot Landtrek double cabine de location). Cette année nous avions un simple cabine de marque Fiat équipé de l’indispensable rack en bois pour charger les blocs dans la benne. Une fois au resort, accueilli par la maman de Prisca, nous avons pris possession d’un très beau et bien agencé appartement tout équipé. Dans l’espace séchage du matériel de plongée, 3 cintres/personne (combi, stab et un pour les palmes + chaussons) ont été personnalisés à nos prénoms. Toujours particulièrement affables et souriantes, Sylvia et Prisca ont été durant tous notre séjour très à l’écoute de nos besoins. Nous avons particulièrement aimé l’ambiance familial qui règne chez Tropical diver. Les échanges avec les autres résidants plongeurs également a été facilité par l’organisation d’un apéro particulièrement bienvenue. Ainsi, les rencontres quotidiennes autour du local séchage ou sur le parking de chargement des blocs permirent de s’échanger les dernières info en matière de visibilité, courant, et bébêtes rencontrées. En matière de plongée, notre séjour de 4 semaines nous a permis de faire un maximum de sites et surtout de refaire ceux que nous avons aimé le matin, l’après-midi et à la tombée de la nuit. Avec un rythme de 3 plongées/jour en moyenne (jusqu’à 4 les jours où nous étions motivés ;-)), facilité par l’utilisation du nitrox, nous avons pris l’habitude faire 2 plongées consécutives le matin et après un repos bien mérité autour de la piscine d’aller plonger au sunset. Le principe de fonctionnement du resort est : on prend autant de blocs que l’on veut et lorsque le dive center est fermé, on met de côté des blocs accessibles 24h/24 à l’aide d’un cadenas à combinaison. La proximité des sites permet de minimiser les déplacements en pick-up (il faut compter en moyenne 15’-20’ de route pour accéder indifféremment aux sites de Sud ou du Nord, 30’ pour aller jusqu’à Karpata). Cette année nous avons volontairement décidé de ne pas refaire les sites du parc Washington Slagbaai (que nous avions tous fait en 2021) du fait des délais de route et des contraintes horaires assortis. Nous n’avons malheureusement pas plongé dans l’est, même si la concentration en tortues, raies et requins permet d’avoir la chance de faire ces plongées remarquables. En effet, seul le puissant semi rigide du centre de plongée Eastcoastdiving permet de sortir du lac Cai et de plonger sur ces sites particulièrement exposés à la houle. Le peu de places et de créneaux disponibles, la météo incertaine et le système de boocking/règlement par internet en avance des 130$ pour une 2 dive tanks nous ont décidé à y renoncer. Les 58 plongées réalisées nous ont offert la chance de d’admirer un très large panel de la diversité de faune et de flore des caraïbes néerlandaises. Bien évidemment la rencontre quasi quotidienne avec des tortues, tarpons, raies aigles et pastenagues (vues plus rarement) provoque chaque fois une émotion qui donne le sourire. Pour autant la richesse des sites coralliens et les couleurs ont permis à mon épouse de réaliser des centaines de clichés. Le souvenir de « chasses » aux antennaires couronnées de succès et d’une chasse nocturne de tarpon autour de nous, laissent également d’excellents souvenirs. Notre dernière plongée du séjour sur le site The lake a été en particulier marquée par le passage à 2-3 mètres de nous de deux groupes de 6 puis dans la foulée une dizaine dauphins dont 2 bébés.
    13 points
  2. Il est rigoureusement interdit de prendre des animaux terrestres sous l'eau... Les poneys en font partie... Si on regarde, même au water-polo, les joueurs sont "à pied"...
    11 points
  3. nous sommes typiquement dans des interprétations discordantes d'un texte de loi, personne n'a raison tant qu'une jurisprudence solide ne sera pas en place, et je ne pense pas que ça arrive un jour. Pour moi comme pour l'immense majorité des DP, l'article A322-72 implique que seules des palanquées peuvent plonger en structure en France. Si je dois noter les fonctions dans la palanquée, c'est que ce sont des palanquées qui plongent. Tu sais que je plonge solo et je ne m'en cache pas, mais je le fais hors structure sans impliquer mon club. Et quand je forme mes élèves, si le sujet vient à être abordé je leur dis que la plongée solo c'est chouette mais que ça se pratique hors structure, avec un équipement adéquat et après avoir acquis les compétences nécessaires, que je ne rechigne pas à leur expliquer et enseigner. S'il existait un cursus d'enseignement plongeur solo à la fédé j'en serais ravi et je serais le premier à m'en servir. Et en l'état de la législation, je n'accepterai pas de plongeur solo quand je suis DP.
    9 points
  4. Ce n'est pas ce que je voulais dire. Mon message c'est que cet animal là est condamné, quoi qu'on tente pour le sauver et quelles que soient les raisons qui l'ont amené à venir mourir là. Par contre: lutter contre l'acidification des océans (donc le changement climatique), la surpêche, la pollution sonore maritime, etc. permettra de sauver de nombreux individus et espèces en difficultés, même si c'est moins médiatique et sentimental. Cet échouage devrait servir pour les associations de protection animale à renforcer une communication sur des actions d'ensemble et de prévention et non pas sur un sauvetage individuel voué à l'échec. La débauche de moyens techniques, humains, financiers et médiatiques consacrés à ce cas particulier gagnerait à être employée plus efficacement pour sauver des mammifères marins et autres animaux mignons. De quelle façon peut-on transformer l'élan sentimental envers un individu en détresse en une action utile et efficace sur les causes réelles du problème, je n'en sais rien.
    8 points
  5. Triste histoire. Je ne peux que présenter mes condoléances et souhaiter courage à @PlongeurSDF et aux proches de la victime. Sans volonté aucune de nuire au souvenir de ton ami, ni à ton deuil, je partage les impressions de mes prédécesseurs sur ce fil. Il paraît peu probable que la plongée seul et sans surveillance soit à l'origine de ce drame. Sur la base unique de ce que tu nous rapportes, l'histoire ressemble furieusement à un syndrome coronarien aiguë (autrement appelé "infarctus du myocarde"), probablement déclenché par les efforts réalisés, a fortiori en apnée. L'absence de réaction et de prise en charge médicale urgente, malgré les signes d'alerte, a fait le reste. Si un message doit être retenu de cette histoire, c'est bien celle de ne pas négliger une douleur thoracique et d'appliquer les préconisations "officielles" : appeler le 15, a minima.
    8 points
  6. La qualité d’un plongeur dépend principalement de ce qu’il est en tant qu’individu. Une quiche restera toujours une quiche, quelle que soit son église.
    8 points
  7. Bonjour, Voici donc un petit retour sur une destination beaucoup moins documentée que d'autres (canaries, maldives, etc...) Après avoir déjà visité une bonne parties des îles lors de précédents voyages (en non plongeurs), cap sur Santa-Maria : petite île (~ 15x9 km seulement) paisible située à l'extrême sud-est de l'archipel, et plutôt recommandée pour les plongées par rapport à ses voisines. En effet, en plus de pas mal d'endroits à proximité immédiate des côtes (y compris quelques réserves naturelles), il y a un peu plus loin deux sites d'intérêt : - Baixa do Ambrosio : à 3 milles au nord, en pleine eau, lieu de passage de pélagique et d'escadrilles de raies mobula en saison. - Ilhéus das Formigas: à 20 milles au nord-est, petit éperon rocheux faisant surface en pleine mer regroupant la faune environnante (c'est une réserve naturelle). Le mois de Juillet étant le meilleur mois - climatiquement parlant - et tombant en plein dans la saison des Mobulas....c'est donc tout naturellement que la période a été choisie ... Programme : 9 jours à Santa-Maria (rando + plongée) suivi d'une semaine sur une autre île pour randonner uniquement. 1 - Transport Pour aller aux Açores, la majorité du temps ce sera via la SATA (Azores Airlines) ou la TAP (Portugal). En général la TAP necessite d'aller à Lisbonne ou Porto prendre le vol, et dessert un peu toutes les îles de ces aéroports. Le plus pratique, et le plus "safe" pour nous en ces temps de transport aérien compliqué (grêves, retards, annulation...) est de prendre un direct avec la SATA depuis CDG pour Ponta-Delgada (île principale des Açores) et de voyager inter-îles avec la SATA en correspondance. (Choix gagnant au vu de ce qu'il s'est passé avec Transavia ces dernières semaines, avec annulation - entre autre - des vols Paris-Porto ) Aucun soucis sur le long courrier avec les A321LR, petite collation à bord et les 4h de vols passent vite. Les liaisons inter-îles sont effectués avec des Bombardiers Q200 ou Q400 à hélices et sont un peu plus hasardeux (vents, météo, retards divers...) mais nous n'auront "que" 2h de retard à l'arrivée. Bon point pour la compagnie : malgré une annulation de dernière minute pour changer d'île (tous vols annulés, escale obligatoire d'un jour à Ponta Delgada pour le transfert) il a suffit d'un passage à l'agence en ville pour qu'ils prennent tout en charge (réservation hôtel, bons de taxis, feuille de remboursement pour tous les repas pendant ces 24h). A voir maintenant si le dédommagement de 250€ (règlement européen 261/2004) nous sera versé ou non... Budget : environ 370€ par personne (tous nos vols et bagages inclus) 2 - Club de Plongée Peu de choix sur ce petit bout de cailloux, principalement 2 structures situées sur la marina de Villa Do Porto se partagent les clients voyageurs : - Manta Maria - Wahoo Diving Après un peu de recherche sur le net français/américain/allemand, le choix se portera sur Wahoo Diving (géré par Steffen Ehrath, Allemand) pour ce qui semble être une structure fonctionnant plutôt en mode "familial" qu'en mode usine. Heureux hasard du calendrier, l'annulation du Salon de la Plongée de Janvier et son report en Mars nous permettra d'y aller et de croiser Steffen qui y est présent chaque année. Le contact passe bien (il parle Anglais et 2-3 mots de français) et le choix est validé : Nous partons sur 5 jours de plongée, à disperser sur le séjour suivant la météo les sites choisis (très appréciable quand on est sur une île au climat très changeant) et le paiement se fera en totalité a l'issue du séjour. Budget annoncé sur le site web, 385€ les 10 plongées (supplément de 20€ pour Ambroxio, mais vu l'augmentation du carburant ça risque de monter ) 3 - Logement Là aussi peu de choix dans la ville près de la Marina. Un petit appartement en AirBnb à 1,5km de la marina le long de la rue principale sera parfait. De quoi faire stocker et faire sécher le matériel de plongée. Supermarchés et snacks/restos à portée de tongs...parfait ! Je conseille fortement la location d'une voiture (1,5km c'est pas loin mais ça grimpe dur !) pour être autonome sur l'île. Il y a des bus et des taxis sinon mais ça complique un peu les choses. 4 - Les vacances JOUR 1 Étant arrivés la veille au soir (et sans voiture pour le moment), un membre de Wahoo vient nous chercher au logement le matin pour nous descendre avec les sacs à la Marina. Nous faisons connaissance de la team : Steffen (le boss) est accompagné de Ralf (allemand, apprenti DM) et Lucio (jeune DM italien, et francophone) et des 2 Zodiaques de la structures. Blocs de 12L Acier courts (15L et Nitrox dispo avec suppléments) Matériel de location qui semble de bonne facture mais nous n'avons pas testé, ayant tout le nôtre avec nous. Point important pour tout le séjour à venir : malgré la canicule en France, le temps est inversement inhabituel à Santa-Maria pour un mois de Juillet : - Eau à 19-20°C max - Vent (froid) permanent du N/NE entre 8 et 15 Noeuds (voir 20-25 certains jours) - Nuages et pluie le matin, pas de soleil Résultat : aucune sortie possible dans la réserve de Formigas dans ces conditions. Et (étant frileux de nature, malgré la 7mm + gants/cagoule) nous seront beaucoup à avoir très froid (l'intervalle de surface se faisant en mer sur le Zodiaque) Donc départ pour le premier site, ~15mn de navigation. Petit plateau volcanique à 20m de fond sur lequel on trouvera un peu de vie, comme un beau Pourceau qui nous tournera autour et des Bernard L'ermite de belle taille ! Beaucoup de petite rascasses rouges partout et quelques murène. Durée de plongée, 50mn. Bon pour une reprise mais pas transcendant... Petite pause d'1h sur le bateau, puis direction le 2e site de plongée sur un gros caillou en mer (hébergeant 4-5 sites différents) en revenant vers la marina Sur celle-ci, peu de fond et plutôt du petit (nudibranche et grosses doris). On passera 60 bonnes minutes a fouiner les cailloux. Retour à la marina vers 14h, Steffen garde dans des caisses le matériel rincé et les rapportera le lendemain. Il est temps de rentrer faire à manger, on profitera du soleil arrivant (enfin) en milieu d'après midi pour se balader autour de la ville JOUR 2 Steffen nous envoie le programme la veille au soir par WhattsApp (décidé selon la météo et les inscrits) : aujourd'hui c'est Ambrosio (et les mobulas ) ! Mais avant, petit arrêt sur le chemin pour la première plongée sur le même caillou que la veille, mais pour une toute autre plongée : caverne et grottes Les nouveaux du jours n'ayant pas encore plongés partiront avec Ralph pour faire le bord des caverne. Nous partirons avec Steffen pour faire les pénétrations dans les grottes, si la houle le permet car il faut passer une faille très étroite pour y accéder. Les premières cavernes nous offriront quelques pastenagues de belle taille, ainsi qu'une belle Cigalle La mer étant calme, pas de soucis pour passer la fissure (en effet, juste large pour un plongeur) de 15-20m pour accéder à la grotte dans laquelle nous allons aller jusqu'au bout du faisable pour y voir une pastenague qu se croyait tranquille si bien cachée Retour au bateau et l'intervalle de surface se fera en navigation pour aller sur Ambrosio. Amarrés à la bouée le briefing est simple : un bout est tendu entre la surface et le fond (~50m) : il faut rester au bout (ou pas loin pour ceux qui le sentent), espérer voir un bon film entre 10-20m et remonter à 50 bars... Très belle visibilité et pas mal de courant..mais à peine à l'eau on se retrouve encerclés par un banc de sérioles de belle taille et les raies ne tardent pas à apparaitre. On en aura jusqu'à une 20aine en même temps au maximum, puis les plongeurs remontent petit à petit et je finirais avec Steffen pour attendre un dernier passage "privé" qui nous en a mit plein les yeux. 60 minute de bonheur (et ça fait oublier le froid) Retour plus tardif à la marina (du fait du trajet lointain) donc après-midi très cool avec une petite balade en bord de mer vers le village d'à côté JOUR 3 Pause plongée pour réchauffer les corps ! Journée rando au nord de l' île sur ce qu'il me semble être une des plus jolie balade de Santa Maria : Désert de terre rouge, côtes escarpées, chutes d'eau....le panorama habituel des Açores. JOUR 4 Au programme : Ambrosio de nouveau, les conditions de vents forcissant pour la suite, Steffen en profite tant qu'il peut On commencera cette fois par Ambrosio en 1er, mais malheureusement la visibilité était bien plus mauvaise (et courant bien moins fort) et nous ne verrons "que" des mobulas par 3 ou 4 (on devient vite exigeants ) malgré les 60mn sous l'eau. En revanche, un énorme banc de Barracudas (plusieurs centaines) et de Carrangues (plusieurs centaines également) Au retour, la mer se lève : Steffen nous propose soit de refaire notre premier site de plongée, soit les grottes cavernes....le choix est évident ! Là aussi, nous seront moins chanceux que la dernière fois (pas de Cigalle, pas de grosse raies) Pas de photos ce jour là, trop de brouillard à Ambrosio et câble de flash cassé pour la 2e (quand ça veut pas ! ) JOUR 5 Aujourd'hui, Steffen va vers le Sud et le programme, c'est la réserve de Pedrinha (~10 mn de Zodiaque) Accueil dès la mise à l'eau par un banc de saupes, on part sous ou arche à 30m où se cache un Mérou de belle taille et - surtout - du corail noir (l'équivalent de celui qu'on trouve en méditerranée par....100m de fond) Le reste de la plongée se fera sur un fond de lave impressionnant avec le bestiaire habituel (Rascasses, Bernard l’ermite, petites murènes....) Petit intervalle de surface avec pause dauphin, puis direction le 2nd site de plongée : la grotte aux crevettes Une grotte de belle taille remplie de milliers de crevettes narval qui s'enfuient sous la lumière des lampes, et qui essaient d'éviter les murènes qui chassent allègrement au milieu. On y restera une 15aine de minutes puis la suite de la plongée sera sans intérêt particulier. En fin de journée, on profitera d'une (rare) éclaircie du point culminant (590m) pour voir un peu le panorama de cette petite île. JOUR 6 Arrivés au terme de nos 5 jours de plongée, on se laisse tenter par un 6e si on repart sur Ambroxio, Steffen nous ayant confirmé qu'on a fait le tour des autres sites possibles avec la configuration météo actuelle. Malheureusement le vent devenant trop fort ensuite, c'est ce jour là où plus jamais donc....direction Ambroxio. Le briefing est un peu différent ce coup-ci : le groupe ayant déjà plongé plusieurs fois ici, Steffen invite ceux qui veulent à venir voir le fond. En effet, en 5mn on verra sur 50m de la murène bien plus grosse qu'ailleurs, des chapons de bonne taille et on remontera tranquillement, accompagnés de 2 Mobulas, le long du bout vers les autres restés à 20m......et ce sera tout pour la plongée : mauvaise visibilité et plus de passage de raie, ni de sériole. Juste des petites méduses partout....tant pis c'est le jeu. Heureusement le fond valait le coup ! La 2e plongée se fera sur le retour sur le récif de Joao Lopes, très joli, très poissonneux mais qui commence à 18-20m....Après 1h à Ambroxio (et profond pour certains) on finira donc évidemment tous dans les paliers Là encore, bestiaire habituel par rapport aux jours passés. JOUR 7-8-9 Tout simplement des randos pour profiter des beaux paysage de cette petite île (et se réchauffer !) avant de prendre l'avion pour changer d'île. 5 - Avis final Aller spécialement à Santa-Maria pour plonger ? Peut-être pas..... Par contre la petite taille de l'île, ainsi que sa faible altitude maximum (590m) font d'elles une destination parfaite pour allier nature, plage, rando et plongée. Surtout si on prolonge sur une autre île avec des particularité géologiques (volcan du Pico, Fajas de Sao-Jorge, zone volcanique de Terceira) Les plongées sont assez sympa et variés au final mais assez inégales. Et comme toujours sur une île, la météo (qui empêchait d’accéder à 50% des sites de plongées) et la chance jouent un rôle prépondérant. Je n'en ai pas parlé, mais nous n'avons évidemment jamais croisé d'autres bateaux ou d'autres plongeurs sur les sites....même à Ambrosio (les créneaux horaires sont partagés pour ne pas se rencontrés) Juillet est la bonne saison (normalement....) pour le climat, et pleine saison des raies à Ambrosio. Je sais qu'il peut y avoir du requin baleine qui transite aussi mais je ne me rappelle plus à quel moment de l'année. 20/20 quand même pour Ambroxio où tout peut arriver, même si c'est un type de plongée particulier (sans exploration). Et 20/20 a Steffen pour sa gestion au jour le jour selon les envies de chacun pour satisfaire le plus de monde possible. N'hésitez pas si vous avez des questions, en espérant vous avoir donné envie de découvrir ces petits bouts de terre Portugaises encore préservées du tourisme de masse...
    8 points
  8. 7 points
  9. Bonjour, Je crois que nous comprenons ce concept de "Challenge", mais parfois cela tue des gens. https://www.tf1info.fr/international/tiktok-apres-un-blackout-challenge-le-jeune-britannique-de-12-ans-est-mort-2228619.html Alors en plongée sous-marine ... Que penses-tu de l'Handisub ? https://www.ffessm-paca.fr/nos-handisub/handisub/les-centres-de-plongee-handisub Lorsque le corps lâche et que le mental prend le dessus À ce jeux là, j'en suis un bel exemple. J'ai commencé la plongée en fauteuil roulant (wheelchair, puisque que tu apprécies les anglicismes). Comme d'autres ici, je suis maintenant moniteur de plongée (pour les valides) et pour les personnes en situation de handicap. Donc le dépassement de soi, je crois que je connais. C'est un challenge personnel. Il ne s'agit de se mesurer à qui que se soit. Alors là, il va falloir expliquer, car tu l'utilises en : - signalisation à la surface ? - zone d'appui car tenu (si oui pas très différent d'un parachute ? - support pour t'assoir dessus pour la stabilisation en Backup du BCD ( aux anglicismes) ? Puisque tu n'arrêtes pas de dire que cela est courant et enseigné, aurais-tu au moins une photo ou un vidéo ? Je t'assure qu'à minima, même en anglais ou taïwanais, on comprendra les images. C'est vrai, mais c'est aussi en plongeant avec des personnes de tous niveaux que l'on peut apprendre. Il y a 1 mois environ, je téléphone à un futur élève, N1 en vue de sa formation N2 et âgé de 16 ans. J'en ai 60. Il fut très surpris lors de notre 1er échange, il me remercie "d'accepter de le prendre en formation" à cela je lui ai répondu "que je serai ravi de le voir car il aurait sûrement autant à m'apprendre que moi". Des semaines après, son grand-père est revenu sur cette formulation car son petit-fils lui en avait reparlé. C'était la première fois qu'il avait entendu cette affirmation de la part d'un enseignant ou formateur. C'est aussi cela l'humilité, ne pas se comporter comme un ado pré-pubaire qui va se challenger sur TikTok ou P.com mais plutôt d'avoir un positionnement au niveau de ton auditoire. Le faire progresser sans jamais le mettre en situation d'échec. Puisque tu ne cesses de nous démonter ta grandeur, peux-tu STP nous expliquer comment tu as faits pour en arriver là ? Met nous à disposition tes supports de formation, les images correspondantes ou tout autre moyen nous permettant de comprendre et d'évoluer. "Cheers"
    7 points
  10. Vous auriez le même type de discours si c'était du parachutisme? Ben ouais Jean Michel il a mal plié le parachute donc le client est mort mais en même temps c'est en pleine saison donc il avait d'autres trucs à faire... Le client vient dans la structure. Il ne sait pas comment elle marche, c'est au patron de décider si c'est possible ou non. Si c'est possible pas de raison de refuser. Ensuite les oreilles passent pas ben tu prends 5 minutes en début de plongée et si ça marche pas tu forces pas le client à l'accident...En plus un N1 non expérimenté sur lequel tu as autorité... Faut se remettre ça en tête, on a quasi tous ici un certain nombre de plongées à notre compteur donc envoyer bouler un moniteur ou autre plongeur débile on a (à priori) l'expérience pour. Je l'ai déjà fait avec un moniteur qui était pas content parce que mon ordi avait trop de palier par rapport au sien (je précise qu'il n'était pas durci). Ben il est remonté tout seul et j'ai terminé mes paliers. Mais quand tu es N1 t'as pas l'expérience t'as une forme de soumission à l'autorité et t'oses pas "gêner" quitte à te mettre en danger. C'est pour ça que tu as un professionnel avec toi qui est là pour t'encadrer et assurer ta sécurité...pas te conduire au baro comme ici. Et j'ai déjà plongée en Corse (à Calvi) encadré par un N4 en vacance dans le coin dans une structure commerciale...
    7 points
  11. Honnêtement, ils ont été gentils Acheter une bouteille de 2,5L max, retirée du marché car pas aux normes et vouloir la remplir avec de l’oxygène pur de magasin de bricolage, pour faire de la plongée sans formation, la question n’est pas s’il y aura un carton mais de quel côté il viendra. Désolé mais @Trascendenza si tu repasses par là, on va reprendre 2-3 choses. 1) cette bouteille, comme @bardass te l’a montré est retirée du marché car pas aux normes. C’est-à-dire qu’elle risque de littéralement casser sous pression. Que ce soit en utilisation donc près de ton corps, en stockage donc chez toi, ou au gonflage tu auras un bloc d’acier ou d’aluminium qui se retrouve projeté de manière chaotique. Les dégâts pourraient être vraiment importants. 2) La plongée « normale » se fait avec de l’air, pour plein de raisons que tu apprendrais en te formant mais pour la faire courte, l’oxygène c’est cher et compliqué : c’est nocif pour l’organisme à des pressions (partielles) élevées, présente des risques d’explosion lorsqu’au contact notamment de graisses et ne doit pas être manipulé sans connaître. Le matériel utilisé avec de l’O2 pur est spécifiquement prévu pour. Enfin, remplir avec une bouteille d’oxygène ne se fait pas avec n’importe quoi, de l’oxygène pour la soudure n’a pas la même « qualité » que de l’O2 médical que tu peux respirer. 3) La plongée ce n’est pas juste du snorkeling-PMT-rando palmée-apnée appelle ça comme tu veux avec une bouteille. Ça exige des connaissances si tu ne veux pas te mettre en danger grave (allant d’une gêne à l’oreille à une « explosion » des poumons). Mon conseil (et celui de tout plongeur sensé) c’est de te rapprocher d’un club ou centre de plongée et faire un baptême voire une formation et ensuite refaire le point sur ce que tu veux faire. Tu découvrirais réellement la plongée, dans un cadre qui te permettrait de maîtriser les risques et de prendre plus encore de plaisir. Peut-être que l’accueil n’était pas chaleureux mais s’il a permis de te faire comprendre que là tu veux faire n’importe quoi, tant mieux.
    7 points
  12. 7 points
  13. remarquable exemple de jugement à l’emporte-pièce , mon expérience de la compétition me regarde, mais je me refuse à me « justifier » ici . Mais bon sang , c’est quoi une perf en plongée ??
    6 points
  14. Une histoire....parce que l'autre discussion j' bite que dalle.....2 anglaises cernées par la marée montante en Bretagne et qui hurlent :"Help! Help! 2 petits vieux sur le banc au dessus de la greve et l'un dit à l'autre : "Gast!!! z'avaient qu'à apprendre à nager au lieu d'apprendre l'anglais..."
    6 points
  15. Heureusement qu'ils ont été secourus parce qu'un blindage, ça ne flotte pas bien ;o)))
    6 points
  16. Salut Une protection d'hélice est peu utilisée . Cela entraine une perte de puissance moteur d'environ 30% et une augmentation de la consommation moteur du à la trainée supplémentaire. Et comme déja cité, cela n’empêche pas le choc sur l''embase moteur Nous en avons quand même équipé l'annexe de notre bateau de plongée car celle ci est utilisé spécifiquement pour récupérer des plongeurs dans des conditions possiblement difficile et donc tres proches de ceux ci. On peux utiliser parfois cette annexe pour les tracter dans l'eau à tres faible vitesse pour les sortir d'une situation périlleuse. Et comme toujours en plongée, on evité au maximum d'arriver dans ces situations la , en faisant de la prévention Netgear
    6 points
  17. je te présente mes condoléances pour le décès de ton ami. je peux comprendre ton émotion et ta tristesse. Tu as choisi d'évoquer cette disparition en la liant avec une pratique et un message d'avertissement. Si l'on reste factuel, je ne comprends pas le rapport avec une plongée seul sans surveillance. La même plongée, réalisée dans les mêmes conditions (panne d'air avec poursuite du nettoyage en apnée) avec un équipier lui même équipé d'un bouteille, aurait donné le même et triste résultat. Car il n'est pas décédé d'avoir plongé seul sous l'eau ou de n'avoir eu aucune surveillance dans l'eau : il est décédé plusieurs heures après, chez lui, au sec. Peut-être que la plongée est la cause de son décès. Mais pas le fait qu'il ait été seul et sans surveillance comme tu l'as écris par trois fois.
    6 points
  18. il nous fait une petite fixation papy ?? rentre le ventre, ça devrait être suffisant !
    6 points
  19. oui : lamentables … pour résumer : quand on l’a vu arriver en lac, elle maitrisait à la perfection le triptyque ventilation / stabilisation / propulsion. Avec un trim parfait. C’est un des gros points fort de la formation GUE. Les plongeurs en chient mais ils en ressortent parfait sur cette axe de formation. Et équipée comme tous les GUEux en étanche, plaque, wing et bi12 pour un petit bout de femme de 1m55 pour 50kg tout mouillé. Comme elle s’installait dans la région, ses diplômes Padi et GUE n'étant pas forcement bien reconnu en France, elle s’est inscrite dans un club fédéral local avec l’ambition de passer un N3, je lui avais expliqué les principes de la passerelle 2F-PADI. Après avoir plongé plusieurs fois avec nous en lac pour comprendre comment les plongeurs français plongent (bien que le groupe de plongeurs lac ne soit pas très représentatif du plongeur français moyen), elle s’est décidée à partir un week-end avec les encadrants de son club pour valider son N3 Elle en est revenue dégoutée : son moniteur, il l’a écrit sur la fiche de suivi qu’elle m’a transmise, a reconnu que son autonomie et ses assistances étaient parfaitement maitrisées. Mais que pour obtenir son N3, elle devait apprendre la position verticale dans l’eau, sa position parfaitement horizontale n’étant ni adaptée aux assistances (alors qu’avec sa position horizontale, elle l’a remonté parfaitement selon la fiche de suivi), ni au retour en surface car la position l’empêche de faire un 360 de contrôle de présence d’embarcation (alors qu’elle est capable de faire rapidement et sans varier de flotta un 360 en position horizontale, ce qu’il ne sait pas faire). Le moniteur du club lui a donc refusé le niveau 3 … Encore un putain de plongeur terrien qui n’a pas compris qu'hormis de rares exceptions, la faune aquatique a adopté depuis longtemps une position horizontale … Du coup, je lui ai validé son N3 le dimanche suivant après 1 seule plongée d’évaluation (et pas 2, je viens de vérifier) et qu’elle m’ait « sauvé » la vie deux fois parfaitement à l’horizontale. Et j’assume parfaitement cette délivrance de diplôme, n’ayant aucun doute envers cette plongeuse. J’ai appris plus auprès d’elle en terme de trim et de stabilisation qu’elle n’a appris de moi …
    6 points
  20. salut Jay, SM en mer dans le courant est + hydrodynamique que le BM. Donc c'est plutôt + confortable une fois passé la surface. Pour les phases mises à l'eau et sortie de l'eau, depuis un bateau - dans ces mêmes conditions de jus - : de prime abord, ça peut sembler + contraignant qu'enfiler une wing + bi, basculer et se laisser couler comme une gueuse, et ça nécessite adaptation à ton cadre à toi (tel bateau, telle force de jus, type de mise à l'eau, type de sortie etc...), un peu d'entrainement, d'habitudes et d'automatismes. Ajoute une couche supplémentaire avec un caisson photo reflex + flashs, et tu te retrouves à devoir réfléchir sérieusement. Rien d'insurmontable, mais il peut arriver que la mise en oeuvre pré et post plongée, apporte + de contraintes que le plaisir et le confort du SM. Au delà de son enseignement "pur SM", (protocoles, config' & procédures, réglages....), le moniteur que tu retiendras devra avoir une expérience et des compétences en SM "bateau dans le jus". Idéalement. Je n'en connais pas autour de Montpellier, sorry, mais garde ça à l'esprit au moment de ton choix. J'ajoute que ce n'est pas Montpellier certes, mais il y a Philippe @Pp_y dans le Var et sur le forum qui est un très bon de l'avis de beaucoup/tous, lui même formé - sauf erreur -par une des stars de la discipline.
    5 points
  21. Plongée = compet’ ? désolé je n’interviens pas en général dans vos débats - je ne me sens pas « au niveau » justement , mais là…on touche le fond , quel que soit le gaz .
    5 points
  22. Pour revenir à la question de base : je pense que le gérant aurait du dire "désolé, on ne peut pas prendre de risque, reviens demain ou passe sur la rotation suivante". Certes tu l'aurais eu mauvaise, mais tout personne raisonnable accepterait un tel retour sans rager sur une plateforme pour se plaindre. En tout cas je souhaite bon rétablissement à ta femme, et j'espère que vous pourrez vite replonger
    5 points
  23. j'y reviens pour le cpl, ça va, ça marche bien, pas de souci. pour le son, ça marche aussi : un mien collegue, plus doué que moi, (pas difficile), m'a donné la solution (enfin, celle là fonctionne). j'utilise donc un adaptateur bluetooth,https://www.amazon.fr/esinkin-Adaptateur-adaptateur-Fonctionne-smartphones/dp/B07DMLYLXY qui sert de relais entre mon smartphone (ou le téléviseur ou une autre source (BT, USB ou RCA) et un transmetteur BT qui va "attaquer" les 2 hauts parleurs BT (de marques différentes) https://www.amazon.fr/Avantree-Audikast-Transmetteur-Bluetooth-Compatible/dp/B07TLHRPDP avec ça, j'ai du son sur mes 2 HP en BT dans la piece. j'alimente l'adaptateur (le premier lien) en usb (peut etre aussi alimenté en 5V). les kits sont complets et bien équipés. pour l'instant, j'en suis content (d'autant que je n'ai pas d'autre alternative)
    5 points
  24. pour ma part, j'utilise une cagoule haute visibilité de Topstar https://www.top-star.fr/materiel-equipement-plongee/cagoule-bandana/cagoule-rescue.html je me distingue de mes binomes qui ont tous les memes couleurs et, en surface, la tete est plus visible...
    5 points
  25. Oui, c'est ce qu'on peut retenir de ton histoire: il y a eu un enchaînement de circonstances "aggravantes" qui ont amené à cette situation. L'histoire ne dit pas comment ça se serait passé si vous étiez arrivé le bon jour tel que prévu, peut-être très bien ou pas. Mais le fait de trouver des explications, des circonstances atténuantes à la prestation dégradée que ta compagne a vécu n'excuse pas le fait que ça n'aurait jamais dû en arriver là: l'encadrant se doit de mettre ses plongeurs en confiance et de ne pas les blesser ou les laisser se blesser. Tu as fait l'erreur de la date, le patron a fait l'erreur de la rajouter à une palanquée trop chargée pour elle (même si son intention était probablement sympathique), l'encadrant a fait l'erreur d'accepter un plongeur de plus sans avoir la capacité de s'en occuper comme elle le méritait, ta compagne à fait l'erreur de continuer la plongée alors qu'elle ne le sentait pas, etc. Bref, c'est l'histoire d'un ratage qui n'aurait pas dû se produire, et même si les responsabilités peuvent être plus ou moins partagées, c'est le professionnel qui est responsable de cette prestation malheureuse.
    5 points
  26. Non Tu n'as pas besoin de la certif OW et AOW. On est ouvert chez padi , on demande pas à reprendre le cursus depuis le début. On accepte n'importe quel plongeur "étranger" à rejoindre nos formations. Trouve toi un bon instructeur avec la casquette padi (c'est le plus important , etre bien formé, la certif, c'est qu'une cacarte) et il t'évaluera et te fera rentrer directement en rescue, ou bien te proposera 2-3 plongée pour reprendre d'éventuelles lacunes. Ensuite, tu dis que tu veux etre un pro padi ? Trés bon objectif. Par contre en tant que pro padi, il te faudra bien connaitre le cursus et la philosophie de la formation. (donc lire les manuels OW et AOW)
    5 points
  27. Petite explication de texte pour @Scubaphil Il s'en est en fait fallu de peu, le jour du naufrage pour qu'on ne retrouve jamais cette épave... Donc si le plongeur a calanché à l'arrière, pas étonnant que son cadavre ait été retrouvé au pied de la falaise...
    5 points
  28. Oh là ... à ce point là ?!? C'est marrant, j'ai passé le Niveau 4 il y a plus de 25 ans, à la fin de ma 1ère année de Médecine (j'ai d'ailleurs eu les résultats de mon année et de mon N4 à moins de 24h d'intervalle) et je n'ai pas vraiment souvenir que la théorie du N4 était du niveau de ce que j'avais eu dans l'année, loin de là. Il faut arrêter avec ce mythe. Les notions de ventilation et de circulation sont enseignées au collège et correspondent aux connaissances attendues par un N4 pour comprendre les accidents et leurs préventions. Actuellement, les notions de physique appliquées se limites à la résolution de problème avec un simple règle de trois. Les notions les plus complexes (saturation-dénaturation notamment) pouvaient poser problème antérieurement. Elles ont été largement simplifiées au point de ne plus demander le moindre calcul sur ce point. Le matériel est abordé de façon pragmatique et les notions sur les accidents sont focalisées sur la prévention. Bref, rien d'insurmontable pour 99% des plongeurs. Que certains moniteurs persistent à faire des cours trop complexes, je l'entends et je le constate encore. Néanmoins, tout est parfaitement borné dans le MFT. Si les cours que tu dois suivre sont réellement la monstruosité que tu prétends, il est temps d'envisager une autre structure pour ta préparation.
    5 points
  29. Quel rapport entre cette fin tragique et la plongée en solitaire ?
    5 points
  30. Ma femme sait comment juger de la qualité d’un plongeur: A la propreté de la vaisselle après son passage!
    5 points
  31. Les vacanciers qui achètent ce type de gadget pour les vacances mais sont un peu paumés, en gros ça revient tous les ans Et quand ils lisent nos réponses qui ne leurs plaisent pas (dangereux toussa toussa), bah ils disparaissent Mais là j'avoue le démarrage était à fort potentiel entre la bouteille minuscule de contrefaçon qu'il voulait gonfler avec des recharges oxy de magasin de bricolage
    5 points
  32. Non seulement j'ai (malheureusement) plonger là bas (~2 mois en Thaïlande, facile 70-80 plongées là bas, et j'ai très vite quitté Koh Tao ), mais je parle aussi des plongeurs de ce type qu'on récupère dans mon club qui veulent passer leurs N2 en étant incapable de gréer leurs scaphandre tout seul (bah ouai, ya pas les boys sur le bateau qui le font à ta place) et étant infoutu de se stabiliser ou vider leurs masques à peu près correctement (voir parfois pas du tout tellement ça les paniques). Et je préfère ne pas parler de ce que je vois à l'étranger, quand des DM sont obligés de tenir la main toute la plongée à des OW qui sont en panique dès que le DM est à + de 1m d'eux. Belle autonomie à 18m hein Note que je n'ai jamais dis que tous étaient comme ça (et heureusement). C'était juste pour répondre à ton stéréotype des plongeurs N1 qui ont vu que de la piscine par un autre stéréotype qui se rencontre également avec PADI Vu que tu aimes les poncifs sur la "plongée à la française", j'avoue prendre plaisir à te rendre la pareil avec PADI (à la différence que j'ai commencé la plongée avec PADI, et que je suis cadre dans les 2 organisations, donc je pense (à tord peut-être) avoir un œil un peu plus neutre et averti que le tient). Bref, pour reprendre ta conclusion, essaye de laisser tomber tes préjugés sur "la plongée à la française" et accepte également que chez padi (comme dans toutes les écoles), il y a des trucs très nases et d'autres trucs très bien
    5 points
  33. Je n'ai pas relu tout ce qui précède en intégralité sur la guéguère France/reste du monde en plongée Mais juste quelques mots sur mon expérience de plongeur "passerelle" que je suis. J'ai démarré (à Bormes en France) de l'Open Water jusqu'à l'Advanced (y compris Deep) SSI. Sauf que dès la fin de l'Adavanced on fait le Grec avec une bonne petite déco... Puis passage du N3 (dans le même centres donc pas d'ennui). A la dure avec des plongées à 60 m (pas pour les exos) (autre débat qu'on parfois sur les N3 validés à 40 m). Un vrai N2 lors de cette formation ne savait pas tenir un palier n'est pas arrivé au bout. Je ne suis pas plus mauvais que des plongeurs purs fédéraux, y compris des MF1 qui ont parfois perdu la palanquée et ne voulaient rien entendre. Ah oui une chose "manque" (pas en pour mes plongées, mais en théorie) : on a survolé les lectures de tables et laissé de côté plongées successives etc... et rien de ça à l'examen ! A l'heure des ordis (celui de plongée et/ou ceux avec lesquels on peut planifier) le centre trouve ça totalement archaïque dans le cursus fédéral et je ne peux que leur donner raison... Et ce même centre regrette que des PA 60 (donc des N3) ne soient pas obligatoirement Nitrox confirmés, et donc que la France n'évolue pas non plus sur ce point vers les formations Tec des étrangers sur cette profondeur. Alors la qualité d'un plongeur est autant faite par son humilité, ses capacités et ses formateurs que par l'organisme de délivrance de la carte mais on en est trop souvent là encore...
    5 points
  34. Ce que l'on peut traduire par : "Ce qui probablement fausse tout dans la vie c'est qu'on est convaincu qu'on dit la verité parce qu'on dit ce qu'on pense..." S. Guitry
    5 points
  35. Bonjour, Après une plongée avec un collègue photographe qui m'a envoyé ses photos, je me suis lâché : - TG6, - Caisson Ikelite, - Flash Annulaire Weefine LG3000, - Fibre optique weefine longue. J'espère pouvoir faire d'aussi belles photos. Cela va me changer de mon bon vieux TG-810 qui a plus 10 ans
    5 points
  36. Bon courage @guipas, ce sont toujours des situations difficiles. je suis d'accord avec les autres avis, peu importe qui est en tort et à quel % chacun... de toute façon ce n'est pas nous autres sur le forum qui constituerons un tribunal juste et impartial. Maintenant que vous en êtes là, il faut trouver une solution pour sortir de cette situation délétère pour ta santé et ton humeur. 1) s'il reste un espoir de conciliation: réunissez-vous, ton binôme, toi et les 3 autres MF1, idéalement en présence d'un médiateur "neutre" (l'ancien MF2 pourrait-il jouer ce rôle?) 2) vous prenez le pouvoir dans le club et gérez la barque à votre façon? 3) vous prenez vos cliques et vos claques et vous allez plonger ailleurs (un autre club, un nouveau club que vous créerez...)? Bon courage
    5 points
  37. bonjour Pas du tout d'accord ! Il est en France, il veut plonger en France ; en structure, la loi française s'applique ; tu dois faire une relecture du code du sport, qui se situe au dessus des clivages des différents organismes et pas une interpretation. Tu as une grille d'emploi, et, pour etre exact et précis, si jamais l'auteur revient lire les réponses, il saura quel est son placement. enfin, imaginons un instant que ce soit toi le directeur de plongée ou le responsable technique. Tu as des plongeurs qui ont un certain niveau et tu as un nouveau qui arrive. Pour l'integrer au groupe, il lui faut acquerir quelques connaissances supplémentaires afin qu'il n'y ait pas de palanquée "punie", c'est à dire freinée pour etre au niveau du petit nouveau. C'est une histoire de cohésion. De meme, tu ne dois pas oublier qu'il semble avoir integré un club (c'est le mot qu'il a utilisé), pas une structure professionnelle. Quand tu rejoins un groupe, associatif, c'est pour participer, pas pour etre un boulet (d'où l'incitation à évoluer pour se fondre avec les autres N2). quant à ton "club" (ici, le mot club est pour l'association, le mot centre est pour une structure professionnelle), coller un DM à un client, c'est faire rentrer l'argent en lui faisant payer la prestation... (pas incohérent, pour un centre de plongée).
    5 points
  38. Nous sommes dans l’hexagone, et le CDS prévoit les aptitudes en PA/PE 20 et 40 dans le périmètre technique visé ici. D’où le placement de l’AOWD en PA20 (l’autoriser à 30 m suppose de le classer en PA40 sur la fiche de sécurité, donc pas possible reglementairement). Le complément vers un N2 permettra de le mettre de manière opposable en PA20 et PE40 (Mais pas en autonomie à 30 ou 40m, car PA40). L’autonomie à 40 (PA40 pour autonomie à 30m) sera acquise par la formation N3, allégée possiblement des connaissances validées en RSTC (Deep, rescue…,,).
    5 points
  39. Bonjour Guipas, Ta description de la situation est imprécise. Je n'y comprends pas grand chose, les autres aussi apparemement. Un chat noir est un chat noir et non une robe noire à 4 pattes .... Le fait que tu ne dises pas tout, et que tu ne sois intervenu qu'une seule fois, me pousse à croire que ton témoignage transpire de malhonnêteté.
    5 points
  40. Caolila, sors de ce corps !!
    4 points
  41. ouais, enfin, faut il mettre ceci sur ton grand age ??? d'une part, tu "parles" d'un intervenant sur le site de la SNSM, pas d'un cadre de la SNSM, donc, ton propos est erroné et d'autre part, le "truc" qui te fait reagir est ceci : tiré de cela : https://www.var.gouv.fr/IMG/pdf/2018_019_ap_navigation_le_long_des_cotes_de_mediterranee_version_consolidee_.pdf donc, si je lis bien, personne ne parle d'interdiction de naviguer, mais d'avancer prudemment. est on d'accord ?
    4 points
  42. 4 points
  43. avis uniquement basé sur le récit de speaktome, sur sa perception des évènements, et sur le dialogue relaté par sa femme, auquel il n'a pas assisté : moi, je blâme ce moniteur. À mort. C'est un gros mauvais. - parce que je relève : "j'ai trop de plongeurs à superviser" = pas fait pour rassurer une débutante qui a très peu plongé et n'a pas plongé depuis longtemps. Mauvais. - moniteur mécontent parce que les oreilles de sa plongeuse ne passent pas = mauvais - moniteur qui ne détecte pas l'entrée d'eau dans un masque à cause des cheveux/jupe mal positionnée = mauvais. - moniteur qui force les tympans qui ne sont pas les siens = mauvais - "tu t'es mise en danger" : nan gros, c'est toi qui l'a mise en danger, elle doit être 100% encadrée, c'est toi qui doit prendre les décisions pour elle, et la seule décision qu'elle prend (remonter parce qu'elle est mal), tu la lui refuses et tu la forces à descendre. Pour tout ça = mauvais.
    4 points
  44. Mais si, il y a une énOOOOrme différence ... Ça fait des années que je vous martèle qu'on voit clairement au microscope la différence entre les atomes d'oxygène industriel (qui portent une salopette à bretelles et ceux d'oxygène médical qui ont une blouse blanche !
    4 points
  45. Pour rebondir dans ce qui a été exposé précédemment, j'ai relevé ceci dans le Broussole/Méliet ( Physiologie et médecine de la plongée) : "Les manifestations neurologiques de la toxicité de l'oxygène sont précédées d'une phase de latence asymptomatique, inversement proportionnelle à la PIO2 et à la durée d'exposition.La relation qui lie ces deux paramètres nous amène à un seuil limite de 1.6 b chez l'homme. Il semble qu'il existe un système de protection cérébrale contre l'hyperoxie jusqu'à ce seuil. Des expositions prolongées inférieures à 1.6 bars entrainent des manifestations toxiques mais pas de convulsions. Cette relation toxicité/durée connait cependant des variations intra/inter individuelles importantes sans qu'aucun facteur prédictif ne soit défini. La tolérance à l'hyperoxie est abaissée par l'effort physique, l'essoufflement. Elle est plus élevée en hyperbarie atmosphérique : L'application de PIO2 de 2.8 b y est habituelle avec très peu de crises convulsives. Le facteur de risque majeur de la cris hyperoxique en plongée" est représenté par l'hypercapnie ..."
    4 points
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.