Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

hrenaud

Membres
  • Posts

    736
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by hrenaud

  1. Je vais essayer de récupérer les logs de son ordi. Pour ce qui est de la remontée, de mémoire, enfin c'est le sentiment qu'elle m'a laissé, je la croyais plus désordonné. J'ai été étonné du rendu de la courbe de l'ordinateur, meme si on vois bien l'instabilité dans la zone des 10m
  2. Bonjour, Voici la courbe extraite de l'ordi de mon binôme. us venons longuement d'échanger sur le graphique et sa courbe de consommation. Tout conforte les premières impressions, surconsommation à la vue des signes pertubants d'un autre plongeur, puis ventilation qui revient à la normal pendant l'expo. Phase de remontée tranquille, puis augmentation de l'effort dans la phase ou il redescend jusqu'à 47,8m et ou il me dit se rappeler ne pas comprendre au fait de voir et toucher des cailloux alors que pour lui il remonte, il lui reste à ce moment là 59b dans son bloc. Puis plus de souvenir, et la je le rejoint pour le remonter, et je lis sur sa gauge 50b. Puis la remontée cahotique au fait qu'il est très agité sur ses purges jusqu au moment où il me dit tu es le chef et me laisse gérer la déco à 3m. CourbeManu.pdf
  3. Et ben moi, il faut que je trouve le temps pour passer l'hypo. Et je veux descendre... Pour rebondir sur les dernières remarques, cet événement est relativement rare, pas la narcose mais son degré d'effet. En disant cela, je plonge pas mal à l'air sur des profondes de ce type, et je ne pense pas être un plongeur inconscient ni irresponsable. Je pense que la préparation à la plongée est ceĺle qui décide du profil de la plongée et du coup du choix du matériel. Je plonge sur le Haven, les imperiaux du large, pas de doute, je plonge trimix. Je plonge sur le Togo, config deco nitrox, c'est un choix. D'après moi, c'est en fonction du choix que je prévois la sécu en conséquence. Pour MomZo Pth70 = 70 m trimix normo Pth120 = 120 m trimix hypo
  4. Je pense effectivement que je vais remettre ma sonde en fonction sur mon second ordi car l'ostc ne gère pas la sonde
  5. Merci à tous pour vos commentaires, ça été un exutoire d'en parler, non pas pour évacuer un traumatisme, ce n'est pas ma première assistance, même si celle -ci fut la plus difficile, je vais très bien dans mes baskets C'est une mésaventure que je prends comme de l'expérience nouvelle mais j'y repense pas mal en terme de réaction face à l'incident, et d'entendre vos avis me permet de me refaire le film et de voir là où j'aurais du ou pu faire différemment. Comme par exemple, je vais fixer mon mano à un endroit différent de l'endroit ou je le fixe par une attache car par deux fois il s'est décroché avec nos gesticulations et j'ai eu un mal fou à le récupérer pour lire la jauge et estimer notre autonomie restante. Pareil et ça je n'ai pas encore trouver la solution, vers 10m j'ai sortie mon parachute pour demander par signe conventionnel à la sécu surface de m'envoyer le bloc de secours, sauf qu'en maintenant la victime à une main et l'autre avec la manip pour le gonfler, il m'a échappé et est partit en surface gonflé à bloc certes mais seul et du coup couché à plat en surface. Ce sont de petits détails, mais dans ce genre de situation, c'est très inconfortable et quelques éléments pour te rassurer auraient faits du bien. L'autre plongeur à depuis pris conscience de l'incident et a décidé de ne plus faire de plongée profonde hors de conditions météo estivale pour éviter les facteurs aggravants comme eau froide, eau trouble...etc. Il n'a pas souvenir de tout ce qui s'est passé mais me remercie au passage de l'avoir remonté et va m'envoyer sa courbe de plongée que j'essayerais de poster.
  6. Pourquoi pas une prise arrière, la question est bonne, cela supposait de changer de prise et lors de mon intervention prenant une prise de face je n'imaginais pas qu'il me gênerait à ce point et modifier la prise dans la zone des 40 mètres avec les difficultés que j'avais pour le remonter est une option que j'ai écarté tant le risque de nous perdre était trop important. Lorsque je dis que l'on réfléchis très vite c'est évidemment une option que j'ai évalué mais qui m'est par apparu trop dangereuse à la profondeur où j'étais. Perte de temps risque de redescendre sans la garantie du succès Le plongeur m'a décrit après debriefing qu'en début de plongée il avait été perturbé par les signes d'un autre plongeur et qu'il s'apprêtait à me dire STOP pour la plongée mais il ne l'a pas fait cela peut expliquer une fragilité psychologique d'autre part une autre palanquée était descendu avec un drone et ce drone créait des flash dans la zone des 55 m je les ai vu et mon binôme aussi et toujours d'après ses déclarations cela la troublait il est difficile d'établir un lien de cause à effet dans ce genre de situation la psyché est compliqué à comprendre et voilà je donne toutes les infos dont je dispose pour essayer de bien comprendre la mécanique de ce qui s'est passé
  7. Je suis d'accord qu'une plongée dans ces profondeurs seraient au minimum bien plus secure avec une nitrox en déco, ce qui ne réponds pas à ton postulat d'utilisation d'un trimix mais qui demande un plongeur qualifié et un autre type d'organisation.
  8. Bardass, Pour te répondre, je l'ai mis sous oxy car nos paliers à 6m ont été totalement instables, de plus le sujet porte par son age un facteur de risque supplémentaire. j'ai estimé que cela était plus sécuritaire. Me concernant même si effectivement les efforts pouvaient également représenter un facteur de risque, ma forme physique et émotionnel mesuré, j'ai estime à me juger réactif, sans symptôme, et lucide que je devais prioriser celui qui avait été le plus atteint durant cette plongée. MomZo La DTR a été le premier élément de déclenchement , nous étions au moment d'échanger à DTR11 et lui avait 100B dans son bloc. Je dois avouer mettre sérieusement posé la réflexion quand je commençais à ressentir l’essoufflement et que je stagnais non pas à le laisser mais que je risquais de le perdre en arrivant pas à le remonter, mais heureusement, j'ai su travailler mon effort pour calmer l'essoufflement et reprendre la remontée. En y repensant, en fait le cerveau réfléchit très rapidement dans ces cas, et j'aurais trop de chose à décrire tant j'ai réfléchis à plein de scénarios, comme calcul de l'autonomie pour deux, ruptures de palier pour une mise en sécurité, gonfler son gilet pour le laisser monter tout seul (vite certes) mais en surface. Et puis les doutes, les choix, la peur aussi, l'envie d'en finir avec cette plonger que je dois faire durer pour les paliers, les vitesses, le cerveau en ébulition quoi! Dans la zone des 10m et même plus, je ne pense pas que c'étais encore la narcose, mais la conséquence de la narcose , Je pense effectivement qu'il a été sérieusement perturber dans son schéma habituel, (vieux plongeur, c'est la première fois qu'il fait une narcose sérieuse) et qu'il a perdu totalement ses repères. Impossible de se stabiliser, impossible de comprendre son ordinateur (GALILEO), impossible de communiquer
  9. De retour de plongée, voici un témoignage d'un incident. Contexte, plongée organisée par le Club en deuxième journée avec pour le premier jour, deux plongées de respectivement 45m et 30m max. Plongeurs aguerris niveau 3 minimum. Ce dimanche météo favorable, le vent est tombé dans la nuit ainsi que les vagues. Site la Drôme, 52m. Directive du DP pression de départ 90b DTR 12. Je descent avec un plongeur confirmé N3, planification au préalable entre nous. La descente se passe sans aucun soucis, visibite mauvaise mais nous atteignons l'épave sans difficulté nous suivons le chemin que nous avions prévu puis encore situé sur l'épave après échange de nos paramètres, nous nous donnons le signal de remontée. En palanquée serrée nous débutons la montée, et à 36 m, je vois mon binôme repartir vers le fond tête en bas.... Il me faut quelques secondes pour essayer de comprendre puis je prends la décision de le rejoindre il me reste 120b sur mon bloc. Je le rejoins à 46m et le saisie par son gilet pour nous placer en vis à vis. Regard hagard, je contrôle son Mano qui indique 50b. Ne me donnant pas l'impression de comprendre la situation, saisie fermement je commence à le remonter. Mais je dois lutter contre lui qui ne cesse d'agir sur ces purges pour les vider. J'arrive néanmoins à le remonter tout en ayant par deux fois été en début dessoufflement. Durant la remontée, je lui fait prendre mon détendeur de secours dès qu'il attend 20b. Arrivee dans la zone des 10m, je tente encore de communiquer, mais si apparemment moins distrait, il continu à ne pas gérer son équilibre à purger continuellement, je gère donc toute la déco comme je peux. Je lui indique que de mon côté mon ordi m'indique que la déco est terminée et lui m'indique qu'il a encore des paliers à faire. Je prends son bras de force pour lire son ordi et pour me rendre compte que son ordi est en SOS. Je force son attention pour qu'enfin il me fasse un signe et me disant, le chef de la palanquée c'est toi. La tout devient plus facile, il est docile, je nous stabilisé à 3m et vide quasiment mon bloc, je rappel que nous sommes deux sur mon bloc. Puis revenu en surface, je gonfle son gilet et demande à la secu surface de le prendre en charge avec mise sous oxy. Apres explication en surface, il m'explique que lorsque je l'ai rejoint il pensait remonter et qu'il avait la sensation de problèmes matériel tout au long de notre remontée. Il pense qu'en fait la narcose et l'état de stress après l'a complètement perturbé au point de perdre tout repère. C'est un bon plongeur et nous avons plongé à plusieurs reprises sans jamais quoi que ce soit à dire. Pour moi cette remontée assisté à été très compliquée même si au regard de la courbe de plongée, la remontée est à peu près régulière, elle a été difficile car j'ai du lutter contre ses mauvais réflexes, et limite à me mettre en danger par essoufflement. Ce qui m'a énormément surpris c'est de devoir le gérer jusqu'en surface même si en faible profondeur il avait l'air plus lucide. Voilà c'est un peu long, mais c'est un temoignage
  10. Il s'agit de deux accidents distincts celui au lac faisant deux victimes dont une encore disparue et un deuxième accident en fosse faisant une autre victime. Et encore une fois, mes pensées aux familles et proches. RIP a toi mon ami
  11. Pas de mots, juste hébété. les connaissant, courage et soutien aux familles
  12. Même solution Sur mon OSTC 2 "bluetooth" le niveau batterie ne bougeait pas et restait à 83%. Avec un RAZ, l'affichage s'est mit à jour du nouveau pourcentage de charge.
  13. Cela concerne l'OSTC 2 pas le OSTC 2N ni OSTC 2C J'ai par exemple entendu parlé de difficultés de connexion sous win10, mon intention est de partager les petits trucs pour mettre en commun les solutions trouvées. Il ne s'agit pas des caractéristiques technique qui sont facilement consultables sur Internet.
  14. Bonjour, Déjà utilisateur d'un OSTC 2N, je viens de recevoir l'OSTC 2 dans sa version 2.09. Je ne l'ai pas encore testé en plongée, mais je vous propose de vous en donner mon avis au fur et à mesure. J'espère avoir le retour de ceux qui en ont un pour en dégager les avantages et les inconvénients. Dans un premier temps, et pour avoir balayé à sec ses différentes caractéristiques, je vais pondre un document relatif à mes observations que je posterai ici. Première constatation, le transfert des logs en bluetooth sous android se fait sans aucun problème. Je vais rapidement le tester sous windows.
  15. Question peut être déplacée, as-tu fais une mise à jour du firmware récemment ? J'ai vaguement entendu parlé d'un bug qui suite à la mise à jour impose un chargement de 30h de batterie et que le problème ne se reproduit plus. Je vais chercher d'avantage ou j'ai eu cette info car je n'aime pas parler sans une source un peu plus sûr que ce que j'avance, mais ça vaut le coup de suivre cette piste si ça peut économiser des frais.
  16. Perso je cherche beaucoup sur jamendo ou on peut trouver des fois de vraies perles. L'avantage c'est que les droits d'utilisation sont clairs et exprimés. Après pour les choix, comme dit scubacastor, pas si simple. Caler la musique avec les images sur des fractures de rythme visuel, pas évident et très sympa à faire en même temps.
  17. Et ben , noter le con de consécutive, en successive c'est quand même mieux
  18. Bonjour Merci pour ce récit intéressant. Je ne vais pas répéter ce qui a déjà été justement dit, et comme d'autres bravo pour la réaction. Même si je trouve la gestion de l'incident exemplaire, je voudrais faire une remarque critique dans l'objectif de faire peut être encore mieux. Je comprend le contexte qui n'est pas facile en terme de prise de décision lorsque l'on a affaire à des clients, donc aucune leçon de ma part. Mais je viens au fait. Bill n'étant pas dans sa plus grande forme après une première plongée, et je passe la fait qu'il est responsable de ses décisions en tant que moniteur, si j'avais convenu avec lui qu'il replonge et qu'il puisse interrompre sa plongée s'il en ressentait le besoin, j'aurais forcément arrête la plongée de toute la palanqué pour ne pas le laisser seul au palier et en surface. Les accidents ou incident sont toujours liés à une succession d'incidents et un plongeur ayant manifesté un malaise sur une première plongée est de toute façon prédisposé (facteurs aggravants) aux risque d'aggravation de son état et d'un incident plus sérieux s'il plonge encore en situation de fragilité. Donc de ce point de vue, si Bill estime qu'il doit s'arrêter c'est que cela va encore moins bien qu'à la première plongée. Il faut compter sur le déni du plongeur. Maintenant, ADD ou pas ADD, effectivement les symptômes sont assez marginaux pour les associer seulement à un ADD, et j'opterais plutôt à une crise d'angoisse, mais difficile de savoir avec les informations données. Petite question, tu as parlé de remontée au parachute, la vitesse de remontée à t'elle été conforme, a t'il fait un palier? J'ai fait un ADD et 6 jours de caisson il y a quelques années, tout en ayant respecté en tout points les préconisations de la commission médical de la FFESSM, et après analyse, ce sont les effets combinés de plusieurs facteurs aggravants qui sont certainement à l'origine de cet ADD déclaré 24h après une plongée yoyo en fosse, et oui les encadrants sont en première ligne des risques ADD. Donc Bravo encore pour la réaction, et il faut toujours se reposer des questions pour s'améliorer.
  19. On pourrait se poser la même question pour le passage au N3, c'est une question de motivation Le bagage technique sera apprit pendant sa formation, et la marche théorique et pratique pour le GP n'est pas anodine, alors je soutiendrais le candidat qui veut s'engager pour les autres. Une fois la formation terminée, on va pas non plus le mettre en difficultés dans le choix des plongées ou des plongeurs qui lui seront confiés dans un premier temps, le DP fera ses choix en tenant compte de son expérience, donc là aussi on est certes plus dans un cursus de formation fédéral mais à l'école de l'expérience. C'est donc un accompagnement qui'il faut assurer par que le collectif des encadrements On a jamais laissé un N3 soit un PA60 partir dès sa certification en plongée à 60m avec un binôme n'ayant pas plus d'expérience.
  20. Pour corriger ce qui est écrit dans la presse et pour avoir été à 5 km en mer de l'accident. Voici les faits j'étais en support plongée sur le P38 à l'écoute du canal 16 puis 80. - Appel du CROSS en relais suite à l'appel PAN PAN de l'Aquanote support de plongée pour plongeur inconscient en sortie de plongée. - Appel du CROSS en relais pour demande d'intervention de tout navire ayant un médecin à bord. - Annonce par le CROSS de l'arrêt cardiaque du plongeur inconscient. - Intervention d'un équipage de la SNSM équipé d'un défibrillateur - Évacuation du plongeur vers le port de la CIOTAT - Appel du CROSS pour détourner l'Aquanote de sa route pour un cap en mer pour une intervention héliportée. Évacuation de la victime par hélitreuillage. Malheureusement, la victime est décédée d'un arrêt cardio-ventilatoire suite à un œdème pulmonaire aigu. De ce que j'en sais, il s'agirait d'un plongée 40m sur un profil carré (15min), la victime se serait senti oppressée puis difficultés respiratoire au palier puis perte de connaissance. C'est toujours terrible à entendre et j'adresse toutes mes condoléances à la famille et aux amis de la victime.
  21. Tu as en grande partie raison, et le débat ne se situe pas au niveau de la prise en compte de la législation locale qui sera bien évidement toujours la règle. Néanmoins, dans le cas d'une infraction caractérisée le CDS peut devenir un argument justifiant un facteur aggravant qui ajoutera à la faute commise la transgression de connaissances techniques susceptible de limiter les risques.
  22. Laurent va à une conférence et c'est le bordel sur P.com, et ça c'est pas une association d'idées?
  23. Il ne se base pas sur le CDS mais sur la qualité du plongeur qui au travers de sa formation fait de lui un sachant, et qu'à partir de ce moment ne pouvais pas ignorer les risques qu'il faisait prendre à sa palanquée. De la même manière, parler de prérogative "3e niveau d'encadrant" pour dire que dans la même logique, il n'est pas formé pour encadrer des plongeurs au delà de 40m et donc là aussi il était conscient de la limite de ses capacités technique dans cette zone. Par contre quant à ton étonnement, la connerie humaine n'est plus à démontrer, il suffit de suivre les actualités, rien de plus.
  24. Si l'identité est confirmé il s'agit d'un instructeur Fédéral Régional. Toutes mes condoléances à la famille et une bien triste nouvelle ...
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.