Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

doumes

Membres
  • Posts

    2,086
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11
  • Country

    Malta

Posts posted by doumes

  1. J'ignore si c'était J Jacques Cousteau qui est a l'origine de ce village, mais il est sur que ce fut pour tourner un film, je crois dans les années 60, il s'agissait d'un sénario du genre , l'homme de l'atlantide, un petit village sous marin ou vivait des être mi humain mi poisson, plutot du genre film d'animation, vu la taille des maisons , il avait des commerces et l'église, il manque m'aintenant plusieur maisons, qui ont pour certaines été enlever, et d'autre démolie, il y en avait sous l'arche et autour vers le large ( au pied du piton rocheux qui soutien l'arche coté large )

    nous avons lorsque je plongeais dans cette région plusieurs fois remis les maisons en place, relevée ou redressée celle qui doivent encore si trouvez

  2. Sur Oléron, je n'ai aucun problême pour gonflé, sur la Rochelle il y un ou deux mags qui accepte le gonflage, mais dès que l'ont descend plus bas il n'y a plus rien, même sur Rochefort, alors dans le secteur de Royan, pointe de Grave c'est le desert, et ce club qui refuse de gonflé les blocs extérieur, ( sa me bouffe ) je suis curieux de voir comme cela ce passe si je m'inscrit chez eux pour une ou deux sorties, peut être quil ne prennent pas de plongeur extérieur non plus d'ailleur !!!

  3. Bonjour nous projetons une sortie, dans le secteur de Royan et du Verdon, nous sommes autonomes, mais pas pour les gonflages des blocs, quelqu'un connait t'il une station de gonflage dans ce secteur, en sachant que le seul club de plongée sur place le " ROC" Royan Ocean Club refuse les blocs extérieurs !!

    je n'ai rien trouvez sur le net....

     

    meric de vos réponse

  4. Bonsoir Glef, désolé de commencer comme cela, mais déjà pour ce qui est de ce cassez le nez a 20 ou à 40 c'est le lot du chercheur, si je devais comptablisé les plongées sur le sable, je serais depuis longtemps inscrit dans un club de pétanque.... mais s'il est vrai que cela est désagreable plongée a coup sur, sur une épave il faut aller dans un club, effectivement il faut un bateau, pour les points cela ce trouve, plus ou moins sérieux, mais il faut vérifier toute les infos ( d'ou le risque de ne faire que du sable ) mais avec un bon sondeur tu peut t'en sortir juste avec une ballade en bateau

    pour les blocs, il est préférable d'avoir les siens, sinon si tu fait parti d'un club tu peut peut être les emprunté ou les loués pour une modique somme

    pour ce qui est du gonflage, c'et un peu la loterie, ou il y un club dans le secteur qui accepte de faire du gonflage, et après les boutiques, ou les pôtes

    pour ce qui de la sécu, un camarade de confiance est de bienvenue, sinon tu laisse le bateau, et tu plonge au fils d'ariane au départ du mouillage, la meilleur solution étant plusieurs plongeurs ( quatre ) pour faire deux palanquées, une sous l'eau l'autre en secu surface

    pour la secu, un bloc, nitrox avec un Nx 80 peux dans un premier temps permettre de paré au plus préssé, mais rien ne vaux une VHF et les bonnes adresses, caisson, af mar et cross

    m

  5. Tu peut le demander directement a Hervè, voici son mail :

    hervelevano@wanadoo.fr

    en plus tu aura droit à une dédicace, si tu lui demande.

    demande lui qu'il te joigne le correctif des points GPS, les points du livres sont en différentiel, et depuis ils sont un peu plus précis ( plus de différentiel ) il a fait une petit correction et affiné certain points.

    passe lui bonjour de la par de "doumès"

    bonne lecture.

  6. J'aivais il y assez longtemps déjà demandé à Hervé, pourquoi il ne donnait pas le point, sa réponse fut celle ci " le point ma été donné par un ancien pécheur passionné par l'histoire de ce sous marin, et avec un groupe d'amis il avait en tête de le renfloué pour pouvoir l'exposé, et il avait peur que des plongeurs peu scrupuleux puissent le féraillé "

    maintenant Hervé ma dit avoir plongée dessus une fois ou deux et qu'il était éffectivement très ensablé, vous qui ête dans le secteur, peut être pouver vous intérrogé Hervé de nouveau, car à ma connaissance il na pas été renfloué, et le point est peut être moin secret maintenant ?

  7. il y a aussi le U 263 a Oléron, et le Tarantini au large de port Medoc (estuaire de la gironde ) il y a aussi le U 973 au sud de l'ile d'Yeu

    et puis ceux du pas de Calais ,voir le livre paru derniérement "Plongées en cote d'Opale"

    du comité départemental du pas de calais, Uc 46 , UC 26, UC 64, UC 79, UC 61 U 95

    et encore quelques autres a trouvés.....et ceux de méditérannée.... Rubis...

  8. L'épave est entiére mais comme deja dit ensablé, une petite brêche ,sur l'un des coté pourrait permettre une éventuelle incursion , mais dans un sous marin... je ne la tente pas.

    je l'estdeja fait deux ou trois fois, en sortie perso, les conditions sont difficile comme déja expliquer, il faudrait un vent d'est établi pour gagner en visi, et des marées proche du zéro pour éviter la sustentation des fond de sable et de vase environnant qui n'arrete pas d'être remué par les marées et les courants.

    en ce qui concerne l'identification, il est designé comme le U 261, mais il apparait dans les sites spécialisés et chez les connaissseurs que le U 261 aurait coulé suite à des essais de plongée, donc pas de mine, donc pas de brêche dans l'épave ? le U 263 disposait d'un Schnorquel ( espéce de cheminée qui permettait de renouvellé l'air et qui se repliait sur la coque en plongée ) et cette épave ne presente pas de trace ou de matériel de ce genre, du moins pas encore trouvé

    au contraire le U 667 lui a coulé dans les parages suite a une mine, de plus des éessais de plongée ne ce font pas sur des fonds de 30 mais plutot de 50 et plus ?

    il reste a identifiez d'un maniére certaine cette épave, si l'helice était visible, il faudrait pouvoir relevé le numéro qui si trouve cela donnerai tout de suite le type et le n° de ce sous marin

  9. En ce qui concerne le UB, au large d'Oléron, il s'agit du U 263, du moins c'est la désignation actuelle... mais il y a un doute ! il git par 28 mètres, il est assez ensablé, en ce qui concerne la plongée dessus, attention, courant de marée assez fort, ne pas louper l'étale, la sortie du pertuis d'antioche est très fréquenté par les navires de la Rochelle, il ce trouve a environ 6.5 milles dans le champ de vision du sémaphore,4 ièm obligatoire

    assez difficile à trouvez au sondeur, et visi rarement bonne, mais a faire avec une bonne secu surface, la position SHOM n'est pas bonne, je n'est pas le point. :captain:

  10. je suis daccord avec toi, mais cette manoeuvre, occasionel, me permet de faire une pointe en dessous de ma limite nitrox, pour un 32 quarante métres, dans ce cas je peux faire une éventuelle pointe un peu plus bas, et je ne prend pas de risque vis a vis du nitrox, exemple : je suis sur une épave que je connais peu, le pont est a trente huits, trente neuf, mais le sable à 45/46, en plongeant uniquement avec du nitrox 32 je me condanne a ne pas quitter le pont, alors que la au détriment de la durée, mais j'ai encore cette possiblitée.

    bien sur si je connais beaucoup mieux le site et connais parfaitement la profondeur que je vais atteindre, je plonge au nitrox exclusivement. d'autre part j'ai souvent pour ne pas dire tout le temps un bloc nitrox au pied de mon mouillage, ou au pendeur.

    pour te répondre en ce qui concerne le déséquilibre, je ne l'est jamais resenti et n'y est même jamais pensé.

    je ne prend que tres rarement le bloc déco en permanence, car j'éstime que le temps nescessaire au décaplage devant une entrée, et le recaplage en sorti est trop long, c'est pour cela que je préfére le laisser au pied du mouillage, mais cela oblige le retour impératif au mouillage, donc fil d'arianne, contreignant il est vrai mais sécurisant.

  11. Bonsoir, en ce qui concerne, je ne suis pas partisant du bi communicant, mai ce n'est là que mon avis!

    j'utilise un bi 2x12 séparé, pourquoi :

    d'abord j'ai deux source d'air, si l'une d'elle me lache, il me reste l'autre, pour assuré une remonté en mettant un terme immédiat à mon séjour fond.

    d'autre part, je peux et je le fait occasionellement, avoir un bloc avec de l'air, et l'autre avec un nitrox, 32, 36 ou plus, ce qui me permet d'assuré une quinzaine de minutes sur une épave dans la zone des quarante, et de commencé ma remontée, jusque trente ( nitrox 36 ) ensuite je passe sur mon deuxième bloc, et j'assure une déco sécurisé avc le nitrox, en gardant mes paramétres, durée profondeur, à l'air.

    j'ai en plus un troisième bloc généralement au pendeur, ou en pony, que je récupére dans ce cas au mouillage lors de mon retour, ceci implique évidemment le fils d'arianne pour le retour au mouillage.

    pour repondre au message qui ne trouve pas necéssaire le deuxième fils d'arianne, pour la pénétration ( de l'épave ) même en faisant très attention, au palmage, et ceci même sur une petit distance dans l'épave, parfois le simple fait de ce retourner pour ressortir fait que l'ont soulève du sable ou pire de la vase, et l'ont ne distingue pas l'accès même très proche, d'ou pour moi l'utilité du fils d'arriane et /ou du Flash.

     

    pour ceux qui utilise des stabs conventionnel, les boucles de sangles rapide, sont très souvent sur le dessus de la bouteille, et leur épaisseur en fait un point d'accrochage très prisé des tôles et des lignes de pêche: lors de gréage de la bouteille faire attention a les mettre dans l'angle le plus près du dos, entre la stab et le dos du plongeur, cette simple précaution évitera bien des désagréments

    pour repondre a Tautaz, je suis daccord avec toi, une reconnaissance progressive de l'épave est le meilleur moyen de bien la connaitre, mais à un moment il faudra bien pénétrée dedant, pour encore mieux la connaitre, et la ce sera ... l'inconnu !

  12. Bonsoir je plonge, depuis plusieurs année exclusivement sur épaves, et effectivement j'ai en mon temps, au sein de mon club milité pour un enseignement plongé spéciale épave.

    en ce qui me concerne, je plonge avec un bi 2x12 totalement séparé, donc deux scaphandre autonome, deux manos deux détendeurs, en plus avec une wings, ( deux inflateurs, deux vessies ) je prefére plongé en humide, ou semi humide, plus prés du corps, également deux phares, un couteau, et un coupe fils, voir une cisaille, surtout pour les ligne de péche, les ligne a congre sont difficile a coupé avec un couteau !

    tout cela sur la ceinture de la stab, de façon à être préhensible facilement, bien sur l'ensemble des manos, détendeurs sont façon collier autour du cou, maintenu par une boucle en élastomére, rien qui pend, qui traine.

    pour la pénétration dans l'épave, toujours bien regardé l'endroit ou l'on pense entré, et surtout ressortir, le binome peu rester a proximité de l'accés pour aider si besoins, un flash avec un flotteur peu être poser a l'entrée, bien en vu pour le retour en cas de pénetration profonde dans l'épave, un fils d'ariane principale, qui vous relié au mouillage, ou vous avez déposer vos blocs de déco si besoins, et un second plus petit pour la pénétration.

    une protection de robineterie est un plus en cas de choc dans les tôles, risque de coupure des tuyaux en sortie du premier étage

    bien sur un sécu surface, avec un bon marin est un plus non négligeable, suivant l'endroit ou vous plongé.

    la prudence et la réflextion sont les deux principales atouts du plongeur, sur et dans l'epave, si j'entre comment sortir ? est ce suffisament solide ? ( risque de chute de tôte ou de piéce divers)

    le palmage est aussi important dans la progression !

    mais surtout ce que j'apprécie dans la plongée sur épave, c'est tout d'abord l'épave elle même par son ambiance, mais aussi sont histoire, il faut ce souvenir qu'elle fut habiter qu'elle a naviguer que des hommes ont travailler dessus et peut être sont morts dans le naufrage... alors respect !

    n'oublions pas que les Epaves ont une Ame.... ( PAtrice Strazzera )

  13. Bonjour, l'un d'entre vous à t'il déja dû réparer un parachute de relevage, le mien à été couper sur quelques centimétres, dans une épave.

    il s'agit d'un parachute Aqualug blanc, avec la purge au sommet en toile assez épaisse, quel type de colle et de rustine utilisé ?

    merci par avance :biere:

  14. et bien voila, un anniversaire pas commes autres... nous ont en était persuadé !! dimanche je vais plongé, je te promet que la bouteille de "champ maison" ( on en produit en Touraine même que c'est mon beau fils) sera sur le bateau, mais pas pour la boire.... elle sera déposé dans une magnifique épave, loin dans le grand Atlantique avec une étiquette, " à ne remonté à la surface que pour la Guérison de Muréne" en espérant la remonté rapidement.

  15. comme beaucoup, je suis ton épopé depuis le debut, je n'avais pas encore osez dire quelques chose....quand on ne connais pas... mais la ce soir j'ai craquer j 'ai repris les derniers post jusque..... pour comprendre...., mon clavier s'est soudain inondé, alors j'ai compris que je ne devais plus rester dans l'ombre.

    que te dire, que faire que tu ne fasse pas toi même, démunie, et envieux de voir cette force, cette volontée, qui est la tienne, alors continue, continue, encore et encore toujours en avant, ton corps doit obéir a ton esprit, et non pas l'inverse ,forte tu l'est obstinée tu doit continuer, droit devant la lumiére la bas les plongées futures, quelle belle revanche tu va t'offrir...

  16. il me emble que le premier club de plongée en france, en structure et en regroupement de plongeur amateur, donc la premiere asso de plongée fut le Club Sous l'eau de Saint Raphaél.

    sous reserve d'erreur de ma part, je pense qu'il débuta ses activités vers les années 50, voir s'il n'y pas sur ce forum un adhérent de ce club qui pourrait préciser cette problabilité ?

  17. Re Moi, en ce qui concerne Patrice Strazzerra, je peux peut être, te trouver les N° un deux, je ne te promet rien, mais je peux essayé, Patrice est un ami personnel.

    au pire je peux te scanner des photos qui ne figure pas dans ses albums, ce sont des photos qu'il na pas sellectionner pour la parution, mais qui sont de très bonne qualité

     

    je vais voire pour les n° Un et Deux, je te tiens au courant... !

     

    un autre site au hasard, se sont des amis aussi :

    http://scyllias.chez-alice.fr/

  18. en ce qui concerne les livres, j'en effectivement une collection, il sont plus historique, et raconte pour la plupart, les circonstances du naufrage, l'historique du navire, pour certain les points gps et les conditions de plongée dessus, quelques un sont agrémenter de photos ou dessins.

    et si tu veux des vrai photos d'épaves faites par un passionné, il te faut acheter les Albums de photos de Patrice Strazzerra .

    http://www.sommeildesepaves.com/

    donne moi un mail privé je te ferai parvenir la liste de mes livres

  19. Que cherche tu ? des epaves a l'étranger ou en France , il y a bon nombre de bouquin sur les épaves des cotes de France

    pour exemple: les messagéres de l'histoire de Jean Louis Maurette, ( cotes de Groix )

    epaves des cotes de France de Bertrand Sciboz.

    Mémoires Englouties de Bruno Jonin etc etc

    j'en est plusieurs si cela t'intéresse je peux te donner les adresse des éditeurs !

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.