Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

christophe 38

Membres
  • Compteur de contenus

    23 248
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    21
  • Pays

    France
link1
link2
link3

christophe 38 a gagné pour la dernière fois le 13 juillet

christophe 38 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

456 Excellent

À propos de christophe 38

Informations personnelles

  • Localisation
    la cote basque
  • Passions
    euh, la plongée ?
  • Profession
    je travaille ? mais, c'etait avant...

La Plongée

  • Niveau en plongée
    N 3, classe II B, trimix hypo, form TIV
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

563 visualisations du profil
  1. yop ma cible, mes spots, en métropole, se trouvent sur 40 m, en general. Sur des plongées carrées, je prefere larguer le para au départ du fond. Pour la palanquée, c'est le signe du regroupement autour du fil, la possibilité de remonter en tenant le fil, sachant que je donne la vitesse de remontée (en general 9-10 m/min). Pour la surface, en faisant comme ça, je véhicule plusieurs messages : - tout va bien (sinon, il y aurait 2 parachutes) - ma palanquée a fini sa plongée et nous remontons (mon para a mon prénom dessus) - s'il y a du courant, la sécu peut suivre la dérive - la sécu peut se consacrer aux autres bulles et aux autres paras au fur et à mesure de leur sortie - la sécu peut checker de temps en temps mon para pour s'assurer qu'il est toujours seul (pas 2 paras, pas de detresse) et que les tetes ne sont pas à coté du para (pas encore sortis) - le blocage du spool permet d'avoir un point fixe pour effecturer le palier, bien efficace pour les copains qui ont du mal à rester stabilisés... bref, 2 spools de 45/50 m de long et s'il le faut, j'ai un moulinet de 130 m (dans le sac, au cas où)
  2. pareil : 2 masques depuis que j'ai une boucle qui a peté, sur une plongée air à Groix, sur petits fonds... et depuis que je suis formé trimix (depuis ..... 2005 ou 2006, de mémoire), c'est second masque "obligatoire", meme si je n'en ai plus jamais eu besoin, en métropole, étanche et wing, 2 détendeurs, bien sur, 2 para, un jaune (detresse) et un orange, 2 spools de 45 m (un pour chaque para, au cas où) 2 ordis... un seul mano mon bi, que j'utilise en trimix, a un isolateur central, fermé sauf un quart de tour... si ça part en débit continu, je n'ai qu'un quart de tour à faire pour conserver au moins un fut, et j'ai le temps d'isoler le robinet qui fuit... et le mano est monté sur le détendeur en tour de cou, celui qui est connecté à la wing... le tuyau long est relié au robinet de droite, avec l'inflateur de l'étanche, quand j'ai une étanche.
  3. et que tu casses un ressort de palme et qu'un sous marin lance un filet pour te capturer... je ne tire pas de fil à 80, ni meme à 60 à l'air... quant à la ligne qui traine là, je t'invite à regarder de nouveau les photos de ma config ; tu y verras un coupe fil sur le tuyau annelé du DS.
  4. yop @ JP : imaginons une plongée à 40, sur épave, plongée carrée. Sur la cote basque, elle se fait couramment avec un 12 litres, perso, je la fais en 15 l (parce que je n'ai pas de 12). Prenons comme parametres 10 minutes de DTR, décollage à 100 bars, premier des deux parametres atteint par l'un des membres de la planquée, et un plongeur lambda qui consomme 20l/min. Selon la méthode de Laurent, il faudra 40 bars avec un 12 l pour arriver à la surface. Reste dans le bloc 60 bars.. Mais, si tu dois intervenir sur l'équipier, et que ta conso, entre les gestes, le palmage, le stress, monte à 60 l/minute rapporté à la surface, penses tu que ce sera assez ? meme si le copain est zen et qu'il consomme autant que toi, vous sortez avec 20 bars dans ton bloc ; l'accident et le sur accident ne sont pas loin. je n'ai pas oublié que tu avais un bloc de déco, simplement, n'oublie JAMAIS que ce n'est que du bonus ! ton bloc a pu ne pas etre refermé avant la mise à l'eau et etre vide (déjà vu, bien sur), son détendeur peut etre bloqué fusant, inutilisable... tu as peut etre du abandonner le bloc déco quand tu es rentré d'un coté de l'épave (et ça s'est mal passé, tu es obligé de te casser sans le récuperer) (déjà vu aussi)... un autre exemple tordu ??? 2 plongeurs font une profonde sur épave (56 m) ils ont prévu 12 minutes de DTR et/ou 100 bars.. Ils se checkent régulierement. le premier des deux, celui qui consomme le moins s'inquiete, arrivant à 100 bars (donc son compère doit avoir déjà dépassé ce cap).. Il checke de nouveau son équipier qui lui répond OK.. Comprenant qu'il est cuit, il lui fait signe "fin de plongée, on remonte"... en se réunissant sur le fil du parachute, un regard sur le mano du copain lui confirme que ça va etre compliqué : 65 bars pour la conso retour, la déco.. normalement, ça va etre chaud... Vers 45, le binome émerge de sa narcose et s'agite ; il a compris qu'il n'arriverait pas en haut avec ce qui lui reste... il gaspille (en gesticulant et en respirant comme un goret)... ce n'est qu'un exemple.. d'où l'interet du briefing avant la plongée et de la mise au point d'un signe qui indique le OK en lieu et place du signe traditionnel (ça peut etre le majeur vers le haut, le V de la victoire, le pouce à l'horizontal, bref, un truc changeant qui montre la concentration de l'équipier)
  5. démocratisation de la plongée ??? la plongée accessible pour tous ?? quelque soit le mental ou la condition physique ? changement des logiciels de décompression ? passage de la table aux ordinateurs, par exemple (et d'une logique de décompression d'une plongée carrée, on est passé à une plongée individuelle dont la décompression colle au profil ?) accessoirement, on peut aussi regarder le calendrier : avant les années 1993-1995, le trimix n'existait pas (d'où le danger pour celui qui veut juger les faits d'hier avec les yeux d'aujourd'hui) et le mix a mit longtemps avant de se démocratiser (et le trimix n'est surtout pas la solution : la vitesse de remontée est LE parametre qui va casser des plongeurs : 10 metres par minute etant la vitesse maxi à ne jamais dépasser, et beaucoup de plongeurs ne maitrisent pas cette vitesse, cette donnée, donc, des cartons en devenir). la Science, les études ont prouvé que l'hyperoxie est plus dangereuse que la narcose... quant au passage à 40m, on peut aussi plonger virtuellement, sans se mouiller, sans faire d'oedeme, sans se noyer, virtuellement... sinon, dans le monde de la plongée pro, c'est toujours 60 la limite de la plongée travail, à l'air.. quant au métabolisme... il y a ceux qui cassent (parce qu'ils ont un FOP), ceux qui ont fait la fete la veille, ceux qui n'ont pas mangé ou déjeuné, ceux qui sont encore bourrés, ceux qui ont pris des produits ou des substances... tout ceux ci ont des circonstances favorisantes.. (comme ceux qui ont froid et qui ont plus de 40 ans (l'oedeme) et qui font des efforts..) je vais plagier une citation : "ils ne savaient pas que c'etait impossible, alors, ils l'ont fait"... l'effort physique à faire consiste à appuyer sur le surpresseur pour gonfler la wing ou l'étanche et remonter... est ce insurmontable ?? pour le reste, la narcose, on s'accoutume (pour les gestes reflexes)... et pour ma part, pour en pratiquer régulierement, je me rappelle de ce que je vois dans la zone des 60 (voire un peu plus bas).
  6. à condition qu'il ait encore une stab .... hier encore, j'ai vu un fenstop s'arracher ..... c'etait en surface sur une check matos avant plongée, mais, j'ai déjà vu sous l'eau..
  7. un peu pareil (et je suis encore mort ce matin)... bref, ce n'est pas dans ma culture... J'ai commencé la plongée à une époque où nous pouvions plonger à 82 ou 85 metres à l'air.. donc, tu comprends bien que des plongées qui seraient limitées à 40.... comment dire ??? ça ouvrirait d'autres problemes ! il faudrait plonger trimix, l'hélium est rare et cher (et de production polluante) ; les cadres sont rares... les plongées sont planifiées, découpées... la vitesse de remontée est limitée sous peine de carton qui laissera des sequelles, bref, celui qui veut se limiter à 40 m et 1.4 de pp02, c'est bien... qu'il le fasse. Personne ne lui impose d'aller plus bas.
  8. hummm, pour ma part, ce n'est pas le volume necessaire à mon équilibrage qui conditionne le volume de la wing, mais, la capacité de remonter un équipier qui a perdu son équilibrage... et comme Darwin, parfois, regarde vers nous, ça peut arriver en début de plongée, quand chacun est lourd... sans aller à des volumes de 35 litres, qui peut le plus peut le moins.... l'inverse est moins sur.
  9. pareil vers les 800 plongées et rincé quand j'y pense, le mien a commencé à montrer des signes de faiblesse ; démontage, changement des joints, graissage et c'est reparti ; le précédent, en plastique, était jetable et ne tenait pas la durée.
  10. christophe 38

    Histoire de SAC

    de rien... en gros, ces logiciels sont identiques (perso, j'ai subsurface) et pour avoir une différence de cette "ampleur", c'est le volume renseigné qui en est la cause en ce moment, j'en suis entre 8 et 9 litres reportés à la surface parce que je deviens fainéant (sinon, les mauvais jours c'est 10-11l/minute) en métropole, je tournais à 11-12 l en étanche, un poil plus avec bi et décos moins je consomme, plus je dure et ici, je fais des plongées entre 70 et 90 minutes
  11. christophe 38

    Histoire de SAC

    surface air consumption... ta consommation reportée à la surface, à la pression atmosphérique... question bete : as tu mis le meme volume de bloc entre les 2 logiciels ? pas une fois 12 litres et une fois 10 litres (sur subsurface) ???
  12. pourquoi faire, un shorty 3 mm ??? 3 mm, c'est pour une eau à 25° au moins... pas 25 degrés sur 30 cm d'épaisseur.. à la base, ce n'est pas un shorty qu'il te faudra... ensuite, essaie les tailles dans les magasins ... pour trouver la bonne.
  13. hummmm j'ai vu, dans les années 1990, la création des centre de loisirs jeunes, pour occuper la population cible... j'ai connu aussi une époque où il fallait avoir fait 2 chiffres en jours de garde à vue par an pour pouvoir etre inscrit... pour profiter de loisirs que les enfants de ceux qui payent des impôts (c'est à dire le matériel et le personnel qui s'occupe de ces jeunes désœuvrés) ne pouvaient pas s'offrir... et si ce concept avait été la solution, je crois que nous n'aurions plus de délinquance dans les cités... or... quel est le souci ? que ces jeunes se sentent déclassés ??? mais, ils le sont ! qu'ils auront du mal à trouver un emploi ? quand on a une éducation "normale", des diplômes valables (je ne parle surtout pas du BAC Covid 2020), on est en concurrence (ahhhhh le vilain mot !) avec d'autres et on doit être efficace, ingénieux, méthodique etc... pour eventuellement esperer etre embauché pour gagner le SMIC (alors qu'on voit le copain d'escalier qui palpe 1000-2000 euros par jour en vendant du shit..) chacun a son destin entre ses mains.
  14. yop tu cherches SOCOTEC ou APAVE dans ton département, tu les appelles et tu leur demandes le centre de requalification des équipements sous pression... ça le fera
  15. https://www.lefigaro.fr/flash-actu/je-croyais-que-ce-virus-etait-une-arnaque-un-trentenaire-passe-par-une-covid-party-meurt-du-coronavirus-20200712 nous avons eu une palanquée de coronaidiots à l'Arena de Nice... triste d'etre con comme ça !!! une arnaque !!! et lui, le jour de la distribution de l'intelligence, il faisait l'école buissonnière ???
×
×
  • Créer...