Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

christophe 38

Membres
  • Posts

    27,070
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    110
  • Country

    France

Posts posted by christophe 38

  1. il y a 22 minutes, brenique a dit :

    Tu fais comme les locaux...t'as plus de chance en la volant...:roule:

    Il y a peu de motos, à Mayotte ; la plupart sont des caisseux qui essorent la poignée, mais ne savent pas jouer du selecteur.

    C'est d'ailleurs un bon anti vol (puisque les voleurs ne savent pas se servir/piloter une moto)

     

    sinon, nous rentrons dans l'été

     

    la saison cyclonique... et quand il pleut, ça ne dure pas, mais, tu passes sous des cascades.

  2. Il y a 6 heures, PlongeurSDF a dit :

    Bonjour,

     

    Aujourd'hui je décide de tester un nouveau club de plongée dans lequel j'ai toujours refusé de plongé (au vue de ce qui m'y était rapporté).

    Lorsque je demande à mon binôme qui est en cours de formation Nitrox confirmé dans le même club sa PpO2, en précisant que je souhaitais prendre 1,5, il me dit que non c'est 1.6. À la question pourquoi auprès de la responsable de la structure, elle répond  "parce que c'est la norme pour le Nitrox en France !".

     

    Avant mise à l'eau, je constate que le bloc de sécu 10 L air, reste à bord "non gréé", la consigne du DP "en cas de besoin vous secouez le parachute, j'arrive et vous l'envoie".

     

    On plonge 40 m max, enfant on s'arrête à 32 (bien la peine de faire le cirque pour les 1.6).

    En remontant, à 20 m, nous avons la visite de 2 plongeurs en gilets fluo orange : les plongeurs de la DRAJES !

    Ils demande si chef de palanquée, en fait nous sommes en autonomie, ce que je lui confirme.

    Contrôle des ordis, vérification des plaquettes % Nitrox, Initiales, MOD, date, etc.

    Puis, ils nous demande de les suivre pour remonter au bateau, chouette pour une fois, on n'a pas à se faire ch*** pour retrouver le bateau.

    Ils remontent directement à la surface, sans palier de sécu.

    Mon ordi étant réglé sur 5 min de sécu, je refuse de remonter (déjà qu'ils me bouffent mon temps de plongée).

    De retour en surface, nous avons droit au reste de l'équipe qui est sur le bateau, 1 en civil avec sa plaquette (pour ne rien oublier) les 2 autres en uniforme armés, etc.

    Nous sommes interrogé sur nos aptitudes, paramètres prévus, réels.

    En fait la fiche de sécu sur le bateau était une feuille blanche, avec quasiment tous les renseignement, mais en recto-verso, sauf le nom des encadrants et pas d'heure de départ.

    Le bloc de sécu non monté, le bloc de sécu nitrox dernière vérification 08/2022.

    Ils vérifient la trousse de secours, les dates de péremption, les médicaments qui n'ont rien à y faire, etc.

    Contrôle des requalification et TIV des blocs en service et de l'oxygène. Ils comptent le nombre de litre qu'il y a dans l'oxy, pourquoi ?

    Exige d'avoir les documents prévus dans l'affichage obligatoire sur le bateau, question pas à au club ? "Non", il faut que les clients puissent y avoir accès, mais l'EAPS, ce n'est pas le local ? Grosse hésitation de leur part du coup.

    L'équipe nautique refait surface et monte à bord et à nouveau, souhaitent re-vérifier ou avoir des prévisions sur ce qu'ils avaient notés sous l'eau.

     

    La 2ème palanquée (1 E3 + 1 élève 1 N1), arrive à bord, ils sont vexés de ne pas les avoir trouvées sous l'eau. pourtant, elles étaient à 10 m de nous lorsqu'ils nous ont abordés.

    Et là cela recommence, en tête à tête, la monitrice ...., puis la client ... ah zut elle ne parle qu'anglais.

     

    Ils promettent d'envoyer un courrier avec les anomalies et de terminer leur contrôle au local pour avoir accès aux preuves de reqaulification des blocs pour lesquels ils ont relever la référence (A, B, ou C, sur chaque bouteille). Ils insistent pur préciser qu'il faut impérativement que les clubs référencent leur bouteilles par un système personnel et non le n° constructeur, je m'étonne à nouveau.

     

    Clairement, une équipe qui pousse le contrôle à fond, de vrais proctologues. Mais à force de gratter un peu, cela ne sens pas toujours pas très bon.

    Le club n'était pas parfait, mais ils n'étaient pas les seuls. En tout 1 heure d'immobilisation.

     

    Message à fin de vous prévenir de ce qui peut arriver. Il n'est peut-être pas inutile de vérifier vos embarcations, leur armement, et équipement de sécurité.

    Je pense que s'il avait déjà utilisé une fiche de sécu digne de ce nom, un bloc de sécu prêt à l'utilisation, cela aurait peut-être moins dégénéré.

     

    Mais il faut se souvenir qu'ils le font pour notre sécurité.

    Nous avons eu un controle des Aff Mar et de Jeunesse et Sport, il y a un mois, sur Mayotte ;

    un bateau de plongée.... n'a pas plongé et a du etre raccompagné sur sa plage, avec ses clients ; pas de bloc de sécu et les masques haute concentration bouffés par le soleil et manque le masque enfant...

     

    Ici, nous avons déjà eu des palanquées perdues en dérive en mer (avec recherche hélico), des plongées hors des eaux territoriales (lire et comprendre avec des navires armés en plaisance et ne pouvant s'éloigner d'un abri), au moins un pilote employé au black (qui a perdu une palanquée, pas celle dont je parle plus haut)..

    bref, vu le turn over, le maintien des controles est important.

    • Merci 2
  3. Il y a 7 heures, Atmos a dit :

    Ou comment faire progresser notre sport.

    Beaucoup de devs d'appli sous-marine sont frileux.
    Par contre, certaines technos locales fonctionnent très bien sous l'eau.
    On peux faire mieux.

    Il y a du travail.

    y a t il un marché ? (qui n'est pas saturé : donne moi les chiffres : combien de plongeurs, en tout, par exemple chez toi ; combien de plongées annuelles ? quel pourcentage de gens plonge moins de 10 fois par an ? moins de 20 fois par an ? et tu penses que ce sont eux, les cibles ? et, pour le reste des plongeurs, combien d'encadrants, de moniteurs ? et donc combien de passionnés qui sont prets à banquer pour avoir ton projet ? et, combien couterait ton objet ?)

     

    combien de constructeurs d'ordis dans le monde ?

    combien de modeles d'ordis (du no déco à celui qui propose le circuit fermé) dans le monde ?

    qu'apporterait ton ordi par rapport aux autres, qui ferait craquer et abandonner les concurrents ?

     

    dit autrement, un celebre inconnu te propose un ordi qui fait le café et les croissants...(mais, pour ce prix là, il coute 600 balles).

     

    tu sautes le pas et tu jettes le tien pour passer dessus ?? et s'il ne tient pas ses promesses ? (cela me rappelle le Xdeep sorti il y a un peu plus de 10 ans : petit format, logiciel simple... mais, qui, coté déco, t'envoyait au palier rien qu'en voyant la mer... et, pour le mien, n'était pas étanche (ballot pour un ordi de plongée).... il n'a pas fait 30 plongées...

    à comparer à mes OSTC qui totalisent plus de 1500 plongées, eux... (2N puis 2C, maintenant OSTC2 et peut etre bientot le 2+).

    Je confie ma viande à ces ordis et à un Perdix....

     

    (je n'ai jamais eu l'occasion d'essayer un mac lean...)

  4. il y a 9 minutes, crazysurfeur a dit :

    Un article (en anglais) du test avec l app Oceanic +

     

    https://techcrunch.com/2022/11/28/oceanic-plus-apple-watch-ultra-scuba-diving/

     

     

    le meme, avec un traducteur automatique, sur le navigateur :

     

    Nous sommes allés plonger avec l'Apple Watch Ultra

    En bref : les fabricants d'ordinateurs de plongée devraient s'inquiéter

    Haje Jan Kamps @ Haje / 17h00 GMT+3 28 novembre
     

    Apple Watch Ultra used in the water by a scuba diver

    Crédits image : Bang Bang Media

    En septembre, Apple a lancé l'Apple Watch Ultra, qui est non seulement étanche jusqu'à 100 mètres (330 pieds) de profondeur, mais peut également être utilisée comme ordinateur de plongée à l'aide d'une application compagnon développée par Huish Outdoors . L'application a été lancée officiellement aujourd'hui , mais nous en avons emmené une version préliminaire dans la mer d'un bleu profond pour la tester.

    Je suis un plongeur passionné depuis plus d'une décennie. J'ai enregistré des centaines de plongées et j'ai obtenu une poignée de qualifications au fil des ans : je suis un Rescue Diver SSI, un Master Diver SSI et un Divemaster PADI ; J'ai également suivi plusieurs formations spécialisées au fil des ans. Si cela ne vous dit rien, il suffit de dire que je suis formé aux premiers secours spécifiques à la plongée, et si vous plongez avec moi, je peux (du moins en théorie) vous sauver la vie en cas de problème. Je suis également qualifié pour diriger des excursions de plongée.

    Je suis aussi un grand fan de matériel et de gadgets, alors quand Apple a annoncé pour la première fois que l'Apple Watch Ultra pourrait être utilisée comme ordinateur de plongée, j'ai été très excité et j'ai écrit effrontément que je confierais volontiers ma vie au poignet le plus frais et le plus gros. supercalculateur usé du fabricant d'électronique basé à Cupertino . L'article m'a apporté des commentaires intéressants de la part de la communauté de la plongée, mais je m'en tiens à cela. Alors, quand Apple m'a donné un accès anticipé à l' application Huish Outdoors Oceanic + et à une Apple Watch Ultra, j'ai décidé de mettre mon argent là où va mon régulateur, de réserver un vol pour Hawaï et de voir s'il pouvait supporter la pression de 100 pieds d'eau de mer sous mes yeux attentifs.

     

    Étais-je nerveux ? Pas vraiment. Un ordinateur de plongée peut tomber en panne sans mettre la vie des plongeurs en danger. Cela dit, je dois mentionner que si l'Apple Watch Ultra est dans sa forme complète et définitive, l'application Oceanic+ ne l'était pas. J'exécutais une version bêta, ce qui a introduit quelques nerfs. L'application Watch était complète et fonctionnait parfaitement, mais l'application iPhone Compendium était encore un peu rude sur les bords.

    L'application Oceanic+ watch elle-même est l'endroit où se fait le gros du travail, donc je vais y consacrer l'essentiel de mon attention, mais commençons par un léger détour par une théorie…

    Qu'est-ce qu'un ordinateur de plongée ?

    Si vous êtes un plongeur chevronné, vous n'avez probablement pas besoin de ce rappel, mais pour que cet examen ait vraiment un sens, nous devons devenir un peu ringard sur ce qu'est un ordinateur de plongée et pourquoi il est important d'en utiliser un.

    Vous avez peut-être entendu parler de « les virages » ou d' accident de décompression . Il s'agit d'une affection potentiellement médicalement grave qui peut survenir lorsque vous respirez un gaz (généralement de l'air) sous pression (comme sous l'eau). Le problème est que lorsqu'un gaz est sous pression, il pénètre dans vos poumons et l'azote contenu dans le gaz est absorbé dans votre circulation sanguine. De là, il va partout où va votre sang - vos muscles, votre graisse, votre cerveau, vos tripes et tous vos autres tissus. Ce n'est pas dangereux en soi, tant que le gaz reste "en solution" - en d'autres termes, tant que votre sang reste liquide, votre graisse reste grasse et votre cerveau reste sans bulles d'air.

     

    Si vous réduisez la pression trop rapidement, par exemple, en faisant surface trop rapidement après une plongée, la physique fléchit ses bras puissants (sous la forme de la loi de Boyle ), et ce gaz peut sortir de la solution, formant de petites bulles. Ces petites bulles peuvent s'accumuler dans des endroits où vous ne les voulez pas et causer de très graves problèmes. Une petite bulle d'air dans un vaisseau sanguin de votre cerveau peut provoquer une embolie. La même bulle d'air dans votre cœur peut provoquer des crises cardiaques et de l'air là où il ne devrait pas y avoir d'air peut provoquer un certain nombre d'autres effets néfastes. Des problèmes « mineurs » sont également possibles, ce qui peut entraîner des éruptions cutanées, des démangeaisons ou d'autres désagréments. Si vous voulez vous plonger dans toutes les choses désagréables qui peuvent arriver, n'hésitez pas à rechercher sur Google le mal de décompression et les blessures de plongée, et vous tomberez sur de la merde.

    La particularité qui complique tout cela est que différents tissus absorbent et libèrent de l'azote à des rythmes différents, vous devez donc garder un œil attentif sur les choses.

     

    Underwater-apple-watch-ultra.jpg

    Un plongeur autonome constate que l'alarme de temps de plongée cible de 30 minutes a été atteinte. Crédit image : Bang Bang Media.

     

    Pour les plongeurs récréatifs, il existe un moyen assez simple d'éviter le mal de décompression :

    1. Lors de la plongée, les plongeurs tendent d'abord vers la partie la plus profonde de leur plongée, puis descendent progressivement et lentement de moins en moins profondément dans leur plongée, en s'assurant qu'ils ne remontent pas plus vite qu'un certain taux de remontée. Un ordinateur de plongée aide ici : il vous avertira si vous remontez trop vite.
    2. Lorsque vous plongez, assurez-vous qu'ils ne restent pas trop profonds trop longtemps afin que les tissus à charge lente ne soient pas surchargés d'azote. Les mouchoirs à chargement lent se déchargent également plus lentement et peuvent causer des problèmes même si vous respectez toutes les autres règles de la plongée. Un ordinateur de plongée aidera également ici, en utilisant des algorithmes pour garder un modèle de la charge en azote de chacun des tissus d'un plongeur et conseillera aux plongeurs d'aller moins profond ou de mettre fin à une plongée s'ils sont surchargés. (L'algorithme utilisé par Oceanic+ garde une trace de 16 types de tissus théoriques différents, pondérés de différentes manières pour assurer la sécurité des plongeurs récréatifs.)
    3. Enfin, les plongeurs peuvent se donner un peu de temps en surface entre les plongées pour donner à leur corps le temps nécessaire pour évacuer les gaz. En plus de la plongée, il est important de ne pas faire de l'alpinisme ou de prendre l'avion trop tôt après la plongée, et de ne pas plonger trop profondément ou trop souvent en succession rapide. Comment gardez-vous une trace de tout cela? Vous l'avez deviné : un ordinateur de plongée.

    Au début de la plongée sous-marine, avant que les ordinateurs de plongée ne soient une chose, vous utilisiez un profondimètre et une montre. Votre profondimètre mesurerait la profondeur à laquelle vous êtes allé et votre montre serait utilisée pour savoir combien de temps vous êtes resté là-bas. Et pour calculer combien de temps vous pourriez passer sous l'eau, vous utiliseriez des tables de plongée. Ces premières tables de plongée ont été calculées essentiellement en testant des plongeurs casse-cou de la marine au début des années 1900.

     

    Comme vous vous en doutez, ils ont eu quelques problèmes : la plupart des personnes qui ont participé aux tests étaient des hommes, âgés de 18 à 25 ans et en très bonne forme physique. Je peux à peu près passer pour un homme, mais le reste de ces choses ne sont pas vraies pour moi. L'autre problème est que les tables de plongée n'ont pas vraiment un concept de plongées à plusieurs niveaux : elles supposent que vous plongez à une certaine profondeur (dans le cas d'un plongeur de la marine, placez des explosifs sur un navire ennemi), restez-y pour faire un travail puis refaire surface. Ce n'est plus vraiment comme ça que les gens plongent pour le plaisir.

    Ainsi, dès que les ordinateurs de plongée sont devenus raisonnablement accessibles, les gens ont commencé à les utiliser à la place. Les premiers ordinateurs de plongée sont devenus disponibles dans les années 1980, et ils ont commencé à être à un prix raisonnable, ce qui les a mis à la portée des plongeurs récréatifs à la fin des années 1990. Ils peuvent vous émettre un bip lorsque vous montez trop vite, garder une trace de votre chargement de tissus et suivre des scénarios multi-profondeurs et multi-plongées qui deviennent rapidement trop compliqués à comprendre à la main. Certaines formations de plongée incluent toujours l'utilisation de tables de plongée pour soutenir l'enseignement de la théorie et de l'histoire, mais la grande majorité des plongeurs ne les utilisent pas après avoir réussi leur certification.

    L'application Oceanic+ utilise l' algorithme de décompression de Bühlmann , qui est largement utilisé et fiable dans l'industrie de la plongée.

    Alors avez-vous besoin d'un ordinateur de plongée pour assurer votre sécurité ?

    Dans le cadre de votre formation de plongée, vous apprenez à faire surface en toute sécurité après une plongée. Alors qu'un ordinateur de plongée vous indiquant à quelle vitesse vous remontez peut être une bonne couverture de sécurité, si votre ordinateur tombe en panne et que tous vos autres instruments font également chier le lit, vous pouvez toujours retourner au bateau en toute sécurité.

     

    Une astuce enseignée à la plupart des plongeurs consiste à "monter au rythme de vos plus petites bulles". En d'autres termes, ils expirent à travers leur régulateur et font passer leur main à travers les bulles qui se forment. Trouvez la plus petite bulle; il montera très lentement dans l'eau. Suivez le rythme jusqu'à la surface et vous remonterez à un rythme sûr et lent.

    Maintenant, si votre ordinateur de plongée tombait en panne, un plongeur sûr et conservateur ne choisirait pas de plonger à nouveau ce jour-là. En théorie, vous pourriez vous jumeler avec un plongeur qui avait un profil de plongée plus agressif que vous lors de plongées précédentes (c'est-à-dire qu'il est allé plus profondément que vous) et vous pourriez supposer que les données de son ordinateur de plongée seraient également sans danger pour vous. Si vous restez moins profond qu'eux lors de la prochaine plongée, en théorie, ça devrait aller. Cependant, si vous plongez avec des gaz différents (par exemple, votre mélange Nitrox était de 32 % et le leur était de 30 % d'oxygène), ou s'ils ont fait moins de plongées que vous récemment, les choses se compliquent.

    De plus, un ordinateur de plongée est un dispositif de sécurité personnel. Si vous vous retrouvez avec un accident de décompression, les médecins de plongée de la chambre hyperbare utiliseront les données de votre ordinateur de plongée pour comprendre ce qui s'est passé et comment vous traiter. En théorie, comme aucun divemaster sensé ne vous recommandera d'utiliser l'ordinateur de plongée de quelqu'un d'autre comme proxy pour votre sécurité, la plupart des opérations de plongée vous demanderont de ne pas le faire, et aucun organisme de certification de plongée ne tolérera ce genre de chose. Je vous expliquerais tout cela, puis j'ajouterais - hé, en tant que plongeur certifié, vous êtes responsable de votre propre sécurité ; vous faites ce qui correspond à votre profil de risque acceptable.

    Tout cela pour dire qu'il n'est pas réellement dangereux ou effrayant de confier mon expérience de plongée à une toute nouvelle Apple Watch et à la version bêta d'une application. J'ai plongé avec un deuxième ordinateur de plongée dans la poche de mon dispositif de compensation de flottabilité (BCD - c'est la chose qui ressemble à un gilet de sauvetage que vous pouvez voir sur les photos), donc j'avais quelque chose avec quoi comparer l'Apple Watch Ultra.

     

    Si la montre ou l'application Oceanic+ avaient échoué, j'aurais eu la chance de faire la deuxième plongée, en m'appuyant sur mon ordinateur de secours. Je dois ajouter que ce n'est pas rare pour moi : chaque fois que je travaille en tant que divemaster et que je dirige d'autres plongeurs, j'apporte généralement deux ordinateurs de plongée - un pour mon poignet et un pour ma poche.

    Avec tout cela à l'écart… il s'agit en grande partie de faire confiance à l'équipement que vous utilisez, ce qui m'amène à la question suivante.

     

    20130219-20130219-00014.jpg

    L'ordinateur de plongée que j'utilise comme sauvegarde est un Suunto Zoop. Il existe des ordinateurs de plongée plus petits que l'Apple Watch Ultra - celui-ci n'en fait pas partie. Le Zoop est maintenant abandonné, mais il a la taille d'une rondelle de hockey sur glace et à peu près aussi élégant. Il fait l'affaire de mesurer votre plongée, cependant. Ces jours-ci, je le garde dans une poche comme sauvegarde. Crédit d'image : Haje Kamps / TechCrunch.

     

    Comment savoir si vous pouvez faire confiance à un ordinateur de plongée ?

    Comme mentionné, si votre ordinateur de plongée tombe en panne, vous pouvez toujours faire surface en toute sécurité, mais cela gâcherait le reste de votre journée de plongée. Personne ne veut manquer la plongée lors d'un voyage de plongée coûteux, donc pour savoir si vous pouvez ou non faire confiance à un ordinateur de plongée, vous devez faire confiance à quelques composants différents de celui-ci :

    1. L'instrumentation - Un ordinateur de plongée doit conserver un journal de temps et de profondeur. La plupart des ordinateurs de plongée exécutent un calcul continu de votre chargement de tissus et conservent en outre un journal avec certains intervalles, afin que vous puissiez revoir votre journal plus tard.
    2. L'algorithme - Différents algorithmes utilisent différents niveaux de conservatisme (c'est-à-dire la quantité de tampon de sécurité intégré, en gardant à l'esprit que le corps de chacun est légèrement différent).
    3. Fiabilité - Il est extrêmement rare qu'un ordinateur de plongée dédié tombe en panne. Il peut manquer de batterie, mais en tant qu'appareil à fonction unique qui n'a qu'à suivre un seul ensemble d'algorithmes, il n'y a pas grand-chose qui puisse mal tourner.

    Évaluer l'Apple Watch Ultra et l'application Oceanic+ devient alors une question d'examen de l'instrumentation, de l'algorithme et de la fiabilité.

     

    Pour l'instrumentation, Apple affirme que l'Apple Watch Ultra est conforme à la norme EN13319 ; il s'agit d'une norme européenne couvrant les "exigences fonctionnelles, de sécurité et d'essai" pour les "appareils de mesure de la profondeur et du temps". En d'autres termes : ordinateurs de plongée. L'Apple Watch Ultra utilise des capteurs de profondeur précis jusqu'à 40 mètres/130 pieds. En règle générale, un plongeur nouvellement certifié est autorisé à 18 mètres / 60 pieds, mais la plupart des organismes de formation en plongée sous-marine proposeront une spécialité de «plongée profonde», qui permettra aux plongeurs d'aller jusqu'à 40 mètres / 130 pieds de profondeur. Au-delà de cela, vous envisagez la «plongée technique», qui nécessite généralement de plonger avec d'autres mélanges gazeux. Les choses se compliquent rapidement à partir d'ici.

    L'algorithme et l'interface utilisateur d'Oceanic+ sont proposés par Huish Outdoors, qui s'y connaît un peu en plongée sous-marine. La société possède un certain nombre de marques de plongée sous-marine extrêmement respectées, notamment Atomic, Bare, Stahlsac, Zeagle, Hollis et, bien sûr, Oceanic.

    Ainsi, la marque Oceanic elle-même est digne de confiance et est au service de la communauté de la plongée depuis plus de 50 ans. Les autres marques de plongée du portefeuille Huish Outdoors sont extrêmement appréciées et font confiance aux plongeurs récréatifs, techniques et industriels/militaires du monde entier. Le point d'interrogation pour moi est que la marque n'a pas nécessairement une compétence de base solide en tant que développeur d'applications.

    La vérité est qu'Apple a choisi Huish Outdoors comme partenaire de lancement pour lancer l'application Oceanic +, donnant au développeur une longueur d'avance significative, le combo recevant des centaines d'heures de tests, à la fois dans des chambres pressurisées et dans des conditions de plongée réelles. Des sources au sein d'Apple suggèrent que d'autres développeurs d'applications auront accès aux capteurs de profondeur plus tard cette année, et il sera intéressant de voir quelles autres marques décident de publier leurs propres versions de ces applications.

     

    La dernière pièce est la fiabilité. Je n'ai jamais rencontré de plantages avec les applications Apple Watch auparavant, mais il va de soi qu'ils pourraient se produire, comme ils le pourraient avec n'importe quelle autre application sur n'importe quelle autre plate-forme. Soit dit en passant, c'est là qu'Oceanic+ est, pour l'instant, une inconnue.

    Deux des quelque 40 plongeurs qui étaient avec nous lors de cette extravagance de test Oceanic + ont rencontré des problèmes avec le combo Oceanic + / Apple Watch Ultra. Il n'est pas tout à fait clair s'il s'agissait d'une erreur de l'utilisateur ou si l'application a mal fonctionné d'une manière ou d'une autre. Je n'ai rencontré aucun problème et je ne sais pas si je dois m'inquiéter. J'ai interrogé Apple à ce sujet, et ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas commenter des incidents spécifiques avec le logiciel bêta.

    Personnellement, si l'application Oceanic + avait échoué ou s'était écrasée lors de mes plongées, j'aurais été un peu grincheux, mais comme décrit ci-dessus, cela ne présente pas de risque réel pour les plongeurs. Si vous remarquez que l'application fonctionne mal, vous pouvez faire surface lentement et en toute sécurité. Huish Outdoors a publié une mise à jour de l'application bêta au moment où j'écrivais cette critique, et sa version finale sera prête dans l'App Store public pendant que vous lisez ceci.

     

    Apple-Watch-Ultra-Portrait-2.jpg

    Votre correspondant saluant le photographe sous l'eau. Vous pouvez voir l'Apple Watch Ultra sur mon poignet gauche, face à moi, et que j'ai désespérément besoin d'une coupe de cheveux et d'un rasage. Crédit image : Bang Bang Media.

     

    Comme ci-dessus, donc ci-dessous

    Oceanic + est une application Apple Watch élégante et puissante qui reproduit essentiellement (presque) tout ce qu'un ordinateur de plongée peut faire et ajoute quelques nouveaux jouets au mélange. L'application est en cours de développement et l'équipe de développement de l'application m'a dit qu'elle avait une feuille de route détaillée pour les nouvelles fonctionnalités amusantes qu'elle a en préparation. Tout d'abord, cependant : mettre l'application entre les mains des utilisateurs.

     

    L'application dispose d'un certain nombre de fonctionnalités gratuites qui sont utiles pour les snorklers et les plongeurs libres. Cependant, si vous souhaitez l'utiliser comme ordinateur de plongée, vous devez payer ses frais d'abonnement (remarquablement bien conçus) pour déverrouiller toutes les fonctionnalités.

    En surface, la montre peut être utilisée pour la planification de plongée et un journal de bord, et pour configurer les paramètres de votre prochaine plongée. Si vous avez une plongée récente dans les livres, il peut également vous montrer votre temps d'intervalle de surface.

     

    Un plongeur inspectant son profil de plongée sur l'Apple Watch Ultra

    Un plongeur inspectant son profil de plongée sur l'Apple Watch Ultra, observant qu'il s'est écoulé 1 heure et 11 minutes depuis sa plongée (connu sous le nom de "temps de surface".) Crédit image : Bang Bang Media.

     

     

    Rien de tout cela n'est sorcier ; les ordinateurs de plongée ont été capables de faire la plupart de ces choses depuis qu'ils existent. L'énorme écran tactile de l'Apple Watch Ultra rend l'expérience utilisateur nettement plus agréable que sur les montres de plongée traditionnelles, qui peuvent être assez indéchiffrables de temps en temps. Pensez aux interfaces utilisateur qui ressemblent à des reliques de l'ère des montres Casio des années 1980, et vous aurez une assez bonne idée.

     

    modes.jpg

    Le planificateur de plongée, le mode plongée et le journal de bord sont tous facilement accessibles lorsque vous êtes en surface. Crédit image : Pomme.

     

    La planification de plongée vous aide à utiliser votre charge tissulaire actuelle pour déterminer à quelle profondeur et combien de temps vous pouvez plonger après un intervalle de surface.

     

    Le journal de bord vous aide à voir le profil de profondeur de vos plongées récentes, ainsi que le temps de plongée, la vitesse de remontée maximale, la température de l'eau, la profondeur maximale et le mélange de gaz (air à 21 % d'oxygène ou Nitrox jusqu'à 40 % d'oxygène), échantillonné toutes les 15 heures. secondes pendant que vous êtes sous l'eau. Ce sont des fonctionnalités que vous pouvez obtenir sur n'importe quel ordinateur de plongée, mais Oceanic+ affiche également tous les avertissements concernant vos plongées récentes et utilise la puce GPS de la montre pour afficher une carte de l'endroit où vous avez plongé. Petites itérations, mais elles font une énorme différence par rapport aux ordinateurs de plongée traditionnels.

     

    dive-settings.jpg

    Paramètres de plongée, paramètres de plongée et écran de configuration de l'alarme de plongée. Crédit image : Pomme.

     

    Enfin, vous pouvez configurer les paramètres de votre plongée, y compris les unités sur lesquelles vous souhaitez définir votre application (Celcius ou Farenheit, pieds ou mètres, livres ou kilos) et le mode de plongée (snorkeling ou plongée) et les paramètres de plongée (pression partielle d'oxygène et paramètres de facteur de gradient, qui sont des paramètres de sécurité généralement laissés aux plongeurs avancés, ou aux plongeurs dont la composition corporelle ou les conditions médicales justifient une attention particulière). Vous pouvez également configurer vos paramètres de niveau de gaz (air ou Nitrox) et de niveau d'oxygène Nitrox.

    Vous pouvez également configurer des alarmes de plongée : une alarme de profondeur pour vous avertir lorsque vous avez atteint une certaine profondeur et une alarme de durée de plongée. Les deux sont utiles pour vous assurer de rester dans votre plan de plongée. Il est également possible de configurer si la montre démarre automatiquement le suivi des plongées lorsqu'elle détecte que vous avez sauté dans l'eau ou si vous devez démarrer les plongées manuellement.

     

    Above-water.jpg

    Il est possible de revoir la plongée ou d'ajuster les réglages en surface. Dès que vous plongez, le verrouillage de l'eau s'enclenche automatiquement et l'écran tactile est désactivé. Crédit image : Bang Bang Media.

     

    Dans l'application iPhone, vous pouvez ajouter des notes supplémentaires sur votre plongée : visibilité, courants, notes sur les personnes avec lesquelles vous avez plongé, la faune que vous avez vue, l'équipement que vous avez utilisé ou d'autres notes que vous souhaitez prendre. Vous pouvez également ajouter vos cartes et numéros de certification de plongée et d'autres notes utiles.

     

    Par exemple, dans la capture d'écran ci-dessous, les informations post-plongée montrent le profil de profondeur de ma plongée, ainsi que ma vitesse de remontée maximale (24 mètres par minute). La vitesse de remontée recommandée est de 18 m/s maximum, la montre m'a donc averti que je faisais une bêtise.

     

    Dive-Profile.jpg

    Crédit d'image  : Capture d'écran d'Apple Watch

     

    Toujours dans l'application, vous pouvez planifier votre prochaine plongée en sélectionnant le site de plongée sur une carte, et voir les températures récentes de l'eau et d'autres données sur la plongée.

    Au fil du temps, la société m'a dit qu'elle prévoyait de rendre ces données externalisées, afin que les plongeurs qui ont récemment visité le site puissent vous donner des idées à plus haute résolution sur la température, la visibilité, les courants et peut-être même la faune repérée sur divers sites. Utile si vous recherchez des baleines ou d'autres grandes créatures marines !

    L'application iPhone a encore besoin d'un peu de travail, mais même avec quelques incohérences et bizarreries graphiques mineures (principalement l'alignement du texte, des fautes de frappe mineures, etc.), elle offre une très bonne expérience après la plongée :

     

    Captures d'écran de l'application

    De gauche à droite : tableau des profondeurs, tableau des températures, taux de remontée et temps restant sans décompression. Crédit image : Captures d'écran Oceanic+

     

    Comme vous pouvez le voir sur les captures d'écran, l'aperçu d'Apple Maps a peut-être été agrandi un peu trop loin ; oui, je plongeais dans l'océan, mais sans aucun repère visuel pour savoir où j'étais, la carte n'est pas très utile.

     

    Le tableau de profondeur, la température, les taux de remontée et les graphiques sans décompression (sans décompression) sont cependant des outils fantastiques pour les plongeurs. La plupart des ordinateurs de plongée vous permettent de vous connecter à votre ordinateur via USB ou Bluetooth ; c'était rafraîchissant de voir à quel point l'expérience Oceanic + était transparente. Au moment où j'ai ouvert mon iPhone, toutes mes données étaient déjà synchronisées et prêtes à être exploitées.

    Le mettre à l'eau

     

    Haje portant une Apple Watch Ultra

    Votre serviteur portant l'Apple Watch Ultra. Elle est très confortable à porter avec tous ses différents bracelets, mais c'est une montre comiquement grande. Ignorons que j'utilise un téléphone Android sur cette photo, d'accord. Crédit image : Bang Bang Studios

     

    Pour une utilisation normale, l'Apple Watch Ultra demande un certain temps d'adaptation. C'est une très grande montre, et sur mes petits poignets d'informaticiens chétifs, elle a l'air comiquement énorme. Ce problème disparaît une fois que je suis dans l'eau, cependant; aussi grand qu'il soit pour une montre, il est à peu près comparable à un ordinateur de plongée moyen.

    Dans l'océan, l'Apple Watch Ultra est vraiment dans son élément. L'écran est grand, incroyablement lumineux et très facile à lire sous l'eau. Apple affirme qu'il s'agit du plus grand écran jamais installé sur une Apple Watch et qu'il est deux fois plus lumineux que celui de la série 8.

    Ce serait mal si je ne mentionnais pas le groupe de sports nautiques créé par Apple pour l'Apple Watch Ultra. Le "Ocean Band", comme l'appelle la société, a été conçu spécifiquement pour les activités océaniques et nautiques, moulé à partir d'un élastomère haute performance.

     

    La géométrie tubulaire lui permet de s'étirer pour un ajustement parfait, et la boucle en titane et la boucle réglable signifient qu'une fois en place, elle ne se détache pas facilement. Le groupe a été conçu pour les sports nautiques extrêmes, y compris le kite surf et d'autres sports à fort impact. Idéal pour les plongeurs maladroits comme moi. J'ai essayé d'arracher la montre sous l'eau et j'ai échoué. C'est remarquablement robuste.

    La société vend même une extension de bande si vous devez porter la montre par-dessus une combinaison étanche ou une combinaison particulièrement épaisse.

     

    Under-water.jpg

    La lisibilité sous-marine de l'Apple Watch Ultra est extraordinaire - et assez difficile à photographier, vous devrez donc me croire sur parole, j'en ai peur. Crédit image : Bang Bang Media.

     

    Une fois que vous activez le mode plongée, la montre passe en mode water-lock, ce qui signifie que l'écran tactile devient inutilisable, et vous devez compter sur la couronne numérique (qui est 30 % plus grande que la série 8 avec des rainures plus grossières) et deux boutons pour s'engager. avec ses fonctions.

    En plus de la couronne et du bouton latéral, tous deux légèrement surélevés pour pouvoir être utilisés facilement même avec des gants, l'Apple Watch Ultra dispose d'un bouton Action orange. En plongée, cela peut être utilisé pour ignorer les avertissements et les alarmes, et pour sélectionner un cap compas sur le compas sous-marin.

     

    La couronne est protégée par une garde en titane pour éviter les rotations accidentelles, et le verre saphir de la montre est protégé par une lunette en titane tout autour. Toutes les fonctionnalités intéressantes à avoir sur un ordinateur de plongée.

    La montre utilise des capteurs à base d'eau uniquement pendant une plongée : profondimètre, température de l'eau et boussole, en plus de l'heure. Vous n'obtenez pas les lectures vitales (fréquence cardiaque, etc.) que vous obtiendriez lors d'une course, ce qui, je pense, a beaucoup de sens. Apple suggère qu'il est difficile de mesurer les signes vitaux de manière cohérente sous l'eau, et dans tous les cas, j'ai fini par porter l'Apple Watch Ultra par-dessus une combinaison de plongée, donc il n'aurait pas pu faire de lecture s'il l'avait voulu.

    En cours d'utilisation dans la mer d'un bleu profond

    Une fois qu'une plongée a commencé et que le mode verrouillage de l'eau est activé, vous pouvez utiliser la couronne numérique pour faire défiler un certain nombre d'écrans d'informations. Sur tous les écrans, vous pouvez voir votre profondeur actuelle et le temps sans décompression. Toujours à l'écran se trouve également un variomètre, qui monte et descend lorsque vous montez ou descendez. Il peut être extrêmement difficile de déterminer si vous montez et descendez en eau libre, c'est donc un outil très utile pour vous maintenir à niveau dans l'eau, par exemple lors d'un palier de sécurité.

     

    screens.jpg

    Écran principal, écran secondaire, écran Boussole et écran Air. Crédit image : Pomme.

     

    Vous pouvez faire pivoter la couronne numérique pour accéder à des écrans supplémentaires ou appuyer sur le bouton Action pour définir un cap compas. Sur les différents écrans, les plongeurs ont accès à un tas d'informations supplémentaires.

    Écran principal :

    • Temps de plongée - utile pour savoir depuis combien de temps vous êtes sous-marin et quand le bateau vous attend
    • Minutes to Surface - combien de temps faudrait-il pour remonter en toute sécurité à la surface, y compris un palier de sécurité
    • Température de l'eau - jamais vraiment très utile, car vous ne pouvez pas y faire grand-chose une fois que vous êtes dans l'eau et que vous réalisez que vous ne portez pas une combinaison suffisamment chaude

    Écran secondaire :

    • Profondeur maximale pour cette plongée - utile pour vous assurer que vous respectez le plan de plongée décrit pour cette plongée
    • Taux de remontée actuel - il est bon de garder un œil sur le moment où vous refaites surface après votre plongée pour vous assurer que vous remontez à un rythme raisonnable
    • Pourcentage de batterie restant dans l'Apple Watch Ultra - la durée de vie de la batterie sur cette chose est extraordinaire, mais c'est bien de pouvoir vérifier

    Écran Boussole :

    Ceci est un écran super utile; les boussoles sous-marines sont cruciales, et souvent l'un des seuls moyens de savoir dans quelle direction vous vous trouvez sous l'eau. Les boussoles traditionnelles sont une douleur royale dans la combinaison de plongée à utiliser, et l'application Oceanic + possède l'une des meilleures implémentations que j'ai jamais vues.

    • Relèvement actuel au compas
    • Cap compas cible (réglé à l'aide du bouton Action)

    Écran aérien :

    Cet écran m'a un peu déconcerté; Je doute que cela soit utile la plupart du temps, mais c'est bien de pouvoir vérifier que votre montre utilise les paramètres que vous pensiez.

    • Conservatisme
    • Paramètres de gaz - air vs Nitrox, et pourcentage d'oxygène si vous plongez au Nitrox
    • Réglage de la pression partielle d'oxygène max. C'est bon à savoir, car l'oxygène peut devenir toxique pour le système nerveux central à des pressions partielles élevées. Voici un fait « amusant » pour vous : l'oxygène peut être toxique pour les humains si vous respirez de l'oxygène pur à 100 % à une profondeur aussi faible que 6 mètres/20 pieds.

    De plus, la montre utilisera un signal haptique puissant, facilement ressenti à travers une combinaison, pour attirer votre attention sur elle lorsqu'elle a besoin de vous dire quelque chose.

     

    Il peut donner des avertissements de sécurité tels que les limites de décompression, les taux de remontée excessifs et les paliers de sécurité. Il peut également vous avertir si vous êtes à votre profondeur de fonctionnement maximale (qui varie en fonction du gaz que vous respirez) et vous avertir avec les alarmes de profondeur ou de temps que vous avez définies.

    Les alarmes sont très bien codées par couleur : rouge pour les choses qui nécessitent une action immédiate, jaune pour les avertissements et bleu si la température de l'eau descend en dessous de votre seuil configuré. Et le grand écran lumineux et l'haptique proéminente signifient que vous ne manquerez de rien.

    Voici quelques exemples d'écrans d'avertissement : avertissement de remontée trop rapide ; rappel d'arrêt de sécurité ; alarme de profondeur cible ; et alarme de température. Les lignes vertes au milieu de l'écran représentent le chargement des tissus. S'il descend complètement, vous n'avez plus de temps sans décompression et il est temps de faire surface pour éviter tout risque inutile d'accident de décompression.

     

    warnings.jpg

    Crédit image : Pomme.

     

    Une fois dans l'eau, il y a remarquablement peu à dire sur l'Apple Watch Ultra en tant qu'ordinateur de plongée : c'est facile à utiliser ; la couronne et les boutons sont phénoménaux en ce qui concerne les interfaces utilisateur, les écrans sont bien conçus ; et les informations importantes sont claires et très faciles à lire.

     

    J'ai apporté mon fidèle vieux Suunto qui m'a accompagné lors de nombreuses plongées pour servir d'ordinateur de plongée secondaire pour ces plongées d'essai. Les lectures des deux ordinateurs de plongée étaient presque identiques tout au long. Les petites différences peuvent être attribuées au fait d'avoir le Suunto dans ma poche alors que l'Apple Watch était à mon poignet.

    La Suunto utilise également un algorithme légèrement différent. Cela dit, essayer de comparer les profils de plongée sur les deux appareils m'a rappelé pourquoi l'Oceanic+ était un si grand bond en avant. Même comprendre comment parcourir une plongée enregistrée sur le Suunto est un désastre absolu et misérable. Nous avons parcouru un long chemin dans la technologie de plongée.

     

    Apple-Watch-Screen.jpg

    Facile à lire sous l'eau. Crédit image : Pomme

     

     

    Que manque-t-il?

    Apple Watch Ultra plus Oceanic + est un sacré combo. C'est la tête et les épaules au-dessus de la concurrence en termes d'écran et d'interface utilisateur, et la synchronisation et la connexion automatiques à mon téléphone sont un avantage fantastique. Ce qui ne veut pas dire que l'Apple Watch fait encore tout .

     

    La plupart des ordinateurs de plongée haut de gamme sont « intégrés à l'air », ce qui signifie qu'un émetteur peut être ajouté à votre détendeur de premier étage, qui transmet la quantité d'air qu'il vous reste dans votre réservoir à votre ordinateur de plongée. La rumeur veut qu'Oceanic + et Apple Watch Ultra pourraient avoir quelque chose en préparation pour ajouter l'intégration de l'air à un moment donné dans le futur, bien que les deux sociétés soient restées discrètes sur si et quand cela pourrait être disponible.

    Au fur et à mesure que vous vous rapprochez de la barre des 1 000 dollars, les ordinateurs de plongée sont également capables de faire des mélanges de gaz plus exotiques, principalement utilisés pour la plongée technique. Ils sont également meilleurs pour faire de la plongée avec décompression, c'est-à-dire des plongées où vous dépassez votre temps sans décompression et où vous devez rester sous l'eau plus longtemps pour évacuer les gaz.

    Je soupçonne que l'application Oceanic + a mis en place des algorithmes de déco pour sauver votre bacon au cas où les plongeurs dépasseraient accidentellement votre temps sans déco, mais je n'ai pas pu le vérifier avant la publication de cet article. Encore une fois, ce n'est pas quelque chose que l'on s'attendrait à ce que les plongeurs récréatifs rencontrent régulièrement. Pour le contexte, dans mes centaines de plongées, je n'ai eu qu'une seule fois à faire une plongée avec décompression ; cela impliquait de rester à 10 mètres pendant 6-7 minutes supplémentaires.

    Cependant, l'un des avantages de l'Apple Watch Ultra par rapport aux ordinateurs de plongée traditionnels est que la plupart des ordinateurs de plongée passent 11 mois de l'année dans un tiroir, alors que l'appareil d'Apple peut être utilisé pour, eh bien, les centaines de choses pour lesquelles les gens utilisent Apple Watch, y compris les appels, la détection des chutes, le suivi de la santé, les notifications et bien plus encore. Sur la base du coût par jour d'utilisation, l'Apple Watch Ultra est une aubaine absolue par rapport à tous les ordinateurs de plongée actuellement sur le marché.

    Je ne peux pas m'empêcher de me demander si nous sommes entrés dans un espace similaire pour les ordinateurs de plongée que nous avons vu pour les appareils de navigation par satellite il y a environ 15 ans. Si vous vous souvenez, avant les iPhones, il y avait une période où tout le monde avait des appareils de navigation par satellite dédiés de fabricants comme TomTom et Garmin. Lorsque l'iPhone est arrivé, ils ont retardé leur propre disparition dans cet espace en publiant des applications de cartographie pour la nouvelle plate-forme téléphonique avec des étiquettes de prix importantes, avant qu'elles ne soient toutes détruites par Google Maps, Apple Maps, Waze et d'autres applications de cartographie gratuites avec données de trafic en direct.

     

    Cela ne me surprendrait pas si à un moment donné dans un avenir pas trop lointain, alors que les prix de l'Apple Watch Ultra et des appareils similaires baissent, les ordinateurs de plongée semblent aussi anachroniques que l'utilisation d'une ventouse pour mettre un appareil Garmin sur votre pare-brise fait aujourd'hui.

     

    Apple-Watch-Ultra-Portrait-1.jpeg

    Souper. Crédit image : Bang Bang Media.

     

    Faut-il sauter le pas ?

    Le temps nous dira si une montre à 800 $ est suffisamment accessible pour réduire considérablement les ventes d'ordinateurs de plongée. Après tout, 500 $ vous permettent d'acheter un excellent ordinateur de plongée d'entrée de gamme . Il est certes beaucoup plus grand que l'Apple Watch Ultra, et pas aussi agréable ou aussi facile à utiliser que le combo Apple/Oceanic+. Cependant, un ordinateur de plongée haut de gamme, comme le D5 de Suunto ou l'ordinateur ProPlus 4 d'Oceanic , coûte à peu près le même prix que l'Apple Watch Ultra.

    Est-ce que je vous recommanderais de confier vos vacances de plongée à une Apple Watch et à une application Oceanic+ ? Oui, avec une mise en garde. J'aurais besoin de quelques plongées supplémentaires avec un ordinateur de plongée de secours dans ma poche BCD avant de compter sur l'application Oceanic+ seule.

    Je lui ferais confiance tant que Huish Outdoors s'assure que la stabilité et la fiabilité de l'application restent sa priorité n ° 1 sur toutes les cloches et sifflets amusants qu'elle pourrait être tentée d'ajouter au cours des mois et des années à venir. Et si l'application continue à rester stable, je ne peux pas imaginer qu'il faudra beaucoup de temps avant que le sceptique en moi ne l'adopte pleinement.

     

    Bonjour

    🤙Merci d'avoir lu, à bientôt sur le récif ! Crédit vidéo : Bang Bang Media

     

     
     

    Veuillez vous connecter pour commenter

    Connexion / Créer un compte
     
  5. Il y a 14 heures, Peio Y a dit :

    Salut,

    Oui le premier circuit s'est fait avec mon amie Angie, le deuxieme ou je guidais personnellement en mai.

    Le prochain je pensais justement le lancer en janvier 2023, avec un autre itinéraire, adapté a la saison, plus de plongée. En Mai j ai vue plus de baleines en une semaine que presque tout le reste de ma trentenaire de vie...
    Cela fait plus d un an que je me suis pas connecté a ce forum car j ai eu énormément de boulot et depis l'été je suis completemnt deconnecté, mais je reviens doucement a la civilisation et serait d'ici peu au Mexique.

    Ayant une tres muvaise connexion ici, j ai besoin de plusieurs minutes pour charger une page, retour a une epoque pres ADSL, je conseille de me contacter par whatsapp ou telegram pour plus d infos.


    Belles plongees et bonne fin d année.

    zorionak

     

    urte berri on

  6. Il y a 6 heures, gege45 a dit :

    Merci à toi pour ce début de piste…

    Pour ce qui est de voler « en gendarmerie » ce ne sera pas possible, mais un tour en ULM nous tentent effectivement…

    Je suis en train de voir pour passer une nuit au jardin maoré, surtout pour le lieu et certainement une demi journée avec le club situer à coté (le lagon maoré).

    Coté bateau, on est plus porté sur des embarcations avec accés facile à l’eau (PMT), madame adore nager au milieu des dauphins… Enfin, nagée… Faire l’étoile de mer en surface et les regarder !!!

    Coté terre, je pense me rapprocher d’une association sur petite terre si je me trompe pour tenter une nuitée de recherche d’émergence encadrée...

    ok pour le vol,

     

    le jardin maoré est tres beau ; n'oublie pas de prendre le pmt : les tortues sont juste devant,

    et les makis autour de toi.

     

    Pour les prestataires, lagon aventure, mayotte découverte, captain nemo, sea blue... proposent des mises à l'eau (ces trois là représentent environ7-8 bateaux).

    https://mayottedecouverte.fr/sortie-dauphins-mayotte/

    http://www.lagonaventure.fr/

    https://www.nautilemayotte.com/

    http://www.capnemo.fr/

    https://www.seabluesafari.com/

     

  7. re,

     

    Niels bertrand, avec Sea Blue safari est un (tres) bon https://www.seabluesafari.com/

     

    coté bateaux, tu as le choix avec des catamarans qui font de la sortie en mer, à la journée

    ou un qui plonge, aussi https://www.obullescroisiere-mayotte.yt/ (attention, il est peut etre booké)

     

    en l'air, je sors avec tiptop ulm (je me doute que si tu peux voler en hélico ou sortir avec l'avion de surveillance.... ce ne sera pas pareil).

     

    voici un début de piste...(pas une sortie de piste, rires)

  8. Il y a 6 heures, gege45 a dit :

    Salut à tous,

     

    Ban bah pour la sécurité on verra bien, mais moi et madame on part à Mayotte du 24/12 au 03/01…

    On va voir sa nièce expat là-bas depuis début octobre, son compagnon est un jeune pilote hélico de gendarmerie en première mutation…

    Donc Christophe 38 si tu as quelques bons plans de sortie bateau, je suis preneur. Moi plongeur (loisirs OWD + Nitrox) pas madame, mais adore le PMT et les dauphins.

    Et la nièce et son compagnon veulent se mettre à la plongée tous les 2…

    Merci de ton retour et au pire, au plaisir devant un petit verre...

    merci

     

    je reviendrai vers toi, rapidement, pour te donner des coordonnées de prestataires pour les sorties bateau

     

    et, éventuellement sortie plongées (les centres sont de moins en moins nombreux, et celui avec lequel je plonge sera fermé du 18 ou 9 décembre à la nouvelle année).

  9. Il y a 3 heures, lolodu59 a dit :

    parce qu'il faudra encore un peu de temps avant que ce soit totalement digéré 😉 ?

     

    il n'en reste pas moins que c'est un angle mort du truc: le PA20 de 16 ans a les prérogatives pour plonger en autonomie, mais que se passerait il en cas d'incident pour le DP qui l'aurait autorisé sans l'accord express des parents (16 ans ça reste un mineur). Je pense que c'est un point qui sera clarifié par la suite.

     

    En tout cas, ça va dans le bon sens, ne serait-ce qu'en terme de montée progressive en compétences pour des jeunes qui plongent depuis des années et qui devaient attendre des lustres après un N1 à 12 ans passaient par un gros ventre mou jusqu'à leur majorité. 

    là ça peut faire des plongeurs avec de solides expériences de plongées à leur majorité et qui seront mûrs pour l'encadrement, ou simplement assez passionnés pour ne pas arrêter durant leurs études. Et ça ce serait un énorme progrès.

    un peu pareil

     

    en cas d'autonomie, les plongeurs ne sont pas encadrés ; ils sont auto-encadrés.

    Quid de la responsabilité juridique d'un mineur ?

     

    un grand plus, pour ce post.

  10. Il y a 6 heures, tom0tom a dit :

    Hello

    Je pars plonger en décembre avec mon fils de 16 ans, N2 très solide. 
    J’ai passé l’info à la structure (qui n’a jamais vu plonger mon fils). Leur réponse:

    « En effet le Code du Sport vient d’abaisser l’âge de l’autonomie à 16 ans.

    En revanche les clubs ont le droit de ne pas vouloir prendre cette responsabilité.

    De notre côté, nous sommes désolés mais nous ne l’autoriseront pas. »

    c'est pas faux...

     

    si tu prends une seule seconde pour te mettre à la place de la structure....

    connaissent ils, en vrai, ton fils ?

    a t il déjà plongé avec eux ?

    comment cela s'est t il passé ?

     

    leur demander, par correspondance, une carte blanche....... le resultat ne m'étonne pas

     

     

    (Christophe, beaucoup de plongées au compteur, qui va plonger ce matin en club, sous les tropiques et ton le DP limite tout le monde à 40 m (le meme DP qui plonge avec moi, en structure, à 60m)).

     

     

    alors, entre la frilosité des décideurs, la nouveauté de la chose (pas forcement eu le temps d'y reflechir), le manque de recul (c'est tout frais, pas comme si cela faisait X années que c etait pratiqué, et avec l'experience, le recul)

    bref, pas surpris

  11. il y a 35 minutes, CDMC a dit :

    Espérons que vous ne regrettiez pas le choix de prolonger votre séjour de 3 ou 4 ans ! 

    C'est tout le mal que je te souhaite mon ami !

    Il n'empêche que je balise pour vous deux ....

    merci Paulo,

     

    pour l'instant, nous ne rentrons pas calibrés à la maison...

     

    mais, dans l'esprit, entre faire le boucher ou le veau, notre choix est fait....

     

     

    d'autant que, coté veau, il y a déjà eu un précédent.

  12. il y a 2 minutes, caolila a dit :

     

    J'sais vraiment pas si je dois dire :( ou :)

     

    Pour la plongée sans aucun doute :)  pour le reste....    ?????????????????

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En plus tu vas continuer a nous narguer avec ta Passe en S et tes requins    :torture::tetedure:

    je suis quand meme contrarié : j'ai commandé une SANTI Enduro, et ici, c'est "un peu" overkill.

     

     

    Et pour reste, certains voient le verre à moitié vide, je prefere boire le verre au trois quart plein.

     

    quant à la passe en S et les requins, ce sera le week end suivant.

     

    Samedi dernier, c'etait une lointaine (une two tanks) ; lors de la seconde plongée, Daniel le boss, nous a trouvé 2 couples de porcelaines blanches, revetues de leur manteau noir à poids jaunes, dans 6 m d'eau (fraiche, à 25-26) (en sharkskin, 25-26, et à 70 minutes, ça commence à faire frais)

     

    Mollusques - mayotte photos plongee

  13. Il y a 1 heure, caolila a dit :

     

    Pour en remettre une couche...

    Mayotte : face aux violences, l'île au bord de la "guerre civile" ? (linternaute.com)

     

    @christophe 38 fait gaffe a toi (c'est aussi valable pour ta femme et tes collègues )

     

    Il me semble que tu rentres bientôt en métropole...  heureusement pour toi.

    MERCI

     

    il faut bien que jeunesse se passe :

    https://news.google.com/stories/CAAqNggKIjBDQklTSGpvSmMzUnZjbmt0TXpZd1NoRUtEd2lhOXRPV0JoR051M2hsN2xhZVBTZ0FQAQ?hl=fr&gl=FR&ceid=FR%3Afr

    https://www.clicanoo.re/article/faits-divers/2022/11/23/mayotte-prise-dans-la-spirale-de-la-guerre-des-gangs

     

     

    https://lejournaldemayotte.yt/2022/11/23/les-violences-permanentes-engendrent-une-escalade-langagiere/

    https://lejournaldemayotte.yt/2022/11/23/obeissant-a-la-cour-des-comptes-les-elus-demandent-un-nouveau-recensement/

     

    et, ceci est paru la semaine derniere : https://www.linfokwezi.fr/combien-pourrions-nous-etre-sur-notre-departement-en-realite/

    Citation

    En 2021, 20 266 tonnes de riz ont été importés sur notre département, le chiffre est fourni par la DAAF dans son analyse parue en septembre 2022 sur les importations de produits agricoles. Dans le même temps, si l’on retient la donnée de l’OCDE de 31 kilos de riz en moyenne consommés par personne permettant ainsi de lisser la question des âges, il apparaîtrait que nous serions 653 742 âmes vivant sur notre département.

    si on considère que le niveau de vie des Mahorais s'est bien amélioré, on admet qu'ils ne mangent pas du riz à tous les repas (donc, le nombre d'adultes est superieur au simple calcul), et, si on considere que les bébés (ou moins de 5 ans ) ne mangent pas 100 grammes de riz par repas...... on peut encore augmenter le nombre d'ames.

     

    trouver, ensuite, que l'armature administrative du département n'est qu'une carcasse, puisque les hopitaux, les centrales electriques ou la production d'eau sont sous calibrés... (pour rappel, 36 000 metres cubes d'eau produites chaque jour et consommées, 90 l par habitant et par jour, ce qui nous donne environ 400 000 personnes), et bien sur, depuis 2 mois, 2 jours de coupure d'eau (au minium) par semaine (juste comme ça, vers 10h00 du matin, il fait 40°C en ressenti).

     

    (le rapport entre le tonnage de riz et les violences, c'est que la population est largement sous estimée ; nous sommes le seul pays au monde qui a plus de clandestins que de légaux. Nous n'avons donc aucune administration correctement dimensionnée pour tous ces gens.

     

    Enfin, nous n'avons pas la meme éducation : parler poliment, sans elever la voix à des gens qui comprennent 100 mots, qui hurlent, fument de la chimik (comme le crack) et tiennent une machette et s'en servent, c'est vain.

     

     

    la vie est un long fleuve tranquille....

     

    non, pas partout.

     

     

    et, quant à rentrer bientôt, ce ne sera qu'en vacances...

     

     

    Vu le poste proposé à ma douce, en métropole, vu ses restrictions dans le travail (proposées), vu les frustrations et la perte d'autonomie et d'efficacité par rapport à ici...

    nous allons rester encore un peu (l'ordre d'idée est de 36 à 40 mois)

     

    Nous essayons d'etre prudent ; pour l'instant, ça va (c'est une question de temps...)

  14. Il y a 1 heure, caolila a dit :

     

    vu la date d'inscriptio je pense que oui 

    image.png.fc23592adcf73570c690bdd494b41a16.png

     

    :D

     

    faut pas lui parler mal, en guise de calendrier de l'Avent, il pourrait nous mettre un vent (et ne réapparaitre que dans 52 semaines)

    • Haha 1
  15. il y a une heure, Père Noël a dit :

    Je note, je note.
    avec le confinement en Chine et les délais de livraison, tout ne sera pas possible

    votre Père Noël qui vous aime

    Incroyable !!

     

    le père Noel qui nous dit qu'il ne faut pas croire au père Noel !

     

     

    à quand les bonnets rouges (du père Noel) dans les ronds points ?

    • J'aime 1
    • Haha 3
  16. Il y a 1 heure, Julaye a dit :

     

    Mon instructeur m'a affirmé que c'était sur cette façon de faire que portait mon évaluation (par exemple au rescue).

     

    Je cite le manuel : 

    1. Vous tiendrez probablement la victime par derrière pour pouvoir maintenir le détendeur dans la bouche (si c’est le cas) et la tête dans une position normale. Tenir la victime par derrière vous permettra également de dégonfler son gilet.

     

    Et la vidéo de démonstration est explicite : https://content.learning-prod.padi.com/secured/courses/514/fr-fr/claro_67e612aee4ba7daa34b2750f275c1b6b/2022-03-31t17:25:12.4869566z/section_four_fr_6-14-21/assets/6ED5F589-0611-B3FD-6314-A943CBE7EDB5.mp4

     

    Après je veux bien que l'on puisse voir et utiliser d'autres techniques, ce qui a été le cas avec mon instructeur.

     

    Et lorsque je faisais mes exercices dans les années 88-92 avec un club fédé, j'avais appris à le faire en me tenant sur le côté. Ne vous en déplaise, c'était la seule façon de faire pour être correctement notée par l'évaluateur.

     

    Merci

     

     

    je ne jette pas la pierre, mais, je suis un vieux produit fédéral et j'ai déjà fait, dans le temps, des remontées assistées sur des plongeurs fortement narcosés (départ en dessous de 60, en lac, en eau froide)

     

    ce que j'ai retenu, c'est que je prefere assurer le détendeur dans la bouche de l'assisté (tout se discute, l'arrachage du dentier, comme le mec qui tombe dans les pommes) ; dans les criteres de la position, face à lui, j'aime bien voir son regard, j'aime bien essayer de le rassurer avec mes yeux, j'aime bien voir quand il commence à partir en live ; bref, des critères qui sont impossibles à interpreter quand on est de dos.

     

    'fin, dernier "détail" : le buddy check

    qui se soucie de la position de la purge d'épaule, sur l'étanche ; ouverte ou fermée ???

    qui se soucie de comment fonctionne l'air trim de la stab du binome ??

    qui se soucie de savoir où se trouve la purge haute sur la wing (qui n'en a pas) et comment faire, alors ?

    qui se soucie de l'absence de pectorale (et comment se placer, sans) ?

     

     

    je n'ai pas dit "qui s'entraine, et combien de fois par an, pour maintenir la technicité du geste ?"

     

    donc, voui, s'assurer durant la plongée que l'on amène pas dans la zone rouge un équipier,

     

    mé, heu, s'il fait une hypoglycémie (et tombe dans les pommes) ?

    s'il fait un œdème pul....

    (bref, si, malgré nos précautions, en amont, ça se passe mal, il faut quand meme savoir le sortir en bon état.)

    • J'aime 2
    • Merci 1
  17. Il y a 2 heures, whodive a dit :

    Je parle pas des 4 plongées de validation mais bien du fait qu'il est possible de faire un n1 en 4 plongées et valider par la même le niveau.

     

    Il y a le manuel et la vraie vie 

    Justement si, avec un mft plus précis ça forcerai à voir les fondamentaux de façon plus poussé 

    Mais après on peut continuer à ztre largué et ne pas se remettre en question

    et, moi, je parle bien de 4 plongées en mer, parfois 5 (pour un centre en bord de mer)

     

    je ne parle pas de finalisation, je parle d'un client qui arrive et qui obtient son N1 au bout de 4 plongées en mer. (et pas qu'un, pas qu'une exception)

  18. Il y a 3 heures, VincentD a dit :

    @christophe 38

    As tu finalement concrétisé le bon plan que tu avais vu chez DiveBoutik (de mémoire) pour l’achat ?

    non : diveboutik n'a fait que du teasing depuis debut juillet

    https://www.diveboutik.com/ordinateur-trimix/2220-ordinateur-shearwater-perdix-2-ti-black.html

    et n'a jamais proposé, en vrai, ces tarifs.

     

    je suis passé par Innodive qui me l'a vendu moins de 1100 euros, sans émetteur (alors que la concurrence, sauf un, le proposait à 1195 euros ou presque à 1300 euros)

     

    résidant en outremer, avec des frais d'envoi onéreux et une taxe, dite d'octroi de mer, à hauteur de 25% sur la valeur de l'objet et du port, je préférai finaliser l'achat en métropole (pas forcément le plus facile, à cause de mes sauts de puce, chez les uns et les autres : synchroniser la réception avec le passage à tel endroit, en prévoyant un peu de marge, au cas où).

     

    • Merci 1
  19. il y a 6 minutes, Olivier_V a dit :

    Bonjour,

     

    Un peu dans le même ordre idée j'ai une plongée de 20s (pas pu descendre pb de sinus) qui traîne. Peut-on l'enlever définitivement de l'ordi ? Je n'ai pas trouvé.
    Et si je l'enlève du carnet dans le logiciel du téléphone, à la prochaine connexion il me la propose à nouveau au chargement...

     

    Merci pour vos idées.

    oui, tu peux

     

     

     

    à l’instant, christophe 38 a dit :

    oui, tu peux

     

     

     

    je reprends (j'avais donné une méthode pour effacer TOUTES les plongées

     

    une seule tu peux (aussi)

     

    sur le perdix, tu vas sur carnet

    afficher carnet

    puis afficher

    là, tu as tes plongées qui s'affichent

    tu selectionnes celle que tu veux dropper (par appuis successifs à gauche)

    quand tu es dessus, tu la valides par un appui à droite, (afficher)

    puis des appuis à droite (plus) (j'en ai compté 4)

    là, j'ai une fenetre CHANG CARNET

    et des choix successifs

    quitter, numero plongée, heure debut plongee, date.. et effacer ...

     

    yapuka

     

    et, comme elle disparait de l'ordi, quand tu synchronises, elle n'apparaitra plus (je pense que tu dois quand meme la dégager du cloud)

     

     

    • Merci 1
  20. il y a 16 minutes, pmk a dit :

    Dans le menu du carnet de plongée, tu peux modifier le numero de la prochaine plongée.

    Et quand tu vas dans le log d'une plongée, tu peux éditer son numéro.

    merci

     

    je l'ai fait, dans le menu du carnet de plongée, que ce soit sur le téléphone comme sur le Perdix...

    mais, pour les trois du week end, elles ont été nommées 1, 2 et 3.

     

    je viens de trouver (merci à toi)

     

    sur l'ordi de plongée, dérouler jusqu'à carnet

    afficher carnet

    suivant

     

    et là, il propose "entrée suivante = ...." donc, noter le prochain numero de la plongée..

     

     

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.