Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

zags

Membres
  • Posts

    63
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by zags

  1. clap clap clap bravo. Aujourd'hui seul SDI propose une formation solo. sans parler du détail du contenu, seul les N4 sont obtenu suite à une commission. Les N1 / N2 / N3 peuvent être "donné" si le MF / BE n'est pas très responsable. Ainsi, on entend parfois dire qu'il y a des N1/N2/N3 non-méritant, mais j'ai jamais entendu parler de meme pour des N4. Peut être qu'un jour, au sein, de la Fédé, il y aura une formation "solo" délivrée suite à une commission ... Stupide idée ?
  2. Ah oui c'est vrai, javais vu ça. Ca traine dailleur aussi un peu partout sur le net pour l'imprimer/plastifier. Mais bon, dans le cadre "loisir", c'est pas top en cours d'explo à 40m de sarreter 2 minutes pour ce genre d'exos ;-)
  3. J'ai une très petite expérience en solo. En fait c'est plutot ce cheminement qu'il faut voir : - SCA -> club : outre le prix, le côté "trop chouchouté dans tu coton me dérange" donc j'ai privilégier club. Et puis l'ambiance est plus "familiale / dande de copains/connaissance" - club -> hors structure : Outre le prix, plonger où on veut, quand on veut avec qui on veut. Et on évite d'aller sur un site à 20 plongeurs, à 2 c'est mieux :-) . Et puis les plongées du bord ont du charme. Et puis j'ai pris conscience de plein de bonnes choses au niveau "réelle autonomie", apprentissage, expérience, choix du site, météo, ... - hors structure à 2 -> solo : "qui m'aime me suive", et comme les copains sont pas toujours dispo ... Mais il n'y a pas eu que cette raison : je me souviens d'une phrase d'un plongeur sage "je ne plonge pas à deux là où je ne me sentirai pas d'y aller seul". Et ca faisait quelque temps que je réfléchissait beaucoup sur la sécurité réelle du binome, la sécurité supplémentaire et non complémentaire comme beaucoup le pensent. Et meme parfois que ça peut etre pire (+ de risques) à 2 que seul. Et puis cette barrière psychologique que je voulais tester. Et aussi le fait de VRAIMENT aller plonger à l'heure qu'on le désire :-) Et faire VRAIMENT la plongée comme on le souhaite : 20 minutes dans 10m² si ça nous chante, plutot qu'une jolie randonnée la plupart du temps. Faut se mettre à la place du binome qui doit se demander "ça fait 5 minutes qu'il est médusé devant ce petit poisson merdique totalement annodin !" Et aussi : le silence (pas absolu, il reste encore les bulles ;-) ). Inquietant la premiere fois, une pleinitude ensuite. La sensation d'être seul au monde aussi. J'ai peu d'expérience en solo (déjà "relativement peu tout court") : - 1ere : 20 minutes à 5m , dont 18' à 3m Je voulais voir, comprendre, réaliser, prendre conscience. J'ai été servi. Impressionné par ce silence et le bruit de ces bulles qui claquant la surface juste au dessus de ma tete. Et puis ce champ de posidonie sans le moindre repère, en pente douce, et que je ne connaissait pas ;-) , ne m'inspirait pas confiance pour l'orientation (malgré la boussole). - 2eme : (19 plongées plus tard, 4 mois plus tard) 60 minutes à 17m, du bord comme toujours. Ma plus longue plongée à ce moment là. Prise de conscience qu'on fait ce qu'on veut comme itinéraire et temps. Là aussi, découverte du site (très abrité de tout et météo top) - 3eme : (le lendemain) : 60 minutes à 40m, dont 13+3' à 4m La plus merveilleuse de toute mes plongées à ce jour. Exceptionnelle ! Envoutante ! Génialissime ! Sécu surface : une copine plongeuse qui a abandonné ce plouf dès le début car ses oreilles ne passaient pas. Elle dormait sur la plage. Prise de conscience que c'est peu être beaucoup trop vu mon expérience, et surtout que j'ai beaucoup de mal à me limiter en profondeur ("bon 25 max, oh c'est beau, bon 30 max, .. merde déjà 32 bon 35 max .. merde déjà 39.6 demi tour !"). Mais qu'est-ce que j'étais bien ! Et puis là aussi, découverte du site, c'est pas top côté sécu/expérience. Mais qu'est-ce que c'était bien :-) Réguliers petits exos en tout genre (physique : amusements avec les doigts, mouvement rapide ; et mental : additions, mémoire) pour vérifier une éventuelle narcose. Bon c'est peut être "trop", mais bon voilà c'est comme ça. :-) - 4eme (si on peut dire): 1 semaine et 3 plongées plus tard. Celle que je vous ai raconté juste avant, 2 minutes 13m, une fois à la surface emporté par le courant ligure. Pas de panique mais petite inquietude/sueur qd meme. Cette derniere solo était il y a 2 mois. Enormément de remise en question et de reflexions depuis. Prise de conscience de mon état psycohologique (soucis perso) en phase descente (non liée à la plongée) qui aurait pu obligatoirement me porter préjudice par la suite. Aujourd'hui j'en suis à être encore + convaincu "la solo c'est bien !", mais j'ai l'impression de peut etre devenir plus sage quant aux équipement, prise de conscience, et + grande volonté de me limiter (et j'aurai vraiment + limpression de maitriser mon esprit et donc ma réelle autonomie et sécu etc etc) En solo on réalise qu'on peut vraiment prendre son pied dans 2m d'eau (et aussi bien + bas ;-) ). Bref solo tout prend une autre dimension. Mais je reste qu'un jeune jeune plongeur, j'en ai bien conscience. (dsl de la longueur)
  4. Merci aux autres posteurs, mais celui-ci m'interpelle :-) Pourrais-tu nous dire : - depuis combien d'années tu plonges ? - le nombre de tes plongées - nb plongée solo - quand tu t'es mis aux solo, quel était ton expérience? - avec le recul, quel est ton jugement aujourd'hui sur la question précédente ? Merci. Concernant le courant, laissez moi vous faire un court résumé d'une expérience (il y a quelques mois) : Cap d'Antibes (06), Cap Gros (40m), météo au top du top un rêve. On part à deux du bord, on s'éloigne plein est, et la personne avec qui j'ai décidé d'y aller n'arrive pas à faire passer ses oreilles, elle finit par abandonner et rejoindre la plage en capelé surface. Là, je lui dis que la "suis" dessous, pas vraiment une grosse plongée, mais un meme cap, pas profond. Le temps de se decider, on se rend compte qu'il a eu un ptit courant qui nous a bien décalé "bon il va falloir palmer", sans se soucier du contre-courant (eh oui manque d'expérience). Je descend dans le bleu, jusqu'à 13m, et j'ai des tas de questions en tete, je réalise que c pas bon signe pour la suite cet état psy, je decide de mettre fin : 2 minutes de plongée, 0 - 13m - 0. Arrivé à la surface je suis très loin des côtes, le courant ligure m'a emporté ! Loin ... Tout s'est bien fini. Plus tard je réalisai que la veille la mer était démonté ce qui expliquait le tres fort courant que j'ai pris pendant la descente s'en m'en rendre compte (descente dans le bleu). Je vous assure que meme en méditerranée et près d'Antibes il peut y avoir du fort courant
  5. Et hop petit déterrage de topic :-) Moi j'ai une question ! :-) On sera tous relativement assez d'accord pour dire: - trop de redondance (triplé, quadruplé et +) peut finalement nuire à la sécurité - la redondance coûte - le coût du matériel n'est rien face à la vie Mais peut être qu'on pourrait facilement se mettre d'accord qu'embarquer 4 spool, 3 parachutes, et tant d'autres choses peut ne pas être utile selon la profondeur. En d'autres termes plus généralistes : Selon la profondeur maxi pour une plongée solo, il y a des équipements "obligatoires" et d'autres pas. Si je fais une solo à 100m avec une pénétration d'épave c'est différent d'une solo dans 10m d'eau, ou 20, ou 40, ou 60, ... La profondeur importe, le temps aussi. En fait ça joue sur la saturation et plus concretement sur les paliers à faire, le fait donc de pas remonter quand on veut. Quels équipements obligatoires conseillerez vous d'emporter à un plongeur solo qui plongerait dans maxi 20m ou qui ferait en sorte qu'il n'ait pas à faire de paliers car non-indiqués par son ordi (durci) (mais de lui-meme il se ferait des paliers de sécu) ? - parachute orange - spool fil rouge - parachute jaune - spool fil jaune - ciseaux (à la ceinture ou sous le poignet) - ptit couteau (au tuyau de l'inflateur) - 2 détendeurs DIN complets - 2eme masque - ordi + profondimètre + tables - mirroir - boussole (évidemment) Le bi-bloc saparé est-il selon vous obligatoire ou "un risque à prendre" ou "pas nécessaire" ou "c'est bien d'avoir un ptit bloc en +, ne serait-ce que 3L (meme moins) vu les profondeurs" Autres? à vous. Merci. Stéphane
  6. Le sujet m'interpelle. L'idée serait de fixer une mini caméra à la tête (casque ou masque), et que les bulles ne passent pas devant l'objectif. Je vois deux solutions : 1) recycleur. Nécessite expérience, qualifications, de nombreux euros. ;-) 2) Mistral Mais qu'en est-il du confort respiratoire? Comparé à un Legend LX vous en diriez quoi ?
  7. je viens de prendre connaissance de vos réponses... (merci) je vais apporter une précision par un exemple : - Deux plongeurs se font une sortie hors structure du bord (rien d'étonnant) - mer ultra calme (un vrai plat, j'aurai pu remplacer "mer" par "lac"), zéro courant, visi 30m (sous l'eau), pas la moindre brume ni brouillard en surface au cours de la plongée le binome fait un malaise, ou quelque chose d'autre qui demande une "fin de plongée" avec retour à la surface (respecter vitesses de remontée et palier) et prévenir les secours OU une fois revenus à la surface le binome fait un ADD (petit, gros, moyen, peu importe) Il s'agit là d'aucune dérive ou perte en mer. (encore une fois j'aurai pu dire "lac", ça ne m'ait pas venu à l'esprit) bref... => Il faut prévenir les secours. Comment? Dans le cas où la procédure pour les secours ne sera pas optimal, cela va aggraver la situation. Comment réduire/éviter ce soucis? 1/ qu'il y ait quelqu'un au bord avec un téléphone portable (épouse, etc...). Admettons qu'il n'y ait PERSONNE. 2/ téléphone portable dans la voiture. on laisse l'accidenté à l'eau et on nage vite jusqu'à la voiture ? certainement pas donc on ramène l'accidenté au bord (temps+++) 3/ vhf étanche 1m dans une boite étanche (profond) 4/ existe-t-il une solution type "balise" ? pas pour "retrouver" le type en détresse mais pour prévenir les secours et informer du lieu ... voire aussi informer du type d'accident (add dans l'exemple) le sujet a été posté dans d'autres forums (que personne ne me fasse une crise de jalousie ;-) ), et voici quelques liens qui ont été émis : http://www.onplonge.com/Default.aspx?tabid=53&mid=625&ctl=ArticleView&articleId=123&language=fr-FR http://www.onplonge.com/Default.aspx?tabid=53&mid=625&ctl=ArticleView&articleId=90&language=fr-FR http://www.casanovasadventures.com/catalog/emergency/p110.htm http://www.plongeur.com/magazine/2008/06/04/des-sms-subaquatiques-cest-possible/#more-2057 Dans l'ironie et la caricature (voire moquerie selon les goûts de certains), on pourrait même imaginer Galiléo nous sortir d'ici 5 ans, une balise en liaison avec son Galileo Sol. Si ce dernier venait à afficher un "SOS", la balise se décrocherait, flotterait, arrivée en surface elle capterait les satellites pour déterminer la position GPS, et envoyer tout les paramètres (plongée et coordonnées GPS) au Cross via un émétteur VHF. en espérant m'être mieux exprimé cette fois ;-)
  8. Bonjour, Imaginez un groupe de plongeurs qui partent se faire un plouf hors structure... Et ils partent du bord. Ils n'ont donc pas de bateau, ni de sécu surface. Peu importe les avis sur ce genre de plongée, ce genre de situation n'est pas rare, êtes vous d'accord? (Ca pourrait également être un plongeur solo qui part seul avec son bateau , sans personne qui reste à bord). Pour minimiser les pépins, chaque plongeur est vraiment autonome (tout en double, etc..), mais ça ne met pas à l'abris d'un ADD. On pourra imaginer au moins une personne dans la palanquée qui emportera un bloc d'O2 en supp, histoire de secourir un accidenté, mais ça ne suffira pas. De l'aspirine dans uns achet totalement étanche (il vaut mieux ), de l'eau, .... il manque surtout l'appel du CrossMed. Comment ça se passe selon vous? qu'est-ce qui existe ? De ces réflexions j'ai pensé à : Une balise. On la déclencherai (du fond ou en surface), et ça floterrait. une fois en surface, ça pourrait capter les satellites pour les coordonnées GPS, et émettre en VHF (crossmed et/ou fréquence de détresse maritime, je ne connais pas le sujet). Ou ça pourrait être fixé au parachute. Il ya bien des parachutes qui acceptent des lampes à éclat à leur sommet. Est-ce que ça existe ? Voilà ma question et idée loufoque du jour :-) merci à ceux qui y répondront.
  9. Moi ça m'intéresserai ! :-) mais je suis tout jeune N1 ... .. et j'habite dans le 06. A la limite je me déplace du début du 83 (Frejus / St Raphael) à Monaco, en triangulant avec les Gorges du Verdon (Lac de Sainte Croix), mais pas +. Je sais bien que le SCR est accessible aux N1, mais je suis à mon avis trop peu expérimenté. Quant à Miro, il y avait eu des idées dans ton style (SCR en piscine), mais directement chez les particulier (dans leur piscine), mais orienté "relaxation/détente" (comme c'est à la mode) et non "plongée" (à la limite ça peut venir après, meme si initialement c'était pas l'objectif). En as-tu entendu parler ?
  10. Ca me rappelle étrangement ma 5eme plongée (derniere de formation N1) au Rascoui (Cap d'Antibes (06), coté ouest), le 20/10/07. http://www.scubadata.com/module/logbook/homeDiver.php?identifiant=zags06 Vent d'Est force 7 ce jour là. Là où on plongeait on était un peu abrité mais ça bougeait énormément qd meme (vent force4 m'a-t-on dit). Bref, il me semble que juste avant le plouf on m'a dégonflé ma stab et le moniteur a fait en sorte qu'on descende vite (tout est relatif, + vite que d'habitude en tout cas) à -15m histoire de s'attarder le moins possible aux vents/courants, en espérant qu'au fond ça bouge moins. (hors sujet ici de parler qu'au fond ça bougeait quand meme beaucoup, qu'il y avait une visi <1m , et que notre moniteur nous a sorti une cordelette de 1m50 pour que les 3 futurs N1 s'y accroche dessus en grappe de raisins :-) ) Donc bien vu l'idée que dans certains cas, pour une raison de sécurité (vents / courants), on veuille descendre vite en omettant sciemment de gonfler la stab avant la mise à l'eau. Ne pas larguer les plombs, effectivement j'avais pressenti ce conseil pour ce thread. Mais pourquoi alors font-ils des "lests largables facilement" sur bon nombre de stab moyen et haut de gamme ??
  11. Je me permets d'intervenir, du haut de mon touuuuut petit niveau de touuuuut jeune plongeur (et encore en disant ça on pourrait se moquer :-) ). Je suis donc jeune N1, 10 plongées mer, (on se moque pas hein, on discute). Pour ma part, depuis le début on m'apprend à sauter du bateau en ayant la stab un peu gonflée. Principe : tout jeune plongeur, il suffit que j'ai mal évalué mon lestage pour couler à pic si je suis vraiment mauv.... peu expérimenté. Ca peut preter à sourire, mais il y a là des habitudes qu'il faudrait peut etre garder et qui éviterai de se retrouver dans une pareille situation. J'en profite pour apprendre un peu en vous posant une question : C'est quoi un FOP ? merci Stéphane
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.