Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Pp_y

Membres
  • Compteur de contenus

    550
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Country

    France
link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

339 Excellent

À propos de Pp_y

  • Rang
    Au lac...
  • Date de naissance 24 juin

Informations personnelles

  • Localisation
    Var, France
  • Passions
    Plouf, vroum-vroum, flap-flap-flap, tic-tac...
  • Profession
    Plouf (et autres !)

La Plongée

  • Féderation(s)
    Ca, ça et ça. Et pis ça aussi.
  • Niveau en plongée
    Niveau 0, je ne plonge qu'en mer.
  • Professionnel de la plongée
    Oui

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. C'est même pas mes blocs
  2. @FMR50, je m'ennuyais ce matin alors je me suis amusé avec un 15 l et un bi 8,5 dans le port... (en eau de mer) Un petit calcul pour le poids de l'air pour chaque bloc : 15x200x1.3 = 3,9 kg pour le 15 L 17x200x1.3 = 4.42 kg pour le bi Ce qui donne comme poids apparent pour les blocs vides : 15 L : 4.46 - 3,9 = 0.56 kg Bi : 3.19 - 4.42 = -1.23 kg (ça flotte bien à vide !) Ce qui nous donne une différence théorique de lestage de (presque) 2 kg ! ...Vivement que la saison reprenne !
  3. Entre un 15 L de 18 kg et mon bi 8.5 .de 2x8,5 kg, j'ai un delta de lestage de 2-3 kg. Oui, comme tout bloc léger, ça a tendance à remonter de l'arrière. Mais avec harnais, plaque et sous-cutale, ça ne me gêne pas. Pour la longueur, c'est ça, comme un 12 L long.
  4. Facile : le sidemount, c'est l'avenir. Sinon, j'ai un bi 8,5 Roth « léger » (8,5 kg le fût) et j'aime bien mais je n'ai jamais testé un plus lourd. Je pense que c'est vraiment une question de goût. edit : vois aussi en fonction de ton lestage actuel et de sa répartition. En passant sur un bi léger, combien devrais-tu ajouter et comment pourrais-tu le positionner ?
  5. Le p'tit gris, enfin celui que j'avais, préconisait une vitesse variable selon la profondeur (entre 20 m/min et 7 m/min près de la surface). C'est aussi les vitesses que préconisaient beaucoup d'ordis (tous ?) Scubapro/Uwatec jusqu'au récent G2, qui conserve une vitesse variable, mais beaucoup plus basse (le maxi est de mémoire à 10 m/min). Des vieilleries parce qu'elles ont 3 ans ? Faut quand même pas exagérer... Sinon Aqualung devrait sortir le i330r qui a l'air bien intéressant... Mais pas d'info précise sur sa date de commercialisation.
  6. Pp_y

    Passage au side mount

    Idem que @bardass ; j'ai essayé ce matin et j'y ai trouvé des avantages et des inconvénients. Pas de souci particulier pour m'équiper (sans ordi au poignet) ni pour mettre ou enlever le sandow - mais je n'avais pas de gants étanches, que de fins 3 mm. Par contre, j'étais en étanche et à l'inverse de @bardass je plonge avec les sangles d'épaules pas vraiment serrées. Du coup la traction exercée par le sandow a tendance à écarter la sangle vers l'extérieur. Par ailleurs, cette traction ramène le bloc contre le corps mais pas autant vers l'arrière qu'un bungee loop classique (logiq
  7. Pp_y

    Manometre

    Je comprends bien. Je croise les doigts mais pas de souci de ce genre avec les miens (qui commencent pourtant pour certains à avoir quelques plongées).
  8. Pp_y

    Manometre

    Pas de problème pour ma part sur les manos eux-mêmes - mais ils ne font pas de plongée sout comme ceux de bardass ou laphiloche. Je sais juste que la vitre ne résiste pas au poids d'une S80 avec élan Par contre, tous, absolument tous les manos Apeks que j'ai pu voir (au moins une quinzaine, souvent montés d'origine sur des tuyaux courts) ont été livrés avec peu ou pas de graisse sur le swivel. Résultat logique : ça fuit après deux ou trois plongées, parfois même à la première, comme sur cette capture d'écran. Qu'Innodive précise sur leur site qu'il faut graisser le
  9. Allez, je mets mon grain de sel. Je verrais bien comme évolution de la plongée « à la française » une approche totalement différente de la technique. Aujourd'hui on est toujours énormément axé sur la sécurité. Évidemment, c'est mieux si on ne se tue pas sous l'eau, ni si on ne tue personne. Mais ne pourrait-on pas voir les choses différemment ? En plus de la découverte du milieu, on pourrait aborder la plongée comme étant un sport de glisse. Être fluide dans l'eau, se fondre dans l'environnement, jouer avec le milieu, s'intégrer à lui. Cela nécessiterait de mettre au centre
  10. Pp_y

    Passage au side mount

    Une GoPro en champ de vision « large » sur sa platine, deux fois 500 g de plomb (enrobés ) fixés à cette platine et l'ensemble posé (délicatement) sur un petit rocher. Et roule ma poule (ou plutôt, filme, mon canard !).
  11. Pp_y

    Passage au side mount

    Merci @bardass pour ton commentaire plein de sagesse (l'âge, sans doute...) J'ajouterais que tout le monde n'aborde pas l'activité de la même façon. Pour certains c'est une façon de se faire plaisir une fois de temps en temps en allant voir ce qu'il y a sous l'eau, pour d'autres c'est un outil pour explorer des endroits inconnus et plus ou moins extrêmes et pour d'autres encore c'est une activité qu'on cherche à maitriser parfaitement dans son ensemble du début à la fin : les passionnés. Et ce n'est pas toujours simple à admettre pour des passionnés qui y passent du temps, de la
  12. Les valeurs des vitesses ont été (largement) revues à la baisse avec le Galiléo G2
  13. Allez, je vais faire mon pénible encore un coup ; promis-juré-craché, après, j'arrête ! Si je comprends bien, c'est à partir de 25 m, zone moins narcotique, qu'on peut ralentir. Mais du coup, si le N3 part de 60 m, il remonte aussi à 25 m/min jusqu'à la profondeur de 25 m ? Voila, j'arrête !
  14. Merci pour tes réponses. Pour la sortie de la zone narcotique c'est aussi la justification que j'entends souvent et je dois t'avouer que je ne suis pas convaincu. Combien de temps gagné par rapport à une remontée à vitesse normale ? Ne complique-t-on pas la chose en se « dépêchant vite » avec le risque, comme le dit @christophe 38 d'entraîner une remontée en vrac par la suite ? À discuter... (discussion sans fin, bien entendu ! ) Pour l'essoufflement... La PCO2 « dans le plongeur » est indépendante de la profondeur puisque ce CO2 est produit par le plongeur (sauf bie
×
×
  • Créer...