Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Scubacastor

Modérateurs
  • Posts

    12,030
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5
  • Country

    France
link1
link2
link3

Scubacastor last won the day on April 2

Scubacastor had the most liked content!

About Scubacastor

  • Birthday 08/04/1976

Personal Information

  • Localisation
    Lorient, 56
  • Passions
    L'élevage de fromages sauvages
  • Profession
    Sauveteur de morues

La plongée

  • Féderation(s)
    Fédération des Planètes Unies
  • Niveau en plongée
    N3E1
  • Professionnel de la plongée
    No

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Scubacastor's Achievements

Grand Master

Grand Master (14/14)

  • Dedicated Rare
  • Reacting Well Rare
  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In

Recent Badges

247

Reputation

  1. Les histoires de "cones", c'est bon pour les balistes qui vivent sur le fond, font un nid pour leurs oeufs. Il faut savoir qu'il y a de nombreuses espèces de balistes dont certaines qui vivent simplement en pleine eau. Le baliste qui mord les baigneurs est balistes capriscus, il n'a pas franchement un comportement territorial mais tente de grignotter tout ce qui bouge.
  2. Il n'y a pas de balistes titans à Lanzarote. L'espèce est Balistes capriscus localement mais aussi sur une grosse partie des eaux européennes y compris sur nos côtes. C'est un gros baliste qui ne fonctionne pas sur le principe du cone comme un certain nombre de balistes tropicaux car il n'a pas de terrier. Il va suivre les plongeurs et tenter de les mordiller avec insistance. Ceux que j'ai croisé à Madère ont croqué dans les mousses flottantes dures de mon caisson... Bizarrement en Bretagne, même espèce à la fin de l'été mais jamais eu de problème en plongée.
  3. Les DUs ne sont pas bien reconnus sur les CVs par rapport à des formations diplomantes classiques comme les Licences, Master et la plongée scientifique en France est assez anecdotique car elle est très réglementée par rapport à d'autres pays. Pour la "bio marine" sachant que le terme est extremement large puisqu'on touche tous les domaines du vivant de la génétique jusqu'aux fonctionnements des écosystèmes, il y a en gros les formations courtes de techniciens style Intechmer et les formations longues où le ticket d'entrée dans un labo en tant que ingénieur ou chercheur est à bac+5 pour les premiers ou doctorat avec expérience à l'étranger pour les seconds. Après l'outil "recherche" du site donnera pas mal de réponses mais globalement il faut garder à l'esprit pour ceux qui souhaitent associer plongée et biologie qu'un boulot de chercheur, ingé ou technicien, c'est une très large majorité du temps autre chose que de la plongée voire même assez fréquemment un boulot sans plongée. C'est à peu près l'inverse de ce que l'on montre à la télé en terme d'activité quotidienne.
  4. J'ai le perdix AI et la Teric. Je préfère la Teric pour l'ergonomie des menus. Le Perdix AI en mode REC ressemble fortement à l'écran du Peregrine (à moins que ce soit l'inverse), la gestion d'air en plus. Le côté vibreur sur la Teric est un à mes yeux très utile qu'on ne peut pas louper sous l'eau. Le fait que la sonde puisse être rajoutée par la suite ET surtout que cette sonde ne soit pas propriétaire à Shearwater (la mienne est une Aqualung) fait que le produit permet une certaine évolutivité. Bref, grosse préférence pour Shearwater.
  5. Ca dépend des clubs. Ayant bougé pas mal, certains clubs sont sur leur site web des adeptes des "réductions" pour les membres dits "actifs", d'autres ont inventé les droits d'entrée pour les nouveaux membres, etc, etc... Le problème c'est que la notion d'être "actif" à moins d'être associé à des critères très objectifs et facilement quantifiables est fatalement vouée à tôt ou tard être à la tête du client. Je pense que tout ça, si ça part d'une idée de stimulation du bénévolat, ne contribue pas à améliorer les relations entre membres. Chez nous, les encadrants ne paient pas leur sorties avec notre bateau quand ils encadrent. Sur les voyages, même prix pour tout le monde. Pas de distinctions statutaires sur les cotises.
  6. Une espèce de mini-recycleur de secours. (Parmi les 2 marins décédés lors de la remontée, il me semble avoir lu qu'au moins 1 s'est brulé les poumons à la chaux). https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Escape_Set_German_Uboat.JPG
  7. Le U171 à Groix est un cas d'école pour la question 2 où il y a eu 30 survivants sur les 52 hommes du sous-marin: - le Uboot explose en surface sur une mine. 15 marins parviennent à s'échapper. - il coule sur 35-40m de fond. 17 marins parviennent à s'isoler dans la salle des torpilles. - Avec leur matériel individuel de survie, ils noient la salle arrière et s'extirpent vers la surface 30-35m plus haut. 15 survivront.
  8. Pour l'Angleterre, pour avoir moi aussi eu à commander post-Brexit des produits fabriqués en UK et eu des taxes après coup, la douane se paie bien avant d'atteindre une facture de 150 euros. Il y a peut-être plus de chance d'éviter des frais avec une expédition via "Royal Mail" mais les autres prestataires comme UPS, DHL, Fedex ne te loupent pas notamment avec leur "frais de dossier de dédouanement".
  9. Sur le Divator, il y a à l'intérieur un V au niveau du nez qui permet par un mouvement de la tête de faire comme un léger pincement de nez. Après il y a d'autres techniques comme la béance tubulaire volontaire qui permettent de compenser sans avoir à se pincer le nez.
  10. Les 18650 sont hyper répandues. Là c'est la ref NCR18650 qui réfère aux 18650 de chez Panasonic, fabriquées au Japon et qui sont des accus de très bonnes qualités. Le circuit est un régulateur de charge/décharge. A priori en trouvant des NCR18650 (des vrais Panasonic, pas les innombrables contrefaçons), tu as juste à dessouder les batteries du circuit et à les remplacer. Je pense que ça te coutera quand même entre 20-40 euros rien que pour les accus donc si tu es bricoleur, pourquoi pas. Sinon si le pack de remplacement est à 80 euros, j'irais plutôt pour le pack.
  11. Au risque de me répéter, le côté "plongée scientifique" sur le CV ça va pas compter beaucoup si tu postules dans un métier de la recherche autre que technicien donc l'équivalence CAH c'est pas n problème essentiel car ça change d'un pays à l'autre et c'est l'employeur normalement qui paie si le besoin est nécessaire pour les travaux. En fait tu peux chercher dans google "post-doc offer scuba diving" pour te rendre compte que quand il y a la mention de plongée dans ces offres de recherche ou d'ingéniérie, c'est souvent dans les "desirables" ou "appreciated skills" au même titre que parfois le permis bateau, une connaissance spécifique sur tel ou tel équipement de labo. Mais très rarement dans les "mandatory" ou "essential" ou "demonstrated skills". Bref, si tu peux plonger pendant la thèse, c'est personnellement appréciable mais c'est très très loin d'être l'aspect qui te fera décrocher un poste de chercheur par rapport aux résultats et à l'originalité scientifique du sujet que tu auras développé dans ta thèse.
  12. Ouais, pour avoir loupé l'approche comme ça, soit les cartes du port n'étaient pas à jour, soit y'a eu un problème technique. J'ai vu un petit bateau s'encastrer dans un quai une fois suite à problème d'embrayage au moment de débrayer et d'embrayer la marche arrière...
  13. Il semblerait que le Vortex se soit échoué sur une île il y a quelques jours. Aucune victime. https://santamariatimes-com.translate.goog/espanol/noticias/mundo/rescatan-25-personas-de-buque-que-encall-en-isla-mexicana/article_9ec6ca5e-c310-5916-b85c-3cfe621c7e97.html?fbclid=IwAR1kmZubNdDAxpwXXr8ZcXgeUuc_gukbKr6ZHKP1_9En07y8uoTwJ2fqL04&_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp
  14. Honnêtement, pour cotoyer des "plongeurs scientifiques" c'est à dire soit des techniciens ou des chercheurs qui font occasionnellement de la plongée scientifique pour les besoins du boulot, je pense que la reconnaissance de ces aptitudes "plongée scientifique et technique" à l'international n'est pas un sujet fondamental dans la mesure; - où il s'agit d'aptitudes conditionnées à de la pratique, à un suivi médical, etc... donc qui se maintiennent par la pratique... ou se perdent. Le maintien de status de plongeur scientifique du côté de l'AAUS (USA) par exemple est lié à un minimum de 12 plongées par an et un examen médical à interval régulier. - où la réglementation varie d'un pays à l'autre et aussi entre un cadre législatif très stricte (la France), du moitié de cadre voire à l'absence de cadre tout court où nos brevets suffisent alors. - savoir plonger peut devenir essentiel dans le cas de recrutement de techniciens qui vont être amenés à plonger car le travail technique est plus prépondérant dans leurs activités car les sociétés et en particulier les bureaux d'études n'ont pas nécessairement les moyens ni l'envie de payer des formations quand ils cherchent quelqu'un d'opérationnel immédiatement. A l'inverse, les ingénieurs ou les chercheurs sont recrutés pour des compétences souvent très pointues dans un domaine. Lorsque ces personnes pour leurs projets doivent plonger, c'est l'organisme qui paie généralement la formation. L'exemple extrême que j'ai vu c'est un ingé non plongeur qui devait pour son boulot remplacer et nettoyer des capteurs immergés. On lui a payé tous les niveaux fédé plus le CAH.
  15. Je pense qu'il y a un soucis avec ton appareil car sur mon TG5 (et de ce que j'ai vu chez les amis qui ont des TG6), la batterie reste chargée très longtemps quand l'appareil n'est pas en usage, genre plusieurs semaines.
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.