Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Scubacastor

Modérateurs
  • Compteur de contenus

    11 810
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2
  • Pays

    France
link1
link2
link3

Scubacastor a gagné pour la dernière fois le 27 octobre 2017

Scubacastor a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

91 Excellent

À propos de Scubacastor

  • Rang
    livré sans fromage
  • Date de naissance 04/08/1976

Informations personnelles

  • Localisation
    Lorient, 56
  • Passions
    L'élevage de fromages sauvages
  • Profession
    Sauveteur de morues

La Plongée

  • Féderation(s)
    Fédération des Planètes Unies
  • Niveau en plongée
    N3E1
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. En fait il y'a trois composantes à prendre en compte sur les limites du filtre: la visibilité, la lumière en surface (intensité et inclinaison du soleil ou pas) et la sensibilié de la caméra qui est très variables. Le filtre enlève de la lumière sur le capteur donc la phase où la caméra va se mettre à bruiter sur l'image sera plus vite atteinte que sans filtre.
  2. D'une façon générale, c'est soit filtre ou phare mais pas les deux à moins de vouloir avoir une image rouge - sur les plans rapprochés => Phare seul - sur les plans larges => Filtre si la lumière est suffisante mais tu n'iras pas avec au delà de 20m - au delà de 20m, pas de filtres sur les plans larges, phares sur les plans rapprochés Pour améliorer la colorimétrie, ça demande un peu de pratique mais ça permet de progresser vite et bien - il est utile de régler sa balance des blancs sur le préréglage qui à l'écran semble donner le meilleur résultat ou de faire une balance manuelle sur une surface blanche. La manip doit être faite à chaque changement majeur de lumière (profondeur, alternance plan phare/lumière naturelle/filtre) - utiliser les outils de corrections colorimétriques des logiciels de montage.
  3. Pour connaitre pas mal de plongeurs scientifiques (IFREMER, CNRS), il faut obtenir obligatoirement un certificat d'aptitude à l'hyperbarie pour bosser sous l'eau en France. Ca se passe soit à l'INPP à Marseilles soit dans des structures commerciales qui organisent des stages. Par exemple, le CAP Trebeurden le fait. On peut (pouvait ?) obtenir ce certificat par équivalence pour les N4. Tu as ici la liste des organismes de formations (il n'est pas obligatoire d'être affilié à un labo pour y participer) http://colimpha.com/legislation/diplomes/organismes-de-formation/
  4. Colle polyuréthane en ponçant avant la partie rigide pour que la colle accroche. Ceci dit, 3M fait un velcro autocollant à très forte prise . Je ne me rappelle plus de la ref on s'en sert sur les bateaux en haute mer.
  5. Ces "croisières" n'ont pas grand chose à voir avec nos "croisières" au sens qu'il s'agit de voyage sur peu de jours et sur des faibles distances. Il n'y a pas de cabines mais des bannettes dans un espace collectif qui n'est pas fermé. Ces croisières vont généralement explorer les Channel Islands et sont jamais très loin d'un port (j'avais écrit un article sur ce type de croisière en 2008 : https://www.plongeur.com/croisiere-en-californie , ce n'était pas le même type de bateau). Des infos que j'ai via les listes plongées locales sur lesquelles je suis resté après mon retour en Europe en 2007, le bateau avait toutes les certifications nécessaires, l'opérateur étant une entreprise bien établie depuis longtemps sur ce business et qui avait plutôt la côte du côté de la clientèle. Il y a beaucoup de spéculations sur la cause de l'incendie, sur l'assistance de l'équipage. C'est l'enquête du NTSB (l'équivalent du BEA) qui pourra peut-être conclure sur les causes de l'accident mais ils parlent déjà de plusieurs mois d'investigations.
  6. Oui c'est sûr. Néanmoins il est utile de signaler que au museum d'histoire naturelle à Concarneau, ils ont des traces de captures de ces tétraodons en Bretagne qui remontent au 17eme siècle. Tout comme de temps en temps on lit que la présence de baliste sur les côtes bretonnes est un signe du réchauffement climatique. En fait ces deux espèces se rencontrent à la fin de l'été quand les eaux sont particulièrement chaudes. Après le réchauffement des eaux est bien présent dans le Golfe de Gascogne, de l'ordre de 0.1°C par décennie ce qui est beaucoup mine de rien quand on pense à la quantité d'énergie qu'il faut pour élever de 0.1°C les masses d'eau.
  7. Scubacastor

    Filtre orange DIY

    URpro fait des filtres en verre mais le prix est beaucoup plus elevé que le filtre plastique si bien que la plupart des caissons lorsqu'ils sont livrés avec un filtre URPRO ont un filtre plastique. Cela dépend en fait de où (gamme de profondeurs et milieu) tu plonges et ce que tu photographies principalement. Un filtre orange pour de la macro, c'est pas terrible par rapport au phare et à l'inverse un plan large d'une épave au phare, ça rend rien par rapport à l'usage d'un filtre. Et bien sûr on utilise l'un ou l'autre mais jamais les deux en même temps sauf si le phare est équipé d'un filtre bleu ou vert adapté.
  8. Pour les non bricoleur ou ceux qui ne veulent pas charcuter un flexible, il y a ce produit tout fait chez Diveavenue : https://www.diveavenue.com/fr/utile/1351-raccord-atelier-air-pour-accessoires-grand-public.html
  9. Le capteur n'est pas en contact direct avec l'eau donc il faut que l'interface qui protège le capteur du milieu passe à la température de l'eau ce qui prend un certain temps....
  10. RX100: compact expert donc plus de possibilité qu'avec le TG6. TG6: bien pour la macro mais pas aussi performant que le RX100 en général. Et pour la video, les TG sont bien mais pas aussi bien que le RX100.
  11. Attention, pour avoir connu les deux, Scubaland et VP ont été des poids lourds... Si l'intégration des deux dans Cabesto résulte dans un truc à mi chemin entre Decat' et la Palanquée, au final ce sera plutôt une très grosse perte car en gros la vente en ligne de matériel en France a tendance à se résumer de plus en plus à une poignée d'enseignes et les tarifs intéressants et le choix local en ce qui me concerne sont assez restreints sans devoir passer du temps en voiture. Après je dois admettre que j'ai rarement été satisfait de la rapidité de mes commandes en ligne au VP. Dans une époque qui commence à être lointaine, les trucs affichés en stock ne l'était pas, récemment c'était les délai de réapprovisionnement qui s'allongeait de la faute des fournisseurs. Ce n'est pas forcément de la faute du magasin mais je n'ai jamais eu ce soucis avec Scubaland. D'ailleurs ma dernière commande VP en début d'année, je l'ai finalement annulé pour cause de délai et passé chez Scubaland...
  12. Pour faire de la macro, il est préférable d'enlever la lentille. Tu trouves dans le commerce des portes lentilles montés sur le bras du flash.
  13. C'est un peu dommage de rester sur l'halogène/xenon avec des batteries lipo car tu perds en autonomie et ces bateries coutent cher. Sans compter qu'en alimentant directement le phare avec du 14.8v, tu vas flinguer plus vite l'ampoule pour en théorie 100 min d'autonomie. La led te donnera autant avec moins de batterie et un driver hbflex plutôt . Après les drivers taskled ont une fréquence sur leur gradateur un peu faible pour de la video. On va le scintillement des diodes dès lors que la puissance n'est plus à 100%.
  14. Le WD-3 n'est pas un grand angle en soi: il rectifie simplement le champ de vision de l'APN donc apporte peu. Le dome DC6 est... un dome donc il n'est pas non plus un vrai grand angle mais accroit un peu le champ de vision. L'inconvénient est qu'il reste à poste en permanence donc ça devient plus compliqué pour la macro. La W-30 est un grand angle. J'irais pour la W-30 dans la mesure où tu peux l'enlever sous l'eau contrairement au dome. Avec un TG5, tu as un super appareil pour la macro. C'est un peu dommage de se priver de cette option avec un dome monté de façon permanente. Pour le reste, tout est dans l'orientation et la distance de ton flash au caisson.
  15. Tu peux regarder ce que propose l'UBO à Brest... mais en général les spécialisations "bio marine", "océanologie biologique", "halieutique", c'est au niveau master car avant de se spécialiser il faut déjà acquérir les bases générales propres à la bio, l'écologie et à l'environnement et c'est l'objet des 3 premières années de licence. Il faut aussi te poser la question de ce que tu veux faire après car si tu vises à devenir chercheuse, tu devras aller jusqu'au doctorat (bac+5). Le master permet d'envisager des postes d'ingénieur de recherche. Si c'est une formation courte style "technicien de labo", tu peux regarder du côté d'Intechmer à Cherbourg où en 2 ans après le bac, tu as une formation aux métiers de la mer avec de bons débouchés dans l'ensemble car cette formation d'accompagnement de la recherche est bien reconnue dans les différents organismes de recherche français.
×
×
  • Créer...