Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

LA LOUBINE

Membres
  • Posts

    2,943
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19
  • Country

    France

Everything posted by LA LOUBINE

  1. C'est sûr qu'un retour des propriétaires serait intéressant après usage du bateau dans la vraie vie. Peut-être interroger le chantier comme il est à Lorient. Et il n'y a plus qu'à aller en Martinique
  2. Est ce que cela ne correspondrait pas au Master Scuba Diver comme chez Padi ? Cela semble être le cas : https://www.ecoledeplongeeparis.fr/reconnaissance-niveau-ssi-paris/29-master-diver-ssi-paris.html
  3. Canopée bleue en Martinique : un bateau de plongée zéro émission https://www.ouest-france.fr/premium/journal/journal-ouest-france/?utm_source=sendinblue_of_newsletter-num&mgo_l=skky3-WeSzyZpEj819_fGQ.15.&utm_campaign=of_newsletter-num&utm_medium=email&utm_term=840016&readerUrl=aHR0cHM6Ly9qb3VybmFsLXR3aXBlLm91ZXN0LWZyYW5jZS5mci9kYXRhLzE5NDAxMy9yZWFkZXIvcmVhZGVyLmh0bWwjITE5NDAxMw%3D%3D&editionID=af50ba2360d8309f83829ad7d26c00b7&date=2022-10-01&utm_content=20221001&vid=4291274&mediego_euid=4291274 Conçu à Lorient, ce catamaran zéro émission va naviguer sans bruit Commandé par le centre de plongée Canopée bleue en Martinique, le Bagoù10 , tout nouveau catamaran écologique, a été mis à l’eau mercredi 28 septembre à Lorient (Morbihan). Un navire zéro émission qui montre la voie du respect de l’environnement sur les mers du globe. Panneaux solaires, moteurs électriques, voile de kite, matériaux de construction légers… Des ingrédients qui permettent au catamaran de naviguer sans émission de gaz à effet de serre. | OUESTFRANCE Ouest-France Pierre WADOUX. Publié le 28/09/2022 à 20h01 Naviguer sans bruit, sans le moindre recours aux énergies fossiles. C’était le vœu le plus cher de Carole Castillon et Gilles Marsal, cogérants du centre de plongée Canopée bleue en Martinique. Mercredi 28 septembre, leur tout nouvel outil de travail a été mis à l’eau sur le site de l’anneau du port de Keroman à Lorient (Morbihan). Un catamaran de 10 m de long, sur 5 de large. Le Bagoù10. Pas un poids lourd (seulement 5 tonnes à vide) mais une belle envergure pour ce tout nouveau navire capable d’embarquer 24 personnes dont une vingtaine de plongeurs. Un catamaran d’un autre type. Qui montre à coup sûr la voie d’une navigation éminemment respectueuse de la mer, de sa faune et de sa flore. Parce que, voyez-vous, le Bagoù10, fruit de la conception de son architecte Julien Marin et du chantier Bagoù Boats à Lorient, piloté par Jérôme Clément, ne se nourrit que de soleil et de vent. « Il y a deux ans, quand je me suis lancé dans la plongée, raconte Gilles Marsal, ancien ingénieur dans la gestion de projets industriels, j’ai voulu, avec ma conjointe et cogérante, Carole, créer un centre de plongée qui soit écologique. Qui ne pollue en rien l’environnement ». Gilles Marsal, Carole Castillon ont adopté le Bagoù10, catamaran écologique, construit par Bagoù Boats à Lorient, dirigé par Jérôme Clément. | OUEST-FRANCE Sobriété sur mesure Le centre Canopée bleue, ancré dans l’anse d’Arlet (sud Martinique), avait besoin d’un bateau sur mesure. Disposant d’une large plateforme de plongée, répondant aux besoins techniques et aux idées écologiques de son affréteur. « La sobriété, ce mot aujourd’hui très en vogue, sourit Gilles Marsal, est l’une des clefs de ce bateau, léger et robuste dans sa conception contreplaqué fibré époxy ». Sa motorisation, deux moteurs électriques, est assurée par l’énergie des batteries lithium (sans cobalt), garanties 15 ans, alimentées par 30 m² de panneaux solaires. L’ensemble est couplé à une voile de kite autostable de 20 m² – de type Liberty Kite – spécifiquement développée par la société du navigateur Yves Parlier. Le Bagoù 10 est équipé d’un vaste taud recouvert de 30m2 de panneaux solaires destinés à alimenter les batteries lithium et d’une voile de kite autostable, très utile sur les longues distances. | BAGOÙ BOATS Conçu pour durer « Ce bateau est fait pour durer au moins 40 ans, et ne demande qu’un entretien très réduit ». Comme son empreinte écologique, réduite quasi à néant, jusque sous la ligne de flottaison. « Nous n’employons aucun antifouling mais des films silicone. Là encore c’est du durable ». Le Bagoù 10 est appelé à se frayer un bel avenir sur la voie d’une navigation vertueuse : sa plateforme fait déjà l’objet de commandes auprès d’un pêcheur de la baie de Saint-Brieuc et d’un navire à passager entre Dinard et Saint-Malo. « Un navire de ce type, équipé d’une motorisation classique, aurait sans doute coûté un tiers de moins (son prix est de 300 000 €). Mais, analyse le plongeur, en matière de développement durable, il faut raisonner à long terme. Ce « surcoût écologique » sera amorti en 8 ans. Enfin, ajoute Gilles Marsal, naviguer sans bruit, c’est rencontrer la faune marine en douceur ». Et sans douleur. Contacts : www.canopeebleue.com et www.bagou-boats.com
  4. Je plonge avec un dorsale. Perso j'ai mes deux détendeurs à droite; j'ai mis un miflex de 1,20 m au cas où je devrais le donner. Ma déco est à gauche.
  5. J'ai pas de iPhone, juste un smartphone mais il fait pas le café
  6. Comme chaque pays n'est pas sur un pied d'égalité, que faire ? Le sturggle for life est juste la réalité. On envoie nos "merdes" à l'étranger (bon, notre vieux porte-avions Foch personne n'en veut) mais il y a des pays (africains)) qui savent réparer ce que NOUS foutons à la poubelle. A part ça compatibilité des câbles de téléphone portables pour recharger : elles est où ? Société de consommation, l'ère du paraître (t'as pas de tunes mais faut se la péter), les influenceurs (les réseaux sociopathes) ... Pas facile pour notre jeunesse... et je ne parle pas de la beuh et autres qui tuent.
  7. Les canicules s'en occuperont. https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/09/05/la-canicule-vraisemblablement-a-l-origine-de-plus-de-11-000-deces-supplementaires-en-france-cet-ete_6140294_3224.html Jean Jouzel : https://www.bfmtv.com/environnement/climat/canicule-pour-le-climatologue-jean-jouzel-ce-qui-se-passe-aujourd-hui-c-est-ce-que-nous-avions-anticipe-depuis-20-ans_VN-202207170178.html Et l'accroissement des inégalités : https://www.bfmtv.com/environnement/climat/canicule-le-probleme-du-rechauffement-climatique-c-est-l-accroissement-des-inegalites-selon-jean-jouzel-climatologue_VN-202207110637.html
  8. On sait pertinemment que la surpopulation est un problème. J'essaie d'avoir une vision "optimiste"; bien que le problème soit mondial certains pays s'en moque et regarde leurs propres intérêts. Les paradigmes doivent changer et ce n'est pas si simple (pays riches, en développement ou pauvres) déjà rien qu'au niveau de l'individu. Quand tu vois qu'en période de sécheresse des personnes arrosent quand même leur jardin et qui te répondent c'est juste un peu, no comment... Le un peu par un certain nombre de personnes a un effet multiplicateur. Energies, eau, recyclage, vaste chantier; je regarde ce qui se fait chez nous Pour les éoliennes, il y a un écart important de production entre les éoliennes terrestres, les éoliennes marines. Et sur ces dernières, il y a encore un écart de production lorsqu'elles sont en haute mer car plus de vent. Et concernant le socle des éoliennes ça évolue ou en train d'évoluer sur des éoliennes flottantes. Certes, rien n'est parfait.
  9. Donc autant ne rien faire et ne pas chercher d'alternative comme ça la fête continue...
  10. A lire : https://www.revolution-energetique.com/des-pales-deoliennes-recyclables-utilisees-pour-la-premiere-fois-au-monde/ Et dans un autre registre : https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-09-14/ces-dalles-de-parking-recyclables-sont-capables-de-stocker-de-l-eau-de-pluie-et-de-la-restituer-dans-les-sols-64da46cd-0289-4cc1-80b9-e2695ff5e924 Extrait : "Des dalles de parking entièrement élaborées en plastique recyclé et capables de stocker l’eau de pluie pour la restituer dans les sols : dans le Territoire de Belfort, une start-up entend verdir un secteur notoirement polluant en proposant ce produit « recyclable à l’infini »."
  11. A voir ci-dessous pour informations et les pré-requis : https://formations.univ-larochelle.fr/du-biosoum "Pré-requis Être titulaire d’un niveau de plongée 2 étoiles CMAS (ou équivalent). Les débutants ne seront pas acceptés Il est recommandé d’être titulaire d’un diplôme de niveau Bac+3 en Sciences de la vie et de posséder des connaissances en écologie marine et taxonomie de la biodiversité sous-marine Les stagiaires devront se munir de leur équipement de plongée (combinaison, détendeur, masque, palme, stabilisateur, ordinateur de plongée), ainsi que d’un ordinateur portable" Peut-être contacter aussi les aquarium comme Oceanopolis ou Nausicaa par exemple si ils peuvent te recommander des pistes.
  12. Depuis le temps que je l'ai, aucun souci. Et je ne crois pas qu'il soit si mal noté que ça
  13. Nemo wide 2 à 179 € : https://www.boutiqueplongequilibre.com/ordinateurs-grand-ecran/1071-mares-nemo-wide.html
  14. Copier/coller de l'article. A regarder jusqu'en bas du curseur car il y a du "blanc". RECIT. Dans le Finistère, ces plongeurs ont-ils découvert l’épave d’un des derniers terre-neuvas ? Après un mois de recherches entre terre et mer, les plongeurs-archéologues amateurs Bruno Jonin et Eric Le Gall ont fini par découvrir ce qui ressemble à l’épave du Dustu. Terre-neuvas disparu le 22 juillet 1930 au large de Loctudy (Finistère), ce trois-mâts goélettes faisait partie des derniers bateaux de la marine à voile encore en navigation. Eric Le Gall nettoie à la main l’ancre à jet découverte sur le site de l’épave. Avec Pierre-Yves Le Pape et Bruno Jonin, autres plongeurs amateurs, ils pensent avoir peut-être trouvé l’épave du Dustu, terre-neuvas disparu en mer en 1930 au large de Loctudy (Finistère). | BRUNO JONIN Ouest-France Dorian MAO. Modifié le 29/08/2022 à 07h34 Publié le 29/08/2022 à 06h45 Écouter Ces trois là sont aussi à l’aise sur terre que sous l’eau. Leur passion commune : l’archéologie sous-marine. Et leur dernière découverte les galvanise. Bruno Jonin, Eric Le Gall et Pierre-Yves Le Pape ont découvert ce qui pourrait être l’un des derniers terre-neuvas disparu en mer le 22 juillet 1930 au large de Loctudy (Finistère) : Le Dustu, traduction de « tout de suite » en breton. Encore une belle histoire à raconter pour les membres du GRAHMBS, le Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques Maritimes de Bretagne Sud. « On est persuadé à 99,9 % qu’il s’agit du Dustu » « Pour le moment, il nous manque la preuve matérielle d’identification de l’épave. Mais avec notre enquête, nous sommes persuadés à 99,9 % qu’il s’agit du Dustu », affirme Bruno Jonin. « Le meilleur moyen de l’identifier serait de retrouver une des cloches gravées du bateau », complète Eric Le Gall. Le Marité est un trois-mâts goélette de près de 45 mètres qui fut destiné à la grande pêche sur les bancs de Terre-neuve. Le Dustu était un bateau similaire. | ARCHIVES OUEST-FRANCE S’ils ne sont pas sûrs de son identité, ils sont certains qu’il s’agit d’un trois-mâts goélette semblable au Marité, le dernier terre-neuvas encore en navigation aujourd’hui : un bateau de 45 mètres de long utilisé à l’époque pour aller pêcher la morue au large de Terre-Neuve, au Canada. Le naufrage du 22 juillet 1930 Début juin 2022, Bruno Jonin découvre un article dans le journal Le Finistère du 26 juillet 1930 aux archives départementales. L’article relate « le naufrage du trois-mâts Dustu » le 22 juillet 1930 à quatre milles marins au large de Bénodet (Finistère). Le bateau se rendait à Quimper (Finistère) avec 221 tonnes de charbon à son bord. Un rapport du commandant de bord, le capitaine Le Petit, a été déposé au tribunal de commerce de Quimper (Finistère). Capture d’écran d’un extrait du journal Le Finistère du 26 juillet 1930. On peut observer la description du naufrage en bas de la colonne Bénodet (Finistère). | ARCHIVES DU FINISTÈRE Bingo pour Bruno. Rapport en main, l’historien amateur se lance dans une enquête approfondie sur le Dustu et son équipage avec ses deux amis. Leur objectif n’est pas seulement de retrouver l’épave. Il cherche à découvrir l’histoire des hommes à bord en retrouvant leurs descendants et retracer le parcours du bateau depuis sa construction. « Le devoir de mémoire est important pour nous. » Une zone de 150 mètres de débris Lors de leur enquête, il découvre que le trois-mâts a été fabriqué à Fécamp (Seine-Maritime) et que l’armateur du Dustu venait de la région de Pleubian-Tréguier (Côtes-d’Armor). Après leurs recherches, les trois archéologues se sont rendus sur leur terrain de prédilection : la mer. « Selon une théorie que j’ai élaborée, la zone des débris des épaves retrouvées en Bretagne Sud s’étale toujours en forme de queue de comète vers le nord-est, la faute aux tempêtes successives du sud-ouest », explique Bruno Jonin. Sous l’eau, les plongeurs identifient plusieurs débris. Ici, une ancre à jet découverte au large de Loctudy. | BRUNO JONIN La troisième sortie en mer est la bonne pour les plongeurs : « On a trouvé une zone d’environ 150 mètres de débris, au large de Loctudy. Le plus remarquable, c’est sans doute les 115 mètres de chaînes complètement déroulées avec au bout une des deux grandes ancres du navire ! » Sur le site de l’épave, au bout de 115 mètres de chaînes, une ancre de taille importante. | BRUNO JONIN De nombreuses questions en suspens Pour respecter la loi, la découverte de l’épave a été signalée au DRASSM, la Direction des recherches archéologiques sous-marines, le 22 juillet 2022. Comme un symbole. Pour autant, l’enquête est loin d’être terminée pour ces archéologues amateurs. Pourquoi les plans de construction du navire sont introuvables ? Est-ce vraiment le Dustu que les plongeurs ont découvert ? « C’est une vraie enquête policière et on va aller jusqu’au bout ! », s’enthousiasme Eric. Leur prochain objectif est de retrouver les 221 tonnes de charbons que transportait le Dustu. Alors que Bruno se balade dans ses archives, il s’exclame : « Eric ! Tu ne vas pas le croire mais je viens de trouver un autre bateau disparu en 1862 ! » Pour nos plongeurs-archéologues, ça a tout l’air d’être reparti pour un tour ! Pour financer leurs recherches, le GRAHMBS propose à la vente des cartes qui répertorient les différentes épaves découvertes en Bretagne. Elles sont disponibles sur le site 2021.atlasdesepaves.fr
  15. Découverte de l'épave du "Dustu" ? au large de Loctudy par les passionnés d'archéologie sous-marine. Un des derniers terre-neuvas disparu en mer le 22 juillet 1930. https://www.ouest-france.fr/bretagne/loctudy-29750/recit-dans-le-finistere-ces-plongeurs-ont-ils-decouvert-l-epave-d-un-des-derniers-terre-neuvas-3b44d0c2-1fd9-11ed-b73d-c186b65f3ccb
  16. Pluie et poissons d'eau de mer : https://www.ouest-france.fr/meteo/secheresse/secheresse-pourquoi-le-manque-de-pluie-menace-aussi-les-poissons-d-eau-de-mer-e20342d6-1589-11ed-b3ab-203ffee0a517
  17. Perso, en Vendée, je me suis fais contrôler par la gendarmerie maritime il y a une semaine lors d'une sortie amicale plongée hs (semi-rigide 5,50m, 80cv, 4 à bord). 1- Pas de gilets à bord mais tous en combinaison enfilée jusqu'à la taille 2- Contrôle des papiers; mon permis A est en carton donc c'est une photocopie couleur recto verso 3- 15 litres d'essence de secours au cas où placé derrière le bolster donc pas loin du moteur Le contrôle, ce qui est intéressant : 1- les papiers : tout est ok, sauf la photocopie du permis; ben il faut avoir l'original même si on a un vieux permis en carton (falsification...) 2- armement : la seule chose qui a été vérifiée c'est la date de validité de l'extincteur; et à mon avis je pense que c'est par ce qu'il a vu le bidon de secours donc amha; pour le reste il m,'a dit "je suppose que vous avez..." Ceci dit, à l'insu de notre plein gré on était dans une zone interdite de plongée sur une épave... (obus...) Donc un petit tour sur la vedette pour l'audition (ben oui, il y avait un vieil arrêté prefmar), pour la suite attendre plusieurs mois pour savoir si on me tape sur les doigts (Ho, c'est mal, c'est pas bien... ou amende ou pire... aïe, aïe, aïe..) Les contrôles, je n'ai rien contre; je leur ai cependant dit que faudrait peut-être aller contrôler un peu plus les "mouille-cul" mais surtout les bateaux qui remorquent les bouées et qui ne respectent pas un minimum de règles de sécurité, et je ne parle pas de l'absence de la flamme orange. Bref, faut arrondir les angles pour le tourisme...
  18. https://jnews-france.fr/on-en-sait-plus-sur-laccident-de-plongee-qui-a-coute-la-vie-dun-homme-de-63-ans-au-large-de-saint-raphael/ Dans l'article ci-dessus, je cite : "alors qu'il devait descendre à -65 m, le plongeur équipé de bouteille a fait signe qu'il ne sentait pas bien à environ -37m" Et celui là : https://www.bfmtv.com/cote-d-azur/saint-raphael-un-plongeur-meurt-lors-d-une-sortie-en-mer-au-large-de-la-plage-d-antheor_AN-202208060111.html Je cite ; "Selon les sauveteurs en mer (SNSM), il souffrait de problèmes cardiaques et suivait un traitement pour sa tachycardie." Je m'interroge donc sur la "compatibilité" de la pathologie et de la profondeur. Ceci dit, tant est soit il que tous ces éléments soient "fiables"
  19. Accident de plongée à Saint-Raphaël : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6861371/accident-de-plongee-mortel-a-saint-raphael-var.html Un poil plus d'infos : https://www.varmatin.com/faits-divers/on-en-sait-plus-sur-laccident-de-plongee-qui-a-coute-la-vie-dun-homme-de-63-ans-au-large-de-saint-raphael-785792
  20. Chasseurs d'épaves en Bretagne et cartes à la clé : https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-08-05/en-bretagne-ces-plongeurs-chasseurs-d-epaves-cartographient-les-fonds-marins-aaf892a9-642b-4189-a3f9-a7271f7384c7?mgo_eu=d41d8cd98f00b204e9800998ecf8427e&mgo_l=OSTRRKSgTUGok5WSo4DbPA.4.0&utm_content=20220805&utm_medium=email&utm_term=840014&utm_source=sendinblue_of_newsletter_eds&utm_campaign=of_newsletter_eds&vid=4291274&mediego_euid=4291274
  21. La cloche de l'épave du Frascati, découverte en 2021, a été remontée : https://www.ouest-france.fr/bretagne/douarnenez-29100/finistere-ils-plongent-et-remontent-la-cloche-du-frascati-a-la-surface-18d774e6-0cd7-11ed-adc0-0d21530731c8?utm_source=sendinblue_of_newsletter-histoire&mgo_eu=d41d8cd98f00b204e9800998ecf8427e&mgo_l=c7hYaryNQ5isomHnLzagOw.24.5&utm_content=20220804&utm_campaign=of_newsletter-histoire&utm_medium=email&utm_term=847088&vid=4291274&mediego_euid=4291274
  22. Ouais, on fait péter le bouchon et on profite de la narcose des homards...
  23. A voir, pour comparer avec les assurances complémentaires de la sécu. Point à vérifier : - Si tu atteins ton plafond de garanties de la première assurance, la seconde pourrait intervenir pour le complément dans la limite de son plafond
  24. C'est pas le prix de l'assurance le plus important, ce sont les garanties et les mises en oeuvre de celles ci, i.e la "qualité" de l'assureur... Sans discrimination, il me semble que certaines garanties DAN (caisson) sont inférieures à celles de AXA et inversement pour d'autres ou non incluses.
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.