Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

nobubble

Membres
  • Posts

    2,615
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    16
  • Country

    France

Everything posted by nobubble

  1. Cela fait plaisir de voir que certains ont les yeux ouverts. Ne perd pas ton temps c'est peine perdue. Péter peut-être pas car toutes les organisations doivent avoir leur place pour amener de la diversité. Et Je parle bien de diversité officielle et non la pseudo démocratie que certains aimeraient nous faire avaler. Si quelque chose doit sauter c'est la notion d'environnement spécifique qui verrouille complètement la plongée et qui a justifié tout cet arsenal législatif.
  2. Je ne mets pas le BE sur le compte de la fédé. Comme je l'ai précisé dans mon précédent post le BE est un monopole d'état. Dont acte ! Ce que l'on était avant ne présage en rien ce que l'on va devenir. Aujourd'hui tu as visiblement épousé le système français. Tu es un fervent défenseur du modèle fédéral... d'état. Je ne critique pas, c'est ton droit mais cela reste un modèle totalitaire que je dénonce. La question n'est pas de savoir si un OWSI peut plonger ou non mais de savoir comment un OWSI peut délivrer ses brevets en France . La réponse est simple il lui faut un brevet Français de moniteur. Tu sous-estimes largement les responsabilité du DP. Il suffit de lire le CDS. Tu confonds exigences et réalité du terrain. De plus il faut également faire la différence entre être autonome dès la phase d’organisation de la plongée et être autonome sous l'eau. Il y a un écart non négligeable. De même ce n'est pas parce que l'on t'apprend à faire quelques assistances que tu en deviens autonome. Un N1 comme un N2 (voire un N3 avec DP) reste des assistés car soumis au dictat du DP et aux obligations du CDS et à l'occasion complètement déresponsabilisé. Le seul vrai autonome dans le système français est le N3 sans DP. Je te renvoi à la discussion sur le forum au sujet des statuts des plongeurs français (assistés ou non). Les avis sont très partagés. Je te savais acquis au système fédéral mais là cela devient de la mauvaise fois évidente. Comment peut-on penser qu'une organisation puisse développer son propre système alors qu'un cadre de fonctionnement est décliné au niveau national et imposé par la réglementation ? Au moins cela à le mérite de dévoiler officiellement tes contradictions. Pour moi c'est la preuve que toutes discussions à ce sujet avec toi peut se clôturer d'office. Le bon côté est que cela ne nous fera plus perdre de temps et je t'en remercie. Ce n'est plus de la simplification mais de la méconnaissance. La délégation d'état et la main mise des fédérations dans le sport remonte aux années 40 (régime de Vichy et un peu plus tard). Aujourd'hui le ministère des sports à plein pouvoir pour organiser le sport en France comme bon lui semble. Il n'y a pas d’électeur, ni d'assemblée dans le coup. Tu confonds avec ce qui se passe à l'assemblée nationale. Là on peut parler de démocratie. Dans la cadre de la plongée nous sommes depuis longtemps sous un régime totalitaire. Voici ci-dessous la définissions Larousse du totalitarisme. "Système politique dans lequel l'État, au nom d'une idéologie, exerce une mainmise sur la totalité des activités individuelles." Tu remarqueras que c'est également l'exact définition du système de plongée français. Voilà une belle supposition gratuite. Par définition, à moins d'avoir quelques dons de voyance, tu n'en sais absolument rien. En cas d'accident (en relation avec le niveau supposé du plongeur) se sera à toi de justifier pourquoi tu lui a affecté cette aptitude. Bon comme dit précédemment je ne vais pas m'étendre plus sur tout ces sujets. On connait chacun la position de l'autre. La discussion s'éternise et n'apporte plus grand chose. Je clos donc le débat ici. Merci pour ta participation.
  3. Je fais ma formation chez PADI et je délivre les brevets de l'organisation partout dans le monde. En France il me faut en plus passer un brevet national (MF, BE) qui ne me sera d'aucune utilité (réglementation oblige). Le brevets national (MF dans mon cas) je ne l'ai passé uniquement pour avoir le droit de délivrer des brevets PADI. Cherchez l'erreur ? Les brevets CMAS oui mais on parle du brevet d'état et la réponse est non. Un brevet d'état n'est qu'un pis-aller pour te permettre de travailler contre rémunération en France. Un brevet d'état obtient sa carte CMAS par l’intermédiaire de la FFESSM. Ce que j'essaye de te dire est que le brevet d'état n'est pas un brevet d'une organisation de plongée. C'est juste un passe droit et de plus qui n'a aucune valeur à l'étranger. La valeur ajoutée est donnée par l'organisation de plongée. Tout cela te semble normal car tu es français et tu résonnes avec le modèle français. Tu n'es donc pas autonome. On peut comprendre qu'un organisateur prenne la main pour accompagner des plongeurs débutants mais pas des autonomes. Tu payes ta plongée en France comme à l'étranger et ce n'est pas pour cela que les prestations seront les mêmes. A l'étranger tu payes ta plongée et tu plonges avec qui tu veux (et sans qu'un DP lambda ne t'affecte une aptitude qui est sans relation avec ton brevet) et tu te débrouille seul. Tu es un autonome (un vrai pas un assisté). L'organisateur sera là pour te décrire le site et point à la ligne. Il ne sera pas responsable de tes erreurs ou mauvais choix. En France si. Le DP endosse la responsabilité des choix que la loi lui impose de prendre. Ne sautons pas du coq à l'âne. On parle bien de la plongée dans des centres de plongée (en structure selon le modèle français). Je n'ai pas les moyens de me payer un bateau et n'en ai pas l'intérêt même pour 100 plongées par an. En France comme à l'étranger on a, en effet, tout à fait le droit de se jeter sous les roues d'un train. Sur ce point je suis bien d'accord. En plongée il en est tout autre. Non tu n'as pas compris. L'équité en question concerne les mêmes droits envers les organisations françaises. Toutes les organisations françaises se sont vu imposer le modèle fédérale (monopole octroyé par l'état). Par exemple l'ANMP ou le SNMP ne pourront jamais développer leur propre modèle de plongée car la réglementation impose des brevets, des prérogatives associés , etc. Et il est clairement précisé pour les encadrants dans le CDS : Tous ces brevets doivent justifier que leurs titulaires ont démontré un niveau technique au moins équivalent à celui des brevets de même niveau de la Fédération délégataire, la FFESSM, et qu'ils ont été délivrés dans des conditions similaires. En bref, les autres organisations nationales n'ont pas d'autre choix que de suivre le modèle français imposé par la FFESSM. Et on vient t'expliquer qu'en France la liberté pédagogique est un bienfait du modèle français. Je dis que tu te permets de comparer l'état de la plongée en France avec celle d'une république bananière gouvernée par une junte militaire et dont l'activité qui nous concerne ne représente qu'une manne d'argent en provenance du tourisme. Donc si tu veux comparer ce qui est comparable donne-nous des exemples vécus dans des pays voisins en Europe. Cite-moi quelques pays ayant une réglementation comparable à la nôtre ? Et pour faire tout cela on a besoin d'une réglementation contraignante ? Y-a-t'il plus de mort lors des baptêmes en Espagne, en Suisse, en Italie, etc. ? Sur quel site vas-tu plonger en IdF et qui soit officiellement autorisé ?
  4. La mer comme Annecy ou le Léman j'y vais quand j'ai plusieurs jours de vacances. Un plan d'eau intérieur à portée de roue pour la journée c'est plus facile à trouver mais rarement (voire jamais) libre d'accès. Un lac, une mer se sont des plans naturels et en général un maire ne risque pas trop (quoi que) de se retrouver avec un plainte suite à un décès. Par contre un plan d'eau privée et artificiel (carrière ou autre) c'est tout de suite polémique et au moindre dérapage le maire est traité d’inconscient. Ou alors c'est le privé (si terrain privé) qui risque d'endosser la plainte et d'en subir les conséquences puis obligation d'en interdire l'accès .
  5. Tout le monde n'habite pas au bord de la mer .
  6. Un plan d'eau ouvert et d'accès libre, c'est hyper rare. En France peu de chance de voir ce genre de chose car au moindre accroc le maire de la commune se prend immédiatement une plainte dans le nez.
  7. @caolila ton trou d'eau est géré par une structure ou c'est ouvert à tous vents ?
  8. Qu'il y est une réglementation qui protège les débutants, pourquoi pas mais quelle ne fasse pas peser toutes les responsabilités sur les moniteur même pour des gens qui sont censé être autonome. En générale quand on veut justifier ce qui ce passe en France il est fou comme les gens aime prendre des exemples à l'autre bout du monde. En Thaïlande la plongée est une activité touristique. Le Thaïlandais moyen ne plonge pas. C'est une activité de riche principalement réservée aux étrangers. En Thaïlande c'est une junte militaire qui est au pouvoir !!!! Comparons ce qui est comparable s'il te plait ! Regarde déjà ce qui se passe autour de nous en Europe. Plonges-tu en Espagne, en Belgique, en Italie, en Grande Bretagne ? Tout ces pays (toute l'Europe d'ailleurs) ne sont pas réglementés (ou très peu) et pourtant tu ne les cites pas. Étrange ? Est-ce que la plongée présente plus de risques dans ces pays qu'en France ? Penses-tu que si la plongée générait des accidents à la pelle, ces pays ne la règlementerait pas ?
  9. Ça c'est encore une spécificité française qui a été largement dénoncée. En France l'état souhaite garder le contrôle du sport (favoriser les fédérations au détriment des autres acteurs - fédérations délégataires-) en générale et de façon encore plus prononcé dans le cadre pro au travers des brevets d'état. Ces dernières sont des formations longues et couteuses, souvent surdimensionnés par rapport aux besoins sur le terrain. C'est un monopole d'état. En effet mais quel intérêt. Tu t'engages dans une formation longue et couteuse et tu obtiens un brevet qui ne te permet même pas de délivrer la moindre carte de plongeur !!! Le BE est obligé de s'adosser, à la sortie de sa formation, a une organisation de plongée pour enfin pouvoir délivrer un brevet. De plus ce brevet n'a aucun valeur une fois passé la frontière. Cher payé pour une m... pareille. Il est bien heureux que l'on puisse se former ailleurs qu'à la sainte fédé. c'est bien la seule liberté que l'on a en France en plongée. Un OWD ou n'importe quel brevet qui n'est pas d'une organisation française n'a aucun valeur légale en France. Tu dépendras donc du DP local qui devra t'affecter une aptitude suivant son humeur du moment. Perso en temps que DP, pourquoi je prendrais la responsabilité de définir un niveau français pour quelqu'un qui est déjà autonome dans une autre organisation ? C'est au plongeur de prendre ses responsabilités et non à l’organisateur de l'activité. La question est beaucoup plus large que cela. Le sport en France n'a pas un fonctionnement démocratique et encore plus particulièrement les sports en environnement spécifique. ceci dit le cas de la plongée est tout de même très particulier. Si il n'y a pas démocratie, il devrait au moins y avoir équité entre toutes les organisations françaises. Même cela l'état n'est pas capable de l'assurer. Cela en dit long sur l'état d'esprit des fonctionnaires d'état.
  10. Le sujet n'est pas d'encenser un système ou un autre. Tu ramènes toujours la question sur cet aspect comme si tu voulais occulter ce qui gêne. Chaque système à ses avantages et ses inconvénients et ses inconditionnels. Là dessus on est tous d'accord et ça ne pose aucun problème particulier. Ce qu'il faut dénoncé c'est bien la politique d'état et fédérale et la profonde iniquité qui existe entre les acteurs de la plongée Française. Cela ne semble pas te gêner plus que ça. Toi qui est brevet d'état tu connais bien le modèle sportif français qui favorise les fédérations au détriment des autres acteurs. En plongée ce favoritisme est exacerbé par une réglementation au seul profil des organisations nationales et plus particulièrement de la FFESSM. En matière de démocratie on fait mieux ? Voici la définition Larousse du totalitarisme. Système politique dans lequel l'État, au nom d'une idéologie, exerce une mainmise sur la totalité des activités individuelles. Cela ne te rappelle rien ? Tu peux ajouter FFESSM après mot Etat et le compte est bon. De ceci on en déduit que la plongée française vie bien dans un système totalitaire au profit de la fédération délégataire.
  11. Non, tu ne peux enseigner un autre système uniquement si tu es moniteur d'une organisation nationale. Si j'ai passé mon MF1 c'est justement pour pourvoir enseigner le système PADI. Ce procédé est unique au monde.
  12. Tu confonds les navets avec les carottes. Le MF1 est une chose et le contexte de la plongée en France VS étranger en est une autre. Ce qui est en cause est bien le contexte de la plongée Française noyauté par la FFESSM. Ce n'est pas parce que je suis MF1 que je dois encenser la politique fédérale et accepter tout ce qu'ils disent ou proposent. Pour faire un parallèle ce n'est pas parce que l'on est français que l'on doit accepter toutes les décisions politiques du gouvernement. Il en est de même avec la FFESSM. Ce n'est pas le modèle intrinsèque de la FFESSM qui est mauvais mais bien la politique menée par les dirigeants fédéraux depuis des décennies. Ils n'ont qu'un seul objectif : garder le monopole de la plongée française et imposé leur modèle à l’ensemble de la communauté. Dans les années 80/90 le SNMP a bien essayé de se sortir de ce modèle sans succès. La FSGT essaye de son côté de se différencier du modèle fédérale mais ce n'est que du maquillage. Et pour finir l'ANMP, comme tout le monde le sait, n'est rien d'autre que le petit toutou de la FFESSM. Notre cher @nanobulle parlait de "filiale low cost de la FFESSM". Et , bien sûr, tous les trois délivrent des brevets copie conforme (ou presque) de ceux de la FFESSM. Elle est belle la liberté française ! Deux choses m'attriste terriblement au vu de tes questions. D'une part on a abordé et largement détaillé le sujet dans d'autres posts dont tu étais également contributeur. Et l'on a déjà échangé des posts à ce sujet tous les deux. Secundo qu'un "DEJEPS / Trimix Inst." pose ce genre de question me laisse un peu perplexe ou cela veut dire que tu plonges rarement à l'étranger. J'en conclue également que tu n'es instructeur d'aucune organisation étrangère. Ce qui explique, en partie, ta méconnaissance de la plongée hors de nos frontières. Est-ce qu'au DEJEPS on ne vous donne pas un aperçu des systèmes étrangers ? C'est tout de même une formation qui se dit pro et certainement la plus lourde et la plus cher au monde ? Je connais la réponse, mais en tant que pro de la plongée n'est-il pas de ton devoir de développer tes connaissances des autres systèmes et surtout d'en connaitre les principales différences ? En France le CDS impose un modèle de plongée et d'organisation à toutes les écoles nationales. C'est à dire que toutes nos écoles (FFESSM, ANMP, SNMP, FSGT) sont prisonnières d'un modèle qui est celui de la FFESSM et ne peuvent pas en sortir. C'est ce que j'appelle un modèle mono-culturel car il s'impose à l'ensemble de la communauté nationale. Vanter la liberté pédagogique en France alors que l'on ne peut pas choisir son modèle de plongée est tout de même coquet ! A l'étranger il n'y a pas de réglementation ou très peu. C'est à dire que les centres sont libres de mettre en place leur propre modèle d'organisation. On ne leur dit pas quels sont les bons diplômes et les mauvais. On ne leur impose pas d'attribuer des aptitudes bidons à des plongeurs et surtout c'est aux plongeurs de prendre leurs responsabilités vis à vis de leur niveau. On ne leur dit pas quelles sont les tâches qui incombent à l'organisation de la plongée (DP). En résumé rien ne leur est imposé comme c'est le cas avec le CDS. Cela veut dire que les centres de plongée mettent généralement en place une organisation tel que cela leur à été appris par l'agence de plongée dont ils sont les représentants (PADI, SSI, NAUI, IDEA? etc.). Mais rien ne les empêche également de faire autrement. C'est bien ça que l'on appelle un modèle de plongée libre. Lit les articles (Pourquoi avons-nous un CDS, Le cursus nord-américain) sur le site recycleur.free.fr. Même si tu n'es pas d'accord cela te donnera un très bon aperçu de ce qui différencie la France du reste du monde.
  13. Tout à fait d'accord avec @fufu74 et @Youdivemecrazy. Il ne faut pas trop comparer les fonctions de notre DP franchouillard et celui d'un organisateur/facilitateur de plongée à l'étranger. Les responsabilités et obligations qui leur incombent ne sont absolument pas les mêmes. Un DP supporte la responsabilité pénale de l'organisation complète, de l'équipement présent sur le bateau et jusqu'à l'évacuation potentielle d'un plongeur. Ce sont bien des obligations, des contraintes imposées par la réglementation. Rien de tout cela à l'étranger. Dans ce schéma les plongeurs (autonomes y compris) sont complètement déresponsabilisés au dépend du malheureux DP. A l'étranger toutes ces fonctions sont réparties sur plusieurs personnes et sans plus de précision. Il n'y a rien d'écrit nul part. Ce sont les règles des organisations de plongée que l'organisateur applique comme il l'entend et sans contrainte. Ce point est extrêmement important. Un organisateur de plongée n'ira jamais déclasser ou surclasser un niveau de plongeur et surtout prendre la responsabilité d'une telle ineptie. Le CDS et toutes ces obligations délirantes sont simplement le reflet de l'image du narcissisme fédéral.
  14. Sans oublier les plongée trucks et les plongées avec les speed boats sur Elphinstone. Et tout cela avec une vrai autonomie. Sur une semaine ou 15 jours tu as une variété de sites important. Par contre je déconseille fortement la sortie club explo car la direction de plongée à la mode française vous sera de fait imposée (CDS). Cela a de l'intérêt si vous y allez pour faire votre validation club de fin d’année (on le fait de temps en temps mais on accepte alors les inconvénients du système français). Dans ce cas il vous faudra de toute façon les moniteurs, les N4 et tout le tintouin à la mode française. Par contre vous serez obligé d'encadrer vos niveaux 1 (quelque soit leur expérience) et N2 (si plus de 20m) sur Elphinstone en particulier. A bien cogiter avant de partir. Chez nous on part en petits groupes hors club. Les petits niveaux ensembles et les autres d'un autre côté. Etant moniteur je ne partirais jamais avec un de mes OWD ou N1 car en cas de pépin le procès en France pourrait me retomber sur les épaules. c'est pour cela que nos OWD/N1 et Advanced (tous PE20 en France) partent généralement ensemble et plongent en autonomie sur place entre eux. Attention cependant pour les N1 fraichement moulus. Sur place il ne pourront de toute façon pas plonger en autonomie ou du moins pendant un certains nombre de plongées jusqu'à ce que les divemasters du Red Sea les considèrent comme autonomes. En général mes OWD et Advanced (PE20 en France) avec de la bouteille peuvent partir en autonomie. Tout au plus une checkdive au début et vogue la galère ensuite. Ils apprécient grandement.
  15. Merci, tu confirmes donc que n'a pas plongé dans des camps du type de ceux du Red Sea Diving Safari. Je t'invite tout de suite à y réserver tes prochaines vacances plongée. Sans me tromper il y aura du monde sur le forum pour te parler des bienfaits de ce type de séjour. On en a d'ailleurs parlé à plusieurs reprises sur le forum et il y a certainement des CR. Que du bonheur. J'en raffole. Une semaine de croisière suivie d'une autre au Red Sea pour se reposer. Le site web (en français) : https://www.redsea-divingsafari.com/fr/ Avec les prix : https://www.redsea-divingsafari.com/price-lists La plongée que tu décris est celle que l'on connait sur les bateaux en daily ou croisière et non pas les illimités au départ du bord. Les prestations se rapprochent donc de ce que nous connaissons en France et c'est normal car nous payons pour cela. De plus la grosse majorité des français vont dans des structures d'accueil françaises qui vont essayer de respecter nos habitudes de plongée avec plus de liberté tout de même. Heureux non. C'est la différence que l'on faisait dans une autre discussion entre l'autonomie à la française (qui n'en est pas une) et celle du Larousse. Ce qui devrait t’effrayer ce n'est pas cette façon de plonger mais bien celle que la FFESM et le MS nous impose. Pour les autonomes il y a également une autre chose forte appréciable. C'est la notion de plongée explo ou d'exercice (impose un moniteur) qui est une spécificité française et qui n'a pas cours dans les autres pays (Egypte y compris). Deux niveaux 2 ou 3 pourront se faire une petite plongée de révision d'exercices de toutes sortes sans avoir à se justifier au préalable. Dans notre clubs nous formons nos débutant à l'OWD en priorité puis Advanced. Cela leur permet plus de latitude une fois passé la frontière. Beaucoup vont justement dans ces camps pour faire leurs armes et plonger en autonomie. Une semaine au Red Sea (voire 15 jours, le supplément plongées illimités sur 5 jours 236€ (47€ le jour sup) + hébergement) et ils reviennent avec 15 à 30 plongées d'expérience en autonomie en plus sur le carnet. La formation suivante (niveau 2 pour être tranquille en France) au club devient presque une formalité car on ne s'adresse plus à des plongeurs encadrés mais déjà à des autonomes.
  16. C'est précisément ce que je dis, rien de plus. Pour s'affranchir de la réglementation. Il faudrait peut-être que tu lises les échanges avec AF pour comprendre les tenants et aboutissants. As-tu déjà plongée en Égypte dans des camps similaires ? Il semblerait clairement que non. Rien à voir avec la France puisque tu n'as aucun DP, aucun organisateur, aucun encadrant commis d'office et une réglementation au strict minimum, celle d'Egypte. Tu es seul face à la mer avec un binôme de ton choix et que potentiellement tu ne connais pas du tout. A toi de faire avec et cela que tu sois OWD ou MF. En fait tu te retrouves beaucoup plus proche de la situation du hors structure Français que du en structure. Cela veut dire qu'il n'y aura personne pour te limiter ou t'expliquer ce que tu dois faire et cela quel que soit ton niveau, Personne pour te dicter tes paramètres ou les relever à la sortie (on te demande tout de même d'inscrire tes paramètres sur un tableau sur la plage histoire d'avoir une heure de retour prévisionnelle afin de pouvoir lancer des recherches si on ne voit personne revenir). Personne également pour te guider (sauf à ta demande perso moyennant $$$). Bref à toi de te démerder avec ton binôme. Si tu n'es pas venu avec un binôme tu te trouveras facilement un autre plongeur prêt à partir avec toi ou alors tu te raccroches à un groupe d'inconnus qui après 2 ou 3 bières ne le seront plus. Est-ce qu'en France un OWD/CMAS 1* ou un Advanced peut partir plonger (en structure) comme bon lui semble sans rien demander à qui que ce soit et à la profondeur qui lui conviendra ? La partie qui s'apparente à la "structure made in France" est que tu as à disposition bateau et truck pour aller faire des plongées éloignées. En cas de souci tu pourras également disposer des capacités de la structure pour les secours avec un caisson de recompression de l'autre côté de la route. C'est pratique en cas de besoin. Tu pourras même aller le visiter avec explications du préposé.
  17. La question n'est pas de savoir si il a menti ou non mais de constater, avec humour, que ses prévisions se sont réalisées. Par définition un voyant/devin ment en avance de phase. Et puis c'est Noël, c'est fête avant l'heure, on peut se détendre ! Quant à l'encenser je n'irais pas jusque là. Berny est un contributeur un peu particulier par son statut de syndicaliste et sa connaissance historico/politico/réglementaire. En tant que tel j'apprécie ses contributions même si je ne suis pas tj d'accord avec lui. Qui n'a pas menti, n'a pas eu des propos qui ont dépassé ses pensées, ou encore d'autres trucs plus ou moins tordus ? Cela fait le charme du forum . Je ne suis pas rancunier du moment que cela reste dans l'acceptable et chaque contribution permet au forum de vivre. Essayons de le garder car les vecteurs d'info en plongée se font de plus en plus rares.
  18. Au fait mon cher @Matt dans les titres et décorations qui apparaissent sous notre avatar aurais-tu quelque chose qui ressemble au Grand Chaman ou au Devin de service. Je pense que notre @berny mériterais bien une petite médaille de Noël ?
  19. C'est amusant car j'emploierais les même termes à ton sujet (compliquez énormément les choses). J'essaye juste de te montrer la différence entre les cours théoriques en salle et l'utilisation sur le terrain. Je pense que tous les plongeurs ont bien conscience des apports de l'o2 en plongée. Tes livres ont certainement contribué pour nombre de palmipèdes à cet apprentissage. Maintenant nous sommes majeurs et en cette période tourmentée largement vaccinés. En plongeur responsable que nous sommes, j'ose espérer que l'utilisation que l'on en fera dans l'eau nous appartiendra encore pendant quelques temps. je suis assez surpris de tes propos ou alors c'est certainement que tu n'a pas pris le temps de bien lire. Au final je vois que nous sommes tout à fait d'accord sur le fond (les apports de l'O2 (qui ne le serait pas ?)) mais par contre pas en ce qui concerne la forme. Je reprends mes propos dans le post que tu cites et le précédent : 1) Oui l'o2 permet de réduire le niveau de bulle mais aussi de diminuer plus rapidement le niveau de saturation (PPO2 plus élevé) des autres gaz et par la-même de réduire les temps de palier. 2) Aujourd'hui on connait bien ces deux facettes dans l'utilisation de l'O2. On a le bon côté pour la santé, la réduction des bulles, et aussi celui directement exploitable et vérifiable sur le terrain, la réduction du temps de palier. 3) Les deux sont vendeurs et il ne faut donc pas les opposer mais bien les associer. On peut privilégier un aspect ou l'autre voire les deux en même temps. Au plongeur de prendre ses responsabilités et donc de faire ses propres choix en connaissance de cause. Et je compare aux tiens : 1)Utiliser de l'O2 pour prévenir les risques d'ADD (saturation élevée) se justifie par la baisse du niveau de bulles (pas par le fait que cela réduise la durée des paliers). 2) Les paliers à l'O2 (ou Nitrox) diminuent de 80% le niveau de bulles par rapport à une désaturation à l'air. 3) Et en plus ça réduit le temps de paliers. Parfait. Tu en reprends toi-même maintenant les deux aspects (2 puis 3) et pourtant tu semblais vouloir faire l'impasse sur le deuxième point (1) ou le négliger. N'es-tu pas en train de te contredire ? Tu sembles vouloir opposer les aspects physiologiques et physiques et l'utilisation qui en sera fait sur le terrain. Que le plongeur ait conscience de ces phénomènes est une bonne chose et personne ne le niera mais il faut savoir également tenir compte de la réalité du terrain que tu sembles vouloir balayer d'un simple revers de la main.
  20. La notion de plongée hors structure n'a pas vraiment de sens en Egypte. Et d'amener ses propres blocs par avion également. Au pays des Pharaons n'importe quel petit club local t'emmènera là où tu veux pour pas cher avec tout le matériel ad hoc et sans les contraintes réglementaires françaises. Pour le plongeur qui veux vraiment faire du hors structure mieux vaut aller plonger en Zélande (version froide) ou à Bonaire (version chaude). En France la question du hors structure est différente car on associe cela au fait de s'affranchir d'une réglementation tatillonne et partisane. En Egypte la plongée sur les sites du Red Sea Diving Safari (Marsa Shagra, Nakari, etc.) présentent tous les avantages du hors structure à la française (le plongeur est vraiment autonome dans sa planification personnelle et même de simples OWD ou Advanced qui ne seraient que des PE20 en France) sans les inconvénients. Avec en prime tout un ensemble de prestations associées (bateau, matériel de sécu, caisson hyperbare, restauration et hébergement) qu'un plongeur peut attendre. En bref c'est le hors structure plongée sans les contraintes (ou peanuts).
  21. Aujourd'hui on connait bien ces deux facettes dans l'utilisation de l'O2. On a le bon côté pour la santé, la réduction des bulles, et aussi celui directement exploitable et vérifiable sur le terrain, la réduction du temps de palier. Les deux sont vendeurs et il ne faut donc pas les opposer mais bien les associer. On peut privilégier un aspect ou l'autre voire les deux en même temps. Au plongeur de prendre ses responsabilités et donc de faire ses propres choix en connaissance de cause. Pour le second point (les débuts du nitrox dans la plongée française) la fédé n'a jamais réellement cherché à développer l'utilisation de l'O2 et du nitrox. La norme Nitrox M26 n'a par la suite pas arrangé les choses. Sans parler des autres complications réglementaires comme l'obligation du DP ou guide de palanqué nitrox par exemple. Peut-être également qu'un Extended Range aurait été plus intéressant qu'un niveau 3. Mais cela avait une connotation trop nord-américaine pour nos élites. Le niveau 3 n'a jamais été un argument vendeur pour le nitrox et d'ailleurs c'est tout le contraire. Pourquoi aller dépenser des sous et se compliquer la vie pour faire quelque chose (plongée à 60) que je peux faire avec la b... et le couteau. Les plongeurs ne sont pas idiots et ont vite fait les comptes.
  22. Comme dans toutes pratiques il y a souvent plusieurs méthodes et plusieurs justifications. Dit autrement ses méthodes peuvent toutes trouver une justification toutes aussi honorables les unes que les autres. On peut pendre en compte l'aspect scientifique ou encore le côté purement pratiquo-pratique. C'est une question de point de vue et de l'usage que l'on en fait. Dire que ce n'est pas un argument recevable me semble un peu excessif et caricatural. Oui l'o2 permet de réduire le niveau de bulle mais aussi de diminuer plus rapidement le niveau de saturation (PPO2 plus élevé) des autres gaz et par la-même de réduire les temps de palier. Peut-être que la réduction des bulles est plus dans l'air du temps mais ne correspond pas à l'usage (et à la compréhension) qu'en font la grosse majorité des plongeurs. Sur le terrain, et c'est bien là ce qui nous intéresse, l'o2 sera utilisé soit pour une désaturation plus conservatrice soit pour passer moins de temps au palier. Il en faut pour tous les goûts. Les aspects théoriques ont leur intérêt (s'ils restent simples dans leur approche et concrets) mais il ne faut pas en oublier la réalité du terrain.
  23. Qu’entends-tu exactement par "ce n'est pas un argument recevable" ?
  24. De dieu, voilà une bonne nouvelle et le Berny est de retour. Pour certains c'est Noël en avance. Il va y avoir de la soupe à la grimace pour le réveillon. Pour d'autre, caviar, foie gras et truffes au dîner.
  25. Peut-être que l'on va enfin revoir notre @berny ?
×
×
  • Create New...