Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

bardass

Membres
  • Posts

    8,884
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    80
  • Country

    France

Everything posted by bardass

  1. la priorité est de porter assistance à une personne en difficulté. Si elle est consciente et qu'elle peut gérer certaines choses durant la remontée (par exemple son inflateur), cela peut te libérer une main. Mais si elle est inconsciente, tu vas avoir besoin de trois mains rien que pour l'asisstance : une main pour tenir le détendeur une main pour tenir la tête (aucun tonus musculaire ches les personnes inconscientes) une main pour les purges durant la remontée. C'est déjà pas simple. il te faut trouver une prise qui permette de tenir le détendeur en bouche et la tête du plongeur d'une seule main. C'est déjà suffisamment complexe et stressant pour ne pas pas rajouter une tâche avec le lancer et le suivi du parachute. Oublie.
  2. C'est effectivement le choix de PADI que de rendre obligatoire le palier de sécurité. C'est le choix d'un organisme car ce choix n'est pas imposé par un modèle ou un algorithme de décompression. PADI a certainement de bonnes raisons de l'imposer à ses plongeurs, mais cela n'en fait pas pour autant une obligation pour tous. Et PADI évolue dans ses choix avec le temps. La preuve avec les paliers profonds que PADI imposait, ils sont revenus dessus depuis qlq années au vu des études contradictoires concernant ces paliers. Pour ma part, je n'aime pas que l'on rende obligatoire des procédures qui sont à la base facultatives et non prévues initialement dans les modèles de décompression. On en arrive à des aberrations, comme l'instucteur qui a souhaité maintenir de force un plongeur en OPI durant un palier de sécurité alors que rien ne justifiait ce palier. Tous les experts cités au procès étaient unanimes : une stupidité. "Parce que PADI demande à faire un palier de sécurité". J'ai fourni les liens plus haut. Je préfère impliquer l'intelligence du plongeur, mais si parfois on peut douter de cette faculté, qui décidera si ce palier de sécurité est utile et bienvenue.
  3. tu as une facheuse tendance à interpréter tes désirs ... En version française comme anglaise, la document du Peregrine indique ceci : "There is no lock-out or other penalty for omitting a safety stop, as they are optional." Sachant que le Peregrine partage le même firmware que ses grands frères et que le Peregrine s'est arrêté à la version 84, tu trouveras la correction de l'inclusion du palier de sécurité dans le calcul de la DTR, livrée en 2019 avec la version 71 du firmware. L'information est donnée dans les release notes du peregrine: https://www.shearwater.com/wp-content/uploads/2021/07/Petrel2-PerdixAI-Perdix-Nerd-2-v84-Release-Notes-English.pdf "Correction d'un problème de l'option « Count Up » (Chrono) du palier de sécurité en mode circuit ouvert loisirs OC Rec, qui ajoutait du temps à la valeur de la durée de la remontée TTS (DTR). Ce problème ne concernait pas les autres modes (OC Tec ou CC/BO)." Les versions Tek (Perdix et Petrel) n'incluent aucun Safety Stop dans la procédure de déco : "Decompression Stops There are no Safety Stops in technical diving modes. Decompression stops are mandatory stops that must be followed in order to reduce the risk of decompression illness (DCI)". Si je prends ces exemples, c'est pour t'indiquer que tu ne peux pas indiquer, comme tu le fais plus haut, que les paliers de sécurité sont obligatoires.
  4. tu t'égares ... j'ai fait exprès de citer des marques tekos comme Shearwater, pour éviter ton argument sur la "dive industry". Ton Peregrine utilise le terme PALIER DE SECURITE pour désigner un palier facultatif, relis la notice. pour faire simple, il y a trois types de paliers : palier profond palier de sécurité palier de décompression Les deux premiers sont facultatifs, le dernier est obligatoire. Le palier de sécurité est aussi appelé palier de principe, palier de confort. Ce qui ne change rien à la caractéritisque de base : être facultatif. certaines marques ont introduit la notion de palier de sécurité "obligatoire" (en le désignant ainsi) pour prendre en compte un profil atypique (yoyo, profil inversé, vitesse de remontée torp rapide ...) pour lequel le plongeur reste certes dans la courbe sans paliers obligatoire du modèle mais avec un profil non conforme au modèle. Le Black de Xdeep (Genz) avait cette fonction
  5. pour autant, SAFETY STOP ou PALIER DE SECURITE sont les termes utilisés par des constructuers généralistes comme Mares, Uwatec, Aqualung, Suunto ou tekos comme Shearwater, Ostc, ... pour désigner des paliers dont la particularité est d'être facultatifs. il n'y a bien que toi qui veut désigner des paliers de sécurité comme obligatoires
  6. j'ai pas aimé quelle que soit la longueur utilisée je suis revenu à la config classique sinon j'ai pas tout compris à ta config. une photo ?
  7. Tu confonds la notion d'encadrant et d'enseignant. un N4 a une fonction d'encadrant, un Ex a une fonction d'enseignant. Cf le code du sport, annexe III-15b Mais ce sont tous deux des encadrants au sens de la définition générle des dictionnaire : selon Larousse, un encadrant est une personne qui assure un rôle de direction ou de formation. Ce terme d'encadrant est utilisé de deux manière dans le Code du sport - dans sa définition générale, en tant que personne ayant la responsabilité d'une palanquée, en opposition avec l'autonomie du plongeur. - dans sa fonction où, via l'annexe III-15b, le GP est bien identifié comme un encadrant et le Ex comme un enseignant. il faut donc distinguer la notion générale d'encadrement qui inclut GP et Ex de la fonction qui distingue l'encadrement de l'enseignement. Le code du sport ne facilite pas la distinction par sa rédaction. Nous sommes plusieurs içi à en avoir fait la remarque (on avait même écrit un courrier à plusieurs mains, n'est-ce pas @christophe 38, pour relever plusieurs erreurs ou ambiguités) notamment concernant l'usage du terme Encadrant.
  8. réponds lui que c'est un cul de jatte ... Si 2,5kg de plaque l'empêche de remonter via un poumon ballast et un coup de palme, ce n'est pas la plaque qui pose problème, mais plutôt sa façon de plonger. Voir aussi son lestage complémentaire à la plaque : si le gars est une gueuse, ce n'est pas le problème de la plaque. Virer son lestage : bonne idée aussi pour la fin de plongée quand il y a des paliers obligatoires. Sinon, il ya plein de façon de remonter avec une source d'air complémentaire à la stab : l'étanche, le parachute ... Encore un qui a parlé sans savoir de quoi il parle.
  9. pour autant, c'est amplement suffisant et parfaitement adapté aux besoins.
  10. la problématique n'est pas celle-ci : elle n'a pas fait 3 minutes de plus pour se sécuriser ou parce qu'elle savait le plongeur en de bonnes mains ou autre raison liée à une analyse réaliste de la situation. Mais uniquement parce que "'l'ordinateur a affiché un palier de sécu". Alors elle a suivi ce que l'ordinateur a affiché. Sans plus.
  11. c'est normal : dès le premier niveau, open water, le plongeur est formé pour être "autonome" à 18m
  12. dès lors que tu as un profil symétrique, c’est une plongée souterraine, sous plafond comme l’indique @JMBL
  13. pourquoi pas. Et encore ... En cas d'urgence, alors que le profil de plongée n'appelle aucun commentaire particulier, si tu fais le choix de rallonger tes paliers alors que ton équipier a potentiellement des problèmes en surface, je doute que tu trouves d'autres équipiers pour plonger avec toi ensuite. Concernant cette dame, après avoir réalisé les 11 minutes de paliers obligatoires annoncés par son ordinateur (plongée sur épave entre 35 et 40m), durée confirmé par l'ordinateur d'une autre marque de son équipier resté avec elle sous l'eau, elle aurait pu se demander pourquoi celui qui est remonté n'en a fait que 4 et aller vérifier l'état de ce dernier. Au lieu de cela, elle a préféré, avec son autre équipier, ajouter 3 minutes de sécurité. Sans se poser la moindre question sur la sécurité du plongeur en surface, ni sur sa propre sécurité. Juste parce que son ordinateur a affiché un palier de sécu ...
  14. dès la formation PE40 ou PA20. L'objectif étant de les aider au choix, leur expliquer le paramétrage de base d'un ordinateur (notamment savoir distinguer un écran en mode air, nitrox, ou profondimètre ...) et fixer les limites d'utilisation d'un ordinateur. Pour un PE20 qui souhaite ou achète un ordinateur, il est possible de lui présenter les informations affichées et leur signification : prodondeur, profondeur max, durée immersion, no deco sous l'eau, les logs avec intervalle de surface et no fly en surface.
  15. une formation sur l'ordinateur doit porter sur son paramétrage, la compréhension des informations affichées et les limites des ordinateurs. En aucun cas sur l'assertion dont tu parles. Expérience vécue lors d'un incident en plongée pour laquelle, un moniteur et moi même avons rédigé un compte-rendu : alors qu'un de ses équipiers est remonté en surface bien avant la fin des paliers obligatoires, une plongeuse et son autre équipier ont réalisé tous leurs paliers, obligatoires ET sécu avant de le rejoindre. A la question, pourquoi avoir réalisé le palier de sécu alors qu'un équipier était en difficulté en surface, la réponse de la plongeuse fut : parce que l'ordinateur me l'a indiqué. A la question concernant son analyse de la situation, elle nous a répondu (elle est avocate) : je réfléchis toute la semaine, je n'ai aucune envie de réfléchir quand je suis sous l'eau. Elle est PA60, nous lui avons interdit autonomie, et toute plongée au delà de 40m, tant que son comportement ne change pas.
  16. deux exemples à citer : 1 - celui d'un instructeur américain jugé pour homicide pour avoir réalisé un palier de sécurité alors que son élève (cours Deep pour un AOW) avait un OPI et s'étouffait sous l'eau. Les experts ont vertement critiqué l'instructeur pour ce palier et ne pas être remonté avec le plongeur directement en surface. L'instructeur a finalement été relaxé car le plongeur avait homis de mentionné qu'il avait de l'hypertension (facteur favorisant l'OPI) et avait consommé de la cocaine. https://divernet.com/scuba-news/hung-jury-discharged-in-stoney-manslaughter-trial/ https://divernet.com/scuba-diving/diving-instructor-cleared-in-safety-stop-death-case/ 2 - un exemple personnel. il y a qlq années, je suis appelé par un ami moniteur qui demande mon avis sur une situation qu'il a eu à gérer en tant que DP. Rapidement : un GP remonte une plongeuse N2 en panique, sans avoir réalisé les paliers obligatoires. La plongeuse est mise sous oxy, les secours appelés, le GP se réimmerge avec un autre plongeur pour faire la totalité des paliers attendus initialement. Le soir la plongeuse revient du caisson sans séquelle, au repas du soir, le GP s'écroule la tête dans son assiette, ADD vestibulaire, plusieurs heures après la sortie de l'eau. J'avais indiqué à mon ami, assis confortabelement derrière mon bureau, que j'aurais mis le GP sous oxy, étant donné qu'un bloc de déco à 80% était présent sur le bateau. Aurait-ce été mieux pour le GP ? aucune idée. Mais : 1 - je ne suis pas fana des procédures de rattrapage quand il est possible de faire autre chose 2 - je préfère surveiller un plongeur en surface que déléguer cette surveillance à un autre plongeur sous l'eau. Cela pose aussi la question d'un bloc oxygénothérapie unique sur un bateau quand une palanquée entière est concernée. Deux semaines plus tard, avec ce même DP, j'encadre deux plongeurs dont un en formation N3 dans un lac alpin. Nous partons du bord du lac. A 38m, le plongeur en formation est pris de panique et part comme un balle vers la surface en apnée, sans détendeur en bouche. J'ai à peine eu le temps de m'accrocher à ces palmes pour le ralentir, remonter vers son visage pour lui proposer du gaz, que nous étions en surface. Cela a duré un peu plus de 40 secondes, soit plus de 50m/min. Arrivés en surface, nous sommes à plus de 200m du bord et le second plongeur est encore sous l'eau, il n'a pas dû voir notre remontée explosive. Je ne me vois pas tracter le plongeur jusqu'au bord pour le mettre sous oxy, au vu de nos exploits durant la remontée. Je pense donc appliquer la procédure de rattrapage avec réimmersion à mi-profondeur. Les fameuses procédures de rattrapage que je n'aime pas ... J'attends le temps maxi en faisant parler mon plongeur paniqué pour voir ce qui sort de sa bouche et comprendre l'origine du problème (suspicion de givrage, alors que nous avions vu la procédure ensemble sur terre, et que le Dp l'avait aussi décrite). je lui propose la réimmersion entre 20 et 15m sur mon détendeur de secours pendant 5 minutes en rentrant vers le bord, puis 5 minutes de paliers supplémentaires à 5m, qu'il accepte. A aucun moment, nous n'avons eu de paliers obligatoires. Au final, j'ai retrouvé tout le monde vers la sortie, le 3e plongeur de la palanquée étant remonté à vitesse contrôlée : il est arrivé en surface au bout de 5 minutes, le temps de nous chercher au fond puis de remonter alors que je me suis réimmergé au terme des 3 minutes. En synthèse, aucun souci pour nous deux. Tout cela pour dire que chaque situation nécessite de s'adapter aux conditions. Pour en revenir à l'OPI, je veux bien entendre qu'un plongeur sous OPI soit capable de tenir un palier : cela veut dire qu'il est en capacité de respirer sans suffoquer. Toutefois, la quasi majorité des cas d'OPI dont j'ai eu connaissance, a montré que ce n'était pas le cas et qu'une remontée en surface était vitale pour le plongeur souffrant.
  17. oui, je connais bien l'histoire, il a été un de mes instructeurs au n4, le décès des deux plongeurs a bien marqué la région. Ce n'était pas une panique, elle était en syncope, ils ont dépassé la profondeur prévue et il l'a remonté inconsciente. Mais il ne faut surtout pas comparer une procédure Trimix avec une procédure Air comme tu le fais : en trimix, tu rates la totalité des paliers, il n'y a pas de procédures de rattrapage, tu as peu de chances d'en réchapper à l'air, les procédures de rattrapage existent, les décès sont beaucoup plus rares. avec un OPI, à moins d'avoir un gros volume de paliers, ce qui est rare en plongée loisir, il vaut mieux sortir le plongeur plutôt qu'il se noie ou s'asphyxie et que le l'assistant se réimmerge ou bascule sur oxy lui aussi.
  18. la question n'est pas de faire un diagnostic sous l'eau : le plongeur sous OPI ne peut, généralement pas, rester sous l'eau. Son seul objectif est de sortir de l'eau. Le maintenir dans l'eau est contre productif, Anne Henckes l'a bien expliqué lors de ses présentations sur le sujet.
  19. s’il y a bien un cas où le maintien des paliers est discutable, c’est bien l’opi. je documente, en d’autres lieux, des cas d’OPI où tous les plongeurs concernés ont indiqué être dans l’impossibilité de réaliser ces paliers, les symptômes de suffocation augmentant avec la remontée, et n’avoir comme urgence que le retour en surface. ce n’est qu’une fois mis sous oxy au sec que la ventilation du plongeur s’améliore. l’excellent compte rendu de Pierre Éric Desseigne, plongeur souterrain de pointe, en est la parfaite illustration. https://www.stonerivers.eu/?page_id=122&fbclid=IwAR1TXaK1T6jlSNx5UvLOrXPwhvl1rfzV67y1l5SlLVSIeb1l6rwcPyyqQlM&fs=e&s=cl
  20. je pense que comme tu avais trop d'air dans la boucle (normal chez un débutant en recycleur manuel), le trop plein de volume remonte dans tes voies aériennes supérieures. Et sans y faire attention, tu compenses en relâchant le trop plein par le nez. Cela est dû à mon sens à ta pratique en circuit ouvert : en CO, tu inspires du gaz sans passer par des faux poumons, en cas de besoin, tu peux relâcher un trop plein inspiré par l'expiraton suivante. en CO, jamais tu ne relâches un torp plein de gaz en en ouvrant la bouche autour de l'embout, tu le fais en expirant dans le détendeur. en CO, tu es habitué à compenser le volume du masque en soufflant par le nez. Alors qu'en recycleur, le trop plein retourne dans la boucle lors de expirations. Deux solutions pour éliminer ce trop plein : ouvrir la bouche autour de l'embout pour laisser filer le gaz en trop (ce qui n'est pas habituel pour un plongeur en circuit ouvert) laisser le gaz filer par le nez (ce que sait faire un plongeur en circuit ouvert), en contrôlant le volume qui part. Ce qui semble te faire défaut
  21. salut Valentin je suppose que tu as fait ton baptême avec Hervé ou Fred. es-tu certain que les bulles provenaient de ton masque ? je m’explique : pour que les bulles proviennent de ton masque, elles arrivent par le nez. or le défaut le plus classique chez les débutants en recycleur, notamment en manuel, est la gestion du volume dans la boucle : quand il y en a trop, il faut le laisser partir. la plupart du temps, cela se fait par la bouche, mais on peut aussi le faire par le nez. connaissant le contenu du baptême proposé par les deux moniteurs (c’est toi qui gère l’injection d’o2), pour moi, la raison est unique : trop de gaz dans la boucle. la conséquence : tu laisses échapper de l’air par la bouche, le cas le plus courant, ou par le nez dans ton masque. c’est effectivement la dilatation des volumes dans les faux poumons. il faut laisser échapper le volume en trop, soit par la bouche, soit par le nez. par manque d’habitude ou de pratique, tu peux effectivement finir avec les faux poumons vides. mais cela ne pose pas trop de problème, c’est ainsi plus facile de monter ta ppo2 à 1,5 ou 1,6b pour la fin de plongée.
  22. si l’engagement est faible, les ordinateurs calculeront une sortie proche l’un de l’autre. sinon, ils calculeront une sortie différente selon les réglages de GF. j’ai bon ?
  23. Et cela n’a aucun intérêt scientifique car cela dépend aussi de l’état de forme du plongeur. Par exemple, depuis qlq temps, je fais beaucoup plus de bulles que l’année dernière sur les mêmes profils, même gaz avec les mêmes GF. qu’en tires-tu comme conclusion sur les GF ?
  24. Oui moi … utilisateur de O’Dive depuis 2018 quand le produit était en bêta test instructeur O’Dive depuis 2021
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.