Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jack_el_oso

Membres
  • Compteur de contenus

    205
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par jack_el_oso

  1. J'en reviens. J'y étais avec un groupe (i.e. voyage organisé) cette fois-ci. On était 5 plongeurs réguliers, 3 occasionnels, deux personnes ont passé leur OWD PADI, et 15 baptêmes, dont au moins deux qui ont décidé de passer un N1 en rentrant en France. Et qu'avons-nous vu, me demanderez-vous ? Un petit aperçu: Requins nourrices: Raies léopard: Grosses (et moins grosses) raies pastenagues grises: Barracudas: Petites raies tâchetées de diverses tailles et couleurs: Poissons porc-épic (diodons): Et de nombreux spécimens de la faune sous-marine typique à cette région du monde: Sans parler des tout aussi typiques éponges tubulaires et éponges-barriques... ... et leurs locataires ! Le reste des photos, la plage, les excursions, c'est ici: http://www.jackeloso.com/bayahibe2008/ Pour ceux qui ont suivi les épisodes précédents, vous remarquerez que je me suis fait offrir un nouvel APN, et que j'ai acheté le caisson qui va avec.
  2. Si je puis ajouter mon grain de sel: au delà d'un simple usage ou d'une tradition, ce qu'il faut prendre en compte, à mon sens, c'est la part que constitue le pourboire, de manière générale, dans un pays donné, dans la rémunération de certaines catégories de personnel. Pour reprendre l'exemple des Etats-Unis, dans la restauration ou les bars, il n'est pas rare que le pourboire constitue la majeure partie (genre, 80%) du salaire du personnel affecté au service. Alors qu'en France, où l'on a un salaire minimum et où le service est réputé compris, on laisse 2€ lorsqu'on est content, quelque soit la note, aux USA, l'usage veut que le "tip" soit proportionnel à l'addition, et représente généralement 15% du total. C'est évident que pour le touriste qui ne s'est pas renseigné là dessus, et qui laisse 1 dollar de pourboire sur une addition de 100 dollars, va se faire traiter de radin... A partir de là, la règle est simple: se renseigner sur les usages locaux. Ca marche pour les pourboires, comme pour les règles de politesse, etc...
  3. Hop, hop, je viens de passer une semaine en mer rouge, donc je lis tout ça en différé. Toi qui habites sur place, si tu as d'autres suggestions, surtout n'hésite pas, y'a encore rien de fixé ! On pensait à septembre / octobre, un truc du genre. Là encore, pas encore de dates fixées. Eh bien... c'est un voyage de noces, cette fois-ci, donc le budget dépendra bien évidemment entre-autres de la générosité de nos invités, néanmoins je visais effectivement un truc dans ces eaux là, 10 000 au total tout compris, quitte à compléter nous-mêmes de façon à en faire un voyage inoubliable. Pour être déjà allé en Polynésie, je sais que mon grand regret a été d'avoir fait tout ce chemin pour en voir si peu, donc cette fois ci je suis un peu partagé entre mon envie d'en voir le maximum et le besoin de se "poser" un minimum pour en profiter.
  4. Bon, ça commence à s'organiser dans ma tête alors je pense au "parcours" suivant, dites-moi ce que vous en pensez: - Fakarava - Rangiroa - Tahaa - et enfin, Hiva Oa, pour finir sur quelque chose de plus singulier. Z'en pensez quoi ? Tahaa, je vois que c'est assez proche de Bora... peut-on faire le saut jusqu'à Bora pour la journée, juste pour voir le lagon et faire une ou deux plongées, et rentrer à Tahaa le soir ? Ca vous semble faisable ? J'ai un peu de mal à faire l'impasse sur Bora, ne serait-ce que pour le côté pélerinage (comme je le disais plus haut, c'est là que j'ai fait mon baptême), mais c'est quand même méga cher pour une île excessivement touristique...
  5. Ce serait sympa. Ca va sûrement se jouer au budget, mais je voudrais bien faire un tour aux Marquises, ce serait dommage de refaire le déplacement sans pousser jusque là... La dernière fois, j'ai regretté de ne pas avoir plus de temps, mais c'était un peu par "accident" (remplacement de vacances aux Maldives indisponibles pour cause de Tsunami).
  6. Et donc, si je suis bien, septembre / octobre, ce serait bien pour l'archipel de la Société, mais aux Marquises, il flotte, c'est ça ?
  7. Quatar Airways Paris-Doha-Male A/R en avril 2008. 30kg de bagages par personne sur présentation d'une carte de plongeur à l'aller, au retour, même pas besoin de sortir la carte. (20kg pour les non-plongeurs). Beaucoup de place à bord, même en éco. Repas très corrects, personnel de bord aux petits soins. Avions flambant neufs. 2h d'escale à Doha à l'aller, 1h au retour. Vols à l'heure, aucun changement de dernière minute. Bref, presque un sans-faute, si ce n'était un retour Doha-Paris en compagnie d'une soixantaines d'écoliers de l'école britannique de Koweit City, donc impossible de fermer l'oeil.
  8. Salut à tous, Je suis également en train de prévoir 3 semaines en Polynésie à l'automne 2009. Je suis déjà allé à Bora, j'y ai d'ailleurs fait mon baptême de plongée. Je pense y retourner pour quelques jours, ne serait-ce que pour la beauté du lagon et pour repasser par le lieu de mes premiers coups de palmes. Mais ceci mis à part, nous n'avons pas encore de programme fixé, et je suis donc preneur de tout conseil... Nous sommes plongeurs tous les deux, donc le but serait bien entendu de faire de belles plongées, mais nous voudrions également voir du pays. Nous pensions passer quelques jours aux Marquises (Nuku Hiva, Hiva Oa ? Des recommandations ?), bien évidemment passer au minimum une semaine aux Toamotu pour plonger (Rangi ? Fakarava ?), et faire au moins une autre île dans l'archipel de la société: Huahine, peut être ? Conseils, recommendations, remarques, je prends tout. merci d'avance...
  9. Merci pour la précision, Tomek, je n'ai jamais fait ce genre de plongées en fait. C'était histoire de prendre un exemple extrème.
  10. Pas à l'aise dans l'eau ? Le gars était N3 (comme moi), il avait plus de 200 plongées (comme moi), et il était parfaitement à l'aise. Par contre, je soupçonne qu'il avait l'habitude de plonger en eaux froides avec une mauvaise visi, au vu de son expérience de plongée (Bretagne, lac, carrières)... J'ai croisé pas mal de binômes à divers endroits du globe, et personne ne m'avait jamais collé de cette façon. La sécu, c'est bien, mais y'a un minimum d'espace vital, quand même... surtout quand les conditions sont aussi bonnes.
  11. Eh, oh, on se calme ! Les jugements à l'emporte-pièce sur les gens que tu ne connais pas, sur la base d'une phrase postée sur un forum, tu seras aimable de les garder pour toi. Je n'insulte personne. Dire "mais quel con!", ça m'arrive régulièrement, souvent à l'intention de mes amis, et vice-versa. Ce n'est peut-être pas dans ta sémantique, mais c'est dans la mienne, et crois-moi, si je voulais insulter quelqu'un, je choisirais certainement d'autres termes (et par ailleurs, je m'abstiendrais certainement de le faire sur un forum). Quand on a 30m de visi, une eau à 28°C, et pas de courant, tu conviendras que l'on peut raisonnablement rester à 1m de son binôme, non ? Pourquoi le coller comme si on était à 60 en lac
  12. Nos posts se sont croisés. Comme je disais plus haut, bien sûr que non. C'était juste pour prendre un exemple de comportement totalement irresponsable. Mais encore une fois, on sous-estime souvent le degré de connerie dont sont capables certains. Au cours de séjours et autres croisières de plongée, j'ai parfois croisés de ces spécimens... ça fait peur. Des dangers publics, pour eux-mêmes et pour les autres. y'a sûrement un peu de ça !
  13. Je pense comme toi. Difficile à dire, chaque cas est unique. Mais je me demande sérieusement si l'interprétation de l'article 121-3 du CP dans sa nouvelle rédaction ne laisse pas, dans certains cas de négligence particulièrement flagrante, la place à une forme de responsabilité pour le plongeur d'un niveau (ou d'une expérience) supérieur(e) aux autres, même hors-structure, basée sur sa connaissance des risques (et sur la méconnaissance de ces mêmes risques par les autres plongeurs). J'aurais tendance à penser que ça relève davantage du bon sens que de la règle de droit. Je te rassure, moi non plus... Il s'agissait de prendre un exemple extrème (dieu sait que la connerie humaine ne connait pas de limites - suffit de lire les Darwin Awards).
  14. Le bon sens, dans ce cas précis, commanderait de prendre en compte non pas le niveau, mais l'expérience, i.e. le nombre de plongées, et l'expérience de plongée dans le milieu où l'accident a eu lieu. Comme je disais à Bluedeep, j'ignorais la modif de l'article 121-3 du CP. J'étais en train de regarder sur Legifrance, si je ne m'abuse, le paragraphe qui a été rajouté est: Ok, là on a exclu la plongée hors-structure, Ce bout là me laisse quand même pensif: je suis N3, je plonge hors-structure avec un pote qui a 10 plongées dans les palmes, et qui n'a aucun niveau. J'emmène le gars à 50m avec une visi de merde. Je le perds de vue, il narcose, s'essoufle, panique, remonte comme une balle, et on le retrouve mort. Un tribunal ne va-t-il pas considérer que le fait d'emmener un gars aussi peu expérimenté, qui n'a aucune formation, à 50m, constitue de ma part "une faute caractérisée" qui "l'exposait à un risque d'une particulière gravité" que je ne pouvais ignorer ? Et je ne pouvais l'ignorer... parce que je suis N3, que je connais les dangers de l'espace lointain, et que je ne peux ignorer qu'emmener un gars qui n'a aucune formation et 10 plongées dans les palmes à 50m, c'est aller droit au carton ? C'est moi qui extrapole ? C'est une vraie question, le droit pénal n'est absolument pas mon rayon.
  15. Je m'incline, j'ignorais ce détail. Néanmoins, j'insiste sur le fait que c'est toujours enseigné dans les clubs. Ayant commencé la plongée en 2005, je ne compte même pas le nombre de fois où j'ai entendu cet argument...
  16. Christophe, Cela va sans dire. Quand on parle de recherche de responsabilité, ça veut bien dire ce que ça veut dire: on regarde les faits, et on se demande si quelqu'un peut être considéré comme responsable de ce qui s'est passé. Perso, j'avais en tête cette affaire là: http://ctn.ffessm.fr/proc175.html Je cite: "La Cour considère qu’il existe bien une hiérarchie de fait dans les groupes de plongeurs agissant hors structures. Cette hiérarchie était, dans le cas présent, fondée sur le diplôme fédéral détenu mais aurait pu l’être sur le nombre de plongée déjà effectuées. En conséquence, l’organisation de la plongée, le choix du site et l’apport du matériel ont fait de Raymond Z. un moniteur de fait. Sans le dire expressément, il semble que la cour d’Appel de Rennes considère que les règles fixées par l’arrêté du 20 septembre 1991 sont applicables hors structures, puisqu’elle se fonde sur le niveau officiel de l’intéressé pour considérer qu’il ne "dispose pas de la compétence requise" pour assurer les fonctions de chef de palanquée. La Cour précise en outre que Z. devait connaître ces règles puisqu’il possédait une licence de la Ffessm." Bien entendu, chaque affaire est différente. Mon propos était que dans le cadre d'un accident de plongée, on ne peut pas exclure que le niveau (ou l'expérience) de plongeurs plongeant hors-structure soit pris en considération dans la recherche des responsabilités.
  17. Ca y est, je viens de comprendre pourquoi certains persistent à ne pas faire leur bascule arrière en même temps que les autres et à se prendre les palmes du plongeur d'en face dans la figure. En même temps, le monde de la plongée, avec toutes ces combis moulantes, tout ce caoutchouc, j'aurais dû m'en douter, que ça attirait les fans de SM... Bon, c'était quoi le sujet du thread, déjà ?
  18. Dès lors que tu es hors-structure, tu as parfaitement le droit de prendre ta bouteille, ton matos, et plouf ! Quel que soit ton niveau. Maintenant, lorsque tu connais les dangers de cette activité, le bon sens poussera tout plongeur raisonnable à se renseigner sur le site, voire à y aller avec un copain qui connaît déjà. En outre, s'il y a un accident grave, en France, le juge regardera quel était le niveau des plongeurs (s'ils en avaient un, bien entendu), et c'est généralement le plus gradé qui risque d'y laisser des plumes.
  19. J'aime bien ce principe. Ayant fait une panne d'air à 30m (robinet flingué, ou mal ouvert, ou les deux) lorsque j'étais encore peu expérimenté, j'ai toujours gardé à l'esprit que la bonne distance, c'est celle qu'il faut pour atteindre mon binôme en quelques coups de palmes pour lui arracher son détendeur (pas de temps de chercher son octopus, qui comme par hasard est dans une poche de sa stab) et respirer. La solution alternative, c'est d'être à cette même distance... d'un autre plongeur. Pas forcément de son binôme. Ca arrive parfois quand on est une palanquée de 4 ou 6 plongeurs, et que l'on explore une patate de corail. On ne s'attarde pas forcément tous sur les mêmes choses. L'important est d'être à portée de palme de quelqu'un. Lorsqu'on se déplace plus loin, les binômes se reforment. Après, tout dépend des conditions de plongée, comme d'autres l'ont dit plus haut. Mauvaise visi, courant, auront tendance à réduire la distance. Ca me fait penser à un binôme que j'ai eu l'an dernier pour quelques plongées, qui se mettait systématiquement derrière moi, légèrement sur le côté, à 10 centimètres de mes palmes. A force, ça m'énervait tellement, que je faisais exprès de mettre des grands coups de palmes sur le côté. Et ce con, il s'éloignait 30 secondes, et hop, il se recollait. Rââââh !
  20. Idem. Ma copine a passé son OWD avec Casa Daniel, et j'ai plongé avec eux 3 années de suite. Bilan assez positif, pas forcément tip-top niveau sécurité, mais ça reste ce que j'ai vu de moins pire sur place. Mes expériences avec les clubs des hotels ont été plutôt désastreuses. Mon dernier CR sur les BMPP à propos de Casa Daniel: http://60gp.ovh.net/~bmppujth/voyages/cr_detail.php?lien=P105278773
  21. D'autant plus que les prix de beaucoup de clubs PADI pour les 4 plongées de validation sont prohibitifs, et se rapprochent du prix de l'Open Water complet... normal: ils préfèrent que les gens se forment avec eux, pas avec d'autres... A la limite achète-toi le bouquin et/ou le DVD et potasse-le avant, histoire de te concentrer sur la pratique sur place.
  22. J'ai eu la chance de voir le dugong de Marsa Abu Dhabab lors de ma... 5e plongée en mer. Je n'avais même pas encore fini ma formation OWD... inoubliable. Un autre site où on a des chances de le voir est El Shouna. Tout ça, dans la région de Marsa Alam, donc, je plussoie ce qui a été dit plus haut. L'herbier n'est pas ce qu'il y a de plus sexy comme environnement pour plonger, mais avec un peu de patience et d'observation, on y voit de très belles choses. Tortues, raies guitares, grosses raies pastenagues... y'a de quoi faire.
  23. Bon apparemment personne n'y arrive, y'a quelque chose qui a du m...der. Du coup, j'en ai mis trois sur Youtube, toutes les 3 du longi, bien sûr... C'est la plus impressionnante. Sinon, j'aime bien celle là, aussi, où on est vers les 15m, et lui passe tranquillement juste sous la surface: Et puis celle là aussi, prise depuis le bateau, à regarder avec la musique des dents de la mer ;D
  24. Le théorème du singe, tu connais ? C'est un peu comme tous les gens qui font "siffler" leur bloc une fois qu'ils ont dévissé leur détendeur de la robinetterie, pour enlever quelques hypothétiques gouttes d'eau avant de remettre le capuchon qui protège le 1er étage. Si vous en faites partie, avant de vous offusquer, faites donc un test: mouillez votre index, puis mettez-le devant le robinet de votre bloc, et faites s'écouler un mince filet d'air en ouvrant légèrement le robinet. Votre doigt est-il sec ? Non, il est toujours mouillé. Renouvlez l'expérience en ouvrant le robinet un peu plus. Le doigt est-il sec maintenant ? Non, toujours pas. L'essuyer avec un bout de serviette, voire avec votre t-shirt, ou à la limite le laisser au soleil et attendre qu'il sèche est 100 fois plus efficace. Alors, pourquoi est-ce qu'il y a tellement de monde qui continue à faire "pshiiiiiit" avec ce qui leur reste d'air dans le bloc au moment où ils démontent leur détendeur ? Parce qu'ils ont vu d'autres le faire. Parce que leur moniteur le faisait. Parce qu'ils ont toujours fait comme ça.
  25. Et que dire des croisières en mer Rouge où tout le monde monte dans le petit Zodiac avec sa ceinture de plombs et le bloc sur le dos, mais sans les palmes, et ne met ses palmes qu'une fois assis sur le boudin, pendant que le zodiacman est en train de manoeuvrer dans les creux ?
×
×
  • Créer...