Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jack_el_oso

Membres
  • Compteur de contenus

    205
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par jack_el_oso

  1. Ma-gni-fiques, tes photos ! C'est là qu'on voit la différence entre un gars qui fait de la photo sous-marine, et un plongeur qui fait "clic" de temps en temps avec son APN (genre, moi, dans mon CR sur le même parcours BDE une semaine plus tard). Chapeau !
  2. Héhé, bonne question Tomek. (aaah, les questions de Tomek, faudrait faire un recueil ) Je suppose que c'est comme pour tout: il y a des gens qui sont capables de s'ennuyer partout, d'autres, non. J'ai la chance de faire partie de la deuxième catégorie: la mer, le vent, le soleil, le clapotis des vagues, le mouvement du bateau en guise de berceuse pour la sieste, moi, ça suffit pour meubler ma journée entre les plongées. Il y en a d'autres qui ont besoin d'un bon bouquin, ou de leur iPod. Et puis il y a l'apéro, en fin de journée, pour "socialiser", comme diraient nos amis anglo-saxons. C'est clair que mis à part plonger, il n'y a pas grand chose à faire, surtout sur une croisière en Egypte, et encore plus une BDE. Aux Maldives, au moins, on voit du paysage... Il faut dire que n'ai jamais fait de croisière de plus d'une semaine. Peut-être que 15 jours, ça peut commencer à sembler long. Pour les plus sensibles à l'ennui, quelques DVDs devraient faire l'affaire, mais assurez-vous quand même qu'il y a sur quoi les regarder, ou emportez votre ordi ! -J
  3. Merci tout le monde pour les compliments. TO: Fun & Fly Compagnie aérienne: AMC Airlines. Le TO a plutôt bien joué sa partie. Un seul "hic", pas de visa à l'arrivée, je dois payer le mien... mais Seafari contacte mon TO pendant la croisière pour confirmer que c'était bien inclus dans le forfait, et me rembourse mes 20€ le jour du départ. Très bonne prestation de Seafari dans l'ensemble, mis à part le transfert aéroport du retour. C'est ma deuxième croisière avec eux, je n'hésiterai pas à en faire une autre.
  4. Alors pour les non-initiés, BDE, c'est l'abréviation de "Brothers - Daedalus - Elphinstone", croisière également connue sous le petit nom de "Triangle d'Or". Voici une petite carte pour situer (carte que je me suis permis d'emprunter au site http://alimata.free.fr/ - que je remercie au passage). L'aller fut fort typique d'un voyage en Egypte: charter avec 4h de retard, équipage odieux, repas infects. Passons, même si on se demande ce qu'il faut faire au juste pour avoir une prestation aérienne digne de ce nom pour aller en Mer Rouge. A l'arrivée, découverte du bateau, qui est amarré à Hurghada (chance ! on évite les 3h30 de route jusqu'à Ras Ghaleb), le "Melody". Une excellente surprise: du 5 étoiles. Spacieux, moderne, de très grands espaces, immense pont arrière, grand sundeck, deux carrés avec écrans plasma pour regarder DVDs et photos du jour, salle à manger séparée, cabines avec douche et WC individuels, climatisation individuelle qui marche, compresseur air, compresseur Nitrox, blocs de 15l acier flambant neufs (30€ de supplément pour la semaine), 2 Zodiacs... nickel chrome. Rien à dire. Après deux plongées de réadaptation à Tobya Arbaa (Safaga), le Melody fait route, de nuit, vers les îles Brothers. Réveil à 5h du matin (il va falloir qu'on s'y fasse: ce sera le même horaire toute la semaine), à notre arrivée à Small Brother. Small Brother, c'est un caillou posé au milieu de la mer Rouge. A quelques centaines de mètres au sud de son grand frère, j'ai nommé... Big Brother, c'était facile. Big Brother est, quand à lui, à peine plus grand (à peu près 300m de long), et comporte un phare en pierre en son milieu, construit par les anglais en 1880. Amateurs d'activités hors-plongée, vous pouvez zapper: il n'y a rien d'autre à voir aux Brothers en surface. Tout ce qu'il y a d'intéressant se trouve sous l'eau. En effet, de par leur exposition aux courants, les Brothers sont un poste d'observation idéal pour la faune pélagique. La première journée, sur Small Brother, n'est qu'une mise en bouche à ce niveau, même si nos compagnons de toute la croisière, j'ai nommé barracudas et napoléons, sont omniprésents. Si vous n'aimez pas les tombants, cette croisière n'est pas pour vous non plus: on ne verra pour ainsi dire que ça. Et de TRES beaux tombants, avec immenses gorgones, coraux de toute beauté, et très belle visibilité. Le rythme est donné: lever à 5h du matin, thé/café et biscuits pour se mettre quelque chose dans le ventre, première plongée entre 5h30 et 6h00, retour sur le bateau, petit déjeuner, sieste, deuxième plongée entre 10h et 11h, retour sur le bateau, déjeuner, sieste, 3e plongée vers 15h. La nuit commence à tomber à 16h30 en cette période, à 17h30 il fait nuit. Apéro, puis dîner vers 19h. A 21h, tout le monde (ou presque) est couché ! La navigation se fait de nuit. Le deuxième jour, nous voilà sur Big Brother, et les choses sérieuses commencent. Plongée sur les épaves de l'Aïda, puis du Numidia, avec les premiers pélagiques qui passent dans le bleu: un requin gris, un requin renard, de très loin, et là haut, en surface, le premier longimanus ! Une nuit et 12 heures de navigation plus tard, nous voilà à Daedalus Reef. Encore un phare, mais pas d'île: juste un grand récif émergeant des profondeurs, et un phare fixé dessus, avec son ponton. Le matin, nous plongeons sur le versant nord, à la recherche des requins marteaux. Seuls quelques chanceux en verront. En revanche, c'est un immense banc de sardines qui se chargera de nous accueillir. Au cours de la matinée, l'aileron d'un longimanus apparait à quelques mètres du bateau. Il est là, il tourne. Il nous attend. L'effervescence s'empare de tout le monde. Les zodiacs nous larguent le long du tombant ouest. Tout le monde se décolle très vite du tombant, et part tout droit dans le bleu, en direction des bateaux. Il est là. Ou plutôt, ils sont là. On en verra un, puis deux. Puis un troisième. Non, un quatrième ! Au total, on verra jusqu'à 5 longimanus en même temps. Ils tournent sous les bateaux, s'approchent, parfois de très près, puis changent de direction au dernier moment. Les flashs des appareils photos crépitent, les caméras tournent, tout le monde est suspendu entre 5 et 10m, on essaye de rester groupés, et de ne pas les perdre de vue. Difficile, ils sont nombreux. Une dizaine de mètres plus bas, un gros napoléon passe, l'air de dire "ben et moi alors ? même pas une petite photo ?". Eh bien non, personne ne lui prête la moindre attention. Ce n'est pas lui, la vedette du jour. Les squales tournent, ils deviennent de plus en plus curieux. Je m'accroche au boute d'un bateau, je regarde mon manomètre: 50 bars. Il va falloir remonter bientôt. On a beau être sous les bateaux, et à 5m depuis bientôt une heure, il faut se garder une marge de sécurité. Je regarde où est le zodiac qui nous attend, je le repère, et à ce moment là, 3 longimanus se croisent dans mon champ de vision... Encore quelques minutes à les regarder tourner, et il faut faire surface. Ce n'est pas le moment de trainer, la surface est l'endroit le moins sûr du monde, à cet instant. Je crois bien que je ne me suis jamais déséquipé aussi vite. En 10 secondes, je suis à bord, et mon matériel aussi. Un longimanus passe à quelques centimètres du bord. Le Zodiac-man lui chatouille l'aileron au passage. Le lendemain, nous nous réveillons à Elphinstone, récif au large de Marsa Alam très connu , mais également très fréquenté, car beaucoup plus proche des côtes que nos lieux de mouillage précédents. On n'y verra pas de pélagiques. Pas assez de courant, trop de monde, trop de bruit sans doute. J'en profite pour mitrailler les coraux et gorgones, magnifiques, de ce haut-lieu de la plongée du sud egyptien. Enfin, le vendredi, sur le chemin de Ras Ghaleb, nous faisons une halte à El Shouna, où je fais ma dernière plongée tôt le matin en compagnie de quelques très grosses tortues, de deux raies pastenagues tachetées et de toute la cohorte de poissons des récifs coraliens de mer Rouge. Voilà, c'est fini. C'est passé vite, et en même temps, j'ai l'impression d'être parti très longtemps. Retour à Hurghada en bus egyptien, jeux de phares habituels en pleine nuit en roulant à tombeau ouvert; vol à l'heure (incroyable), équipage toujours aussi odieux. Cette semaine aura été marquée par une météo particulièrement clémente. Les Brothers sont pourtant connus pour être exposés aux vents et à la houle, avec des conditions parfois très dures. Rien de tout cela. A Daedalus et Elphinstone, on aura des conditions proches de la mer d'huile ! Une très belle croisière. Trop belle, sans doute, et trop accessible: trop de bateaux. Parfois 9 bateaux simultanément sur le même site. De véritables bancs de plongeurs sous l'eau, parfois. Il faut ruser, épier les autres bateaux, se mettre à l'eau le plus tôt possible, ou carrément décaler notre plongée d'une heure... Et puis même avec le plus grand respect de la vie subaquatique, un site peut-il vraiment être préservé s'il voit défiler 180 plongeurs par jour, qui de surcroit y font 3 plongées ? -Jack PS: pour info, le CR correspondant sur les BMPP: http://bonsetmauvaisplans.free.fr/voyages/cr_detail.php?lien=P114346930
  5. No, jakos sie nauczylem czytac i pisac, mimo tego ze zawsze chodzilem to szkoly we Francji. Vous aurez remarqué qu'au niveau des avatars, c'est un manchot et un ours polaire qui parlent polonais...
  6. Jestem polakiem z pochodzenia. Witaj ! Par contre, ma connaissance du vocabulaire de plongée en polonais peut être évaluée par un chiffre voisin de zéro. Mais je peux toujours essayer d'aider s'il y a besoin...
  7. jack_el_oso

    Organisation des plongees

    Poissons-pierre, rascasses, poissons-croco, poulpes, et de façon générale toutes les bestioles qui usent de l'art du camouflage à la perfection...
  8. jack_el_oso

    Organisation des plongees

    Ben non, puisqu'elle te dit qu'elle est Rescue... Ceci dit, tu as raison dans le sens où ça ne donne pas d'autonomie supplémentaire par rapport à l'AOWD. De toute manière, en Egypte, c'était limité à 30m jusqu'à l'an dernier, et il me semble que maintenant c'est passé à 40m. Sinon, les autres ont à peu près tout dit: - plongée d'évaluation au début, dans la plupart des cas; pas impossible qu'on te fasse faire une vidange de masque, lacher reprise d'embout, éventuellement un ludion. Tout ça pour tester l'aisance; - ensuite, soit on te met en binôme / trinôme avec d'autres plongeurs (jamais eu de problèmes à en trouver, par contre méfie-toi des binômes-catastrophe), et on te considère comme autonome; - soit tu veux être encadrée (moyennant un supplément), et là tu plonges avec un Divemaster. Perso, j'aime bien plonger de temps en temps avec un guide local: ils connaissent généralement très bien les sites, et ont l'oeil pour repérér la faune et la flore. En mer rouge, il y a des trucs que je n'aurais jamais vu si on ne me les avait pas montrés du doigt...
  9. C'est proposé chez quel opérateur, planète Thalassa ?
  10. jack_el_oso

    position de l'ordi

    Ordi sur le poignet gauche, mais remonté sur l'avant-bras et tourné de façon à ce que je l'aie en visuel sans avoir à bouger le bras. Très pratique pour lire l'ordi tout en tenant sa purge lente de la main gauche. Boussole accrochée à la stab, côté droit, avec un fil qui se rembobine dès qu'on la lâche. Couteau dans la poche de la stab, côté droit. Octopus à gauche, accroché en dessous du cou avec un nez-de-clown. D'autres questions ?
  11. jack_el_oso

    on prend l'eau

    Autre truc auquel on ne pense pas forcément, mais vu la destination, c'est très probable que ça pose problème: la crème solaire. C'est l'un des facteurs habituels d'entrée d'eau sous les tropiques. Soit ne pas en mettre sur le haut du visage, soit rincer ce dernier abondamment avant de mettre le masque.
  12. Hello Serge, J'ai répondu à ton mail; comme je disais, j'y vais en solo, je me suis trouvé ça en dernière minute. On se voit à l'aéroport...
  13. PADI n'étant pas une fédération, il n'y a aucune licence à aquitter annuellement. Pour plonger, il lui faut: - sa carte de niveau; - son carnet de plongée. Sinon, effectivement, un certificat médical est fort recommandé, ne serait-ce que pour elle. Si elle n'en n'a pas, la plupart des centres lui feront signer une décharge citant les principales contre-indications, et dans laquelle elle déclarera n'être sujette à aucune de ces dernières. Maintenant, si ta question portait sur l'assurance qui est comprise dans la licence FFESSM, ton amie peut contracter une assurance spécifique pour les risques liés à la plongée, du type DAN, mais si elle fait quelques plongées par an, ça peut faire cher...
  14. Bonjour à tous, Je fais cette croisière avec Seafari entre les 13 et 20 octobre 2007... en principe sur le bateau "Melody". Y aura-t-il d'autres p.commiens à bord ?
  15. Râââââh, je l'avais raté, ce CR ! Magnifique, drôle, et super photos. Ca donne envie de retourner aux Maldives...
  16. Pour avoir géré pendant plusieurs années un site et son forum (dans un tout autre domaine), qui étaient d'une taille quand même plus réduite que p.com, je ne peux que compatir. J'ai eu pendant un peu plus d'un an le serveur à la maison, branché sur une freebox, et ça m'a donné des cheveux blancs... à un moment, il nous faisait des plantages intempestifs, et il fallait le rebooter à chaque fois... je ne compte même pas le nombre de fois où j'ai dû faire un aller-retour depuis le bureau pour appuyer sur "reboot" pendant l'heure du déjeuner. Aujourd'hui, il est chez un hébergeur pro. Ca me coûte la peau des fesses, mais au moins, quand le serveur plante le week-end, c'est mon prestataire qui se déplace, pas moi. Concernant les gens, je crois qu'on ne soulignera jamais assez la fameuse règle des 9 contre 1: sur 10 personnes, si tout le monde est content, tu en auras un qui va le dire et t'encourager. Si tu as 10 mécontents, 9 vont venir râler. Je pense que la plupart des gens n'ont pas la moindre idée du travail qu'il y a derrière un site comme p.com. Certains s'imaginent sans doute qu'il y a une multinationale derrière (moi aussi, via mon site, j'ai reçu des mails à me taper la tête contre les murs, j'imagine même pas ce que Fab doit recevoir, vu la taille qu'a pris ce site). Les choses sont ainsi: dès lors qu'ils bénéficient d'un service au quotidien, qui ne leur coûte rien, beaucoup de gens finissent par le considérer comme un dû. Alors s'il y a une chose que je peux recommander à la communauté p.commienne, c'est de ne jamais oublier que Fab ne recevra jamais assez d'encouragements dans ce qu'il fait: c'est un boulot de titan, et ce site est formidablement utile à la communauté de la plongée dans son ensemble. On ne le dira jamais assez, alors répétons-le souvent. Fab:
  17. Perso, les micro-apnées, c'est pareil, ça me donne mal au crâne. Pour moi, c'est à éviter. Le coup d'expirer en plusieurs fois (sans jamais retenir ma respiration à proprement parler, il s'agit juste de compter), j'ai mis quelque plongées à m'habituer, mais ça a très vite fait une grosse différence au niveau conso: 10 à 15mn. Peut-être que c'est parce que ça relaxe, mais qu'importe ? Le résultat est là. L'autre avantage, c'est que ça m'a appris à contrôler, progressivement, ma respiration, alors qu'avant, je la subissais plus qu'autre chose. Ca aide beaucoup pour la suite: les remontées, les paliers en pleine eau... Et puis une fois que tu as expiré en 3 ou 4 fois, tes poumons sont bien vides, et là, si tu coules à pic, aucun doute: tu es trop lesté !
  18. Perso, je suis N3, 130 plongées, et je n'ai jamais été confronté à cette situation. Soit il y a une échelle pour remonter, soit tu décapeles dans l'eau et tu passes ton matos à quelqu'un qui est à bord. Je serais bien emm...dé si je me retrouvais à devoir remonter sur un Zod tout seul, avec mon matos... Enfin bon, en réfléchissant, j'imagine que tu peux décapeler, garder un bras dans la sangle de la stab, remonter en s'aidant d'un grand coup de palme, et hisser le matos ensuite. Mais bon, demander de faire ça à quelqu'un ... en formation N1 ? Sans lui expliquer ? Et surtout, le laisser sans surveillance ?
  19. De la part d'un ancien TRES gros consommateur, je peux te dire... que ça dépend de chacun. Il est évident que la consommation s'améliore avec la pratique, car tu apprends à mieux ventiler, tu stresses moins, tu connais mieux tes limites, etc. Il y a un exercice qui m'a pas mal aidé, à mes débuts, c'est d'apprendre à expirer en deux ou trois fois. Sans faire d'apnée, bien entendu. Au début, c'est flippant, mais au bout d'un moment, tu prends l'habitude: une courte inspiration, tu comptes: 1; et quand tu expires, tu comptes: 2,3,4. Aujourd'hui, je n'y pense plus, mais je continue à respirer comme ça sous l'eau par habitude. A l'époque, ça a rallongé mes plongées de 10 à 15mn. Ensuite, le deuxième grand bond en avant, pour moi, ça a été le lestage. Ma conso s'est améliorée de façon très sensible quand j'ai commencé à enlever du lest; j'étais beaucoup, beaucoup trop lesté. Après, effectivement, plus tu y penses, et pire c'est... faut pas en faire une obsession. En attendant que ça aille mieux, plonge avec une 15l... et trouve-toi un binôme qui consomme comme toi !
  20. Aheum ! Troll alert ! L'utilisation de la purge lente/rapide pour faire quoi ? Perso, j'utilise les deux: - la rapide, quand je suis en surface, pour entamer la descente, ou au cours de la remontée, pour mettre un "coup de frein" si je sens que je commence à aller trop vite; - la lente, pour effectuer les réglages plus fins, généralement au cours de la plongée, lorsque le bloc devient plus léger suite à consommation d'air. Bref, à mon sens, les deux ont leur utilité, pourquoi ne pas laisser chacun apprendre à manier les deux, et s'en servir comme il le sent ? Au final, c'est le résultat qui compte, non ?
  21. Super, ce CR, Tomek, et effectivement, on a vraiment l'impression d'y être. Entre l'emploi systématique de l'imparfait, et foultitude de petits détails, c'est comme si on était dans ta tête . Un CR quasi cinématographique. Je suis assez surpris par la visibilité... j'aurais pensé que dans ces régions du globe, ce serait la purée de pois. Ca donne presque envie de m'essayer à l'étanche, un de ces jours.
  22. jack_el_oso

    DAN et Plongeur.com

    Cotisation renouvellée également, et cette année je n'ai pas oublié le code sponsor !
  23. Ce sont des cavités très larges, tant horizontalement que verticalement, et on a droit à une petite formation au début: toujours rester au dessus du fil d'ariane, ne jamais le perdre de vue, ne pas s'approcher du fond pour ne pas soulever de sédiments. Pour le reste, c'est très similaire à de la plongée de nuit: signe "OK" avec la lampe, ou en éclairant son autre main, ne jamais éteindre sa lampe... Perso, j'en avais déjà fait il y a deux ans, également en Rep Dom, mais un peu plus près de la capitale. Au début, c'est un milieu assez destabilisant, mais on s'y fait très vite. La configuration des lieux est telle qu'il est impossible de se perdre. Niveau profondeur, c'est du 12m maximum. Je n'y enverrais pas de débutants, mais à partir d'un niveau correct, c'est très accessible. -J
  24. Je plussoie: - c'est arrivé à plus ou moins tout le monde au moins une fois; - mouiller la sangle est généralement une bonne idée, car elle a tendance à se détendre une fois dans l'eau; - une fois ton matos gréé, tu l'attrappes par la stab, tu le soulèves, et tu le secoues un peu pour voir si tout reste en place. Quand tu débutes, ton binôme ou l'encadrant te remet le bloc en place, à partir du N2 on t'apprend à décapeler, mettre ton bloc+stab sur le genou, puis recapeler: si ça peut servir à quelque chose un jour, c'est bien à régler un problème de ce genre tout seul si personne n'est en mesure de t'assister. Enfin, dangereux, pas dangeureux, à mon sens c'est un faux débat: loi de Murphy oblige, c'est souvent l'accumulation de petits incidents qui fait les gros accidents. Il ne faut pas dramatiser, bien entendu, encore une fois, c'est arrivé à tout le monde. Je ne sais plus qui a dit que "l'expérience est le nom que les hommes donnent à leurs erreurs" ? Ca t'est arrivé une fois, les prochaines fois tu feras en sorte que ça n'arrive plus.
  25. Bon, après lecture de 9 pages de tes messages et d'une quinzaine de CR où je n'ai pas trouvé de référence à ce sujet, j'abandonne... Tu peux nous éclairer ? Eagle ray, ou spotted eagle ray, j'ai toujours présumé que ce nom vernaculaire existait en Français...
×
×
  • Créer...