Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

jack_el_oso

Membres
  • Compteur de contenus

    205
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par jack_el_oso

  1. Marsa Shagra, à quelques kilomètres au nord de Marsa Alam. Superbe "house reef" en forme de "V". On peut plonger depuis le bord à volonté, sinon un zodiac te dépose là où tu veux, et tu rentres vers la plage en suivant le récif - ou vice-versa. Le PMT est très chouette aussi, des poissons par centaines. Seule réserve, c'est un "Ecolodge", avec au choix tentes, bungalows, ou pavillons. Pas de TV, pas de piscine, la mer d'un côté, le désert de l'autre. C'est un site 100% plongée, faut aimer. Ah, et puis c'est quand même à 5h de route de Hurghada, c'est mieux de trouver un vol direct sur Marsa Alam...
  2. Perso, j'ai commencé à ressentir l'envie d'aller un peu plus loin à partir de 25 plongées, par là, ce qui correspond à peu près au moment où j'ai commencé à me sentir véritablement à l'aise, niveau contrôle de la flottabilité et conso d'air. Avec l'AOWD, tu fais au moins une "profonde" (i.e. entre 30 et 40m), où la conso d'air s'accroit de façon assez brutale. Si à 18m, tu sèches déjà ton bloc en 30mn (ce qui était mon cas quand je débutais), ce n'est pas la peine de chercher à aller plus bas, par exemple. Bref, à mon sens, le bon moment pour faire l'AOWD... c'est quand tu te sens prête.
  3. C'est drôle comme certains sujets "font recette" quasi systématiquement, bien qu'ils aient été débattus des dizaines, voire des centaines de fois. Il faudrait faire une liste des "sujets qui fâchent", si ça n'a pas encore été fait. Etant l'admin d'un forum dans un tout autres domaine, je ne peux m'empêcher de relever qu'il y a décidemment des sujets comme ça, qui quoi que l'on fasse, totalisent 10 pages de réponses en 48h dès qu'on les lance. : En ce qui me concerne, ayant commencé à plonger à l'étranger, et n'ayant, à la base, pas d'autre but que de plonger pendant les vacances (ça a changé depuis...), j'ai été automatiquement aiguillé vers PADI, et j'ai découvert la guéguerre PADI / Fédé en cours de route, que ce soit au détour d'une phrase prononcée par un moniteur, ou sur ce forum. Ce que je peux dire, en me basant sur ma très modeste expérience (35 plongées à ce jour), c'est qu'en effet, l'autonomie est très vite abordée dans la formation OWD, néanmoins, à ce jour je n'ai jamais rencontré de DP suffisamment irresponsable pour laisser partir des gens qui ont 5 plongées au compteur en autonomes. A ce jour, mes seules plongées en "autonomie", c'était systématiquement: - sur des sites où il était pour ainsi dire impossible de se perdre - dans des conditions de visibilité idéales - par mer calme - et systématiquement avec une palanquée encadrée par des moniteurs qui suivait le même chemin que nous, jamais très loin derrière. Bref, une approche quand même assez progressive de l'autonomie... Alors bien sûr, les méthodes de marketing de PADI sont parfois risibles, entre leur imagerie de moniteurs au sourire ultra-brite sortis tout droit d'Alerte à Malibu, le discours "la plongée pour tous, la plongée c'est fun, viens plonger avec nous, tu vas te faire plein de nouveaux amis!", et leurs spécialités à la noix, mais dans le fond, si à l'origine, on m'avait présenté la plongée comme un sport de haut niveau réservé à quelques athlètes qui plongent à -70m avec un poignard de Rambo attaché au mollet, je ne suis pas sûr que j'aurais eu envie d'essayer... -J
  4. Ouaich, théoriquement. Le truc, c'est qu'on ne regarde pas systématiquement son mano au moment où l'on inspire... (enfin, maintenant, moi, je le fais... ) Il m'est arrivé à peu près la même chose (mésaventure que je racontais ici:http://www.jackeloso.com/bayahibe.php , voir "règle n°5") à l'exception près qu'à 5m, je respirais tout à fait normalement, et qu'au moment de regarder mon mano, tout semblait normal, j'avais 200 bars et l'aiguille ne bougait pas. Logique: elle ne faisait du yo-yo qu'au moment où j'inspirais. Ce n'est qu'au moment de la descente vers les 30m le long du tombant que je me suis rendu compte qu'il y avait un problème. Résultat: à 5m, quand j'inspirais, j'avais aucun problème, alors qu'à 30m, pression oblige, j'avais plus rien, ou presque. Un bon coup de stress, et une remontée sur l'octo du mono. Plus de peur que de mal, et maintenant j'ouvre mon robinet moi-même, je tire sur le détendeur plutôt deux fois qu'une avant la mise à l'eau, et ce sans quitter le mano des yeux...
  5. Oups, voilà, je poste un sujet à part. Je recherche donc un club de plongée convivial, pour entrainement, voire pour passer un N2... Je suis sur Paris 15e, je peux me déplacer mais pas à 50 bornes. Des suggestions ?
  6. Les rediffusions: Caraïbes: lundi 22 août à 17h07 Australie: mercredi 31 août à 14h51 et dimanche 4 septembre à 00h22 (sur le cable) Nouvelle-Calédonie: samedi 20 août à 15h09 et lundi 29 août à 15h45 Brésil: mercredi 24 août à 15h10 et dimanche 28 août à 1h55 (cable) France: samedi 27 août à 15h11 et lundi 5 septembre à 16h44
  7. Nan. En fait (si j'ai tout bien compris, moi aussi), ça veut dire qu'il a passé - la théorie - les plongées en milieu protégé. Reste 4 plongées en milieu naturel. Pour l'OWD, en tout cas, pour le N1 chais pas.
  8. De mémoire, les 4 plongées en milieu naturel pour confirmer son OWD comprennent les exercices suivants: - vidage de masque - lacher et reprise d'embout - remontée d'urgence contrôlée - décapelage / recapelage en surface - tractage d'un autre plongeur en surface Il y a également des plongées d'exploration, où l'on jauge ta maîtrise de la flottabilité, ton aisance sous l'eau, tout ça. Donc, logiquement, c'est le club qui te fait faire les plongées en milieu naturel qui devrait te valider l'OWD, le fait qu'elles soient inscrites dans ton carnet de plongée ne donne aucune indication sur la réussite des exercices et les autres critères d'appréciation pour la délivrance de l'OWD...
  9. Suite à des questions par messages privés, je précise que la première photo à partir de la droite ne représente ni un broccoli, ni un champignon atomique, mais ma tête. C'est malin...
  10. Ou encore Casa Daniel, avec qui j'ai plongé quelques semaines auparavant. C'est pas vraiment un CR, donc je ne l'ai pas posté ici, mais j'ai racontés mes (més)aventures à Bayahibe ici: http://www.jackeloso.com/bayahibe.php -J
  11. La suite de mes aventures ici: http://www.plongeur.com/forums/showthread.php?t=17976 Plus vraiment débutant, à ce stade... même si ce n'est pas encore ça ! Donc, j'ai changé de section.
  12. La Republique Dominicaine... pas vraiment une destination de plongée, me direz-vous ? Eh bien on peut y faire de très belles plongées, malgré l'absence de "gros". Le tout est de trouver un bon guide, que j'ai trouvé en la personne d'André, de Orca Divers, à Boca Chica, qu'une amie vivant sur place a eu l'excellente idée de nous présenter. Ancien légionnaire avec les tatouages de rigueur sur chaque bras, ce dur à cuire n'en est pas moins un grand passionné du monde subaquatique, qui se ballade allègrement à 50m en respirant 1 bar d'air toutes les 15 minutes, pendant que nous sifflons nos blocs en 20mn à 30m en misérables créatures terrestres que nous sommes. André, lui, est probablement un dauphin, sauf qu'il respire deux fois moins, tout en fumant comme un pompier en surface. Commençons par le plus exceptionnel qu'il nous ait fait découvrir: les grottes de Cueva Taína, à une 30-aine de minutes de route de Boca Chica. A la sortie de l'espèce d'autoroute qui longe la mer en direction de St Domingue, on tourne brusquement à droite, on prend un chemin de terre, puis un deuxième chemin de terre encore moins praticable, on passe à côté de maisons, de champs de maïs et de canne à sucre, puis on arrive devant un portail. Aucun panneau, aucune indication, on pourrait croire que l'on rentre dans le jardin d'un particulier. Et là, au milieu de la végétation, un trou d'une dizaine de mètres de diamètre, avec un escalier en colimaçon qui descend jusqu'au fond, qui révèle une surface d'eau cristalline dont on ne distingue pas vraiment le fond. On s'équipe, l'eau est "fraiche", l'ordi donne 25°C, ça change (ici, la mer est à 29°C) ! André nous distribue nos phares, nos lampes de secours, nous décrit la première plongée. On se laisse couler au fond, à une vitesse surprenante pour qui est habitué à l'eau salée. Ce qui ressemblait au fond n'est qu'un rocher qui, lorsqu'on passe par dessus, révèle une très grande grotte totalement immergée. L'eau est incroyablement limpide, on voit aussi loin que portent nos phares, une bonne cinquantaine de mètres dirait-on. Nous sommes 5, donc entre nos phares et celui, très puissant, de notre guide, on distingue assez bien le décor tout simplement fantastique par lequel nous sommes en train de passer. Les stalactites et stalagmites présents un peu partout laissent à penser que cette salle n'est pas ou n'a pas toujours été complètement immergée. Après un passage un peu plus étroit, nous émergons dans la première grotte. On y respire sans problème, et le décor est grandiose. Nous continuons notre chemin de cette façon, en restant quelques minutes sous l'eau pour aller de grotte en grotte, et en émergeant à chaque fois pour contempler le plafond. Le décor est indescriptible. Les quelques photos que je mets ci-dessus de rendent pas 1/10e du spectacle. Dans la dernière salle, une espèce d'orgue sortie tout droit d'Alien trône au milieu de la salle. Sous l'eau, le décor est différent, mais tout aussi spectaculaire. Des espèces de mi-broccolis, mi-champignons atomiques (amis spéléologues, si vous me lisez, excusez mon inculture), ornent les parois et les plafonds. La première plongée s'achève par le moment magique de la remontée vers une tâche de lumière verte et blanche, la surface. Après une petite pause passée à regarder André se battre avec son briquet, qui refuse obstinément de s'allumer, nous voici repartis pour la deuxième plongée, cette fois-ci entièrement en immersion. Pas de photos, cette fois-ci, car il faudrait un flash surpuissant pour éclairer tout ça. Alors que pendant la première plongée, nous n'avions pas dépassé les 7 mètres de profondeur, nous voici à 13m, là où l'eau douce devient ...salée. Le contact entre les deux éléments crée un phénomène répondant au nom d'halocline, qui nous fait basculer, pendant quelques instant, dans un film de science-fiction: à la profondeur donnée, on arrive devant un mur d'eau complètement trouble. Lorsque l'on plonge le bras dedans, on n'en voit plus le bout. Je vois André, puis Sebastien, passer à travers, et... disparaitre. Derrière l'halocline, je distingue la lueur de leurs phares, et des ombres. Je m'engouffre à mon tour dans cette porte des étoiles, je ne vois plus grand chose l'espace d'un mètre, et de l'autre côté, je retrouve mes compagnons, dans l'eau salée, à nouveau parfaitement claire. La flottabilité change soudainement, on doit purger nos gilets sous peine de se retrouver scotchés au plafond. A trois reprises, on passera à travers les haloclines, en fonction de la profondeur des différentes galeries et cavités que nous explorons. A tout moment, un fil d'ariane fléché est là pour nous indiquer le chemin vers la sortie. En fin de plongée, nous arrivons dans une immense grotte immergée, vers les 20m de profondeur, baptisée "la cathédrale", que nous traversons, pour finalement rebrousser chemin là où la galerie suivante s'enfonce à plus de 40m. La Cueva Taína aura été une expérience assez magique pour me pousser à la refaire une deuxième fois la semaine suivante ! Mes autres très belles plongées pendant ces vacances: - l'île de Catalina, pour la deuxième fois, avec son tombant à 40m, et sa plongée "Aquarium" de l'autre côté de l'île, dans des eaux bien claires avec poissons tropicaux en pagaille. - et les deux épaves de La Caleta, où j'apprends à mes dépends que le corail, ça brûle, même le temps d'une photo (voir première photo ci-dessous - j'ai encore des traces, *$$### !!! )... Ben oui, on apprend 'achement plus vite, quand ça fait mal...
  13. Ca c'est un dérivé de la loi de Murphy (ou "loi de l'emmerdement maximum")...
  14. Ouaich. Tu remarqueras que dans ma mésaventure, c'était quand même trompeur, passke jusqu'à une certaine profondeur, tout marchait parfaitement. Aucune raison de suspecter que le robinet était mal ouvert... et j'avais plus de 200 bars au mano, avant l'immersion. Comme quoi, tout peut marcher en surface avec un robinet mal ouvert (ou défectueux). C'est ça, la vraie morale de cette histoire...
  15. Pas toujours évident, sur une petite embarcation où on ne peut pas trop bouger, mais effectivement, on devrait toujours. C'est pas comme si on ne me l'avait pas dit et répété... c'est c..., mais même quand on fait son buddy check, on ne pense pas forcément au robinet Enfin bon, vlà, qui a dit "l'expérience est le nom que les hommes donnent à leurs erreurs" ? Chais plus qui l'a dit, mais il avait sacrément raison. On ne m'y reprendra plus.
  16. Ben si... mais au point d'arriver à respirer sans problème à 5m, et ne plus rien avoir à 30 ? Question de newbie, hein... Si c'était ça, c'est d'une c...nnerie monumentale Tiens, je vais rajouter "toujours ton robinet toi-même tu ouvriras", dans mes "commandements".
  17. Hmmm, j'en doute, j'ai quand même eu de l'air pendant facile 5 à 10 minutes, et on est descendus très lentement. L'air s'est réduit de façon très significative au fur et à mesure qu'on descendait, et encore une fois, quand on est remonté... ça remarchait ! Sans avoir touché à mon robinet. Et oui, on a continué la plongée, mais à 5m. Ceci dit, ça me fait penser à l'anecdote d'un pote, qui a eu le même problème, mais d'un coup, c'était pas progressif: à un moment, il était à 170 bars, et l'instant d'après, plus rien En fait, c'était un truc qui s'était détaché à l'interieur de sa bouteille, qui avait obstrué l'arrivée d'air. Une fois en surface, il a suffi de secouer le bloc un bon coup, et l'air est revenu...
  18. Si vous avez aimé cette première partie, peut-être apprécierez-vous la suite de mes aventures: La plongée en 5 leçons. C'est sans doute moins drôle que le tout début, mais y'a quand même quelques anecdotes qui laissent songeur...
  19. "Ecolo", c'est péjoratif ? M... alors, je viens d'apprendre que j'ai des tendances péjoratives...
  20. jack_el_oso

    Cagoule et confort

    Mais surtout, surtout... ... enlève la cagoule avant! Comment ? Que je... ? ... sorte ?
  21. jack_el_oso

    plongee en Polynesie

    Ia orana, Une question de newbie: lorsque tu fais un combiné plusieurs îles, je suppose qu'il faut également attendre 24 h sans plonger avant chaque vol ? Ca limite quand même pas mal le nombre de plongées que tu peux faire à chaque endroit, non ? Dans ce cas là, ne vaut-il mieux pas faire deux îles au maximum, histoire d'en profiter un max ? Passke si c'est pour plonger un jour, puis rester au sec un jour durant parce que t'as un vol à prendre, si l'on considère que la Polynésie, tu perds quand même deux jours en vol rien que pour y aller et en revenir... ça fait beaucoup de temps perdu, ça. -Jack, déjà en train de planifier son 2e séjour en Polynésie quand il sera niveau 2
  22. Effectivement... à un détail près: j'y suis, sur la photo, moua. Alors oui, le mal de mer, ça reste encore une expérience à faire. Un de mes moniteurs a probablement voulu anticiper la chose en nous expliquant qu'on pouvait, en théorie, "tout faire avec un détendeur, y compris vomir dedans".
  23. jack_el_oso

    plongee en Polynesie

    J'y étais en janvier. On a eu un peu de pluie, mais ça n'a jamais duré plus d'une heure. Niveau plongée, on m'a effectivement conseillé les Tuamotu. Bora, c'est plus à conseiller pour un séjour en compagnie d'un(e) non-plongeur(euse). Ceci dit, c'est magnifique quand même... Pour beaucoup, le plus beau lagon du monde. Comparé à la Mer Rouge (mon seul point de comparaison jusque là), c'est TRES poissoneux, la Polynésie. Y'a tellement de poissons qu'on n'arrivait pas à se faire prendre en photo par les autres plongeurs, y'avait toujours des poissons en travers de l'objectif
  24. jack_el_oso

    plongee en Polynesie

    Ben moi, j'ai fait mon baptême en Polynésie, et je me suis mordu les dents de ne pas avoir commencé plus tôt ! Pour te donner une idée (j'étais à Bora Bora), j'ai vu des raies Manta en snorkeling (!!!). Je te raconte pas ce qu'on peut y voir avec un meilleur niveau. Le baptême m'a tellement plû que j'en ai fait un deuxième le lendemain. Honnêtement, à ta place je passerais le niveau 2 avant d'y aller, d'une part parce que le passer sur place, c'est quand même pas donné, et d'autre part parce que les plus belles plongées, sur place, c'est dans les passes, et la plupart du temps il s'agit de plongées dérivantes. En ce qui me concerne, je suis décidé à y retourner, mais j'aurai au minimum mon niveau 2 avant, histoire d'en profiter vraiment. Tu pensais aller où ?
  25. Euh, oui, le Portenawak machin, c'est quoi au juste ?
×
×
  • Créer...