Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

crapô

Membres
  • Compteur de contenus

    5 806
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages posté(e)s par crapô

  1. scusez, effectivement j'aurais pas dû conseiller le mouchage à la remontée

     

    Oui, enfin, ça ne devient un problème que si une narine est bouchée : ça devient un valsalva à la remontée.

    Mais si on se contente de faire circuler de l'air dans les fosses nasale, il n'y a pas de problème.

    J'ai quand même un peu peur de conseiller ce genre de truc à tout un chacun.

  2. Sinon je constate avec désarroi qu'un forum, quel que soit son thème, même la plongée, voit forcément défiler des discussions sans queue ni tête parsemées de "moi j'en ai une plus grosse".

     

    Tu as tout à fait raison, ton message est d'ailleurs un parfait exemple de digression.

     

    Quand on ouvre un sujet on se doit de le suivre et d'essayer de recadrer le débat si possible, sinon il faut fermer.

    Trois messages successifs hors sujet ne me semblent cependant suffisamment polluants pour en arriver là.

     

    Ceci dit, vous avez la possibilité de les supprimer.

  3. C'est très ennuyeux.

    Il n'y a pas de solution miracle, comme dit Niphargus il faut montrer tes fosses nasales à un ORL qui te prescrira peut-être un corticoïde local.

    Pour une première fois, il faut remonter très doucement, s'arrêter dès que ça commence à faire mal, attendre que ça passe etc, la BTV peut aider bien sûr ainsi qu'un toynbee, les mouchages masque retiré ne doivent pas être pratiqués en remontant.

    En cas de risque de panne d'air imminente, pas le choix, il faut provoquer une rupture du tympan avec un gros risque de vertige associé ou de perte de connaissance.

    C'est donc une situation qui peut devenir très dangereuse et à prendre très au sérieux.

  4. J'ai essayé de comprendre ce qui a pu faire "tiquer" le cardiologue , c'est peut être la PaO2 + PaCO2 , somme un peu inférieure à 120 , ce qui mérite la recherche d'un truc droit-gauche qui irait dans le sens (possible) de l'oedème :D .

     

     

    Comme tu dis Bernie !

     

    Je la trouve bien basse cette PaO2 moi pour un quinqua en pleine forme et sportif.

     

    Il serait très intéressant d'en demander une autre maintenant, à distance de l'épisode.

     

    @ pcourty : tu as des antécédents de tabagisme ou d'autres problèmes bronchiques ou pulmonnaires connus ?

    @ Brenique : tout à fait, c'est assez rarement demandé face à un tel tableau clinique, pourtant ça tombe sous le sens...

  5. Tu as deux grosses cochonneries sur le hublot je pense.

    On ne les voit pas sur la deuxième photo, ce sont donc peut-être des reflets sur un fisheye du fait d'un flash trop avancé ?

    La visibilité ne semble pas bonne et je ne te suis pas sur tes choix de cadrage : par exemple, pourquoi avoir coupé l'hélice du bas sur la première photo ? Pourquoi ne pas avoir intègré toute la largeur de l'aile sur la deuxième ? Surtout quand on voit que ça t'a permis d'intègrer un espace...vide, sur la gauche de l'image .

     

    PS : je n'ai aucun doute sur le fait qu'avec ce matériel tu puisses faire beaucoup mieux. Tu débutes en subaquatique avec ton réflex ?

  6. Puor ceux qui sont intéressés par l'oedème d'immersion, voici le pdf en lignes de A. Henckes, j'avais assisté à son topo, très interessant.

    http://mer.med.free.fr/CMPR%20BPL/file/OAP%20-CMPR.pdf

    Les crachats rosés et la toux sont très fréquents, mais peuvent être absents au vu de son étude, la dyspnée est quasi systématique parmis les cas étudiés ( il faut bien que quelque chose les pousse à consulter).

     

    En discuttant un peu avec elle, nous étions d'accord sur le fait que cette pathologie est très largement sous estimée et qu'il faut sensibiliser les médecins, les plongeurs et les encadrants à ce problème.

    Même s'il est totalement bénin dans la grande majorité des cas.

     

    Pour revenir au problème de pcourty, ça n'explique cependant sûrement pas l'éruption constatée sur le ventre.

  7. pas de toux-pas de crachat (sanglant)-pas de gene thoracique-pas de dyspnée : si aucun signe dés la sortie de l'eau = pas d'OAP d'immersion.

     

    Il me semble tout de même qu'être essoufflé en montant 1 étage, pour quelqu'un qui fait 4 à 5 h de sport par semaine, peut être qualifié de dyspnée, non ?

    Il n'y a probablement pas eu de thrombose veineuse et donc pas d'embolie pulmonnaire, le BNP bas et les examens cardio régulièrement pratiqués peuvent permmettre de penser qu'il n'y a pas d'insuffisance cardiaque ( en ce qui me concerne c'est même une certitude), on peut évoquer une coronaropathie, mais là encore c'est assez peu probable.

     

    Tu l'expliquerais comment cette dyspnée ?

    Parce que j'insiste, c'est bien une dyspnée.

  8. oublions l'OAP qu'il soit d'immersion ou cardiogenique :on va pas faire la sieste quand on fait un OAP. par contre une dyspnée inhabituelle en montant 1 étage 4 jours après doit être bilanté (fatigue passagère ou pathologie sous jacente).

     

    On ne fait pas la sieste quand on fait un OAP.

    On fait très souvent la sieste quand on fait un oedème pulmonnaire d'immersion, c'est même le réflexe de ceux qui sont dans le déni de leurs symptômes, les crachats rosés n'étant pas toujours présents et la toux restant par fois modérée.

    C'est même à ce point fréquent que le phénomène n'est étudié que depuis quelques années.

     

    Ceci dit, les oedèmes d'immersion régressent en général complètement en moins de 48 h.

  9. Deux questions si je peux pour ma culture;

    - dyspnée: ça signifie quoi?

    - œdème pulmonaire: quels sont les symptomes?

    Une dernière: pourquoi la grande fatigue dans les jours suivants vous inquiète ou vous fait penser à autre chose.

    Encore merci pour les infos

    Pierre

     

    Dyspnée = difficulté à respirer, anomalie de la respiration , que ce soit à l'inspiration ou à l'expiration ou aux 2, ça peut aussi être un essoufflement anormal à l'effort.

     

    La grande fatigue dans les jours qui ont suivi est un argument qui va nettement dans le sens d'un ADD. Si tu ne plonges pas, ça n'est pas inquiétant.

     

    Les symptômes de l'oedème pulmonnaire sont la dyspnée, une toux souvent sèche et difficile à réprimer, des crachats rosés, parfois l'impression très nette d'avoir du liquide qui descend dans la trachée quand on est allongé ( et là c'est du vécu), une auscultation modifiée et assez typique.

    L'oedème pulmonnaire d'immersion est assez typique et sans gravité dans la très grande majorité des cas ( ça veut dire que parfois ça peut être très grave, il faut donc le prendre très au sérieux), il doit normalement régresser spontanément.

    L'oedème qui survient secondairement à une surpression pulmonnaire est beaucoup plus grave potentiellement, il s'accompagne souvent d'un ADD.

    Je pense qu'après 800 plongées, tu as cette notion du risque de surpression et que tu sais l'éviter.

    Par contre, tu ne saurais pas éviter un oedème d'immersion, plus de 50 ans, pas de plongées depuis 2 ans et eau froide font un bon terreau pour l'OAP d'immersion.

  10. tu as vu qu'une bonne condition physique empêche qui que ce soit de faire un ADD ?

     

    Si la mauvaise condition physique augmente le risque, je pense qu'on peut dire que la bonne condition le diminue.

     

    ça n'empêche pas :D

     

    Non, ça n'empêche pas, mais c'est plutôt en défaveur d'un ADD, les écho coeur se font aussi assez facilement et de toute façon il a été vérifié qu'il n'y a pas de FOP ( au moins en ETT)

     

    Ne minimisons pas

     

    Je ne minimise pas, mais comme je le dis le profil serait intéressant, plongée carrée ou remontée précoce pour finir sur un petit fond ?

     

    Les marbrures sont bleues avec souvent un halo érythémateux;

     

    A la vue de marbrures il est bien rare d'entendre quelqu'un dire " c'est tout bleu"

    Je rappelle que sa fille lui a demandé s'il avait pris un coup, ça devait vraiment ressembler à un hématome je pense.

    Plus tard pcoutry décrit bien des "rougeurs" qui ressemblent plus aux descriptions habituelles d'ADD cutané.

     

    Tout d'abord on ne parle jamais de l'oedème pulmonaire ...mais la dyspnée en est souvent le seul signe avec une petite toux ..on ne voit pas toujours loin de là les crachats d'OAP ...bref , j'en profite pour glisser le message ...penser à l'oedème pulmonaire quand vous avez des signes respiratoires associés à la fatigue et à d'autres signes d'appel cutanés ou ostéo articulaires ou pire après une plongée .

     

    Oui, même en dehors de tout risque d'ADD on peut faire un OAP d'immersion, surtout si on a plus de 50 ans, si on a pas plongé depuis longtemps et si l'eau est froide.

     

     

    Bien, on pinaille mais on est d'accord sur l'essentiel : il faut éviter de replonger avant qu'un diagnostic soit posé sur ces lésions cutanées

  11. Le rapport avec la plongée semble acquis au vu de tes dernières descriptions, on ne peut donc que te recommander ce qu tu fais déjà : arrêter de plonger tant qu'aucune explication ne t'as été donnée.

     

    L'hypothèse de l'ADD, si on ne peut pas l'écarter d'un revers de la main, est tout de même assez diffivile à soutenir :

    -tu es en bonne condition physique ( à confirmer)

    -tu es en tant que praticien aéronautique, médicalement bien surveillé.

    -la 2e plongée semblait franchement peu saturante ( encore faudrait il avoir le profil, j'ai retenu 45' à 20 m )

    -Les bleus = hématomes ( ?)

    -Le délais de régression des lésions qui semble avoir été long et assez incompatible.

    -l'essoufflement ne plaide pas en faveur d'un add

    -pas de FOP, reste la possibilité d'un autre shunt DG le doppler transcrânien n'ayant semble t'il pas été fait.

     

     

    Pour l'add :

    -les rougeurs sur le ventre, pûtôt que des hématomes

    -le délais d'apparition

    -la grande fatigue

     

    Mais encore une fois et comme le dit Bernard, une fois qu'on l'a évoqué et tant qu'on ne l'a pas éliminé, on doit faire comme si c'en était un.

  12. crapo, c'est clair que gan a l'air superbe en terme de corail !

     

    J'ai lu que cet atoll était très peuplé : le dépaysement est-il garanti toutefois STP ?

     

    merci

     

    Oui, tu peux te balader sur l'île pour visiter, mais rien de bien transcendant, au moins, ça change des îles hôtels.

    L'habitat est assez typiquement Maldivien avec quelques petits buildings de 2 étages max et pas de "centre ville" comme on le conçoit en Europe.

     

    Le dépaysement est sans doute garanti, mais le côté paradis sur terre y perd un peu.

  13. Si tu entends par cas similaires des hématomes toujours localisés sur la paroi abdominale après la plongée et en l'absence d'injections, c'est non.

    Si tu veux parler d'hématomes spontanés, c'est oui.

    Il faut faire un bilan de coagulation et tu l'as soit déjà fait, soit tu vas le faire et c'est très bien.

     

    Je n'ai pas bien compris : tu as fait une anémie suite à de ( supposées) nombreuses petites hémorragies ? C'est ça ?

  14. Lors de la croisière grand sud Maldives, on descend de Male à Gan.

    Le corail en surface est infiniment mieux préservé et on peut même dire qu'il est exhubérent près de la surface à Gan, au sud de l'équateur.

    Pour le PMT c'est sans conteste le meilleur endroit.

    Mais je ne connais pas les hôtels de cet atoll, j'ai simplement lu un seul retour d'expérience sur ce forum qui n'était pas élogieux quant-à la qualité des prestations.

  15. Tout dépend de TA maladie de Basedow pour laquelle tu reçois des traitements et pour laquelle tu bénéficieras peut-être de chirurgie.

    Le problème est souvent lié à l'évolutivité assez imprévisible de la maladie, même sous traitement, le suivi doit être très régulier et on observe le plus souvent de grandes variations biologiques.

    Il n'est pas très raisonnable de plonger en période hyperthyroidienne alors que le métabolisme est accélèré, en hypothyroidie c'est l'envie qui risque de ne plus y être, mais encore une fois, le ressenti de chacun est très variable.

    Comme Bernard le dit, il faut être prudent et se fier à l'avis de tes médecins.

    Ceci dit, nous ne sommes pas infaillibles et l'avis de plusieurs médecins peut-être requis, l'idéal étant à mon sens de faire appel à un médecin fédéral qui présentera ton dossier en commission ( staff ) où plusieurs médecins de différentes spécialité donneront leur avis. Ces commissions comprennent souvent ( pas toujours) hyperbaristes, ORL, cardio et généralistes. Les endocrino étant bien plus rares.

  16. Jusqu'à preuve du contraire, nous vivons dans un pays démocratique. Comme chacun l'a déjà dit, le monde de la plongée est représentatif de la société dans laquelle nous vivons. Chacun doit-être respecté quelque soit ses orientations sexuelles, ethniques, religieuses ou politique. En conséquence, tu n'as pas de soucis à te faire: si dans ton futur club, la proportion d'homophobes est importante, passe ton chemin et va frapper à la porte d'une autre crêmerie, mais bon, j'en doute quand même. Nous ne sommes quand même plus à l'age de pierre.

     

    Tu parles d'or, mais ils semble bien qu'on soit loin du compte.

    Si être gay peut s'avérer simple dans les grandes aglomérations, il n'en va pas toujours de même partout et dans trop d'endroits, il vaut mieux vivre caché.

    L'homophobie existe bel et bien, il ne faut surtout pas l'oublier.

     

    Fab n'a pas tort, l'humour peut mettre mal à l'aise, mais faut il pour autant s'en priver ?

    Par contre on peut se priver de la gauloiserie...

  17. C'est pas parce que c'est du piano que c'est de la musique classique !

     

    Non, en effet. On retrouve des relents de folk celtique plutôt, ça me fait même furieusement penser à la bande son du film " la leçon de piano".

     

    Pas de bol pour moi, je ne pourrai pas le juger sur pièce : je pars ce soir...

×
×
  • Créer...