Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

LGF

Modérateurs
  • Posts

    2,306
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    21
  • Country

    France

Everything posted by LGF

  1. je ne suis pas un de ceux là mais je vais te répondre quand même En plongée loisir, les consignes le plus classiquement rencontrées en France: - 1 parachute (sans notion de couleur) pour se signaler - 2 parachutes accolés pour signaler une détresse / panne d'air, ou à défaut d'un deuxième parachute, consigne de "sonner les cloches" avec le parachute, c'est à dire de l'agiter verticalement de façon énergique. En cas de mer formée, de parachute mal gonflé... c'est évidemment compliqué à distinguer. En plongée technique: - 1 parachute orange ou en tout cas "non jaune" pour se signaler. - 1 parachute jaune en cas de détresse / panne d'air. Et ces deux mondes ont bien du mal à communiquer. Avec certains "anciens" il est déjà ardu d'imposer que chaque plongeur prenne un parachute, alors je n'imagine même pas en suggérer un deuxième. Sinon y'a celui-ci: Il suffit de montrer le bon côté au bateau
  2. Bon courage à toi et bonne reprise de la plongée dans quelques temps
  3. J'ai bien compris ça par tes diverses interventions et je n'ai pas de solution miracle à te proposer. Sinon pour monter une association loi 1901, il te suffit de deux personnes, puis tu peux l'affilier à une fédération et pour le FFESSM il faudrait atteindre 11 licenciés la troisième année pour rester affilié ensuite, c'est jouable. Ce nombre minimal a été suspendu en période COVID et rien ne dit qu'il sera remis en place. à la FSGT c'est, je crois, 3 minimum.
  4. malheureusement oui, si l'ambiance et le fonctionnement du club ne te conviennent pas, je ne vois pas d'autre solution que de quitter le club, ou de faire un putsch et de prendre le pouvoir Il existe de nombreux clubs où les P5 sont acceptés, encouragés et utiles.
  5. Il n' y rien de différent: l'exercice d'une quelconque prérogative d'encadrement ou d'enseignement est soumis à l'accord du président du club. Un N4/P5/E1, 2, 3 ou 4 ne peut être DP, encadrer ou enseigner dans un club que si le président est d'accord. Ou dit à l'envers: le président du club peut interdire l'exercice de ses prérogatives dans son club à n'importe quel encadrant.
  6. C'est déjà un vrai niveau légitime, c'est uniquement au niveau des clubs que tu as fréquentés qu'il y a visiblement un dénigrement de cette qualification.
  7. possible que tu confondes avec les certifications nécessaires: en France, en exploration, le DP (quel que soit son diplôme) peut attribuer des aptitudes jusqu'au PA40 selon son évaluation des compétences du plongeur mais ne peut pas lui attribuer de PA60 ou PE60 si le plongeur n'est pas titulaire d'une carte PE60, N3 ou CMAS 3*. Le MF2, MF1, DE, E3, E4 ou P5... ne peuvent pas plus. En enseignement le DP peut attribuer un PE60 à un plongeur en cours de formation vers le N3/PE60, le plongeur sera donc accompagné d'un enseignant E4/MF2 pour une plongée d'accoutumance à la profondeur dans le cadre de sa formation N3/PE60.
  8. Voici la dérogation qui était prévue pour la période d'urgence sanitaire: https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000041798214/ à voir si vous pouvez vous y conformer. Sinon ce devrait être une requalification effectivement. "Article 1 Par dérogation aux dispositions de l'article 13 de de l'arrêté susvisé, l'exploitant d'un établissement suivi par un service d'inspection reconnu tel que défini à l'article 34 de l'arrêté précité peut décider de prolonger les échéances des opérations de contrôle (inspections, requalifications périodiques et autres actions de surveillance prévues par cet article), dans la limite de six mois après la date de cessation de l'état d'urgence sanitaire déclaré dans les conditions de l'article 4 de la loi du 23 mars 2020 susvisée, dans les conditions suivantes : -l'échéance du prochain contrôle réglementaire de l'équipement est postérieure au 12 mars 2020 et l'équipement était en situation régulière à cette date ; -sur la base d'un examen visuel des éventuelles parties visibles sans échafaudage et sans décalorifugeage, y compris des accessoires, et d'une analyse de risque prenant en compte notamment les conclusions des derniers contrôles menés, le service d'inspection reconnu conclut que l'état de l'équipement permet de retarder, dans des limites qu'il précise, l'échéance de l'opération de contrôle réglementaire sans altérer son niveau de sécurité. Le cas échéant, le service d'inspection reconnu propose toutes mesures compensatoires qu'il juge nécessaires ; -au vu des conclusions écrites favorables émises par le service d'inspection reconnu à l'issue de l'analyse menée en application du précédent point, l'exploitant atteste que l'équipement peut être maintenu en service, fixe la date au plus tard du prochain contrôle dans la limite du délai fixé au premier alinéa du présent article et de celui indiqué par le service d'inspection reconnu, et précise les mesures compensatoires auxquelles il s'engage, comprenant au moins celles proposées par le service d'inspection reconnu. Article 2 L'exploitant informe l'autorité administrative, par tout moyen, du fait qu'il a fait application du présent arrêté. Il tient à la disposition des organismes habilités et de l'autorité administrative compétente les justificatifs associés. La procédure prévue au II de l'article 31 de l'arrêté du 20 novembre 2017 susvisé n'est pas applicable aux équipements faisant l'objet de l'application du présent arrêté pendant la période fixée au dernier alinéa de l'article 1er."
  9. Merci pour ce retour Gaëlle, à défaut de mieux qu'on n'aura jamais c'est très intéressant d'avoir un avis d'expert sur le sujet.
  10. mon retour sur une St-John's du 27 novembre au 2 décembre (2016): eau entre 26,5 et 27°C partout, dans toute la colonne d'eau. Air sûrement autour de 25-28°C à l'ombre selon les jours, sensation de chaleur au soleil, petite fraicheur le soir et la nuit. Le seul point qui m'avait chagriné sur la période c'est que les jours raccourcissent (c'est encore assez loin de l'équateur) et qu'on perd un peu en luminosité, c'est particulièrement sensible pour la première plongée du matin. A part ça je pense que c'est la meilleure croisière à faire en Égypte à ces dates.
  11. Comme un accident de voiture, comme un AVC en regardant la télé... La vie est une maladie mortelle (je crois que c'est de Woody Allen) et personnellement j'accepte en connaissance de cause les risques liés à ma passion. L'incidence de l'OPI n'est pas si élevée que ça, et la récupération se fait sans séquelles dans une grande majorité de cas, heureusement.
  12. C'est "ce qui se dit" souvent. J'ai eu beau chercher des données un minimum scientifiques sur le sujet, je n'ai rien trouvé qui confirme ou infirme cette supposition. A niveau d'engagement égal de la plongée (plongées souvent longues et profondes), le nombre de cas est tellement faible qu'il est probablement impossible de faire des comparaisons et des statistiques. Ce qui est certain c'est que les médecins hyperbares ont beaucoup moins l'habitude de traiter des accidents au trimix et ont moins de recul sur les tables à utiliser. Dans l'autre sens l'hélium rend le mélange respiratoire nettement plus léger et facile à respirer, de là à dire que ça aurait pu limiter les risques d'oedème pulmonaire, c'est impossible à dire là aussi.
  13. Ton problème ressemble à un souci de MOD, je ne serais pas surpris que l'ordinateur ait considéré que ton oxy t'amène à respirer une PPO2 de 1,61 et qu'il ne propose pas le changement à ce moment là. Il aurait peut être accepté le changement de gaz à 5m80 ou 90. A vérifier.
  14. Si tu ne l'as pas précisé je ne suis pas sur qu'ils l'aient compris comme ça. Si tu l'as précisé la réponse est un peu sèche sans explication complémentaire.
  15. L'oxygène et l'azote ne vont pas bouger en 5 ans, par contre les traces d'huile éventuelles peuvent donner un goût très rance, les éventuelles traces d'eau au fond un goût de moisi, les éventuelles traces de rouille un goût métallique... Bref, le risque ce sont les impuretés de l'air et du bloc. Branche un détendeur dessus et respire une goulée, tu seras vite fixé. Si le bloc et l'air étaient propres, tu vas respirer un air tout beau, avec moins de CO2 que celui d'aujourd'hui (un peu).
  16. Merci beaucoup Gaëlle pour ton compte-rendu détaillé. Bon repos et bonne récupération!
  17. Je n'ai pas d'avis sur le reste de la réponse mais sur cette partie là c'est la loi française qui l'impose. Tu auras normalement la même réponse partout s'ils respectent la règlementation. Le baptême ne peut se passer qu'avec un moniteur et un baptisé à la fois (éventuellement un plongeur niveau 4 ou plus en "serre-file"). La seule façon de s'arranger est d'avoir une autre palanquée séparée (au sens de la loi) avec deux plongeurs qui suivent le moniteur qui fait le baptême. Ce qui veut dire qu'il te faudrait demander à avoir un moniteur pour t'emmener sous l'eau et suivre le baptême (au moins au début), ce qui t'amènera à payer le coût de cette prestation. Selon la visibilité et les conditions du site, ce n'est pas toujours facilement réalisable.
  18. C'est pareil pour tous les fabricants, les durées d'utilisation de la chaux sont très sécuritaires, en tenant compte du cas le plus extrême qui puisse arriver (plongée profonde, effort...). Je pense que tout le monde va respecter les limites sur des plongées engagées et profondes, mais je n'ose même pas avouer combien je fais durer la mienne (sur Inspi) quand c'est pour barboter dans une dizaine de mètres sans effort. Dans ces conditions de plongée cool, la première alarme du tempstick de l'inspi, celle que l'on peut encore éteindre temporairement, se déclenche au bout d'environ 8h d'utilisation de la chaux chez moi. A ce stade un palmage un peu plus appuyé devient difficile à tenir, un début d'essoufflement arrive vite. La deuxième alarme impérieuse arrive encore plus tard. Comme toi je n'encourage personne à le faire, j'aime connaître les limites de ma machine mais c'est du gagne petit qui n'en vaut probablement pas la peine.
  19. La suite: "Assignation de la FFESSM au tribunal judiciaire pour le 16 septembre, reçue le 19 août 2021 par voie d’huissier, faisant suite au rendu du 24 mai de l’audience de conciliation du CNOSF, de la part de Jean Louis Dindinaud. Ce dernier demande l’annulation urgente de l’AG élective pour assurer la pérennité de la fédération, la désignation d’un mandataire et que lui soit versé 8 000 euros d’indemnité. Nous tenons à préciser que la Direction des sports et le cabinet du Ministère ont été informés par la Fédération depuis fin mai de ces recours potentiels. Le Comité Directeur National par son Président"
  20. Bon, je vais vous raconter toute l'histoire du coup: En croisière donc, commencée le dimanche avec ce même bloc. A la troisième plongée du mercredi, mon bloc est à 180b quand je le vérifie alors que d'habitude ils sont bien à 200b à froid quand on s'équipe, du coup je demande un petit complément pour pouvoir faire durer la plongée au maximum. Première plongée du jeudi matin: mon bloc est à 100b au gréage, je suspecte un robinet mal fermé après le gonflage du soir et je demande qu'ils le regonflent. Il est 6h du matin, même si on vit un peu en horaire décalé, je ne connecte pas les éléments au réveil. Jolie plongée de 65 minutes, pas de surconsommation notable, je ressors avec 100b dans le bloc et une conso moyenne de 12l/min, il faut dire que ce sont des plongées tout ce qu'il y a de plus tranquille, ballade sans aucun effort superflu. Durant cette plongée, une autre palanquée fait une partie du chemin avec nous et un plongeur me signale en sortant que je dois avoir une fuite sur la purge basse de ma stab car il y avait un filet de bulles permanent qui sortait à l'arrière. Je vérifie ma stab à ce moment mais je ne constate rien, je demande à ma binôme d'observer sur la plongée suivante. Deuxième plongée du jeudi, je m'approche de mon bloc sur la plateforme arrière du bateau pour gréer avant d'aller plonger et j'entends une fuite que je situe rapidement sur mon bloc: je vérifie les robinets puis le col du bloc mais je ne sens pas de fuite Je continue l'inspection en me penchant et j'entends le bruit qui vient de plus bas; je finis par coucher le bloc et là j'entends le bruit de fuite qui vient de dessous, au niveau du trou dans le culot plastique du bloc, je mets la main devant et pas de doute, c'est par là que ça fuit: Le cul est tellement rouillé qu'il s'est percé. Une frayeur rétrospective m'a pris à ce moment là, plus encore pour les égyptiens qui gonflaient les blocs que pour moi: même si un bloc acier ne va pas avoir tendance à exploser, une chose est de le savoir théoriquement, une autre est de le voir Le bloc a été échangé immédiatement évidemment.
  21. Merci pour le partage, le sketch est inégal mais la phrase "Comparer le régime de Macron avec les nazis, c'est quand même un peu surestimer l'efficacité de la SNCF en 2021", c'est de l'humour grinçant comme j'aime.
  22. Oui, j'avais fait ce circuit avec Dune il y a quelques années, ça s'était bien passé dans l'ensemble, de belles plongées, un bateau correct, nourriture agréable pour une semaine, le moniteur de plongée francophone du bateau (un belge) était sympa. Nous avions choisi ce circuit pour un départ en fin d'année (fin novembre-début décembre) fin d'avoir une eau encore chaude, elle était autour de 26-27°, encore agréable. Le souci rencontré a été avec le matériel: mon bloc (acier) était tellement rouillé qu'il s'est percé et mis à fuir par le cul en cours de séjour. Drôle d'anecdote...
  23. Côté croisière, la plus classiquement conseillée aux débutants est la St-John's, avec beaucoup de patates de corail, tombants, récifs... Ça peut être un bon choix pour une première.
  24. Côté FFESSM à ma connaissance non. Et comment pourrait-il y en avoir?... - En backmount le routage DIR ne fait pas partie des cursus fédéraux et la notion de passage du détendeur principal n'existe pas, seul le passage de l'octopus est enseigné (par contre l'échange d'embout en simulation est encore évoqué dans le référentiel de formation N1, probablement pour tenir compte de l'équipement minimum légal du code du sport). - Pour le cursus sidemount, il est évidemment impossible de proposer autre chose qu'un détendeur qui est déjà passé par la bouche de son utilisateur principal... (ah si, on pourrait prévoir un octopus en plus )
  25. En apprentissage, les consignes fédérales sont actuellement de ne passer aucun détendeur, ni principal ni octopus et de tout faire en simulation. En cas de vraie panne d'air... je prendrais ce qu'on me propose sans discuter.
×
×
  • Create New...