Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

DocTroll

Membres
  • Posts

    1,428
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    18
  • Country

    Réunion
link1
link2
link3

DocTroll last won the day on April 19 2022

DocTroll had the most liked content!

About DocTroll

  • Birthday 02/05/1984

Personal Information

  • Localisation
    Etang Salé, Ile de la Réunion
  • Profession
    Vétérinaire

La plongée

  • Niveau en plongée
    ANMP N3 / GUIDE 3* + Nitrox Confirmé
  • Professionnel de la plongée
    No

Recent Profile Visitors

1,942 profile views

DocTroll's Achievements

Veteran

Veteran (13/14)

  • Dedicated Rare
  • Conversation Starter
  • First Post
  • Collaborator
  • Posting Machine Rare

Recent Badges

853

Reputation

  1. Aucune idée, il est à 10.000km de moi en ce moment Je t’avais pas envoyé toutes les dimensions en MP ?
  2. Jamais eu de soucis à l’étranger avec ma carte N3 ANMP. CMAS ou CEDIP (ou même GUIDE) en Indonésie, c’est le même sabir pour eux. Par contre la phrase « autonomus diver 60m », ils voient à peu près ce que ça peut donner dans leur système
  3. Merci pour le CR @LGF Ca me rappelle plein de souvenirs de 2017. On s'était faits avoir et on avait raté les 2 premières plongées du séjour (mauvaises indications sur l'heure / ou le jour d'arrivée et arrivée du coup trop tardive pour plonger J1) Je reconnais des noms, on avait aussi fait : - Kandooma thila (qui était appelé Ran thila aussi, pas Cocoa). Une plongée magnifique à côté de laquelle j'étais presque complètement passé, entre la découverte d'ailleurs, l'acclimatation et le foisonnement qui brouille le cerveau. - Guraihdoo mais le corner, pas la station de manta. On y avait fait TGV... - Alimatah bien sur ! Même deux fois, la deuxième sur le retour, nous étions 7 sous l'eau. Une des plus belles plongées de ma vie jusqu'ici ! - Myaru kandu On avait eu de l'eau verte et sombre jusqu'à Felidhu, après c'était revenu bleu. Et on était pas allés sur Ari
  4. C'est une idée. Ca limite la zone éclairée à un rond cependant. Ce n'est pas qu'une histoire de taille du faisceau avec la lentille. C'est avant tout une histoire de netteté de la zone de bord et donc du respect de la forme de la lumière. SI tu veux autre chose qu'une tâche informe, tu dois avoir ton sujet sur la zone de focalisation de la lumière (= la zone la plus petite au centre). Parfois tu t'en fiches, parfois, tu es obligé pour avoir l'éclairage tel que tu le veux. J'en parlais ici avec un exemple vite fait sur mon canapé pour bien montrer ça :
  5. Je n’ai lu que le résumé en anglais, j’espère ne pas avoir fait de contre sens… L’avis de l’expert en médecine hyperbare est étonnamment très orienté « plongée et procédures », plus que « médecine ». C’est assez étonnant. Un expert en procédures de plongée (instructeur de plongée, responsable d’une fédération officielle…) aurait probablement été plus à même d’émettre un avis sur ce champ technique. Visiblement je ne suis pas le seul à être étonné de ce point : https://www.divinginfo.mt/?p=1786 La cour n’a semble-t-il retenu que les facteurs reprochés au binôme, sans tenir grand compte des éléments qui ont été reprochés à la plongeuse décédée, et au fait que le binôme avait une décompression à faire… Je suis étonné du chef d’accusation d’avoir fourni de l’air sans être un « fournisseur officiel ». Est-ce une obligation à Malte ? La qualité de l’air n’ayant pas été remise en question par ailleurs… C’est un jugement qui risque de faire beaucoup de bruit, au delà de la plongée sur la notion de « négligence », de « non assistance », voire d’homicide involontaire… Comme @pmk, la première conclusion qui vient à l’esprit est « ben punaise, autant plonger seul pour pas risquer d’être emmerdé ! » C’est d’ailleurs ce qui est mentionné dans un article connexe : https://www.divinginfo.mt/?p=1747 C’est un jugement de première instance et il y a visiblement appel… (Et si l’appel ne juge que la forme, il doit sûrement exister une forme de cassation à Malte)
  6. C’est-à-dire ? A quel moment tu considères que ce n’est plus du développement mais de la « retouche à l’extrême » Un nombre de manipulations des curseurs ? Une intensité de mouvement des curseurs ? Autre chose ?
  7. Ça dépend combien de temps tu as à y passer… quand ils se tapaient plusieurs heures de palier, ils étaient bien contents d’avoir des tablettes avec des films pendant les expéditions Gombessa
  8. Merci @Lioson pour le partage de l'article. Je suis complètement d'accord avec @losbh : complètement ignoré/inexistant il y a quelques années, le créneau se développe et va continuer de se développer. C'est le cas hors de l'eau : pour la diffusion sur des plateformes (vlogs et autres reportages plus ou moins autocentrés), pour de plus en plus de reportages TV et également pour des films - y compris de cinéma - qui utilisent des plans vidéos faits avec des smartphones. Visiblement c'est le cas sous l'eau également. Tout est une histoire de curseur (qu'est-ce que j'en attend ?) et de compromis ! Est-ce que ça va supplanter les solutions "à l'ancienne" ? Seul l'avenir le dira, mais contrairement aux smartphones, le secteur de la photo reflex est en recul... Personnellement, je pense qu'il y a un énorme potentiel encore non réalisé à ce sujet. Est-ce que ça s'adresse à des photographes ou à des photophonistes comme il les appelle ? Probablement plus aux photophonistes qui y trouveront un gain de temps et d'automatismes dans leur workflow, sans perte notable de qualité (ce qui n'est d'ailleurs pas leur priorité). Je pense que ça va aussi dépanner pas mal de gens qui ont un besoin de la photo pour en faire autre chose que des 4 par 3 ! et vont y trouver une solution plus pratique, plus petite et suffisamment fonctionnelle. Ou pour ramener des photos souvenirs ou de vacances, sans devoir tout racheter et apprendre à utiliser. C'est plus simple d'acheter un caisson pour y mettre son téléphone que l'on utilise déjà toute la journée que de devoir apprendre à utiliser un appareil acheté pour l'occasion et qui ne resservira pas forcément plus tard... Sur le point d'y perdre sa vie si on le perd... Déjà, si ta vie se résume à ton smartphone, c'est que tu passes surement à côté de beaucoup de choses. C'est une perte matérielle - y a pas mort d'homme comme on dit. Et avec toutes les possibilités de sauvegardes automatiques dans les cloud divers, justement, on y perd plus grand chose ! Tous les accès sécurisés / double authentification etc... peuvent se reprogrammer. C'est pénible, certes, mais c'est pas la fin de tout. D'ailleurs, quand tu changes de téléphone, tu fais comment ? Et entre se le faire voler pendant qu'on est parti plonger ou le perdre ou le noyer sous l'eau : dans quel cas la sécurité des données contenues dedans est la plus menacée ? Tout est une histoire de définition et de curseurs : pourquoi prendre en photo une méduse ne donnerait pas une photo ? D'ailleurs, c'est valable pour n'importe quelle méduse ? Et si la composition, la lumière et l'histoire sont présentes avec une méduse, ça devient une photo acceptable ? Quels sont alors les critères pour dire qu'une photo est une photographie ? Les photos de vacances sont-elles des sous-photos ? Et les selfies des sous-sous-photos ? Faut-il que la photo soit publiée pour appeler ça de la photographie ? Et publiée où d'ailleurs ? Par qui ? Une revue locale c'est suffisant ou il faut absolument le National Geographic ? On peut faire la même sur la prise de l'image et le développement de celle-ci... Une photo argentique n'était-elle pas développée ? Le jpg "brut de boitier" est-il un mythe ? Pourquoi quand je vais au bout de mon idée en transformant des 0 et des 1 en l'image que j'ai en tête au moment où j'appuie sur le déclencheur on dit que j'ai trafiqué ma photo alors que quand c'est un logiciel programmé par un inconnu qui le fait, on dit que c'est mieux parce que pas retouché ? C'est pas l'IA qui cadre et qui déclenche, si ? Et si elle m'aide à faire mon travail plus vite et mieux, c'est tricher aussi ? Faut peut-être arrêter de se faire des nœuds au cerveau : tout le monde n'a pas les mêmes objectifs en prenant / partageant des photos... et aucun n'est plus noble ou digne d'intérêt qu'un autre...
  9. Pour revenir sur le sujet : il y a un article à ce sujet dans le dernier magasine Plongez! Ils en parlent aussi de cet épisode de 1999. Visiblement, il avait fallu plusieurs années pour retrouver une situation stable comparable à celle d’avant l’épisode de 1999. La grande question est : y aura t il le temps pour que la situation s’améliore sur cet épisode-ci ? Tout va dépendre de l’évolution des températures cet hiver et dans les saisons à venir… Avec une inquiétude : que les épisodes soient trop rapprochés pour que la résilience de ces espèces soit possible…
  10. Je l’ai eu et utilisé sur mon chien (la version pet tracker qui est peut-être différente de la version véhicule ou valise) Le signal passe moyennement en forêt ou en montagne. C’est à cause de la technologie utilisée (BT du téléphone si à portée, sinon wifi, sinon utilise les réseaux GPS bas débit LoRa ou Sigfox). C’est peut-être très bien en ville (plus de réseaux wifi à sa portée), mais dans l’usage que j’en avais c’était pas terrible… Il fonctionnait à La Réunion, donc couverture monde probable… Vérification faite c’est une autre version Bref, pas très utile mon retex
  11. Merci à tous pour vos gentilles réactions et vos commentaires ! Ravi que ces images vous aient plu ! Si en plus elles vous ont donné envie d'aller y tremper vos palmes : c'est peut-être quelque chose à envisager si vous passez dans le coin On a vu les 2 esturgeons, tous les jours au même endroit les 3 derniers jours. Les perches étaient souvent avec, ou pas loin, vu ce qu'ils soulèvent de vase et de sable, elles y trouvent facilement à manger C'est la différence entre faire des plongées photo et faire des photos en plongée. Mais je n'ai pas l'impression d'être un boulet pour mon binôme (qui est toujours prévenu à l'avance et souvent dans les mêmes dispositions que moi). Sur ce séjour, mis à part quelques photos que l'on a bossé et pour lesquelles on est restés au même endroit un bon moment, la plupart ont été faites au décours de la plongée. Bon, maintenant, si tu as des binômes blasés de passer 10min avec un esturgeon... faut changer de binôme
  12. Mais le but de ce séjour n'est pas de découvrir une région charmante à la gastronomie roborative ! Laissons donc les Spaëtzle de côté et équipons nous pour aller découvrir cet autre monde sous-marin : un monde sans sel, mais pas sans saveur (hahaha !) Pour le coup, venant des tropiques et n'ayant jamais plongé dans une eau à moins de 22°C, je me suis entièrement reposé sur mon binôme qui a assuré grave ! Il a fait le déplacement avec la moitié des affaires de son club :shock: et a su palier à tous mes manques matériels ! Avec donc un lycra chauffant (), un top sharkskin et une combi 7mm : je n'ai pas eu froid ! J'ai même réussi à ne pas mettre la cagoule (je déteste vraiment avoir quelque chose sur le crâne). Il faut dire que l'eau était particulièrement chaude durant ce mois d'août particulièrement chaud et que si nous sommes descendus dans des couches d'eau plus froides, nous avons passé la très grande majorité de nos plongées dans les 10m, là où l'eau est à une vingtaine de degrés. Mon binôme était en étanche (sauf sur la 1ère plongée), il a eu chaud... sur terre, et était très confort sous l'eau. Nous voilà changés, y'a plus qu'à plonger ! 14 plongées réalisées sur le même site (!), du 7 au 13 août, dont 4 en championnat. Ca donne 2 plongées par jour sauf le dernier jour du championnat où en plus des deux manches, on s'est fait une plongée de nuit, et une seule plongée le 13, parce qu'il fallait bien rincer le matériel, faire les valises et qu'une demi-journée était consacrée aux résultats, aux félicitations et aux adieux devant des tartes flambées Nous sommes descendus à 32m au maxi pour aller voir le Crabe, mais comme je disais plus haut, la profondeur moyenne de ces plongées a été de 7,5m ! Question températures, une moyenne à 23°C et un minimum à 12°C (ça pique un peu quand même !) Plongées de 60 à 107 minutes pour un temps cumulé sous l'eau de 19h50 : objectif binge diving atteint ! J'ai évidemment emmené mon appareil sous l'eau pour toutes les plongées. Place aux images ! Voici une sélection de 40 clichés effectués sur ce séjour ! Voilà ! C'est un peu plus court que la dernière fois, mais il n'y a pas vraiment de raison de faire trainer le CR plus longtemps. En conclusion, j'ai beaucoup apprécié mes plongées dans cet environnement nouveau pour moi ! Les jeux de lumière dans la végétation des bords de gravière offrent de sublimes possibilités, j'espère en avoir capté quelques beaux moments. L'ambiance a beaucoup évoqué dans mon imaginaire ce que pourraient être des plongées en cénotes. C'est le choix de prises de vues de plusieurs photos. Va falloir que j'y aille maintenant pour voir si ça ressemble à la Gravière du Fort ou pas J'ai vu (mais pas forcément photographié) presque tous les aménagements et enrichissements du milieu déposés dans la gravière. Je ne serai pas aller voir la bouteille à 39m, ni le bateau Noriki et je n'ai pas non plus vu la barque du ponton 3 ni l'hippocampe qui sont tous les deux assez dégradés et peu visibles m'a t on dit. J'ai beaucoup apprécié sous l'eau ce sympathique lieu de plongée, bien aménagé et entretenu par les plongeurs, pour les plongeurs. J'ai été assez bluffé de l'énergie collective qui anime ce site ! Plus spécifiquement sur ce championnat, j'y ai fait de belles rencontres, mis des visages et des sons de voix sur des pseudos de forums, discuté avec et découvert des gens super sympas et passionnés. Merci à vous toutes et tous ! J'ai aussi entrevu plein de possibilités et de pistes de travail pour mes images, pour me renouveler un peu et travailler peut-être un peu plus le côté technique et la prise de vue sans retouche derrière. C'est une autre approche de la photo
  13. C'est donc à côté de Strasbourg que j'ai posé mes valises pour une semaine de plongée, dans le cadre du Championnat de France de Photo et Vidéo Sous-Marines qui se déroule à la Gravière du Fort du 11 au 13 août 2022. Ne connaissant pas le site, n'ayant jamais plongé en eau douce et n'ayant jamais plongé dans de l'eau à moins de 22°C, j'ai prévu une petite semaine d'entrainement avant le championnat, pour m'acclimater et voir ce que le site réserve aux photographes ! Première impression : c'est beaucoup plus grand que ce que j'avais imaginé ! Le plan d'eau est immense, et l'organisation sur site est au top ! Système de badges pour les accès, bénévoles hyper sympathiques, mises à l'eau extraordinaires... Il y a même un moniteur qui retransmet les températures mesurées selon la profondeur ! Je fais la connaissance de François et Pascale, de Michel et je prends mes repères : le stationnement, la station de gonflage, les toilettes sèches, la salle de repos / traitement des images / bureau, les frigos, l'espace pour manger ! Je vais être bien, d'autant que tout le monde est aux petits soins ! Les bureaux : Les structures métalliques récupérées des fêtes de fleurs des villages voisins : La rampe de mise à l'eau n°1 : Les différents spots de plongée : il manque La Réunion !! La rampe de mise à l'eau n°2 : Vue sur la GdF depuis le ponton n°1 : Les gentils bénévoles mettent la main à la patte pour finaliser l'accueil pour le championnat : La Gravière du Fort est gérée par la FROG une association qui fait les choses à fond ! En discutant avec les bénévoles, l'organisation laisse rêveur : Le site a été acheté par la FROG, qui regroupe de très nombreux clubs associatifs du haut et du bas Rhin, les deux CODEP 67 et 68 et même des SCA !! Le tout sur fonds propres et subventions, pour l'achat du terrain et les aménagements qui ont été nécessaires. Le nombre de plongées réalisées sur le site sur une année est faramineux et les plongeurs viennent des 4 horizons comme l'attestent les plaques d'immatriculation sur les parkings ! France (haut-Rhin, bas-Rhin et départements limitrophes en tête, Pays Bas, Belgique, Suisse...). Les locaux pourront compléter avec des chiffres, moi j'ai pas tout retenu Des cartes du site sont disponibles pour se rendre compte des profondeurs, de l'étendue et des points d'intérêt : Mon binôme enfin arrivé, nous profitons de la soirée pour faire un peu de tourisme et aller boire une bière et manger un coup ! Local ! Y a des maisons à colombage de la bière, du fromage et des noms imprononçables partout ! Pas de doute, on est en Alsace ! Le quartier de La Petite France : On se trouve une petite gargote sympathique et typique en plein cœur du quartier touristique pour boire une bière et manger un gratin de Spaëtzle au Munster. Un coup de bol monstrueux sur le restaurant ! Le restaurateur est tout seul, un peu bourru mais pas méchant et il gère - seul ! - 20 tables, service, cuisine et accueil Du coup c'est un peu lent, mais c'est super bon et on passe une super soirée ! Retour à l'heure bleue : Demain, on attaque les plongées !
  14. Pas d'autres voyages de prévu pour le moment en effet, c'est le CR de cet été Cool, l'effet est réussi alors Non, ça c'est la maison Exactement !
  15. Historiquement, il parait qu’il n’y a jamais eu de dodo à La Réunion, seulement à Maurice. A la RUN c’était un autre oiseau N’étant pas né à ce moment là, je ne saurai être catégorique Bien raisonné ! Tu chauffes ! Pas mal : moins de 6% d’erreur vu d’ici ! Mais c’est encore plus exotique que ça pour moi ! En plein dans le mille ! Difficile de faire plus exotique que ça pour moi J’y étais, en août Regarde bien la date sur le billet Fais signe si tu veux
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.