Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

otaku

Membres
  • Posts

    295
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by otaku

  1. Cette discussion est intéressante, moi aussi je faisais confiance à BMPP. J ai eu la meme mésaventure sur voyages forum en dénonçant de maniere factuelle une arnaque de loueur de voiture : censuré. Je me suis désinscrite du site.
  2. Merci pour les photos, certaines me rappellent bien l'ambiance des plongées là-bas. Du coup je suis allée faire un tour sur bucea.org, toujours intéressant de voir comment on plonge dans d'autres langues !
  3. Bonjour ! Petit déterrage de post juste pour vous dire que si vous allez à l'île de Pâques pour voir les moais, profitez-en aussi pour faire quelques plongées car l'expérience est unique. Une eau d'un bleu profond que je n'ai jamais vu ailleurs, une visibilité incroyable, et un relief magnifique recouvert de coraux, notamment sur les sites des trois motus. Peu de vie, mais l'impression magique de voler dans la mer le long des tombants ! Le club : Orca, plongées avec Henri Garcia, le fondateur du club, un ancien de la Calypso tombé amoureux de l'île de Pâques il y a 35 ans, et dont le bonheur de plonger (au mistral !) est totalement communicatif. Organisation impeccable, matériel OK, blocs en acier, j'ai juste un peu regretté ma combi perso parce que je suis frileuse. L'eau était à 20-21° en août, mais il faisait pas chaud du tout à l'extérieur. Douche chaude super en rentrant par contre. En hiver (juillet-août), la houle est parfois trop forte pour plonger sur les sites intéressants. Nous avons dû attendre plusieurs jours avant de nous mettre à l'eau (nous avons visité l'île en attendant). Je n'ai pas de photo hélas, mais ceci dit je ne suis pas sûre que j'aurais su rendre en photo l'ambiance de la plongée...
  4. Je ne connais pas la Polynésie, donc je ne peut pas juger de la difficulté de la plongée, mais cette histoire m'interpelle quand même... Ce plongeur était manifestement trop inexpérimenté pour la plongée proposée, et il n'avait rien caché de son inexpérience. Néanmoins le moniteur a choisi cette plongée. N'y avait-il pas une pression commerciale derrière cette décision ? Le choix d'un site est toujours un compromis entre la difficulté prévisible de la plongée, son intérêt et les capacités des différents plongeurs. Pour ne pas perdre des clients plus à l'aise, on peut être tenté d'opter pour une plongée un peu difficile pour l'un des membres de la palanquée. J'ai déjà vu ça plusieurs fois. En Indonésie notamment, je me souviens d'une plongeuse qui n'avait que les 5 ou 6 plongées de son Open Water à son actif, n'avait pas plongé depuis un an, avait clairement dit qu'elle ne voulait pas plonger dans le courant et s'est malgré tout retrouvée dans une passe avec un fort courant car les autres plongeurs à bord étaient des gens plus expérimentés. Elle est remontée comme une balle en cours de plongée... AMHA un moniteur qui choisit d'emmener un plongeur dans des conditions limites pour son niveau ne devrait le faire qu'avec son accord et ne devrait pas le quitter des yeux. Je me souviens de ma première plongée profonde (56 m). J'avais le N2 seulement, environ 50 plongées, ça faisait une semaine que je plongeais tous les jours avec le même club aux Antilles, et ils ont eu envie de me faire plaisir pour ma dernière plongée avec eux : je suis descendue seule avec le moniteur, qui m'a tenue par la main pendant toute cette plongée sur un site magnifique. C'était nettement au delà de mes prérogatives, mais le risque était connu et accepté des deux côtés et le prendre reposait sur une relation de confiance réciproque. Enfin, je pense que dans l'incident qui fait l'objet de cette discussion, le plongeur a des réactions par la suite qui dénotent un manque de maturité et de self control (qu'il s'agisse de son attitude vis à vis du club et du médecin, ou de ses crises de spasmophilie et autres manifestations somatiques). Peut-être devrait-il s'interroger sur la poursuite de cette activité où garder la tête froide est une question de survie pour soi même mais aussi pour les autres.
  5. Un lien vers une discussion assez récente sur le sujet http://www.plongeur.com/forums/showthread.php?t=49404
  6. Surtout si les gens qui vont le voir apres une plongee le font parce qu'ils ont mal aux oreilles ! C'est ce qu'on appelle un biais de recrutement.
  7. Bonsoir, Le plus probable : hypercapnie (intox au CO2) même si tu n'as pas conscience de faire des efforts pour restreindre ta ventilation. Un test : à ta prochaine plongée essaie de t'obliger à ventiler plus, surtout en forçant sur l'expiration. Si tu as toujours mal à la tête et des nausées... C'est peut-être que ton bloc est pollué : tes équipiers ont-ils les mêmes symptômes, gonflent-ils leur bloc au même endroit que toi ?... Si ce n'est pas ça... Alors c'est peut-être une migraine avec un facteur déclenchant qu'il te reste à trouver, as-tu des antécédents migraineux ? Amicalement
  8. Moi aussi j'ai de l'eau qui entre dans les oreilles parfois. Pour vider cette eau il me suffit de pencher la tete sur le cote et legerement en arriere (le conduit auditif est dirige vers l'avant vers le bas et vers le milieu du corps). Une otite externe ne donne pas ces symptomes et ca fait mal.
  9. Tu la mets et tu l'enlèves à la maison et tu demandes l'aide de ta douce moitié, ou à défaut de tes voisins. En prime, succès garanti si tu t'arrêtes pour acheter le pain.
  10. Hum, peut-être justement qu'un douze tout court à la place d'un bidouze...
  11. Juste deux petites remarques : 1 - Je ne vois pas le lien entre ADD cutané et FOP. 2 - Ce n'est pas parce que la fermeture d'un FOP se fait en ambulatoire que le geste est dépourvu de risque. Ci-dessous un lien vers un article de synthèse récent sur la question. Concernant les complications d'une fermeture de FOP, elles sont rares mais potentiellement graves. http://www.john-libbey-eurotext.fr/e-docs/00/04/53/1D/article.phtml Amicalement
  12. Pas d'accord la vie est courte et il faut en profiter à fond, c'est pour ça qu'une seule année de P1 ça suffit et c'est déjà trop, alors 2... Bosse à fond sans rien faire d'autre cette année, après tu pourras plonger. Et c'est vrai qu'habiter au bord de la mer quand on est externe, c'est sympa : pousser le chariot le matin, et aller plonger l'après midi...
  13. Pas sûr que ce soit la bonne solution. Moi j'avais choisi Marseille pour mon internat à cause de la plongée justement. Mais j'étais tellement nase avec mes 10 gardes par mois, que j'ai pratiquement pas plongé pendant 4 ans. Je me suis remise à plonger après, mais... j'habitais plus à Marseille !
  14. No problemo ! L'article que tu as trouvé est très intéressant et synthétique. Pour essayer de répondre simplement à Ppbouge, les accidents de surpression pulmonaire ne semblent pas laisser de séquelles respiratoires. Les alvéoles lésées au cours de la SP cicatrisent apparemment sans conséquences notables. D'ailleurs dans l'article cité ci-dessus, il est bien dit que les accidents barotraumatiques même sur poumon aussi gravement malade qu'au cours d'un SDRA (syndrome de détresse respiratoire de l'adulte) guérissent sans séquelle (quand le patient survit...). Amicalement, Anne
  15. Je ne suis pas pneumologue ni anathomopathologiste, néanmoins je crois savoir que l'emphysème est une pathologie chronique. Comme il est dit dans l'article de wikipédia que tu cites, c'est souvent lié au tabac, après des années d'exposition, parfois à un déficit en alpha1 antitrypsine, rare, d'origine génétique. Ce n'est pas la conséquence d'un barotraumatisme, quel qu'en soit le mécanisme. J'ai fait une nouvelle petite recherche sur la surpression pulmonaire, voir le lien ci-dessous. Le chapitre concerne la surpression pulmonaire chez les pilotes, avec entre autres, l'aptitude à piloter à nouveau à la suite d'un tel accident. La encore, si l'emphyséme est cité comme facteur favorisant, en aucun cas il n'est évoqué comme pouvant être une conséquence d'un barotraumatisme. Les mots clés que j'ai utilisés pour ma recherche sont pulmonary overpressure, pulmonary barotrauma. http://books.google.fr/books?id=_6hymYAgC6MC&pg=PA75&lpg=PA75&dq=pulmonary+overpressure&source=bl&ots=Nv87URGHZw&sig=vq1WfhNK0I2ab7E8K6jTkE_gj1Y&hl=fr&ei=leboTO6QNYmphAfFqokQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CBYQ6AEwADgK#v=onepage&q=pulmonary%20overpressure&f=false Bonne journée
  16. J'ai des doutes... Quelles sont tes sources ? J'ai trouvé deux articles assez complets (en anglais) sur la question qui partent tous d'études de cas. Aucun ne mentionne l'emphysème. Les séquelles d'une SP quand il y en a sont essentiellement neurologiques. Un des deux articles évoque un manque d'élasticité du tissu pulmonaire chez les plongeurs victimes d'une surpression pulmonaire, sans arriver à conclure s'il s'agit d'une cause ou d'une conséquence de l'accident... et ceci n'a de toutes façons rien à voir avec l'emphysème. http://chestjournal.chestpubs.org/content/107/6/1648.full.pdf http://smj.sma.org.sg/3401/3401a1.pdf Amicalement
  17. Ça tombe bien, là justement il va falloir que tu coules à pic ! Sérieusement, pas besoin d'être Rambo pour se faire plaisir en plongée si tu en as envie n'hésite pas ! Et se propulser avec des palmes n'a pas grand chose à voir avec la natation.
  18. Bonjour Je parlais de la myopie et mon message s'adressait à ceux qui ont envie de porter occasionnellement des lentilles pour plonger sans aller forcément se faire faire une ordonnance. Pour des questions d'optique liées au fait que la lentille et le verre de lunette ne sont pas à la même distance de la rétine, les lentilles doivent moins corriger que les lunettes : par exemple si on a besoin de - 7 dioptries avec les lunettes, il faudra prendre - 6,50 ou - 6,25 pour être bien avec des lentilles sinon on sera sur-corrigé. Le sens de mon message n'était pas de conseiller de zapper systématiquement l'ophtalmo, bien évidemment. Et pour un premier port de lentilles un passage chez le spécialiste s'impose. Pour l'astigmatisme, il est corrigé en partie par des lentilles souples mais pas totalement sauf s'il est faible. Il faut des lentilles rigides pour le corriger correctement, mais l'expérience que j'ai de la plongée avec des lentilles rigides n'est pas concluante du tout ! Mon binôme préféré qui est myope et astigmate plonge avec des souples jetables lui aussi et il en est très content.
  19. Faut-il comprendre que le généraliste est à la médecine de la plongée ou à l'hémato... ou au deux ce que le coiffeur est à la réparation de voiture... ?
  20. Lentilles jetables quotidiennes. Peut être trois ou quatre pertes de lentilles en dix ans... Et encore d'un seul côté, donc fin de plongée inconfortable sans plus. Le gros avantage à mon sens est qu'on voit bien tout le temps. Je suis très myope et avec un masque correcteur je serais obligée de le mettre dès que mes lunettes sont rangées. Au fait, aucun opticien ne m'a jamais demandé d'ordonnance. Il y a des marques que je trouve plus confortables que d'autres, mais je ne crois pas que l'avis d'un ophtalmo soit indispensable pour déterminer la marque de lentilles à acheter surtout si c'est pour un usage occasionnel. En revanche attention, la correction n'est pas la même que pour les lunettes.
  21. Je pense que ce que voulait dire trimixeur c'est que lorsqu'on peut récupérer une activité cardiaque efficace avec un défibrillateur c'est mieux que le massage cardiaque.
  22. C'est un cas de figure que je préfère éviter, en vieillissant, je suis de moins en moins maso ! Mais si par malheur je me retrouve à jouer les sardines en boîte sur un de ces engins tape cul alors évidemment je grée avant et j'ouvre les robinets au dernier moment... après avoir mis mon bloc par dessus bord ! Parce qu'à moins qu'il y ait du courant, j'aime mieux m'équiper dans l'eau que jouer des coudes sur le boudin d'un semi rigide.
  23. Bonsoir, Hier, je te disais que j'ouvrais les robinets juste après avoir gréé mon matériel. La plupart des plongeurs qui ont réagi ferment, rouvrent et revérifient tout avant de se mettre à l'eau. Je pense que la plupart du temps c'est inutile et source d'erreur. Je ne suis pas convaincue de la fiabilité de la vérification avant la mise à l'eau quand tout le monde s'agite sur le bateau. AMHA, le seul cas où il faut le faire c'est quand on grée le bloc à terre et qu'on le trimballe ensuite. Etant une faible femme j'évite de me trouver dans ce cas de figure : porter la bouteille toute seule, c'est déjà assez lourd comme ça ! Donc je grée toujours sur le bateau. Quand j'ai fini, j'enroule les tuyaux de manière à ce que les 2ème étages se trouvent en haut, bien visibles à côté de la robinetterie. Quand mon bloc voyage couché, je mets les 2ème étages à l'intérieur de la stab et je cale le bloc avec la ceinture de plombs pour ne pas qu'il roule. Je n'ai jamais eu de fuite ou d'appui malencontreux sur le 2ème étage en procédant de cette manière, quelque soit le type de bateau. En général j'essaie d'avoir une configuration basique et de faire le moins possible de manips, ça limite le risque d'oublier des trucs. Amicalement, Anne
  24. Mon système antico...erie pour éviter de me mettre à l'eau avec un robinet fermé est simple : je grée mon matériel, j'ouvre les deux robinets immédiatement, et je ne touche plus à rien. Bon j'ai du DIN, donc jamais encore eu de fuite. Mais admettons... en cas de fuite d'un des deux détendeurs, je n'aurais aucune raison de toucher à l'autre. Maintenant le fait de n'avoir pas immédiatement pensé qu'un de tes deux robinets était fermé vient sans doute du manque d'habitude d'utiliser un bloc à double sortie, ça ne devrait pas t'arriver de sitôt après cette mésaventure ! Bonnes bulles et bravo pour ton N4
  25. Bonjour, Nous ne sommes pas tous égaux car nous avons des métabolismes de base différents et ceci détermine nos besoins en oxygène et notre production de CO2. Le métabolisme de base correspond à nos besoins énergétiques quand nous sommes au repos. Plus la masse musculaire est élevée plus ce métabolisme de base est élevé. Tu ne peux pas modifier ton métabolisme de base, en revanche tu peux réduire tes efforts superflus, c'est ce qui fait que la conso se réduit en une cinquantaine de plongées. Avoir des conso différentes, ça peut aussi être une sécurité quand on plonge en autonomie car l'air restant dans la bouteille de celui qui consomme le moins offre une marge de sécurité supplémentaire à la remontée. Et franchement demander un 15 litres quand on a ton gabarit, c'est pas du luxe et je ne vois pas bien sur quel argument honnête on peut te refuser ça ! Amicalement
×
×
  • Create New...