Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

baroudeur1978

Membres
  • Posts

    13
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    Belgium
link1
link2
link3

1 Follower

Personal Information

  • Localisation
    Liège, Belgique
  • Profession
    Enseignant

La plongée

  • Professionnel de la plongée
    No

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

baroudeur1978's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • Week One Done
  • One Month Later
  • One Year In
  • First Post
  • Collaborator

Recent Badges

10

Reputation

  1. Je trouve tous vos commentaires intéressants. J'adore plonger, j'ai une cinquantaine de plongées à mon actif, donc pas un débutant total mais pas encore un plongeur confirmé. Les plongées les plus stressantes pour moi sont indéniablement celles qui se font avec une mauvaise visibilité voire dans le noir total (avec lampe de poche, bien sûr) et les plongées profondes (là où la surface n'est plus directement accessible), j'ai passé mon brevet Deep Diver justement pour essayer de gérer ce stress de la profondeur (ça a plutôt bien marché)... Je n'ai jamais paniqué à proprement parler, mais il m'est arrivé comme certains d'entre vous de me demander ce que je foutais là et sentir une boule d'angoisse... Ca passe généralement assez vite, je me concentre toujours sur ma respiration et j'essaie de penser à la tortue marine qui m'a littéralement fait pleurer de bonheur quand je l'ai vue dans son milieu naturel à Roatan (Honduras). C'est sans doute idiot, mais il suffit généralement d'un bête poisson dans mon champ de vision pour me calmer, car j'adore observer la faune marine, je pense que ce qui me détend le plus, c'est observer les poissons sans bouger.
  2. Bonjour à tous, Je suis PADI Advanced Open Water (bientôt Master Scuba Diver), j'ai plongé aussi bien en eaux chaudes (33°C) qu'en eaux froides (3°C) à des profondeurs jusqu'à 40m en lacs et carrières. Une cinquantaine de plongées à mon actif. Depuis que je plonge en eaux froides, j'utilise l'Aqualung Core Supreme comme détendeur (avec octopus Core Supreme aussi). Mon détendeur n'a jamais givré et je n'ai pas eu de soucis respiratoires avec. J'ai depuis peu une bouteille avec 2 sorties, donc j'ai maintenant la possibilité de rajouter un 2e détendeur, ce qui est bien utile dans les eaux profondes et froides. Je précise que je n'ai pas spécialement l'intention d'apprendre à plonger au-delà de 40m (je n'aime pas le noir), je suis très bien dans la zone des 0-40m. Comme je n'ai pas eu l'occasion de tester des tas de détendeurs différents, je suis un peu perdu concernant l'achat d'un 2e détendeur. J'ai lu pas mal d'avis différents. Au début, j'étais partant pour un Aqualung Legend LX Supreme, mais après lecture de différents avis (LX pas réellement utile, version de Legend postérieure à 2011 de moins bonne qualité que les Legend antérieurs), et des internautes recommandant le DS4 ATX-40 à la place (voire même un XTX50), je ne sais plus quoi penser. Comme je n'ai pratiquement rien à redire à mon Aqualung Core (mais je n'ai pas assez d'expérience avec d'autres détendeurs pour savoir s'il y a mieux au niveau du confort respiratoire et des risques de givrage), j'aimerais des conseils. J'aimerais un détendeur de qualité qui tienne des années, qui ne me donne pas envie d'en changer ainsi qu'un excellent rapport qualité-prix, voire qui remplace mon Aqualung Core comme détendeur principal s'il est meilleur. Merci d'avance pour vos conseils!
  3. 1. Oui, il y a des casiers au bord de la piscine (assez grands pour y mettre tout son matériel de plongée). Apporter son propre cadenas. 2. On fait ce qu'on veut dans la fosse (y compris exercices techniques, tant que ça ne dérange pas les autres plongeurs). Mais attention au nombre de plongeurs. On peut plonger autant de fois qu'on veut tout au long de la journée (on va se servir soi-même pour les bouteilles). Le forfait journée entière inclut aussi une (seule) entrée au sauna-hammam (attention, c'est une zone pour naturistes, donc on se met à poil dans le sauna, moeurs allemandes!), et l'accès illimité aux différentes piscines. On a le droit d'apporter son propre matos (sauf bouteilles, livrées sur place). 3. Pas sûr qu'on parle français. Il y a moyen de se débrouiller en anglais, mais il y a des infos de sécurité écrites en français si ma mémoire est bonne.
  4. En attendant, de nombreux sourds sont privés de langue des signes par la faute des médecins qui, par leur science infuse (ou leur ignorance crasse ou encore leurs intérêts financiers), ont décrété que la langue des signes était nuisible au développement du langage oral... alors qu'il a été prouvé à maintes reprises par des scientifiques compétents que ce n'est pas le cas... Mais là, je m'écarte du sujet (il est vrai que je ne porte pas les médecins ORL et les lobbies des implants cochléaires dans mon coeur). Pour qu'un néophyte apprenne une langue des signes et la maîtrise, il lui faut au moins autant de temps que pour apprendre une langue parlée. Avec mon club de plongée, on a déjà songé à donner une mini formation sur d'autres signes qu'on pourrait employer dans l'eau... A suivre...
  5. Voilà, tu as tout compris... :-) Ce serait le pied de pouvoir discuter du nihilisme sous l'eau...
  6. J'ai étudié le cours Open Water en ligne et passé l'examen par ordinateur. Et les cours pratiques, je les ai suivis au Panama... Je plonge avec un club de plongée local très sympa, il y a des plongeurs (tous entendants) avec qui je m'entends bien, mais j'aimerais bien pouvoir tenir une conversation dans l'eau... Hors de l'eau, j'ai beaucoup de mal à suivre les conversations (parlées) des entendants, alors pour une fois que j'ai l'avantage de connaître la langue des signes, autant m'en servir dans l'eau aussi :-)
  7. Bonjour, Je suis un plongeur sourd de naissance, de niveau PADI Advanced Open Water + Deep Diver (-40m) et bientôt Master Scuba Diver une fois que mon Rescue sera terminé. Aucune contre-indication à la plongée profonde dans mon cas, je n'ai aucun souci pour égaliser. A part quelques soucis de désorientation quand je n'ai aucun repère visuel fixe dans l'eau, tout va très bien et j'ai énormément de plaisir à plonger. J'ai déjà une cinquantaine de plongées à mon actif, en lacs, carrières, mers, eaux chaudes, eaux froides, fosses chauffées, visibilité zéro, visibilité à 30m...J'ai plongé surtout en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en Allemagne, en Amérique Centrale et en Malaisie. Bref, j'ai touché à un peu de tout... J'ai entendu parler de plongeurs sourds en Belgique, mais surtout du côté néerlandophone. Dans mon coin (Liège), il semblerait que je sois le seul à avoir un niveau aussi avancé...Parfois, je me sens seul, à ne pas pouvoir utiliser la langue des signes dans l'eau... Je me demande s'il y a ici des sourds plongeurs (belges, français ou autres) et pratiquant une langue des signes, comme la langue des signes française, ou la langue des signes de Belgique francophone, ou la langue des signes flamande, ou autre...) ici. (oui, oui, il y a des différences...), ou au moins des utilisateurs d'une langue signée avec lesquels je pourrais communiquer dans l'eau lors de stages de plongée. J'aimerais évoluer jusqu'au niveau PADI IDC (instructeur), mais chaque chose en son temps, je dois encore affiner mes plongées en eaux froides et gagner en expérience avant de passer professionnel. J'ai lu sur le net qu'il existe des moniteurs sourds en France et même un PADI Course Director sourd aux Etats-Unis. J'espère avoir des réactions... Merci!!!
  8. La plongée, je l'ai faite à Dongelberg. Je viens de la région liégeoise. J'ai déjà plongé à La Gombe (visibilité ok si beau temps), Lillé (visibilité quasi nulle, mais j'avais des repères) et Plate-Taille (visibilité moyenne, mais le lac est en pente douce, donc pas de désorientation). Avec une combi humide 7mm, j'ai déjà froid dans une eau à 16°C, d'où l'étanche. Une eau à 12°C en combi humide, pas question pour moi... Pour info, j'ai fait mon Open Water en eaux chaudes mais dans de mauvaises conditions de visibilité (3m maximum), donc plonger en carrière ne me dérange pas du tout, du moment que je puisse voir quelque chose, ne serait-ce qu'avec une lampe. Et même si les carrières, c'est un autre monde que les eaux cristallines des Caraïbes, j'aime aussi. J'ai aimé lorsque des carpes noires et des esturgeons se sont mis à nager autour de moi. J'ai aimé apercevoir un petit brochet tenter de se fondre dans le décor. J'ai aimé les épaves (bus, hélicoptères) placées au fond et passer au travers de celles-ci tout en testant ma flottabilité. Avant la plongée en question à Dongelberg, j'ai fait un test à 5-12m avec l'étanche, et un autre jusqu'à 28m sans aucun problème. Je ne pense pas que mon manque d'expérience avec la combi étanche ait causé la désorientation, d'autant plus que je suis descendu les pieds vers le bas, sans palmer. Mon binôme m'a dit qu'on a mis 1'10" pour faire la descente, ce qui est tout à fait correct comme vitesse. Ensuite, on s'est arrêtés 10 secondes à 24m, avant que je n'entame ma remontée incontrôlée. Pendant tout ce temps, je pensais qu'on descendait encore... C'est surtout le fait de ne rien voir du tout et d'avoir oublié de contrôler mon ordinateur de plongée (d'autant plus que j'avais très légèrement gonflé ma stabi à 24m, pour essayer de ralentir un peu la descente, parce que j'étais stressé...). L'hyperventilation due au stress d'être dans le noir a provoqué la remontée (je suis très sportif et je peux consommer des quantités impressionnantes d'air si je ne fais pas attention à ma respiration, prouvé lors des exercices Open Water). Comme je l'ai dit dans mon CR, mon erreur a été de ne pas me renseigner sur les conditions de plongée, sur la visibilité, sur la température, sur la thermocline, et d'avoir plongé en pensant que ce serait pareil que le weekend dernier (même profondeur). Je n'avais jamais plongé dans une eau aussi froide (12°C), toutes mes plongées précédentes ayant été dans des eaux de minimum 16°C (moyenne de 19°C en carrière jusqu'à présent). Si j'avais plongé à la même profondeur dans une autre carrière (La Gombe, par exemple, où la visibilité est nettement meilleure), je n'aurais pas fait de remontée incontrôlée car je vois immédiatement si je remonte et j'aurais agi en connaissance de cause.)
  9. Merci pour toutes vos réactions. En fait, je suis descendu en « ascenseur », les pieds vers le bas… C’est sans doute le choc de la thermocline, couplé à une visibilité nulle (pas de mur, pas de poisson, pas de repère visuel pour déterminer si je montais ou descendais), un peu de stress, et le fait de ne pas avoir surveillé mon ordinateur de plongée plus souvent, tout cela a provoqué un sentiment de désorientation complète. Je retenterai cette plongée mais le long d’une corde (il y en a une dans cette carrière) pour éviter les remontées incontrôlées. En fait, c'était ma 3e plongée sans encadrement. J'ai fait mon Open Water (4 plongées, avec mauvaise visibilité 3 à 5m), Advanced Open Water (5 plongées en eaux cristallines) et Altitude Specialist (2 plongées avec visibilité quasi nulle mais bonne luminosité), et la première plongée de la spécialité Night Dive (1 plongée avec visibilité à 12m avec lampe), mais toutes les plongées loisir que j'ai effectuées à l'étranger ont été des plongées encadrées. A mon retour en Belgique, j'ai plongé avec des groupes qui passaient leur Open Water, donc avec instructeur, pour m'habituer à plonger en eaux froides. Les 2 premières plongées sans encadrement se sont super bien passées. La première à 18m, avec visibilité très mauvaise (1 à 3m et luminosité très faible), et la 2e à 29m avec une luminosité acceptable mais mauvaise visibilité aussi (1 à 3m) et faible thermocline. Lors de ces deux plongées, étant donné que j’avais des repères visuels (le fond, un poisson, ou un mur), je n’ai pas été désorienté et je n'étais pas du tout stressé. Je n'ai pas fait la spécialisation Deep Dive (c'est cependant prévu d'ici peu) ni la spécialisation Dry Suit (pas vraiment nécessaire si on arrive à maîtriser la combi étanche; j'ai eu quelques explications d'un instructeur et une plongée à 10m de profondeur pour tester ma flottabilité) Je n'ai pas mis de souris pour cette plongée, mais j'aurais dû. J'en ai une (genre combinaison complète de ski, avec une couche de polaire). Ma combi et stab ont commencé à gonfler parce que je remontais sans m'en rendre compte. J'ai juste très légèrement gonflé ma stab à 24m pour ralentir la descente (appuyé un coup sur le bouton de gonflage). Visiblement, je pense que l'hyperventilation n'a rien arrangé... Il faisait encore jour. Et même à midi, je ne suis pas sûr que la visibilité aurait été meilleure à 5m;
  10. Je relate mon premier incident de plongée qui est survenu hier en carrière. Mon background : plongée n°23, niveau PADI Advanced Open Water. 15 plongées en eaux chaudes (dont 5 entre 18 et 36m) et 8 plongées en lac et carrière (dont 4 jusqu'à 30m sans problème). 3e plongée en combi étanche. Equipement standard (stabi, bouteille 12l, combi étanche néoprène sans souris, 7kgs de lest, détendeur spécial eaux froides, ordi de plongée Suunto Zoop et lampe basique). Il est 18h45. Je plonge avec un binôme, avec lequel j'ai déjà plongé une fois. Mon binôme est plus expérimenté que moi (plus de 75 plongées à son actif et il est mieux équipé que moi). Pas vraiment de briefing pré-plongée. Je sais juste qu'on va plonger à 28m et qu'il y a des objets à découvrir dans l'eau. On m'a prêté une lampe car je ne possède pas encore de lampe (elle est commandée, je l'attends). Je m'attends donc à ce qu'il y ait une faible clarté dans l'eau (ce qui n'est pas un souci en soi, vu que j'ai déjà plongé dans de faibles conditions de visibilité et de luminosité). On s'étonne juste que je n'aie pas de souris pour plonger, ce à quoi je réponds que j'ai plongé sans souris en lac jusqu'à 30m le weekend dernier sans avoir froid. L'entrée dans l'eau se fait sans problème. A la surface, l'eau a une t° de 20°C. Je constate vite que la visibilité est quasi nulle (0.5m au plus). Je me rapproche de mon binôme pour ne pas le perdre de vue. On amorce la descente. Très vite, il fait nuit noire dans l'eau (je ne m'attendais pas à ce qu'il fasse aussi noir à moins de 3m de profondeur, et la visibilité nulle n'arrange rien). La seule chose que je vois est la lampe de mon binôme. Ma lampe éclaire trop faiblement pour être d'une quelconque utilité. La t° de l'eau baisse assez rapidement. Soudain, on passe la thermocline, vers 12-13m de profondeur. La t° de l'eau chute brusquement. Un choc thermique, je ne m'attendais pas à une eau aussi froide. On passe de 18°C à 12°C d'un coup. J'ai froid, mais je me dis que ça va passer. Je consulte rapidement mon ordinateur de plongée. On est à 14m de profondeur. La descente continue... Je consulte une 2e fois mon ordinateur de plongée. L'écran me semble un peu flou et difficile à lire. Après un petit effort, je lis 24,4m. Je ne songe pas à regarder le temps de plongée, mais j'ai l'impression que ça fait une éternité qu'on descend. Je n'ai pas trop envie de descendre davantage d'autant plus que je sais que le fond sous moi est à 40m. Il fait noir, on ne voit absolument rien à plus de 50cm. Je gonfle très légèrement mon stabi pour ralentir la descente, sachant qu'on approche des 28m. Mon binôme est toujours devant moi, à 20cm. Puis, j'ai l'impression que mon binôme descend plus vite que moi. Je l'attrape par la main. Je sens mon binôme me tirer vers le bas. Je pense qu'on continue toujours à descendre vers les 28m. Puis, après un certain temps, je sens mon stabi et ma combi gonfler, sans comprendre pourquoi. Quelques secondes après, des bulles d'air partout autour de moi. Je pense qu'il s'agit des bulles d'air de mon binôme sans comprendre qu'il s'agit des miennes. Puis, j'aperçois la lumière. C'est alors que je réalise que j'arrive à la surface. Trop tard pour dégonfler mon stabi, je ne suis plus qu'à 1m. J'émerge à la surface. Il s'est écoulé exactement 2 minutes 32 secondes, et j'ai l'impression que ça fait 10 minutes que je suis sous la surface. Ma première pensée : j'ai eu un problème de lestage et on n'est descendu qu'à 2m de profondeur. Puis, je comprends que j'ai fait une remontée incontrôlée sans le vouloir et qu'on est bel et bien descendus jusqu'à 24m. Mon binôme m'explique que j'ai paniqué au passage de la thermocline, ce qui est bien possible. C'est la première fois que je sens une différence de t° aussi importante (les autres thermoclines que j'ai passées ailleurs n'avaient qu'une différence de 3°C) A vrai, dire, mes souvenirs entre le passage de la thermocline, l'arrivée à 24m et la remontée en surface sont assez flous... Narcose??? Je consulte mon manomètre... Je suis passé de 200 bars à 160 bars en 2 minutes (pour une bouteille de 12l)!!! Il s'avère que j'ai fait de l'hyperventilation dès que je suis arrivé à 24m pour essayer de me réchauffer et que ça a provoqué une remontée incontrôlée. Bref : morale de l'histoire : bien se renseigner sur les conditions de plongée (température au fond, visibilité, profondeur de la thermocline) et prévoir une souris avant de sauter dans l'eau! Et surtout, prévoir une lampe plus puissante!!!
  11. J'ai eu l'occasion de discuter avec des instructeurs pendant mes vacances dans les Caraïbes. Certains sont des itinérants (ils restent quelques mois dans un centre de plongée puis vont travailler dans un autre), d'autres sont des permanents. J'ai eu pour instructeur PADI Advanced Open Water un quarantenaire gallois expatrié à Roatan (Honduras) depuis 9 mois et qui comptait bien rester là tant qu'on voudrait bien de lui. D'autres ont cumulé les expériences dans différents pays d'Amérique Centrale et j'en ai rencontré un qui était en partance pour l'Australie de l'Ouest. L'âge ne m'a pas semblé un facteur important, mais bien les qualifications obtenues. Un candidat Dive Master a tout intérêt à suivre une formation dans le centre de plongée dans lequel il compte acquérir une expérience professionnelle probante (formation parfois gratuite, mais stage non rémunéré de quelques semaines suivi d'un contrat rémunéré, partenariat Win-win). Les instructeurs permanents ont souvent un niveau bien au-dessus de Dive Master et cumulent les spécialités ainsi qu'un nombre impressionnant de plongées. Certains centres ont également leurs propres spécialités et leurs lieux de plongées de prédilection. En tout cas, bonne chance dans la réalisation de ton rêve. Je dis toujours qu'il faut réaliser ses rêves...
  12. Bonjour, je reviens des Caraïbes où j'ai effectué 17 plongées sur des sites différents. A Roatán, au Honduras: aucun ptéroïs observé, en 11 plongées à des profondeurs différentes entre le 22 et le 25 juillet au large de Half Moon Bay / West End. A Bocas del Toro au Panama : aucun ptérois observé en 4 plongées entre le 10 et le 12 juillet Au Belize, au large de Geoff's Cayes : 4 ptérois de +/- 30cm en 2 plongées le 4 août. Voilà pour l'info.
  13. Bonjour, Je débute la plongée (j'ai mon brevet PADI Advanced Open Water) et j'ai 17 plongées à mon actif. Je songe maintenant à acquérir mon propre matos (de qualité sans que cela ne soit trop cher). J'ai une combinaison de triathlon Orca Sonar qui convient parfaitement pour la nage en eau douce du printemps à l'automne en Belgique. Je me demandais si cette combinaison conviendrait aussi pour la plongée sous-marine en carrière et en lacs? Ou bien dois-je songer à acquérir une autre combinaison, ou une surcouche? Merci d'avance pour la réponse.
×
×
  • Create New...