Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

PlongeurSDF

Membres
  • Compteur de contenus

    995
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9
  • Pays

    France
link1
link2
link3

PlongeurSDF a gagné pour la dernière fois le 11 février

PlongeurSDF a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

679 Excellent

À propos de PlongeurSDF

  • Rang
    Sans Détendeur Fixe
  • Date de naissance 30/05/1962

Informations personnelles

  • Localisation
    Arc méditerranéen, Martinique
  • Passions
    Plongée, Bateau et Bio
  • Profession
    Je laisse cela aux autres

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM / PADI
  • Niveau en plongée
    Plongeur
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Désolé @berny je connais nombres de chorales associatives avec chef de chœur salarié, musiciens rémunérés et aucun autre salarié dans la structure, ni expert-comptable et encore moins CAC. Les salariés peuvent donc être gérés par des bénévoles. Donc rien n’empêche un surveillant de surface associatif d’être bénévole pour un moniteur professionnel. Il ne faut pas systématiquement alourdir les dispositions légales. Elles le sont déjà suffisament par elles-mêmes.
  2. Je t’invite à revoir ce point. Car si la comptabilité d’une association doit être tenue : https://www.associations.gouv.fr/119-comptabilite-association.html Ce n’est qu’à partir de 50 salariés qu’un Commissaire aux Comptes doit être désigné : https://www.associations.gouv.fr/quand-faut-il-nommer-un-commissaire-aux-comptes.html Ou une CA de plus de 3 millions, ou bilan de plus de 1,5 millions Au passage, le statut du CAC est bien définit également : https://cours-de-droit.net/le-statut-et-les-attributions-du-commissaire-aux-comptes-a127125998/ Il ne peut en aucun cas être un salarié de la même association par exemple Pour l’expert comptable, idem travailleurs indépendant, ne faisant pas partie de l’entreprise et également pas recommandé en deçà de 153 000 € : https://www.compta-facile.com/travailler-avec-un-expert-comptable/
  3. Et pourtant le salarié en question est bien sous la responsabilité du Président de l'association. Qui peut lui même être bénévole. Aujourd'hui 1 association sur 10 est employeuse. Le secteur associatif salarie environ 1,3 million de salariés. On exige pas pour autant que les comptables qui font les contrats de travail, les paies, etc. soient des salariés.
  4. Pour aller dans ton sens, si l'on prend le cas d'une association loi 1901 qui à uniquement un Moniteur DE salarié, rien n'empêche un bénévole, pas forcément le DP, d'assurer la sécurité surface du salarié et des autres plongeurs en même temps.
  5. @berny, Je sais bien que tu es syndicaliste, grand défenseur des professionnels, mais la plongée ne concerne pas seulement les professionnels. Comme pour les EPI "loisirs ou non", la sécurité surface doit être abordée pour les plongeurs professionnels ou non. Par ailleurs, ce sujet n'a pas été ouvert dans la rubrique réservé aux professionnels, sinon je n'y aurai pas accès. Notre ami @Amore vise à plusieurs reprise une éventuelle nouvelle version du CDS et sur ce point tu n'y apportes aucune réponse. Pour cela différents textes s'appliquent à l'aune du statut du plongeur en question. Donc oui tu as raison, pour les salariés et autres personnes assujetties par un lien de subordination, la sécurité surface est prévue dans les conditions de travail. Pour d'autres plongeurs, dits loisir, la sécurité surface est également obligatoire (Trimix / Héliox), fortement conseillées pour tous (obligation de moyen de sécurité renforcée) pour notre sport. A toutes ins utiles sur cette dernière notion, très souvent ignorées dans les clubs de plongées (associatifs ou professionnels) : https://www.dalloz-actualite.fr/flash/sport-potentiellement-dangereux-obligation-de-securite-de-moyens-renforcee-de-l-entraineur#.Xk1rHS17TOQ ou https://www.eurojuris.fr/categories/sport-6400/articles/sport-potentiellement-dangereux-obligation-de-securite-de-moyens-renforcee-pesant-sur-les-associations-sportives-37262.htm
  6. Le sujet Hyperbarie ne doit pas occulter celui relatif au Code du Sport
  7. Dans le cadre de la plongée "loisir" au Trimix ou Héliox : Art. A. 322-97. – En complément du matériel énoncé à l'article A. 322-78, l'organisation d'une plongée au mélange trimix ou héliox impose la présence sur le lieu de mise à l’eau ou d’immersion des équipements suivants ― une ligne lestée de descente et de remontée pouvant également être utilisée pour la décompression ; ― une copie de la ou des planifications de plongées prévues ; ― un support logistique ou une embarcation support de pratique avec une personne en surface habilitée pour la manœuvrer. C'est la seule obligation dite de Sécurité Surface (au sens d'une présence obligatoire) pour la plongée loisir. Maintenant en cas d'incident et de retard dans la mise en en application des procédures tou moyens de secours, il pourrait être reproché au DP ce manquement : Art. A. 322-72. - Sur le site de l'activité subaquatique, la pratique de la plongée est placée sous la responsabilité d'un directeur de plongée présent sur le lieu de mise à l’eau ou d’immersion de la palanquée. Il est responsable techniquement de l'organisation, des dispositions à prendre pour assurer la sécurité des plongeurs et du déclenchement des secours. Il s'assure de l'application des règles et procédures en vigueur. Il fixe les caractéristiques de la plongée et établit une fiche de sécurité comprenant notamment les noms, les prénoms, les aptitudes des plongeurs et leur fonction dans la palanquée ainsi que les différents paramètres prévus et réalisés relatifs à la plongée. Cette fiche est conservée une année par tout moyen par l’établissement. Le directeur de plongée est titulaire d'une qualification mentionnée à l'annexe III-15a. Lors d’une plongée aux mélanges, le directeur de plongée justifie également des aptitudes PN-C ou PTH-120 correspondant aux mélanges utilisés conformément aux annexes III-17a et III-18a. En sachant que les articles suivants rajoutent des obligations de surface : Art. A. 322-78-1, ... Le plan de secours est un document écrit, adapté au lieu et à la plongée pratiquée, régulièrement mis à jour et porté à la connaissance du directeur de plongée, des personnes encadrant les palanquées et des plongeurs autonomes. Il précise notamment les modalités d’alerte en cas d’accident, les coordonnées des services de secours et les procédures d’urgence à appliquer en surface à la victime. Art. A. 322-78-2 , un moyen de rappeler un plongeur en immersion depuis la surface, lorsque la plongée se déroule en milieu naturel, au départ d'une embarcation ; Ce qui pourrait sous-entendre une obligation de disposer d'une personne en surface pour déclencher le rappel des plongeurs et les procédures d'urgence à appliquer en surface.
  8. PlongeurSDF

    La Jordanie

    Merci pour l’info. Je vais me renseigner.
  9. PlongeurSDF

    Une nouvelle future plongeuse

    Félicitations, tu trouveras sûrement un peu de repos d’ici 23 ans environ. Plus sérieusement, beaucoup de bonheur à vous trois.
  10. Merci quand même JC
  11. PlongeurSDF

    La Jordanie

    Merci bcp, je vais donc passer mon tour pour Petra.
  12. Je n’ai ni l’un ni l’autre. Si tu te mets en manuel, filtre rouge. En mode scène sous-marin il est automatique, il me semble.
  13. Bien que robuste et fiable, je te conseille de prendre un caisson. Padi, selon les régions te permet de plonger bien au delà des 18m, 30 voir 40m et plus avec les formations TEC. Le mien, un TG810, donné pour étanche à 10m a déjà pris l’eau dans son caisson jusqu’à 40m. Il est ressorti indemne de chacune de ses noyades. Privilégie le mode macro sous marin.
  14. Un petit Up pour savoir si quelqu'un connaît les tarifs négociés par la 2F avec Air Liquide Healthcare
×
×
  • Créer...