Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

PlongeurSDF

Membres
  • Compteur de contenus

    1 075
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    10
  • Pays

    France
link1
link2
link3

PlongeurSDF a gagné pour la dernière fois le 5 avril

PlongeurSDF a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

706 Excellent

À propos de PlongeurSDF

  • Rang
    Sans Détendeur Fixe
  • Date de naissance 30/05/1962

Informations personnelles

  • Localisation
    Arc méditerranéen, Martinique
  • Passions
    Plongée, Bateau et Bio
  • Profession
    Je laisse cela aux autres

La Plongée

  • Féderation(s)
    FFESSM / PADI
  • Niveau en plongée
    Plongeur
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Je pense qu’un niveau courant est un minimum. Avant la plongée, il faut pouvoir accueillir le client. Le rassurer car une très grande partie de l’activité est assurée par les baptêmes. Pendant la phase de préparation ou des cours, il faut maîtriser le langage technique (palmes, masque, tuba, détendeur, etc.) Tu peux notamment acheter le livre « l’anglais tel qu’on le plonge » de Patrice Bourdelet. Après la plongée, vient le temps de partager ce que l’on a vu. Voir nommer les espèces rencontrées, décrire leur comportement. Le meilleur moyen est donc de pratiquer en immersion complète sur un séjour de plusieurs mois. Donc un niveau dit « fluent » me parait idéal.
  2. Merci aux modérateurs
  3. Sur - https://www.divedepo.com, (Aqualung, Apeks, Scubapro) - https://scubagaskets.com, - https://www.gidivestore.com/, (le plus complet) On trouve des Kits Aqualung, Apeks, Marès, Scubapro, etc. Il faut utiliser les bons mots clés : Aqualung Service Kit Apeks Service Kit Scubapro Repair Kit
  4. Aucune raison qu'un plomb ne tombe où alors, il faut revoir l'installation ou la pratique. Pour te donner une idée, les derniers lests de parachute D4 sont en plastique, hyper légers (exit le plombs à l'ancienne). Avec un Spool ou Finger Spool, il n'y a plus de plombs. Le seul éventuel poids est celui du double pompe. Comme déjà dit plus haut, tu peux prendre un Cordon de plomb pour rideaux au mètre Tu choisis le grammage et la longueur
  5. @tazjudo Merci pour le retour. On peut effectivement bien s'occuper en piscine pour l'inter-saison.
  6. C'est ce que j'ai depuis quelques mois. Soufflette Inox dit ESM. Seul ajustement, reprendre un flexible un peu plus long. Comme ceux pour combinaison étanche (100cm) au lieu de 75cm.
  7. Pour gonfler pas grand chose, pour respirer un peu plus. Cela allait de 30 à 10b pour eux en fin de plouf. Quand à la différence de Conso, comme pour quelques uns ici, je pense que la pratique joue beaucoup. 1/ En mer, avec le courant, une profondeur n'est pas équivalente à la base d'un triangle rectangle, mais plus son hypoténuse avec un angle plus ou moins important. 2/ Permet effectivement d'envoyer le para plu profond, moins de volume à gonfler (plus facile) et gonflage en surface assuré (P/V). 3/ le Spool peut éventuellement servir de ligne de fond si la visie est mauvaise. Tu pars du mouillage et tu déroules. Tu es sûr de revenir au bateau. 4/ En plongée bio ou Archéo, tu peux dessiner un Transect ou Quadras au fond pour faire des relevés photographiques d'espèces ou d'artéfacts. Etc.
  8. Mode déconne ON Bon finalement, grâce à mon épouse j'ai trouvé une solution qui pourrait correspondre à ta demande. Il faut acheter du Cordon de plomb pour rideaux au mètre selon les modèles tu le trouves en 35, 50, 85 100 g au mètre. La Reine d'Angleterre s'en sert pour lester ses robes. Cela s'achète en mercerie (Rascol, Ma Petite mercerie) ou magasin de bricolage, à partie 1€30 le mètre. En revanche aucun des revendeurs n'indique le diamètre ou la résistance de ces cordons. Mode déconne OFF Rien ne vaut un bon vieux spool, avoir une configuration plus historique
  9. PlongeurSDF

    Tampon N4

    Un petit peu en retard pour mon carnet, allez à la prochaine
  10. Bon allez, je vous raconte une expérience récente, du temps où on pouvait encore ploufer. En février, sur le bateau, 1 seule palanquée d'autonome : 1 couple et 1 copain. 2 AOWSI (dont 1 MF1) et 1 N3, des centaines de plongées à leur compteur, tout 3 photographes avec des platines chargées d'APN et/ou caméras. Jusqu'à 4 projecteurs ou flash par platine. On leur propose un dérivante assez longue qui se termine dans une baie protégée avec 6 à 8m de fond. A la dernière minute, n'ayant personne à encadrer, je demande si je peux les suivre sans interférer sur leur organisation. Pas de souci. C'est la dernière plongée du séjour pour eux, chacun explique donc "son objectif" de la plongée. Tien 3 plongeurs = 3 objectifs différents (Paramètres dont profondeur maxi différente, déco pas évoquée, mais espèces à capter, chacun la sienne). Je les connaissais bien, mais n'avais jamais plongé avec eux. La plongée est sportive, courant très changeant de faible à assez fort. Un palmage assez soutenu est parfois nécessaire. Remarquant le grand écart entre chacun au lieu de suivre, je décide de me tenir à équidistance des uns et des autres. Ayant de la difficulté à maintenir à vue le premier (Le MF1 / AOWSI) tout en restant visible des 2 autres qui eux mêmes sont distant latéralement de 40 à 50m. Signe fin de plongée, mais en même temps, chacun demande où est le bateau, car ils pensaient s'être arrêté au bon endroit. En fait, je leur fait signe d'avancer encore et de passer la pointe qui est devant nous. Arrive la crique attendue. Les 3 se regardent au moment de sortir leur parachute, mais ils sont chargés comme des mulets (non pas le poisson), fatigués par cette plongée un peu mouvementée, aucun ne peut prendre l'initiative de le sortir. Je fais signe que je m'en occupe. Au final, maxi 30b pour le plus capé des 3. J'étais le seul à disposer d'une réserve de près de 80b et à pouvoir sortir le fameux parachute. Donc amis photographes, prenez en compte cette étape, quitte à avoir un mousqueton ou autre pour vous libérer les mains. Ils m'ont remercié de les avoir accompagné ce jour là.
  11. Voilà une idée bien particulière. Les bouts lestés servent en général pour un pendeur par exemple. Pour le parachute, comme dit plus haut 2 solutions : - Para + bout + lest, plongeur en fonction des paliers prévus (solution qui manque d'adaptation au contexte), - Para avec soupape + Spool + Double pompe fil en dynnema, léger est très résistant (cf. ci-dessus @caolila). Tu peux aussi rajouter un émerillon sur la ligne qui supprimera l'effet de rotation du bout qui tourne sur lui même lors du rembobinage.
  12. Détendeurs CRESSI fabriqués en Italie
  13. Un autre exemple qui démontre ce que je dénonçais. Une usine de production de masque sacrifiée sur l'autel des dividendes https://www.franceinter.fr/comment-la-france-a-sacrifie-sa-principale-usine-de-masques?fbclid=IwAR1hUT55vDYcKEB6lOPlYgEHMkn6XNSTJEVddMIFDle0FkLjTkVTxW4BD7E
  14. Effectivement, le meilleur moyen est d'aller essayer en magasin. Tu trouves de l'excellent matériel dans toutes les marques. En revanche, il est difficile de disposer d'un choix exhaustif dans chez tous les revendeurs. Certaines marques ont une stratégie de taille plus adaptée à toutes les morphologies (Aqualung par exemple). La qualité du matériel est grande partie liée au soin apporté par son propriétaire. Pour une combinaison, son rinçage complet (intérieur / extérieur) après plongée, qu'elle soit étendue à l'ombre, sur un cintre large, rangée impérativement en fin de saison nettoyée et sèche. En cas de plongée du bord, penser à prendre un tapis de sol pour éviter de l'accrocher ou la posée sur un sol propre. Ne jamais la laisser trop longtemps pliée dans le sac, enfermée avec tout son matériel.
  15. Et pourtant la relocalisation industrielle est bien en mouvement depuis quelques années http://theconversation.com/la-relocalisation-industrielle-en-france-un-retour-vers-le-futur-89472 https://www.capital.fr/entreprises-marches/ca-y-est-nos-industries-relocalisent-enfin-en-france-1343202 Pour différentes raisons déjà identifiées : - Exigence de transfert technologique de plus en plus forte avec le risque du pillage des brevets et inventions, - Robotisation de la production permettant l'économie des coûts de manoeuvre, - Qualité des produit finis très aléatoire, - Coûts et délais de transport devenus insupportables, - Modification de la stratégie de "sériesation", on travaille sur des volumes plus faibles pour être plus réactif, - Coût de la manoeuvre en Asie de plus en plus élevé, voir des augmentations de salaires obligatoires (décidées par l'état) supérieures à 20% dans l'année. Example chinois 25%, puis 20%, - Sans parler de l'impact social qui détourne le client. Donc on continuera à fabriquer en Asie, en Amérique du Sud, mais pour les besoins locaux. Cela se traduit en revanche par un coût d'achat plus élevé pour la clientèle nord américaine ou européenne au profit d'un taux d'emploi également supérieur. Pour donner un autre exemple bien connu des Youngtimers (ceux qui aiment les véhicules de collection relativement récents), avec les imprimantes 3D, de nombreuses PME se sont mise à re-fabriquer des pièces mécaniques ou de carrosserie alors introuvables. Pour revenir à Luxfer Gerzat, il y a un vrai savoir faire local en Auvergne qui vaut le coup d'être sauvegardé. D'autant que cette activité concours aux besoins stratégiques tel que les bouteilles d'oxygène médical, les ARI pour les pompiers. Pour ceux qui ont oublié, un moment, Luxfer à rencontré des soucis dans la production de bouteilles de plongée en aluminium (pas de vis des robinetteries). Un lot complet de bouteilles ont été échangées sans aucune difficulté pour leurs propriétaires même au delà de la période de garantie légale.
×
×
  • Créer...