Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

PlongeurSDF

Membres
  • Posts

    2,228
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    20
  • Country

    France

Everything posted by PlongeurSDF

  1. Je viens de l’apprendre en allant payer mes plongées.
  2. Antilles En sus, dans la pharmacie, des médicaments non prévus au CDS étaient périmés, le désinfectant aussi. La bouteille d'oxygène était également périmée. -- Il s'agissait bien d'un contrôle mixte DRAJES / Gendarmerie. Et surtout que l'un des gendarmes présents, titulaire du BPJEPS Plongée, avait demandé à ce même club s'il pouvait venir avec des "clients à lui" pour les encadrer, sans avoir à payer sa plongée. Il avait du essuyer un refus.
  3. Ce n'est pas marqué "sous escorte", j'aurais préféré. Car là je paie sans aller au bout.
  4. @Scubaphil Je suis bien d’accord sur la façon d’opérer, mais sur le fonds, on est plus dans la prévention, car in fine ce sera éventuellement juste un rappel à la loi et c’est tout. C’est bien comme cela que l’ont prit les patrons du club. Il y avait tout de même 2 points d’amélioration évident très faciles à mettre en place fiche et bloc de sécu. La première quasi inexistante, le second non préparé. Pour revenir sur la FDS, ils ont insisté pour demander que figure la présence de l’heure de début de plongée, de sorte à pouvoir déclencher les secours en l’absence de non retour (à 10 min après l’heure prévue par exemple). J’ai cru comprendre que cela servait aussi à la formation de « leurs équipes ». On a déjà vu cela avec le gendarmes stagiaires qui contrôle au bord des routes.
  5. Bonjour, Aujourd'hui je décide de tester un nouveau club de plongée dans lequel j'ai toujours refusé de plongé (au vue de ce qui m'y était rapporté). Lorsque je demande à mon binôme qui est en cours de formation Nitrox confirmé dans le même club sa PpO2, en précisant que je souhaitais prendre 1,5, il me dit que non c'est 1.6. À la question pourquoi auprès de la responsable de la structure, elle répond "parce que c'est la norme pour le Nitrox en France !". Avant mise à l'eau, je constate que le bloc de sécu 10 L air, reste à bord "non gréé", la consigne du DP "en cas de besoin vous secouez le parachute, j'arrive et vous l'envoie". On plonge 40 m max, enfant on s'arrête à 32 (bien la peine de faire le cirque pour les 1.6). En remontant, à 20 m, nous avons la visite de 2 plongeurs en gilets fluo orange : les plongeurs de la DRAJES ! Ils demande si chef de palanquée, en fait nous sommes en autonomie, ce que je lui confirme. Contrôle des ordis, vérification des plaquettes % Nitrox, Initiales, MOD, date, etc. Puis, ils nous demande de les suivre pour remonter au bateau, chouette pour une fois, on n'a pas à se faire ch*** pour retrouver le bateau. Ils remontent directement à la surface, sans palier de sécu. Mon ordi étant réglé sur 5 min de sécu, je refuse de remonter (déjà qu'ils me bouffent mon temps de plongée). De retour en surface, nous avons droit au reste de l'équipe qui est sur le bateau, 1 en civil avec sa plaquette (pour ne rien oublier) les 2 autres en uniforme armés, etc. Nous sommes interrogé sur nos aptitudes, paramètres prévus, réels. En fait la fiche de sécu sur le bateau était une feuille blanche, avec quasiment tous les renseignement, mais en recto-verso, sauf le nom des encadrants et pas d'heure de départ. Le bloc de sécu non monté, le bloc de sécu nitrox dernière vérification 08/2022. Ils vérifient la trousse de secours, les dates de péremption, les médicaments qui n'ont rien à y faire, etc. Contrôle des requalification et TIV des blocs en service et de l'oxygène. Ils comptent le nombre de litre qu'il y a dans l'oxy, pourquoi ? Exige d'avoir les documents prévus dans l'affichage obligatoire sur le bateau, question pas à au club ? "Non", il faut que les clients puissent y avoir accès, mais l'EAPS, ce n'est pas le local ? Grosse hésitation de leur part du coup. L'équipe nautique refait surface et monte à bord et à nouveau, souhaitent re-vérifier ou avoir des prévisions sur ce qu'ils avaient notés sous l'eau. La 2ème palanquée (1 E3 + 1 élève 1 N1), arrive à bord, ils sont vexés de ne pas les avoir trouvées sous l'eau. pourtant, elles étaient à 10 m de nous lorsqu'ils nous ont abordés. Et là cela recommence, en tête à tête, la monitrice ...., puis la client ... ah zut elle ne parle qu'anglais. Ils promettent d'envoyer un courrier avec les anomalies et de terminer leur contrôle au local pour avoir accès aux preuves de reqaulification des blocs pour lesquels ils ont relever la référence (A, B, ou C, sur chaque bouteille). Ils insistent pur préciser qu'il faut impérativement que les clubs référencent leur bouteilles par un système personnel et non le n° constructeur, je m'étonne à nouveau. Clairement, une équipe qui pousse le contrôle à fond, de vrais proctologues. Mais à force de gratter un peu, cela ne sens pas toujours pas très bon. Le club n'était pas parfait, mais ils n'étaient pas les seuls. En tout 1 heure d'immobilisation. Message à fin de vous prévenir de ce qui peut arriver. Il n'est peut-être pas inutile de vérifier vos embarcations, leur armement, et équipement de sécurité. Je pense que s'il avait déjà utilisé une fiche de sécu digne de ce nom, un bloc de sécu prêt à l'utilisation, cela aurait peut-être moins dégénéré. Mais il faut se souvenir qu'ils le font pour notre sécurité.
  6. Quand il y a un doute, il n’y en a pas Reste chez toi au sec en attendant de te faire soigner
  7. A ce propos, en faisant mes courses ce matin j'ai trouvé ceci en vente
  8. Il n’y pas si longtemps, plongée club, je viens d’accepter la présidence depuis 3 semaines. On arrive au port, mise à l’eau du bateau. Le bateau démarre comme il faut. Tout le monde s’équipe et charge. On part au ralentit jusqu’à l’avant port. Et là dés la première accélération, en charge le moteur s’étouffe et cale. Il redémarre, plusieurs essais dans l’avant port, il prend bien les tours 1 fois sur 3. Ne voulant pas prendre le risque de rester planter au large, j’annule la plongée. J’ai bien senti les regards se poser sur moi, mais tout le monde était à l’abri.
  9. Tu as la SNEM à l'Estaque. René CAVALO est le Président (attention pas du tout ouvert au Nitrox, Recycleux et RSTC). La Fédé et juste la 2F. En revanche, très gros moyens, biens utilisés sans mesquinerie.
  10. Comme certains ici, je me réjouis de cette réforme. Nous avons dans le club un JH de 17 ans à qui j'ai validé le N2 cette année. C'est certainement l'un des plus matures de tous les N2 du club. Je n'aurais aucune difficulté à le voir partir en autonomie.
  11. Ce n’est pas certain du tout. Il y a des jurisprudences en plongée qui plaident le contraire.
  12. Effectivement, il y a un risque de refus par les DP, les présidents de club, etc. Il va falloir que cela rentre dans les meurs. Encore cette semaine, j’ai vu un DP, patron de sa structure hésiter à mettre une AOW en autonomie avec son mari N3, en PA20. Il a fallu que j’insiste en proposant qu’ils suivent la palanquée que j’encadrais.
  13. Pour mémoire, dans certains états américains, les jeunes conduisent en autonomie dés l'âge de 16 ans. En France, on peut piloter un avion privé dés 16 ans. Cela ne choc plus personne depuis de longues années.
  14. A vous lire, je constate que nous avons de la chance. La mer est à proximité, 7 km. L'étang de Thau, au bout du ponton de la base nautique où nous avons notre local. Mais surtout à partir de début janvier, on vient de nous confirmer que nous disposerions gratuitement d'un créneau piscine (bassin 25 m 5 lignes d'eau), 1 fois par semaine pendant 2 heures. J'ai posé la question de l'encadrement, aucune exigence particulière, si ce n'est l'application du Code du Sport. La seule réserve, protection des abords et du bassin (Inox revêtu d'un liner ou l'équivalent). Jusqu'à présent, les adhérents ne plongeaient pas de novembre à avril, cela leur permettra au moins de continuer à nager, voir de s'entraîner pour essayer de garder des réflexes. Nous étions le seul club sportif à avoir fait une demande créneau avant même l'ouverture de cette piscine neuve. Sur 5 associations convoquées à la réunion de lancement (les 4 autres ayant été invités pas l'agglo car ils bénéficiaient déjà d'autres créneau ailleurs), nous n'étions que 4 présents à la réunion et les seuls en plongée. Au passage nos adhérents paient 100 € par an y compris : licence, assurance+RC, individuel accident s'ils choisissent la FSGT . Pour les plongées en mer, nous demandons une participation de 10€.
  15. Bonjour, Je suis surpris par les 18 m. Sauf erreur de ma part, dans l’Instructor Manual PADI, pour le rescue diver, il est mentionné 12 et 9 m selon les exercices : Pour les RA, ce serait 9 m. D’autres organismes RSTC ce serait même 6 m. Il me semblait que s’agissant des profondeurs indiquées, il s’agissait bien de limites maxi. SDI :
  16. Je confirme, j'étais en purge manuelle, dés que tu fais plusieurs blocs, c'est rapidement casse pieds
  17. C'est pas ce qu'on pourrait appeler les Yo-yos ? Ok
  18. Si tu veux partir sur un neuf, ce que je conseille, sans hésiter l'Alpin (vertical) chez @dangue J'étais parti pour en acheter un lorsque j'ai trouvé, un PE100 Bauer d'occasion à prix sacrifié, que j'ai revendu depuis (étant devenu Président d'un club avec un 26 m3 L&W), je n'en avais plus l'utilité. Selon là ou tu habites, pense tout de suite "voisinage" pour le bruit (si thermique notamment) ou en fonction de la durée de gonflage. Voir local de gonflage, pouvant intégrer une B50 d'O2 ou autre gaz. Bonne réflexion.
  19. J’espère que tu as déjà réservé pour Aliotis, j’ai vu le planning hier, plus bcp de olace. Pour info, sur les 5 dernières sorties « dauphins », en sus des tachetés pantropicaux, ils sont tombés 4 fois sur les cachalots à 20 m du bateau. Ils ont eus jusqu’à 4 espèces différentes sur la mêle sortie.
  20. Effectivement, ces derniers temps cela a bcp tourné pas forcément en bien. J'ai encore une discussion avec d'autres pro aujourd'hui qui sont contactés par des gens qui ne sont même pas N3 qui veulent savoir comment reprendre un club "comme eux" en vivant sur un cata pour faire de la croisière, etc. "parce que c'est cool comm vie." Donc clairement, pour certains, il n'est plus question d'assurer une activité de prestation de services, mais plus de trouver une niche qui va "leur rendre service", peu importe si le vrai client s'y retrouve. Cela a de nouveau changé, Sacha (le Canadien) n'ayant pas pu valider sa qualification pro. C'est avec grand regret que j'ai arrêté d'y tremper mes palmes. J'avais pris un forfait de 10 plongées pour me rendre à celles de 7h du matin, réservées pour les plongeurs avancés (comprendre N3), objectif l'autonomie ou les profondes. Pour finalement me retrouver à devoir encadrer des plongeurs dont on n'avais pas vérifier le niveau réel, leur carnet, etc. Ou alors, on se retrouve avec des "PADI ou équivalent" sans réel expériences, des "N3" qui oublient leur lestage, etc. J'ai beau avoir eu les excuses d'Alex, quand cela s'est reproduit plusieurs fois, j'ai cessé de faire des 40 à 50 km pour tomber dans des galères. Ils avaient dans le même temps repris un autre club à Ste Luce, et donc placés à Natiyabel d'autres moniteurs qu'eux même. Une monitrice qui avait oublié une partie de son matériel s'est servie sur le mien, car "mon choix de tendance me permettait de m'en passer". Je n'ai même pas consommer la fin du forfait. J'espère vraiment qu'ils soient revenus à leurs anciennes pratiques. Je n'ai depuis aucun écho à leur encontre ni positif, ni négatif.
  21. Malheureusement les derniers échos que j’ai eu ne sont pas très favorables. Ils auraient décidé de ne plus utiliser leur chariot pour porter les blocs, à 25 ans le moniteur se plaignant : « qu’il souffrirait du dos », propos tenus à une amie de 60 ans. Il a exigé que tous les plongeurs portent leur bloc du local jusqu’au bateau. Visiblement la qualité de l’accueil des plongeurs n’est plus leur priorité.
  22. Je crains que tu ne confondes une analyse à destination de la communauté des plongeurs ou pour le quidam moyen qui n'a jamais la tête sous l'eau. Par ailleurs, les pompiers, si bien formés qu'ils soient, ne peuvent conduire d'exploration pour assurer un diagnostic. L'important est qu'ils adoptent la bonne conduite à tenir pour donner un maximum de chance de récupération à l'assisté. Et au passage, ils interviennent pour les malaises à domicile, les accidents de la vie, de route, les intoxiqués et autres brûlés, les toxicos, les fièvre de Bercy, enfin pour une infinité de variétés auxquelles ils doivent s'adapter. Est-ce que tu en faits autant ? Sans compter que leurs propos sont ingérés, digérés, reformulés par un journaliste, pigiste ou simple correspondant qui lui aussi n'a pas forcément tout compris, voir été capable de retranscrire ce qui lui a été présenté. Pour avoir été interviewé, filmé dans des véhicules de secours où j'étais secouriste, croit moi, que parfois nous n'avons pas reconnu grand chose de notre vérité de terrain.
  23. Les 2 premiers sont certains. Et oui un accident est très souvent, pour pas dire toujours le résultat d'un ensemble de facteurs favorisant qui une fois réunis font un cocktail détonnant. C'est la qu'une technique comme l'arbre des causes peut parfois permettre d'identifier les failles, les remédiions possibles, la prévention future. Malheureusement le seul avec lequel je n'ai pas échanger, c'est le GP en cause. Par contre j'ai eu le témoignage du DP, de l'autre GP et sa binôme, de la plongeuse concernée, son mari, soit 5 sur 5 des personnes directement présentes. Pour l'absent que je n'ai pas vu depuis, j'avais déjà mon avis suite à d'autres incidents mineurs déjà constatés.
  24. Mon premier commentaire était particulièrement light afin de ne pas donner l'impression d'enfoncer tel ou tel acteur de la situation. Je n'ai jamais dit qu'elle n'avait pas eu de symptômes) , mais c'est une plongeuse non aguerrie (je l'avais précisé, N1 d'un niveau faible, c'était également indiqué) qui ne s'est pas plainte (peur du groupe) mais avait un comportement anormalement calme et peu communicante. Ce qui n'est pas son habitude. Elle a prit sur elle. Elle s'en était tout de ouvert au GP et son mari qu'elle avait une brulure à la jambe et des sensations pas comme d'habitude à la sortie. Le GP l'a rattrapéex, mais ils ont percés. Personne n'a poussé plus loin l'interrogation. Personne n'a eu l'idée ne serait-ce que d'appeler un médecin. Quand un plongeur autonome, aguerri, se retrouve dans la même situation, je peux éventuellement admettre que l'on passe à côté. Lorsque c'est un encadré, quasi débutant. Il y a un réel souci. L'encadrement ne doit pas se défausser sur le plongeur victime. Il est étonnant de voir que le DP concerné (Moniteur pro depuis près de 20 ans) ne réagisse pas du tout comme vous et est désolé d'avoir raté cela. Quand certains osent penser que cela arrive tous les jours (une SP pour un N1), je m'étonne un peu. Le guide avait été prévenu de faire particulièrement attention à cette personne (ce qui justifiait le 1 pour 1). L'autre palanquée s'est décidé à les suivre, car ils souhaitaient également faire une plongée très, très cool. Donc des même consignes de plongée.
  25. De retour dans les îles, des plongeurs et encadrants me racontent avoir vécu un accident de plongée malheureusement assez typique. Mais qui a eu l’intérêt de révéler une situation médicale préoccupante pour la victime. De ce que j’ai pris en discutant avec divers protagonistes : - Petite plongée cool du we, - 2 palanquées décident de se suivre, -:Palanquée 1, une plongeuse N1, la soixantaine, qui a commencé la plongée sur le tard, N1 validé, mais connue pour son niveau un peu faible, plonge occasionnellement, le GP est E2, plongeur aguerri qui connait la plongeuse et en tient compte, respect stricte des paramètres fixés par le DP, - Palanquée 2, Monsieur et Madame, plongeurs réguliers, Mr N4, Mme N1, ils ne prennent jamais aucun risque. Leur plaisir c’est de plonger ensemble regarder les petits poissons, - Ils décident donc de se suivre, - Durant la plongée, la plongeuse N1 de P1, qui est en shorti, ressent une piqure ou démangeaison après un contact avec du corail de feu ou une autre espèce qui n’a pas été déterminée. La plongeuse signale l’incident mais sans plus. La plongée continue. - La plongée se terminant, le GP déclenche la remontée, pas de déco obligatoire (grand max 20m, durée 50 min environ), à partir de 7 m environ, la plongeuse 1 semble remonter un peu plus vite que tout le monde, son GP la rattrape, l’autre palanquée reste sur sa vr. - À la surface, la plongeuse se plaint d’avoir été gênée par sa jambe qui est irritée. - De retour au bateau, ils se déséquipent, papotent, boivent un coup, aucune plainte particulière de la plongeuse. - Dans la nuit, elle fait un malaise assez sérieux, en parle à son mari, plongeur également qui appelle les secours. - À l’hôpital, les radios révèlent une SP, avec déchirement de sacs alvéolaires, de l’air est passé dans le système circulatoire jusqu’au coeur, - Elle est envoyée au caisson, mais il est décidé par ses spécialistes que cela n’est pas nécessaire. - En revanche les examens révèlent une masse de 2 cm au poumon qui était inconnue jusqu’alors. Elle est en cours d’exploration. En attendant son état s’améliore lentement. On peut regretter le manque d’observation, de communication, de prise au sérieux de l’incident, ce qui a provoqué un déni avec retard de prise en charge. Vraisemblablement, à l’approche de la surface, la plongeuse en avait assez et voulant sortir de l’eau aurait gonflé son gilet. Elle ne se rappelle pas avoir bloquer son expiration, mais se n’est pas impossible. Elle n’avait pas d’ordinateur, donc impossible d’avoir son log. Encore une fois, tout incident au décours d’une plongée devrait éveiller « un accident de plongée » avec une prise en charge adaptée. Je renvoi à nos cours RIFAP et autres procédures de prise en charge de la commission médicale par exemple. Cette femme a eu la chance que son mari percute le lendemain et que l’incident révèle ce qu’elle ne savait pas avant même de plonger ce jour là. On espère que ce soit bénin et surtout que cela pourra être pris en charge à temps.
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.