Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

PlongeurSDF

Membres
  • Posts

    2,780
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    26
  • Country

    France

Everything posted by PlongeurSDF

  1. Globalement nous allons tous dans le même sens. Amicalement, JC
  2. Dans un autre fil de discussion est apparu un débat sur une éventuelle limite de responsabilité des GP lorsqu'ils seraient en charge d'une exploration avec des plongeurs autonomes. Dans un premier temps, je propose de limiter les échanges à un contexte franco-français en s'appuyant sur les règles du Code du Sport. Pour mémoire, le CDS prévoit : "Article A322-74 ... Lorsqu'en milieu naturel la palanquée en immersion est dirigée par une personne l'encadrant, celle-ci est titulaire d'une qualification mentionnée à l'annexe III-15 b. Cette personne est responsable du déroulement de la plongée et s'assure que ses caractéristiques sont adaptées aux circonstances et aux aptitudes des plongeurs..." Préalablement, il est précisé : " Article A322-72 ... la pratique de la plongée est placée sous la responsabilité d'un directeur de plongée ... Il fixe les caractéristiques de la plongée et établit une fiche de sécurité comprenant notamment les noms, prénoms, les aptitudes des plongeurs et leur fonction dans la palanquée..." Les plongeurs sont donc répertoriés en fonction de leurs aptitudes tel que prévu à l'article A322-77, en ce qui nous concerne ici : - PE ... pour les plongeurs encadrés, - PA ... pour les plongeurs autonomes Les plongeurs ne sont donc pas répertoriés en fonction de leur niveau respectif N1, N2, etc. Il ne semble qu'il n'y est pas de débat concernant les plongeurs qui ne sont titulaires d'aucune formation en autonomie, ni majeurs, ni même en ce qui concerne les palanquées spécifiées en Autonomie. En revanche, lorsque sur la fiche de sécurité, le DP aurait répertorié des plongeurs majeurs, titulaires d'une qualification d'autonomie (N1-PA12, N2 ou N3) dans la limite de leur prérogatives de profondeur, en tant que plongeurs encadrés avec un GP, certains plongeurs voir encadrants pensent que la responsabilité du GP serait amoindrie. J'aurai tendance à penser que non mais je serais intéressé d'avoir vos avis motivés. Bien évidemment, dans sa conduite de palanquée, le GP adaptera sont comportement au niveau des plongeurs sous peine de rapidement excéder les plongeurs les plus aguerris. Donc en synthèse, pensez-vous qu'il y a une diminution de la responsabilité du GP lorsqu'il accompagne des plongeurs titulaires d'une qualification d'autonomie ? Ou vous pensez que non ? Et dans ce cas comment adaptez-vous votre briefing ? Merci pour vos avis Amitiés plongistiques et bonne fin d'année JC
  3. À tous ? Plus constructif ? Amabilités ? Quand on utilise des formules de politesse, que l'on cite les textes de référence de notre activité ? En ajoutant les liens vers ces textes ? En évoquant les différentes solutions possible ? Cela la ne te semble ni constructif, ni respectueux ? Alors que pour une fois dans cette salle la discussion n'a pas dérivée en jugement inaproprié contre les acteurs ou victimes de l'accident en cause. Afin de pouvoir adapter notre pratique du forum, t'est-il possible STP de préciser ta pensée ? Merci d'avance, Bien cordialement, Jean-Christophe
  4. Que tu lâche l'affaire, pourquoi pas. Mais en ta qualité de MF2, il y a des attitudes à éviter et des choses à ne pas écrire. 1/ je n'ai jamais cité le CDS français mais l'article 4 de la loi polynésienne. J'ai notamment cité les références et les sources correspondantes. Pour te permettre de comparer, le CDS prévoit "Article A322-74 ... Lorsqu'en milieu naturel la palanquée en immersion est dirigée par une personne l'encadrant, celle-ci est titulaire d'une qualification mentionnée à l'annexe III-15 b. Cette personne est responsable du déroulement de la plongée et s'assure que ses caractéristiques sont adaptées aux circonstances et aux aptitudes des plongeurs..." Une rédaction bien différente de l'art. 4 de la loi polynésienne. 2/ Même en France, quand tu remplis une Fiche de sécurité, tu détermines qui fait quoi. Rien ne t'empêche de faire encadrer des autonomes en précisant qu'il y ait un GP. Même dans ce cas, il reste responsable de sa palanquée. Ce dernier ne sera pas forcément le plus gradé. Il m'est arrivé, je suis E2, d'encadrer en tant que GP, des autonomes, y compris des MF 1 ou 2 et un IR, c'était au choix du DP ou des plongeurs. 3/ Si le DP ne veux pas faire encadrer les autonomes, il précisera sur la fiche de sécurité Palanquée en autonomie avec les aptitudes 'PA...pour chacun des plongeurs sans aucun GP. 4/ Il n'y a que toi qui t'énerves... Cool, entant que MF2, prends le temps de lire. Si tu affirmes des choses, merci de bien vouloir citer les textes réglementaires en vigueur. Cela permet d'avoir un échange plus serin et posé. Passe de bonnes fêtes. Amicalement, JC
  5. C'est bientôt le salon de la plongée. Donc attend peut-être début janvier pour trouver les promotions ou soldes qui accompagnent cette période.
  6. Cette première assertion est plutôt sévère et pourrait s'appliquer à d'autres intervenants Sauf si tu dispose d'information qui ne nous ont pas été portées à notre connaissance, mais il semblerait, dixit le rapport d'audience effectué par le journaliste : "Toute la question a tourné mardi autour de deux points. D’une part, la qualité de « chef de palanquée » ..., inscrite sur les documents de bord du club de plongée, mais contestée par l’accusé. D’autre part, la question d’une erreur d’appréciation du moniteur qui, selon plusieurs témoignages d’experts de le plongée, aurait dû rester en sécurité derrière le récif avec la jeune femme." https://www.radio1.pf/un-accident-mo...oa-a-la-barre/ D'autant que la réglementation locale dispose que : "Art. 6.- Le guide de palanquée dirige la palanquée. Il est responsable du déroulement de la plongée et s’assure que les caractéristiques de celle-ci sont adaptées aux circonstances et aux compétences des participants." http://lexpol.cloud.pf/LexpolAffiche...p?texte=180609 Cliquez sur le lien "Lire le texte consolidé (texte en vigueur)" D'ailleurs dans le déroulé des événements, il s'est retrouvé seul avec Madame, ayant été séparé de son conjoint. Il a fait un choix, malheureusement pas le bon au vu des conditions de plongée et des capacités de Madame. Bien que possédant des qualifications leur permettant d'être "Autonome", le couple avait bien été placé sous la responsabilité d'un encadrant. Le moniteur en cause n'était donc pas DP. C'est vraisemblablement au vue de ces dispositions (Loi polynésienne) et des échanges contradictoires en cours d'enquête et durant l'audience que le moniteur en cause à été condamné. Et quelque soit l'âge du moniteur, retraitable ou pas, la sanction n'est pas anodine.
  7. Dans son champs d'application, activité organisée par un Établissement Physique et Sportif (EPS), le CDS s'applique également aux palanquées en autonomie, avec ou sans DP.
  8. Tout dépend du D-Ring ou point d'accroche auquel tu destines ta lampe ou accessoire.
  9. Bonjour, Dans les 2 cas, tu trouveras des clubs et sites pour tout le monde. Le Nord (St Pierre), là où se trouvent Surcouf et A Papadlo, sur des fonds volcaniques, très accidentés ou de sable noir. Quelques épaves de 10-12 à 55-60 m. L'eau y est géralement un peu plus chaude qu'au sud. A mon goût, moins de vie et de couleurs qu'au sud. Côté plongée, certains sites sont magnifiques. La Perle, Canyon Babody, l'Amélie (épave à 10-12m) et évidemment le Roraïma (épave à 55m). A Papadlo, nitrox et trimix disponibles. Côté visites, pas grand chose et surtout pas le musée. Accueil déplorable, collection conservée dans des vitrines cassées, mal éclairées, etc. Rhumerie Neisson, visite inutile. Se contenter de la boutique qui vend d'excellents rhums. Dont l'un est champion du monde. Mais côté accueil ce n'est pas cela. Au Sud, plus de sable, plus de couleurs (grâce aux éponges notamment) et de poissons. Des sites également accessibles à tous les niveaux de 6 à 40m. Anse Dufour, pour les tortues. Cap Simon et ses platax voir sa plongée en dérivante. Ou encore le Nahoon, ancien voilier travaillant sur les phares et balises, posé à 35m. 3 mâts, 2 moteurs, dont la barre tourne encore. La semaine dernière, on y a observé des Anges français, des Anges gris, des barracudas. Tout cela sur une seule plongée. Largage au large, sur la bouée, qu'il faut suivre. Retour au bateau qui sera soit resté sur place, soit à l'abri à la Pointe de la Baleine, env 300m à parcourir en pleine eau. Belle orientation à prévoir. Côté club, ma préférence va à ALIOTIS, Laurent et Sophie, voilier catamaran, maxi 15 plongeurs à bord encadrement compris. Ambiance très familiale, parfois même avec biologiste sous-marin à bord. Au départ de St Anne, NATIYABEL, Alex et Aline. Petite coque d'env 10-12 plongeurs max de mémoire. Super accueil également. Ils sortent parfois 3 fois par jour. 7h, plongée profonde, autonomes ou encadrés plus aguerris. 10h, formation ou explo plus accessible. 14h, formation et baptêmes. Côté visites, le sud est très touristique. Le golf des Trois Îlets, la mangrove, la maison de la canne, la savane aux esclaves, Fort de France et la bibliothèque Schoelcher. Rhumerie, se rendre plustôt à Ste Marie, chez St James, la belle à voir à mon goût. Accueil très agréable. Bon séjour
  10. Personnellement je connais au moins 1 voilier support de plongée qui est un NUC. Mais donc piloté par un capitaine 200
  11. Si cela peut t'aider : http://anper-plongee.com/img/synthese.bateaux.pdf Aucune réponse ne peur être plus précise sans connaître le montage exact du projet et quelques autres infos. Comme par exemple, le statut du propriétaire du navire. Le type de navigation, activités principale et où annexes proposée, etc. Le document ci-dessus permettra de répondre à certaines questions. A ma connaissance, la nationalité du navire ne me semble pas avoir réglementée dans le cadre de la plongée sous marine.
  12. Juste du sursis ? Sais-tu ce que cela veut dire pour un citoyen ? Une inscription au casier judiciaire, une mise en détention quasi systématique même pour certaines infractions routières, parfois la perte de son travail, etc. Sans compter la sanction financière en indemnisation des préjudices. Ce n'est pas une simple tape sur la main, mais bien une épée de damoclès au dessus de sa tête. On a pas affaire ici à une faute intentionnelle, d'un délinquant récidiviste ou un criminel prêt à recommencer dés que possible. C'est un accident, dramatique. Une vie est partie. D'autres ont été gâchées. Y compris celle du mise en cause et condamné aujourd'hui. Donc à part si nous sommes investis d'un pouvoir exceptionnel qui sommes nous pour nous arroger le droit de rejuger ce que des magistrats ont décidés. La famille de la victime, les pouvoirs publics ou le condamné eux peuvent le faire en faisant appel. C'est cela un état de droit. Le même état dans lequel tu apprécie de vivre au quotidien.
  13. Désolé de vous avoir dérangé ou offensé sur un Forum qui parle français mais également potentiellement à plongeurs PADI ou SSI prouvant aussi plonger en France. Dixit le titre "SSI Open water partout?". JC
  14. Attention bcp d'info ci-dessus ne sont justes qu'en dehors du territoire français. En France cf. le Code du Sport qui prévoit : Dans le cadre d'une structure, pour pouvoir plonger même en famille, sous réserve du Directeur de Plongée, il faut soit : - Être autonomes (PA.., N2, N3), - Si un PE.. , N1=PE20, N2=PE40, être GP ou E... selon profondeur et / ou Explo vs. Formation. Idem avec de OW ou AOW qui seront repositionnés par le DP en PE vs. PA selon leur formation, expérience ou évaluation. Hors cadre, soit hors association ou SCA, aucune obligation.
  15. Tout dépend de la nature de ton projet, à usage commercial, associatif, privé ? Avec des passagers non plongeurs ? Gratuits ou payants ? Cr tout cela influ sur la catégorie du navire, des permis associés, des assurances.
  16. Va falloir lester sévère ? Oû la version ultime http://www.squale.fr/sauvetage-equipement-plongee-sauveteurs-sapeurs-pompiers-squale-mayenne.php
  17. Je précise donc : 240-2.05.-Matériel d'armement et de sécurité basique (navigation < 2 miles d'un abri) Prévoit "1. Une aide à la flottabilité d'une capacité minimale de 50 N ou une combinaison ou un équipement de protection conforme aux dispositions de l'article 240-2.13, s'il (elle) est porté (e) en permanence" => Donc c'est l'un ou l'autre, pas les 2 obligatoirement. « 2. Un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d'au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord." => Là c'est obligatoire de jour comme de nuit et ce moyen doit être fixé à l'équipement que ce soit la brassière ou la combinaison (donc pas le gilet stabilisateur, qui lui ne sera pas porté en permanence sur le bateau). « Art. 240-2.13.-Caractéristiques des combinaisons ou équipements de protection. « Les combinaisons ou équipements de protection répondent aux caractéristiques suivantes : «-lorsqu'ils sont utilisés jusqu'à 2 milles d'un abri : combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l'abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique ; => Notez que dans ce cas, il n'est fait mention d'aucune mention en terme de flottabilité ni de moyen lumineux dans cet espace de navigation pour les combinaisons. Art. 240-2.06.-Matériel d'armement et de sécurité côtier. (navigation < 6 miles d'un abri) "1. Le matériel d'armement et de sécurité basique prévu à l'article 240-2.05." => Ce qui reprend notamment les EIF tel que que déjà mentionné ci-dessus sauf à considérer la norme correspondante à la zone de navigation. « Art. 240-2.13.-Caractéristiques des combinaisons ou équipements de protection. « Les combinaisons ou équipements de protection répondent aux caractéristiques suivantes : «-lorsqu'ils sont utilisés jusqu'à 6 milles d'un abri : flottabilité minimale positive de 50 N intrinsèque ou par adjonction d'un équipement individuel de flottabilité, protection du torse et de l'abdomen, couleur vive autour du cou ou bien sur les épaules. Cette dernière exigence n'est pas requise si un dispositif lumineux tel que défini au II de l'article 240-2.05 est fixé en permanence sur la combinaison ou l'équipement ; => Dans cette zone de navigation, la flottabilité exigée est bien de 50 N et la couleur vive ou le dispositif lumineux assujéti à la combinaison est obligatoire de jour comme de nuit. Au delà de 6 miles, je n'y répond pas, car c'est une zone rarement plongée. Mais il suffit de lire les articles 240-2-07, -08 et -13 pour avoir la réponse correspondante. Donc globalement en navigation basique ou côtière, si une combinaison de plongée conforme aux exigence de la zone de navigation correspondante au moment du contrôle est portée par tous les membres d'équipage, les EIF de type brassière ne sont pas obligatoires et de plus le dispositif de repérage non plus. Donc soyez vigilants aux consignes données à bord et surtout ne vous laissez pas raconter n'importe quoi par "la marée chaussée locale". En cas d'accident, même si vous pouvez prouver qu'un contrôle n'avait pas exiger telle ou telle autre obligation, vous risquez d'être tenu responsable de sa non exécution de jour comme de nuit. Pour information, géralement, lest flash automatiques qui restent allumés plus de 6 heures, clignotent dés qu'ils sont en immersion. Donc inadaptés à la plongée. Il vaut mieux préférer donc des cyalumes qui seront atachés à la combinaison ou des cagoules fluo. Et vous serez dans les normes. Mais vous pouvez aussi stocker des EIF à bord en nombre suffisant qui seront chacun adaptés à la zone de navigation et porteur d'un dispositif lumineux. De jour comme de nuit. Pour info, je me suis déjà pris la tête avec des Inspecteurs des AFFMAR ou Gendarmes qui ne maîtrisaient pas le sujet non plus. J'ai donc à bord une fiche thématique avec les points de contrôle et les textes correspondants. Bonne navigation.
  18. si tu devais faire des contrôles Doumes, il vaudrait mieux que tu relises les textes avant ou les avoir avec toi. La division 240 concerne les plaisanciers et les pros qui font de la formation (dont la plongée), https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/reglementation-des-navires-plaisance-loisirs-et-sports Le port des EIF, par exemples les combinaisons de plongées conformes, dispense de l'emport des brassières de sauvetage. Pour les combinaisons, Art 240-2-13 Dans le cadre de la navigation côtière, la combinaison doit être effectivement portée et non posée sur le bateau et comporter un dispositif lumineux pouvant rester allumer au moins 6 heures avec les épaules ou la cagoule avec des couleurs vives. Généralement c'est là que le bas blesse, car par expérience, je n'ai jamais vu de plongeur portant une combinaison conforme avec cette réglementation. En navigation côtière, la bouée ou fer à cheval n'est obligatoire que si les EIF conformes ne sont pas portés voir240-2-06 : "dispositif de repérage et d'assistance pour personne tombée à l'eau, conforme aux dispositions de l'article 240-2.14. Jusqu’à 6 milles d’un abri, ce dispositif n'est pas obligatoire si chaque membre de l’équipage porte un équipement individuel de flottabilité conforme muni d’un dispositif de repérage lumineux individuel tel que défini au II.2 de l’article 240-2.05;" J'invite donc les responsables de club à bien lire la division 240 et d'adapter le matériel de sécurité à leur pratique. Inférieur à 2 miles, à 6 miles ou au delà.
  19. J'ai perdu 2 poches à plombs car le système de blocage est très difficile à enclencher. A une période, j'avais dû rajouter un bout avec moustif pour m'assurer de conserver les poches en cas de décrochage intempestif. Hier en Martinique, j'ai vu un plongeur sur le bateau qui avait fait la même chose. Malgré le rappel sur les premiers modèles, je trouve leur système un peu délicat. Pour être sur du verrouillage, je couche le bloc sur le dos pour bien positionner la poche dans l'axe et entendre un gros clic. Si petit clic, le verrouillage est incomplet et donc risque de perte. Cela nécessite d'être très vigilant.
  20. Donc on peut légitimement penser que si ces mêmes moniteurs "valudés par erreur" ont eux-même participer à des jury ou valider des formations, tout est entâché de nullité. Leur élèves aussi pourraient être impactés ? Par ailleurs, n'ayant pas de diplôme valide, Peuvent-il être requalifiés en travailleurs illégaux ? Car non conformes aux CDS ?
  21. Cette réponse confirme ce que j'avais répondu #8 avec les mêmes références. Il te reste maintenant à nous préciser dans quel créneau horaire et conditions d'accès les membres du club ont accès à la piscine.
  22. Je pense que ceux qui ont été validé ce jour là vont être très comptent de savoir qu'il leur faudra tout recommencer en étant pas sûr du résultat à venir.
  23. Pratiquant à la fois en associatif et en SCA, je vois de plus en plus de parcours de formations N1 puis PE40, PA40, PE60, PA60 en SCA. Et plus généralement N1, N2, N3 en associatif.
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.