Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

bc1410

Membres
  • Compteur de contenus

    5
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par bc1410

  1. Bonjour, j'avais également fait une croisière en 2003 avec Silhouette Cruises et le CR de Dgrateful recoupe largement ce que nous avions observés. Nous n'étions que 2 plongeurs sur l'ensemble des croisiéristes (bateau plein). Du coup, la navigation ne se faisaitt pas en fonction des sites de plongées intéressants mais du planning de visite des îles. De plus, les créneaux horaires des plongée étaient fonction des autres activités. On avait fait 5 plongées, ça n'en méritait pas plus, une seule ayant été intéressante (1 requin baleine en plongée + quelques requins gris). 4 plongées sur avec au moins 1 tortue. En 2003, la corail était fortement blanchi et la faune assez peu dense. L'équipage était très serviable (c'était du assez haut de gamme par rapport au service qu'on trouve généralement sur les croisières de plongée, un peu à l'américaine) mais on se demandait un peu ce qu'on faisait là, avec des passagers assez âgés et pas sportifs du tout. La prestation n'était pas donnée, j'avais été relativement déçu, même si les îles sont belles. Sur ce que j'ai vu, je ne classerais pas non plus les îles intérieures des Seychelles comme destination de plongée notable, ni avec un rapport intérêt/prix correct.
  2. Bonjour, selon leur site internet : les sorties au loin 2750 R (peaux bleues et mako) avec lunch sorties à la côte (7 gills et otaries) : 1750 R la sortie de 2 plongées avec lunche entre les 2 plongées Pour notre part comme on est passé par Oceanes.com à qui on avait dit qu'on voulait plonger avec ce centre et qu'ils organisent tout le reste, je ne sais pas trop si on a payé moins ou non. Bernard
  3. bonsoir j'ai plongé en avril avec Shark Explorers à Simon's town (cf mon CR https://www.plongeur.com/forums/forum/la-plong%C3%A9e-sous-marine/racontez-vos-plong%C3%A9es/2075753-cr-plong%C3%A9e-afrique-du-sud-p%C3%A9ninsule-du-cap-simon-s-town). C'est à environ 40km de Cape Town, sur la péninsule du Cap .très sympas et très pro. On a fait 9 sorties bateau avec eux, soit inshore (sur la côte) soit offshore (très au large). On n'a pas tenté la plongée en cage. La période conseillée pour voir les requins va de février à mai. Attention, pour les plongée à la côte l'eau peut être particulièrement fraiche : plusieurs plongées à 11°c alors qu'on était à la fin de l'été austral... cordialement bernard
  4. Située en face de Sao Vicente, c’est l’île la plus au nord-ouest de l’archipel, préservée du tourisme de masse (au contraire de Sal et de Boa Vista par exemple). On plonge à partir de Porto Novo. La haute saison est de septembre à novembre, c’est également l’époque où l’eau est la plus chaude et les vents les plus faibles. Les alizés soufflent de janvier à juin. En ce début juin, ils ont été un peu gênants pour l’accès aux sites de plongée (par contre, ça rafraîchit un climat très chaud). Les plongées La faune est tropicale, de récif, assez abondante : beaucoup de poissons (grande variété de demoiselles, p-trompette, marignans, mérous, gaterins, rougets, vivaneaux, murènes, tétrodons, diodons, p-perroquet, oblades, sars...), des tortues, des requins-nourrice, des nudibranches (beaucoup endémiques), des langoustes, assez peu de corail. 2 types de plongées : soit des récifs peu profonds (« Wish you were here » qui ne dépasse pas 18 m est probablement le plus intéressant avec ses requins-nourrice, de la tortue et quand il y a du courant des sérioles énormes), soit des tombants entre 30 et 40 m, mais assez courts. Le principe est de faire 2 plongées espacées d’1 h ce qui a l’inconvénient de limiter les plongées sur les tombants (on fait les tombants trop rapidement à mon goût car pas ou peu de palier, de plus il faut revenir au seul mouillage abrité pour le semi-rigide, quel que soit le sens du courant). Par contre, l’avantage est que les conditions de mer sont généralement moins bonnes l’après-midi que le matin (en tout cas dans la période des alizés) et que 90 % des plongées sont dans la même zone. Les plongées sont agréables : 24 à 25°c en ce début juin, une visibilité d’une 20taine de mètre, beaucoup de vie même si cela manque un peu de surprises (en septembre, il paraît que les requins-baleine sont fréquents et l’eau à 28°c). Ce ne sont cependant pas des plongées extraordinaires quand on a un peu bourlingué. Les plongées ont généralement lieu à 20 mn en bateau à l’est de Porto Novo, (trajet face aux vents dominants). L’heure d’intervalle se passe sur le semi-rigide, à un mouillage un peu abrité mais un peu pénible quand le vent est soutenu. Le bateau part généralement vers 8 h et on revient à l’hôtel vers 12h ou 13h selon le vent, pour des plongées de 45 mn à 1 h. Pour les plongeurs aguerris, 2 plongées particulières sont proposées à la pointe est de l’île, depuis Janela : 40 mn de voiture, embarquement haute voltige sur une barque de pêcheur, 1 plongée au pied de l’ilheu de Boi et une autre sur un sec qui abrite une grotte dédoublée sur une très grande surface. Débarquement à la nage (attention aux rouleaux sur le rivage de galets !). Personnellement, je n’ai pas été particulièrement emballé mais mon binôme a beaucoup apprécié. Il faut ajouter que la conduite sur une route toute en côtes, pentes et virages avec un pick-up à bout de souffle, qui n’a plus de reprise, et dont on espère que les freins sont à la hauteur, n’est pas rassurante quand on est assis à l’arrière avec vue au-dessus de la cabine ! On a fait 12 plongées : 10 auraient suffi pour les plongées les plus intéressantes. Le centre de plongée Dive Tribe intégré au seul resort. Tenu par Ricardo, extrêmement sympathique et serviable. 3 embarcations dont 2 ½ rigides. On n’a utilisé que le plus grand (on était 2 plongeurs !) qui n’est pas si grand que cela ! Des problèmes de moteur (alimentation qui se bouche à cause de la qualité du carburant) les 2 derniers jours. Mon sac de plonge étant resté bloqué à Lisbonne, j’ai utilisé leur matériel 2 jours : aucun problème et bien entretenu. Aucune manipulation à faire : il emploie 3 jeunes Cap-verdiens qui restent sur le bateau pendant les plongées (pilotage, mouillage, ils dégréent et gréent les blocs avant, entre et après les 2 plongées) et une autre au local qui rince tout, vient récupérer les clients à l’aéroport, etc. Le trajet entre le centre de plongée et le port se fait en pick-up, le matériel ayant déjà été chargé par les jeunes. Ricardo n'est pas avare de renseignements pratiques sur la petite ville de Porto Novo (restos, magasins, etc.). Nous n’étions que 2 plongeurs toute la semaine, il nous a cependant proposé les plongées sur les tombants quasi systématiquement ainsi que celles au village de Janela (ce qui est une sacrée logistique). Bref, il s’est décarcassé pour 2 plongeurs seulement. Attention, pas de possibilité de payer en CB. L’hôtel le Santantao Art Resort est le plus grand hôtel de l’île avec seulement 60 chambres sur 2 niveaux en arc de cercle autour d’un beau jardin, avec une piscine. Nous étions en basse saison, pas plus de 6 clients en même temps à l’hôtel ! Les repas y sont très bons et pas trop chers. Les chambres sont très bien et le personnel, très nombreux, est très serviable. L’hôtel est très agréable, juste à la sortie de Porto Novo. Le 1er resto est à 5 mn à pieds, le port à ¼ d’heure-20 minutes avec différents restos au passage. Le soir, les restos en ville sont bons, très copieux et pas chers. En basse saison, pas de problème pour avoir de la place ! On peut payer en euros mais mieux vaut tirer des escudos au distributeur de billets à la banque, à 6 ou 7 mn à pied de l’hôtel (celui-ci ne faisant pas le change, probablement à cause de la basse saison, mais prend la CB évidemment). Comment arriver à Santo Antao ? Paris-Lisbonne (2h) et Lisbonne -Sao Vicente (4h) puis prendre le ferry (1 heure de traversée). Attention, les horaires du ferry ne sont pas bien coordonnés avec ceux des avions. A l’arrivée, tout un chargement de bagages était resté à Lisbonne. Le temps de remplir les papiers de perte, on a failli rater le ferry (1 AR le matin et un l’après-midi). En fin de séjour, l’horaire du ferry était décalé une heure plus tard. Avec les aléas de la navigation, on était quasi-certain de rater le décollage. Ricardo nous a fait traverser avec le ½ rigide. Plonger à Sao Vicente ou à Santo Antao ? Dive Tribe a 2 centres à Sao Vicente et 1 à Santo Antao. Après discussion avec le patron, Antonio, et Ricardo, les plongées sur Sao Vicente sont essentiellement des plongées sur des récifs peu profonds et la faune y est moins dense. De plus, Santo Antao est bien plus préservée que Sao Vicente ,sur terre et sous l’eau. Bref, un séjour très reposant, dépaysant et agréable. Pour changer de la Mer Rouge mais pas pour la remplacer !
  5. Bonjour je suis nouveau sur ce forum. Depuis l’arrêt du site des BMPP, je n’avais plus fait de CR mais cette fois-ci je me suis dit que cela valait le coup. Côté plongée En avril dernier, nous avons donc plongé depuis Simon’s Town avec le centre Shark Explorers pour y chercher d’une part des requins au large (peaux bleues et mako) et d’autre part des requins à la côte (seven gills ou plat-nez, voire Grand Blanc hors cage, avec de la chance). Disons-le tout de suite, succès pour les premiers, échec pour les seconds. Pour le large (plongées offshore), nous avons fait 5 sorties à 50 km, voire 60, des côtes à la recherche de courants d’eau chaude (minimum 16°c et bonne visi). 1ère sortie, fructueuse malgré une mer formée, une visi n’excédant pas 10 m et une température à tout juste 16° : 5 peaux bleues, pas très gros, pour une plongée de 65 mn à 11 m max. La mise à l’eau se fait lorsqu’au moins 1 requin semble avoir décidé de rester pour savoir si, derrière l’odeur alléchante, il n’y aurait pas quelque chose de plus concret ! Le lendemain, la visi est assez médiocre : une bonne dizaine de peaux bleues simultanément, particulièrement excités en fin de plongée (58 mn et 12 m max) et dont certains sont de bonne taille (plus longs qu’un plongeur avec ses palmes). Un imposant thon albacore fait 2 ou 3 passages au beau milieu de tout ça. Étant donné l’état de la mer, on ne peut ressortir en offshore que 5 jours plus tard : impossible de trouver une couche d’eau suffisamment chaude avec une visi compatible avec les impératifs de sécurité, on ne se met même pas à l’eau. Le lendemain, 4e sortie offshore (on pousse à environ 60km au large), eau à 18°c avec une bonne visi. Un superbe mako qui fait 5 ou 6 passages en 10 mn avant de nous abandonner définitivement et 3 peaux bleues tout au long des 73 mn de plongée (au moment où on remonte à bord, un énorme mako déboule, dixit le dive master qui était resté pour ramener le dispositif « odorant »). Dernière offshore le lendemain (60km des côtes), jusqu’à 7 peaux bleues en même temps dont 4 de vraiment belle taille. Une grosse otarie vient faire une série de cabrioles parmi les peaux bleues en milieu de plongée (81 mn au total). J’avais déjà eu l’occasion de plonger avec des peaux bleues à Faial (Açores) mais le spectacle est autrement plus intéressant au large de la Péninsule du Cap ! Les plongée inshore sont de 2 types : celles dans le kelp, à une ou deux encablures du rivage, pour les requins, toujours sur le même site (Miller’s point) et celles pour les otaries à peine plus loin. Il s’agit de plongées espacées d’1 heure. Les balades dans le kelp sont super mais sans les 7 gills, c’est vraiment rageant. La profondeur n’excède pas 12 m et la température de l’eau tombera à 11°c au bout de 2 jours (température assez habituelle). Nous faisons 3 plongées à Miller’s point, on y a croisé 5 espèces de requins (4 de type chien de mer/roussette) et 1 « vrai » requin (Triakis melanopterus), ainsi que l’essentiel de la faune de ce milieu. Par contre, pas de 7 gills car une bande d’orques a fait irruption dans False bay environ 3 semaines plus tôt et a fait fuir tous les requins qui peuvent les concurrencer (y compris les Grands Blancs). Pour changer, on a fait une plongée un peu plus profonde (20 m) sur une "pinnacle" avec beaucoup de vie (et le potentiel de voir passer du Grand Blanc... quand il n’y a pas d’orques !). Après chacune de ces 4 plongées, une plongée avec les otaries est proposée, personnellement je n’en ai fait que 2 étant donné le froid de l’eau et le spectacle un peu répétitif (j’avoue aussi que j’avais déjà vu des otaries dans les eaux plus chaudes des Galapagos). Ces plongées se font généralement à Partridge point dans 10 m d’eau. Il s’agit de jeunes otaries, de petit gabarit, tous les plongeurs étant réunis sur un espace relativement réduit au pied du rocher où elles se dorent au soleil entre leurs baignades. Côté centre de plongée Ils ont été absolument adorables et se sont mis en 4 pour nous. D’abord pour les plongées offshore, ils ont vraiment cherché à nous amener là où il fallait : la veille de notre 1ère offshore, ils étaient partis en reconnaissance, après plusieurs jours de mer formée. Puis ils ont organisé la sortie alors que les conditions étaient difficiles et ont fini par trouver un spot alors qu’on était sur le retour. 4 journées de plongée ont dû être annulées, ils nous ont proposé des excursions et nous ont remboursé la différence. Le transfert hôtel-centre de plongée était prévu mais au retour de plongée, au lieu de nous ramener illico presto, ils nous disaient de profiter de la fin de la journée et de repasser quand on voulait avant la fermeture pour qu’ils nous ramènent (on en a profité quelques fois sinon on prenait des bus ou taxi co). Les plongées se font avec des 10 litres. Ils ne disposent que de combi humides ! Aucune manipulation de la part du client (parfois ça peut être embêtant quand on s’aperçoit sur le bateau que quelque chose a été oublié). Le centre est à 300 m de la marina. Un gros semi-rigide super motorisé (on l’a utilisé pour la dernière offshore par mer plate et pour la plupart les inshore), un petit catamaran hyper motorisé habituellement utilisé pour les offshore mais qui manque singulièrement de place (nous étions 3, plus 3 plongeurs d’une équipe TV sur 2 offshore et tout le monde ne peut pas se mettre à l’abri). Enfin un autre catamaran plus gros, utilisé pour le gros groupes pour les inshore ou offshore. L’hébergement il y a un hôtel (le Quayside) à la marina qui accueille habituellement les plongeurs mais il était fermé pour travaux . Nous avons logé dans un charmant hôtel (le Calders) pour retraités à Fishoek, ville voisine. Extrêmement gentils, ils nous préparaient le breakfast même quand on devait quitter l’hôtel à 6h du mat ! Ce n’était pas le cas des hôtels d’autres plongeurs qui étaient logés à Simon’s town même. La région de la péninsule du Cap Malgré une très forte sécheresse, c’est une très belle région, entourée de montagnes. Le parc naturel de Peninsula Cape vaut le détour (le Cap de bonne Espérance est un tout petit bout de rocher le plus à l’ouest de la la péninsule, alors que l’extrémité sud de la péninsule est Cape Point, impressionnant point de vue). Table Mountain qui domine la ville du Cap vaut une grosse balade. Par contre, à 50 de km du Cap, la réserve Aquila Safari est à éviter (c’est une espèce de Thoiry où ont été parqués quelques gros animaux dont l’'habitat naturel n’a rien à voir avec celui de la « réserve »). Le Cap n’est pas la région des grandes réserves animales avec les Big Five ! Les gens sont très gentils généralement. Mais oubliez la vie nocturne ! 2 bars à Fishoek, quelques restaurants (très bons , copieux et souvent pas chers) qui n’acceptent plus de clients après 20h, le désert dans les rues excepté des personnes qui visiblement vont passer toute la nuit dehors... Il n’y a que 3 centres de plongées dans cette partie de la péninsule, dont 2 à Simon’s town.
×
×
  • Créer...