Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Nicolas Duguay

Membres
  • Compteur de contenus

    855
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    14
  • Pays

    Canada
link1
link2
link3

Nicolas Duguay a gagné pour la dernière fois le 12 décembre

Nicolas Duguay a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

1 438 Excellent

À propos de Nicolas Duguay

  • Rang
    Rang du forum : Raie Manta
  • Date de naissance 01/11/1973

Informations personnelles

  • Localisation
    Montréal, Québec
  • Profession
    Patauge dans les cybermenaces, la sécurité nationale et plein de trucs qui donnent de l'urticaire aux Snowden de ce monde... :)

La Plongée

  • Féderation(s)
    TDI / Padi
  • Niveau en plongée
    TDI SM / Padi Rescue / TDI Adv. Nitrox, Deco Proc., Helitrox, Cavern & Intro to Cave
  • Professionnel de la plongée
    Non

Visiteurs récents du profil

654 visualisations du profil
  1. Nicolas Duguay

    plongée solo

    Quand je lis "12 min de plongée à 60m qui incluent 3 minutes de descente", je travaille ma planif à partir de cette donnée-là: une plongée à 196 pieds (60m.) jusqu'à un running time de 12 minutes. C'est relativement simple à calculer et, selon Multideco, c'est impossible à faire - en respectant les paramètres de sureté et les normes de plongée technique - avec une mono 15l à l'air, aussi HP puisse-t-elle être... En fait, c'est pas de l'alchimie non plus, la planification de plongée de décompression: vous ciblez une profondeur, vous cibler un temps à cette profondeur et vous calculez une cédule de déco. Ça vous donne un running time complet, selon les niveaux et ça vous permet de calculer vos besoins en gaz. Travailler à partir de la durée totale de remontée, c'est improviser une cédule de déco une fois qu'on est dans l'eau et ça, perso, c'est pas comme ça qu'on m'a appris à faire les choses. Désolé. Plan your dive, dive your plan... Un VPM-B avec un conservatisme à +2 (voire davantage) est relativement standard pour des plongées en eaux (très) froides, en dry, avec beaucoup d'équipement et une visibilité très pauvre. On s'entend que je ne m'amuse pas à chipoter dans les settings de mon multideco juste pour calculer une plongée fictive sur internet...
  2. Un intéressant papier publié voilà peu de temps par nos amis de DAN à propos de la densité gazeuse... Amateurs de profondes à l'air, je vous invite à y jeter un coup d'oeil attentif! http://www.alertdiver.com/Gas-Density
  3. Nicolas Duguay

    plongée solo

    Well... moi, quand je passe ça dans Multideco, j'arrive avec une catastrophe, question réserve d'air et densité gazeuse... Decompression model: VPM - B DIVE PLAN Surface interval = 5 day 0 hr 0 min. Elevation = 0ft Conservatism = + 2 Dec to 196ft (3) Air 60ft/min descent. Level 196ft 8:44 (12) Air 1.45 ppO2, 196ft ead Asc to 80ft (16) Air -24ft/min ascent. Stop at 80ft 1:10 (18) Air 0.72 ppO2, 80ft ead Stop at 70ft 2:00 (20) Air 0.65 ppO2, 70ft ead Stop at 60ft 2:00 (22) Air 0.59 ppO2, 60ft ead Stop at 50ft 2:00 (24) Air 0.53 ppO2, 50ft ead Stop at 40ft 4:00 (28) Air 0.46 ppO2, 40ft ead Stop at 30ft 5:00 (33) Air 0.40 ppO2, 30ft ead Stop at 20ft 7:00 (40) Air 0.34 ppO2, 20ft ead Stop at 10ft 13:00 (53) Air 0.27 ppO2, 10ft ead Surface (53) Air -20ft/min ascent. Off gassing starts at 114.9ft OTU's this dive: 26 CNS Total: 10.5% Gas density: 8.3g/l 110.4 cu ft Air 110.4 cu ft TOTAL Par contre, si je décide de faire la même plongées, mais en emmenant avec moi un p'tit S40 d'O2 et un autre S40 avec du EAN50, ça donne soudain une planif pas mal plus cool, mais j'ai encore cette fichue densité gazeuse complètement off chart à 8,3g/l alors qu'on estime que le maximum absolu pour un échange qui ne soit pas complètement merdique soit de 6,2g/l... Decompression model: VPM - B DIVE PLAN Surface interval = 5 day 0 hr 0 min. Elevation = 0ft Conservatism = + 2 Dec to 196ft (3) Air 60ft/min descent. Level 196ft 8:44 (12) Air 1.45 ppO2, 196ft ead Asc to 70ft (17) Air -24ft/min ascent. Stop at 70ft 0:45 (18) Nitrox 50 1.56 ppO2, 32ft ead Stop at 60ft 1:00 (19) Nitrox 50 1.41 ppO2, 26ft ead Stop at 50ft 1:00 (20) Nitrox 50 1.26 ppO2, 20ft ead Stop at 40ft 2:00 (22) Nitrox 50 1.10 ppO2, 13ft ead Stop at 30ft 3:00 (25) Nitrox 50 0.95 ppO2, 7ft ead Stop at 20ft 3:00 (28) Oxygen 1.60 ppO2, 0ft ead Stop at 10ft 4:00 (32) Oxygen 1.30 ppO2, 0ft ead Surface (32) Oxygen -20ft/min ascent. Off gassing starts at 114.9ft OTU's this dive: 45 CNS Total: 21.7% Gas density: 8.3g/l 69.9 cu ft Air 11.6 cu ft Nitrox 50 5.9 cu ft Oxygen 87.4 cu ft TOTAL
  4. Nicolas Duguay

    plongée solo

    Exact! En zone Padi, comme le sont le Canada et les États-Unis, il est admis par à peu près tout le monde que les paliers de décompression sont du domaine exclusif de la plongée technique et qu'un plongeur non-formé, non-équipé en déco et qui franchi la limite de non-déco est un plongeur qui a merdé dans son plan de plongée... Habituellement, on ne va pas s'en vanter... Juste pour vous donner un exemple de l'état d'esprit que notre culture Padi génère: l'hiver dernier, je plongeais dans le Pacifique, au Costa-Rica, avec un ami. Lorsque j'ai constaté qu'il me restait probablement 2 minutes avant de franchir ma limite de non-décompression, je suis remonté d'une dizaine de pieds, question d'aller chercher plus de temps de non-déco; lui, il est resté à sa profondeur initiale et est tombé en déco... C'était clair que pour moi, ça été considéré comme une faute grave et lorsque sa conjointe, elle aussi plongeur, a appris ça par la bande - il ne s'en était pas vanté - le regard qu'elle lui a jeté en disait très long sur ce qu'elle en pensait... Plan your dive, dive your plan...
  5. Nicolas Duguay

    plongée solo

    En fait, un plongeur B et C peut aussi plonger dans les limites des autres formations qu'il a reçues; c'est-à-dire ses certifications Padi ou TDI ou je ne sais quoi encore, ce qui autorise bien des choses... Bref, moi, par exemple, j'ai un genre de niveau C pour la FQAS, mais je suis autorisé, par mes autres formations, à plonger déco, avec de l'hélium ou encore sous plafond en grottes. ceci dit, les limites des niveaux A, B et C représentent probablement le type de plongées que vont faire 95% des plongeurs québécois. Les autres, ce sont les plongeurs tech et ça, c'est tout de même juste un p'tit groupe.
  6. Nicolas Duguay

    plongée solo

    C'est une bonne question, mais je ne crois pas avoir vu dans le règlement québécois sur la plongée sous-marine une quelconque mention de l'obligation de plonger avec un binôme. Voici ce qui est obligatoire, selon les niveaux: 1° pour un plongeur - classe A: a) la plongée doit être effectuée de jour; b) la plongée doit se faire dans un endroit permettant une remontée directe à la surface; c) la plongée doit se faire dans un site permettant au plongeur de s’orienter visuellement; d) la plongée doit se faire à une profondeur maximale de 18 m en respectant les limites de non-décompression; 2° pour un plongeur - classe B: a) la plongée peut être effectuée à toute heure; b) la plongée doit se faire dans un endroit permettant une remontée directe à la surface; c) la plongée doit se faire à une profondeur maximale de 30 m en respectant les limites de non-décompression; 3° pour un plongeur - classe C a) la plongée peut être effectuée à toute heure; b) la plongée doit se faire dans un endroit permettant une remontée directe à la surface; c) la plongée doit se faire à une profondeur maximale de 40 m en respectant les limites de non-décompression.
  7. Pour plonger à 40 mètres, qui est la limite de la plongée récréative pour Padi, vous devez être AOW et obtenir une certification "plongée profonde". Pour sortir de la limite de non-déco, par contre, c'est une autre histoire... Vous allez devoir entamer un cursus technique, soit chez Padi, soit ailleurs, la plupart du temps, si vous êtes en Amérique du Nord, chez TDI. Ce cursus va exiger que vous soyez d'abord minimalement un AOW avec, selon les critères québécois plus sévères, au moins 75 vraies plongées et avoir complété un Intro-To-Tech; ça va vous permettre de vous inscrire à un cours de Procédure de décompression. Les coûts? Intro-to-Tech combiné avec Deco Procedures coûte environ 750$ (500 euros). Pour de la déco à 100% O2, ça va vous prendre Nitrox avancé et vous coûter un autre 450$ (300 euros). Bref, en plongée technique, plus on va creux, plus on creuse dans le compte de banque... D'autant plus que les exigences en matière d'équipement sont très élevées.
  8. C'est pas évident de faire des comparaisons entre les deux systèmes, mais l'obtention d'un OW qui va pouvoir plonger en autonomie à 60 pieds (18 mètres) va coûter environ 450$CDN (300 euros) au total, incluant matériel pédagogique, prêt de l'équipement, plongées en piscine, week-end de certification en milieu naturel et cartes de certification. En temps normal, c'est une formation qui se déroule sur 5 soirées + un week-end de certification. Il est aussi possible de le faire en intensif: un week-end entier de formation + un week-end de certif. Pour un Advance OW, qui est presqu'exclusivement pratique - quoiqu'il y a une manuel à lire et des révisions de connaissances à compléter, et qui va permettre l'autonomie à 100 pieds (30 mètres), attendez-vous à payer 250$ (170 euros). Ça se fait en deux jours. Une certification Nitrox, par exemple, coûtera environ 200-250$ (140-170 euros) et se déroulera en un peu plus de 4 heures, en une seule séance.
  9. Au Québec, il faut d'abord comprendre, comme je l'ai mentionné à plusieurs reprises, qu'on divise clairement la plongée en deux groupes distincts: la plongée récréative et la plongée technique. Pour nous, de la plongée récréative, c'est de la plongée à une profondeur maximale de 130 pieds, en "open water", donc sans plafond, et à l'intérieur de la courbe de non-décompression. Seule exception notable, la plupart d'entre-nous va considérer que la plongée sous-glace est du domaine de la plongée récréative, même si c'est définitivement sous plafond... En plongée récréative, la très vaste majorité des plongeurs québécois va être formée dans le système Padi, système qu'on amorce la plupart du temps de cette façon, en prenant par exemple la porte d'entrée qu'est le Open Water Diver: On s'inscrit dans une école de plongée, la plupart du temps, mais pas tout le temps, associée à une boutique. En payant, on reçoit un "kit" de l'étudiant dans lequel se trouve notamment dont on devra lire un nombre X de chapitres avant le premier cours. Lors de ce cours, essentiellement, on va réviser la théorie vue dans les chapitre lus, discuter de certains points particuliers avec le moniteur et s'assurer que tout le monde à bien rempli et compris les "révisions de connaissances" - QCM - de chacun de chapitres. Au terme de cette séance théorique qui prend habituellement environ 1h, 1h30, on se dirige vers la piscine pour y faire les "plongées" requises. Habituellement, on se retrouve dans le fond de l'eau, avec un moniteur qui fait des techniques, on observe et on reproduit lesdites techniques sous l'oeil du moniteur et des DiveMaster qui l'accompagnent. Si un étudiants peine à réaliser un exercice, il est alors pris en charge one-on-one part un DM qui va pratiquer avec lui jusqu'à ce qu'il maîtrise cet exercice. On progresse ainsi sur 5 séances, habituellement de 18h à 22h. La dernière séance implique un examen théorique en mode QCM qui wrap tout le contenu vu précédemment. Par la suite, on doit reproduire tous les exercices pratiques en milieu naturel lors de 4 plongées dites de certification. Fait intéressant, lorsque j'ai fait ma première certification OWD, fin 80, début 90, tous les étudiants faisaient leur certification en milieu naturel au Québec; maintenant, on parle parfois de 8 étudiants sur 10 qui vont suivre uniquement la théorie et faire la pratique en piscine au Québec pour ensuite passer leurs certifications dans les Caraïbes... Par contre, il y a presque un consensus au Québec pour estimer que les plongeurs formés à 100% dans le Sud, comme on dit ici, vont avoir une formation nettement inférieur, qualitativement parlant, à ce qu'ils auraient reçu dans une école québécoise qui applique pourtant le même programme Padi... Et un plongeur formé ou certifié dans les Caraïbes n'aura pas le droit de plonger au Québec tant qu'il n'aura pas démontrer sa compétence en eaux froides à un moniteur d'ici. Et au terme de ce processus, le nouveau plongeur sera habileté à plonger à l'intérieur des limites de non-décompression, sans plafond, jusqu'à une profondeur de 60 pieds, en complète autonomie, avec un binôme. Rapidement, parfois même sans avoir fait plus de 6 plongées tout seul, les OWD le moindrement motivé vont passer leur Advance OW et vont ainsi pouvoir plonger en autonomie, sans déco, sans plafond, jusqu'à 100 pieds. Je vous dirais que la vaste majorité des plongeurs québécois, probablement 9 sur 10, va être OWD ou AOWD et va s'arrêter là, question formation. Plusieurs, par contre, vont enchaîner des formations Advance complémentaires comme la "plongée profonde" qui leur permettra de plonger jusqu'à 130 pieds - la limite absolue pour Padi de la plongée récréative ou encore la plongée nitrox, très populaire ici puisqu'elle allonge la fameuse limite de non-déco... Quelques-un vont ensuite poursuivre vers le Rescue. Après, ça se divise: ceux qui veulent demeurer dans la plongée récréative vont suivre leur DiveMaster et devenir, pour la plupart des DM, des moniteurs OWSI, les autres vont bifurquer un peu en amont vers la plongée technique et, du coup, se former en théorie et en pratique pour le dépassement des limites du récréatif. Fait essentiel à noter: la plupart des moniteurs de plongée récréative, même s'ils ont des milliers de plongée derrière le tuba, n'auront jamais fait la moindre vraie déco et n'auront jamais été bien plus profond que 130 pieds. Pourquoi? Parce qu'un plongeur récréatif, ici, ne fait pas de déco et ne franchi pas le cap des 130 pieds... Par contre, à l'intérieur de ces limites, il est diablement autonome...
  10. Intéressant! Après avoir imposé la fermeture d'une partie du récif qui a fait la renommée de cette petite île mexicaine, voilà que les autorités semblent s'être entendues avec le secteur touristique local pour mieux contrôler les accès et les excès qui ont pu être contributifs à la dégradation des coraux. https://www.riviera-maya-news.com/partial-reopening-cozumel-reefs-possible-this-weekend/2019.html?fbclid=IwAR1Y7Mv06Vh5cFPJjH7sKaV3s5N9zrfLSXu1h56jqPcajFlPdInSf7THSUE Ce qui m'amène à vous poser la question si de telles situations - des sites fragiles dégradés en raison de la trop grande fréquentation de plongeurs, sont observables dans votre coin du monde?
  11. Qu'est-ce que vous ne pigez pas dans le fait d'ajouter un smiley à la suite d'une phrase???
  12. Certes vrai, mais qu'est-ce qui est le plus pertinent pour un plongeur, le littoral ou la ZEE? Parce que c'est quand même assez rare qu'un bateau plein de plongeurs en goguette s'aventure jusqu'à 200 milles marins des côtes, non? Ceci dit, si l'accès au littoral atlantique est plutôt aisé, de même qu'une bonne partie de littoral sud du côté pacifique, l'accès au nord, lui, est vraiment pas commode... Bref, la France est clairement mieux doté que le Canada, question sites de plongée; faut l'admettre... Maintenant, si seulement vous pouviez plonger comme tout le monde!
  13. Oh! On parle de notre littéral Atlantique, du Pacifique ou celui qui rejoint les deux, par l'Arctique??? Bref, mon p'tit carré de sable fait 265 523 km de littoral, comparativement à 7 330 km pour le carré de sable français... Mais bon, on ne va pas jouer à celui qui l'a la plus longue, quand même (bien que je sache que ça soit nous... )
×
×
  • Créer...