Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

nico_40

Membres
  • Posts

    148
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    French Polynesia

Everything posted by nico_40

  1. En effet, les locaux sont prioritaire, mais encore faut-il qu'ils se présentent Initialement, le GPP a été conçu pour les locaux, pour qu'ils puissent travailler sans devoir suivre une formation en métropole. Bon, ça a bien dérapé, car on peut retrouver des personnes de passage a l'examen du GPP et même l'obtenir Et le recrutement de moniteur est assez fréquent en Polynésie, ça recrute pas mal, mais en patenté (auto entrepreneur) le plus souvent !
  2. J'ai un compas sur mon Suunto Vyper Novo. Je l'ai utilisé pour un besoin réel 1 fois: visibilité pourrie en pleine eau pour retrouver le tombant (remonté à la verticale d'un piton a 50m, éloigné à env 20m du tombant). Autant dire que j'étais pas a quelques degrés près, mais juste EST / Nord-EST m'a suffit. Sinon, les autres fois, c'est plus pour le côté fun, pour savoir approximativement vers quelle direction je vais sur des plongées nouvelles, pour la prochaine fois.
  3. Je ne suis pas moniteur, seulement un plongeur loisir n3 et j'envisage (dans le futur) de passer les niveaux supérieurs pour l'encadrement / enseignement également. Comme l'explique @Scubaphil, le milieu associatif peut être aussi une voie intéressante. Un point que je mettrais en avant lorsque l'on devient professionnel, qui est souligné par scubaphil, c'est que tu devras plonger même avec des petits bobos, ou dans des conditions pour lesquelles on t'enseignera (et que tu enseigneras) de ne pas plonger: - Fatigue, alcool, autres ... J'ai pu l'observer dans des clubs pro, des moniteurs en mauvaise conditions de plonger être présent et allez sous l'eau parcequ'il y a des clients. En tant que plongeur avec un peu d'expérience, tu sais déjà qu'ils prennent des risques, mais c'est leur métier et ils ont pas vraiment le choix. Faut juste prendre en considération que cela devient un métier, et qui dit métier, dit rentabilité. En milieu associatif, tu prends une grande partie du positif et quelques aspect négatifs (pour certains) mais qui te sont imposé uniquement parceque tu le veux bien. Ceci dit, tu as encore le temps avant de prendre la décision du pro ou non, mais faut bien mesurer tout ça
  4. Bienvenue JSF Pour la Polynésie, si cela t'intéresse, a partir du niveau 4 tu peux passer l'examen du GPP (Guide de Palanquée Polynésien). Cela te permet de travailler dans les centres de plongée. C'est un premier pied dans le métier a moindre coût (en dehors du coût de la vie locale). Ici le combot ingénieur informatique + gpp, ca peut très bien le faire. Pour faire simple, le GPP c'est presque equivalent a un N4+E2. Bon, ca n'existe que en polynesie, mais ca pourrait te donner une bonne vision du métier, avant de partir sur un dejeps par exemple, qui te demanderas plus d'investissement. Bon courage
  5. Merci pour ton retour, ça fait plaisir a lire une équipe entraînée comme la tienne ! A 50m, tout va tellement vite, ton binôme a assuré grave ce jours là. Et toi aussi par la même occasion, insister pour tenter de reprendre son calme en vérifiant son matériel, avant de prendre la décision de percer. L'incident fait froid dans le dos, je ne connnaissais pas ce syndrome de l'AOP (ou alors j'ai oublié). Bon rétablissement, les fonds du pays basque seront toujours là dans 6 mois
  6. Quel malheur d'en arriver là En polynésie, nous sommes maintenant à presque 2000/100 000 hab, et le trie va s'imposer à l'hôpital, si cela n'est pas déjà en cours dans les faits. Par contre, niveau restrictions, pour l'instant cela reste sobre, on est sur un couvre-feu (21h-4h) et un confinement "moyennement stricte" le dimanche, c'est à dire qu'on peut allez à l'église et faire ses courses (comme si on avait pas les autres jours de la semaine). Par contre ici, revirement de situation, la vaccination fait son chemin, mais surtout grâce à la peur. Et les îles sont un vrai problème: l'évacuation sanitaire, vers un hôpital surchargé, c'est pas la meilleure solution. Ils sont donc "presque" livré à eux même, et seul les cas critiques mais avec une vraie chance sont évaqués (pour grossir le trait, mais on doit pas en être loin). Courage par chez toi @Scubaphil
  7. Bonjour @sophie.dgy Malheureusement, la bague doit rester en eclairage continue pour pouvoir utiliser le flash. Il faut presser les deux boutons pour allumer l'anneau, puis presser le bouton de gauche pour changer la couleur de l'éclairage (blanc, rouge, bleu) Ensuite tu actives le mode flash (il faut la fibre optique reliée a ton appareil) en restant appuyer sur le bouton de droite. Quand le flash est actif, les deux boutons clignotent ! Une fois en mode flash, tu peux choisir la couleur du flash et son intensité via les boutons. Pour ne pas faire trop peur au poisson, tu peux laisser l'éclairage continue en rouge et ton flash en blanc. Ca te permet de ne pas trop déranger grâce a la lumière rouge tout en faisant ta mise au point, avant de flasher.
  8. De mon avis, une stab de voyage est conçu pour être plus légère, voir se ranger plus facilement (dans le bagage). Comment un fabricant peut y arriver ? Il optimise la conception, avec des matériaux plus léger, et en supprimant les superflus qui ne servent pas systématiquement. Partant de là, on peut penser que la stab de voyage sera moins résistante dans le temps dû au matériaux utilisé (pour les gilets "bon marché"). De là a dire que c'est "moins bien", c'est pas une vérité absolue. Ca dépends de comment tu vas prendre soin du matériel, de tes besoins "technique". Si tu plonges léger, pourquoi s'encombrer d'anneaux qui ne serviront pas ? Plus tu avanceras en plongée, plus tu affineras tes besoins. A ce stade, elle te suffira probablement dans 99% des cas... mais si tu passes a la photo, oublie le côté "leger", "pas encombrant", c'est pas compatible. De même pour la plongée technique, c'est pas la stab qui prendra la place.
  9. 3% ca représente pas grand chose, dans les chiffres. Si on ramène le pourcentage a la Polynésie, nous avons plus de 1200 cas actifs, pour environ 30 a 40 lits de disponible. Pour la métropole je dis pas, quoi que suivant les régions, ca peut etre problématique. Ici, c'est catastrophique.
  10. Même constat en Polynésie @caolila, le delta s'est propagé a une vitesse folle, et des jeunes (lire la trentaine) sont bien impactés. Des jeunes femmes enceintes sans comorbidite apparente... La seule bonne nouvelle en Polynésie, c'est que les gens ont pris une claque et, par la peur essentiellement, se font vacciner en nombre ces derniers jours.
  11. Bonjour Sam, Cela m'arrive rarement, mais j'ai déjà été confronté à ce soucis. Lorsque cela m'arrive, je fais un truc simple, mais rudement efficace : j'enlève mon masque, et je me mouche doucement jusqu'à avoir vidé mes sinus pleinement. Ensuite j'essaie d'équilibrer, en penchant la tête pour mettre l'oreille concerné vers le haut. J'essaie différente technique si ça passe pas, valsalva, claquement des machoires, déglutition. Pour ma part, mon problème, lorsque cela arrive, c'est mes sinus qui ne devait pas être niquel niquel avant de plonger et du coup, le phénomène s'amplifie sous l'eau. Pour l'avoir à chaque plongée, tu as peut être tes trompes d'eustaches déviées, enfin du moins, pas dans les conditions optimales (mais je ne suis pas medecin, c'est juste l'idée qui me vient). Peut être que l'huile d'amande douce, ou beaume du scaphandrier t'aiderais, mais j'en sais trop rien. Entre rien mettre ou mettre des produits, deux combats. Aussi, pense a bien équilibrer tes oreilles à la descente de manière régulière, peut être que si tu les forces un peu trop, elles sont alors sensible en bas ... une idée qui sort du chapeau, qui n'a peut être rien a voir Aussi, si tu plonges avec une cagoule, le problème peut être amplifiée par celle-ci. Si jamais, peut être enlever la cagoule a ce moment là ... a toi de tester
  12. J'ai un vyper novo, et même si on ne joue pas avec les GF en direct, je rejoins christophe sur son dernier message. Quand je fais des plongées profondes avec un peu de DTR et un peu de palier, je me rajoute volontairement quelques minutes en fonction du temps alloué a la plongée. J'ai remarqué que j'étais nettement moins fatigué, même si en respectant strictement les paliers, je n'ai pour l'instant pas eu de soucis. Est-ce que l'algorithme est trop juste pour moi, va savoir... mais quand je peux, je prolonge, et puis ici on s'ennuie pas trop au palier pour peu que l'on soit proche du reef. Au niveau GF, ca correspond a du 80/80 sur subsurface grossomodo.
  13. J'ai un Android et je suis en Polynésie, j'ai sensiblement le même problème mais de façon aléatoire. Des fois ca détecte le contact, des fois non. J'ai tout re-numéroté et j'ai plus de problème. Le mieux étant le plus simple et moins prise de tête, autant tout mettre avec préfixe du pays C'est chiant, mais une fois fait, on en parle plus, bien que google et les traitements de contacts, c'est 10x plus simple que chez Apple Cool que ton soucis soit résolu, bonne bulles !
  14. Une solution qui peut te permettre d'allez un peu plus vite, c'est d'utiliser le cloud d'apple sous la condition que son téléphone soit synchronisé. Tu t'y connectes depuis un ordinateur, sur les contacts, et de là, tu pourras faire un traitement: export / import. Il te faudra ensuite convertir le format vcard en csv ... ou alors tu peux importer le format vcard dans un outil (outlook ou autre). https://appleinsider.com/articles/21/02/05/how-to-export-contacts-off-iphone-to-csv-format Une autre solution: traiter tes contacts directement sur le cloud d'apple, ça évite de s'énerver sur son téléphone
  15. Plongée en sunset / nuit avec les requins Cette vidéo est issue d'une plongée en sunset dans la passe sud de Fakarava, proche du mouillage de l'Aquatiki. C'est dans cette même passe que Laurent Ballesta a tourné son reportage "700 requins dans la nuit" J'ai pas compté, mais y'en avait deja suffisamment pour nous Filmé avec une Gopro Hero 8 Black Profondeur: 18m
  16. Pour ceux que ça intéresse, j'ai fais un petit montage de la plongée sunset de la passe SUD
  17. En effet c'est bien dommage de pas avoir pu faire la passe en courant entrant, la prochaine fois on ira qu'au Nord pour voir ces sites. En ce moment beaucoup de vent sur Fakarava Nord... ca fait un "gros" mascaret même si cela reste acceptable de mon point de vue mais bon, si le centre dit que c'est pas jouable, c'est pas jouable On avait qu'une journée plongée au Nord, un peu juste pour palier aux conditions. Une prochaine fois... mais il y a tant d'îles a voir
  18. Fakarava Nord Après ces 2 nuits à Fakarava Sud, nous partons pour Fakarava Nord ! Nous avons choisis de louer une maison pour 4: Auorotini Beach House Hébergement: Caroline nous accueille chez "nous", une convivialité chaleureuse qui définit les Polynésiens, mais bien plus marqué dans les Tuamotu que sur Tahiti par exemple. L'hébergement est en deux parties: - Une dépendance pour le coin cuisine Cuisine complète, avec frigo, congélateur, micro-ondes, gazinière, bombone d'eau, ustensile de cuisines ... tout y est. - Une dépendance pour le coin nuit Une chambre avec un grand lit double Une chambre avec deux lits simples Une salle de bain/toilette commune qui sépare les deux espaces nuits (eau froide également) La vue de l'hébergement est ... fabuleuse. Nous avons les pieds dans l'eau, à quelques pas de la terasse, nous accédons à un lagon magnifique. Côté pratique: - Vélo(s) - Kayak et un V3 (Vaa trois places) On est situé à 3km du village: en vélo, c'est très facile d'accès: Fakarava, c'est tout plat ! Une roulotte excellente est situé à 5 min à vélo, et d'autres snacks/restaurant ne sont pas très loin. La plongée: Nous avons choisi le centre Top Dive, par facilité. Etant résident, nous avons un forfait chez eux qui est disponible sur tout les centres Top Dive, qui sont presque partout. Avantage du centre: Plongée Nitrox Le personnel ne te laisse pas te "fatiguer", après tout, tu es en vacances. Ils nous prendront notre matériel pour l'amener au bateau et nous grée celui-ci. Le bateau est un pneumatique (avec échelle). Lors du briefing, on nous expliquera la procédure de remontée sur la bateau: - Attraper le bout le long du boudin - Donner en premier l'équipement de photographie au capitaine du bateau - Défaire sa stab et la donner au guide de palanquée qui la donnera ensuite au capitaine - Remonter à l'échelle en retirant, ou pas, ses palmes. Nous ferons deux plongées sur la passe de Garuae (passe Nord), en courant sortant. Malheureusement, nous ne ferons pas de plongée en courant entrant, le vent étant un peu trop soutenue, Top Dive se refuse d'amener des clients dans le mascaret au risque de générer de l'inconfort ou que la remontée sur le bateau soit un peu trop sportive. Première plongée: Maiuru Plongée sur le récif gauche en sortant de la passe. Nous n'avons personnellement pas très apprécié le site, les coraux sont mort, et même si il y a pas mal de poissons, nous nous attendions à mieux pour Fakarava. Nous plongeons régulièrement sur Tahiti, et certains sites de Tahiti surpasse de loin ce site là. Deuxième plongée: Ohotu Plongée sur le récif de droite en sortant de la passe. Un peu plus jolie que le côté gauche, nous avons observés une nurserie de requins gris, mur de requins gris et des Tapete (requins gris costaud). Le relief est moins beau que la passe Sud, mais il a quelque chose d'intéressant. Profil de plongée 1ère: 27m / 1h03 (NX36) 2ème: 25m / 1h00 (NX36) Attention: Top Dive plonge exclusivement au Nitrox, mais aussi avec des bouteilles de 15L Bilan de Fakarava Nord: Concernant le centre de plongée, on est chez Top Dive, une grosse franchise bien connu ici en Polynésie-Française. C'est la "référence" pour nos amis américains, et le centre est tourné pour accueillir les américains. Impossible d'être désagréablement surpris chez eux, mais Top Dive mise tout sur la sécurité et le confort de ses clients. Vous pouvez donc "râter" des plongées si les conditions ne sont pas "optimales", mais est-ce un défaut, si loin de tout ? Pour la vie sur l'île, les sorties, les snacks, c'est une très belle île où les habitants se connaissent tous, tout le monde se dit bonjour, tout le monde est bienveillant. Point météo: La température n'est pas excessive en journée, il y a toujours un peu de vent. Le matin et le soir, on pourrait presque avoir un peu frais ! Fakarava étant tout plat, la pluie passe, revient, puis passe. Les nuages ne sont pas stoppé par le relief et donc, vous pouvez avoir une bonne grosse pluie de 5 min suivit d'un journée ensoleillé les peids dans l'eau. Température de l'eau (ordinateur de plongée): - Fakarava Sud: 27° - Fakarava Nord: 26° Un court séjours, mais qu'est-ce que ça fait du bien !
  19. Complément Fakarava Sud: Le matin, avant d'allez plonger, une sortie snorkeling (hors cadre) s'impose pour profiter au maximum de la richesse du lieu ! On nous demandera de prendre avec nous une bouée de surface, qui est disponible en libre service au centre de plongée afin de pouvoir nous repérer si jamais on se fait prendre par les courants de la passe. La sortie snorkeling est extra, et le courant est tout à fait acceptable, un peu soutenu sur une petite zone mais rien d'insurmontable. Bilan de Fakarava Sud: L'hébergement est top et le centre de plongée est "bien". Les quelques défauts ont été remontés directement aux concernés. Petite attention aux plongeurs expérimentés: Fakarava Sud est loin du seul centre hyperbar (Papeete, Tahiti): - Retour de Fakarava Sud > Nord : 2h00 jusqu'à aéroport - Trajet Fakarava > Tahiti: 1h15 de vol Bien qu'équipé du matériel de sécurité nécessaire (plusieurs bouteilles d'O2), le centre n'autorise pas de plongée avec palier. Tout doit être dans la courbe de no-deco. C'est la raison pour laquelle nous avons choisi le Nitrox afin de profiter au mieux des sites de plongées. Nos profils de plongées: 1ère: 31m / 1h02 (NX30) 2ème: 23m /58min (NX32) - Intervalle : 2h06min 3ème: 18m / 45min (Air) - Intervalle : 2h45min Les sites de plongées sont fabuleux, on y voit bien entendu les requins, mais aussi des raies aigles, napoléons, des bancs énormes de poissons (j'ai plus le nom), des poulpes (observation de deux poulpes en couple ?).
  20. Bonjour, J'ai passé quelques jours sur Fakarava Sud et Nord, dont voici mon petit compte rendu Fakarava Sud Nous avons choisi l'hébergement "Tetamanu Village", situé sur le bord de la passe Tumakohua (Passe SUD) Arrivé au village et Hébergement On vient nous chercher à l'aéroport en camion, pour environ 30min de route jusqu'au bateau, puis environ 1h15 1h30 de traversée jusqu'au village de Tetamanu. Le village est magnifique, il est composé de plusieurs Bungalow pour 2 à 3 personnes (1 lit double + 1 lit simple) et nous sommes à moins de 2min à pieds du centre de plongée. Le restaurant se situe aux abords d'un ponton, où l'on prendra petit déjeuner, déjeuner et dîner. Les horaires de repas sont fixes, et nous sommes prévenus par une cloche lorsque tout est prêt. Les repas sont au format buffet à volonté, avec plusieurs choix possible: viande, poisson (sous différentes cuissons), riz, pâte, salade ... de quoi satisfaire tout le monde ! Pour le petit déjeuner: pancakes, fruits, pain avec du beurre et confiture, de quoi attaquer la matinée ! Le bungalow en lui même est très satisfaisant: lit double confortable avec moustiquaire complète, toilette, douche, spacieux, avec une terrasse donnant sur le lagon / bord de passe. L'éléctricité est fournit par panneau solaire, mais rien à signaler de ce côté, aucun manque d'énergie durant notre séjour. Il n'y a également pas d'eau chaude dans le bungalow Pour le personnel, tout le monde est très accueillant, on s'y sent très bien ! Le centre de plongée Le centre est au bout du ponton, et le matériel est plutôt en bon état. Les gilets sont un peu fatigué pour certains, mais aucun problème de fonctionnement. Le Nitrox est disponible, nous avons eu du Nx31 et Nx32. Pour ce qui concerne le rinçage du matériel, pas de bac prévu spécialement pour les appareils photos, on a donc rincer au tuyau. Les plongées Nous avons fait 3 plongées dans la journée, les deux premières au Nitrox 32 et la dernière à l'air (plus de NX disponible, mais pas forcément nécessaire pour le profil) Première plongée: Les Roses Briefing clair et précis, c'est notre première plongée à Fakarava Sud. Toute la plongée est détaillé: équipement, répartition sur le bateau, mise à l'eau, immersion, check, points d'arrêts sur la plongée, durée approx pour arrivé à tel point, estimation du temps jusqu'au ponton, remontée ... tout est carré. On nous dépose en bateau sur le site "Les Roses", où on descendra a 30m pour observer un mur de requins, et rentrer doucement dans la passe en courant entrant qui nous amènera jusqu'au ponton du centre de plongée ! 1h de plongée, dans une ambiance fun et décontracté. Présence évidente des requins gris, pointes noires, pointes blanches, et de magnifiques coraux en très bonne santée... et ça, ça fait plaisir à voir !! Deuxième plongée: Le mur de requins Changement de guide pour cette plongée, le briefing est clair, on sait ce qu'on va faire. On nous dépose sur le premier observatoire, environ 25m pour l'observation des requins gris. On se déplacera sur le deuxième observatoire, vers 20/18m puis nous partons pour la fin de plongée vers un fond de 15m. Le courant entrant est assez soutenu, et bien que le parachûte du guide soit sortie à l'endroit indiqué, nous nous retrouverons 10min dans le bleu, le temps que le bâteau arrive nous récupérer. On se retrouvera en face du deuxième motu après Tetamanu Village, soit environ ... 10 min de bateau. Troisème plongée: Sunset/Night Dive ! LA PLONGEE tant convoitée, plongée de nuit avec les requins pour les observer chasser Briefing clair, et explications sur le comportement des requins et le comportement à avoir sous l'eau. Flash interdit, et si un requin est un peu trop curieux, se mettre à la verticale et groupé. La plongée est dingue, c'est juste magnifique. L'adrénaline est là, mais au bout de quelques instants, nous sommes envahis par la beauté du spectacle. Quelques bousculades légères, des requins qui passe sous les jambes, sur et sous les palmes, mais à aucun moment on se sent réellement comme une "proie" , car de toute évidence, nous n'en sommes pas une, mais un obstacle.
  21. Personnellement, je trouve galère de remonter sur un pneumatique sans échelle, mais parceque je pratique pas régulièrement sur ce type de bateau. Par contre, notre corp est quand même bien fait, dans une situation d'urgence, l'adrénaline est là pour palier a un manque de force temporaire (quand il n'y a pas la technique, on compense avec la force). Je pense pas que cela soit vraiment un problème, quitte a tout larguer dans l'eau pour remonter. En situation non urgente, bah tu prends le temps, tu analyse et normalement, tu finis par monter si personne est là pour t'aider a bord.
  22. Plongée a 4 autonomes voir 5 autonomes, en formant deux palanquée officielles et 1 seule palanquée officieuse, ca doit m'arriver... a minima 1 fois par mois. En cas de pépins, pas sûr que tous remontent, mais a coup sûr, tout le monde est sur le coup pour éviter l'accident (s'il faut ceintrer les 5 blocs pour sortir tous en bonne santé, on le fera)
  23. Je n'ai pas (encore) fait Fakarava, je te ferais un petit retour prochainement. Sinon, 20 ans sans plongée il faudrait en effet faire un refresh avant, ou tu peux le faire sur Tahiti ! Pour la passe, Rangiroa ça peut être sport, mais les clubs adaptent les plongées au niveau des plongeurs, et feront tout pour que tout se passe bien. Comme le précise Khrys, Rangiroa offre différents sites de plongée adapté a tout niveau. Et la beauté de la chose, c'est que tu auras tout autant de chance de voir un tigre, dauphin et autres Note que si tu reste quelque jours sur Tahiti, il y a de très beaux sites de plongées également, même si ceux là ne concurrence pas Rangiroa ou Fakarava
  24. Perso, je trouves que la discussion à pour une fois un vrai lien avec l'objet de celle-ci ! Les gars, vous êtes tellement à bout que vous arrivez pas a discuter sans s'agresser, détendez vous ! Il a peut être gagné cette somme, grand bien lui fasse, aujourd'hui cela ne reflète peut être plus la réalité. Y'a quelques années la plongée n'était pas aussi ouverte qu'aujourd'hui, le tarif n'était pas le même probablement. De même que le confort client, la demande est tout autre aujourd'hui, il faut se plier en 4 pour que le client te mette tes fameuses 5* sur tripadvisor ou ne te démonte pas sur facebook. Tout ça joue sur l'aspect du travail, où on doit faire toujours plus, car nous même nous sommes plus peut être plus exigeant quand on prends une prestation. Le monde à changé, les boulots aussi, restez calme
  25. Pour ma part, j'ai toujours appris que la DTR est un des facteurs qui peut mettre fin a la plongée. Quand j'atteins la DTR maximale autorisé par mon DP sur une profonde, je dois sortir du fond et me mettre dans une zone où je ne la dépasserait pas (~15m un petit moment puis on continue de remonter) Si l'un des deux derniers paramètres (runtime,pression) arrive, cela termine la plongée. En gros, 60min runtime, DTR de 15max, a 45min tu pars faire tes paliers si ta pression de réserve pour la déco n'a pas été atteinte. Se promener a 30m ne fait pas partie du plan si tu decolle a ta DTR max, tu vas vite la retrouver et la dépasser. Si tu décolles du fond avec un DTR inférieur a la max prévue, là oui, tu peux te promener. Enfin je le gères comme ça, mais j'ai peut etre raté un truc Ps: je ne suis pas nitrox confirmé, mais j'imagine très bien que si tu passes en nx50 a 18m, tu démarres ta desat de manière franche, te permettant de réduire ta DTR et donc ta déco finale.
×
×
  • Create New...