Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Tarpon

Membres
  • Posts

    408
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Tarpon

  1. [Edit] C'est plus vicieux que ça. La formation des PN3 (les exercices, plongées techniques) s'arrête à 40 mètres. Mais l'arrêté indique qu'il peut y avoir enseignement de 40 à 60, pour des plongeurs P3 (niveau 3 obtenu), P4 et P5, l'encadrant étant E4 (MF2 ou BEES 2).
  2. Je sais pas pourquoi, mais je sens qu'elle va dégénérer aussi, cette discussion là... La formation s'arrête à la zone des 40 mètres. La plongée à l'air est désormais limitée à 60 mètres (depuis un peu moins de 20 ans). En France. [Mode Avocat du ON] J'ai croisé quelques "vieux" plongeurs que l'on a fait descendre bien en dessous de 60 (genre, entre 70 et 80... en Polynésie), à l'air, alors qu'ils n'étaient pas "même pas" niveau 3. Ils n'en sont pas morts. C'était bien sûr avant 1998. Ceux ici qui jouent à ça, et plutôt régulièrement, hors structure, ne vont pas forcément s'en vanter, mais ça existe toujours. Voilà pour les lmimites de la "physiologie". Je ne fais pas partie de ce "club", mais pour être descendu à 60 à l'air plusieurs fois, je témoigne qu'une fois la barre fatidique atteinte, y a pas de monstre marin qui vient choper le plongeur. [Mode Avovat du OFF] Concernant les N3 et l'apprentissage progressif de la profondeur, j'ai passé mon niveau dans un club où l'approche était assez pragmatique. La formation prend au moins deux semaines, quel que soit le niveau technique du plongeur. Une fois le N3 obtenu, un 2ème degré emmène le ou les plongeurs fraichement N3 (2 plongeurs maxi) qui le souhaitent (rares sont ceux qui refusent la promenade ) "tâter" un peu du "fond". Une ou deux plongées à 50, puis au moins une à 60, si les précédentes se sont bien passées. Malheureusement, on est pas égaux face à la narcose. On est tous gazés dès 40, mais certains beaucoup plus que d'autres. Il y avait avec moi un gars (très bien dans l'eau au demeurant) qui était systématiquement "fumé" dès 45 mètres, tests sur l'ardoise au fond à l'appui. Ben lui, "malheureusement", il n'a pas pu "essayer" plus loin. Pour les autres, dont je faisais partie, ça a été du bonheur. Pourquoi emmener de jeunes N3 à 60 ? Pour deux raisons. La première, c'est que les encadrants savent bien qu'un N3 peut être tenté de sonder, un jour ou l'autre. Pas tous, mais beaucoup (soyons honnête...). Alors quitte à ce qu'ils s'essayent à la descente, autant leur donner, à défaut d'un début d'expérience, au moins un apperçu de ce que c'est, une 50, puis une 60. La seconde, et c'est purement psychologique, c'est que quand on a fait quelques 50 et une ou plusieurs 60, ben on appréhende beaucoup moins les 40... C'est con, mais c'est vrai. Rares sont les PN3 qui ont beaucoup plongé (encadrés) à 40 avant d'entamer leur formation. Faut pas non plus "banaliser" la plongée à 40 mètres, mais le fait d'être allé zoner plus bas, voire nettement plus bas, ça donne un peu plus de confiance en soi et ça permet une meilleure compréhension du phénomène de narcose et de la gestion de la profondeur (temps passé au fond avant remontée, compromis temps explo/temps paliers, etc.).
  3. C'est surtout un débat qui a déjà apporté la preuve de sa vacuité. Le développement de l'internet (et de l'informatique) a dès le départ inquiété les professionnels du support "papier". L'expérience prouve que leurs craintes n'étaient pas fondées. Les deux types de support sont complémentaires, et l'informatique ne saurait remplacer les manuels et autres documents papiers dans de nombreux cas. C'est peut-être plus un problème de génération...
  4. On va pas refaire tout le débat ici, si ?... Que ce soit à droite ou à gauche, l'octo peut être utilisé, avec un flexible "standard" de 90 cm, à la fois pour soi et pour un autre plongeur. Porté à droite, je trouve ça plus pratique pour soi (et toujours utilisable pour un autre plongeur). Mais porté à gauche, avec un peu de gym (passer le tuyau derrière la tête), ça marche aussi. C'est juste qu'à droite, porté assez haut, il est accessible en une seconde et toujours bien visible. Le long tuyau, c'est surtout pour sortir d'un espace confiné l'un derrière l'autre. Et tout le monde n'adopte pas la config DIR wing + long hose. Tout dépend du type de plongée pratiqué. Même chose pour les tailles de parachute, en fonction de la profondeur d'où on va l'envoyer. Un para de 20 ou 25 litres, c'est difficile à bien gonfler à seulement 6 ou 7 mètres, croyez-moi...
  5. Ben y en a pas beaucoup, justement, comme je le disais. Le SK7 est un instrument de poignet (assez volumineux), le Handy est conçu pour être utilisé à plat dans la main. La taille de la lunette est assez similaire. Les deux permettent deux lectures, directe et indirecte (fenêtre de visée pour "cap retour"). Les deux acceptent une certaine inclinaison (ce qui est assez subjectif comme "avantage"; c'est pas si difficile que ça de tenir le machin "à plat", surtout le Handy -- c'était surtout important si on portait le compas au bras). Le coup de la boussole fixée sur une plaquette, ça le fait bien aussi, je pense, si y a pas de problème d'étanchéité. C'est juste qu'on a souvent pas envie de s'encombrer d'une plaquette, en explo (vive l'ardoise de poignet ). Mais ça donne un petit côté "commando".
  6. Ben j'ai aussi (j'utilisais, avant) un Suunto SK7, et y a pas beaucoup de différence, je trouve.
  7. Je ne construis pas de raisonnement, j'essaye de relativiser certains des arguments présentés (le nombre de plongées, les conditions difficiles...) Ce qui me chagrine (mais je vais m'en remettre, hein... ), c'est cette manie des plongeurs de critiquer les autres, de les juger en un coup d'oeil (faut voir les regards échangés sur un pont de bateau au moment où les gens s'équipent, en fonction du matos, de la rapidité à gréer le bloc, etc.), et de camper sur leurs certitudes, sur leurs préjugés. Le maillon faible, c'est obligatoirement l'autre. Si la plongée était pas terrible, c'est l'inconnu qu'a merdé. Et même si tout s'est bien passé, on trouvera souvent un truc à reprocher au plongeur qu'on connaît pas. J'ai cru remarquer que ce n'étaient pas les "meilleurs" qui avaient ce genre d'attitude. Un plongeur expérimenté, en général, il est plutôt cool et décontracté, et prêt à plonger, à priori, avec n'importe quel binôme de niveau "supposé égal" ( :trigolo: ). Et souvent, ça se passe très bien. Et quand bien même y aurait eu un souci, ben y va régler le truc simplement, sous l'eau, et pas prendre plaisir à en parler pendant des heures à qui veut bien l'écouter, de retour sur le bateau, de retour à son club "d'attache", ou sur un site web. Voili voilà. Allez, je vois bien que je vous lasse, je vais jouer ailleurs en vous laissant dire tout le mal que vous voulez de vos ex ou futurs infortunés binômes.
  8. Y avait effectivement un "problème" d'encadrement (bien entendu mis sur le compte des plongeurs en formation "qui voulaient pas travailler"). Je vais juste rajouter que j'étais en formation initiateur, donc ces PN2 c'est moi qui les ait récupéré en bassin après (ben oui, j'vous ai pas tout dit ). C'est aussi ce qui m'a définitivement faché avec les clubs de ce style. Mais passons. Du reste, je ne faisais qu'évoquer un exemple précis, en disant "si..." ; ce n'est pas moi qui ai généralisé. Pareil pour l'exemple de "l'éternel N1 ou N2" qui a plus de 500 plongées et qui reste aquatique comme un fer à repasser, malgré de gros moyens financiers lui permettant de plonger 100 ou 150 fois par an. Je n'ai pas dit que c'était fréquent, mais ça fait partie des réalités. Essayons de moins bomber le torse quand on parle de "l'autre"...
  9. Ce que je décris j'en croise régulièrement, et j'ai quand même passé trois ans en structure "piscine", dont les seules sorties étaient des carrières en Belgique. Résultat net : seulement 30% de réussite, en moyenne au niveau 2, et encore moins pour le 3. Concernant ces plongeurs et plongeuses, et outre les "incidents" (voir accidents) survenus lors de paniques (remontées bouchon), je peux te dire que du coup, et exclusivement à cause du type de plongées en milieu naturel qui leur a été imposé (des débutants ne devraient pas plonger dans ces conditions, mais c'est un autre débat et cette analyse est personnelle, libre à vous de la remettre en question) dès le départ, beaucoup d'entre eux et d'entre elles (Cf; résultats à l'examen) ont mis plusieurs années à obtenir leur niveau 2 ou 3. D'autres ont arrêté la formation (ont abandonné et ont conservé leur niveau). Certains ont arrêté la plongée. La trouille, je l'ai vue dans leurs yeux après en piscine et en fosse également. Un accident, ça marque. Des plongeurs comme ça, débutants, j'en revois régulièrement en mer, et malgré des conditions plus sympa, notamment au niveau de la température et de la visi, y sont pas tranquilles. Tous ne resteront pas "bloqués, mais la théorie qui dit que quand on a été formé "à la dure" on est meilleur est une belle connerie. Y a aussi des gens que ça traumatise, surtout si dès le départ ils n'étaient pas super à l'aise dans l'eau.
  10. Si vraiment tu veux te faire peur, tu peux consulter les conditions de garantie de ton matos, y compris stab... En général, pour se couvrir, le fabricant stipule que tu dois toujours utiliser le bordel avec le même gaz... Mais sinon je pense que tu peux utiliser ton détendeur habituel. Se renseigner auprès de la structure avec laquelle tu entrevois de passer la ou les formation(s) Nitrox, de toute façon. Certains chacals vont peut-être essayer de rajouter au prix de la formation la location d'un matériel "spécifique", alors fait marcher la concurrence.
  11. Hmmm.... Y a des récurrences qui me font sourire, quand même : 1) Le mauvais, c'est l'autre. Toujours. Comme dans un exemple cité récemment, il serait intéressant de recueillir également l'avis de "l'autre" au sujet de l'auteur de l'appréciation de départ. 2) Le bon plongeur c'est celui qui fait des dizaines, voire des centaines de plonges par an. Et, si possible, dans des conditions limites. Amusant également, comme postulat de départ. Vous n'avez jamais croisé de brêle complète arborant fièrement un carnet de plusieurs centaines de plongées ? Moi si, et pas qu'une seule fois (je sais, je sais.. CF première remarque ci-dessus... ). Quand on est fin nul, ben on le reste, surtout parce qu'on retourne pas en formation et qu'on ne se laisse rien dire, une fois le N2 (minimum) en poche. Quant aux conditions difficiles, si c'est pour former, en carrière, des pétochards qui resteront à jamais entre deux profondeurs et qui veulent mettre fin systématiquement à la plongée après 20 minutes, ben je pense qu'une approche plus décontractée, plus sécurisante du "milieu naturel" leur aurait donné plus d'aisance. Voilà.
  12. Point de vue "tolérance à l'inclinaison", le Handy est très bien aussi. Comme la plupart des compas, d'ailleurs. Faut bien marquer quelque chose dans les spécifications techniques...
  13. Mais si , y tient très bien sur la pince s'il est accroché en position haute. Y s'est peut-être décroché une fois ou deux sur une centaine de mises à l'eau (le plus souvent bascule arrière, mais pas mal de sauts droits aussi), en ce qui me concerne, et jamais en explo. Donc c'est fiable. Même pas besoin de mettre la pièce centrale dans l'embout.
  14. Bonjour et bienvenue ! T'inquiète pour les conneries, y a des fois c'est permis. Attention à l'humour " plongeur"...
  15. Ouais, j'allais le dire, le Rescue c'est pas la même chose que le niveau 3, surtout en venant d'un niveau 2. Et enchaîner des formations après le 2 c'est peut-être un peu prématuré. Justement, le niveau 2, c'est le premier niveau d'autonomie (relative). C'est juste après l'obtention du 2 qu'il faudrait que tu accumules des plongées explo, si possible en autonomie. Franchement, tu devrais en profiter pour gagner en expérience. Surtout si tu te destines à l'encadrement, à terme, ou si tu es tenté par le niveau 3, plus tard.
  16. Allez, vas-y, il est dans les cordes ! Pif paf poum, tu lui en remets une série vendredi avant qu'il ne récupère ! Il est cuit, là, l'a plus de souffle... Allez mu-rène ! Allez mu-rène !
  17. Pour le split, je pense que y a que les modos qui ont les outils... Moi je disais ça des fois qu'y en ait un ou une qui nage dans les parages...
  18. À ce compte là le mousqueton à pompe ça marche bien aussi... Style Dordj' o' the jungle...
  19. L'accroche flexible c'est pas fait pour tenir ce qu'il y a au bout du flexible... Mais pour garder le flexible près du corps (éviter les boucles).
  20. Et qui c'est qui se retrouve avec plus de questions que de réponses ?... Errrr... Peut-être qu'à ce stade, compte-tenu des questions et des suggestions qui fusent, il serait plus profitable de déplacer tous les messages relatifs à HEPS dans un thread qui lui soit propre ? J'ai l'impression qu'on a un peu débordé le sujet du thread d'origine, et c'est probablement pas fini... Un p'tit split, peut-être ?... Question à 2 balles en passant, t'as intégré l'influence de la vitesse de descente sur un éventuel début de narcose une fois arrivé au fond ?
  21. Exact, le logiciel pourrait ne prendre en compte que le déplacement du plongeur piloté par l'utilisateur, les autres étant là pour la déco (on supposera un "conducteur", et des équipiers qui se tiennent aux consignes ). En fait, c'était pour introduire un déplacement horizontal (défilement du décor du fond et variation de la profondeur d'évolution par rapport au décor, dans la fenêtre). Peut-être que c'est prévu pour les exercices de tables/déco ?
  22. Bravo pour le concept. Je pense que vous tenez là un outil pédagogique original qui peut trouver sa place sur un marché (la formation, les révisions...). Dommage que les problèmes de tables ne soient pas dispos en démo, c'est ce que voulais tester... La génération d'incidents ou "events" aléatoires (genre l'ordi qui se détache du bras pour tomber 10 ou 20 mètres plus bas que la prof max atteinte au cours de la plongée, au cours d'une remontée... ) pourrait rendre les exercices très instructifs. Une simulation de plongée autonome est-elle prévue ? Je pense que ça pourrait également avoir son intérêt, en ce qui concerne les profils. Evidemment, ceci supposerait l'animation de deux ou trois plongeurs, dont les paramètres (profondeur et conso) seraient visibles à tout moment...
  23. Bien compris, Gilles. Attention, je ne saurais en aucun cas prendre la parole au nom de plongeur.com Il n'y a pas, je pense, de volonté délibérée d'opérer un black out ici non plus. C'est juste que la création d'un forum spécifique ne semble pas justifié. Pour plusieurs raisons. Les informations qui pourraient y figurer trouveront naturellement leur place dans les forums existants. Par exemple ici, dans le Forum Principal, ou dans "Scubanews, les actus". Ma remarque ne concernait que le choix de la fédération de ne pas communiquer en direct avec les adhérents, ni même avec le public en général, autrement que par le biais de son magazine dédié. Mais ceci est un autre débat.
  24. Faut dire que deux posts et tous les deux pour vanter le club, sans passer par la case "Bonjour" ni la case "Je peux ?"... 5... 4... 3... 2... 1 et demi...
  25. Tu m'étonnes que c'est "une plaie", ces squatteurs-là. J'ai même vu des poissons se trimbalant un rémora s'approcher de plongeurs avec insistance, probablement dans l'espoir que le rémora changerait d'hôte... Je sais que cette explication de leur comportement est à la limite de l'anthropomorphisme, mais j'en suis presque sûr... Le dernier qui nous a fait le coup c'était un gros pagre à dents de chien. D'habitude il est impossible de les approcher, mais celui-là il nous a vraiment tourné autour pendant un moment.
×
×
  • Create New...