Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

foifoi1566974024

Membres
  • Compteur de contenus

    39
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de foifoi1566974024

  • Rang
    Rang du forum : Poisson perroquet
  • Date de naissance 26/09/1965

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. J'ai peut-être plongé une vingtaine de fois sur la réserve de Banyuls en 2016 ; je crois que j'ai croisé au moins un mérou à chaque fois ; et une vingtaine au mieux ! Je ne pense pas que leur nombre diminue, leur rencontre est liée au site, à la période dans l'année (ils sont vraiment plus nombreux en été) et au nombre de plongeurs. Bien sûr les mérous de Banyuls sont assez petits, par rapport à ceux qu'on peut voir à l'Estartit en Espagne par exemple. Mais je pense qu'ils sont plus nombreux actuellement qu'il y a une vingtaine d'années. Comme toi, je conçois mal que la pêche soit autoris
  2. Au mois de juillet, je ferai quelques plongées du bord en fin de journée avant la nuit ; il y a moins de touristes sur la plage et cela rafraichit après une journée à travailler en plein soleil ! Pour les photos, lorsque la visibilité est mauvaise, j'éclaire avec ma lampe de plongée uniquement et pas avec le flash interne. Avec un flash externe, ce serait plus facile, mais le mien est en panne... J'avoue que j'améliore le contraste et les couleurs de certaines photos sous "Photoshop elements". J'ai aussi des photos loupées que je ne présente pas
  3. Ce dimanche après-midi, je partage avec deux amis plongeurs une petite balade sous-marine à l’Anse d’en Baux, à l’entrée de Port-Vendres. On accède à la plage par un petit sentier un peu raide, mais ensuite la plage est abritée du petit vent marin qui souffle aujourd’hui. La mer est bien bleue vue de l’extérieur, nous verrons bien si elle l’est aussi en dessous de la surface ! + Un jeune nageur s’inquiète de voir des cosmonautes partir plonger... Les copains sont prêts, on y va ? Nous nageons quelques mètres en surface, et quand nous ne sentons plus le fond sous nos palmes,
  4. Merci ! Hélas, la mauvaise visibilité ne me permet pas de faire de jolies photos en ce moment... A l'Estartit, c'est déjà un peu plus clair qu'en côte Vermeille, c'est plus au Sud !
  5. Préambule (j’aime bien les préambules, ça fait vachement sérieux) J’hésite à vous raconter cette histoire. Elle pourrait vous rappeler certains contes de fée, et toute votre vie d’adulte on vous a appris qu’il ne fallait pas y croire. Et pourtant... Et si vous reveniez à votre âme d’enfant le temps d’une histoire ? ````` Donc, il était une fois l’histoire de plongeurs qui voulaient plonger ; cela n’a rien d’étonnant me direz-vous, mais il faut bien commencer ce genre d’histoire par «il était une fois». A la suite d’évènements trop longs à vous conter ici, je me retr
  6. Oui, avec le professeur Burp, désagrégé en biologie animale
  7. Ce week-end, j’ai rejoint mon univers onirique habituel, peuplé de monstres marins affectueux, de mes souvenirs, de mes sentiments pour tous ceux avec qui je partage si intimement ces plongées. Viens avec moi, en compagnie de Sylvie et de Guillaume, je t’emmène découvrir les épaves catalanes, temples mystérieux de la vie sous-marine. Et si nous commencions par l’Alice Robert, la plus belle dans mon cœur ? Il faut d’abord suivre soigneusement le fil d’ariane qui nous éloigne de la réalité de la surface des eaux et nous amène sur la proue de l’épave. + Là, un énorme canon po
  8. On y retournera ensemble, j'espère. Ce matin, le bateau était plein, et personne n'a regretté d'avoir fait ce site plutôt qu'une épave, vu l'état de la mer. C'est un site assez peu plongé, pas assez multi-niveaux, car on descend en pleine eau sur un fond entre 17 m et 22 m. Pourtant c'est exceptionnel. À une époque (il y a 5 ou 6 ans), j'y faisais de nombreuses plongées de nuit, j'y ai vu des nudibranches que je n'ai jamais revus depuis. Dans le même style un peu plus profond (-27 m environ), il y a la roche Saint-André où je n'ai pas plongé aussi depuis des années, je me rappelle de con
  9. Je vous écris ce petit message, mais mon esprit est encore ailleurs, quelque part sous les eaux claires au large d'Argelès-sur-Mer. J'ai dû l'oublier, je suis si distrait parfois que j'en perds la tête. La mer était vraiment mauvaise ce matin, et pour nous faire plaisir Rodolphe nous a quand même sortis pour plonger ; avec ce vent chaud venu du Sud, il fallait se rapprocher de la côte rocheuse, les Albères nous protégeaient un peu. Alors nous avons mouillé l'ancre sur le sec de Tavac, presque en face du port d'Argelès. Plouf ! Me voilà avec mes compères de plongée habituels, Daniel et
  10. Sur le même thème, il y a eu un reportage de France Bleu Roussillon, et un petit article sur leur site internet : http://www.francebleu.fr/infos/les-epaves-sous-marines-des-pyrenees-orientales-un-patrimoine-meconnu-sauvegarder-1616787
  11. Une nouvelle association a été créée en Côte Vermeille, qui concerne tous les plongeurs intéressés par les épaves : l'Association pour la Sauvegarde du Patrimoine des Épaves sous-marines des Pyrénées-Orientales (ASPEPO). Voici le blog, à ses débuts : http://aspepo.blogspot.fr/ Un article est paru dernièrement dans le journal local l'Indépendant (il est d'ailleurs repris sur le blog). Enfin, et c'est le but de ce message, afin de connaître l'intérêt des plongeurs pour les épaves des Pyrénées Orientales à différents points de vue (économique, historique), un petit questionnaire en l
  12. Dans le même style, je dois avoir un poisson à deux têtes dans ma photothèque... Encore un serran ayant avalé un sauclet... Mais comme le sauclet fait presque la longueur du serran, il y a forcément un bout qui dépasse !
  13. En fait, le bernard l'ermite vit en symbiose avec une anémone ; c'est l'anémone qui émet ces filaments urticants (aconties) sur un signal du bernard l'ermite, en cas de danger. En général, ce n'est pas à cause des plongeurs, mais d'un poulpe !
  14. Comme tous les plongeurs le savent, c'était ce week-end le salon de la plongée à l'Anse de l'Huile. Ce dimanche matin, il n'y avait pas encore trop de foule quand nous sommes arrivés. Je préfère cela ! + Nous avons tout de suite rejoint le stand des hippocampes. Mais où sont-ils ? Ils ne sont pas encore arrivés, les gorgones blanches sont désespérément libres... + Que je suis déçu ! C'est l'inconvénient d'arriver trop tôt. Mais tournons nous vers le stand des céphalopodes. Mon binôme a trouvé une petite copine. + Mais maman seiche n'apprécie pas qu'on prenne de
  15. Merci à tous ! Jeffdulac, cette photo est un peu plus ancienne, elle date de la sortie annuelle du club à Cala Montjoi, en juin dernier. Toutes les photos de mon histoire proviennent d'une même plongée de nuit ; toute l'histoire est véridique bien sûr.
×
×
  • Créer...