Aller au contenu
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

clic

Membres
  • Compteur de contenus

    17
  • Inscription

  • Dernière visite

link1
link2
link3

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

clic's Achievements

Apprentice

Apprentice (3/14)

  • First Post
  • Collaborator
  • One Month Later
  • One Year In
  • Week One Done

Recent Badges

4

Réputation sur la communauté

  1. Merci @FREDOX pour cet accueil dans ce groupe fermé pour les gens mal fermés ! Triste de savoir que malgré les efforts et les interventions, le problème n'ait pas pu être résolu. Heureusement cependant que rien de grave ne soit arrivé, ni en plongée ni lors des poses de parapluie. @pparis et @caolila le FOP est une malformation, donc une anomalie cardiaque, en effet fréquente (~25%). Cependant les tailles et formes varient et par conséquent le nombre de bulles pouvant passer en plongée aussi ce qui augmente plus ou moins les risques d'ADD en plongée. De plus, il y a en effet d'autres risques associés : notamment les AVCs, qui suivent la même logique d'"embolie paradoxale" que les ADDs avec passage de caillot du côté veineux vers le coté artériel, mais aussi les migraines. (Je ne suis pas médecin, mais c'est ce que j'ai pu comprendre de mon cardiologue et de ce que j'ai pu glaner sur le web) Même si j'ai envie de me remettre à la plongée (et d'ailleurs je m'y étais remis avant le diagnostic, sous nitrox et avec limitation à 20 mètres, mais passons), je comprends maintenant qu'au vu de mon FOP, je risque gros. Surtout qu'après réflexion de ma part, je réalise que mon ADD décrit dans ce fil n'est probablement pas mon seul ADD. J'avais en effet passé une après-midi épuisé et essoufflé dans une chambre d’hôtel, après le premier double tank de ma vie - agrémenté de quelques soucis comme une crampe et un baliste titan très énervé - sans comprendre qu'il s'agissait sans doute d'un ADD (pas de douleurs ou autre, ce qui ne m'avait pas mis la puce à l'oreille, je pensais que la fatigue était... normale). Il est temps de s’entraîner à l'apnée !
  2. Le problème pour moi est que l'opération n'est pas qu'un simple rebouchage en transcutané, mais nécessite une opération à cœur ouvert...
  3. De ce que j'ai compris, il y a différentes tailles et formes de FOP, qui ont des comportements différents (certains laissent passer au repos, d'autre uniquement à l'effort, certains juste quelques bulles, dans d'autres une armée). Quoi qu'il en soit, le mien est moyen, et d'une forme atypique. Par précaution, les cardiologues m'ont donc contre indiqué la plongée. Peut-être qu'en insistant...
  4. Bonjour @Flo, Merci pour cette réponse très détaillée. Je n'ai pas répondu avant car j'attendais d'avoir le verdict final, mais malheureusement j'ai un FOP non-réparable contre-indiquant définitivement la plongée... Je garde néanmoins précieusement ces informations, ma compagne elle pouvant tout de même plonger !
  5. Bonjour, Je vous apporte la conclusion de cette histoire. On m'a détecté un FOP à l'ETO de taille moyenne, atypique et nécessitant une opération à cœur ouvert pour être réparé... La plongée est donc finie pour moi. Bonne continuation à tous !
  6. Bonjour à tous, J'ai pour projet d'aller en Corse fin août, et j'espère pouvoir y plonger, sous réserve d'un bon résultat d'ETO (version courte : ADD en janvier, et découverte de shunt, dont la cause n'est pas encore diagnostiquée). Je serai dans le coin de Propriano, et en furetant sur le forum j'ai trouvé ces deux clubs : "Porto Pollo" et "Torra Plongée". Il y a aussi "Propriano Plongée", mais qui semble être moins plébiscité. Ces clubs font-ils toujours l'unanimité chez les membres du forum ? Quels sont les sites à privilégier en se limitant à 20 ou 30 mètres (PE40, mais avec shunt) ? Merci d'avance!
  7. Merci pour vos messages, mais malheureusement, tout n'est pas parfait : on m'a fait passer un écho doppler transcranien (EDTC) et il y a eu quelques bulles qui sont passés en forçant un Valsalva. Conclusion, j'ai un petit shunt (au moins, il est léger), à voir si j'ai envie de passer une écho transoesophagienne (apparemment bien douloureuse) pour quantifier exactement sa gravité, et voir s'il est possible de le réparer. Le docteur m'a dit que je pourrais replonger sous 3 mois, avec les conditions de la FFESSM. Du coup, je crois que je suis parti pour passer une qualification Nitrox après ma reprise !
  8. Hello, petite news, rien à l'IRM, c'est déjà ça. Il me reste à faire le dépistage de FOP et je pourrais peut être reprendre dans moins longtemps que ces interminables 6 mois...
  9. Je t'ai répondu en MP, je ne veux pas accuser le club ou le GP sur ce forum, mais plutôt comprendre les erreurs ou lacunes qui ont menées à mon accident.
  10. Alors... c'est la première fois que j'en entends parler... On nous a appris purge lente à gauche, rapide à droite devant et derrière... J'aurais bien aimé connaitre ce fenstop avant du coup.
  11. Hélas, la plongée est terminée pour moi en Polynésie suite à la contre indication de 6 mois (nous en repartons dans 4 mois). Je ne pourrais même pas changer de GP.
  12. @la philoche @PlongeurSDF @iove Merci pour vos conseils sur les trucs et attitudes à avoir dans ce genre de cas. Merci à @Lagos pour le conseil de lecture, j'ai du temps à y consacrer maintenant. @Joe06 Hélas, nous étions apparemment dans le 2ème cas de figure. Et pour répondre à @caolila c'était un pro du club, instructeur CMAS 3*. Pour rajouter une petite histoire (et pour en rajouter une couche sur l'aspect un peu aventureux de la plongée en Polynésie ou le fait que je sois simplement un poisseux), j'ai fait une de mes premières plongées d'explo où le GP (autre club, autre mono) partait souvent devant, à des distances tout de même assez conséquentes (à la limite de la visibilité). Evidemment, pour pimenter la plongée, je fais une crampe au mollet. Pendant celle-ci, je me suis retrouvé seul, ma binomette ne m'ayant pas vu et essayant de suivre le GP tant bien que mal, qui continuait à tracer sa route. 2 ou 3 minutes passent, ça passe en me massant le mollet, par contre je ne vois plus du tout personne. Je pars à tâtons dans la direction où je les ai vus en dernier (heureusement il y a souvent un bonne visibilité en Polynésie). J'aperçois ma compagne, hourra ! Par contre elle a un comportement étrange... En me rapprochant (lentement, ça fait toujours un peu mal), je comprends : elle se fait pourchasser par un baliste titan en train de défendre son nid. Nous voyons alors enfin le GP arriver et faire diversion, plus de peur que de mal pour tous les deux... Mais nous ne sommes jamais retournés dans ce club.
  13. @PlongeurSDF Mon carnet n'étant pas très rempli, ça va aller vite : 4 plongées de niveau 1, 6 plongées d'explo, 5 plongées de PE40, et direction Rangiroa pour 5 plongées en 2 jours (24 puis 27 mètres le premier jour, 24, 41 puis 26 le lendemain... toutes avec le même club et le même mono), et depuis 2 plongées par semaine. En tout 25 plongées sur 2 mois et demi, dont 9 cours théoriques, 10 en comptant le baptême... Pour l'intervalle de surface de ce weekend, sortie de plongée la veille à 15 heures, et retour sous l'eau le lendemain à 11 heures. Nous n'aurions pas du se lancer dans une plongée profonde avec ces 2 heures manquantes à l'intervalle de 24 heures, mais vu nos plongées passées à Rangiroa (voir ci-dessus) nous n'avions pas réalisé la gravité de la chose. En tout cas, cette expérience nous a permis de mieux cerner les risques de la déco, car en respectant les paliers et les précautions d'usage (s'hydrater, éviter les efforts, éviter les profils de plongée à risque) nous pensions être à l'abri. Encore une fois, nous avons clairement manqué de formation et de théorie. Et nous serons plus critiques à l'avenir sur nous-mêmes et nos plongées. @Matt Oui, elle l'a même dit au moniteur qui lui a répondu qu'il n'allait pas vite et que le problème venait d'un manque de stabilisation de sa part. J'ai moi-même du gérer dans d'autres plongées mon essoufflement (lié à une mauvaise respiration, des gestes parasites, une gopro...), mais d'un naturel peu anxieux, j'ai toujours réussi à garder mon calme et récupérer au bout d'un moment (tout en assassinant ma bouteille). J'avais depuis appris à éviter ce genre de problèmes en adaptant mon palmage, mes gestes et ma respiration. Je n'aurais pas du suivre l'allure du moniteur lors de cette plongée, j'aurais me serais évité ces ennuis, et j'aurais ralenti le rythme pour tout le monde, et surtout pour ma compagne. Il s'agissait par contre pour elle de son premier essoufflement. En voyant sa conso, le GP l'a juste pris sur son détendeur, mais n'a pas fait de pause et nous avons continué à palmer, elle n'a du coup pas pu se reposer et récupérer. Entre le stress de l'essoufflement, et le stress de mettre fin à la plongée du groupe entier, elle a perdu tous ses moyens quand elle a commencé à remonter... Au moins elle n'était pas en panique totale et n'a pas palmé vers le haut. Je pense que la leçon est apprise (dans la douleur) pour tous les deux : essoufflement égal à je me repose, et vous m'attendez.
  14. Petite précision, le palier de 20 minutes était sur une autre plongée, dans un autre club, sur une autre île. On nous avait dit de bien faire attention à notre ordinateur au briefing, car c'était tout de même la troisième plongée de la journée (cela relève peut être aussi de l'inconscience pour des PE40 à ~20 plongées, mais à aucun moment le DP ne s'en est ému), mais une rencontre avec les dauphins a fait oublier la mise en garde et le temps de palier s'est accumulé pendant ce temps... @Matt Nous avions plongé 2 fois avec ce guide, une fois à nos débuts et une fois il y a à peine 2 semaines, sur une plongée à 20m. Il nous avait d'ailleurs dit que nous avions fait des progrès que ce soit en conso ou en stabilisation. Maintenant que j'y pense cela dit, j'avais déjà trouvé la plongée rythmée la dernière fois que nous avions plongé avec lui.. @Nicolas Duguay Je ne sais pas si le système français est le même que le polynésien, mais la théorie du niveau 1 s'est restreinte à 3 feuilles Word avec quelques bases en pression, profondeur, barotraumatismes et accidents. Il n'y a eu aucune théorie papier pour le PE 40, on nous a juste appris à reconnaître une narcose et les gestes associés, et lire un ordinateur de plongée. A aucun moment le risque de la déco est évoqué, tant que les paliers sont respectés... Pour les questions psychologiques évoquées par @stef75, on repassera. Je comprends à lire tous vos messages que nous avons surement voulu aller trop profond, trop vite, sans avoir accumulé assez d'expérience auparavant. Ce qui est surprenant, c'est que personne sur place n'ait tiqué sur le fait de vouloir et pouvoir passer son PE40 au bout de 10 plongées, et d'aller faire des dérivantes à 40 mètres au bout de 20 plongées... Nous allons surement reprendre plus lentement quand je pourrais à nouveau plonger, réviser les bases et sans doute se pencher sur la théorie du niveau 2 qui a sans doute fait défaut ici...
  15. Sans vouloir rentrer dans un débat qui me dépasse de part mon peu de formation et d'expérience, il n'y a pas (ou du moins rien au papier) de théorie pour le PE40. Nous tentons de faire au mieux à chaque plongée (stabilisation, consommation, respect des instructions et des paliers) en faisant confiance à notre DP pour le planning et les paramètres de la plongée.
×
×
  • Créer...

logo.png.82da6b1cbfb259c1df0e18cf18904a1e.png

 

Plongeur.com propose des services gratuits et n'est financé que par la publicité. Nous faisons de notre mieux pour éviter les formats intrusifs (au dessus du contenu, avec du son,etc...) et pour que celle ci soit la plus acceptable possible.

 

Si vous aimez les services de Plongeur.com, que vous trouvez des informations utiles et que vous voulez continuer a en profiter longtemps et gratuitement, désactivez votre bloqueur de publicité pour notre site !