Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Pilou Garou

Membres
  • Posts

    283
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Everything posted by Pilou Garou

  1. C'était de la rigolade ce qu'on m'infligeait il y 25 ans, en comparaison de la vidéo ! Sur la vidéo, c'est à la limite si ils foutent à poil le gars - quand tu passe avec succès ce test, normalement t'es paré à tout : chute de pierre, attaque de mégalodon... Divemaster, c'est l'équivalent de nos MF ? Je trouve ce test plutôt judicieux. Même si bien sûr, c'est pas en condition réel à 30m...
  2. Petite précision : Les S600 après 2011 sont de nouveau avec barillet en métal.
  3. Je plonge depuis un mois avec justement un MK18 acheté d'occaz sur lequel j'ai greffé un G250. A l'origine, je comptais m'en servir uniquement comme détendeur au cas où mon MK25 S600 me jouerait des tours. Et je voulais un détendeur à membrane. Finalement pour l'eau froide, mon MK18 G250 est devenu mon détendeur principal (pas encore testé mon MK25 à 6°). Et bien, j'en suis hyper content. Dans une eau à 6 degrés. Aucun soucis, pas l'ombre d'un givrage à l'horizon. Et pourtant je pompe pas mal d'air, particulièrement durant les exercices. Franchement niveau confort, j'adore le G250. Il n'a strictement rien à envier à mon S600 ou un Legend. Tout du moins jusqu'à 20 mètres, vu que je suis pas allé plus loin avec pour l'instant. Et j'ai pas mal comparé avec le Legend et le Legend Glacia. Car j'ai les ai eu, aussi achetés d'occaz. Je les ai révisés... et revendus ! Car je sais pas comment le définir, mais j'ai pas accroché plus que çà sur les Legend. Je préfère mes Scubapro. Et en plus je trouve plus facilement les kits d'entretien... La "mécanique" interne du G250 est très proche de celle du Legend (barillet métal). Tout comme le S600 est dérivé du G250. D'ailleurs les kits d'entretien sont les mêmes. Sauf que sur le S600, la membrane est plus petite et que le barillet est en plastique (sauf peut-être certaines versions). J'ai aussi essayé sur mon MK18, un Beuchat VX10 Iceberg. Très bon aussi ! Tonito, tu verras tout de suite la différence en passant d'un R380 - non compensé (que j'ai aussi eu) à un G250 ou un S600 - compensés. C'est garanti Et ne change pas ton MK18, c'est un bon détendeur !
  4. Dis que je suis un cancre Après, mon N1 j'ai dû aller étudier sur Angers (j'étais sur Laval). Et en 99, je me suis mis à mon compte dans l'informatique. Ce qui m'a valu à l'époque le titre du plus jeune entrepreneur Donc j'avais d'autres chats à fouetter. Mais franchement, pratiquer en club me manquait déjà. Je disposais que des vacances estivales pour plonger. J'avais investi dans mon propre matos pour plonger solo. Et occasionnellement je faisais une plongée en structure pro. Jusqu'à la reprise en club de l'année dernière. Ce qui fait sans doute actuellement aussi de moi, celui qui a laissé passer le plus de temps entre son N1 et son N2
  5. Je rappelle le contexte, formation durant la saison 1994/1995 j'étais ado (15 ans). L'un des plus vieux parmi les enfants passants le N1. La formation se déroulait quasi exclusivement en piscine. Par formation "militaire" j'entends : - Les longueurs de bassins PMT en veux tu en voilà - Des exercices assez rudes comparés à maintenant (arrachage de masque, fermeture de robinet sans prévenir, décapelage avec échange d'embouts) - Le côté un peu sec dans le ton employé par l'ancien militaire, mais pas désagréable pour autant. En clair, on était pas materné. Nous avions de mémoire, deux formateurs habituels. Déjà relativement âgés pour l'époque... L'ancien militaire avait déjà passé la soixantaine et l'autre l'approchait. Globalement, je garde un excellent souvenir de mon passage dans ce club. Je regrette de ne pas avoir pu poursuivre en club à l'époque en raison de ma scolarité. Cependant, j'ai continué plus ou moins régulièrement à plonger la majeure partie du temps en solo. Ceci jusqu'à ce que je me réinscrive en club l'année dernière.
  6. J'ai jamais sous entendu que c'était un ringard. Mais plutôt qu'il avait une approche assez "militaire" de la formation, c'est tout. D'ailleurs, j'estime qu'il m'a plutôt bien formé. Même si des trucs enseignés à l'époque ne servent plus.
  7. Je rejoins alofi sur le coût de la plongée. Bien sûr, c'est un peu plus coûteux que de pratiquer le ping pong Mais en milieu associatif, çà reste très abordable. Le matos en occasion coûte presque rien. Récemment, j'ai équipée une amie en totalité (bloc et ordi exclu) pour à peine 200 € ! Oui moins de 200 € pour un détendeur complet Mares MR12, combi, palmes, stab, plombs, etc.. Sur le bon coin, en cherchant un peu avec un petit poil de patience, on peut s'équiper de matériel correct sans se ruiner. J'ai fais la révision de son détendeur et roule ma poule. Là où ce loisir devient coûteux, c'est quand on voyage et/ou que l'on plonge régulièrement en structure pro. Car en passant par un club associatif pour moins de 200€ l'année dans mon cas, je plonge toute les semaines en carrière (et piscine hors covid). Pas de gonflage à payer et la formation / validation de niveau incluse. L'été dernier, j'ai claqué une centaine d'euros rien qu'en gonflage sur mon lieu de vacance. Soit la moitié de ma cotisation auprès de mon club. J'ai depuis pas mal plongé avec le club tout en étant formé. J'en ai déjà largement pour mon argent et l'année n'est pas finie Pour en revenir au matos, bien sûr la note peut vite monter si on s'équipe en neuf ou qu'on commence à acquérir du spécifique - combi étanche, recycleur et autres jouets. Quoique pour les étanches, le bon coin regorge aussi d'annonces... En tout cas, le coût de la plongée est sans commune mesure avec d'autres loisirs tels que ceux qui touchent à l'aviation / parachutisme et les sports mécaniques pour ne citer qu'eux.
  8. J'avais mal compris Tout à fait d'accord que ce que j'ai vécu dans les 90' ne se fait plus Un de mes formateurs était un ancien nageur de combat, ce qui explique ceci... Depuis ma formation mon N1 et jusqu'à ma reprise récente en club, je constate que les choses ont pas mal évoluées. Le N1 actuel est nettement plus "simple" qu'à l'époque. D'ailleurs, on n'avaient même pas de stab. J'en viens même à me demander comment je faisais pour plonger sans
  9. La RSE... Franchement, le coup du masque arraché par le moniteur, c'est du vécu !! On m'a fait le coup 2 fois pendant ma formation N1 dans les années 90. J'y ajouterais aussi la fermeture "impromptue" du robinet > décapelage obligatoire
  10. Merci iove pour le p'tit documentaire. A bien y regarder, certaines choses dans la formation n'ont pas beaucoup évoluées
  11. Dommage, une petite remise à niveau obligatoire ne serait pas du luxe - par exemple tous les dix ans.
  12. J'en ai pas encore croisé des comme çà en plongée. Après, je n'ai pas fréquenté des tonnes de moniteurs durant ces vingt cinq dernières années. Par contre, en enseignement moto, malheureusement je confirme pour certains. Aucune remise en question, niveau de pratique assez misérable et de surcroît une pédagogie pourrie avec l'incapacité de s'adapter à l'élève ! Se remettre en cause et évoluer est effectivement primordial. J'ai très souvent modifié ma façon d'enseigner selon l'élève, quitte à bien s'écarter du livret de formation. Aussi bien en moto qu'en auto. Ce qui m'a valu parfois des remarques de mes collègues qui se bornaient à suivre bêtement le livret de formation sans plus réfléchir. Au final, j'avais un meilleur taux de réussite aux examens ! Et du coup, on me refilais en douce les "boulets", qui après avoir échoués avec mes collègues, réussissaient avec moi. Pourquoi ? Pas parce que je suis le meilleur moniteur au monde. Juste que je savais m'adapter à eux et leur faire prendre confiance. Par contre, en course sur piste, je ne pense pas que j'arriverais premier Donc oui, moi le premier je pense être un moniteur correct, mais sans doute pas le meilleur motard en terme de performance. Il n'existe pas des stages de remise à niveau dans l'encadrement / monitorat plongée ? Désolé, pour ce HS
  13. Au club, on a un jeune N4 (22 ans) qui plonge depuis son enfance. Il encadre régulièrement. Il est pas encore E1 (because retard covid), mais cela ne l'empêche pas de nous former officieusement... Et j'en suis le premier satisfait. Oui, tout à fait. Excepté qu'un bon moniteur sera rarement un mauvais plongeur quand même Sauf si il est du genre "fais ce que je dis, pas ce que je fais"...
  14. Caolila, pas assez patient ? La pédagogie, çà se bosse. Même si on est pas forcément doué pour çà à la base. C'est tellement agréable et gratifiant de voir ses élèves progresser.
  15. Je vais faire le parallèle avec le métier que je connais bien > enseignant de conduite auto / moto. C'est exactement le même genre de problématique, les pro ayant pignon sur rue font tout pour éviter une "libéralisation de l'activité". Pour résumer : Je possède les diplômes d'état adéquats Je peux enseigner gratuitement la conduite auto / moto. Mais il m'est impossible de facturer sans obligatoirement avoir pignon sur rue. Ce qui signifie obligation d'avoir un local aux normes (accès handicapé, sécurité, surface minimale et salle de code séparée de l'accueil) et ainsi obtenir un agrément me permettant de travailler avec rémunération. Mais dispenser uniquement des leçons payantes de conduite / plateau sans avoir le local, donc sans agrément, c'est interdit. Alors que désormais le code se bosse chez soi, le local servant juste de point de chute. J'aimerais pouvoir bosser en freelance sans avoir le local - juste les véhicules. Beaucoup de moniteurs sont comme moi. Mais les auto-écoles ayant pignon sur rue freinent des quatre fers et font tout pour maintenir cette histoire d'agrément, afin d'éviter une concurrence qu'elle juge déloyale. Alors que nous sommes soumis à la même autorisation d'enseigner délivrée uniquement aux diplômés d'état... C'est dommage, car pouvant bosser sans local, l'heure de conduite serait moins chère. Les élèves seraient gagnant et je n'aurais pas les charges afférentes à un local quasi inutile.
  16. Oui, je parlais bien dans le cadre de l'enseignement. Oui 14m Mais en pratique, sauf pour le tout débutant, faut reconnaître que çà fait pas un si grand écart On reste dans une zone sans risque de toxicité, tout en restant presque toujours dans la courbe de sécurité. Juste que si il faut remonter rapidos (ce qui est bien entendu vivement déconseillé), c'est un poil plus long, c'est sûr.
  17. Alors qu'un E1qui est N2 peux le faire jusqu'à 6 mètres. Ce qui de facto, sauf si j'ai mal compris fait du E1 / N2> un GP jusqu'à 6 mètres aussi bien en piscine qu'en milieu naturel. C'est pas plus dangereux pour un simple N2 ?! Car il sera tout autant responsable de ses élèves à 6m que le N4 E2 avec les siens à 20m... Les pépins peuvent autant arriver à 6 qu'à 20 mètres. Une surpression pulmonaire à partir de 6m doit déjà faire quelques dégâts. C'est tout de même mal foutu comme réglementation. En E1 on laisse presque autant de latitude qu'en E2 (excepté la profondeur max et validation N2) alors que le niveau de compétence et par conséquent d'expérience de base n'est pas comparable. C'était çà la base de ma réflexion. Le grand écart entre N2 et N4, pour des prérogatives d'enseignement quasi identiques entre E1 E2.
  18. Je pensais qu'en formation E1 / E2, il y avait de la pratique dédiée à l'encadrement. Autant pour moi si ce n'est pas cas et cela justifie effectivement le N4. Après la différence entre un bon pratiquant et un formateur en général, je la connais étant moniteur auto / moto. Un excellent motard sur piste, ne ferait pas forcément pour autant un bon formateur. C'est sans doute valable pour la plongée aussi. Mais si la formation N4 est la gestion des autres, n'est-ce pas déjà ce que l'on appréhende en N2 avec l'autonomie ? Parce qu'en N2, on arrête pas de nous bassiner qu'on est co-responsables les uns envers les autres, qu'il faut veiller sur l'autre, etc... Certes rendu là, on est déjà N1 avec normalement un minimum d'acquis Mais logiquement le N3 est un renforcement de cette autonomie et par conséquent l'obligation d'avoir un oeil sur l'autre. Si un N3 a bien été formé, qu'il est expérimenté et que sa formation E2 serait de qualité, qu'est-ce qui l'empêcherait de former des N1/N2 ?! Car franchement pour être en plein dedans en ce moment, j'ai pas l'impression d'acquérir nettement plus de savoir pratique en PN2 par rapport au N1. Si ce n'est les remontées assistées, le parachute, un poil de RSE et la théorie plus étoffée. Car physiologiquement, le gap n'est pas important entre 6 mètres et 20 mètres. Après ce n'est que mon ressenti...
  19. Merci pour ces éclaircissements. Contrairement à vous, comme vous le constatez, je suis loin de tout connaître sur l'encadrement / formateurs plongée. C'était plus une interrogation et une réflexion personnelle sur le sujet. Malheureusement, comme j'ai pu l'observer et en avoir discuté avec d'autres plongeurs (pas que de mon club), y'a clairement une crise des vocations pour encadrer / former. D'où mon interrogation sur l'intérêt d'assouplir les modalités d'accès à l'E2 pour former jusqu'à 20 mètres. Perso, j'ai vraiment envie dès que j'aurais les compétences et l'expérience, de partager ma passion auprès de mon club. Même les baptêmes m'intéressent, rien que pour voir le sourire de la personne à la sortie de l'eau Dès que possible, j'entame la formation E1. Ensuite, je verrais dans quelles conditions passer le N3 auprès de mon club. Mais je n'irais probablement pas au delà. Je ne sais pas si j'ai les capacités physiques suffisantes pour passer le N4. Et vu que mon club ne pourra pas me former N4, pas envie ni les moyens de payer une blinde "pour les autres". C'est pour cela que je trouve dommage de ne pas pouvoir faire le E2 avec le N3. Franchement, vu le contenu de la formation N2, je vois pas pourquoi un bon N3 expérimenté ne pourrais pas assurer la formation à défaut de pouvoir la valider... En attendant pour aider le club, je vais faire la formation TIV. D'ailleurs j'ai participé à l'inspection visuelle des blocs il y a quinze jours. Pour en revenir à une "compensation" des MF1, la fédé pourrait prendre à sa charge une partie et/ou assurer gratuitement la formation des futurs MF1. Néanmoins, je ne connais pas l'état des finances de la fédé Pour le club, un pourcentage de la cotisation annuelle de chaque élève formé, reversé aux encadrants ayant assurés la formation. Se serait équitable - surtout vu l'investissement personnel et financier que cela demande. Au moins, que cela permette au formateur de renouveler son matériel... Après, C'est juste une idée. Mais je doute que quelqu'un de la fédé me lise...
  20. Toujours pour plus d'accessibilité à l'E2, pourquoi ne pas faire une formation E2 plus "étoffée", mais accessible dès le N3 ? Tout le monde n'a pas envie de se taper le N4 qui finalement est il me semble plus une passerelle pour aller sur le MF1, car le N4 n'a aucun intérêt pour le plongeur loisir ne souhaitant pas encadrer. C'est juste une réflexion personnelle peut-être pas la plus pertinente, mais cela permettrait de former plus d'encadrants...
  21. Il n'y a pas déjà des modules "encadrement" dans la formation E1 / E2 ?!
  22. Je doute que mon club ai les moyens de rémunérer un MF1 au même titre qu'un pro. Quand je parle de rémunérer les MF1, je pense plus à une "compensation" pour l'investissement personnel fourni. Et pour inciter les N4 à devenir MF1, que la formation soit intégralement prise en charge sous condition d'un engagement minimum après. pas question de négliger ce que représente la formation N4, mais rendre l'E2 accessible dès le N3 serait bénéfique au problème du manque d'encadrants. Parce qu'enseigner à 6m ou 20m, il n'y a pas énormément de différences...
  23. Bonjour à tous Je me joins à votre conversation. Même si le fonctionnement des clubs et leurs intrigues de couloir me sont assez inconnus, il se trouve que mon club manque cruellement d'encadrants. Actuellement nous avons qu'un seul MF1 réellement actif, mais malheureusement plus tout jeune et qui d'après ce que j'ai appris récemment, n'aurait plus une santé de fer. Ce qui toutefois ne l'empêche pas de plonger dès que possible Nous manquons aussi de E2 ou de personnes pouvant être DP. J'ai un peu questionné au club pour connaître la raison de ce manque d'encadrants. Ce qui semble revenir comme réponse, c'est l'investissement personnel et/ou financier assez important pour devenir N4 avec possibilité d'encadrer / E2, voir pire pour le MF1. Mais aussi, d'après mes observations, certains n'ont semble t'il pas trop envie d'encadrer / former pour diverses raisons... Donc pour rebondir sur la rémunération des MF1, à première vue ne serait-ce pas une bonne idée dans le cadre associatif ? Cela motiverait plus de candidats potentiels, tout en assurant la pérennité des clubs. Parce que dans mon club, à moyen terme çà sentira le sapin si plus personne n'est là pour encadrer / former les futurs plongeurs. Déjà que chez nous c'est plus que difficile de passer le N3, faute de lieu adéquat et de notre principal MF1 qui n'est plus sensé faire de profondes... Perso, çà me turlupine un peu. Car déjà j'aimerais bien obtenir mon N3 dès que possible. Mais aussi pouvoir partager en devenant E1 voir E2. Malheureusement je trouve dommage de réserver le E2 qu'aux N4. Il faudrait pouvoir passer le E2 dès le N3 (sous condition d'une bonne expérience). Enfin voilà, ce n'est que mon observation de "bleu" en club associatif. Quand j'ai passé mon N1 ado, je m'en souciais pas du tout
  24. Pour l'instant et probablement jusqu'à l'été, la profondeur max sera 20m vu qu'il y a peu de chance que je plonge ailleurs qu'à notre carrière d'ici là... Et puis je suis qu'en préparation N2, donc j'irais pas plus profond avec mon club avant Au moins, cela va me laisser du temps pour bien apprivoiser mon étanche. Il semble judicieux d'expliquer à son binôme le fonctionnement de l'étanche au cas où. C'est pas sorcier d'ouvrir la purge voir la presser. Faut juste être informé. Par contre, je trouve tout de même un sacré avantage sécurité pour l'étanche : si pour x raison la stab n'est plus utilisable, l'étanche sera là au besoin.
×
×
  • Create New...