Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Plongeeveggie

Membres
  • Posts

    15
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France
link1
link2
link3

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Plongeeveggie's Achievements

Rookie

Rookie (2/14)

  • One Month Later
  • Dedicated Rare
  • Collaborator
  • First Post
  • Week One Done

Recent Badges

0

Reputation

  1. Après le cri de la carotte, Hitler… depuis 43 ans j’entends les mêmes arguments. il n’était pas végétarien et il suffit de lire (ce que vous ne ferez pas car vous semblez avoir un avis sur tout et surtout un avis) « Hitler: neither vegetarian nor animal lover » en autre… Rousseau et Proudhon étaient des misogynes en puissance, Ferry un colonialiste… et pourtant ils sont souvent cités pour d’autres faits. Pour mes enfants, je les ai évoqué pour illustrer un point précis. Je sais tout comme vous que de nombreux enfants commencent tôt la plongée. Si cela avait été pour me vanter ou que sais-je alors je vous aurai précisé aussi que l’aîné a plongé en cage en Afrique du Sud avec Andre Hartmann, Michael Rutzen et moi a 6 ans. Cela ne fait pas de lui un champion, juste un enfant qui a pu approcher les grands blancs et les admirer et réaliser par lui même que ce ne sont pas des monstres sanguinaires version dent de la mer (image pourtant encore très trop répandue). Enfin pour clôturer qui êtes-vous pour décider si l’on peut ou pas parler philosophie dans ce blog - et après on parle d’intégrisme… Enfin pour Rubirola (je n’ai pas voté pour elle) dis nous pour qui ton coeur balance et on verra si elle n’a pas des zones d’ombres, des casseroles, des contradictions. Merci ! Tu trouveras si tu le souhaites mon adresse mail sur Plongeeveggie.bigcartel.com et je te le l’offrirai volontiers et te l’enverrai pour que tu puisses le lire et en toute objectivité me faire un retour et sincèrement dire si ce livre transpire l’intégriste, l’entre soi, etc… bel fin d’été Eddy
  2. J’avoue que depuis la présentation de mon livre avec le texte de couverture (qui ne peut pas être taxé de texte de propagande si on le lis vraiment) dans une rubrique « bibliothèque » de plongée.com - les réactions ont été surprenantes avec un effet de meute. Personne ne l’a lu, personne ne sait ce qui est dedans ni comment c’est abordé, mais qu’importe les commentaires et conclusions hâtives fusent. Le simple fait que je pense quelque chose, que je pense autrement que vous (je parle de l’ensemble de ceux qui sont intervenus - pas de vous en particulier) semble mettre en danger vos idées. Je pensais que plongeur passionné depuis 43 ans et végétarien depuis 37 ans on pouvait faire part de ses réflexions et interrogations sur le fait de plonger, aimer les poissons tout en les mangeant ou non ? Rien de plus, pas de prosélytisme. Vous pensez sérieusement que je constitue une palanquée qu’avec des végétariens ? Que je demande aux gens ce qu’ils mangent avant ? Je ne le mets pas en avant mes convictions ou mes choix alimentaires - là on parle de l’écriture d’un livre donc forcément j’en parle… sinon je n’écris pas un livre ! Le point de départ de l’écriture a été une conférence a Marseille de Steven Surina sur les requins en Méditerranée a l’atelier de la Mer. Super exposé par un passionné. Quand il a abordé les 100 millions de requins tués chaque année l’assistance était scandalisée. Il a rappelé le rôle que ce prédateur tient dans l’écosystème marin. Je me suis fais la remarque, c’est bien mais on fait quoi après l’indignation sachant que nous mangeons du requin sans le savoir quand nous achetons de la saumonette. Le requin blanc, le tigre, le marteau ils faut les défendre… mais le requin ha, la roussette, l’aiguillat, l’émissole on s’en moque ? Et le requin joue un rôle capital, quid du mérou, du thon… Étant végétarien pour ne pas faire souffrir d’animaux, j’ai eu envie de développer ce sujet et ce d’autant que sur plus de 200 livres que je possède depuis 37 ans - alors qu’un livre par mois sort sur la condition animal, rien en français ni en anglais sur le sort des animaux marins (rares) et aucun sur le lien entre la pratique d’une activité sous marine et la consommation de ce que l’on recherche et nous émerveille. J’ai aussi initié mes 3 enfants très tôt a la plongée de 6 ans pour l’un a 8 ans pour les deux autres. J’ai voulu aborder le regard des jeunes génération par rapport a l’appauvrissement de la mer. Je dessine et il y beaucoup de dessins humoristiques dans mon livre car je voulais que ce livre ne soit pas seulement un catalogue de mauvaise nouvelles. Alors me traiter à plusieurs reprises d’intégriste est sidérant - les mots on un sens… même si l’actualité avec le PASS sanitaire montre chaque jour que cela se perd: dictature, fascisme, etc… Alors oui pour moi il y a un lien entre le fait d’être végétarien, aimer les poissons (surtout les saupes !) et faire de la plongée - mais c’est une opinion, un point de vue que je souhaite partager. Qu’est-ce qui permet d’affirmer que je veux imposer aux autres ce qu’ils doivent manger ? Au risque de me répéter mon fils cadet adore la viande et le poisson. Ma famille maternelle a dirigé un 3 étoile a Hyères en son temps… Personne dans mon entourage me perçois comme un méchant « salsifiste » ! Chacun fait ce qu’il veut et tout va bien. Je suis adhérent d’aucune association. Je finance de nombreux projets en micro credit avec babyloan, je parraine depuis 28 ans des enfants avec plan international, je m’entraîne tous les jours dans les calanques pour des marathons et à chaque sortie je ramasse un sac de déchets sans rien revendiquer… et oui je m’intéresse beaucoup a l’alimentation et a son histoire (et a l’histoire en général). Je suis végétarien et je voulais partager et mettre en avant 37 années de lecture enrichissantes. C’est pourquoi, dans mon livre, je cite beaucoup d’auteurs pour donner envie a ceux qui le souhaitent d’aller plus loin. Le titre de mon livre est simple et clair. Pour Plongeeveggie c’est tout simplement le nom que j’ai trouvé non utilisé pour créer le compte sur le site d’achat bigcartel ainsi que le blog…. De là a dire que ça démontre ma volonté de convaincre a tout prix ! Bien sûr que je veux démontrer que ma démarche a du sens, sinon je n’aurais pas écris un livre, mais pour autant il n’y a aucun jugement a l’intérieur. C’est la une différence fondamentale entre Vous et moi… a votre place, j’aurais acheté le livre, lu et commenté pour tout le monde. A titre d’exemple (j’avoue cela nous mène loin de la plongée), je ne suis pas musulman, pas très religion compatible - et bien a force d’entendre parler sans arrêt du coran, je l’ai acheté et je l’ai lu pour me faire ma propre opinion. j’aurais aimé que l’un de vous se démarque plutôt que de hurler avec la meute. Je lui aurais envoyé gratuitement le livre port compris. Mais non la spirale infernale… puisque l’un de vous a brandit le sommaire comme une preuve implacable de mon prosélytisme… 1 / « Principes généraux sur le végétarisme… »: utile me semble-t-il de bien définir de quoi on parle (vu les raccourcis entre végétariens et veganes…). Illustrer que le végétarisme n’est pas une mode mais qu’il remonte a l’antiquité avec aristote, epicure, hippocrate, ovide, plutarque, porphyre, Galien…. Puis au moyen âge les cathares, les chartreux les trappistes…. Jusqu’à aujourd’hui. Le véganisme 1940 ! L’anti specisme 1970… Puis les raisons: la santé, le bien être animal, l’environnement, la solidarité avec les peuples (les fameux pêcheurs du Senegal face a la pêche intensive), et parfois la religion. 2 / « Terrestres ou marins… » Les animaux ont des facultés cognitives mais ne les possèdent pas toutes comme s’ils partageaient que des fractions de l’intelligence humaine. Imaginez que nous soyons testés sur nos capacités a respirer sous l’eau ? Dans ce chapitre, je propose des exemples de capacités étonnantes d’animaux marins comparées a celles réaliser par l’homme: vitesse de nage, apnée, force, orientation…. Apres, il faut aussi voir les aspects moins amusantes - même si les poissons ne crient pas leur sort n’est guère enviable a celui des animaux d’élevage intensif. 3 / « Le végétarisme est-il il soluble… » Il y a beaucoup de personnes illustres connues pour être végétariennes ou véganes: Leonard de Vinci, Einstein, Gandhi, etc. Je me suis demandé si il y en avait dans la plongée ? Et j’en ai trouvé et pas des moindres. C’est la que j’ai découvert qu’Enzo Maiorca l’était depuis 1967… et ma préférée Sylvia Earle ! Une biologiste « her deepness ». Je vous laisse découvrir ses propos et vous verrez si je suis un extra terrestre et le seul a me poser des questions sur nos actes envers le monde sous marin… elle c’est les poulpes…. Et bien avant que le film oscarisé « la sagesse de la pieuvre » ne sorte. 5 / « Notions de … nutritions » je suis moniteur MF1 et BEES1, comme vous je me suis mangé des notions de physiologie et les accidents de plongée dans les moindres détails ainsi que les contre indications. Je me suis demandé quid quand on est végétarien…ou végétalien. Je sais que de nombreux sportifs deviennent végétariens pour augmenter leurs performances ou récupérations comme aux marathons, ou dans les sports de combats (regarder le film game changers). Et bien rien dans la bible de B Broussoles (680 pages et 40 specialistes). Grâce a internet j’ai découvert pleins de choses intéressantes en plus et en moins. Là encore ma motivation était de partager, d’avoir des réponses Et puis en reprenant dans le détail les symptômes de la surpression et de l’ADD j’ai réalisé ce que vivait un poisson remonté dans des filets des hauts fonds. 6 / « Pour une plongée plus éthique: » oui la mer s’appauvrît et il est triste de constater la raréfaction. Bien sûr quand on plonge sur les moyades a Marseille et a la gabiniere a Port Cros on peut se dire que tout va bien… j’aurais aimé voir des phoques moines, comme j’aimerais que mes petits enfants voient des mérous. 8 / Enfin la postface. Elle est signée du Dr Michele Rubirola - pour ceux a qui cela aurait échappé ou ne connaissent pas, ce n’est pas une naturopathe pro vegane ! C’est un medecin de santé publique qui fut maire de Marseille et actuellement adjoint au maire de Marseille. Mon livre parle de la Méditerranée berceau de l’humanité, Marseille capitale européenne de la plongée. Elle l’a lu, l’a aimé et a rédigé un beau texte…. Vous croyez qu’elle l’aurait fait si j’étais un intégriste qui veut contrôler toutes les assiettes des marseillais ! Voilà, je ne peux pas faire plus pour tenter de corriger cette incompréhension et cette méprise sur mes intentions et surtout sur le contenu de mon livre. Ce livre m’a demandé un énorme travail de recherche et de conception de A a Z car auto édité. Je ne gagne rien bien au contraire car même si je reverse tous les bénéfices a Sea Shepherd, j’ai découvert les plaisirs de la fiscalité en France… Prenez bien soin de vous avec ou sans protéines animales Eddy
  3. Petite précision, Enzo Maiorca est devenu végétarien après avoir harponné un poisson… je vous laisse découvrir la suite.
  4. «Le plongeur italien Enzo Maiorca lors de sa plongée dans la mer de Siracusa a senti quelque chose lui taper dans le dos. Il s'est retourné et a vu un dauphin, il a compris qu'il ne voulait pas jouer mais exprimer quelque chose. Le dauphin a plongé et Enzo a suivi. À une profondeur de douze mètres, piégé dans un filet, il y avait un autre dauphin. Après avoir réussi à le libérer avec sa femme, alors que les deux dauphins émergeaient, ils ont émis un cri presque humain (c'est comme cela que Maiorca le décrit). Les dauphins peuvent être retenus sous l'eau jusqu'à dix minutes puis se noient. Le dauphin piégé était une femelle qui a bientôt accouché. Le mâle les entourait et debout devant Enzo touchait sa joue (comme un bisou), un geste de gratitude. Enzo a fini son discours en disant ′′ Tant que l'homme n'apprendra pas à respecter et à communiquer avec le monde animal, il ne pourra jamais connaître son véritable rôle sur cette Terre. ′′ Enzo Maiorca était aussi végétarien - comme quoi on peut lier la plongée et le fait de ne pas manger de poisson. On peut vouloir en parler, partager des réflexions - ce qui ne signifie nullement imposer quoique ce soit a qui que ce soit. Il suffirait de lire le livre a l’origine de ce fil pour s’en convaincre. C’est marrant mais quand François Sarano lance sa campagne « pas de requins dans mon assiette » personne ne lui somme de s’occuper de son assiette !
  5. Position de l’Académie de nutrition et de diététique au sujet de l’alimentation végétarienne Traduction : Alain Le Roux-Marini et Sandrine Pantel. RÉSUMÉ : La position de l’Académie de nutrition et de diététique est que l’alimentation végétarienne bien planifiée, y compris végétalienne, est saine, adéquate sur le plan nutritionnel et peut être bénéfique pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Cette alimentation est appropriée à toutes les périodes de la vie, notamment la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs. Les alimentations végé- tales sont plus durables pour l’environnement que l’alimentation riche en produits animaux, car elles utilisent moins de ressources naturelles et ont un impact bien moindre sur l’environ- nement. Les végétariens et les végétaliens sont moins susceptibles de souffrir de certaines ma- ladies, y compris les cardiopathies ischémiques, le diabète de type 2, l’hypertension, certains types de cancer et l’obésité. Un apport faible en graisses saturées et une consommation élevée de légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses, produits à base de soja, noix et graines (tous riches en fibres et en phytonutriments) caractérisent l’alimentation végétarienne et vé- gétalienne qui entrainent des taux inférieurs de cholestérol total et de cholestérol LDL et un meilleur contrôle de la glycémie. Ces facteurs contribuent à la réduction des maladies chro- niques. Les végétaliens ont besoin de sources fiables de vitamine B12, comme les aliments enrichis ou les compléments. Et pour ceux qui préfèrent les académies US et canadiennes: RECOMMANDATIONS NUTRITIONNELLES OFFICIELLES DES ÉTATS-UNIS ET DU CANADA L'ADA (American Dietetic Association) a publié la prise de position écrite la plus renommée à propos des alimentations végétariennes. « La société américaine de science nutritionnelle et des diététiciens du Canada estiment qu’une alimentation végétarienne équilibrée est complète et qu’elle apporte des bénéfices pour la santé en contribuant à prévenir et à guérir certaines maladies (…) . » L'affirmation centrale de ce papier composé de 18 pages qui se base sur 256 références bibliographiques a été rédigé par 3 auteurs et examiné et approuvé par 27 personnes scientifiques : « L’ADA estime qu’une alimentation végétarienne équilibrée est suffisante et qu’elle apporte des bénéfices pour la santé et contribue à prévenir et à guérir certaines maladies (…) . » En outre, l'ADA publie un avis positif quant à l'alimenation végane : « Les alimentations végane et ovo-lacto végétarienne équilibrées couvrent les besoins des petits enfants, des enfants en âge de scolarité et des adolescents et permettent une croissance normale ... » Quelle est l'importance des directives américaines et canadiennes ? Cette prise de position est une grande étape dans la reconnaissance sociale des alimentations végétariennes et véganes, ayant un impact considérable également sur la médecine traditionnelle. Par sa position officielle, l'ADA a mis un point aux éternelles aprioris selon lesquelles les personnes végétariennes étaient catégoriquement sujettes à des carences nutritives. Elle a pris la parole, en tant que grande organisation la plus célébre, en faveur des alimentations végétariennes et végane. Cette étape avait été précédée par une longue évolution. Aux Etats-Unis, la propagation de ce qu'on appelle «plant-based diet» avait déjà connu un grand essor. Ce régime composé principalement d'aliments végétaux et contenant un grand taux de fruits et de légumes a gagné de plus en plus d'adeptes ces dernières années : L'association américaine cardiologique, l'institut national de santé des Etats-Unis, l'association américaine contre le cancer et autres fondations. Bien que toutes ces recommandations visent à réduire la consommation de produits d'origine animale, personne n'avait encore pris directement position quant à l'alimentation végétarienne. On suivant l'avis répandu qu'il fallait manger un peu de viande ou de poisson pour rester en bonne santé. Ce dernier grand pas vers l'affirmation officielle des bénéfices des alimentations végétariennes et végane a été fait par ce papier publié par l'ADA. Maladies Après un chapitre analysant les besoins des différents groupes de personnes (enfance, puberté, grossesse, allaitement, âge, sportifs), sont traités, dans un chapitre détaillé, différentes maladies pouvant être prévenues grâce à l'alimentation végétarienne. les sous-chapitres : Obésité, maladies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, angina pectoris, etc.), hypertension, diabète type 2, ostéoporose, maladies des reins, démence, .... . Ont été démontré les résultats posifits notés par des études scientifiques vu l'impact bénéfique des alimentations végétariennes et végane quant à ces maladies parfois très répandues. Végétarisme aux institutions publiques Le dernier chapitre de la prise de position illustre la manière dont les instiutions publiques aus États-Unis traitent l'alimentation végétarienne (p.ex. dans des écoles, etc.) à l'heure de sa publication. En l'occurence, on peut y lire que le militaire américain s'investit à garantir une option végétarienne. De même pour le militaire canadien : là aussi, il y a toujours au moins un plat végétarien au choix à chaque repas. A l'heure de la publication, 10 à 15 % des militaires canadiens choisissaient déjà l'option végétarienne. Weitere Infos L'ADA a changé de nom et s'appelle depuis 2015 A.N.D. (Academy of Nutrition and Dietetics) Elle a publié un papier actualisé dans : Position of the Academy of Nutrition and Dietetics: Vegetarian Diets Vers la publication du papier de prise de position de l'ADA : Journal of the American Dietetic Association. 2003;103:748-765. Le papier peut être téléchargé sur le site Internet de l'ADA. La traduction complète en allemand est disponible comme PDF et document Web (HTML). Il en existe également une traduction italienne en ligne : Posizione dell'American Dietetic Association e dei Dietitians of Canada: Diete Vegetariane Pour les gladiateurs, et pour faire simple, je te recommande de lire le dernier national géographique du mois d’aout 2021… La classe !
  6. Dommage, tes 3 points étaient 3 bonnes raisons de lire mon livre !!!! En 3 pour info risque majoré d’accident de décompression si carence en vitamine B12 - ce qui n’est pas rare (carence B12) quand alimentation est déficiente. Par contre certains bienfaits pour l’apnée - voir site APDI de Villefranche sur mer. De nombreux apneistes sont devenus végétariens, etc.. pour des raisons éthiques (Enzo Maiorca, Paul De Gelder) environnementales (Sylvia Earle, Guillaume Nery), santé ( Herbert Nitsch), et aussi pour augmenter leurs capacités physiques. Pour le lien avec la plongée, je laisse donc à d’autres personnalités (et il y en a d’autres et pas des moindres) du monde sous marins le soin de te convaincre qu’il y en a un. En conclusion, ce sera pour moi une petite expérience des réseaux sociaux ou je constate que l’on commente un livre sans l’avoir lu - seulement sur la base du titre et de ce que l’on imagine qu’il aborde et surtout comment. Il fallait le vivre pour le croire.
  7. « Liberté de conscience, ça te sonne ???? « Et après ça parle de ton, d ‘agressivité et de respect… c’est vrai qu’un contributeur par d’illuminé c’est accueillant ! « Chacun pratique son coup de fourchette comme il l'entend. et liberté absolue de conscience ? chacun a le droit de changer le contenu de son assiette sans devoir ni se plier au diktat, ni au regard des autres, comme il l'entend. » Qui a dit le contraire ? D’ailleurs, J’ai trois enfants : une végétarienne, un vegan et le cadet qui mange de la viande et du poisson ! Et pour conclure, sur tous les contributeurs qui ont réagit a la simple annonce de mon livre, pas un seul (ne soyez pas de mauvaise foi) n’avait l’intention de l’acheter pour le lire (ce qui est leur droit). Pas eu besoin de mes réactions ! C’est bien le problème ça commente sans savoir de quoi ça parle précisément (le titre ne résume pas tout) et comment c’est abordé. On donne un avis sur la base de l’idée que l’on se fait du sujet et en réaction a la lecture du mot végétarien qui devient vite végane - ce qui pour des gens très cultivés et hyper informés est surprenant. Tous ceux qui l’on acheté jusqu’a présent (il y en a) n’ont pas perdu leur temps à épiloguer sans savoir. Ils l’ont commandé, ils l’ont lu et ils en parlent - et surtout de ce qui est dedans. Enfin, Sea Shepherd n’a pas besoin de moi. Et loin de moi la prétention de penser le contraire. Par contre cette initiative m’a permis a titre personnel de pouvoir faire beaucoup plus que ce que je faisais déjà. Ils ont préfacé mon livre (personne ne les a obligé) et ils l’ont lu et ils ont aimé. L’argent déjà envoyé sera utilisé a bon escient et ils sont plutôt ravis.
  8. Il se trouve que je travaille avec les migrants et les demandeurs d’asile et qu’accessoirement je ne vais pas a l’étranger seulement pour plonger. Je suis allé dans de nombreux pays ou la faim est endémique. Acheter du poisson localement pour faire vivre une famille au Senegal est une chose (bénéfique et louable) - acheter et manger du poisson en France qui provient du Senegal et justement privent ces pêcheurs et leurs familles de leur seul moyen de subsistance en est une autre. La majorité du poisson que nous mangeons ou qui sert a nourrir les saumons d’élevage, les volailles… ne vient pas de chez nous (et je vis a Marseille). J’ai justement abordé ce point dans mon livre. Le végétarisme est une voie mais pas pour toutes et tous en l’état bien évidemment : les inuits, les mongols, ou les habitants des iles Fidji par exemple. Mais je m’adresse a des plongeurs - activité que ne pratiquent pas la majorité des gens sur terre: « truc de riche ».
  9. Si vous regardez l’ensemble des réactions suite a mon annonce - je ne pense pas que l’on puisse objectivement dire que ce qui en ressort c’est l’ouverture et la nuance ! Ce n’est qu’un livre avec pour seule motivation que de contribuer au soutien actif à une association. J’ai écris 174 pages qui ne méritent aucun prix littéraire, mais qui ont le mérite de traiter un sujet jamais abordé a ce jour. Je me suis appuyé sur une base bibliographiques de plus de 200 livres favorables ou contre le végétarisme. Dommage de devoir argumenter en quelques lignes. Je ne suis pas certains que tant de personnes que ça aient vraiment lu un livre sur ce sujet - pour autant les avis fusent. Bien sûr que l’on peut donner son avis, mais un avis ne signifie pas que l’on sache vraiment de quoi on parle. L’actualité est pleine d’exemples comme la France qui compte depuis mars 2020 68 millions de virologues. Vous le dîtes vous même cela vous conforte ! Combien avez vous réellement croisé de végétariens, de végétaliens, plus rares de véganes ? Comme si tous les végétarien/liens ou véganes étaient pareils - adhérents à L214. Je suis végétarien pas végane - pour autant pourquoi le véganisme serait extrême - est ce que l’on dirait la même chose si il s’agissait d’une personne qui ne mange pas d’animaux car bouddhiste ou, hindous ou jaïn.
  10. Bonjour Je ne sais pas si la leçon de français était vraiment nécessaire car finalement vous avez compris avec la couverture que le mot « mange » est barré… Je confirme que la forme domine sur le fond sur les réseaux sociaux ! Au delà des recommandations - les questions ne devraient-elles pas être : quel type de poisson je mange, d’où vient-il, comment a t’il été pêché… et si on s’appuie sur LES recommandations on ne peut pas balayer toutes celles des sociétés de diététiques dans le monde qui valident et recommandent les régimes végétariens, (et même végétaliens bien conduit). Des extrémistes ? Et Enzo Maiorca, Sylvia Earle, Paul De Gelder, Ocean Ramsay, Guillaume Nery, etc… sont-ils des extrémistes ? Lisez mon livre: au pire c’est quand même 7€ reversés a Sea Shepherd France et au mieux, je suis certain que vous aurez découvert plein de choses et peut-être aussi une vision plus nuancée sur le sujet - et surtout matière pour échanger de façon constructive. Eddy
  11. Bonjour Commenter la présentation d’un livre en faisant le parallèle avec les « anti vaccins et autres illuminés » démontre qu’il y a des injustices profondes dans ce bas monde. Je pratique aussi depuis 38 ans la boxe (pieds poings) au même titre que la plongée. La boxe en général souffre d’une image de sport pratiqué par des hommes a tête de choux alors que pour la plongée c’est le haut du panier: des gens curieux, instruits car tellement de notions théoriques à maitriser… sensibles à l’environnement… et pourtant avec ce livre, je découvre que le monde de la boxe s’est ouvert au végétarisme depuis longtemps… alors que pour la plongée c’est l’inverse. Fermé comme des huîtres et avec ses avis tranchés et des qualificatifs extrêmes…. finalement les intégristes et les extrémistes ne sont pas toujours ceux auxquels on pense. Lisez mon livre et vous verrez que l’on peut aborder ce sujet de façon apaisée sans forcément être d’accord. Eddy … une bonne raison de livre mon livre: sur 200 000 ans que l’homo sapiens occupe la planète - êtes vous si certains qu’il mange autant de viande et de poisson que ça ? Le peuple romain mangeait essentiellement du pain (excepté les riches), les fameux gladiateurs étaient végétariens (surnommés d’ailleurs les mangeurs d’orge). Depuis quand mange t’on vraiment du poisson en Europe ?
  12. Bonjour, Pour la vache effectivement vous pourriez... Pour le blé et les pommes, si vous ne faites pas de différences avec des animaux, il y a du boulot… et de grâce épargnez moi le « cri de la carotte ». Je suis toujours autant étonné de ce manque de curiosité et du temps passé a donner un avis sur tout plutôt que de lire et ensuite commenter. Là ce serait constructif et utile pour les autres lecteurs de plongeur.com. Je suis convaincu que vous apprendriez plein de choses en lisant mon livre qui n’a pas pour objectif de convaincre mais plutôt de tenter d’apporter des éléments permettant de se faire sa propre opinion (sur la base de connaissances et non de simple avis). Hier j’ai plongé sur les moyades a Marseille et tout le monde était émerveillé par cette foultitude de poissons mais surtout de mérous (une cinquantaine)…. Normal parc des calanques et zones sans aucun prélèvement autorisé… comme quoi. Achetez mon livre, lisez le et si vous n’apprenez rien au terme de la lecture je vous rembourse ! belle fin d’été. Eddy Bonjour, végétarien depuis 38 ans, vous imaginez bien que je ne découvre pas en lisant vos lignes que l’homme est omnivore. Par contre justement il est omnivore - a la différence des carnivores que vous citez. Nous avons le choix pas eux ! Nous pouvons nous nourrir de façon équilibrée et énergétique et avec plaisir - sans produits d’origine animale - pas le lion, pas le chat… Si vous avez des solutions pour éviter que la planète accueille 9 a 12 milliards d’humains d’ici 2050 ! Les chinois ont essayé avec l’enfant unique (pas très respectueux des libertés individuelles…). Il faudra bien nourrir tout ce beau monde dont une grosse partie tend a vouloir manger autant de viandes et de poissons que vous - ça va se bousculer a la cantine !!! Aujourd’hui dans certaines régions du monde les gens n’ont que du poisson à manger - et on les en prive alors que nous nous avons tellement d’autres choses à manger.
  13. Bonjour, je vous recommande un mensuel « saveurs green » (anciennement « slowly veggie) disponible dans les relais presse - il est vraiment très agréable à parcourir et il offre une belle palette de recettes faciles à réaliser. Vous découvrirez que la cuisine végétale peut être variée, goûteuse et répondant à nos besoins caloriques et énergétiques. Bel fin d’été. Eddy
  14. Bonjour. Moniteur de plongée depuis 1983, vivant à Marseille, je viens de publier un livre en auto édition - préfacé par Sea Shepherd dont le titre est: « je suis plongeur, j’aime les poissons et je les mange (pas) ». Ce livre est insolite dans le sens ou la relation plongeur et poissons n’a jamais été abordée sur le plan éthique et philosophique. Sans aucun jugement, je souhaite seulement nourrir la réflexion sur nos contradictions. En effet nous voulons tous sauver les requins mais nous en mangeons sans le savoir en achetant de la « saumonette ». Nous partageons tous nos superbes photos de poissons mais nous mangeons la source de notre émerveillement…Pour rappel un tiers de l’humanité, la mer constitue l’unique source de protéines animales. Pour nous, manger du poisson est avant tout un choix gastronomique, voire culturel. Pourtant, d’autres sources de protéines (végétales) sont à notre disposition répondant totalement à nos besoins énergétiques sans pour autant générer de la souffrance. En mangeant du poisson, nous justifions et encourageons la poursuite de la surpêche qui participe à la destruction du milieu marin. Si nous ne changeons rien, nous aurons vidé les océans de tous leurs poissons avant le milieu du siècle. Il sera alors dérisoire de s’émouvoir de la disparition des mammifères marins, dés requins, des poissons… Le plongeur sous marin en scaphandre, tel un astronaute évoluera dans des paysages « lunaires », sans vies et monochromes. Ce sera réellement le monde du silence. Nous avons la chance de visiter les fonds sous marins, le privilège de découvrir toute la beauté et la diversité du peuple des mers, de pouvoir évoluer dans une nature encore indomptée - c’est donc à nous que revient la responsabilité de montrer la voie. Mon livre se propose de répondre a la question : peut-on réellement être plongeur, aimer les poissons tout en les mangeant ? Il est aussi une invitation à ne plus être a l’égard des poissons dans une simple attitude de consommateur, mais de partenaire, respectueux et émerveillé.Tous les bénéfices sont entièrement reversés à Sea Shepherd. Il est disponible 10€ : www.plongeeveggie.bigcartel.com.Pour les mers et les océans Eddy Le sommaire (au fil de l’eau):1. Préface Sea Shepherd 2. Introduction3. Quelques principes généraux sur le végétarisme4. Terrestres ou marins, les animaux ont les mêmes droits5. Le végétarisme est-il soluble dans la pratique de la plongée 6. Notions de nutritions et de physiologie rapportées à la pratique de la plongée libre ou avec bouteilles 7. Pour une plongée plus éthique: devenir végétarien et ne plus manger de poisson8. Postface du Dr Michele Rubirola
×
×
  • Create New...