Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Gaelle64

Membres
  • Posts

    21
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6
  • Country

    France
link1
link2
link3

Gaelle64 last won the day on September 16 2021

Gaelle64 had the most liked content!

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

Gaelle64's Achievements

Explorer

Explorer (4/14)

  • One Month Later
  • Week One Done
  • Dedicated Rare
  • Collaborator
  • First Post

Recent Badges

67

Reputation

  1. Bonjour Denise , en ce qui me concerne les 6 mois d’arrêt sont dus à l’ADD que j’ai fait en suraccident , pas à l’OPI . qui n’aurait requis que 3 ou 4 mois . En revanche reprise en post OPI non compliqué si bilan cardio comprenant le test d’effort et le scanner thoracique a minima normaux . Et bien sûr pas d’antécédent cardiovasculaire. Si tel est le cas contre-indication définitive à la plongée bouteilles . Donc OPI « simple » : 4 mois d’arrêt de la plongée . Mais tout dépend encore une fois des conditions et de la gravité de l’accident. bonnes fêtes gaelle
  2. merci bardass pour cette réponse complète. j’ai une Xdeep. Donc remontée verticale. Avant j’avais une hollis50 avec effectivement la nécessité de se pencher pour vider la stab car DS en bas . D’où la nécessité de montrer son matériel au binôme, a fortiori s’il n’a pas l’habitude . Par contre pour le desequipement , quand même, en mer et s’il y a de la houle , ça peut être plus compliqué en terme de configuration de deséquiper le plongeur pour qui n’a pas l’habitude. Cela dit c’est vrai que c’est un peu similaire à une wing. et Comme tu dis très justement on fait bien ce que l’on peut avec ce que l’on voit. Et si on a anticipé c’est encore mieux.
  3. Bonjour fleq, mon binôme connaissait cette configuration et a pu gérer l’assistance. Je pense que si le binôme découvre la configuration lors d’une assistance , surtout en urgence . , c’est chaud et difficile . Ensuite en surface, retrait des flexibles du cou puis des blocs puis j’ai été remontée sur le bateau avec le harnais , lequel a été tout de suite retiré avec le haut de l’étanche . Puis mise sous O2 et ordi remis au poignet . Tout s’est enchaîné très vite . Mais forts de cette expérience, nous avons bcp discuté et débriefé, nous prévoyons au club d’intégrer la remontée et le desequipement d’un plongeur SM notamment lors de notre session rifap annuelle l’an prochain. Je serai en side pour faire tous les exercices . De la remontee au tractage au desequipement et à la remontée sur le bateau . Lorsque je plonge avec des binômes qui ne connaissent pas , je leur montre en général avant la plongée le harnais + stab , le positionnement du DS et l’absence de purge rapide . Avec insistance sur la tenue de la position verticale, qui peut être délicate du fait des blocs latéraux. Après , en surface, dégagement des 2 flexibles du cou, débouclage de la ceinture et retrait de la sous cutale puis dégager les blocs en haut pour retirer les sangles si le harnais n’est pas trop serré , +/- couper les bungees si ça coince , pour dégager les blocs et dégager le plongeur de son harnais . Sinon , retrait des flexibles puis des Blocs dans l’eau avec remontée du plongeur avec harnais , ce qu’on a fait pour moi dans ce cas précis . Là je renvoie la question aux SM du forum ? Qu’en pensez vous et comment faites vous ? Pour notre prochain rifap , nous prévoyons de faire toutes les manœuvres possibles pour comparer . je suis preneuse de vos conseils avisés . Dans le club je suis la seule à plonger en SM , il commence à y avoir des plongeurs dans cette configuration sur la côte basque . Mais nous sommes encore très peu nombreux . À travailler pour mieux anticiper donc. Adishatz gaelle
  4. Vérifier la position de l’assisté et la tenir , car en général agité , ça peut être compliqué s’il a plusieurs blocs + une ou des déco , et assurer une vitesse la moins rapide possible pour éviter le double accident . 10, 12, 14 … j’ai re regardé mon ordi on est remontés jusque 15m à vitesse contrôlée entre 12 et 14 . Personnellement , j’aurais été encore plus stressée de voir qu’on remontait comme des bouchons. Et ça m’a semblé rapide quand même…
  5. Bien sûr , c’est théorique . 10-12-14… on fait au mieux pour ne pas remonter comme un bouchon …
  6. Merci à toi pparis. C’est tout à fait ça . Au programme un bilan cardio complet pour essayer de comprendre les causes de l’OPI. Adishatz Gaelle
  7. Absolument Christophe, et je crois bien que j’ai répondu en redétaillant une bonne vieille assistance que tout le monde connaît . pardon … Catharsis quand tu nous tiens … Bon mais une assistance qui se termine par une gestion de plongeur en détresse respiratoire et en panique. Voilà ce que j’aurais fait, ou pas, car dans le feu d’action je ne sais pas … c’est une situation dramatique en fait qu’on ne souhaite à personne bien sur . Ne pas banaliser , oui , ne pas suranticiper anxieusement , aussi , et connaître et intégrer le risque certainement. Ce que tu dis très justement . je trouve ce fil intéressant , c’est constructif . adishatz et muxus gaelle
  8. Tout à fait d’accord avec toi brenique , pour avoir vécu donc un OPI et avoir eu à aussi à prendre en charge des OAP ou accompagner des détresses respiratoires terminales sur terre ferme : ce ne sont que conjectures. C’est extrêmement difficile . On ne sait pas face à un plongeur paniqué qui étouffe ce qu’on ferait . Sur terre, on a des protocoles . On a des médicaments aussi . Sous l’eau , a fortiori à 50, c’est encore une autre histoire. Et sans doute théorisons nous et/ou remettons nous le disque pour nous rassurer et, en ce qui me concerne , c’est certainement aussi un peu une catharsis. Et quand la discussion est bénéfique , constructive et instructive c’est intéressant . Adishatz Gaelle
  9. Agur Christophe , Mon binôme m’a sauvé la vie indéniablement . Sans lui et comme il a assuré avec son calme et dans toutes ses décisions ( et il m’a donné les derniers détails et c’était les bonnes décisions) et sa grande expérience et son mental , je ne serai plus là . Ça c’est absolument certain . Il est donc absolument hors de question pour moi de partir dans les conjectures des et si et si et si . Et on aurait dû et on aurait pu etc . Question de décence et surtout de respect pour lui . j’y tiens vraiment . C’est très important . Bon alors je me place dans la situation de celle qui assiste dans une telle situation et je tente de te répondre : au signe de mon binôme qui ne va pas et qui me signifie à 50 m qu’il va mal , avec des bulles partout et le masque qui se remplit : Je fonce sur lui , je l’attrape je le regarde je lui fais signe qu’on remonte et on décolle du fond fissa en remontée assistée en tenant la ou les sangles. on se dégage du fond +++ solidaires physiquement aussi +++/ contact avec l’autre . il est en essoufflement voire en dyspnée, au pire en détresse respiratoire. risque majeur de panique ou de perte de cs , donc je le tiens je ne le laisse pas remonter seul. C’est un impératif. s’il est en étanche j’ouvre sa purge si ça n’est pas fait évidement . Pdt la remontée je vérifie que les bulles en sortent . (J’avais ouvert ma purge avant la remontée assistée , et j’étais passée sur le deuxième détendeur au fond . ) on dégage du fond la plus vite possible pour se mettre en zone plus secure je lui laisse le détendeur en bouche s’il est conscient , sans tenir son détendeur (et risquer qu’il pense que je vais lui retirer, en détresse respi tout est hostile ) pour ne pas le stresser. Je vérifie son mano . Si doute je le passe sur mon secours au mieux sur une déco si > 20m .mais attention car s’il est en difficulté respi les manip de détendeurs sont très/trop risquées . Ne pas perdre de temps avec des manip évitables . Donc J’évite dans la mesure du possible sauf s’il est en panne ou qu’il s’en approche . Si je décide de lui changer je lui tends. je veille à sa position : verticale surtout en étanche . Que ses voies aériennes soient bien libres ( mais avec le matos et les bulles ça peut être un peu difficile) . Je vérifie son mano / Conso+++ attention car il ne respire pas normalement . je ne le quitte pas des yeux je communique . Je garde absolument le contact . Je tente de le rassurer : j’ai la situation en mains je le lui montre. Je gère. on remonte 10m/mn éventuellement un peu plus rapide s’il continue d’aller mal . (Ce que mon binome à moi a fait tout le temps en l’occurrence ) : Arrivée en zone de déco je vois s’il est en état de prendre sa deco, en l’occurrence là non . Sinon on continue de remonter . Je ne perds pas de temps à bidouiller mon bloc tout en faisant une assistance . Je risque de le lâcher . J’ai regardé les paliers à faire . on essaye de les faire. Je communique tjs . si c’est impossible , (en l’occurrence , là je reviens sur moi : de voir les 4 mn a 6 m m’ont fait perdre les pedales . Je me suis dit que je n’y arriverai jamais que je ne tiendrai jamais je me noyais de l’intérieur ) . Donc on zappe les paliers, on remonte ensemble je contrôle la vitesse surtout dans les derniers mètres .j’essaye d’ouvrir mon parachute jaune à 6 m . Assistance en surface . Je le sécurise . C’est chaud évidement . Les parachutes avec des valves gonflables à la bouche mème en plein air peuvent être précieux . J’en ai un et j’ai essayé dans mon jardin ça fonctionne très bien. Là j’ai paniqué littéralement car plus d’inspi possible à 15 m , blocage glottique . j’ai tout arraché tout envoyé valdinguer et j’ai filé et percé la surface. dessous . Dans ce cas , si je ne suis pas remontée avec lui comme un bouchon , alors tout de suite parachute jaune +++ ( d’où l’importance de s’entraîner à l’ouvrir régulièrement pour le faire vite et bien ) et je le rejoins en surface à vitesse contrôlée +++ surtout dans les derniers mètres . Et je l’assiste ensuite en attendant le bateau. Et selon les conditions de récupération et le monde sur le bateau pour effectuer cette récup je vois avec le DP si je peux redescendre faire mes paliers. Si si si … C’est très chaud en tout cas . Si courant en surface ou pas de visi bien sûr alors que décide t’on ? faire le bouchon avec pour ne pas risquer de le perdre en surface ? Prendre le temps d’ouvrir le jaune ? Franchement je ne sais pas ce que j’aurais fait . En tout cas une détresse respi ,d’expérience est incontrôlable . Et c’est de la gestion d’un plongeur en panique dont il s’agit . Je ne sais pas si j’ai répondu à ta question . Je suis encore ébranlée . Peut être après coup quand j’aurai digéré , la réponse serait elle différente? Je suis à proprement parler hantée par cette plongée . Et encore émotionnellement à fleur de peau. il sera intéressant de reprendre tout ça plus tard je pense . muxus et adishatz Christophe Gaelle
  10. Salut , j’ai demande au patron du service hyperbare si plus de risque d’OPI a 50m à l’air ou au Tx . Réponse : non . L’OPI est du un pb de post charge . Donc le fluide respiré n’a pas d’incidence . Personnellement, en conditions normales , je ne consomme pas plus quand je suis à l’air ou au Tx . Je ne tire pas plus ou ne respire pas plus profondément sur mon détendeur . Evidemment un détendeur mal réglé ou tout effort au fond semble être est un facteur de risque . je respire mieux personnellement avec du Tx 20/30 à 50 m et suis bien sûr moins narcosée qu’à l’air . Mais ça n’est ni une nouveauté ni un scoop . C’est plus prudent qu’à l’air , c’est clair quand tout se passe bien. Pour la remontée rapide et le non respect du run Time , au Tx 20/30, je ne sais pas si ça a une incidence sur le risque de suraccident et donc d’ADD , sans doute quand même . L’hélium bulle plus. Et il n’y a pas de table d’hyperbarie consensuelle pour le trt des ADD à l’hélium + ’azote , puisqu’il en reste quand même . En ce qui me concerne, de ne pas tenir le run Time aurait considérablement aggravé mon stress et donc en cas de panique non pas a 15m mais à 50 , ca aurait été quand même plus compliqué notamment pour mon binôme . Mais je ne serai sans doute plus là pour en parler je pense . Les photos au Tx ou les narco-photos à l’air ne sont pas de même qualité à cette profondeur. En revanche c’est sûr que quand on plonge régulièrement à 50 , on tolère mieux la narcose et les réflexes, si on est bien conditionné aux gestes, et aux : en cas de… , sont plus efficients. mais ça aussi ça n’est pas un scoop . Donc débarquer en Méditerranée, au printemps , et d’emblée s’enquiller le Donator ou le grec, directement, à l’air , si on n’a pas plongé de l’hiver et de surcroît sans étanche , c’est très moyen quand même . Pas un scoop non plus … mais ça se fait … Merci encore pour vos messages . je vais bien et suis rentrée dans mes pénates . Bonnes plongées , adischatz beroì, gaelle
  11. Un petit rajout : les OPI sont rares chez les sujets en forme sans facteurs de risque , comme moi. Un peu plus fréquents s’il y a des facteurs de risque : en gros : surpoids , HTA même traitée ou autre pb cardio . Je ne parle bien sûr pas des conditions qui deviennent des facteurs de risque : >50 ans , froid, efforts avant et pendant la plongée , profondeur , stress , mauvaise nuit , fatigue . Les OPI sont très souvent sous estimés et sous diagnostiqués voire déniés et sources des suraccidents qu’on connaît . Et surtout , quand on en a fait un au fond, le risque de récidive existe tout à fait . Le patron du service hyperbare de Bordeaux me l’a dit clairement ce matin. D’abord essayer de comprendre pourquoi j’ai fait cet OPI sans facteur de risque identifié , donc bilan cardio complet . Et ensuite , contre indication aux profondes . Ce qui tombe bien . Je l’avais décidé durant ces quelques jours au CHU à enquiller les séances de caisson . L’OPI a 50 , c’est très moyen . L’article suisse de 2017 envoyé hier est très bien fait , très clair et simple . il est à mon avis à faire circuler dans les clubs on nous l’avait fait passer au DIU de médecine Hyperbare . Je suis de la partie , médecin, et par ailleurs , en ce qui concerne les formations , je pense qu’il est ultra important de garder la théorie mais peut être de réfléchir à adapter la pédagogie , notamment pour le N4 2F et FSGT , car il paraît que ça va être très simplifié et allégé à la 2F. ils en parlent aussi , à la FSGT. Je suis assez dubitative . Pour être honnête , ça m’échappe même totalement , ayant tjs voulu comprendre les choses. Histoire de savoir pourquoi on fait tous ces exercices pdt les formations, et au delà de juste remonter quelqu’un, comprendre ce qu’est un ADD , un barotraumatisme , un OPI et autres joyeusetés est très important , en terme d’intégration du risque +++. Le plongeur est parfois le roi du déni . On le sait tous très bien. ( attention j’ai bien écrit : parfois ). Et faire circuler dans les clubs l’article suisse peut être intéressant je pense . Je l’ai envoyé dans les 2 miens . Certains plongeurs ne connaissaient pas l’OPI . Voilà , Bonne semaine à tous et merci encore pour vos messages réconfortants . Pour moi une dernière séance de caisson et je vais me reposer ! Adishatz Gaelle
  12. Je pense que ça aurait été pire en terme de suraccident car l’OPI s’est nettement aggravé lors de la remontée .c’était de pire en pire pour respirer e regarder mon calme . On n’aurait jamais pu suivre le run Time. De ce fait la gestion du stress n’aurait sans doute pas été la même avec un risque de panique accru bien plus profond qu’à 15l . Pendant la remontée la dyspnée s’aggravait clairement et j’essayais de me concentrer absolument pour garder mon calme et ne pas partir en panique alors que l’assistance était nickel et que binôme contrôlait les choses, y compris ma position verticale , difficile avec les blocs en side plus ma déco et plus mon étanche . Ça je l’avais en tête. Et je savais qu’il fallait absolument garder mon calme . Absolument . Et risquer de ne pas tenir le run Time aurait été un stress immense de plus pour moi . mais en fait je ne sais pas , et avec des si …
  13. Et bien vu que j’ai failli mourir , et que tout ça n’est pas rien en terme de stress pour le corps autant que pour l’esprit , je vais me reposer, digérer et intégrer tout ça. Ça prendra un peu de temps je suppose . Arrêt des plongées durant 6 mois , ça c’est impératif et ensuite je ne sais pas encore . A vrai dire j’ai été tellement secouée que l’heure n’est pas à décider ce que je ferai de ma pratique subaquatique dans le futur .il est beaucoup trop tôt . Je compte rester pleinement vivante , déjà pour commencer . Ensuite nous verrons bien . Les épaves, la faune la flore , les grottes et autres récifs vont bien attendre et seront tjs là dans 100 ans et plus , alors …. Disons que j’en ai déjà vraiment bien profité en 10 ans. Allez , adischatz , bonnes plongées et profitez bien tout en prudence. gaelle
×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.