Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Quand vous plonger en Tx normoxique ...


    Recommended Posts

    J'ai du mal a suivre ton raisonnement la...

    La contre-diffusion, c'est lie a ce qu'on respire, pas au gaz dans lequel on nage.

     

    Quand tu dis:

    La peau est une membrane semi-perméable et les gaz la traversent de l'intérieur vers l'extérieur et réciproquement. Si tu exposes ta peau à He, He va pénétrer jusqu'à équilibre. Au cours de la remontée, tu dé-satures pour rester à l'équilibre. Quand tu passes sur ta déco : He à l'intérieur < He dans le vêtement donc contre diffusion, tu re-satures en He

     

    Tu pourrais dire exactement la meme chose avec n'importe quel gaz. Dois-je en conclure qu'il ne faut rien injecter dans l'etanche :froglol: ?

    Link to comment
    Share on other sites

    • Replies 57
    • Created
    • Last Reply

    Top Posters In This Topic

    Voici la réponse de Jean Claude Le Pechon

     

    La question est extrêmement pertinente, et je vais essayer d'y apporter une explication.

     

    La contre-diffusion isobare, qui peut créer l'apparition de bulles se produit dans deux cas :

     

    1 - Sursaturation isobare transitoire :

    Changement de gaz respiratoire en plongée à Saturation dans le sens saturation Azote vers saturation Hélium : en gros l'azote sort moins vite que ne rentre l'hélium, créant pendant une phase transitoire de quelques heures un risque de sursaturation si en même le temps on n'augmente pas la pression. En pratique ce cas est très rare car il y peu de plongée en saturation à l'azote, et que on doit décider de changer c'est en principe pour aller plus profond, et donc on augmente en même temps la pression, éliminant du même coup tout danger de sursaturation "isobare" car il n'y a justement plus isobarie.

     

    2 - Sursaturation isobare continue :

    Gaz différents entre l'extérieur et l'extérieur de l'individu (ou d'une membrane entourant un milieu intérieur contenant de l'azote dissous), hélium à l'extérieur. Cela se produit du fait qu'au travers de la peau de l'hélium diffuse vers les capillaires et la circulation sanguine, en continu alors que l'organisme contient déjà de l'azote (qui lui ne sort pratiquement pas au niveau de la peau). On peut ainsi créer un état permanent de sursaturation pouvant générer en continu des bulles au niveau des capillaires cutanés, jusqu'à ce que l'on change le gaz extérieur. Cela a été démontré sur le porc (par Christian Lambersten - Université de Philadelphie) à pression atmosphérique pour démontrer la réalité du phénomène, et des bulles ont effectivement été détectées.

     

    Conclusions pour l'hypothèse : plongée heliox, avec habit sec gonflé à l'héliox suivi d'une respiration d'un autre mélange ( Nitrox) on est dans la configuration génératrice de bulles. Mais l'azote interne va mettre du temps à saturer la zone cutanée puisque pendant l'intervention au fond, l'azote va être en partie éliminé et que ce mélange de décompression devrait en principe être à forte valeur de PO2, la tension d'azote dissoute devrait rester faible. L'hélium ne joue pas car si l'hélium est en sursaturation dans le sang (phase de décompression), sa diffusion transcutanée éventuelle se fera vers l'extérieur. De plus les durées impliquées restent courtes.

     

    Ce cas de figure est rare en plongée professionnelle car la plongée profonde hors plongée à saturation n'existe pratiquement plus, et en général, si de telles plongées étaient cependant envisagées, on utiliserait évidemment des habits à eau chaude avec réchauffage des gaz. Donc il n'y a pas à ma connaissance d'incident de ce type répertoriés, et on reste un peu dans la théorie à ce niveau.

     

    J'espère que ces quelques explications vous rassureront sur cette pratique, évidemment peu recommandée du point de vue thermique. Si le plongeur respire du Nitrox à la remontée, il dispose de ce mélange, donc c'est le nitrox qu'il faut utiliser pour compenser l'habit, voire un biberon d'air....

     

    Si ce n'est pas assez clair, ou plus de détails, me recontacter sans hésiter.

    Bien cordialement

     

    Jean Claude Le Péchon

     

    Link to comment
    Share on other sites

    Si la CDI a été mise en évidence par Lambersen début 1970 avec le fameux test Predictive Study III (à 333m hein !!! heliox et néox ), il n'a pas été constaté de cas de CDI sur la peau avec les étanches, et même dans un cas encore plus favorable comme trimix/argon : d'un coté un gaz qui diffuse trés vite, de l'autre un gaz très soluble

    On ne parle pas de plongées commerciales à saturation mais de plongées "loirsirs"

    Quand aux puces avec du Tx c'est très peu probable vu comme l'He diffuse à travers la peau.

    Link to comment
    Share on other sites

    • 1 year later...
    Le degraissage ne sert que pour l'O2 haute pression. et dans une etanche, on est en basse pression je crois....

     

    Ola,

     

    Et l'inflateur de la combar, tu le dégraisse (je suis sérieux) ?

     

    (Je n'ai jamais osé gonfler directement la combi avec le l'O2)

     

    Merci

    Link to comment
    Share on other sites

    Ola,

     

    Et l'inflateur de la combar, tu le dégraisse (je suis sérieux) ?

     

    (Je n'ai jamais osé gonfler directement la combi avec le l'O2)

     

    Merci

     

    oui...:tare:

    mais le plus dur après ça, c'est de trouver une combi compatible O2... en général elles sont verte et jaunes... :bounce:

    accessoirement, comme disait JHT, faut dégraisser le plongeur aussi... et l'enduire de viton... :fou::jesors:

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
     Share


    ×
    ×
    • Create New...