Jump to content
Plongeur.com - Le site de la plongée sous marine

Automatismes, électronique et assistance


Xabi

Recommended Posts

Suite à un échange intéressant

 

D'ou le debat qu'on a deja eu avec Bernard sur le cote electronique de l'Inspiration, qui ne m'inspire pas du tout justement.

 

C'est hors sujet , il faudra ouvrir un nouveau fil là dessus , bien que je sois convaincu que c'est un sujet déjà débattu .

L'électronique (redondante ) , dans l'Inspiration n'empèche nullement de passer d'une part en Manuel si problèmes de tous ordres ( ça s'apprend TRES sérieusement !) ni de passer en CO à la limite !

 

Il est impossible de dire cependant que tout est réglé à terre et que sous l'eau le geste est un automatisme .

Aucune plongée ne répond à ça , Guilhem , tu le sais ! Le jugement , la vigilance et la lucidité sous l'eau sont essentiels , que tu sois ou non en circuit ouvert ou en recycleur .

 

Le CCR électronique comme machine de mort n'est qu'un fantasme frappé de méconnaissance . La menace de mort , dans toute plongée , c'est le manque de lucidité et le sentiment de toute puisssance .

 

fin du hors sujet , mais pas fin de la discussion entre nous .

 

Bien amicalement

 

Bernard

 

 

Dissertez :hehe:

 

Pas troll, comme d'habitude, les arguments réfléchis et le dialogue sont les bienvenus, je repasserais personellement évoquer my point of view ce W-E...

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 34
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Ben justement, j'allais ouvrir un fil.

Il est impossible de dire cependant que tout est réglé à terre et que sous l'eau le geste est un automatisme .

Aucune plongée ne répond à ça , Guilhem , tu le sais ! Le jugement , la vigilance et la lucidité sous l'eau sont essentiels , que tu sois ou non en circuit ouvert ou en recycleur

On est bien d'accord. Ce qui je crois est important, c'est de planifier sa plongee et de preparer son materiel et son equipe (on l'oublie souvent ca... pas de briefing, pas d'entente sur les procedures, etc...) pour faire en sorte que pendant la plongee, comme le dit si poetiquement Captain, "ca chie pas dans les situations merdiques" :D. C'est a dire que pour cela, il ne faut pas avoir a reflechir en cas de pepin. Mon binome vient vers moi en manque d'air ? Pouf, reflexe, je lui donne ce que j'ai dans le bec, quoi que ce soit (fond, deco). Apres, tranquillement, j'attrappe mon secours. Etc, un ensemble de procedures simples.

 

Toute la complexite de la plongee, c'est de trouver des solutions ingenieuses pour la simplifier.

 

Un CCR electronique est une machine extremement compliquee, donc ou l'on multiplie les organes qui peuvent avoir une panne. Bien sur, il existe des procedures de rattrapage. Comme sur un avion, on a des systemes redondants, un fonctionnement en mode degrade, etc. Ceci dit, je crois qu'il faut eviter a tout prix de trouver des solutions a des problemes qu'on a cause soi-meme inutilement, et s'attacher plutot a eradiquer le probleme a la racine. Pour prendre un exemple pour illustrer ce point (et sans donner dans le troll, ce n'est qu'un exemple, ceux qui veulent polemiquer sur sa pertinence sont invites a le faire dans un autre fil, merci): un plongeur lambda s'equipe de 2 blocs deco aciers, puis d'une wing de tres forte capacite, avec comme raisonnement "j'ai besoin de toute cette flottabilite parceque je prend 2 blocs decos". C'est typiquement rajouter de la complexite pour contourner un probleme qu'on a introduit (alors qu'en l'occurrence, il existait une solution simple, prendre des blocs alus equilibres).

 

L'autre point qui est sous-jacent a ce debat, c'est la perte de vigilance entrainee par trop d'electronique. On a deja le debat pour les ordinateurs: pourquoi planifier ma plongee puisque la machine me dira combien j'ai de deco a faire ? Oui mais, si j'ai pas assez de gaz pour finir ma deco, je fais quoi ? L'ordinateur ne doit etre vu que comme une confirmation de ce qu'on sait deja, pas comme un moyen d'oublier de reflechir. Avec le CCR electronique, j'ai peur que ce soit le meme debat: on peut facilement glisser vers une attitude complaisante qui oublie de se preoccuper de la ppO2. Avec un Kiss, on n'a pas d'autre choix que d'y penser. Ou plutot, on l'oublie qu'une fois :D !

Link to comment
Share on other sites

 

L'autre point qui est sous-jacent a ce debat, c'est la perte de vigilance entrainee par trop d'electronique. On a deja le debat pour les ordinateurs: pourquoi planifier ma plongee puisque la machine me dira combien j'ai de deco a faire ? Oui mais, si j'ai pas assez de gaz pour finir ma deco, je fais quoi ? L'ordinateur ne doit etre vu que comme une confirmation de ce qu'on sait deja, pas comme un moyen d'oublier de reflechir. .... :D !

 

salut guilhem,

 

 

c'est effectivement un débat constructif.

Si, dans ce fil, il n'est question que de plongées complexes, alors je te suis à 100%.: l'ordi n'est là que pour confirmer ce qui a été préparé avant plongée.

Si par contre, dans la discussion tu intègres la simple plongée loisir, y compris avec un bloc déco, je dois avouer que pour ma part, je ne "planifie" pas mes plongées au delà du briefing avant immersion où les principaux paramètres sont arrétés entre les membres de la palanquée. Dans ce cas, l'ordinateur est ma référence; je devrais dire "mes ordinateurs ", car un zeste de prudence commande d'être redondant. Il ne m'empêche donc pas de réfléchir, mais je ne m'en méfie pas systématiquement. Et puis il faut adopter ce que le progrès nous donne et que le temps valide: même les voileux, je devrais dire d'ailleurs les autorités maritimes n' obligent plus à détenir un sextant à bord, dans ce qui était la 1ère catégorie. Il faut dire qu'ils y ont mis le temps: le gps est sur le marché depuis la fin des années 80, et le sextant a été supprimé il y a seulement 2 ou 3 ans.:)

Link to comment
Share on other sites

Personellement, que ca soit pour les CCR, les ordis ou un régulateur de vitesse de voiture, je suis d'avis que je n'aime pas confier ma vie à un appareil électronique ou un programme informatique. Il y a des fois ou l'on ne peut pas faire autrement (controles de la qualité d'eau dans les villes et sur les chaines de prod des produits alimentaires) mais il y a d'autres fois où l'on peut.

 

Dans le cas qui nous interresse, à savoir l'électronique d'un inspiration, si j'ai tout suivi (je n'ai pas eu la chance de tester, là je parle de concepts), cette électronique permet de régler automatiquement son mélange en fonction de la pression ambiante. Il ya de la redondance au niveau des capteurs (les 3 capteurs où l'on prend la valeur moyenne des deux valeurs les plus proches), deux ordis de gestion (maitre/esclave) etc..

 

Mais que faire si l'ordi maitre est buggé et qu'il part dans une valeur de mélange aléatoire ou inadaptée ? Si l'on fait confiance à l'électronique, je vous laisse en tirer les conclusions.

 

Je serai plus d'avis que l'on doit gérer son mélange à la main et qu'il y ait un controle électronique (pour nous alerter si l'on a pas fait attention ou si l'on s'est trompé). Meme genre que dans le cas d'un ordi qui bippe si on remonte "trop vite". Dans ce cas on a un double controle (le cerveau, puis l'ordinateur).

 

Donc pour résumer :

 

- Une gestion à la main de sa plongée (utiliser le cerveau pour planifier, controler)

- Un controle électronique (pour controler, pas gérer)

- Une gestion électronique pour simplifier (planification des profils, mélanges..), mais là, il faut mesurer si la simplification vaut le risque..

 

C'etait mes 10 centimes de plongeur non recycleur..

 

Greg.

Link to comment
Share on other sites

 

Mais que faire si l'ordi maitre est buggé et qu'il part dans une valeur de mélange aléatoire ou inadaptée ? Si l'on fait confiance à l'électronique, je vous laisse en tirer les conclusions.

.

 

hello Greg , hello Guilhem, hello tous .

 

Doucement les amis ! Plein de gens vont pouvoir vous répondre , je n'en doute pas .

Comme je suis submergé par le travail et que mon morceau libre de WE sera consacré à plonger , plonger , plonger; je ne peux pas répondre tout de suite à tous les fronts que vous avez ouverts .

 

Il y a mille choses à dire :

 

-si on parle de CCR l'équipe devient un concept particulier ; rien à voir avec l'image ( la structure ) du binôme telle qu'on l'entend habituellement .

-la "complexité d'un CCR électronique" : c'est assez simple en fait comme machine . Il faut dépasser la représentation qu'on en a ; complètement désosser l'engin , on comprend vite .

(soit on comprend vite mais on apprend lentement)

- la complexité des ordinateurs de déco ?Vous en savez autant et sûrement plus que moi .

J'ai dit qu'il fallait des mois pour maitriser la circulation dans un VR3C4 par exemple ( il y a une chose qui me frappe : c'est l'étonnante proportion de propriétaires de ce genre d'ordinateurs qui ne savent absolument pas contrôler son fonctionnement en immersion ; or c'est essentiel) .

-la rationalité des configurations matérielles ; le contre exemple pertinent de Guilhem ne s'applique pas à l'Inspiration . C'est une machine qui dispose du minimum . Je pourrai expliquer ce point. Il n'y a pas de complexité qui ne fasse l'objet de sa réduction à l'essentiel ( comme l'alu/acier/capacité de la bouée)

- la PpO2 en recycleur fermé électronique , c'est au contraire l'élément d'hypervigilance (et pas d'aveuglement comme tu sembles le penser). On n'est pas dans une plongée où on se laisse conduire par la gestion des machines , on est dans une plongée où la machine est asservie au plongeur . Toute situation inverse est folie ; ce serait la toute puissance dont je parlais plus haut, "ce qui tue" .

Et pour ça pas besoin de recycleur ...Là aussi il faudra que je développe très concrêtement .

 

post Greg :

 

J'utilise un régulateur de vitesse depuis des années , j'en ai l'expérience aux USA depuis 10 ans . Je ne vois aucune analogie possible avec notre débat sur la plongée ni du côté des ordinateurs de plongée , ni du côté d'un CCR électronique .

Je confie par contre ma vie sans arrêt à des commandes électroniques chaque fois que je prends un avion pour les presque 100000 miles/an que je parcours en moyenne (comme des millions de gens ).

En CCR je ne confie pas ma vie à une commande électronique . J'ai le moyen à tout instant de prendre la barre .

-sur le fonctionnement du BI , cher Greg il faudra t'expliquer les rapports entre maitre et esclave . Ce ne sont pas les mêmes que ceux décrits par Hegel . Maitre/ esclave est un abus de langage qui porte au contre-sens .Un CCR fait très mal de la philosophie . Si le maitre est buggé , l'esclave devient maitre (mais pas maitre à bord ) sans rien lui devoir . L'esclave n'est esclave de rien et la lecture des 3 cellules t'informe sur la conduite de l'ordinateur ( tu peux en ajouter une 4ème avec le VR3C4 ) j'expliquerai si on me le demande pourquoi je ne le fais pas ; là pour le coup ça rejoint la dialectique acier/alu/vol wing de Guilhem .

 

 

sur le post de ataraxie :

 

La planification au regard des instruments immergés .C'est un sujet qui articule la valeur anticipatrice d'un plan face aux aléas , les moyens de tenir la planification et la tentation des variables qu'offrent aussi bien les circonstances que le degré de confiance qu'on accorde aux ordinateurs .

 

bonne nuit

 

à Lundi pour ce qui me concerne .

 

Bernard

Link to comment
Share on other sites

Si par contre, dans la discussion tu intègres la simple plongée loisir, y compris avec un bloc déco, je dois avouer que pour ma part, je ne "planifie" pas mes plongées au delà du briefing avant immersion où les principaux paramètres sont arrétés entre les membres de la palanquée.

 

Ca ne me choque pas (ce n'est d'alleurs pas contradictoire avec mon propos), puisque j'imagine que tes "principaux parametres" doivent comprendre profondeur max, temps max, temps de deco max, pression mini, de sorte que au premier critere de remontee atteint, tu as assez de gaz pour remonter toi et ton binome. Auquel cas, pour moi, la planification est faite (pour faire une 40m avec un 15l, on a pas besoin de sortir un runtime), et l'ordi peut apporter un certain confort, puisque les neurones ont deja travailles un peu avant la plongee :D.

C'est vrai que souvent le briefing avec des binomes habituels pour des plongees loisirs se resume a "max 20 min de deco ou 100 bars", mais cela pre-suppose une bonne entente implicite sur les autres elements du briefing (procedures notamment). Et surtout, pendant la plongee, l'ordinateur peut tomber en rade a tout moment, on sait ou on en est ;)

Link to comment
Share on other sites

Doucement les amis ! Plein de gens vont pouvoir vous répondre , je n'en doute pas .

Aller, rapidement parcequ'il est tard et je plonge demain :D...

 

-si on parle de CCR l'équipe devient un concept particulier ; rien à voir avec l'image ( la structure ) du binôme telle qu'on l'entend habituellement .

Ca c'est tres interessant (pas que le reste ne le soit pas ;) ). Autant je comprend et j'essaye d'appliquer au mieux le concept d'equipe pour la plongee en ouvert, autant je me pose beaucoup de questions sur l'approche qu'on peut avoir en recycleur. Si tu peux developper, peut-etre dans un autre fil, ce sujet, ca merite a mon avis qu'on s'y attarde.

 

-la "complexité d'un CCR électronique" : c'est assez simple en fait comme machine . Il faut dépasser la représentation qu'on en a ; complètement désosser l'engin , on comprend vite .

(soit on comprend vite mais on apprend lentement)

J'ai vu un MK 16 desosse (et re-zosse :tromaran: ) devant moi, etape par etape, c'est vrai qu'au sec c'est simple. Dans l'eau, c'est une autre histoire...

 

Il n'y a pas de complexité qui ne fasse l'objet de sa réduction à l'essentiel ( comme l'alu/acier/capacité de la bouée)

Dans la meme lignee: d'accord sur le plan theorique. Ou dit autrement, quand on se penche sur la question, la simplicite des principes de bases fait jaillir la lumiere et l'ampoule legendaire des BDs s'allume au dessus de la tete. Mais une fois de plus, dans l'eau, ca me semble etre une autre histoire. La multitude des reactions possibles face a un evenement demande une grande maitrise de la situation, qui me semble plus problematique en recycleur qu'en ferme. Mais bon, c'est peut-etre aussi le poids de 20 ans de mauvaises habitudes en ouvert :D. Faudrait voir ce qu'en pensent ceux qui n'ont plonge qu'en recycleur... (y en-a-t-il sur ce forum ?).

 

- la PpO2 en recycleur fermé électronique , c'est au contraire l'élément d'hypervigilance (et pas d'aveuglement comme tu sembles le penser).

C'est tout le mal que je te souhaite :D ! Mais je persiste a penser que certains se "reposent" sur la machine, et c'est la le danger...

 

En CCR je ne confie pas ma vie à une commande électronique . J'ai le moyen à tout instant de prendre la barre .

Je roule tous les jours dans une voiture ou il y a de l'electronique entre mon pied et les plaquettes de frein. Et pourtant, recemment, un membre de la famille est tombe en rade sur l'autoroute, avec la meme voiture. Il fallu rebooter la voiture pour repartir... Je prefererai eviter l'ecran bleu sous l'eau :eek:

Link to comment
Share on other sites

-sur le fonctionnement du BI , cher Greg il faudra t'expliquer les rapports entre maitre et esclave . Ce ne sont pas les mêmes que ceux décrits par Hegel . Maitre/ esclave est un abus de langage qui porte au contre-sens .Un CCR fait très mal de la philosophie . Si le maitre est buggé , l'esclave devient maitre (mais pas maitre à bord ) sans rien lui devoir . L'esclave n'est esclave de rien et la lecture des 3 cellules t'informe sur la conduite de l'ordinateur ( tu peux en ajouter une 4ème avec le VR3C4 ) j'expliquerai si on me le demande pourquoi je ne le fais pas ; là pour le coup ça rejoint la dialectique acier/alu/vol wing de Guilhem .

 

Salut Bernard,

 

Globallement on est d'accord (pour l'histoire de l'avion, c'est pour ca que j'ai rajouté "Il y a des fois ou l'on ne peut pas faire autrement").

 

Par contre, pour le concept maitre/esclave, j'avais bien compris la différence, mais moi je me pose la question "et si l'esclave ne se rend pas compte que le maitre donne n'importe quoi ?" C'est un peu dans cette optique de "bug" que je pensais. Donc je veux bien des précisions pour m'éclaircir sur ce point !

 

Pour les 3 sondes, j'aime le concept. Ca résout un bon nombre de problemes et je ne pense pas qu'une 4e sonde serait interressante. Je conçois ca de la maniere suivante : On aurait besoin d'une 4e sonde pour palier au probleme "2 sondes tombent en rade". Mais ca regle pas la question car on a 2 valeurs aléatoires sur les 4 qui peuvent être prochent de n'importe quoi. Donc pas de choix possible..

 

Donc je suis bien interressé par l'histoire de la 4e sonde aussi !

 

Bonne soiree/we/plongée.

 

Greg

Link to comment
Share on other sites

Je ne comprends pas le système des multi-sondes.

Certe il faut une sonde principale avec une redondance avec une sonde secondaire. Mais si vous rajoutez une 3ème, 4, Nème sonde dans les circuits vous rajoutez en même emps autant de données que le calculateur aura a apprécier sans pouvoir en éliminer aucune puisqu'il ne saura pas quelle information est a supprimer.

 

N'est il pas préférable qu'en cas de panne d'un quelquonque élément du système de tout basculer sur un sytème totalement différent. Par exemple si mon ordi tombe en panne, je reprends mes tables et ma montre. Puisque la panne de l'ordi peut etre provoquée par un élément extérieur qui mettra tous les ordi en panne.

Link to comment
Share on other sites

pmchoix : oui mais quand chacune de tes 2 sondes te donne une valeur tres differente de l'autre, comment tu sais laquelle déconne ? Donc on en met une 3e afin de savoir laquelle ne marche pas. Pour cela, on prend les deux valeurs les plus proches, on en fait la moyenne, et on oublie la 3e sonde.

 

Apres quand le systeme (ordi) tombe en panne, yen a un deuxieme qui prend le relai, pour autant que l'ordi détecte que son collegue est en panne ou que le plongeur découvre le pb et coupe l'ordi.

 

Cependant, on ne peut pas tout doubler (chaux, poumons, etc..), c'est pour ca qu'il faut de toutes facons un bailout en ouvert. Enfin je vois ca comme ca.

 

Greg.

Link to comment
Share on other sites

Je ne comprends pas le système des multi-sondes.

Certe il faut une sonde principale avec une redondance avec une sonde secondaire. Mais si vous rajoutez une 3ème,

.

 

Greg a répondu simplement et justement à cette question .

 

N'est il pas préférable qu'en cas de panne d'un quelquonque élément du système de tout basculer sur un sytème totalement différent. Par exemple si mon ordi tombe en panne, je reprends mes tables et ma montre. Puisque la panne de l'ordi peut etre provoquée par un élément extérieur qui mettra tous les ordi en panne.

 

Si une panne majeure du système ne permet pas de rester en circuit fermé , on passe en bailout , c'est à dire en circuit ouvert . on peut d'ailleurs à ce moment là reprogrammer ses ordinateurs de calcul de décompression en entrant le changement . Ils recalculeront aussi bien avec de l'air qu'avec par exemple un nitrox ou les deux ,le nouveau profil de décompression .

 

Toute anomalie de fonctionnement est signalée . d'une part visuellement d'autre part de façon sonore .

 

J'ai eu 2 pannes ce WE : une batterie morte samedi ( j'ai simplement switché sur l'autre) et un dysfonctionnement de cellule O2 ; un rinçage a remis les choses en ordre .

 

Bref pour dire que chaque panne a sa réponse , mais que chaque panne exige qu'on en fasse le diagnostic immédiat , et qu'on connaisse les bons gestes à effectuer .

 

Il ne doit jamais y avoir de remontée catastrophe avec un Inspiration , c'est le pire des risques ( d'hypoxie notamment)

On a toujours le temps de réagir, si on n'est pas tête en l'air et qu'on surveille tout ce qu'on a à surveiller en cours de plongée .

 

Je reviendrai demain , je suis quelque peu lessivé après un WE plongée un peu hard .

 

amtiés à tous .

 

Bernard

 

 

Pour dire un mot sur "maitre et esclave" ; en fait les deux ordinateurs sont indépendants . L'un a la direction des opérations du solénoide , c'est pour cela qu'on l'appelle "maitre" . S'il devient défaillant , on switche sur le second qui prend aussitôt le relai .

 

L'esclave ne se rend compte de rien ; c'est le plongeur qui attribue la primauté à l'un ou à l'autre en fonction des données fournies et des alarmes éventuelles . Le maitre donne essentiellement la valeur de PpO2 des 3 cellules et le set point sélectionné . Si sa gestion était abhérente les valeurs deviendraient abhérentes et il convient simplement de l'éteindre puis de le ralumer , ce qui suffit à transformer l'esclave en maitre .

 

 

Pour la 4 e cellule , ça a à voir avec le VR3C4 qui peut être relié à un 4° analyseur d'O2 placé dans le canistère . Dans ce cas le VR3 calcule au plus juste la courbe de décompression et pas seulement en une moyenne de PpO2 constante . IL y a les tenants et puis les réticents (comme moi) J'expliquerai si quelqu'un ne le fait pas à ma place les plus et les moins de ce système . Pardonne moi ma fatigue ce soir ;-)

Link to comment
Share on other sites

Merci Bernard pour ce message et bon repos !

 

J'avais en effet lu assez souvent que "l'esclave prennait le rôle du maitre en cas de défaillance de celui-ci" et je pensais que c'était automatique et là je ne trouvais pas ca logique. Mais si c'est manuel, je ne peux qu'approuver ! Bref, merci pour cette précision.

 

Bonne soirée à tous,

 

Greg.

Link to comment
Share on other sites

Cependant, on ne peut pas tout doubler (chaux, poumons, etc..), c'est pour ca qu'il faut de toutes facons un bailout en ouvert. Enfin je vois ca comme ca.

Si si, on peut tout doubler: il suffit de prendre 2 recycleurs. C'est ce que font les speleos de pointe. Mais bon, c'est encore une autre complexite...

C'est en fait un des points qui m'ennuie terriblement avec le recycleur. On se forme, on s'equipe d'une superbe machine, et au final on se retrouve limite par la quantite de bailout qu'on peut emporter :demon: ...

Link to comment
Share on other sites

J'ai eu 2 pannes ce WE : une batterie morte samedi ( j'ai simplement switché sur l'autre) et un dysfonctionnement de cellule O2 ; un rinçage a remis les choses en ordre .

2 pannes en 4 plongees ? Inquietant... Bien sur, la batterie, tu aurais pu t'en rendre compte avant. "yavaitka". Mais la cellule qui donne des valeurs bizarres, c'est imprevisible. Bien sur, pour chaque panne tu avais une reponse, tu l'as appliquee, et le probleme a ete resolu. Mais bon, ca me semble mieux de ne pas avoir le probleme des le depart. Ca fait quand meme un peu peur de se dire qu'a une plongee sur deux quelquechose va planter. Le risque de mal reagir "un jour" reste, a mon sens, eleve.

 

Bref pour dire que chaque panne a sa réponse , mais que chaque panne exige qu'on en fasse le diagnostic immédiat , et qu'on connaisse les bons gestes à effectuer .

Voila, tu mets de l'eau a mon moulin :D : La complexite est aussi sous l'eau...

Comme je le mentionnais dans un autre fil, samedi j'ai plonge avec le Ray, qui n'a pas de controle de ppO2. Je savais quel gaz etait dans le bloc (nitrox 40%), et donc a peu pres ce qu'il y avait dans la boucle (~32%). Je savais ou etait le bailout. Et pourtant, j'avais ce sentiment desagreable de ne pas savoir ce que je respirais, et si la machine marchait correctement. Apres tout, si la chaux etait trop vieille ou mal tassee, comment l'aurai-je su dans l'eau ?

Link to comment
Share on other sites

2 pannes en 4 plongees ? Inquietant... ?

 

Mais non , Guilhem , n'exploite pas la situation :-))

 

Ce sont 2 petites "pannes" après presque 50 plongées !

 

1)Une des batteries a fait preuve de faiblesse , alarme sonore , chiffres corrects , solénoide fonctionnel ; au bout d'un certain temps compte tenu de la poisse (ce n'est pas la méditerrannée , visi de 15 cm au delà de 45m ), de la profondeur et de l'intensification de l'alarme , j'ai fait ce pour quoi la machine est prévue : un switch de commande sur le slave , sans aucun Problème particulier .

 

2) à l'allumage pour calibrage le lendemain ; "cell 1 failure" ; un séchage scrupuleux et tout s'est remis en ordre ; pas de quoi fouetter un chat . La seule contrariété , c'est qu'on s'est rendu compte que sur les machines récentes les contacts des cell ont changé . Les cosses de contact sont différentes . Aux utilisateurs d'Inspiration : vérifiez la compatibilité de vos cellules de réserve avec le modèle .

 

 

Bien sur, la batterie, tu aurais pu t'en rendre compte avant. "yavaitka".?

 

 

Ben non , je ne plonge pas si j'ai un "low battery " au calibrage ! Je ne suis tout de même pas irresponsable complètement :-))

 

Mais la cellule qui donne des valeurs bizarres, c'est imprevisible.

 

C'est un "pépin" survenu avant le départ , donc réparation qui va bien avant le départ . Si ça avait été un "cell warning" persistant en cours de plongée , je n'étais en aucun cas en danger ; j'en avais tout de même deux pour m'informer et me laisser tranquillement le temps d'aviser après un rinçage ...

Le cas de 2 cell tombant en panne en même temps est non seulement exceptionnel , mais a aussi sa propre réponse .

 

 

Bien sûr, pour chaque panne tu avais une reponse, tu l'as appliquee, et le probleme a ete resolu. Mais bon, ca me semble mieux de ne pas avoir le probleme des le depart. Ca fait quand meme un peu peur de se dire qu'a une plongee sur deux quelquechose va planter. Le risque de mal reagir "un jour" reste, a mon sens, eleve.

 

Voila, tu mets de l'eau a mon moulin :D : La complexite est aussi sous l'eau...

 

C'est bien dommage que tu aies ce sentiment .

 

POur ne parler que sécurité :

Je suis infiniment moins en danger qu'avec un givrage de premier étage , ou une panne d'air sur essouflement ou un claquage de joint , ou tout simplement rester 40 mn de paliers de plus sous l'eau pour la même plongée en CO avec l'accentuation des risques de maladie de décompression qui vont avec . J'apprécie de faire toutes mes plongées avec un palier O2 , ce que me permet de faire mon recycleur et ne pas être inquiet d'un dépassement de temps incident ou d'une dépense liée à un effort .

Avoir une marge de 1 à 3 heures d'autonomie sous l'eau est un élément de sécurité et pas un élément de danger .

 

La chose à savoir ; c'est qu'on ne doit jamais utiliser une telle machine sans une formation très très sérieuse ( (je ne reviens pas sur la question du "mentor" tel que décrit par Cris ) ; je redis , mais vraiment je le redis pour l'avoir constaté : il y a des formations même "réputées" qui doivent être soit baclées , soit certains plongeurs n'ont pas tout compris , car on a des surprises surprenantes parfois .

 

On doit rester modeste tout le temps .Or cette machine il est vrai peut laiser croire à certains que tout se fait tout seul ( c'est le risque d'omnipotence dont je parlais plus haut dans cette discussion ).

 

Les automatismes ne suffisent pas ; la cervelle doit fonctionner d'abord . Avec l'Inspiration , les problèmes surviennnent progressivement , pas brutalement . On n'a donc pas affaire à une réaction brutale et instantanée , mais à une procédure bien connue , bien apprise et mise en oeuvre à temps !

 

C'est sûr que si tu baguenaudes à plus de 40 m sans surveiller dans la régularité tes ordinateurs et tes jauges , tu peux te laisser sérieusement surpendre par un problème beaucoup plus difficile à rétablir que si tu le repères au départ .

Le binôme dans ces affaires a une importance réduite à sa plus simple expression , pour ne pas dire quasi nulle , sauf à te refiler du bailout si tu en manques .

 

Tout le monde loin de là ne le fait pas , mais je ne plonge JAMAIS avec mon inspiration sans un Bailout de 6l supplémentaire . J'ai pris cette habitude à la naissance (dès ma 3ème plongée) et je n'y ai jamais dérogé . Ce qui fait qu'avec le temps la configuration est devenue parfaitement naturelle ; je suis totalement autonome et indépendant pour mon équipement , je n'ai besoin d'aide de personne ( sauf pour boucler mon étanche :-)) .

 

J'ai récemment plongé en CO en Nx à Gozo , je me suis senti en beaucoup plus grande insécurité .Mais qu'on entende bien que si je récuse totalement le fantasme de mort qui tourne autour de l'Inspiration , je n'en suis pas pour autant prosélyte .

Je vais dire une chose qui ne fera peut être pas plaisir , bien plus encore que le Trimix, je ne pense pas que plonger avec un appareil style Inspiration ( fermé électronique) soit à préconiser à la légère .

 

 

Comme je le mentionnais dans un autre fil, samedi j'ai plonge avec le Ray, qui n'a pas de controle de ppO2. (..) Apres tout, si la chaux etait trop vieille ou mal tassee, comment l'aurai-je su dans l'eau ?

 

Je te comprends Guilhem , je refuserais de plonger quant à moi dans ce genre de situation !

 

 

Ne pas connaitre sa PpO2 , et surtout ne pas connaître la gestion de sa chaux , ce sont des manques qui interdisent de se mettre à l'eau ! Même pour un baptème à 10 m !

 

 

Je suis prêt à répondre aux questions , si je n'ai pas été clair .

 

amitié

 

Bernard

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...

Bonjour,

 

logo.png.c7536bd9e68359a8804d246d311256bd.png

 

L'ensemble des services de Plongeur.com sont gratuits et c'est grâce à la publicité que vous pouvez en profiter. Or il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicité.

Si vous aimez le site et que vous voulez pouvoir en profiter longtemps, merci de désactiver votre bloqueur de publicités lorsque vous naviguer sur Plongeur.com.